Indé, Néo, Rétro...

Indé, Néo, Rétro...

Par Retromag Blog créé le 28/10/11 Mis à jour le 04/07/15 à 10h26

Toute nouvelle publication sur le rétrogaming !

Ajouter aux favoris
Signaler
jeu video rétro
D'est en ouest, les condoléances ont été très nombreuses après l'annonce de la disparition d'Hiroshi Yamauchi. La réputation d'homme d'affaires intraitable (pour ne pas dire détestable) a laissé place à celle de "visionnaire", mais très peu d'entre eux pouvaient prétendre faire partie de la garde rapprochée du tout puissant PDG de Nintendo. Il fallait se montrer fin tacticien pour lui arracher une quelconque considération... Henk Rogers est l'une des rares personnes originaires des États-Unis à avoir gagné la confiance de ce roc. Il conte pour l'édition en ligne de Wired, la genèse de cette rare et précieuse amitié.
 
Bien que né en Europe (Pays-Bas), Henk Rogers part vivre en Amérique du Nord dès l'âge de 11 ans. Ce virtuose en programmation s'installe à la fin des années 70 au Japon. Il monte une société d'édition et lance son premier jeu, The Black Onyx, vendu à plus de 150 000 exemplaires. Ce titre jeta les bases du style RPG à partir duquel Dragon Quest puisa énormément de références. Entrepreneur prospère, c'est par le plus heureux des hasards que son destin dans cette industrie encore naissante va s'accélérer : "ma femme m'a montré un article publié dans un magazine japonais, il rapportait que le président de Nintendo jouait au jeu de Go, un jeu de plateau typique de ce pays."
 
En chef d'entreprise avisé, il adressa un fax à Hiroshi Yamauchi "lui précisant que j'étais en mesure de réaliser un jeu de Go à destination de la Famicom". C'est seulement un jour après sa demande aventureuse qu'il reçut une réponse de l'homme fort de Nintendo : "il disait vouloir me rencontrer". L'échange fut bref et direct. Yamauchi annonça tout de go refuser de lui fournir du personnel, ce à quoi Henk objecta : "je n'ai pas besoin de programmeurs, j'ai besoin d'argent". Après s'être rapidement entendu sur le montant de l'investissement (300 000 $, le plus haut de la fourchette), le PDG traversa la pièce pour sceller d'une main ferme cette collaboration si soudaine : "Yamauchi ne tourne jamais autour du pot", glisse-t-il.
 
Après neuf mois de programmation, le jeu est terminé. Henk embellira l'interface "de petits ninjas" afin de divertir le "joueur Nintendo" (merci pour eux !). Amateur de ce jeu d'esprit, Yamauchi testa le titre "ou plutôt son sous-fifre" rectifie lui-même, Henke. Le développeur assista alors à une scène surréaliste. Le subalterne exécuta les ordres de son supérieur avec zèle. Ce grand stratège eu facilement défait la difficulté du programme : "le défi n'est pas assez élevé pour Nintendo" lança d'un ton autoritaire Yamauchi. Avec la promesse de rectifier le challenge, Henk Rogers attendait fébrilement l'autorisation de publier le jeu sur la console vedette du fabricant. Là encore, l'arrangement se fit oralement, une fois la question du reversement de royalties fixée : "vous toucherez 100 yens pour chaque copie vendue".
 
 
Par la suite, les deux hommes se rencontrèrent souvent. Les réunions d'affaires se succédaient aux rendez-vous informels pendant lesquels ils jouaient ensemble : "juste lui et moi" précise-t-il. Henk se vante d'avoir entretenu des relations privilégiées avec le luciférien Yamauchi : "je l'aimais. Il m'aimait bien. Nous étions amis". Un attachement mutuel aux antipodes des contacts distants qu'Henk cultivait avec l'état-major "j'étais traité comme un simple partenaire étranger". Cette dévotion qu'il voue à cette fascinante personnalité, Henk Rogers l'exprima lors des négociations délicates qu'il mena pour le compte de Nintendo lorsqu'il s'agissait d'obtenir des Russes les droits d'exploitation exclusifs du jeu Tetris au nez et à la barbe d'Atari Tengen. Une victoire qui consolida l'affinité réciproque déjà vive entre les deux personnages.
 
Elle ne fut pas la seule. Au milieu des années 80, le responsable d'Epyx, éditeur touche-à-tout et fabricant à ses heures, appelle au téléphone Henk : "il était sur le point de vendre le prototype d'une console portable couleur à Sega, mais s'interrogeait sur l'opportunité de le présenter au préalable à Nintendo". Après trois nuits d'insomnie et plusieurs coups de téléphone plus tard, le développeur organise une rencontre entre le géant japonais, sa filiale américaine et Epyx. Il est d'usage de soumettre à son interlocuteur une déclaration de confidentialité afin d'éviter fuite et emprunt, surtout au plus haut niveau. L'orgueil mal placé de Yamauchi lui commanda de snober cette obligation qui lui était faite. Malgré l'incompréhension des responsables d'Epyx, ces derniers cédèrent à l'arbitraire du PDG. Au terme d'un briefing d'une trentaine de minutes, Horishi Yamauchi se prononça : "Non".
 
En dépit de l'insistance d'Henk, de la promesse de remédier aux principaux points d'achoppement (prix, batterie), le PDG resta droit dans ses bottes : "à partir du moment où Yamauchi dit non, c'est non". La technologie fut finalement vendue à Atari pour devenir la Lynx. Le développeur connu de tous pour ses accointances avec l'irascible Yamauchi fut dépêché par les dirigeants de Sony, sonnés d'avoir été écartés de la course à l'équipement de la SNES d'un périphérique CD-ROM : "entre deux parties de Go, je lui ai demandé pourquoi avoir fermé la porte à Sony. Il me répondit que la perspective de produire et vendre des jeux sans l'aval de Nintendo était irrecevable." Henk transmit le message à Sony : "je leur aie dit qu'il ne reviendra jamais sur sa décision".
 
Le développeur n'était pas surpris de l'entêtement du dirigeant, de son profil impitoyable en affaire comme en amitié : "j'ai réalisé que s'il était mon ami, il ne m'a jamais rien offert. Je devais lui prendre et ce faisant gagner son respect." Ces dix dernières années, le PDG s'est isolé du monde extérieur. Sa santé chancelante lui interdit tout déplacement extérieur tandis qu'Henk a cessé d'être éditeur lié à Nintendo. Les deux hommes se perdent de vue : "j'aurais voulu le voir une dernière fois. Il était mon mentor bien que je savais que je ne pourrais atteindre sa stature."
 
Au revoir M. Yamauchi. Tu seras éternellement mon ami.
Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Commentaires

LordSinclair
Signaler
LordSinclair
Voilà un éclairage nouveau sur la psychologie de Yamauchi, qui avait l'air d'être un sacré têtu !
Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Polochon : c'est bien ce que je dis, 1 euro par pièce vendue, c'est peu...très peu...c'est même pas ce que gagne un vendeur chez Darty ou But en prime.
Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Je ne suis pas dans le management pour rien...
Retromag
Signaler
Retromag

Polochon : Par contre, il me reste une question sans réponse: mais quel est donc ce fameux jeu de go?!
(Mes excuses si je pose une question à laquelle la réponse devrait être évidente, mais je ne me suis jamais intéressée au jeu de go sur console!)


je ne crois pas qu'il soit sorti en France. Peut être est-il référencé dans la bible Nes ?

Masahiko666 : alors qu'il a cette même personne à disposition et pour pas un rond...


très, très juste l'ami...
Polochon
Signaler
Polochon
Pour les 100 yens pas forcément, aujourd'hui ça représente environ 1 euro (à l'époque un peu plus? le taux de change est particulièrement e notre défaveur en ce moment), soit ce que gagnait généralement à cette époque un membre de groupe lambda après avoir signé dans une maison de disques. D'où, moi, ça ne me choque pas. En gros, si 10 000 exemplaires étaient vendus (réaliste ou pas à l'époque au Japon pour un jeu de go?), il gagnait 10 000 euros.

Dans tous les cas, c'est peu certes mais pas du tout "de l'exploitation affreuse", ça me paraît même complètement être dans les habitudes de l'époque pour ce qui est de la rémunération des auteurs.
Masahiko666
Signaler
Masahiko666
100 yens par copie vendue ? Ben mon vieux, c'est du salaire d'esclave ça...

fenryo : pourquoi GB engagerait quelqu'un de compétent, se mettrait des charges inutiles sur le dos, alors qu'il a cette même personne à disposition et pour pas un rond...pourtant, notre ami Retromag le mériterait amplement, mais comme il le dit, les finances du site sont sûrement au raz des paquerettes (la preuve, deux rubriques excellentes viennent de passer à la trappe).
Polochon
Signaler
Polochon
Je ne sais pas dans quelle mesure ce point de vue (celui du monsieur) est vraiment pertinent ("ces gens qui se disent amis parce qu'ils ont des relations professionnelles agréables, franchement...", en gros), mais ça donne un certain éclairage sur la personnalité de Yamauchi, c'est certain. Et j'aime bien la manière avec laquelle ton article est tourné.

Par contre, il me reste une question sans réponse: mais quel est donc ce fameux jeu de go?!
(Mes excuses si je pose une question à laquelle la réponse devrait être évidente, mais je ne me suis jamais intéressée au jeu de go sur console!)
fenryo
Signaler
fenryo
Mouais, en tout cas merci pour tes articles, ça m'aide à conforter ou adapter ma veille sectorielle pour notre studio. Évidemment au moment de remercier césar, je citerais mes sources.
Retromag
Signaler
Retromag
j'aimerai bien, mais embaucher quelqu'un c'est aussi une charge, je pense pas que les finances de GB soient capables de supporter d'autres salariés. Le recours aux stagiaires donnent une idée de la difficulté. J'espère que la hausse d'audience que le site connaît lui donnera les moyens de se pencher sur la question. ;)
fenryo
Signaler
fenryo
cool là j'ai lu, bonne pioche de recherche. Pourquoi tu bosses pas pour gameblog avec tout ça, tu sembles avoir "le nez" des bons sujets pourtant.
Retromag
Signaler
Retromag
j'y court ! :)
fenryo
Signaler
fenryo
preeeeeeeeuuuums (même si g pas encore lu) sinon retro fait un tour sur mon blog il y a un post où ton avis lumineux me ferait plaisir. (maintenant je lis)

Édito

L'exercice est tellement délicat lorsqu'il s'agit d'écrire son premier édito ! Comme le nom l'indique, Retromag est une nouvelle publication sur le rétrogaming dont je suis le responsable. Je vous présenterai ici, le magazine en cours de création. J'espère de tout coeur vous savoir nombreux à me suivre et à partager vos (vieux) souvenirs !

 

Archives

Favoris