Indé, Néo, Rétro...

Indé, Néo, Rétro...

Par Retromag Blog créé le 28/10/11 Mis à jour le 04/07/15 à 10h26

Toute nouvelle publication sur le rétrogaming !

Ajouter aux favoris
Signaler
jeu video rétro
Fragile, lent, coûteux, inopportun... En 1993, le CD-ROM n'avait pas bonne presse chez Nintendo. Échaudés par la conduite hasardeuse des partenariats noués avec Sony puis Philips, et confortés par les échecs cuisants des CD-i, PC-Engine et Mega CD, les lieutenants du maître de guerre Hiroshi Yamauchi avaient été sommés de trouver une solution de substitution. Malgré le vieillissement du support cartouche, ses avantages restaient intacts aux yeux de l'homme fort de Nintendo. Toutes les ressources du pôle Recherche & Développement étaient donc mobilisées pour réaliser l'impossible (une routine sous sa présidence) lorsqu'au beau milieu de l'année 94, les ingénieurs annoncèrent avoir mis au point une méthode de compression de données révolutionnaire.
 
 
Grâce à de puissants algorithmes, une simple cartouche Super Famicom pouvait contenir théoriquement jusqu'à 100 Mo de données (contre un maximum de 8 Mo commercialement autorisé sur cette 16bits). Avec l'aide de la puissance du hardware du Project Reality (N64), la capacité de traitement rehaussée des processeurs appuyée par une plus grande bande passante avait considérablement facilité la compression. Nintendo était donc en mesure de lancer sur le marché, une console dénuée de lecteur CD-Rom. Un avantage compétitif que le fabricant avait été en mesure de répercuter sur le prix de vente de son format nouvelle génération.
 
 
Mieux encore, les temps d'accès quasi inexistants sur ces super-cartouches (Doom 64 et Resident Evil 2 contrediront cette vérité) se démarquaient avec ceux très agaçants du support CD. Nintendo s'était empressée de déposer son brevet aux autorités de régulation compétentes afin de protéger sa découverte de la prédation des concurrents. En premier lieu desquels Sega qui contre toute attente, lança un périphérique cartouche 32X dont la prétention était d'offrir les premiers titres 32bits en 3D mapée du marché (sur support cartouche). Proprement vantée dans les publicités, manette en mains la réalité graphique tridimensionnelle était bafouillante. Une telle innovation dans le principe de compression des données d'un jeu ne pouvait qu'attirer l'attention de Sega. Mais ce dernier était hésitant à l'idée de reverser des royalties à son ennemi intime. Et se lancer dans cette recherche en interne prendrait beaucoup trop de temps et d'argent. Le PDG de Sega of America Tom Kalinske, partageait donc l'opinion d'Hiroshi Yamauchi sur la technologie imparfaite du CD-ROM. Cependant, celui-ci fut désavoué par ses homologues de Sega Japon. Il saborda la 32X au profit de la Saturn qui aura fait du support CD sa force de frappe commerciale (multimédia, jeux vidéo...).
 
L'homme à la tête de la branche américaine de Sega se sera converti bon gré mal gré aux désidératas de ses supérieurs, tandis que Yamauchi n'aura souffert d'aucune contestation interne ou si peu. La Nintendo 64 fut la dernière console du constructeur à proposer le support cartouche.
 
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Je suis d'accord, un cd ou un dvd coûte quelques dizaines de centimes d'euros en production (après-tout, ce qu'un bout de plastique circulaire), alors qu'un support cartouche est bien plus gourmand en matière d'hydrocarbure. Et puis, après les consoles 16 bits, et malgré le succès des machines au support numérique, Nintendo a tout de même sorti la N 64, et elle n'a pas fait un bide du tout (même si je suppose que le succès ne fut pas celui escompté).
Quant à la capacité des cartouches, demandons-nous combien un jeu Neo-Géo, pourtant sur ce support, peut atteindre en terme de puissance et de place...330 méga me semble-t'il, du moins au maximum...bon ok, les cartouches de la rolls des consoles étaient presque plus grosse que la bécane elle-même, et quasiment aussi chères aussi.
Ash_Barrett
Signaler
Ash_Barrett
La différence Nimmegil, c'est qu'entre temps le prix des supports à considérablement baissé. Ce qui a permis, à l'époque, l'explosion du CD-Rom est aussi son prix très faible, qui a permis de vendre des jeux moins chers.
Nimmegil
Signaler
Nimmegil
Le paradoxe de cette histoire c'est que finalement a une epoque le CD a supplanté la cartouche, et voila qu'aujourd'hui on revient a de l'installation de donnée quasi-systématique sur un support physique externe :)
Le principe de la cartouche de jeu n'etait pas si Has-been que ça finalement ^^

Édito

L'exercice est tellement délicat lorsqu'il s'agit d'écrire son premier édito ! Comme le nom l'indique, Retromag est une nouvelle publication sur le rétrogaming dont je suis le responsable. Je vous présenterai ici, le magazine en cours de création. J'espère de tout coeur vous savoir nombreux à me suivre et à partager vos (vieux) souvenirs !

 

Archives

Favoris