Le Laboratoire de Punch : Life After Death

Le Laboratoire de Punch : Life After Death

Par Punch Blog créé le 14/06/11 Mis à jour le 30/11/12 à 18h21

Un blog, pourquoi pas? Avoir été rédacteur pour un site de jeu vidéo qui s'est cassé la gueule après avoir grimpé péniblement les trois premières marches de l'immeuble de ses ambitions, je m'échoue ici. Bienvenue !

Ajouter aux favoris

Édito

 

 

 

 

 

Archives

Favoris

Signaler
Un Oeil sur...


Dix ans d'avance

Lors de la rétrospective consacrée aux Color TV Game, nous avions vaguement visité le jeune paysage vidéo-ludique de la fin des années 70'. Eh, bien restons-y ! Cependant, je ne m'en vais pas à nouveau vous compter l'histoire une série de consoles toute entière. Non, voyageons plus léger, en tout point. Aujourd'hui, concentrons-nous sur une unique console, une portable qui plus est. Place à la Microvision de MB, place à l'innovation.

 

Une société et un homme

 

Milton Bradley Compagny (ou MB) est une société fondée en 1860 dans leMassachusetts qui, à l'origine, se concentre sur l'édition de jeux de société, aujourd'hui devenus cultes. Ainsi, elle s'acoquinera avec le  succès grâce à des créations origine comme Twister ou Puissance 4 (sortis respectivement en 1966 et 1974). En 1984, elle est rachetée par Hasbro, importante firme spécialisée dans la commercialisation de jeux et de jouets de tous genres et de tous types. Cela dit, ce ne sera pas la seule société de jeu-vidéo à avoir été absorbée par cette grande société. En 1986,  Colecopasse également entre les mains de cette dernière ainsi qu'Atari et les studios de développement MicroProse en 1998.

 

Le concepteur de la Microvision, sortie en 1979, répond sous le très peu banal nom deJay Smith. Ce dernier imaginera également la seconde console - de salon, cette fois - de MB, l'imposante Vectrex, sortie quant à elle 4 ans plus tard, en 1983.

 

Une console et des jeux

Revenons à nos Sheep (big up !). La première génération du jeu-vidéo voit l'apparition d'importantes consoles de salon qui dynamiteront l'économie de cette industrie prometteuse. Toutefois, le marché n'accueille pas encore de console portable à proprement parlé et seul une montagne de jeux électroniques sont proposés par quelques constructeurs. La Microvision, pionnière sans conteste, apparait bien plus ambitieuse.

Les premiers jeux électroniques utilisés des systèmes d'affichage qui, de nos jours, à l'heure de la 3D et de la réalité augmentée, peuvent faire sourire. Beaucoup tâchaient de faire apparaitre sur leur écran des points lumineux générés par de simples diodes électroluminescentes. Ces points correspondaient soit à un personnage, soit au ballon de foot, soit à un élément important du décor, etc... Par la suite, bien des techniques d'affichage diverses et variées verront le jour. Ainsi, à l'aube des années 80', quelques consoles commencent à s'équiper des technologies LCD et VFD qui permettent de rendre visible des objets ou des personnages préalablement dessiner sur l'écran. Les plus connues d'entre elles restent les Game & Watch de Nintendo sorties dès 1980.

L'obèse Microvosion, quant à elle, propose un affichage par pixel. Son écran monochrome en contient 256, ce qui est parfaitement ridicule quand on sait que laNintendo DS fait 192 fois mieux (sic).

Toutefois, là où la Microvision se distingue le plus, c'est qu'il s'agit de la première console portable à fonctionner avec cartouches. Dix ans avant la GameBoyMB propose une console portable qui dissociait physiquement le hardware du software. Les cartouches intégraient les commandes spécifiques au jeu qu'elles contenaient, seule une molette restait sur la console.. Ces dernières se placées en façade de la console pour former un tout. Cette vidéo est plus explicite (bien qu'elle soit en espagnol) :

 (ici le lien si elle ne s'affiche pas : http://www.youtube.com/watch?v=rdZergDU4nA&feature=related)

Les processeurs - Texas Instrument ou Signetics allant de 4 à 8 bits - étaient implantés directement dans la cartouche. Pour faire fonctionner la plupart desMicrovision, il fallait se rendre dans une centrale électrique. Presque, en fait. Mise à part la seconde et troisième version, les Microvision devaient être alimentées par 2 piles de 9 volts... Oui, deux piles de 9 volts... Oui, c'est bien ça, deux piles de 9 volts... Ah je vous assure Monsieur, deux piles de 9 volts... Comme je vous le dis, deux... bon j'arrête. La Microvision, ou la consommation à outrance !

La ludothèque de la machine plafonne à douze petits titres parmi lesquellesBlockBuster - une variante de Breakout, jeu en vogue en 1979 - toute première cartouche livrée avec la console. Suivront ensuite :

- Bowling (1979)

- Shooting Star (1979)

- Flipper (1979)

- Vegas Slot (1979, commercialisé uniquement aux USA)

- Mindbuster (1979, commercialisée uniquement aux USA)

- Puissance 4 (1979)

- Bataille Navale (1980)

- Baseball (1980, commercialisée uniquement aux USA)

- Blitz (1981)

- Comic Hunter (1981, commercialisée uniquement aux USA)

- Super Casse Brique (1982, commercialisée uniquement en Europe)

Les premiers mois furent très prometteurs commercialement parlant pour laMicrovision. Seulement, la console ne demeure pas totalement fiable et l'arrivée en trombe des Game & Watch va considérablement faire chuter les chiffres de vente de la console de MB.

Une fiche technique

Processeur : 4 ou 8 bits à 100 KHz

Mémoire vidéo : 16 octets

Taille des jeux : 2Ko max

Graphisme : 16x16 pixels

Son : Bip sonore

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires