POIL A GRATTER

Édito

3615 Poil, le 3615 qui fait du 'ienb !

(ceci est un slogan)

Crée en lendemain de cuite par un type encore hirsute captant mal le Wi-Fi du voisin, POIL A GRATTER est avant tout l'oeuvre d'un mégalomane breton (pléonasme), et par conséquent poilu jusqu'aux pieds.

A priori éphémère, POIL A GRATTER se veut être une terre d'accueil - ou un radeau à la dérive, c'est selon - pour tous les excités du bocal et autres poujadistes et bolchéviques en herbe et dieu sait qu'ils sont nombreux parmi nous.

Ne vous installez pas trop confortablement, foutez pas le boxon et tout devrait bien se passer. Le patron est un original...

POIL A GRATTER, garanti sans épilation ! Bienvenue mes p'tit poilus !

Archives

Favoris

POIL A GRATTER

Par JohnJohnJohnJohn Blog créé le 17/10/13 Mis à jour le 12/07/15 à 01h39

Pilosité, duvet, pelage, toison, moquette, touffe, tonsure, pubien, hirsute, portugais...
Poil à gratter : quand ça gratte, faut pas hésiter.

Ajouter aux favoris

Catégorie : Guide Gameblog

Signaler
Guide Gameblog

Sorte de bonus stage, certains y trouveront un hommage subtil, au Guide Gameblog ultime pour devenir rédacteur (plébiscité par le New York Times et Midi Libre, faut-il le rappeler), Gameblog publia aujourd'hui avec malice un article obéissant scrupuleusement à la quasi intégralité des préceptes édictés, magnifiquement ciselé de la main de l'indispensable Rami_008. Huit, comme les huit préceptes ? Voyez par vous-mêmes. Du grand art.

 

______________________________________________________________________________________________

 

Les préceptes c'est ici. Comparez, si si ! J'insiste.

 

Gameblog sans Adblock ? J'ai testé pour vous !

 

______________________________________________________________________________________________ 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Guide Gameblog

(lumière tamisée, une voix caverneuse mais quand même un peu sexy prend la parole)

 

(Une voix qui aurait une bouche un peu comme ça. Bref, on se concentre !)

 

« Ils sont parmi nous. Ils vous côtoient, vous leur parlez parfois. Il vous est déjà arrivé de mettre un pouce vert à leur statut. Certains d'entre eux sont vos amis. Vous riez de leurs plaisanteries sur les forums et si vous pouviez, vous leur mettriez de grandes claques amicales dans le dos en vous tapant sur les genoux tellement ils sont adorables.

Ils sont parmi nous et naviguent sur Gameblog sans Adblock. Aussi incroyable que cela puisse paraître, ils parviennent, de temps en temps, à lire le contenu des articles sur lesquels ils cliquent. Mais pour les aider à traverser cette épreuve de tous les dangers et les encourager à rester eux-mêmes, voici le troisième épisode des guides ultimes Gameblog, j'ai nommé le fabuleux Guide Gameblog : naviguer sans Adblock, le guide ultime ! Oui, ça fait beaucoup, beaucoup, beaucoup de répétition. Oui, ça en fait. »

 

1) Premier précepte, le voici ! Il peut vous sembler parfois étonnant d'être seulement le quatrième à commenter l’article que vous avez aimé alors que vous étiez au taquet depuis 7H du mat' sur tout, mais alors tout, tout, tout. Tandis que vous cliquez innocemment sur l'article phare de la soirée, vous vous retrouvez, décontenancé, devant cette drôle de page :

 

 

Pris d'effroi, titubant malgré une abstention à l'alcool record (12 heures), vous vous êtes mis à cogiter. N'existerait-il pas une solution pour accéder directement à la page souhaitée ?

(la voix caverneuse clame alors le premier précepte)

« Non, dit la voix. Sapajou ! Tu regarderas jusqu'au bout cette publicité pour la MAIF. Oui, la MAIF ! En majuscules ! Sois patient. Pourquoi vouloir toujours aller plus vite que la musique bon sang de bonsoir. »

 

2) A l'heure de la réactivité totale et où la vitesse de l'information compte au moins autant que la nature de son contenu, vous vous insurgez en tombant nez à nez devant une vidéo pub et surtout devant cette phrase agaçante qu'elle arbore :

 

 

Mais non, vous ne souhaitez pas attendre ces fichues 17 secondes qui sont pour vous autant d'opportunités de cligner des yeux et Dieu sait que vous détestez cligner des yeux. Des frissons vous parcourent et soudainement, vous vous demandez : il doit bien y avoir une solution, quand même, pour ne plus avoir à attendre ces 17 secondes de l'angoisse ?

(la voix caverneuse clame le second précepte)

« Généreux tu seras, vilain canard ! A chaque clignement d'oeil que tu produis, sache que Gameblog gagne beaaaaucoup d'argent. Des milliards de dollars US en fait. Tu fais vivre Gameblog par ta patience qui est, je te le rappelle, mère de toutes les vertus. »

 

3) Vous adorez le cheval depuis que vous êtes tout petit. Drôle de loisir vous ont dit certains, ces fils de prolétaires qui tapaient bêtement dans un ballon. Nan, vous ça a toujours été le cheval. Va savoir pourquoi. Alors, à l'instant même où vous naviguez sur Gameblog et que vous tombez sur ce combo fatal...

 

 

 

... ce n'est pas vraiment votre bonne humeur qui est réveillée mais votre démon du jeu. Faisant fi de l'emprunt que vous avez réalisé pour vous payer une Twingo d'occasion, vous replongez salement, pariant des dizaines d'euros sur des courses truquées à Valparaiso. Bien entendu, et comme souvent, ce sont les chiliens qui gagnent à la fin. Et vous, vous déprimez et en voulez à mort à Gameblog de vous avoir remis en selle. (Hohoho...)

(la voix caverneuse clame le troisième précepte)

« Sbire, tu ne dois pas avoir de regrets. Venus du trampoline aurait dû coiffer Pétale de rose sur le poteau mais tu sais, le cheval c'est comme la vie, ça ne se passe pas toujours comme on l'avait espéré. Mais j'ai un indic', super bien calé et tout et tout, qui a un tuyau d'enfer sur le prochain demi-tour de piste. Tu me suis coco ? Allez, 20 balles, ça n'engage à rien. »

 

4) L'indic' avait tout faux et vous perdez 20 euros de plus mais il vous reste encore votre Twingo d'occaze à faire pâlir tout le quartier. Vous envisagez éventuellement la pose d'un aileron lorsque votre oeil se porte sur cette publicité, page d'accueil :

 

 

Alors que vous scannez la page à l'affut d'une news pertinente, vous vous rendez compte de l'absolue ringardise qui vous colle à la peau. Le nouveau Volvo XC60 donne à votre Twingo de serieux airs de Quatre Ailes Trophy... La déprime s'empare définitivement de vous. N'y aurait-il pas une solution pour...

(la voix caverneuse clame le quatrième précepte)

« Tu es envieux, sbire, et ce n'est pas bien. Résiste à la tentation (mais clique, steup), euh, prouve que tu existes, euh... Merde, attends, je suis totalement à cours de phrase cliché... C'est que j'avais pas vraiment bien bossé ce précepte. Je comprends rien à ton histoire de Volvo. Tu serais pas en train de raconter n'importe quoi ? Euh, allez tiens, deviens premiuuuuuum ! »

 

5) Un mardi soir comme un autre, vous tombez nez à nez sur cette page riche en informations :

 

 

La voix ne vous aurait-elle pas conseillé, dans le quatrième précepte, de devenir premium ? Cela tombe bien. Vous menez votre petite enquête et concluez rapidement, d'après les informations que vous parvenez à déchiffrer malgré les publicités qui vous assaillent, que vous devez mettre la main au portefeuille. Problème, celui-ci tire maintenant sévèrement la gueule. Vous tournez en rond, incapable de trouver une issue à vos maux. Survivre à Gameblog dans ces conditions devient mission impossible. Mais soudain, contre toute attente, vient cet instant béni des dieux, béni à travers les temps et à travers les âges : la voix prit la parole pour la dernière fois.

(la voix caverneuse clame le cinquième et dernier précepte)

« Lapinou, ne désespère pas. Oui, je sais, tu les entends crier depuis le début « Adblock, Adblock, Adblock ! » mais n'effectue pas de recherche Google sur ce nom bizarre, non non, arrête de tricoter avec tes doigts, ça suffit... Pourquoi tu tapes « Ad », « adverbe », tu tapes le mot « adverbe » hein c'est bien ça ? Oui, hein ? Oui ? Lapinou, fais pas le con ! Lapinouuuuuuuuuuuu ! »

 

(la voix tombe dans un trou de quelques kilomètres de long et s'écrase comme une merde et vous, vous vous rendez compte que les adverbes, « sournoisement » et « intrusivement » existent bel et bien)

 

______________________________________________________________________________________________

 

Les Guides Gameblog c'est super ? Retrouvez le premier guide consacré au métier de rédacteur à Gameblog ici et le second dédié à vous, ami lecteur, .

Zoubis ! (juste pour ceux qui cliquent, attends...)

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Guide Gameblog

Aujourd'hui lundi, suite de la série - soyons fous - acclamée par au moins trois pouces verts, des fabuleux guides Gameblog avec ce second guide dédié à vous, mes p'tits chéris lecteurs.

[Avant- propos : si vous souhaitez devenir rédacteur de Gameblog et mettre par conséquent toutes les chances de votre côté pour accomplir votre destinée, retrouvez mon premier guide ici, ou scrollez vers le bas comme des grands que vous êtes]

______________________________________________________________________________________________

 

Désormais fort d'une troisième place dans la course aux sites français consacrés aux jeux vidéos, Gameblog regarde plus que jamais vers le haut. Le site compte, en partie, sur des stagiaires fraichement recrutés pour faire grossir ses rangs et caresse le fol espoir de déloger les deux mastodontes francophones que sont Gamekult (le rival honni) et Jeuxvideo.com pour enfin toiser le reste du monde depuis la place qui lui revient de droit : la number one.

Dans ce contexte d'autosatisfaction béate, un guide pour « rester lecteur », qu'est-ce que ça veut dire ?

Ce guide s'intéresse à la frange « blasée » des lecteurs de Gameblog et disons-le clairement, ces gens-là feraient mieux de rester sur Gamekult. Leur langue de vipère ne peut se contrôler et ils restent, sournoisement, tapis dans l'ombre, à l'affut du moindre écart, guettant leur proie afin de les frapper à l'instant précis où leur vigilance se relâche. Notre présent guide vise à rassurer ces serpents qui sifflent sur nos têtes (et à citer Racine parce qu'on est classe ou on est des merdes, mais faut choisir), à leur indiquer la voie pour rester des lecteurs de Gameblog.

Alors prenez sur vous les mecs, cliquez et commentez, de toute façon si vous n'êtes pas d'accord, vous êtes encore là et c'est ce qui compte.

 

Commençons par ouvrir les chakras en grand. Bien en grand. C'est bon ? C'est parti.

 

1) Précepte numéro ouno : de vous agacer sur la syntaxe aléatoire des stagiaires vous vous abstiendrez. Car oui, dans ce cas, vous mordez à l'hameçon du fondamental sixième principe de tout rédacteur gamebloguien qui se respecte et qui consiste à valoriser, en creux, votre perspicacité quasi-divinatoire à repérer et dénoncer les fautes d'orthographe. Ainsi, vous vous sentez utile à la communauté par ce devoir - cette charge - de garant d'une langue française correctement utilisée et orthographiée. Mais vous vous plantez sur toute la ligne : étiez-vous vraiment venu, à la base, sur un site de jeux vidéos pour vous la jouer Bernard Pivot ? Soyons sérieux, vous perdez littéralement votre temps.

2) Gameblog doit donner à manger à tous ses lecteurs, de 7H du matin à minuit, de 7 à 77 ans. Espérer être intéressé par tous les articles du site reviendrait à défendre une théorie absurde comme celle qui consiste à croire qu'Elvis et Michael Jackson sont planqués sur une île déserte, super occupés à comparer la taille de leur zgeg toute la journée. Apprenez à respecter cette variété, tolérez la différence et arrêtez de persiflez. Cliquer sur tous les liens qui vous dérangent pour déverser votre bile vous fera manquer l'info que vous étiez venu chercher à la base (elle était bien planquée, entre une news évoquant Katsuni et l'autre sur GTA V, mais fallait vraiment la voir, ce n'est pas de votre faute).

3) Il s'agirait d'arrêter de gueuler sur le fait que tous les meilleurs rédacteurs de Gameblog s'en vont tour à tour ! C'est comme attendre Shenmue 3 (désolé Julo, je t'adore mais on se fout tous les deux le doigt dans l'oeil avec cette connerie et ça fait plus de dix ans que ça dure) ou imaginer l'annonce d'une troisième guerre mondiale sans petites vieilles dévalisant des kilos de sucre au supermarché : vous croyez au miracle et ce n'est pas sain. D'ailleurs, j'ai le numéro d'un type vraiment charmant, super pro, si vous voulez. Je dis ça comme ça, ne le prenez mal. Les bookmakers anglais l'ont bien compris, eux qui s'amusent à donner des cotes sur le prochain rédacteur à filer en douce. Trazom est à quatre contre un.

4) (Ce quatrième précepte met habilement en scène une discussion entre deux gameblogueurs. On ne rit pas). « Nan attends, le test de GTA V a été publié le 16 septembre 2013 à 16H et le test de PES 2014 le 19 septembre à 9H30 ? Arrête, calme toi, et réfléchissons. Toute la presse française a testé GTA V (30H de jeu minimum pour en voir le bout) en un demi week-end et un bout de lundi, bon ça c'est un fait... Tu dis quoi ? C'est le même gars qui a fait les deux tests ? PES, la simulation de foot qui demande des jours entiers de pratique avant de maitriser le quart de la moitié de toutes les subtilités ? Bon bah merde, qu'est-ce que tu veux que je te dise ! Oui, c'est n'importe quoi mais Gamekult a fait pareil alors lâche moi la grappe ! »

5) Précepte numéro cinq : lecteur, crée un blog pour évacuer ta frustration. Un super blog avec du Jean-Claude Van Damme dedans. Appelle-le au hasard, poil à gratter (fous-le en majuscules, t'auras sûrement plus de clics) et agis comme un sniper incompris planant au-dessus de la mélée. S'ils pouvaient seulement sentir les relents de ton haleine... Tu finiras sur la page d'accueil un dimanche d'hiver et plein de gens découvriront ton aptitude inespérée à dénoncer les travers de cette société capitaliste, foutraque et qui part clairement en burnes. Des hordes de gamebloguiens suivront tes pas déterminés et tu te mettras à les apprécier en retour. Tu découvriras l'amour. Alors, tu resteras lecteur.

6) Enfin, le sixième précepte revient à assimiler le fait irréfutable, indéniable, solennellement incontestable que Gameblog détient le monopole de la passion et que Gollum en est sa voix la plus vibrante. Lecteur, épouse cette croyance, baigne toi de cette certitude, de cette mystique et répète le mantra de la positive attitude. Oui, c'est ça, répète le encore. Tu es belle comme ça dis donc. Prends un micro, libère tes cordes vocales. Ca y est, tu t'es transformé(é) en Lorie. Je suis si fier de toi.

 

Voir aussi

Jeux : 
SingStar
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Guide Gameblog

Qui ne rêve pas secrètement de devenir rédacteur à Gameblog, haut lieu de la critique vidéoludique ? Nous l'avons expliqué au cours d'un article plébiscité par tous les poilus francophones, des places se libèrent alors il faut y croire et tout donner. Cependant, devenir rédacteur à Gameblog n'est pas à la portée de tous et il faut savoir respecter quelques principes de base.

En exclusivité mondiale, pour vous, et après des mois d'attente, je les délivre devant vos yeux ébahis.

 

1) Le premier principe est une règle d'or. Vous devez absolument savoir annoncer, dans un ou plusieurs articles, votre intention imminente d'écrire un article sur un sujet qui fera baver tout l'Interweb. Ainsi, si vous comptez rédiger une chronique sur GTA V (exemple tout con, pris au hasard), annoncez votre intention d'écrire cette chronique au moins une semaine à l'avance et martelez cette intention quotidiennement à vos lecteurs. Cette technique habile permettra d'augmenter significativement le nombre de clics et fera se pavaner toutes les régies publicitaires devant votre science de la rhétorique.

2) N'hésitez jamais à exploiter une anecdote et à en tirer la quintessence. Un article doit rarement contenir un point de vue mais simplement relayer une idée, une citation, contenant idéalement les termes « katsuni », « porno » ou « GTA V ». Si vous parvenez, par le truchement d'une intervention divine, à utiliser ces trois termes lors d'un seul et même article, vous atteindrez sans nul doute ce que tout rédacteur de Gameblog convoite secrètement : le top cinq des articles les plus lus du site ! Le nirvana.

3) Si et seulement si vous parvenez à obtenir l'accord de Bernard Pivot, contentez-vous d'accumuler les phrases sans verbe. Ce stratagème subtil vous permettra de marteler votre pensée et d'économiser un temps d'élaboration infini sur votre rédaction, vous permettant ainsi de vous démultiplier et d'assumer votre penchant pour la boisson.

4) Internet est un média visuel. Difficile de résister à la tentation de cliquer si l'on soumet à votre oeil lubrique la vision idéale d'une femme aux courbes généreuses. Faites plaisir à votre lectorat testostéroné et faites vous plaisir par la même occasion en utilisant ce merveilleux outil qu'est Google Images. Qui résisterait à une belle femme, hein, je vous le demande ?

 

 

5) Occupez l'espace, ne vous réfrénez jamais ! L'Interweb a cette délicieuse faculté à oublier des évènements datant simplement de quelques heures. So Foot plagie les Cahiers du Foot ? Bagatelle, l'événement est si vite enterré. Relayez les ragots, soyez vilains. Et citez vos sources le plus discrètement possible.

6) Un lectorat est comme une femme : il faut l'agacer pour qu'elle reste. Fort de cette certitude misogyne, ne vous relisez pas. Jamais. Laissez au lectorat le plaisir d'exercer son sentiment de supériorité sur vous et faites ainsi gonfler votre impopularité qui sera inévitablement génératrice de clics et autres commentaires endiablés. Mettez un modérateur farouche sur le dossier et allez vous enfiler une vodka.

7) Le septième principe est un principe de bon goût. Les règles sont faites pour être respectées mais transgressez-les légèrement, soyez filous. Ce principe, qui fait écho au principe quatre, doit vous apprendre à exploiter au mieux votre talent de provocateur tout en évitant la vulgarité. Testons immédiatement votre faculté à faire preuve de bon goût et soumettez-vous à ce test visuel : alors, plutôt Pamela ou Eva ? 

  

 

8) Ultime principe mais non des moindres, soyez l'esclave des chiffres. Entretenez les bonnes relations, faites fructifier vos amitiés... Ne soyez jamais obscurs : un dossier pertinent par mois fera largement l'affaire quand il s'agira de faire bouclier face à un lectorat courroucé. Bichonnez les adeptes et profitez de chaque minute : oui, vous faites le plus beau métier du monde.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)