Indé, Néo, Rétro...

Indé, Néo, Rétro...

Par Retromag Blog créé le 28/10/11 Mis à jour le 04/07/15 à 10h26

Toute nouvelle publication sur le rétrogaming !

Ajouter aux favoris
Signaler
jeu video rétro
 
Après l'hommage unanime, place au droit d'inventaire ! La disparition d'Hiroshi Yamauchi laisse un héritage complexe à gérer à ses héritiers spirituels. Aux commandes de Nintendo depuis l'année 2005, le président Satoru Iwata a promis de respecter la mémoire du défunt en préservant certaines emplettes controversées. Il ne s'agit pas de maisons closes, mais de l'équipe de baseball des Seattle Mariners, l'une des grandes passions de Yamauchi.
 
C'était l'une des acquisitions de Nintendo qui avait fait grand bruit, déchaînant les réflexes nationalistes nord-américains dans un contexte très hostiles au Japon. Les accords bilatéraux du GATT (devenu l'OMC) débouchaient au début des années 90, sur l'ouverture du marché des États-Unis aux importations automobiles nippones, au grand dam des constructeurs automobiles locaux. Probablement orchestrées par la puissante General Motors, de violentes manifestations éclataient sur le territoire nord-américain. Elles avaient fait la Une des journaux et télévisions pendant plusieurs semaines, cherchant le spectaculaire comme cette scène hyper médiatisée montrant des américains excédés, détruire à la masse des voitures japonaises stationnées dans les rues.
 
C'était dans cette bouillante atmosphère qu'Hiroshi Yamauchi jeta en 1992 son dévolu sur l'équipe de baseball des Seattle Mariners en signant un chèque de 125 millions de dollars. Née dans la douleur, cette formation accuse un parcours sportif en dent de scie jamais récompensé d'un titre. Malgré l'absence de palmarès et plombée par un déficit chronique, Nintendo of America a pour obligation de conserver sa participation majoritaire. Un ordre venu directement de la maison-mère en dépit du fait que NoA dispose depuis 2004, d'une véritable autonomie de gestion accordée par Yamauchi un an avant sa démission du poste de PDG. C'est Howard Lincoln, ancien homme fort de la branche américaine qui prit la direction du club.
 
Il aura fallu attendre près d'une décennie pour que les citoyens de Seattle reconnaissent en Nintendo le chevalier blanc venu sauver de la faillite cette équipe de baseball. En interne, l'emprise tyrannique de Yamauchi avait fait taire les voix discordantes de son conseil d'administration exprimant ses craintes sur la pertinence d'une telle acquisition pour les comptes de Nintendo et s'alarmant également sur le risque que l'image du constructeur soit éclaboussée par l'animosité ambiante.
 
Selon Lincoln, la cession des Seattle Mariners n'est pas à l'ordre du jour : "Hiroshi Yamauchi était un visionnaire. Nous devons ne pas oublier tout ce qu'il a fait pour la ville de Seattle et le Nord-Ouest", a-t-il déclaré à Biz Journal.
 
Mise à jour, la déclaration officielle non traduite :
 
Last week the Seattle Mariners organization lost the man responsible for saving baseball here in Seattle. Mr. Hiroshi Yamauchi purchased the Mariners franchise in 1992 as a gesture of goodwill to the citizens of the Pacific Northwest. He transformed his great grandfather's playing card company, Nintendo, into a global video game powerhouse. his gift of baseball to this region will never be forgotten. Mr. Yamauchi will forever be a significant figure in Mariners baseball history. He will also be remembered throughout the game for his role in moving forward the opportunity for Japanese baseball players to play in the United States."
 
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Donald : ...mais tellement populaire au Japon... Personnellement, je n'ai jamais rien capté aux règles, et il semble devoir être dans un état second pour y trouver un quelconque intéressement.

A chaque fois qu'il y a un changement de direction dans une compagnie, il faut craindre un revirement radical quelquefois, et ce n'est pas toujours pour le meilleur.
Donald87
Signaler
Donald87
Le base balll ... Un sport bien marginal chez nous.

Édito

L'exercice est tellement délicat lorsqu'il s'agit d'écrire son premier édito ! Comme le nom l'indique, Retromag est une nouvelle publication sur le rétrogaming dont je suis le responsable. Je vous présenterai ici, le magazine en cours de création. J'espère de tout coeur vous savoir nombreux à me suivre et à partager vos (vieux) souvenirs !

 

Archives

Favoris