Le Blog de Platon21

Par Platon21 Blog créé le 16/06/12 Mis à jour le 16/10/17 à 11h28

Ajouter aux favoris
Signaler
Cinéma / Blu-ray (BD-Manga-Comics)

L'héritage de Blade

Lire la partie 4 de la rétrospective sur la saga Blade

Les films d'action des années 2000 (trilogie Matrix), les films de vampires contemporains (Underworld) et les films de Super-héros (Batman de Christopher Nolan, Superman de Zack Snyder) doivent quelque chose au premier volet de Blade et à son scénariste phare David S. Goyer. Par contre, on ne peut pas dire que la franchise brille au niveau des adaptations en jeux vidéo.

http://i1-news.softpedia-static.com/images/news2/Blade-II-Cheats-PS2-2.JPG

 

Le studio Activision a tenté sa chance en 2000 sur PlayStation avec un jeu qui n'a que peu de rapport avec l'original (hormis les héros). Blade et Whistler parcourent des niveaux remplis de vampires dans un Beat'em all en 3D. Jouabilité exécrable, difficulté infâme, scénario idiot résume cette tentative de rapporter vite fait du cash sur le dos des fans. Seule la bande-son et le moteur graphique s'en sortent convenablement sur la première génération PlayStation.

 Activision persiste à la sortie du deuxième volet. Sauf que l'éditeur tombe sur un os : le jeu Buffy contre les vampires fait mieux à tous les niveaux. De plus, les joueurs déçus par le premier jeu deux ans plus tôt font preuve de discernement. Les ventes ne suivent pas, si bien qu'Activision abandonne la licence et aucune adaptation ne sort pour Blade 3.http://www.fightersgeneration.com/characters3/raven-t5x.jpg

C'est l'éditeur Namco qui va récupérer le personnage de façon non-officielle. Raven, apparu dans Tekken 5 en 2004, est un sosie parfait de Wesley Snipes. Même si le nom change, les fans sont heureux de pouvoir incarner leur Super-héros préféré dans un jeu de qualité.

Blade, un Super-zéro ?

On se demande encore comment Blade a pu passer aussi vite du statut de Super-héros à celui de Super-zéro... La faute à Wesley Snipes qui s’est laissé griser par le succès. Difficile de lui en vouloir quand on voit son parcours : il apparait au début des années 1990 comme second couteau (Soleil levant, Demolition Man). Et lorsqu’il obtient la vedette, c’est pour jouer dans des navets qui sont aujourd'hui tombés dans l'oubli (L'Extrême Limite, Drop Zone, Money Train, L'Art de la guerre).

Blade fait de lui une méga star pratiquement du jour au lendemain en 1998. Il profite non seulement de formidables cachets en tant qu’acteur, mais aussi des retombées financières mirifiques des films puisqu’il est l’un des producteurs, grâce à sa propre société : Amen Ra Films. L’entreprise de Wesley Snipes turbine à plein régime, le troisième film rapportant tout de même près de 130 millions de dollars. Une performance à comparer avec celle de Matrix 3 en 2003 : 742 millions de dollars ; de Underworld en 2003 (qui récupère l'essentiel des codes de la saga Blade) : 96 millions de dollars ; et de Hellboy en 2004 : pratiquement 100 millions de dollars.

Toutefois, un quatrième épisode de Blade n'est pas mis en chantier à cause d’un accrochage entre la star et le créateur David S. Goyer. Wesley Snipes était en effet dans un état lamentable durant le tournage du dernier film. Le Fisc américain commençait à s’intéresser de près à ses comptes bancaires, et l’acteur dormait très peu. Pour se calmer les nerfs durant la journée, il consommait des doses excessives de cannabis. Sa relation avec David S. Goyer s'était sérieusement déteriorée en raison de sa mégalomanie et de sa paranoïa grandissante.

Drogué, exténué et angoissé à l'idée d'être ruiné par le Fisc, Wesley Snipes a complètement disjoncté quand il a vu un figurant noir portant un t-shirt avec marqué dessus "déchet". Wesley Snipes cru que c’était le réalisateur qui lui avait imposé de mettre ça dans le but de le provoquer lui, la star noire. L'acteur Patton Oswalt, présent sur les lieux, témoigne :

« Wesley est arrivé sur le plateau, ce qu'il ne faisait que pour les gros plans. Pour tout le reste, c'était sa doublure. Et Wesley a attrappé le cou du réalisateur  D. S. Goyer en hurlant : '"Il n'y a qu'un seul autre noir dans ce film et tu lui fais porter un t-shirt qui dit déchet ? T'es qu'un putain de raciste ! " ».

Le lendemain, David S. Goyer débarqua sur le plateau avec une bande de gros-bras pour assurer sa protection. Patton Oswalt continue :

« Wesley a flippé quand il les a vu et il est vite rentré dans sa loge. Plus tard, il est venu voir D. S. Goyer pour lui dire qu'il était viré : "Je pense que tu devrais quitter le tournage. Tu es nuisible à ce film". Ce à quoi D. S. Goyer a répondu : "Et pourquoi, toi, tu ne quitterais pas le tournage ? On a déjà tous tes gros plans et on peut tourner la fin avec ta doublure'". Suite à cet échange musclé, Wesley et le réalisateur n'ont plus communiqué qu'avec des post-its ».

 

 Suite à cet incident, David S. Goyer ne veut plus jamais travailler avec Wesley Snipes, alors que pour le public, il ne saurait y avoir de Blade sans lui. Le créateur ne se démobilise pas pour autant et lance une série télévisée de 12 épisodes : la Maison des Chtons diffusée de juin à septembre 2006.

La série avec Kirk Jones dans le rôle-titre connait un bon démarrage, mais très vite, les audiences décrochent. La saison 2 prévue en 2007 est finalement annulée. David S. Goyer abandonne Blade pour écrire le scénario d'autres films de Super-héros : Jumper, Ghost Rider, les trois Batman de Christopher Nolan et le récent Superman: Man of Steel de Zack Snyder.


Difficile de relancer l'intérêt de Blade sans son intérprête fétiche. Néanmoins, son retour est exclu dans l'immédiat : l'enquête du Fisc américain aboutit à dénoncer une vaste escroquerie. Les juges harcèlent Wesley Snipes tant et si bien que le tournage du film Gallowwalkers, débuté en 2006 par Andrew Goth, devient infernal. Au bout du compte, l'acteur se voit condamné à trois ans de prison ferme pour fraude fiscale - à hauteur de 38 millions de dollars ! Grace à ses avocats, Wesley Snipes ne sera écroué qu'en décembre 2010.

Aussitôt libéré en 2013, Wesley Snipes a (enfin) terminé le film Gallowwalkers et a participé à Expendables 3. Au total, l'acteur aura perdu quatre ans de batailles judiciaires plus trois ans de prison. Sept années pendant lesquelles Blade 4 fut impossible, et compromettant sérieusement la carrière du Blade en chair et en os, aujourd'hui âgé de 52 ans.

Quant au Reboot de la saga Blade, Marvel a racheté les droits d'exploitation du personnage depuis 2011, et des scénaristes sont actuellement en train de voir comment faire le lien entre lui et les autres films de Super-héros "de couleur" en préparation : Luke Cage et la Panthère Noire. Mais Joe Quesada, grand créateur de Comics et directeur des studios Marvel, a estimé que ce projet restait secondaire par rapport aux Avengers et aux X-men. Ce sont les bénéfices tirés des blockbusters Marvel qui permettront de financer Blade. De leur succès dépend l'avenir des licences moins célèbres :

« Notre première priorité reste nos stars, nos icônes. Si on ne s’occupe pas d'eux d’abord, les autres Super-héros, quelle que soit leur race ou leur ethnie, ne pourront pas s’installer  ».

En 2013, David S. Goyer et Wesley Snipes ont déclaré tous deux avoir très envie de se lancer dans le Reboot... mais sans l'autre.

Cette rétrospective est dédicacée à Michaelhttp://www.lyricis.fr/wp-content/uploads/2012/09/Concours-Blade.jpg

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Passionné par la philosophie de l'art et la politique, je suis l'auteur d'une trilogie de livres sur le jeu vidéo dans ce qu'il a de plus dérangeant L'Histoire des jeux vidéo polémiques, je suis rédacteur pour le mook Pix'n Love, et également auteur de la biographie Yu Suzuki, le maître de SEGA et du "livre dont vous êtes le héros" L'épopée du Moine Guerrier Book pro

Archives

Favoris