Indé, Néo, Rétro...

Indé, Néo, Rétro...

Par Retromag Blog créé le 28/10/11 Mis à jour le 04/07/15 à 10h26

Toute nouvelle publication sur le rétrogaming !

Ajouter aux favoris
Signaler
jeu video rétro
 
En plus de la qualité graphique, les consoles modernes s'accompagnent souvent d'une exigence de gameplay de plus en plus poussée. C'est pourquoi certaines licences historiques qui ont vu le jour sur consoles 8 et 16 bits sont tombées en désuétude quand d'autres arrivent à répondre aux aspirations des joueurs actuels. C'est le cas de la licence Castlevania qui malgré son quart de siècle, traverse les générations sans trop de casse. L'épisode Lords of Shadow développé par MercurySteam sur consoles sortantes, démontre que cette franchise dispose de ressources insoupçonnées.
 
La récente prolongation du droit de disposer légalement de la marque Contra par Konami nous éclaire sur la forte probabilité de voir un jour ou l'autre ressurgir ce bijou d'action survoltée. Dave Cox du studio MercurySteam tient toutefois à poser des conditions : "il faudra apporter quelque chose d'unique et d'intuitif qui n'a jamais été exploité jusqu'à maintenant. Vous ne pouvez plus proposer un shoot basique. Vous avez l'obligation d'innover. Je pense que si nous réfléchissons à un concept inventif et que nous l'appliquions à l'univers de Contra, il s'en dégagera un projet étonnant".
 
 
Konami a bien tenté d'externaliser le développement de suites afin de relancer la série. Wayforwad (Contra 4/NDS/2007) et Arc System Works (Hard Corps Uprising/PSN, XBLA/2011) ont suivi un cahier des charges différent dans la forme. Quand l'un a puisé dans les racines du premier Contra pour en produire une suite directe (Contra 4), l'autre studio est paresseusement sortit des sentiers battus : "le problème inhérent avec ce genre d'épisodes, c'est l'absence de bouleversement des fondamentaux" regrette Cox. Le créatif pointe du doigt "les actions basiques appartenant au passé" à reproduire maintes et maintes fois. Il évoque l'expérience acquise dans la refondation des principes historiques de jeu de Castlevania. Elle lui a enseigné, à lui et son studio, la nécessité de dépasser les acquis d'une série "afin de dépasser le marché de niche des joueurs confirmés".
 
Pour ce dernier, la résurgence de la licence Contra s'envisage comme pour "l'appréhension d'une nouvelle IP". Dave Cox imagine interpeler "les joueurs de Call of Duty", cette audience massive qui "n'a aucune idée de ce qu'est Contra". Il faudrait selon lui, "réintroduire la franchise auprès de ce public" avec le devoir "d'être innovant", répète-t-il à l'envi. Cela tombe bien, l'amorce de ce nouveau cycle technologique est annonciatrice "de nouvelles choses". L'appel du pied à Konami est lancé.
 
 
 
Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Commentaires

Buros_1st
Signaler
Buros_1st
Faut voir, ça peut être intéressant , comme le dit "Masahiko666", il est vrai que Castlevania reprend les codes de certains jeux U.S, mais je trouve qu'ils l'ont bien fait, donc je demande a voir et il faut se dire que ça ne peut pas être pire que les versions de Double Helix sur Playstation :), du moins je l'espère ^^
Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Après, je trouve que ce Lord of Shadow est une réussite, beau et addictif, mais rien de véritablement original n'en ressort...sauf peut-être les petites énigmes bien pensées...
Et Contra sur Amstrad n'est pas une daube, sauf que, comme beaucoup de jeux dans le même genre (comme Ghost'n Gobelins par exemple), il n'est pas fait pour une jouabilité à un bouton...alors je te laisse imaginer un Streer Fighter (6 boutons normalement) sur Amiga 500 qui avait aussi des manettes à un bouton...
enjoy-jp
Signaler
enjoy-jp
Marre de voir des légendes Japonaise telle que Contra ou Akumajo Dracula,s'occidentalisé pour attiré plus de monde,Je suis dégoûter....

On est passé d'un extrême à l'autre, de l'hégémonie Japonaise à celle Occidentale...
Retromag
Signaler
Retromag
Voilà, voilà... Contra sur Amstrad est donc une daube. Je croyais que toutes les versions étaient soignées indépendamment du fait que l'originalité était absente. Et +1000 pour Castlevania, beaucoup de pompage à gauche et à droite, je me demande si l'implication de Kojima dans cet opus a beaucoup pesé sur la créativité du studio espagnol.
Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Contra, un jeu excellent et porté sur bon nombre de consoles et de machines de l'époque. L'opus Amstrad était l'un des pires, car les sprites étaient bien trop petits pour que l'on puisse les éviter. Et puis la maniabilité joystick à un bouton ne se prêtait pas aux jeux de plates-formes/action du genre (sauter en inclinant le manche vers le haut, le tout en courant, était un calvaire qui ne marchait qu'une fois sur trois en moyenne). Sa dernière suite en date, sur PS2, est plutôt sympathique et sait garder l'esprit de la série.
Par contre, lorsque l'on me dit que l'esprit d'autres jeux comme Castlevania est toujours présent, je crie haut et fort que ce n'est pas le cas. Il suffit de voir le dernier en date de cette mythique saga pour s'apercevoir que les codes sont maintenant piochés dans diverses autres licences à succès (God of War, Shadow of the Colosus, par exemple).
Retromag
Signaler
Retromag
Merci de ce précieux conseil Kasai, c'est vrai qu'il faut un minimum d'organisation pour améliorer le confort de visite. ;)
Kasai
Signaler
Kasai
Très bon article encore une fois.
Au passage, j'en profite pour te conseiller de faire un petit tri par catégories car cela permettrait à des visiteurs de pouvoir relire d'anciens articles plus facilement (je suis en train de revoir cela sur mon blog aussi car l'inconvénient de gameblog est que tu as vite fait "d'enterrer" les anciens posts). Dans tes catégories tu n'as que deux rubriques, c'est dommage ;)

Enfin bref, continue comme ça :)

Édito

L'exercice est tellement délicat lorsqu'il s'agit d'écrire son premier édito ! Comme le nom l'indique, Retromag est une nouvelle publication sur le rétrogaming dont je suis le responsable. Je vous présenterai ici, le magazine en cours de création. J'espère de tout coeur vous savoir nombreux à me suivre et à partager vos (vieux) souvenirs !

 

Archives

Favoris