Premium
Pix'n Love - le blog

Pix'n Love - le blog

Par Pixnlove Blog créé le 20/01/10 Mis à jour le 26/06/15 à 12h49

L'actu des Editions Pix'n Love et autres joyeusetés rétro...
http://www.editionspixnlove.com/

Ajouter aux favoris

Catégorie : Divers

Signaler
Divers
Vous vous en doutez, avec sept années de bons et loyaux services, Pix'n Love cultive son petit jardin secret. Certains "dossiers" sont bien conservés au chaud. D'autres méritent de sortir de derrière les fagots ! Nous sommes en 2008, animés par une fougue sans commune mesure, prêts à asservir le monde sous le joug de notre passion dévorante. Jeunesse oblige, les rêves les plus excentriques sont permis ! Certains vont même jusqu'à titiller la folie ! En atteste ce projet pharaonique de clip en full 3D afin de promouvoir la sortie de l'album chiptune de SidAbitball. L'occasion pour Luc, notre indomptable maquettiste, de nous affubler d'un Pix'n Boy aux allures de mascotte, à mi-chemin entre Mega Man et Astro Boy. Souvenirs, souvenirs, d'un désir inaccompli...
 
 
 
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Divers

 

 

Japan Expo étant terminé, nous allons pouvoir reprendre une activité plus normale. Les projets vont reprendre leur cours, les commandes aussi, sans compter le rangement et nous nous en réjouissons tant il nous reste à faire...

 

Nous en profitons d'ailleurs, pour vous remercier, encore une fois, d'être passé sur notre stand, que ce soit pour faire vos emplettes, nous adresser un rapide coucou ou discuter avec nous de sujets divers et variés. L'équipe est éreintée, mais ravie de ces quatre jours ô combien importants pour notre modeste maison d'édition, cela nous donne l'occasion de tous se réunir autour d'un objectif commun et de passer d'agréables moments ensemble.

 

Seulement voilà, maintenant que nous sommes de retour au bureau, il nous faut vous faire part d'un problème que nous avons eu avec les marques pages, destinés aux abonnés de Pix'n Love...

Nous le savons, ces marques pages sont importants pour vous, mais malheureusement, ils ne seront pas dans les enveloppes du Pix'n Love #23 que vous recevrez d'ici peu. La raison est simple : ils ne sont tout simplement pas arrivés dans les délais, alors nous avons préféré vous envoyer à temps votre lecture retro de l'été.

 

Pas d'inquiètude, nous devrions les recevoir d'ici peu et ils seront glissés dans l'enveloppe du Pix'n Love #24. Ce qui vous fera deux marques pages d'un coup ! Pour ceux dont l'abonnement prend fin avec le 23, il y a deux solutions : la plus simple étant de se réabonner, la seconde est de nous le demander soit lors d'une prochaine commande, soit par mail ou téléphone.

 

Nous sommes terriblement désolés pour ce problème, mais ce n'est que partie remise, vous l'aurez avec votre Pix'n Love #24 !

 

La Team Pix, épinglée.

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Divers

 

Les ouvrages Pix'n Love traversent les frontières aidés par des passionnés désireux de faire connaitre notre catalogue à leur public. Nous vous en parlions il y a quelques temps, avec la traduction anglaise de Sonic.

 

Les anglo-saxons n'ont pas été les seuls à reclamer : les italiens aussi y sont allés de bon coeur, désireux de se procurer nos licences.

C'est l'éditeur Multiplayer.it, un éditeur spécialisé dans le jeu vidéo (principalement dans l'adaptation,romans, guide...etc.), qui s'est chargé de traduire quelques uns de nos livres dans la langue d'Ezio.

 

Le premier sélectionné fut l'Histoire de Nintendo tome 1.

Il nous est revenu un poil plus épais, dû à l'augmentation du gramage et sans cette petite particuliarité qui vous plait beaucoup : le protège cahier. A la place un glaçage est venu enrober la couverture de "La Storia di Nintendo"

 

Le deuxième concerne un personnage italien : l'Histoire de Mario.

La génèse du plombier a eu droit aux mêmes transformations, livre plus épais et couverture glacée. Un détail nous a pourtant interpellé : quelque chose clochait sur cette version italienne et nous n'avons pas mis longtemps pour le voir : la couverture a été inversé, comme dans un miroir. La casquette de Mario, orientée vers la gauche chez nous, se retrouve vers la droite chez nos compères (avec bien évidemment la quatrième de couverture qui va avec). "La Storia di Mario" de son petit nom ira ravir, je l'espère, tous les passionnés italiens.

 

Enfin, le troisième est le fameux Zelda : Chronique d'une saga légendaire.

Le superbe livre de Console Syndrome a connu pour sa part un gros changement. Si la version originale est dans un format assez haut de type portrait, la version italienne a été mise à la taille d'un mook A5 ! Ce n'est pas tout, une couverture souple a été choisie à la place de la notre cartonnée.

Au final, cela donne un petit Zelda, tout mignon, qui fait pour le coup très "Bible" avec son signet et sa couverture de grimoire. Ou alors le petit carnet qu'avait votre grand-mère sur lequel elle notait tous ses numéros de téléphone ! La dorure à chaud est également présente, comme sur notre édition.

Vous pouvez constater sur la photo la différence entre les deux versions.

 

Entre le Sonic anglais, sans compter les deux histoires de Nintendo, et maintenant la traduction italienne de nos ouvrages, les colis que nous recevont en ce début d'année font bien plaisir ! La passion pour le livre et le jeu vidéo s'étend et c'est avec encore plus de fierté et de motivation que nous continuons d'avancer !

Si vous avez de la famille italienne, vous savez maintenant quoi leur offrir !

 

La team Pix, con piacere.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Divers

 

Vous l'avez surement remarqué si parcourez les sites anglais et américains, mais notre Histoire de Sonic est enfin disponible en langue anglaise !

 Vous, français que vous êtes, avez eu droit à ce sublime ouvrage, historique et officiel dont nous sommes très fiers, mais pendant ce temps-là, bon nombre de non francophones nous enviaient pour une fois !

Beaucoup de sites et de forums s'enflammaient durant ce Noël 2011, en se demandant s'ils auraient un jour le plaisir de voir traduire cette merveille. De notre côté, étant donné qu'il a de toute façon fallu traduire le manuscrit pour la validation en Angleterre et au Japon, il aurait été bête de ne pas en profiter pour le sortir outre-manche.

C'est donc après quelques coups de téléphone qu'Udon, le fameux éditeur d'artbook, s'est montré très intéressé par notre Sonic et a décidé de le commercialiser sur les sols anglais et américain. Autant vous dire que nous étions très excités !

 

La communication d'Udon et de SEGA s'est répandue comme une trainée de poudre sur Internet. La sortie programmée pour décembre 2012 sera l'occasion d'offrir un beau cadeau de Noël.

 

Et il le fut ! Non habitués à ce genre de livre, à la fois riche en images et en informations, les anglo-saxons se sont émerveillés devant notre ouvrage. Ils n'ont d'ailleurs pas été avare en compliments, en "amazing book" et en "highly recommanded".

En plus de cet acueill très chaleureux, nous avons découvert un beau matin, moins d'un mois après le lancement ce petit post d'Udon sur leur site : "The History of Sonic the Hedgehog - Sold out at distributor level". Oui, notre Sonic est bien en rupture de stock ! Ils précisent en plus que c'est une des première fois que cela se produit aussi vite depuis leurs débuts.

 

Quel honneur ! Nous en sommes extrèmement fiers.

 

Inutile de vous dire que cette association fracassante avec Udon nous a bien motivé pour recommencer ! Quel sera le prochain, mystère, mais une chose est sûr, vous serez toujours servis et cajolés en premiers !

 

La team Pix, with pleasure !

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Divers



C'est avec une très grande tristesse que nous avons appris le décès de Shingo Araki à l'âge de 72 ans, le 30 novembre dernier. Character-designer de génie, il a notamment participé à des animations japonaises mondialement célèbres comme (Goldorak, Ulysse 31, Lady Oscar, Cutey Honey, Albator 84....) et bien entendu Saint-Seiya

En plus des séries animées, Shingo Araki a travaillé sur le character-design de quelques jeux vidéo comme Burai Yamikôtei no Gyakushu au début des années 90.

2011  est définitivement une année noire pour l'animation japonaise, Shingo Araki rejoint Osamu Dezaki (décédé le 17 avril),  Mitsuki Nakamura (décédé le 16 Mai) et Toyo Ashida (décédé le 23 juillet).

Shingo Araki avait accordé le 02 octobre dernier une interview à Actu Mangas. L'émission de la chaîne Mangas proposera cet entretien au cours d'une spéciale ce dimanche 4 décembre à 18h50. Vous pouvez également vous rendre sur leur site afin de visionner son interview

Nous vous invitons également à lire un entretien qu'il avait accordé au site Total Manga lors de l'édition 2011 de Paris Manga  à l'adresse ci-dessous: 

http://www.total-manga.com/article-shingo-araki-pa7576-2157/interview.html?sid=4b896881882f7c8bb2bb615d84595d7d

 Adieu l'artiste...

Nico

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Divers

Pas plus tard que ce matin, j'ai appris l'adaptation cinématographique du tout récent Dead Island. Encore !

Décidement, depuis quelques années, on dirait que n'importe quel jeu vidéo qui fait un peu de bruit est voué à une adaptation en salle. Vous me direz, transposer Dead Island sur grand écran, c'est pas très compliqué, à mon sens, le problème ne se pose même pas. En revanche, l'impact de l'annonce suffit  pour refaire parler de soi partout, comme si le cinéma était une sorte de tremplin de communication. Pourtant, on commence à avoir l'habitude avec les adaptations de jeu vidéo, entre Dead or Alive, Tekken, Resident Evil, Mario Bros, il y a quand même de fortes chances pour que notre chère licence soit massacrée, alors pourquoi continuer d'en parler ? L'espoir ?

Quand bien même le film aiderait la licence à se vendre davantage, combien de familles sont allées voir le Prince of Persia de Disney, sans même savoir que c'est à la base un jeu ? Alors nous en sommes là, à cliquer dès que ça parle de cinéma, un peu à la manière de Kojima qui fait régulièrement parler de lui avec du vent. Alors certes, la promesse d'un film Uncharted fait rêver, mais le projet passe au final de mains en mains sans rien de concret. Pareil pour Metroid, dont la sortie en salle fait encore rêver quelques irréductibles. De même pour Zelda qui, après la sortie du seigneur des anneaux, a vu bon nombre de ses fans exiger Orlando Bloom pour incarner Link...

Au final, heureusement que le cinéma d'aujourd'hui coûte si cher, car il deviendrait, à mon humble avis, la poubelle du jeu vidéo. Remarque, ça ne serait qu'un juste retour de boomerang, vu le tas de mauvais jeux, adaptés d'un court ou long métrage, qu'on a pu avoir.

Néanmoins, comme le montre Alexis Blanchet dans son livre "Des Pixels à Hollywood", les deux univers que sont le jeu vidéo et le cinéma seront à jamais liés, notamment pour Sony qui a tout à y gagner, la PS2 peut dire merci au lecteur DVD pour ses débuts. Alors de là à imaginer que les deux fusionneront un jour, il n'y a qu'un pas. Imaginez-vous dans les salles obscures, avec votre casque sur la tête, à vivre individuellement le film grâce à vos intéractions ? Faire équipe avec Mc Clain, j'dis pas, mais alors les comédies romantiques seront encore plus ennuyeuses à vivre qu'elles ne le sont actuellement, sauf si l'entrée en salle est interdit au moins de 18 ans ;-)

On aura l'air fin avec ça sur la tête...

Amoureux du cinéma, bonsoir !

 

Raf

http://www.editionspixnlove.com

Rejoignez-nous sur Facebook !

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Divers

Vous êtes nécessairement au courant, car c'est loin d'être une nouveauté, mais l'enseigne Boulanger a créé sa propre fondation en 1997. Celle se fixe, entre autres, pour objectif d'alerter ses clients sur certains détails de consommation. Cette solidarité sociale s'articule autour de trois points fondamentaux : 1/ Développer l'esprit de solidarité collectif. Un principe génial et évident qui met à disposition des enfants hospitalisés et des seniors qui aident les enfants dans leur apprentissage scolaire des matériaux (DVD, jeux, etc.) qui auront été préalablement achetés par le client que celui aura rapporté a posteriori. Un recyclage des plus intelligent. La fédération des forces vives de la société et de l'entreprise constitue le troisième point et prodigue des enseignements qui peuvent sauver des vies (en cas d'incendies, etc.).

Mais c'est le deuxième point qui nous intéresse ici : c'est le développement de l'esprit de responsabilité. C'est dans cette optique que le groupe édite une carte d'identité scolaire pour les enfants qui consomment du jeu vidéo. Celle-ci prodigue bien des conseils pédagogiques pour que le gamin puisse jouer en toute impunité - ou presque - à partir du moment où le(s) parent(s) a été mis dans la boucle. Une information de bonne intelligence qui va de l'alerte des parents quant au contenu du jeu jusqu'au respect des petits lorsqu'ils jouent (les parents ne doivent pas débrancher la console comme des sauvages en pleine partie). Un petit papier plein de bon sens qui évitera bien des engueulades ! Celle-ci a été éditée, cette année, à 400.000 exemplaires.

Cela n'est pas sans nous rappeler notre Meijin préféré, Toshiyuki Takahashi lorsqu'il demandera aux enfants de ne pas jouer plus d'une heure par jour afin de ne pas oublier les activités sportives, en plein air, et avec ses petits camarades. Un message des plus heureux, lorsque les pouvoirs publics commencent à s'énerver devant l'usage sans limite qui est fait du jeu vidéo par les enfants. Un brin de démagogie très bienvenue qui permet à Hudson d'acquérir ses lettres de noblesses quant à son influence pédagogique - tout en lui faisant grincer les dents sur le plan commercial... Effectivement, inciter les enfants à ne jouer qu'un heure peut avoir des incidences sur les ventes...

Séb

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Divers

Evidemment, quand on tombe sur l'article (certes, datant de l'été dernier) du respectable site www.memoclic.com, on a le coeur qui fait un bond ! Sobrement intitulé "Ce que vous ne savez pas encore sur Nintendo", voilà qui ne pouvait qu'exciter notre curiosité... On se dit qu'on a quand même révèlé un paquet d'informations, déniché des tonnes de trivias, trouvé des visuels d'une extrême rareté... Que pourrions-nous bien apprendre que nous ne sachions déjà ? Et là, on tombe sur ce visuel...

Inutile donc de vous préciser que bon... Voilà. Ah oui, peut-être que nous ne nous étions pas interrogés quant à la puissance économique de Nintendo par rapport à Nike...

Nous devons avouer que ce qui nous a tout de même titillé, c'est la blinde d'infos recensées ici et là, sur plusieurs sites. Mais je pense que si les talentueux concepteurs du visuel avaient eu la chance de trouver l'un de nos deux ouvrages dédiés à l'histoire de Nintendo, peut-être auraient-ils ajouté une ou deux petites trivias assez marrantes, et peut-être qu'il n'auraient pas zappé de mentionner les Game & Watch, qu'on sait ô combien importants dans la réussite de la firme de Kyoto. Mais bon, ok, vous pouvez nous trouver un brin prétentieux avec cet article ! Toutefois, à l'approche du volume 3, il fallait quand même souligner que si vous ignorez des choses sur Nintendo, avant de fureter à droite à gauche sur la toile, procurez-vous - si ça n'est pas déjà le cas - nos deux ouvrages (tome 1 et tome 2) !

A très vite pour des infos plus concrètes !

Seb

Ajouter à mes favoris Commenter (20)

Signaler
Divers

Hier soir, petit mail de l'ami Séb' pour m'inviter à pondre quelques lignes ici même ; faut dire que ça fait longtemps que je n'ai pas posté sur le blog.

T'aurais pas un truc marrant à raconter?

Bah non. Au pire y'a toujours l'histoire du Schtroumph qui tombe et se fait un bleu mais bon...

Une anecdote concernant le voyage au Japon qui te serait arrivée avec d'autres lecteurs sinon ?

Ah là pas besoin de chercher bien loin ; des anecdotes j'en ai à la pelle.

En septembre dernier, c'était la deuxième fois que l'ami Nyvek (lecteur assidu fan de Zelda devant l'éternel) et moi-même foulions le sol du Pays du Soleil Levant. Du coup parfois on ne suivait pas le groupe et partions à l'aventure afin de voir des sites que nous ne connaissions pas encore. Ce fut le cas notamment à Kyôtô où nous sommes allés au Kiyomizu dera, un magnifique site de temples bouddhiques. Et puis aller au 'Temple de l'Eau Pure', difficile de faire mieux quand on adore Link...

Bref, en revenant de ce complexe somptueux à l'est de la ville, on gambade tranquillement jusqu'à ce qu'une énorme rabasse nous surprenne. On s'abrite quelques temps dans un garage (privé ? ^^) avant qu'un aimable Japonais nous indique le konbini le plus proche (qui était à 100 mètres :D) pour acheter des parapluies. Les parapluies qui, comme les vélos, ont leurs parcs bien à eux dans certains établissements.

Bref, une fois équipés, direction la ligne de métro nous ramenant à bon port. Sauf que nous tombons devant un magasin de cds/dvds/goodies et que Nyvek est chaud bouillant pour y rentrer.

Des gashapons dans l'entrée, des centaines de cds et films à l'étage. Comme j'avais promis à un ami de regarder si je lui trouvais des cds je me disais que c'était une bonne occasion de jeter un oeil. Armé de ma liste, je demande donc à une employée avec mes bases dans la langue de Mishima. O joie : elle me comprend.

Suite à quoi elle me répond et là c'est moi qui ne la comprends pas. ^^ Enfin pas complètement. Elle me disait un truc par rapport au fait d'acheter. Je pensais que les cds en question étaient dispos dans leur base de données mais qu'il fallait les commander genre...

Elle s'en va en réserve et revient 5mn plus tard avec deux phrases en anglais sur un bout de papier...

You can't buy cds here, sorry. You can only borrow.

Oh pinaise c'était donc ça ?! Inutile de dire que j'ai fait rire toute l'équipe avec ma tentative d'achat dans une sorte de médiathèque locale. :D

Après ce bon gros FAIL des familles il était vraiment temps de rentrer. Damned you Nyvek. ^^

Mike.

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Divers

 

Après le désormais célèbre court-métrage Pixels de Patrick Jean, les "bits" sont de nouveau à l'honneur dans un court d'animation répondant au doux nom évocateur de 8BITS HD. Au programme : une bonne dose d'action, un saupoudrage de références nostalgiques, une pincée d'humour sanguinolant et un zeste de tendresse (insert coin for extra life ^^).

Les quatres réalisateurs du film (Valérie Amirault, Jean Delaunay, Sarah Laufer et Benjamin Mattern) offrent aux joueurs passionnés que nous sommes un bien joli cadeau et qui plus est, pour la bonne cause, celle de la défense de nos bons gros bits. Alors que le grand méchant de l'histoire, aux dents à la Jaws et au look digne d'un Montana, s'acharne à éliminer la mère créatrice du bon vieux langage binaire, notre (anti) héros, à la barbe mal rasée, vêtu d'un caleçon à motifs pixélisés, va tout faire pour l'en dissuader. Ca court, ça shoot, ça saute et ça gicle dans tous les sens, à tel point que l'on en ressent presque les vibrations frénétiques dans nos mains prêtes à accueillir un pad rectangulaire à angles droits pointus et aux boutons rouge sang.

La réalisation, à tout point de vue, est superbe : c'est en HD, c'est fluide, aucune chute de framerate, pas la moindre trace de tearing ou d'aliasing. En bref, un sans faute qui mériterait bien un Consoles + d'Or. Mention spéciale aux passages en 2D qui nous rappellent que, non, la deuxième dimension n'a pas dit son dernier mot et qu'elle est même déterminée à reconquérir le coeur de tous les joueurs. New Super Mario Bros., Bionic Commando Rearmed, Splosion Man, Shadow Complex, Limbo et très prochainement Sonic the Hedgehog 4 (le 15 octobre ^^) : les exemples se multiplient, les anciens reviennent liftés alors que les nouveaux préfèrent éviter de se perdre dans les méandres de la troisième dimension.

Avec 8BITS HD, le mariage qu'on aurait pu croire improbable il y a encore quelques années est définitivement consommé.

Les 8BITS sont mortes, longue vie aux 8BITS HD.

Luc

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Édito

Les Editions Pix'n Love vous proposent, pour la première fois en France, de nombreux ouvrages uniquement dédiés aux jeux vidéo ainsi qu'à leur histoire.

 

  

LE SITE !

SUIVEZ-NOUS :)

 

 

Archives

Favoris