- Replay Value -

- Replay Value -

Par Atila Blog créé le 18/11/12 Mis à jour le 03/10/15 à 10h50

Ajouter aux favoris
Signaler
Castlevania

Quand on est un fan absolu de Castlevania, chaque sortie d'un nouvel épisode est un événement. Aussi, depuis le reboot de la série il y a 2 ans avec le cultissime Lord of Shadow, autant vous dire que ce nouvel opus devait mettre la barre sacrément haut pour éviter de faire pale figure face à son ainé!
Autant être claire, c'est chose faite!

Pourquoi?
Tout d'abord, la série n'a jamais vraiment brillé par son scénario! C'est désormais chose faite puisque en revisitant les origines du mythe avec Lord of Shadow et en apportant une profondeur inégalée jusqu'alors(depuis le film de F.F. Coppola) au personnage de Dracula, le joueur se retrouvait face à un véritable dilemme: Le Roi des Vampires n'est-il finalement pas la victime et, en choisissant la voie des ombres, n'est-il finalement pas le vrais héros de toute la saga??? Toutes similitudes avec d'autres méchants du jeux vidéo (Sephiroth!?) étant fortuite...
Ce virage inattendu a permis d'aborder la série sous un nouvel angle en plaçant le joueur, non plus simplement dans la peau d'un chasseur de Vampire mais bien au milieu d'une guerre entre 2 camps, les Belmont et les Vampires, chacun ayant sont lots de doutes, de regrets, de colères, de haines...
Avec ces certitudes ébranlées, le joueur est amené à se posera la question: Ce que je suis en train de faire (massacrer du vampires et autres familiers) est-il juste? Ma quête est-elle fondée? En ai-je simplement le droit? Pourquoi?
Ce Mirror of Fate s'inscrit dans le prolongement de cette logique. En relatant l'histoire parallèle de 3 personnages au destin irrémédiablement lié, Trevor Belmont le père, Simon Belmont le fils et Alucard le Vampire repenti,  le joueur ne pourra pas vraiment s'identifier à tel ou tél personnage mais plutôt à une idée globale, un objectif simple: tuer Dracula. Toutefois, et c'est là que le scénario est génial (selon moi), Dracula, de nouveau pierre angulaire de cette épisode, est lui aussi directement lié "par le sang" aux Belmont. Ce qui le touchera lui, impactera forcément l'ensemble des protagonistes. Toute actions aura donc des répercussions directes sur tous!
Egalement, le principe de pouvoir jouer plusieurs Belmont sur plusieurs générations apporte d'autant plus de profondeur et de chemins narratifs inédits à l'histoire déjà relativement travaillée!

Ensuite, la mise en scène. Dans la continuité de la série, l'aventure se déroule dans un environnement familier: le Castlevania, LA forteresse de Dracula. Cependant, contrairement à Lord of Shadow et ses environnements variés et ouverts (à ciel ouvert j'entend), Mirror of Fate fait le choix de se dérouler uniquement dans la demeure du Démon en pleine nuit... A ceux qui y voient là un manque d'originalité ou simplement de la fainéantise de la part des développeurs, je répond: QUENINI!!! Ce choix est simple! Créer un huit clos entre les personnages. Un lieu unique, un lien unique auquel ils ne pourront s'échapper, condamnés à s'y débattre jusqu'a trouver une issue forcément dramatique. Personne ne pourra se défiler.
En outre, l'OST du jeux est juste à pleurer. Dans la droite lignée du précédent opus, les envolées symphoniques ajoutent clairement un coté épique à l'ensemble. Magique!
Par ailleurs, si la 3D n'apporte finalement pas grand chose de plus si ce n'est une pseudo immersion renforcée, des maux de tête et si le jeux n'est pas forcement renversant de beauté, il a une âme! Et c'est bien cela qui fait sa force!

Enfin, petite déception au niveau du game design, du classique de chez classique. Quand Lord of Shadow dépoussierait le genre avec sa gestion de la contre attaque et de la dualité du pouvoir lumineux et obscur, ce Mirror of Fate, ne reprend qu'une partie du gameplay de son grand frère tout en conservant les inévitables magies, double sauts, course rapide... On ne change pas une recette qui gagne me direz-vous. Gardons à l'esprit qu'un gameplay crée pour une jeux en full 3D n'est pas forcément transposable sur un jeux en full 2D (enfin en 3D aussi car on n'est sur 3DS...)
De même, dommage que les zones du château soient finalement assez petites comparées aux anciens épisodes DS notamment. L'exploration est donc plus limitée. Je trouve aussi regrettable que les cinématiques en cell shading n'est pas été plus travaillées. On sent clairement qu'il manquait quelques semaines aux développeurs pour bien finaliser le tout...

En Conclusion. Digne successeur de Lord of Shadow, ce prélude à la suite tant attendue Lord of Shadow 2 est juste excellente. S'il est dommage que le gameplay percutant du premier épisode ait moins d'impact sur cette version nomade, Mercury Steam nous plonge dans un univers noir grâce à son histoire beaucoup plus complexe et adulte qu'il n'y paraît. Tiraillé entre 2 camps, le joueur va perdre petit à petit toute notion de bien et de mal ne se focalisant plus que sur son objectif: Dracula! Définitivement LE personnage clé de la saga.
Un must have tout simplement, qu'on soit fan ou simple amateur du genre action/plateforme. Vivement la suite!!!

AtilA

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Archives

Favoris