Le QG de ryuzaki57
  
Signaler
économie du jeu vidéo (Jeu vidéo)

Sony avait enregistré l'année dernière un court bénéfice de 41 milliards de yens. On se souvient également que la multinationale avait procédé à plusieurs cessions immobilières qui sont venues gonfler anormalement son résultat. Du coup, pas de miracle cette année : la firme perd 125 milliards de yens.

On va pas se le cacher, le compte de résultat fait sérieusement la gueule. La substantielle hausse du chiffre d'affaire (+15%) ne peut endiguer la hausse simultanée des coûts (également 15%). Sony n'ayant plus rien à vendre pour assurer les fins de mois, le résultat opérationnel est divisé par presque dix pour arriver à un petit 26 milliards. Les annulations d'impôts différés continuent de peser lourd sur le résultat, et les intérêts minoritaires achèvent de plonger le constructeur dans une perte de 128 milliards. Sony donne comme toujours le détail de ses nombreuses ramifications.

La branche mobile & PC, toujours chancelante, perd 75 milliards contre 97 l'an dernier. Mais dans le mesure où le chiffre d'affaire passe de 1257 milliards à 1630 milliards, la «progression» est plutôt mince. Sony explique que les (bonnes) ventes dans le secteur mobiles sont handicapées par la partie PC que l'entreprise souhaite abandonner, utilisant beaucoup d'argent au passage en frais et dépréciations diverses. Si Sony parvient à se débarrasser du «boulet» PC comme il semble l'entendre, cette branche devrait aller mieux dans un futur proche.

La partie imagerie (appareils photo) se porte bien : les ventes sont stables et la profitabilité augmente nettement pour s'établir à 26 milliards. La branche TV se remet doucement et ne perd plus que 25 milliards contre 85 l'an dernier. La restructuration porte ses visiblement ses fruits puisque les écrans LCD se vendent mieux.

La ligne de produits devices, qui comprend semi-conducteurs et autres composants électroniques, génère une perte cette année, alors qu'elle était très largement bénéficiaire l'an passé. Plusieurs raisons à cela : des composants utilisés dans la PS3 sont utilisés en moins grand nombre (car de moins en moins de PS3 vendues), des dépréciations ont été passées dans la fabrications de batteries, et enfin les assurances ont semble-t-il été moins généreuses que prévues sur certaines usines touchées par les inondations.

Les secteurs musique et cinéma sont au beau fixe. Daft Punk, One Direction, Beyoncé d'un côté, ainsi que Skyfall et Spiderman de l'autre, permettent des ventes en légère hausse et 50 milliards de marge de part et d'autre. Toujours aussi fructueuse, la partie banque/assurance du conglomérat dégage pas de moins 170 milliards de yens, les investissements ayant été particulièrement pertinent cette année.

Mais ce qui nous intéresse, c'est bien évidemment la partie Game. Commençons par la bonne nouvelle : le chiffre d'affaire progresse de 38% et vient titiller le billion de yen. La mauvaise? La ligne de produit est en perte de 8 milliards. Sony l'explique sans mal par les frais liés au lancement de la PS4 et diverses dépréciations sur Sony Entertainment Online. Côté unités, la firme à livré 17 millions de PS3/PS4, et 3,5 millions de PSP/Vita. Il est très facile de séparer ces données : comme Sony avait annoncé 7 millions de PS4 fin mars, la chiffre PS3 est donc de 10 millions. 500'000 est un très grand maximum pour la PSP, donc un peu plus de 3 millions de PSVita ont rejoint les rayons sur l'année fiscale, à peine moins que l'année dernière. Ces chiffres doivent donner le sourire à Tokyo : la PS3 et la PSVita ne sont pas en déclin, et la PS4 a fait un départ canon.

D'autant que la dynamique est excellente, Sony est en bonne position partout. Les ventes de la PS4 au Japon font beaucoup jaser dans les milieux autorisés, mais les cassandres qui annoncent des tragédies grecques font une mauvaise lecture de ce marché. Chez SCEJ, je doute que ce soit vraiment l'inquiétude, et ce pour tout un tas de raisons. D'abord, Sony sait que le marché console de salon au Japon est réduit : il y avait un peu moins de 25 millions de consoles pour la génération PS3, et si l'on prend en compte l'importance toujours croissante du jeu vidéo nomade et l'effondrement du public casual qui avait acheté la Wii en masse, on se rend bien compte qu'il va se réduire de beaucoup et que les perspectives de croissance ne sont pas là. Autre point, la concurrence est inexistante. Les japonais ne savent même pas ce qu'est une XboxOne, et celle-ci est très en retard puisque n'arrivant sur l'archipel que le 9 septembre. Pire, personne n'a l'air vraiment d'y croire, au point que Activision y a accordé l'exclusivité de son méga-FPS Destiny aux consoles Sony. Du côté des éditeurs japonais, c'est le silence radio, au mieux la discrétion. La WiiU reste à un niveau extrêmement faible, avec des ventes à peine moins mauvaises que celles de la PS4, et ce malgré avoir récemment accueilli son plus gros jeu : elle n'a plus d'atouts dans sa manche. Enfin et c'est là le plus important, Sony sait qu'il aura tous les jeux éditeurs tiers pour lui tout seul. Le public WiiU ayant prouvé un nombre incalculable de fois qu'il se fichait des jeux tiers, aucun éditeur n'ira perdre du temps et de l'argent à mobiliser des équipes de développement pour des versions WiiU. On sait en outre que statistiquement, un pourcentage infime des acheteurs se tournera vers les versions XboxOne. A domicile, Sony n'a qu'à attendre, le temps joue pour lui. Il sait que la PS4 bénéficiera seule de l'effet d'entraînement de jeux comme Metal Gear Solid V, Final Fantasy XV, Final Fantasy Type-0 HD, Kingom Hearts 3, Tekken 7, pour ne citer que ceux qui sont connus. D'autres éditeurs réclameront très rapidement leur part du gâteau, et la nouvelle-née de Sony devrait aisément dominer les salon nippons en 2015-2016.

En occident, la situation est très claire : 8 millions de PS4 contre 5 millions de WiiU et tout autant de XboxOne. La PS4 est en tête aux Etats-Unis, terre de la Xbox, depuis le début de l'année. Elle domine outrageusement l'Europe depuis son lancement. Microsoft a tout essayé, sans succès. Les jeux PS4 apparaissent dans tous les tops, et loin devant les versions PS3, X360 ou XboxOne qui plus est. La XboxOne est quasiment à l'arrêt, malgré sa baisse de prix, et la PS4 se vend toujours deux fois plus que la WiiU malgré la longévité de Mario Kart 8. Avec la déferlante de hits prévus de septembre au printemps prochain, elle est quasiment assurée de cartonner et de conserver sa couronne. Et il y a une autre chose très importante à considérer : les jeux seront de moins en moins cross-generation. Pour Assassins' Creed Unity, The Witcher 3, Elder Scrolls Online ou encore The Division, les fans devront s'équiper impérativement.

Les perspectives de la PSVita sont plus difficiles mais nettement plus stables que l'an dernier. Sony essaiera probablement une ultime fois de réanimer sa portable en occident, mais la messe est dite. En Europe et aux Etats-Unis, la console ne pourra pas aller beaucoup plus haut : son catalogue est trop homogène et ne correspond pas aux besoins du public nomade d'aujourd'hui. Toujours pourra-t-elle bénéficier de localisations continuelles de jeux japonais et de l'indé, ce qui devrait permettre de faire tourner un marché de niche très fructueux pour nombre d'éditeurs (on rappelle que la PSVita accueille davantage de jeux que la 3DS en occident). Au Japon, où la PSVita est également la console qui reçoit le plus de nouveaux projets, la portable de Sony est fermement 2e derrière la 3DS, a récemment dépassé les 3 millions d'exemplaires vendus et ses ventes sont en progression de 25% par rapport à 2013. C'est la seule machine à être en croissance sur l'archipel.

Un petit mot sur le bilan. Sony a dégagé 220 billions de cash (+25%), ce qui est plutôt une bonne surprise, et il a continué à investir (+20% de valeurs mobilières de placement, +8% en immobilisations financière). En revanche, la solvabilité de l'entreprise se dégrade avec le grossissement du bilan : le fonds propres représentent maintenant moins de 15% de son actif. 

Avec toutes ces informations contraires, difficile maintenant de dire à quel horizon la firme japonaise va vraiment remonter la pente. Sony a visiblement joué à l'apprenti sorcier fiscal dans bon nombre de ses filiales, et la restructuration de ses lignes de production semble sans fin. La partie jeux vidéo semble désormais à l'abri des troubles, mais elle ne sauvera pas la situation toute seule.

Voir aussi

Plateformes : 
PS Vita, PS4
Sociétés : 
Sony Computer Entertainment
Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Commentaires

takeru
Signaler
takeru
Juste préciser que Sony ne veut pas se débarrasser des Pc,mais que c'est fait depuis le 1 juillet. Réglé, malgré les 5 % de participation restante.
ryuzaki57
Signaler
ryuzaki57

Je trouve le titre un peu dramatique par rapport à la situation réelle de la firme.

 

Il est vrai que la réalité des chiffres est moins "dure", mais on s'attendait à ce que Sony confirme ses bénéfices de l'an dernier, et ils reperdent beaucoup d'argent.


Bel article, mais s'il te plait, aère car c'est limite illisible...

 

Je crois avoir fait le maximum de paragraphes pourtant :/


Bon article mais c'est dommage que tous les chiffres soient en Yen ;)

 

Sony ne publie pas ses chiffres en euros

Bibiche
Signaler
Bibiche
Bon article mais c'est dommage que tous les chiffres soient en Yen ;)
Shendur
Signaler
Shendur
Bel article, mais s'il te plait, aère car c'est limite illisible...
Win
Signaler
Win
Je trouve le titre un peu dramatique par rapport à la situation réelle de la firme.

Le QG de ryuzaki57

Par ryuzaki57 Blog créé le 18/01/13 Mis à jour le 13/03/15 à 20h02

Blog essentiellement consacré à l'économie et à la géopolitique du jeu vidéo.

Ajouter aux favoris

Édito

Ce blog est une extension de mon blog wordpress (que l'on appellera blog-mère). Il reprendera plus ou moins le contenu de celui-ci en y ajoutant toutefois des exclusivités plus ciblées.

Ce blog ne sera pas MAB, mais veillera dans la mesure du possible à respecter les uns et les autres.

Ce blog ne contiendra pas de tests, car ils seront déposés dans la rubrique test prévue à cet effet*.

*des exceptions seront toutefois faites en cas de base de données foireuse. 

Archives

Favoris