Indé, Néo, Rétro...

Indé, Néo, Rétro...

Par Retromag Blog créé le 28/10/11 Mis à jour le 04/07/15 à 10h26

Toute nouvelle publication sur le rétrogaming !

Ajouter aux favoris
Signaler
jeu video rétro
 
Arc System Works tient bon la vague et tient bon le vent. Le studio de création derrière l'inusable Guilty Gear fête ses vingt-cinq années d'existence. Un quart de siècle à promouvoir sans sourciller la 2D en dépit des progrès visuels considérables de la troisième dimension. À ce stade, cette constance n'obéit pas un effet de mode, mais résulte d'un véritable dévouement. Minoru Kidooka le sait bien, il pilote davantage par amour que guidé par un sens aigu des affaires, ce studio hors norme.
 
L'homme fort d'Arc System Work n'a pas le sentiment d'avancer à reculons à l'intérieur d'un secteur abandonné au déterminisme technologique. "Vous savez, les épreuves n'ont pas été nombreuses" atteste Kidooka dans la dernière livraison de Famitsu. Il précise qu'en 1988, les conditions d'exercice de son métier étaient très favorables : "lorsque nous avons fondé cette société, les jeux se vendaient à la pelle." À ses débuts, ASW était sous-traitant pour de grands éditeurs. Des dizaines de titres ont été réalisés "sans même que nous en soyons crédités" regrette-t-il.
 
Cette première entrée dans le monde irrespectueux du développement suscita une salutaire prise de conscience : "c'était en 1993, la PlayStation venait d'être officiellement annoncée. Sony faisait les yeux doux aux éditeurs. Je me suis présenté à une réunion pour y acquérir un kit de développement. J'y suis allé en douceur. Ainsi, une des raisons pour laquelle Arc existe, c'est parce que Sony Computer Entertainment a créé les conditions environnementales et financières pour que les petites structures puissent devenir concurrentielles". Le studio prend donc les habits d'éditeur afin d'avoir le contrôle sur ses propres créations : "le statut de développeur indépendant est épuisant".
 
 
Attaquer de front les géants de l'édition n'effraie pas le dirigeant. La très prolifique productivité du studio témoigne de cet optimisme. Douze jeux ont été commercialisés cette année. La 3DS a gagné les faveurs d'Arc, surtout le dématérialisé sans toutefois y tirer une grande satisfaction : "l'ensemble de l'industrie s'oriente vers le contenu téléchargeable et le free to play [...] nous sommes aux avant-postes en plus d'avoir un pied dans la branche arcade [...] bien que ce ne soit pas la plus belle des manières de fêter nos 25 ans, nous démontrons notre efficacité à nous adapter à différents modèles d'affaires et de croissance des revenus."
 
Kiddoka prépare activement la fin de la transition de marché avec la promesse de commercialiser à un rythme soutenu, un titre tous les deux mois dès 2014. En tête d'affiche, la version PS3 de BlazBlue Chronophantasma qui sera appuyée par une série animée en octobre prochain au Japon. Le responsable espère que cette boulimie n'entamera pas l'énergie créative nécessaire à la réalisation "d'un nouveau Guilty Gear [...] Daisuke Ishiwatari (directeur du jeu) travaille d'arrache-pied pour mettre à profit ses quinze années d'expérience" souffle Kiddoka. Très appréciée pour sa direction artistique débridée (personnages comme décors), Guilty Gear poursuit sa mue en côtoyant "la 3D" comme une perspective visuelle 2D "cela ne devrait pas décevoir les fans" présume le dirigeant.
 
 
Si jusqu'à maintenant, Arc est resté réfractaire au polygone c'est à cause de ses carences : "c'est difficile de réaliser des mouvements fous en 3D, tels les bras d'un personnage qui s'étire en longueur [...] nous devons nous en tenir à la 2D." Quand bien même cette identité visuelle n'attire qu'un marché de niche, Arc System Works s'en satisfait. Et ce ne sont pas les consoles de prochaine génération qui pointent le bout du nez, avec leur cortège de nouveautés telles que le coud gaming, qui changeront quoi que ce soit : "nous faisons ce que nous avons envie de faire depuis 25 ans [...] tout ce que j'ai à faire est de conserver cet environnement de travail".
 
Une belle preuve d'authenticité saupoudrée d'une pointe de militantisme. La 2D vivra !
 
Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Commentaires

Masahiko666
Signaler
Masahiko666
@Buros_1st : on a déjà eu toutes les peines du monde à en avoir un...
Buros_1st
Signaler
Buros_1st
Je prie pour qu'il nous sorte un deuxième Hokuto No Ken & qu'ils nous le sortent sur les console actuel ou futur, mais ça n'a pas l'air d'être prévue!!!... quelle misére :S
Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Ouais, personnellement, je préfère les premiers, et surtout l'opus 95, sur ma Play. Je trouve les musiques vraiment sympas et les graphismes plutôt réussis, même s'ils sont loin d'être à la hauteur pour ce genre de machine. Mais, pouvons nous parler de génie en voyant l'épisode sorti sur PS3 (le 12 ou le 13, je ne sais plus) ?
Retromag
Signaler
Retromag
KOF Maximum est une honte, sans parler de la direction artistique complètement au rabais !
Masahiko666
Signaler
Masahiko666
C'est totalement vrai, et les conversions de jeux de baston 2D en 3D sont souvent catastrophique (les 2 KOF Maximum Impact sont mauvais et lents, et je ne parlerais pas de Street Fighter EX 3).
Retromag
Signaler
Retromag
C'est particulier Masahi, les jeux de baston 2d ont une de ses pêches par rapport à la 3D :D
Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Je n'ai jamais accroché à la série des Guilty Gear, peut-être trop en avance sur les autres jeux de baston en 2D. Mais une chose est sûre, le studio de développement a pu démontrer que la Playstation était tout aussi bien taillée pour la 3D que pour la 2D. Et je sais aussi qu'il y a encore beaucoup de nostalgiques qui aiment les jeux de baston en 2D...
Retromag
Signaler
Retromag
Idem, j'ai téléchargé Guilty Gear sur Psone, très en avance sur son temps :D
Migaru
Signaler
Migaru
Ils sont toujours restés fidèles à eux-mêmes, sans se monter la tête avec des ambitions inutiles. Je les respecte beaucoup pour ça, et j'attends le prochain Guilty avec impatience ;)

Édito

L'exercice est tellement délicat lorsqu'il s'agit d'écrire son premier édito ! Comme le nom l'indique, Retromag est une nouvelle publication sur le rétrogaming dont je suis le responsable. Je vous présenterai ici, le magazine en cours de création. J'espère de tout coeur vous savoir nombreux à me suivre et à partager vos (vieux) souvenirs !

 

Archives

Favoris