La 44ème dimension

La 44ème dimension

Par pouilleux Blog créé le 14/06/10 Mis à jour le 03/01/15 à 23h23

Bienvenue dans la 44ème dimension!
N'attachez pas vos ceintures, détendez vous, le personnel de bord saura prendre soin de vos oreilles, vos yeux et votre esprit avant le crash.

Ajouter aux favoris
Signaler
littérature

Ma première visite à Tokyo a été une expérience pleine de contraste et d'antagonismes. Cette ville tentaculaire fait cohabiter le gigantesque et la miniature, l'indifférence et la proximité, le béton et la nature...Tokyo : ville schizophrène par excellence. En surface, Tokyo semble déshumanisée, tout ces codes et règles font des tokyoïtes des androïdes qui marchent au pas évoluant comme sur des rails. Mais ceci n'est qu'une facette de Tokyo. Si on zoome sur cette ville l'expérience tokyoïte se retrouve complètement renversée. 

Le charme de cette ville est à mon avis son absence de centre contrairement aux grandes capitales européennes. Tokyo est composé d'une multitude de petits centres et d'une infinité de lieux de vie microscopiques à l'échelle de la ville : que ce soit un petit restaurant de ramen de 9 mètres carré, un petit parc, une boutique ultra spécialisé en sous sol...Bref, les rencontres inattendues sont bien plus fréquentes en ces lieux.

C'est à cette échelle microscopique, à Hibiya Park, que l'intrigue de Park Life se déroule. Dans ce court roman d'à peine cent pages, Yoshida Shuichi capte l'essence de ce qui vient bousculer la monotonie de la vie citadine. La démarche originale de Yoshida Shuichi consiste à mettre au second plan la vie quotidienne (boulot métro) et à se concentrer sur les moments les plus anodins de la vie. L'histoire commence avec un homme employé d'un grand  magasin qui rencontre une femme dans le métro. Il décide alors d'aller se vider l'esprit dans le parc de Hibiya et retrouve la femme rencontré dans le métro. Ensemble ils comtemplent ce parc et ses visiteurs.

Un bouquin qui se lit d'une traite, une bouffé d'air pur dans nos vies étriquées.

Dewa.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Archives

Favoris