Indé, Néo, Rétro...

Indé, Néo, Rétro...

Par Retromag Blog créé le 28/10/11 Mis à jour le 04/07/15 à 10h26

Toute nouvelle publication sur le rétrogaming !

Ajouter aux favoris
Signaler
jeu video rétro
 
Pour susciter la curiosité autour de leur production, les développeurs indépendants se réclament souvent d'une affiliation directe ou non à des titres passés qui ont pesé dans l'inconscient collectif des joueurs. C'est le cas de Chris Sorrell avec James Pond ou encore d'Ed Annunziata, candidat malheureux au retour d'Ecco (The Dolphin) quand d'autres dépêchent les services de vétérans comme Yoshihisa Kishimoto (Double Dragon) pour parfaire le réveil d'une vieille franchise NES tombée dans l'oubli, River City Ransom.
 
Et lorsque le bagage professionnel des développeurs indépendants est dénué de références historiques, ils se réfèrent couramment à des poids lourds qui ont instruit leur propre production. Il existe un jeu qui revient sur toutes les lèvres : Metroid. À tel point que l'on parle volontiers de Metroidvania pour qualifier cette tendance quasi systématique au référencement de ce chef d'oeuvre lancé en 1986 sur NES. Et pour cause, la structure de ce jeu est devenue un principe fondateur pour l'ensemble de la communauté indé qui cherche à se prévaloir d'un solide repère, d'une philosophie de conception unique destinée à perfectionner leur réalisation.
 
 
"Tout le monde veut faire du Metroid", exagère à peine Kenny Lee, co-créateur de Rogue Legacy dans les colonnes du site Eurogamer.net. "C'est mon style de jeu préféré, corrobore Moise Breton, réalisateur du jeu A.N.N.E. Il y a très peu de texte. L'histoire est racontée par les environnements de jeu et les événements". Grâce à l'émergence des acteurs du financement participatif et la dématérialisation des canaux de vente, la scène homebrew Nintendo est en mesure de sortir de l'ostracisme dans laquelle elle est plongée depuis plusieurs années. Visages peu académiques de la communauté des développeurs indépendants, ces programmeurs de l'ombre piratent l'ancien matériel des constructeurs pour réaliser des titres originaux ou issus de licences connues sans autorisation préalable. Ainsi, il n'est pas rare de tomber sur une toute fraîche adaptation de Mario sur Atari 2600 voire même de jouer à une démo de Star Fox sur Mega Drive...
 
Le principal motif qui fait de Metroid un modèle de développement incontournable tient en sa structure basée sur l'exploration ouverte émaillée de plates-formes, où la progression nécessite la mise à niveau de l'équipement et des compétences de l'héroïne. Mais pas seulement : "au-delà de la mécanique, il y a l'atmosphère du jeu, l'absence d'assistance et sa difficulté globale. Le monde de Metroid est indifférent à votre présence, sa programmation n'est pas systématisée, c'est ce qui fait son originalité" ajoute James Petruzzi, auteur de Chasm.
 
 
Et cette alchimie est complexe à reproduire : "les résultats sont variables [...] le format Metroid est complexe [...] peu de jeux indépendants est une fidèle interprétation de l'expérience Metroid [...] (beaucoup) empruntent des éléments et des idées à intégrer dans un design linéaire" fait remarquer James Petruzzi. Cave Story de Daisuke Amaya illustre cette hésitation entre amalgame opportuniste et fidélité. L'héritage laissé par l'équipe dirigée par Gunpei Yokoi est donc difficile à retranscrire malgré les moyens infiniment plus perfectionnés dont les programmeurs indés disposent. Et cette équation échappe même à cette génération de développeurs travaillant pour Nintendo, obligée d'externaliser la relance de la série (le très linéaire Metroid Other M) faute d'idées novatrices...
 
Ajouter à mes favoris Commenter (19)

Commentaires

Sakesannin
Signaler
Sakesannin
Niko Bellic > Teste Guacamelee! ;)
Retromag
Signaler
Retromag
Merci Kututou ! ;)
kitutou
Signaler
kitutou
Et un blog ajouté à mes favoris! Sinon ce Métroid, assurément un des meilleurs jeux de la nes.
Niko Bellic
Signaler
Niko Bellic
Pour le moi, le principale problème des clones de Metroid, même les meilleurs, oublient un élement de taille qui fait que Metroid défonce tout : le mouvement.

C'est bien gentil d'avoir des niveaux ouverts à explorer dans Castlevania, mais le perso est lourd, et le gros point fort de Castle, c'est les combats, pas la plateforme. A l'inverse dans Metroid, tout est fluide, tout s'enchaine, les nouveaux équipement permettent des mouvements plus fluides et améliorent l'exploration, dans la plupart de ces jeux, les nouveaux mouvements sont juste la pour permettre de tuer tout le monde de manière plus éfficace.
lerenwe
Signaler
lerenwe
Pour Mario et Kirby, ils sont à court d'idées aussi, ça les empêche pas d'en faire ^^
Retromag
Signaler
Retromag
J'ai plutôt l'impression qu'ils sont à cour d'idées !
lerenwe
Signaler
lerenwe
J'ai jamais compris pourquoi Nintendo fête les anniversaires de Zelda, Mario, et même Kirby, mais n'a jamais rien fait pour Metroid... La série est mal aimée, au japon, ou quoi ?
Donald87
Signaler
Donald87
Bel article ... Un jeu incontournable :)
winston
Signaler
winston
Metroïd m'a aussi marqué au fer rouge. Et vive le mindfuck dans le II, quand tu comprends que l'ultime sortie, de la salle du boss de fin, donne à dix mètres à gauche de ton vaisseau :D Et que dire aussi de la découverte de Samus sans combinaison à la fin des crédits ! Moi qui pensais que c'était un homme jusqu'à ce moment.
PoulpyBlast
Signaler
PoulpyBlast
Moi aussi, pas moins, pardon xD
PoulpyBlast
Signaler
PoulpyBlast
Je plussoie moins aussi pour la coolitude, et surtout, c'est teeeeellement vrai !
lerenwe
Signaler
lerenwe
Je viens juste de me rendre compte de l'affreuse coquille de mon commentaire, bref =p
Avec Other M, je suis clairement resté sur ma faim, en tout cas =/
Retromag
Signaler
Retromag
Et bien merci pour ce saisissant éclairage, c'est bien de témoigner ce vécu ! Metroid est donc un cas d'école pour toutes les générations. Dommage en effet que Samus ne fait que des apparitions dans Super Smash au lieu d'un vrai jeu.
lerenwe
Signaler
lerenwe
Excellent à lire en écoutant ça : =p

Je dois avouer que même pour moi, Metroid attire les fantasmes.
Je suis actuellement étudiant en Game Design, et j'ai une forte envie de devenir un jour développeur indépendant.
En attendant que ce jour arrive, je profite de mes exercices pour imaginer les jeux que j'adorerais créer, et il faut bien que je l'avoue: énormément de ces idées tournent autour du Metroidvania.
J'ai joué à Super Metroid sur le tard, mais j'ai pris un tel pied à chacune de mes runs (Pas plus de quatres, ce me semble, pourtant), que ce jeu est instantanément devenu culte à mes yeux.

Je suis presque obsédé par ce genre, au point d'avoir financé Legend of Iya presque uniquement parce que le développeur annonce un Metroidvania. J'ai joué ensuite à tout ce que j'ai pu qui était de qualité: Cave Story, dans un registre un poil plus éloigné, et ensuite Castlevania SOTN qui fut assez incroyable...

Mais très franchement, depuis Metroid Prime, il faut bien se l'avouer. Depuis Metroid Prime, Samus commence à bien me manquer, et Nintendo semble n'en avoir rien à cirer. Triste monde que celui-ci.

Votre court article m'aura donc bien touché, très cher.
Fenrile
Signaler
Fenrile
j'apprécis énormément moi qui suis un fan devant l’éternel de metroid ^^
Retromag
Signaler
Retromag
Sympa Olive ! :)
oliveroidubocal
Signaler
oliveroidubocal
Je plussoie sur la coolitude! :D
Retromag
Signaler
Retromag
Merci Le Hobbit ! ;)
Le-Hobbit-Ninja
Signaler
Le-Hobbit-Ninja
Toujours aussi cools tes articles ! :D

Édito

L'exercice est tellement délicat lorsqu'il s'agit d'écrire son premier édito ! Comme le nom l'indique, Retromag est une nouvelle publication sur le rétrogaming dont je suis le responsable. Je vous présenterai ici, le magazine en cours de création. J'espère de tout coeur vous savoir nombreux à me suivre et à partager vos (vieux) souvenirs !

 

Archives

Favoris