- Replay Value -

- Replay Value -

Par Atila Blog créé le 18/11/12 Mis à jour le 03/10/15 à 10h50

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux Vidéo

 

Je ne pouvais faire un titre plus évocateur... Venant de terminer RE6 et ayant passé pas mal de temps dessus, je souhaitais vous faire part de mes impressions, à chaud...

Au coeur de l'actualité il y a quelques semaines, RE6 (Biohazard en VO) a, comme le 4ème et 5ème opus avant lui, déchaîné les passions de l'immense communauté de fans dont, je fais partie.

La saga Resident Evil, pour moi, se découpe en 2 phases bien distinctes, du 1er épisode au Code Véronica (incluant les versions Gamecube), puis du 4, qui marque un changement radical d'orientation de la série, et tous les épisodes qui ont suivi.

Pour la faire courte (de toute façon, nombre d'entre vous le savent déjà !), les premiers Resident Evil (du 1 au Code Veronica donc) mettaient avant tout l'accent sur le côté survival/horror : munitions limités, pièges, énigmes tordus... Pour le côté « survie », tandis que le côté « horreur » était porté par une mise en scène travaillée, une ambiance sonore des plus crispante, un jeu de caméra fixes toujours bien placé et un gameplay, certes rigide, mais contribuant néanmoins au charme de la série.
Je vous passe les détails sur le scénario (pas très original mais qui à le mérite d'apporter son lot de surprises et d'avoir un semblant de cohérence) et les personnages...
Ce cocktail a donné, sans doute possible, naissance à de supers jeux, novateurs, non exempt de défauts certes, mais vraiment cultes !

En fin de cycle, Capcom décide de rebooter (décidemment à la mode en ce moment) la saga avec RE4 et son orientation action au détriment du côté survival, pourtant clé de voûte de la série jusqu'alors !!!
Si ce 4ème épisode est, à mon sens, une tuerie, une partie de ce qui faisait l'âme des Biohazard a disparu et continue de disparaître au fil des nouveaux épisodes...

Qu'est-ce que Resident Evil 6 ?
Ma réponse est simple. Vous prenez Dead Space pour le côté survival/horror, Gears of War pour le côté shooting/action, vous mélangez et vous obtenez RE6.
Le problème, c'est que le nouveau-né de Capcom ne parvient jamais et je dis bien jamais à égaler ses modèles !  On se retrouve donc avec un ersatz de Dead Space et Gears of War, sans âme qui ne se définit plus comme un Resident Evil que par son titre et son casting...  Ai-je besoin de rappeler qu'il n'y a plus aucune énigme, plus d'exploration, qu'on avance dans des environnements « couloirs » en permanence allant systématiquement du point A au point B et que le jeu nous indique même la destination !!! Allô, moi avoir 27 ans, moi être dans jeux vidéo et moi vouloir découvrir par moi-même ce que moi devoir faire... FRUSTRANT !!!

Attention ! Le jeu est loin d'être le navet que beaucoup ont annoncé. Graphiquement au point, mise en scène cinématographique nerveuse, gameplay imparfait mais pas honteux, un scénario de série B qui a le mérite d'exister, les 4 campagnes solo avec les histoires croisées et surtout la durée de vie (+ de 20H pour la partie solo!), RE6 a bien des qualités hélas effacées par un héritage trop lourd à porter.

Resident Evil faisait flipper, mais ça c'était avant... Et c'est bien dommage, aujourd'hui si je veux ma dose de sueurs froides et de zombies je branche Dead Space... Et si je veux ma dose d'action, je branche Gears of War...


Au final, RE6 n'est pas un navet mais tout au plus un « bon » jeu. Loin, très loin de ce à quoi nous avait habitué la série et ce à quoi nous sommes en droit d'attendre (2 ans de développement et + de 400 personnes dédiées au projet !)... L'héritage était trop lourd je vous dis...

Pour se consoler, quelques artworks bien sympa et des pics de l'édition collector PAL du jeu.

AtilA

 


Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Archives

Favoris