Le Laboratoire de Punch : Life After Death

Le Laboratoire de Punch : Life After Death

Par Punch Blog créé le 14/06/11 Mis à jour le 30/11/12 à 18h21

Un blog, pourquoi pas? Avoir été rédacteur pour un site de jeu vidéo qui s'est cassé la gueule après avoir grimpé péniblement les trois premières marches de l'immeuble de ses ambitions, je m'échoue ici. Bienvenue !

Ajouter aux favoris

Édito

 

 

 

 

 

Archives

Favoris

Signaler
Une anecdote anecdotique

Tous les Gamers connaissent, dans ses grandes lignes, l'Histoire du jeu vidéo de ses débuts, vers ses évolutions, en passant par son krach, ainsi que ses jeux et consoles cultes et moins connus. Cependant, il reste des points à éclaircir, à découvrir des anecdotes futiles en apparence mais qui viennent alimenter encore un peu plus notre culture vidéoludique. Néanmoins, j'ai pas envie de revêtir mon costume du "King de la réchauf' pour m'étendre sur les légendes urbaines dont tout le monde a d'ores et déjà entendu parler (du genre, le créateur de Pacman a imaginé son personnage en contemplant un pizza dont il manquait un quartier, et j'en passe...). Enjoy!


Aujourd'hui, nous allons parler d'un soft, un "classic 8-bits", édité et développé par les studios de TEMCO. Il s'agit de Rygar,  orienté vers un genre Action/Plateforme et sortit sur borne arcade en 1986. A la suite d'un succès indiscutable, il subira plusieurs adaptations vers les principaux supports de l'époque. Ainsi, Rygar sera jouable sur Amstrad CPC, Commodore 64, Lynx, Master System, NES, et enfin ZX Spectrum.

Malgré la qualité indéniable du petit bijou de TENCO, les joueurs reprochent à ce dernier de demeurer trop simple à leur goût. Le développeur prend cette remarque en note et s'appliquera à rehausser la difficulté en vue de la sortie européenne. Quand on y pense, on tient peut-être ici le seul avantage à recevoir toujours les jeux après les japonais et les américains. Bref, TEMCO à l'intention de faire les choses bien, néanmoins, l'histoire voudra que le studio nippon ait trop bien fait son travail.

Au départ, l'idée, pour durcir le titre, est simple et semble, aux premiers abords, efficace. Le principe veut simplement que la barre de vie soit diminuée de moitié. C'est tout, les programmeurs s'exécutent alors sans prendre la peine de réessayer Rygar pour juger de sa "nouvelle difficulté".  Sur d'eux, TEMCO exporte son désormais célèbre soft en Europe.

Seulement, les joueurs ayant eu le courage d'atteindre le 27ème et dernier niveau qui les amène à se frotter contre Lygar, ultime boss du jeu, seront stoppés par une fatalité sans précédent.

 Explication : il se trouve que dans la version "original du jeu, le boss envoyait une inévitable attaque qui liquider la moitié de votre vie. Logiquement, les pauvres européens, quant à eux, voyaient leur vie intégralement disparaitre, TEMCO ayant omis de diminuer la puissance des frappes du boss. 

Du coup, une réputation de "jeu impossible à terminer" colle à la maudite version européenne de Rygar. Il faut également conjuguer à ce défaut de taille, le fait qu'il n'existait aucun code ni même de système de sauvegarde. Pendant des années, personnes n'avait, apparemment, trouver le moyen de finir le jeu.

De nos jours, grâce à la magie de l'émulation, certains acharnés, patients, inconscients, masochistes, ont trouvés le moyen de se défaire de Lygar en évitant qu'il lance sa frappe mortelle. Cependant, je vous conseille tout de même de vous essayer à la version US si, toutefois, vous projetez d'y jouer et de vous amuser.

     

 

Finir Rygar, c'est possible!

Peace!

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires