Indé, Néo, Rétro...

Indé, Néo, Rétro...

Par Retromag Blog créé le 28/10/11 Mis à jour le 04/07/15 à 10h26

Toute nouvelle publication sur le rétrogaming !

Ajouter aux favoris
Signaler
jeu video rétro
Kadoman Otsuka est chroniqueur pour le respectable magazine Famitsu. Ses billets sont un peu fourre-tout, souvent hors sujets, mais ils témoignent d'un réel engouement pour la matière écrite. Cette semaine, Otsuka a fait preuve d'une inhabituelle rigueur éditoriale. Entre deux levées de coude, il a demandé à une poignée de développeurs chevronnés avec qui il partage une réelle amitié, de citer trois jeux mémorables.
 
Daisuke Yamamoto est le premier créatif à se plier à ce genre d'exercice dont est friand l'électorat de cette célèbre publication. Auteur heureux du lucratif Puzzle & Dragons, Yamamoto identifie d'emblée deux titres : "ce serait Street Fighter II et le premier Pokémon". Quant au troisième, la sélection est plus délicate, mais par élimination il finit par choisir "Tetris". Une préférence à dominante arcade dont il ne nie pas l'origine : "gardez à l'esprit que je suis très influencé par les jeux coinup [...] leur conception est toute entière tournée vers un plaisir immédiat". L'hégémonie de la Famicom a également laissé une forte empreinte dans la mémoire des développeurs. Il n'est donc pas surprenant de constater que beaucoup d'entre eux revendiquent cet héritage.
 
 
À commencer par Kaname Fujioka, producteur émérite de la franchise multimillionnaire Monster Hunter : "je dirais sans réfléchir le premier volet de Mega Man. Son influence sur ma carrière est incalculable." Avant de briller sur Super Famicom, il y a l'imparable "Street Fighter II, en faveur duquel j'ai passé toute ma jeunesse à jouer en duel dans les salles d'arcade". Enfin, "Castlevania" et toute sa dimension technique tels que "les graphismes, l'environnement, la musique" avait éveillé chez Fujioka "de l'admiration" pour le titre de Konami.
 
A contrario, pour Keiichiro Toyama l'arcade a essentiellement nourri son patrimoine ludique. Question de "génération" se justifie-t-il. L'artisan du sympathique Siren et du renversant Gravity Rush cite "dans mon Top 3, je distinguerais Space Harrier, Xevious et Virtua Fighter [...] ils ont bouleversé ma vie". Cependant, ce classement est loin d'être exhaustif : "je pourrais énumérer une dizaine d'autres titres", preuve que son choix n'est pas définitif à une période où chaque nouvelle borne détonait par leur concept original.
 
Rompu à ce marronnier (sujet journalistique bateau, récurrent), le créateur légendaire de la série des Ogre Battle ne se prive pas de le faire remarquer au chroniqueur Otsuka : "si je me souviens bien, on m'a posé la même question voici une dizaine d'années pour Famitsu ou une autre publication, relève Yasumi Matsuno. Mes choix s'orientaient en direction de Xevious, The Legend of Zelda et SimCity". Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts. D'autres titres plus contemporains ont modifié son classement préférentiel : "je dirais Zelda, Ultima Online et Red Dead Redemption". Il s'en explique ainsi : "Zelda caractérise l'exemple parfait d'une conception qui doit faire école. UO [...] représente le jeu de rôle par excellence. Enfin, RDR dévoile les charmes du jeu en open world. Il a réveillé en moi l'envie de réaliser un jeu de cette trempe".
 
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

ShootThemUp
Signaler
ShootThemUp
Je penche aussi pour une forte fierté nationaliste: il y'avait en plus des consoles américaines de très bons jeux d'éditeurs européens (plus encore qu'américains) sur les micros 8 et 16 bits des années 80, et même si les technologies micros différaient au Japon , beaucoup de jeux a succès étaient adaptés entre les supports. Mais bon, à leur décharge on ne peut pas nier que beaucoup des jeux des consoles 8 et 16 bits japonaises ont relancé toute l'industrie du JV et nous ont profondément marqué depuis notre enfance hein;-)
Retromag
Signaler
Retromag
je me suis fait la même réflexion que toi en rédigeant ce billet. Les perles sur Atari 2600, Colecovison existaient bien avant la NES et supplantaient même l'arcade ! Réflexe nationaliste ? Les consoles américaines étaient en fait importées à prix d'or au Japon, d'où leur faible écho chez les développeurs.
ShootThemUp
Signaler
ShootThemUp
Globalement, les créateurs japonais ne semblent pas très influencés par des oeuvres occidentales:-( Même si il fut reconnaître que beaucoup de jeux fondateurs des décennies précédentes proviennent effectivement de leurs compatriotes; il faut quand même admettre qu'en 10 ans de forte créativité du pôle occidental, certains de nos gros jeux à succès auraient pu intégrer leurs standards quant à leurs travaux actuels...

Édito

L'exercice est tellement délicat lorsqu'il s'agit d'écrire son premier édito ! Comme le nom l'indique, Retromag est une nouvelle publication sur le rétrogaming dont je suis le responsable. Je vous présenterai ici, le magazine en cours de création. J'espère de tout coeur vous savoir nombreux à me suivre et à partager vos (vieux) souvenirs !

 

Archives

Favoris