Le Blog de Raoul, le chien cinéphile

Par raoulcinephile Blog créé le 22/03/11 Mis à jour le 25/09/11 à 09h56

Je m'appelle Raoul et je suis un bouledogue français. Je suis également cinéphile. Du coup, comme je bouffe de la pellicule, voici mes critiques et mes extraits vidéos.

Ajouter aux favoris
Signaler
Extraits

Bonjour tout le monde,

Aujourd'hui, j'ai décidé de vous présenter un compositeur que j'aime particulièrement : Philip Glass. Son oeuvre est dense et va de la musique classique aux bandes originales de films en passant par des réalisations pour piano, dans un style épuré, comme l'excellent Piano Solo. Mais ce n'est pas de cet album dont je vais vous parler mais de la très belle B.O. du film Mishima.

Dur de choisir parmi les 14 titres le plus significatif, celui incarnant au mieux cette douceur, cette simplicité de la composition que Glass manie à merveille. Le dernier morceau, fin du film, hanté par ce violon déchirant, symbolisant à merveille le destin tragique de l'écrivain Mishima est probablement la grande réussite de cette B.O. La tête sur mon oreiller, cool le Raoul, je vous laisse écouter ce petit bijou.

 

L'article d'origine : http://raoulcinephile.over-blog.com/article-musique-mishima-closing-philip-glass-85114346.html

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Extraits

Bonsoir tout le monde,

Je voulais vous présenter ce soir un grand, et quand je dis "grand" je n'exagère pas, groupe de funk. Son nom ? Funkadelic ! Beaucoup citent One Nation under a groove comme le meilleur album de ces virtuoses, pour ma part je préfère parler de Maggot Brain. Titre fleuve de l'album qui porte le même nom. Dix minutes de guitare électrique sur fond de musique douce. De riffs lovés à une certaine aggressivité, plus ou moins contenue, cette ouverture qui ne ressemble en rien au reste représente à mes yeux la la folie créative de ces musiciens ou comment ce groupe de funk peut sortir des sentiers battus.

Il faudrait écouter l'album en entier, tout comme le One Nation under a groove cité plus haut pour apprécier à sa juste valeur ce qui se fait de mieux dans le funk. Mais comme je me borne à ne vous présenter qu'un titre, en espérant piquer votre curiosité, voici Maggot Brain. A écouter les yeux fermés, babines reposées, détendu sur un coussin moelleux.

L'article d'origine : http://raoulcinephile.over-blog.com/article-musique-maggot-brain-funkadelic-85016990.html

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Extraits

Bonsoir tout le monde,

Je ne pouvais pas ne pas vous parler du groupe Black Sabbath. Classique parmis les classiques, il n'empêche que la réputation de ces joyeux hardeurs n'est pas usurpé. A la sortie de l'album Paranoid, on découvre un son lourd, saturé, bref du brutal pour l'époque. Et pas du brutal qui tourne dans le vide, non, du bien fait. Les rythmiques sont efficaces, restent en tête, et même si Ozzy Osbourne n'est pas un grand chanteur sa voix si particulière (mais surtout les multiples arrangements et déformations de ses vocalises) offre un cachet supplémentaire aux titres.

Paranoid est un album étonnant et puissant. On passe de Planet Caravan, ballade envoutante, à des morceaux calibrés comme Paranoid (2:53) pour poursuivre du côté du rock progressif, du moins dans cette volonté de varier au maximum les tempos, mixer de multiples univers sonores et au final produire un titre de plus de sept minutes. Varié, riche et ayant incroyablement bien vieilli, Paranoid est un album à redécouvrir. Difficile, comme toujours, de ne choisir qu'un morceau. Finalement, j'ai opté pour War Pigs. Le titre d'ouverture, dantesque, aux retours incessants, bref tout simplement magnifique.

L'article d'origine : http://raoulcinephile.over-blog.com/article-musique-war-pigs-black-sabbath-82287729.html

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Extraits

Bonjour tout le monde,

Quand on me parle de chansons françaises drôles, en me montrant un disque de Bénabar, j'ai comme des envies de meurtre. Un coup de crocs dans la carotide, ça ne mérite pas mieux. Et qu'on ne me parle pas de Vincent Delerm ou je pars faire un attentat suicide à Montmartre. Quand on me parle de chansons françaises drôles, je cite immédiatement deux groupes (même si on retrouve quasiment la même formation) : Les Nonnes Troppo et les VRP. Deux groupes résolument géniaux.

Pourquoi ? Parce que musicalement, contrairement à Oldelaf par exemple, il y a de la recherche. Stop la guitare à trois accords, la mélodie plan-plan, et le phrasé chiantos; place aux instruments bricolés (une bassine, un balais...), aux déguisements de mauvais goût, aux paroles vraiment drôles, bref, redécouvrons ces albums comme La Mission Musicale des Nonnes Troppo justement. Premier disque, premier live, un concentré d'humour débridé. Choisir une chanson n'est pas simple, j'ai opté pour Corinne. Drôle, incorrecte, mais surtout arrivant à varier subtilement avec un final plus émouvant que ne le laissait penser le début. Un régal.

L'article d'origine : http://raoulcinephile.over-blog.com/article-musique-corrine-les-nonnes-troppo-81700713.html

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Extraits

Bonjour tout le monde,

Aujourd'hui, j'ai décidé de vous parler d'une artiste que j'affectionne particulièrement. Loin d'être méconnue, elle demeure une belle alliance de la saoul et du rock (la voix et le son). Il s'agit bien entendu de Janis Joplin. Face à des médias reparlant de Amy Winehouse, je me devais, moi, d'évoquer une autre chanteuse, morte bien jeune également, mais, à mon sens, bien plus talentueuse.

Deux carrières météoriques, certes, mais un leg franchement inégal lorsqu'on tente une comparaison expurgée de toute passion. C'est en réécoutant l'album Pearl, sublime réalisation bourrée de morceaux magnifiques, que j'ai pu réapprécié à sa juste valeur le talent de Janis Joplin. On parle souvent de Cheap Thrills, et de sa pochette dessinée par Crumb, mais il ne faudrait pas oublier ce premier album posthume. Je pourrais vous proposer Cry Baby ou Trust me mais plutôt que ces morceaux touchants, mais braillards, dessinant en creux la caricature de la chanteuse, je préfère mettre en avant Mercedes Benz, titre a capella d'une finesse incroyable. C'est beau, c'est simple.

L'article d'origine : http://raoulcinephile.over-blog.com/article-musique-mercedes-benz-janis-joplin-81279058.html

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Extraits

Bonjour à tous,

Aujourd'hui, j'ai décidé de vous parler non pas de musique mais de cinéma. La truffe plongée à nouveau dans le cinéma d'arts martiaux, je vous conseille au passage de lire la sublime (mais mal écrite) tétralogie Tigres et Dragons de Christophe Champclaux sur le sujet, je découvre et redécouvre quelques pépites. Le cinéma de Chang Cheh demeure actuellement pour moi une agréable surprise. Esthétiquement superbe (décors peints, costumes d'époque...), visuellement très brutal (ça saigne beaucoup...grosse inspiration/pompage de Tarantino), avec ce qu'il faut de drames voire de mélodrames.

Seulement, je ne vais pas vous parler aujourd'hui de La Trilogie du sabreur manchot mais de Jackie Chan, soit le cinéma d'arts martiaux, à Hong Kong, des années 80. Police Story demeure une des meilleures réalisations du brave Jackie, produisant et participant désormais à des films globalement médiocre, qu'ils se fassent aux Etats-Unis ou en Chine, il ne faut pas oublier ce qu'il a été. Les années 80, c'est l'âge d'or de cet ancien étudiant de la China Drama Comedy. Agile, jouant ouvertement sur le burlesque (le bonhomme glisse parfois quelques citations visuelles à des acteurs comme Harold Lloyd) par opposition au côté bestial de Bruce Lee, il s'épanouit clairement dans le polar urbain. Police Story sera le début d'une série globalement de bonne qualité, si on enlève le dernier, The New Police Story, un cran en-dessous des trois précédents. L'extrait que je vous propose est une baston homérique dans un espace de jeux pour les enfants. De quoi fournir de belles acrobaties à base de toboggan, barre verticale et j'en passe.

L'article d'origine

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Extraits

Bonsoir tout le monde,

On reste encore pour ce nouveau post dans le rock progressif, et cette fois-ci petit détour du côté de l'Angleterre. On a tendance à présenter, à juste titre, le groupe Genesis (ses débuts tout du moins, période Peter Gabriel) comme un des grands représentants de ce courant musical. Difficile de choisir un album à vous présenter, encore plus un titre comme je m'efforce de le faire. Du coup, j'ai opté pour la sécurité en mettant en avant la galette la plus appréciée par beaucoup de fans, mais aussi une des meilleures : Selling England by the pound

Les huit titres qui constituent cette oeuvre sont globalement de qualité égale. Les variations sont maîtrisées, les expérimentations ne versent jamais dans le maniérisme, bref les Anglais font des merveilles en ajoutant des instruments à vent aux bons moments, au milieu des guitares nerveuses à souhait et d'une rythmique de batterie envoutante. Un titre, j'y arrive, oui un titre. J'aurais bien proposé I know what i like, morceau "simple" mais diablement efficace. J'opte au final plutôt pour Dancing with the moonlit knight. La voix de Peter Gabriel est au top, la rupture vers le milieu du morceau est géniale, apportant alors un revirement dans l'univers sonore de la chanson. Bref, un grand morceau et surtout très représentatif de ce Genesis là.

L'article d'origine : http://raoulcinephile.over-blog.com/article-musique-dancing-with-the-moonlit-knight-genesis-80943462.html

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Extraits

 

Aujourd'hui, j'avais envie de vous parler d'un grand groupe de rock, au son qui me touche particulièrement : Creedence Clearwater Revival. Derrière ce nom à rallonge se cache du bon rock sudiste comme on l'aime. Direct, sans fioriture, filant des frissons à chaque note, avec un chanteur à la voix bien virile. Bref, du rock pour les mecs, ne me parlez pas de ces métrosexuels anglais actuels qui peinent à aligner trois accords. 

Cosmo's Factory est probablement la plus belle réussite du groupe. C'est bien simple sur 11 titres, on tient presque 11 pistes sublimes. Le morceau que je vous propose de découvrir, encore un titre fleuve (environ 11 minutes), se nomme I heard it through the grapevine. Sublime titre alternant  déclamations viriles du chanteur à la voix rocailleuse et solos de guitare sans aucun maniérisme, comme c'est malheureusement le cas chez certains. Le coeur du morceau revient à chaque fois avec plus de force, soutenu par des envolées électriques nous emportant chaque fois un peu plus loin. Bref, du tout bon que je vous somme d'écouter sur le champ. Ca puis l'album, bien entendu.

L'article d'origine : http://raoulcinephile.over-blog.com/article-musique-i-heard-it-through-the-grapevine-creedence-clearwater-revival-80725509.html

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Extraits

Aujourd'hui, j'ai décidé de vous proposer un grand classique du rock progressif, que dis-je, le groupe, l'album fondateur de ce mouvement pour beaucoup. King Crimson en sortant In the court of the Crimson King pose la pierre angulaire qui influencera plus tard tant de groupes se réclamant de ce mouvement un peu fou-fou visant à mélanger, étirer, malmener les sonorités, bref sortir des carcans d'un rock pépère.

21st Century Schizoid Man est le titre qui ouvre cet album, à mon sens le meilleur titre de l'album. Seulement, malgré la grande réputation de cette galette, à l'écoute on se rend bien compte que les cinq titres qui la composent ne présentent pas tous le même intérêt. Les ballades avec instruments à vent sont bien en-deçà de ce que feront d'autres groupes de rock ou artistes seuls comme Bowie. Néanmoins, l'écoute de cet album historique reste vivement conseillé et en particulier du premier titre que vous retrouvez ci-dessous.

L'article d'origine : http://raoulcinephile.over-blog.com/article-musique-21st-century-schizoid-man-king-crimson-80494133.html

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Extraits

Aujourd'hui, j'avais envie de vous présenter un artiste plus connu pour ses frasques de rock star, la provoc' gratuite qui m'ennuie à la longue, que pour son talent musical. Pourtant, Alice Cooper, c'est de lui dont je vais vous parler aujourd'hui, demeure un rockeur de talent. Je ne vais pas vous parler aujourd'hui de l'album Billion dollars babies, pourtant très bon, mais de Killer.

On trouve dedans un grand mélange d'univers musicaux permettant de ne pas cloisonner la production d'Alice Cooper dans la case rock. C'en est, à la base, mais les influences sont tellement diverses que l'album a vite fait d'échapper à toute étiquette un peu trop restrictive. On retrouve dans certains morceaux des bouts de musique classique, voire des expérimentations comme le rock progressif seul sait en faire. C'est ce dernier pan que je vous propose de découvrir avec Halo of Flies. Huit minutes de pure génie. On écoute et on savoure.

L'article d'origine : http://raoulcinephile.over-blog.com/article-musique-halo-of-flies-alice-cooper-80432678.html

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

Pendant que mes maîtres travaillent, moi je me regarde des films bien tranquille sur le lit. Cool la vie de chien.

Archives

Catégories