Le Laboratoire de Punch : Life After Death

Le Laboratoire de Punch : Life After Death

Par Punch Blog créé le 14/06/11 Mis à jour le 30/11/12 à 18h21

Un blog, pourquoi pas? Avoir été rédacteur pour un site de jeu vidéo qui s'est cassé la gueule après avoir grimpé péniblement les trois premières marches de l'immeuble de ses ambitions, je m'échoue ici. Bienvenue !

Ajouter aux favoris

Édito

 

 

 

 

 

Archives

Favoris

Catégorie : On y touche qu'avec les yeux

Signaler
On y touche qu'avec les yeux

Vous connaissais peut-être What's Shenmue Blue qui correspond à une version démo de Shenmue livrée avec les versions bleues des Dreamcast japonaises. Cette version est déjà très rare.

Il existe une autre version, plus rare encore, intitulée What's Shenmue Yellow Famitsu. C'est, en fait, la même démo du cultissime jeu Shenmue sauf qu'elle était livrée avec un magazine Famitsu. Cette version est juste IN-TROU-VABLE !

Source : http://shenmueangel.free.fr/page.php?cat=le-site&page=faq-shenmue

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
On y touche qu'avec les yeux

Ca, c'est du titre ! 

Aujourd'hui, nous allons nous interresser à deux pépites qui valent leur pesant de cacahuètes. Une console et un jeu.

La console :  Nintendo Jaguar JN-100 GameBoy Sewing Machine Combo

En premier lieu, je vous présente le Nintendo Jaguar JN-100 GameBoy Sewing Machine Combo, ce pack improbable sorti à 399$. Mais qu'est ce qu'on peut bien y trouver à l'intérieur?


Je ne vais pas tourner autour du pot, les joueurs pouvaient sortir de la boîte deux machines. Tout d'abord, une GameBoy Color accompagnée de son câble link, mais aussi et surtout, une belle machine à coudre Jaguar JN-100 ou Jaguar JN-2000 de la marque Nu-Yell (pour ce à qui ça parle)....


WTF?! Une machine à coudre?

Il s'agissait en fait de brancher, à l'aide du câble link, la console portable de Nintendo à la machine à coudre. Grâce à la GBC, le "joueur" réalisait  des patterns de broderie pour qu'ensuite la machine les brode sur un tissu. Quelle belle idée !


Comment une relation à pu se former entre les sociétés Nu-Yell de Nintendo ? D'ou vient cette idée, quelles sont les têtes pensantes d'un tel "combo" ? Où, quand, pourquoi, comment ? Je vous avouai qu'il est difficile de dénicher des informations sur cette console. Internet ne donne pas beaucoup de résultats et j'ai même envoyer un message à la maison Omaké Book qui m'ont avoué ne pas avoir beaucoup de choses à m'apprendre sur le spécimen. Bien des mystères rôdent autour de ce pack !

Avis aux collectionneurs !

Bien que très rare, le Nintendo Jaguar JN-100 GameBoy Sewing Machine Combo n'a pas pris un centime. Le distributeur Japan-Games vend une de ces consoles au prix de 399$ sur son compte ebay. Vous pouvez ici vous offrir une pièce d'exception.


Le jeu : Mario Family


Concrètement, Mario Family n'est un jeu comme les autres, comme on a l'habitude d'en voir. A vrai dire, ce n'est même pas un jeu. Pour découvrir ce que nous propose ce titre très méconnu sorti exactement le 10 septembre 2001, il fallait impérativement se munir du  Nintendo Jaguar JN-100 GameBoy Sewing Machine Combo. En fait, trente-deux patterns de l'univers de Mario était enregistrées dans la cartouche. Il ne restait plus qu'aux "joueurs" à sélectionner celle qu'ils souhaitaient afin que la machine commence à coudre. De Mario, à Yoshi jusqu'à Koopa Troopa, il est possible de décorer nos vêtements, nos rideaux, nos tissus de siège de voiture, nos draps.... d'une multitude de protagonistes.

 > Two designs of Mario standing and holding up two fingers on his right hand
  > Two designs of Yoshi standing with a grin on his face
  > Two designs of Luigi standing with one hand in the air
  > A design of Princess Peach standing and looking surprised
  > A design of Wario looking crafty
  > A design of Mario with a Wing Cap, landing with one foot down
  > A design of Mario's head and hand in front of a disc with a star
  > A design of Yoshi standing on his toes, looking very happy, with a star
  > A design of Boo
  > A design of a Cheep Cheep looking very full
  > A design of a flying Koopa Troopa
  > A design of a Koopa Troopa
  > A design of a small and a large Monty Mole
  > A design of a Swooper (an enemy that looks like a bat)
  > A design of a Goomba walking
  > A design of a Goomba with wings looking mad
  > A design of an especially cruel-looking Bullet Bill
  > A design of a Rex (an enemy that looks like a dinosaur)
  > A design of a Spiny with one spike
  > A design of a Blooper
  > A design of some kind of fish
  > A design of the Super Mario World 3-Up, which looks like a moon with a face
  > A design of a Star
  > A design of a Coin
  > A design of one of Yoshi's eggs
  > A design of Lakitu's Cloud
  > A design of a Mushroom
  > A design of a Red Berry from Super Mario World
  > A design of one of Mario's classic Pipes
 
Je tiens à te féliciter Pickman ! GG !
Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
On y touche qu'avec les yeux

Le prochain numéro de "On n'y touche qu'avec les yeux" portera sur... un pack et un jeu. Mais quoi ?

Je vous donne un indice, saurez vous trouver ? (seul Rooster ne peut participer)

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
On y touche qu'avec les yeux

Attention à ce qui va suivre ! 

L'édition collector et très limitée du jeu Enemy Zero, sorti sur la Sega Saturn et sur PC en , est une édition les plus "toujours plus" que je connaisse. La société au commande de ce jeu en a fait des caisses, et n'y voyait pas ici un jeu de mot

En premier lieu, intéressons nous au jeu. Il s'agit d'un génial survival horror, sorti au départ exclusivement sur Saturn (porté ensuite sur PC) qui avait pour particularité de tenir sur 4 galettes (ah... les prémises de la 3D). Sa réputation de jeu hyper flippant est du au fait qu'on ne pouvait voir les ennemis. Seul un avertissement sonore vous prévenez du danger. Il est édité et développé par les studios WARP, fondé par Kenji Eno. Dans ces studios, on pouvait y croiser le célèbre designer Famito Ueda ainsi que le l'immense compositeur Micheal Nyman. Que du beau monde

Revenons, à présent, à la versions collector d'Enemy Zero. Produite à seulement 20 exemplaires, celle-ci s'apparente à une caisse de bois dans laquelle se trouve un contenu exceptionnel, un contenu improbable, lisez plutôt la liste non exhautive :

- Le jeu 

- Une réplique du pistolet

- L'OST du titre

- Une cap Eneny Zero

- Un sac

- Une paire de gants (celle portée par Laura, l'héroïne)

- Un poster

- Une figurine en argile

- Une casquette

- et plus encore...

 

Si le contenu à ralonge laisse rêveur, que dire du livreur qui venait vous l'apportait en personne. Ce n'était d'autre que Kenji Eno, le producteur du jeu. Du grand délire ! Imaginez demain Hideo Kojima vous livrer Metal Gear Solid 5 !

Ce n'est pas la dernière fois que je vous parlerai de ce grand personnage atipyque car nous reviendrons prochainement sur quelques un de ses jeux majeurs.

Voila, à la prochaine.... comment ? Le prix vous intéresse. Environ 3000 euros. Ca sera tout ?

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
On y touche qu'avec les yeux

Salut mes geek, la pêche?. Alors pour commencer cette nouvelle semaine d'été, un billet sur une pépite comme les concours savait bien en délivrés autrefois. Enjoy!

Tout d'abord, qu'est que Kunio Kun? Kunio-Kun est une licence composée d'une trentaine de titres quasiment tous développés par les studios nippons de Technos Japan (excepté le dernier titre, sorti cet été, programmé par Million Corp.). Ce jeu de de sport jouissant d'une certaine notoriété au pays du soleil levant est jouable sur un panel assez large de différentes consoles. Jouable pour la première fois en arcade, la licence aura, par exemple, été accueillie par la Famicom (et se grande soeur, la Super Famicom), la Megadrive, la PC-Engine, la Game Boy et se paye même le luxe de s'incrire dans le catalogue ultra-réduit du Virtual Boy . Aujourd'hui, la Nintendo DS et la console virtuelle Wii Ware possède leur titre de Kunio-Kun.


Nous sommes là pour en savoir davantage sur un soft en particulier, celui répondant sous l'interminable nom de - attention, prenez votre souffle - Kunio-Kun no Dodgeball Da Yo Zenin Shuugou ! Tournament Special. Voilà, à présent, je vous préviens, je nommerai le jeu simplement par l'acronyme KKDDYSTS

Dans les années 90's, les concours organisés au Japon à des fins promotionnelles, permettant aux vainqueurs de gagner une "édition spécial" d'un jeu ne sont pas rares. Donc, en 1993, Technos Japan omet en place le sien (dont je n'ai pas trouvé le principe) et promet à huit heureux compétiteurs de repartir avec un coffret regroupant une cartouche Gold du jeu, un présentoir en plastique ainsi qu'une lettre de félicitation la part du développeur. 

  

Apparemment, aucun prix pour le coffret complet n'est supputé jusqu'à présent sur la toile. Toutefois, je vais vous donner de quoi vous imaginer sa valeur. Sachez donc que 50 cartouches Gold seules du jeu - hors coffret, donc - avaient été produites par Technos Japan. Leur prix est compris entre 1200 et 1500$ l'unité... Maintenant les enfants, imaginons combien pourrait coûter ce rarissime coffret édité en huit éxemplaires...

Quelques petites images des Kunio-Kun :

              


Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
On y touche qu'avec les yeux

  

_ Tetris???? C'est rare et cher?!

_ Ouais, Tetris

_ Tu reviens à peine de vacances et tu te fous déjà de notre gueule?

Salutation à tous chers gameblogeurs vacanciers, ou pas! J'espère que vous allez bien. Le gue-blo repart tambours battants après quelques semaines de sieste à la playa. La mer m'a rafraichie les idées , mon esprit est rasséréné, j'ai encore le soleil dans les yeux, du sable fin entre les orteils, la trace de bronzage des lunettes de soleil. Cependant, il reste bel et bien une chose dont je ne dispose pas. Une pépite qui vaut 50 fois le prix de mes vacances, et des votres réunies. Ce trésor s'appelle "Tetris". Mais pas n'importe lequel ; celui sorti sur la Sega Megadrive en 1990.

Tetris correspond au 7ème jeu sorti sur la console de Sega. Néanmoins, quand on s'interresse de plus près au listing recenssant l'intégralité des titres sortis sur l'immortelle Megadrive, le cèlebre puzzle game ni apparait pas. Pour cause, à cette époque, la guerre entre Sega et Nintendo fait rage et l'obtention (hautement stratégique) de la licence Tetris fait l'objet d'une bataille sans merci. 

Malgré tout, en 1990, la malhonnête firme du vil gangster Alex Kid développe un Tetris sur Megadrive. Evidemment,leur féroce concurrent Nintendo demandera à ce que Sega ne puisse pas mettre en vente le titre et la cour obligera Sega à détruire les exemplaires du jeu. Toutefois, si toute guerre compte ses morts, elle compte également ses miraculés. Ainsi, seulement dix examplaires seront sauvés de cette boucherie vidéoludique innomable. 

    

Il y a peu, la version Genesis du titre conçu par Alexei Pajitnov fera son petit buzz sur le continant rétro de la planète jeux vidéo. Effectivement, un exemplaire signé de la main du génie russe sera mis en vente pour la cocasse somme de un putain de millions d'euros.

 

.

 

  

Aller les enfants, les vacances, c'est terminé pour 50 prochaines décénies, papa vient de branquer une banque et doit se faire une partie de Tetris.

 C'est payant, Paris Plage?

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
On y touche qu'avec les yeux

Propeller Arena fut initialement développé pour l'ultime console de Sega, la Dreamcast. Programmé par la team Sega-AM2, le titre a bel et bien était entièrement terminé, cependant, jamais il ne sera distribué. Pourquoi? Aucune raison officielle n'a été communiqué mais les attentats du 11 septembre 2001semblent être la véritable raison de l'avortement de la sortie du soft en magasin. Pour cause, Propeller Arena se veut être un "Doom Like Aérien" et fut prévu pour sortir courant novembre de la même année. Lors de l'arrêt de la production de la Dreamcast en usine, Sega décida de repousser sa sortie. Malgré tout, peu après, la société représentée par l'hérisson bleu annula purement et simplement la distribution de Propeller Arena

Le titre proposait de prendre les commandes de bolides tels que le Spitfire ou encore le Mustang. Six combattant s'affrontaient et celui qui scorait le plus sur un lapse de temps prédéfinit remporter la victoire. Pour faire monter son scoring, le joueur devait pianoter sur son pad pour enchainer des figures en tout genre! Huit avions étaient accessibles ainsi que huit environnementsà survolés.

      

Il existe en circulation une version "Gold" de Propeller Arena. Celle-ci correspond à une version "Not For Sale" destinée à la démarche promotionnelle du jeu. Elle est insérée dans le  "GD ROM" de developpement de Sega (disque optique fonctionnant sur la Dreamcast) et très peu de modèles circulent sur internet. Son prix est supputé autour des 1000 euros tout en sachant qu'il existe boite et notice. 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
On y touche qu'avec les yeux

Aujourd'hui, parlons de la version "Gold Cartridge" de Rockman 4.

Un peu avant la sortie du 4ème volet de la cultissime licence en 1993 sur NES chez nous, Capcom organise un concours peu commun. Il s'agissait, pour les inscrits, de créer un boss chacun. Par la suite, le développeur en selectionnerai 8 boss d'entre eux. Les gagnant du concours ont reçu un double privilège. Le premier, et pour moi le plus dingue, était de voir apparaitre sa crétion dans le jeu. Ensuite, Capcom envoyait un chacun des 8 talentueux designer une cartouche dorée avec leur nom inscrit sur celle-ci. La Mega-classe! Il existe donc 8 cartouches dorées, elle valent environ 3000 euros l'unité... vous les avez mérité les gars, gardez les, hein! 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
On y touche qu'avec les yeux

Ils font sauter la banque des collectionnites, ils s'échangent contre des lingots d'or ou contre des kilos de Coke, leurs propriétaires fauchés les gardent dans des coffres forts en adamantium renforcé, pour certains, le terme "rare" n'est qu'un ridicule euphémisme, parlons aujourd'hui des jeux introuvables bien qu'existant. Pas de secret, quand nos pupilles se posent sur leurs côtes et leurs prix, on ne sait pas s'il faut rire ou pleurer. Inaccessible tant par leurs prix incommensurables (pour un simple soft) que par leurs quantités ultra-limitées, il faudrait presque que je demande à mon banquier de m'autorise de contracter un crédit sur quelques années pour pouvoir m'en offrir un, voire deux (je rigole qu'à moitié, vous verrais). 


Ces jeux extrêmement rares peuvent se diviser en plusieurs catégories :

                - Les éditions limitées et les « gold cartridges »:

Si aujourd'hui elles n'ont plus beaucoup de sens, n'étant pas si limitées que ça et parfois quasiment au même prix que la "version classique", il y a seulement quelques années on ne les trouvait pas dans tous les magasins d'occasion 15 euros. En d'autres termes, le vocable «limitée » disposait encore un sens et leurs prix plus conséquent étaient pleinement justifiés.

Si la plupart des éditions limitées proposent plusieurs « goodies » (soundtrack, figurines, artwork,...) en plus du jeu, le tout sous forme de coffret, les versions gold, quant elle, ne justifient le prix que par leur rareté. Au fond, les joueurs achetant un titre dans sa « cartouche dorée » disposait du même jeu (en termes de qualité, du contenu...) que celui-ci qui choisissait la version « classique. Sur la forme, eh bien, c'est doré, c'est rare.

 

-       Les versions promotionnelles,  « not for sale », ou sample rom.

Comme le titre l'évoque, il s'agit de jeux qui, au départ, n'étaient pas destinés à la vente. Bien que distribués aux magasins de jeux vidéo, ces demi-soft incomplets ne servaient qu'à des fins promotionnelles. Aujourd'hui, ces démonstrations fleurissent sur différents sites « e-commerce » et certaines s'arrachent à des prix exorbitant. Bref, la locution « not for sale » me conviens très bien.


-       Les jeux publicitaires ou préventifs

Bien que certaines sociétés européennes et américaines ont fait développer des jeux vidéo à des fins purement publicitaires et/ou préventifs, le phénomène resté bien plus important au Japon. La plupart de ces titres ne dépassés pas les frontières du pays dans lequel le produit mis en avant était vendus. De ce fait, les quantités sorties d'usines ne demeurées pas aussi importantes qu'un soft « classiques ».


-       Ensuite, je dirais qu'il y a les autres dans lesquels nous pouvons répertorier les jeux qui ont été distribués au compte-goutte (pour différentes raisons) ou les jeux Satellaview (exclusifs à la Super Famicom).

Je tâcherai de vous présenter certains de ces spécimens rares, convoités par une population atteinte par la fièvre colectionnite. 

HOP HOP HOP, on touche qu'avec les yeux!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)