Indé, Néo, Rétro...

Indé, Néo, Rétro...

Par Retromag Blog créé le 28/10/11 Mis à jour le 04/07/15 à 10h26

Toute nouvelle publication sur le rétrogaming !

Ajouter aux favoris
Signaler
jeu video rétro (Jeu vidéo)
 
C’est une histoire américaine. Une invraisemblable histoire américaine pêchée sur le fil d’actu de news.Yahoo.com US. Nous sommes en 1982, en plein âge d’or du jeu vidéo. À travers le pays, les salles d’arcade ne désemplissent pas. Toutes les générations se pressent devant les bornes Pac-Man, Centipede, Donkey Kong pour y dépenser en masse argent de poches ou voir fondre leurs bas de laine pour les plus âgés. Si les acteurs de cette industrie florissante nagent dans un bonheur fragile, ce nouveau loisir n’est pas au goût de tout le monde.
 
Avec des succès divers, des politiciens en mal de publicité, associations familiales ou groupes sectaires se pressent dans les médias dans le but de diaboliser le jeu vidéo. Leur croisade trouve un certain écho auprès de l’opinion publique américaine tandis qu’en l’absence d’organisme représentatif, les constructeurs et opérateurs tentent de se défendre en ordre dispersé.
 
 
Fort heureusement, le formidable engouement populaire porté au jeu vidéo résiste aux nombreux procès d’intention menés par ses détracteurs à travers les États-Unis... en dehors d’une petite bourgade qui se distingue par l’absurde. La municipalité de Marshfield dans l’État du Massachusetts tranche dans le vif. Ce divertissement est interdit au motif que « les jeux vidéo sont addictifs, incitant à l’école buissonnière et poussant de manière déraisonnable à la dépense d’argent », se souvient un résident de la ville initiateur de cette prohibition. La Cour suprême du Massachusetts valide l’impensable. Les nombreux recours emmenés par une partie des habitants de la ville afin de casser cette décision de justice aberrante n’y feront rien, la Cour Suprême des États-Unis refuse d’arbitrer.
 
 
À deux reprises, en 1994 et 2011, les défenseurs entreprennent de mettre fin à cette condamnation injuste sans succès. Il faut attendre 2014, à l’initiative d’un citoyen déterminé et l’appuie d’entreprises locales pour que cette décision municipale d’arrière-garde soit enfin cassée après 32 ans d’existence : « Nous avons entrepris quelque chose d’important », résume Graig Rondeau, l’heureux instigateur du référendum organisé pour l’occasion. C’est avec 203 voix contre 175 que la ville de Marshfield sort enfin de la préhistoire.
 
Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Commentaires

Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Tout ceci ne m'étonne pas des amerloques, rendre un loisir nouveau diabolique, mais surtout, ne pas toucher aux autres us et coutumes qui sont, pour la plupart, bien plus dangereux et bêtes. Je crois que bientôt, dans nos dictionnaires français, en face du mot débiles, on trouvera l'image d'américains... Et comme le dit Waldotarie, le jeu vidéo rend gros...mais pour eux, c'est déjà un peu trop tard.
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
Je suis scandalisé !!

...ils ont oublié de dire que ça rendait gros et bête aussi... :(
ManoloWest
Signaler
ManoloWest
A noter que les américains votent pour tous un tas de choses, bien plus que nous, même le sheriff est élu. Mais bon je pense pas que les policiers du patelin allaient chez les gens vérifier si les jeunes jouaient ou non au JV :D, surtout vu la popularité de celui-ci dans ce pays.
Retromag
Signaler
Retromag
c'est vrai, ce pays est symbole de tous les excès !
Donald87
Signaler
Donald87
Consternant ...
Venant de certaines dictatures, ce comportement excessif (pour ne pas dire plus) n'est pas étonnant. Les jeux vidéos font partie de ces symboles occidentaux considérés comme "le mal inacarné" mais voir une telle attitude aux USA, cela laisse songeur ... Quoique on peut trouver des "petites choses gênantes" chez l'Oncle Sam ...
Retromag
Signaler
Retromag
Oui, la Chine vient de lever son boycott. Les autres vont suivre !
zipoo-one
Signaler
zipoo-one
Malheureusement ce ne sera pas la dernière puisque certain pays imposent encore une censure concernant l'industrie du jeux vidéo comme la Chine ou la Corée du nord et il doit en exister d'autres que je n'ai pas connaissance.

Édito

L'exercice est tellement délicat lorsqu'il s'agit d'écrire son premier édito ! Comme le nom l'indique, Retromag est une nouvelle publication sur le rétrogaming dont je suis le responsable. Je vous présenterai ici, le magazine en cours de création. J'espère de tout coeur vous savoir nombreux à me suivre et à partager vos (vieux) souvenirs !

 

Archives

Favoris