Le Laboratoire de Punch : Life After Death

Le Laboratoire de Punch : Life After Death

Par Punch Blog créé le 14/06/11 Mis à jour le 30/11/12 à 18h21

Un blog, pourquoi pas? Avoir été rédacteur pour un site de jeu vidéo qui s'est cassé la gueule après avoir grimpé péniblement les trois premières marches de l'immeuble de ses ambitions, je m'échoue ici. Bienvenue !

Ajouter aux favoris

Édito

 

 

 

 

 

Archives

Favoris

Signaler

Voilà, dans cette article, en toute sincérité, je ne sais où je vais. A vrai dire, je ne sais même pas d'où je pars. Enfin, si, un peu puisque que je compte poster mon billet sur Gameblog.fr et qu'il apparait que c'est un site Internet consacré au jeu vidéo. Donc, je vais m'orienter vers un thème plutôt « geek », de préférence. Stop ! Je vous vois venir à me dire que je suis en droit de parler de ce qu'il me plait et pas exclusivement d'un élément de l'univers « geek ». Vous avez raison, mais si on part de ce constat, cet écrit ne décollera jamais, ô Grand Jamais. De plus, autant s'intéresser à un sujet qui parle à tout le monde ici présent.

Bref, j'ai bien envie de commencer par vous parler de Gears of War 3. C'est la première chose qui me vient à l'esprit, aller savoir pourquoi. Attendez,  je mets de la musique. J'aime écrire en écoutant de la musique. Voilà un peu de Soul. Oui, donc  j'ai fini la campagne de Gears of War 3 en coopération avec Rooster. Que dire ? Techniquement, il est bon, sans être une claque. Cependant les améliorations graphiques du jeu ne sont pas extraordinaires et on a quand même l'impression que l'Unreal Engine 3 a été optimisé jusqu'à la moelle (ce qui est surement vrai entre nous). Il reste des panoramas très agréables à contempler, pourtant Gears of War 2 m'avait bien plus convaincu. Les passages sous terre étaient géniaux graphiquement et j'avais énormément apprécié le contraste des couleurs, notamment.  D'ailleurs, je dois reconnaitre qu'il existe un point sur lequel la licence aura était au top tout au long des trois épisodes, le choix très intéressant des couleurs. Seulement, les décors restent grossiers, bien que Gears of War 3 me semble plus fin que ses prédécesseurs. Non ? En fait, en y repensant, je me dis que la licence s'est reposée sur ses acquis, et ce, depuis le premier épisode. Je consens volontier que ce que je viens de dire n'est pas totalement vrai. En effet, le moteur graphique a été améliorer d'épisode en épisode mais il est intéressant de constater que les reproches et les flatteries que nous faisions alors au premier GoW, nous les ressortons pour critiquer le dernier. C'est souvent le cas. Et lorsque j'affirmais que la licence s'était reposée sur ses acquis, parallèlement, j'évoque le fait qu'elle n'a pas, à mon humble avis, eu la volonté de progresser. Comme si elle avait tout misé sur ses forces et qu'elle avait mis de côté les quelques défauts  dont elle souffrait. C'est le cas pour le gameplay, notamment. Il n'a quasiment pas évolué. Il est très bon me dirais-vous, alors pourquoi le retravailler ? Parce qu'il s'avère être le principal élément de la lassitude que j'ai ressentie au bout de... pffff, aller, 7 heures de jeu. J'ai presque envie de dire qu'il était temps que ça s'arrête.  Pour moi, la licence s'essoufflait.

Bon, là je saute une ligne parce que je me rends compte que je sculpte un pavé imbuvable et je vais me chercher du lait.

Il y a un point sur lequel j'aimerai revenir, c'est la narration. Non mais franchement ! J'avais passé l'éponge sur celle-ci sur les deux premiers volets, seulement trop c'est trop. Déjà, je trouve qu'elle s'est appauvrie en termes de qualité. J'ignorais que c'était possible. Mais en plus, le titre semble se prendre un peu plus au sérieux et l'un dans l'autre, ça fait mauvais ménage. Si vous décidez de mettre en avant l'histoire de la saga - velléité louable - vous vous devez de servir aux joueurs une narration correcte. Sauf que dans GoW 3, j'ai l'impression qu'on alterne entre série de « blagues » non-drôles et hyper lourdes et dialogues inintéressants. A chaque vanne que j'entendais, je me suis fait la réflexion. D'ailleurs, en passant, pourquoi vouloir donner de l'importance au scénario. Parce que c'est le dernier opus ? Comme beaucoup de joueur, je me suis complétement détaché de la trame scénaristique dès le début. Du coup, l'histoire avait beau être mise en valeur dans GoW 3, je n'ai pas tout saisi.

J'aimerai d'ailleurs que l'on m'exprimer sur un « truc» que j'ai du mal à comprendre. J'ai lu ci et là que critiquer le scénario de GoW 3 n'avait pas grand intérêt car celui-ci ne s'avèrerai n'être qu'un prétexte. Là, il est une chose qui m'échappe. Car j'admets que cette affirmation est vraie pour des jeux de courses, de plateforme ou le shmup, par exemple. Mais, GoW 3 est un genre de jeu qui est adapté pour être rythmé par un scénar intéressant et mis en avant. Je ne m'en prends pas au fait que le scénario soit bon ou mauvais mais je me pose la question « pourquoi délaisser le scénario alors que le genre s'y prête bien ? ». Il s'agit d'une saga, si on cumule le nombre d'heure de jeu de chaque épisode, je pense qu'il y avait matière à écrite une histoire prenante. Au-delà même du fait que le scénario soit relégué au second plan, les personnages - mise à part Marcus - accusent un background faiblard, quand il n'est pas inexistant. De ce fait, on a bien du mal à véritablement s'attacher à eux. Et non, on ne s'en fout pas ! Pas moi en tout cas !


Le syndrome du « ne peut pas critiquer ceci sur tel jeu » sévit également sur beaucoup d'autres softs. Derniers exemples en date, Battlefield 3 et CoD : MW 3. Pour certains joueurs, s'en prendre au mode solo n'a aucun intérêt. Ah bon ? Dans la mesure où les développeurs intègrent une campagne solo, je pars du principe qu'on peut s'attendre à quelque chose de qualité quand bien même la partie multi reste le « coeur» du titre. Je rappelle que lorsqu'on paie un jeu 70 euros, une partie du prix concerne la partie solo du jeu. Si les programmeurs bâclent la campagne au profit du multi, pourquoi ne la retirent-ils simplement pas ? Ah oui, il reste des joueurs qui ne jouent qu'à celle-ci. Tellement peu. Ou alors, pourquoi ne sortent-il pas deux versions ; l'une complète, l'autre transportant que le multi ?

Presque tout le contenu d'un jeu est critiquable, toutes proportions gardées car il est évident que chaque élément est une importance relative.

Presque, parce que certains titres ne pourront peut-être jamais changer certains de leurs éléments. Prenons l'exemple de Mario. A chaque opus, et Super Mario Land 3DS n'a pas dérogé à la règle, le héros doit voler au secours de la princesse. Comment, aujourd'hui, pourrait-il en être autrement ? Comment s'imaginer Mario partir à l'aventure si ce n'est pas pour se fritter avec Bowser et sauver la Princesse Peach ? Si il prenait à Nintendo de changer l'histoire d'un Mario, je pense qu'ils prendraient des risques car un tel bouleversement attirait les foudres de certains passionnés. Ils n'ont aucun intérêt à modifier le scénario. On peut toutefois se poser une question : « dans quel cas pourraient-ils prendre une telle décision ? » Difficile à imaginer, mais admettons qu'un jour la licence s'essouffle .Peut-être que dans ce cas les têtes pensantes de la firme nippone pourraient être amenés à modifier l'histoire pour lui donner un nouvel élan. Mouais, j'essaie de me convaincre là car si un tel scénario devait se produire, il est fort probable que « quelque chose » serait rompu, à jamais.


Voilà. J'arrête là. Maintenant je dois trouver un titre... Comment ? Ecriture parlée ? Pas mal les gars ! Merci du tuyau !

J'ai fini mon lait...

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

Punch
Signaler
Punch
@Sirtank : J'ai du mal à interprété ton message
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Joli morceau d'écriture, même si je passe à côté des références (vu que je suis toujours bloqué dans les années 90).
Sirtank
Signaler
Sirtank
Le titre convient tout a fait a une rubrique aussi chaotique mais j'approuve l'idée que tout contenu doit être critiquable.