Premium

Warp Zone

Par Poisan Blog créé le 03/02/10 Mis à jour le 19/04/11 à 15h51

Welcome to Warp Zone !

Ajouter aux favoris
     
Signaler
Bilan 2010

À l'heure des rétrospectives, il s'avère que cette année vidéoludique - que l'on annonçait déjà très fournie en décembre dernier - n'a pas joué les mijaurées. Comme je suis quelqu'un de raisonnable, je ne possède qu'une seule console next-gen à la maison et, déjà, je fus comblé. Moi qui avais peur de « ne plus avoir de vie », j'ai dû me concentrer sur la PS3 afin de pouvoir conserver quelques heures pour d'autres activités (rémunérées, sociales ou purement divertissantes). Il faut dire que je m'en suis pas mal tiré, car j'ai pu vivre d'intenses moments de jeu vidéo (tout en laissant quelques titres de côté) sans pour autant avoir à plaquer mon travail, mes amis ou ma sexualité. Ouf.

Au milieu de ce cru d'exception, un titre se détache clairement du reste : Red Dead Redemption est un jeu comme on n'en voit pas vingt dans une vie de joueur. La qualité immersive du dernier chef-d'oeuvre de Rockstar, sa grande classe « naturelle » et surtout son écriture magistrale en font l'une des étapes majeures dans l'évolution du média. Désormais, le jeu vidéo peut tout nous raconter à travers ses propres codes : ici, c'est l'histoire d'un pays, la disparition d'une époque et l'avènement des structures sociales telles que nous les connaissons aujourd'hui, avec toute la part de violence et de dérive qui y est associée. Avec Red Dead Redemption, le recours au cinéma, qui servait jusqu'ici de béquille au jeu vidéo, n'a plus lieu d'être. Comme John Marston, son héros inoubliable, ce western crépusculaire est un modèle d'indépendance.

Red Dead Redemption, encore plus fun que de jouer à chat

Les détracteurs de Red Dead Redemption avancent un certain manque de fantaisie dans le gameplay. Certes, ce n'est pas du pur jeu vidéo contrairement à Bayonetta - qui est cette année mon numéro deux. Avec Bayonetta, et bien que j'y aie joué sur PS3 (mais franchement c'est tellement bon qu'on se fout que le portage soit raté), je me suis éclaté comme rarement. Système de jeu au poil avec des dizaines de combos et de vertigineuses esquives qui font perdre la tête, style ultra-pop bigarré et barré qui rappelle que le jeu vidéo c'est avant tout du « plaisir », une capacité hallucinante à nous surprendre constamment, à se réinventer sans cesse, à nous offrir un sens de la démesure qui ne fait que grandir alors même que le jeu démarre sur les chapeaux de roues. Bayonetta est tellement sexy que je n'ai même pas eu de remords à faire cette infidélité à Kratos, dont la dernière aventure en HD m'avait pourtant scotché. Qui a dit que le jeu vidéo japonais était mort ?

Bayonetta c'est vraiment le pied !

And ze number three iz French. Que l'on aime ou non le résultat, il faut avouer que la démarche d'Heavy Rain reste l'un des évènements les plus audacieux et les plus originaux de cette année. J'ai aimé le titre parce que j'ai apprécié sa réalisation artistique, l'implication intense qu'il construisait entre le joueur et les personnages, et je trouve que l'histoire ainsi mise en scène fonctionne parfaitement - avec une dimension augmentée par le caractère interactif du récit. Il est clair qu'Heavy Rain est davantage proche du cinéma que du jeu vidéo, mais je ne considère pas que ce soit un défaut. Même si je doute qu'on puisse réellement y rejouer, j'ai vécu une expérience originale et émouvante (que je raconte ici plus en détails) et cela suffit pour en faire un des très grands jeux vidéo de cette génération.

Heavy Rain, le premier simulateur de puériculture en HD

Pour résumer, mon top 3 de l'année sur Playstation 3 :

  1. Red Dead Redemption (Rockstar Games)
  2. Bayonetta (Platinum Games)
  3. Heavy Rain (Quantic Dream)

À venir prochainement : mes déceptions de l'année, les autres jeux qui m'ont marqué, ceux auxquels je n'ai pas pu jouer mais que j'aurais aimé essayer, et mes attentes pour 2011.

Stay tuned.


Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Warp Zone

Archives

Favoris