Premium
Pix'n Love - le blog

Pix'n Love - le blog

Par Pixnlove Blog créé le 20/01/10 Mis à jour le 26/06/15 à 12h49

L'actu des Editions Pix'n Love et autres joyeusetés rétro...
http://www.editionspixnlove.com/

Ajouter aux favoris
Signaler
Vie de la rédaction

L'horreur. Il n'y a pas d'autres mots.

Une rupture de stock, pour beaucoup, c'est génial. Ca veut dire que le produit est parti du feu de dieu, que tout a été vendu, et donc probablement que tous les coûts ont été amortis et que même de la marge nette a été dégagée. Génial donc. D'autres y verront une excellente gestion : on nous en met plein les oreilles depuis des décennies maintenant surtout depuis Toyota avec son fameux stock zéro. Aujourd'hui, tu veux une voiture neuve, tu patientes six mois minimum, c'est normal. Un jeu vidéo est en rupture ? Il reparaîtra dans le meilleur des cas sous un nouveau packaging du genre "les meilleurs top succès triomphaux bestellers".

Pour nous, une rupture de stock, c'est l'horreur. Alors bien sûr, nombreux sont ceux qui nous diront : "Vous êtes victimes de votre succès, de quoi vous plaignez-vous ?" Et ils auront bien raison. Encore que le succès se doit évidemment d'être très relatif, entendons-nous bien. Mais nous pensons surtout à plusieurs de nos lecteurs qui nous écrivent mails sur mails pour nous poser la sempiternelle question : "Vous allez rééditer quand ce bouquin ?" On aimerait répondre "Tout de suite, demain matin première heure !" La vérité est hélas nettement plus ingrate. La vérité, c'est qu'un retirage, c'est cher, très cher parce que cela ne peut bien sûr pas se rentabiliser dans la semaine, voire dans le mois. Il faut même entre six mois et un an complet pour que les seuls coûts de productions soient amortis. Autant dire que pour un petit éditeur, le choix d'un retirage impacte directement le planning éditorial au détriment des nouveautés qui, elles, se rentabilisent nettement plus rapidement (si elles sont un succès, of course).

Certes, le gros du boulot a déjà été amorti : les longs mois d'écriture ou de traduction, la direction artistique et la maquette, la commercialisation, etc. Mais le coût de l'impression n'est jamais le moins élevé. Et surtout, celui d'une licence, qu'il faut à nouveau payer, et c'est normal. Donc, nous avons tendance à systématiquement répondre : "Bien sûr qu'on va le rééditer, c'est notre bouquin préféré !" en parlant de n'importe quel titre de notre catalogue. La réalité nous attend toujours au tournant. Et aujourd'hui, c'est l'horreur, on le paie. La plupart de nos gros bouquins qui génèrent du chiffre sont en rupture... Alors dilemme : on réimprime pour réactiver le fond ou on continue de lancer des nouveautés ? Cette année (09/2012 - 08/2013), on a tout de même réimprimé la Bible PC Engine 1, l'Histoire de Nintendo 2, Zelda Chronique et Assassin's Creed (en nouvelle édition). Moralité, trois de ces quatre livres sont déjà en ruptures. Le boules ! On aurait dû prévoir plus large ou on a fait ce que la trésorerie nous permettait ? Franchement pas simple tout ça...

Photo souvenir d'août 2010. On avait déjà 3 ans d'existence. On était plutôt serein. On se disait qu'on avait vraiment prévu large... Bah, pas tant que ça ! Encore un ouvrage génial qui va se faire attendre...

La Pix'n Team

 

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
Vie de la rédaction

Parmi les reproches qui nous sont le plus fréquemment faits, c'est celui du Noir & Blanc qui a le don de nous contrarier. Sincèrement, de vous à nous, vous croyez pas qu'on adorerait autant que vous que tous nos bouquins explosent de visuels en tous genres ? Qu'ils soient blindés d'artworks somptueux, qu'ils foisonnent de photos ? Evidemment que si ! Avec la réserve toutefois qu'il ne sera un secret pour personne que nous aimons les livres. Et qu'il existe beaucoup de livres sans images... Et que parfois, le texte suffit à lui-même.

Mais d'accord ! On parle de jeu vidéo ! Et vidéo, inutile d'être un héros de l'étymologie pour savoir que ça veut dire "voir" ou, plus précisément "je vois" ! (Après, j'ai pas fait de vérif' sur wiki & consorts). Donc, forcément, on préfère avec des visuels ! Maintenant, que les choses soient claires. Et nous pensons qu'elles se doivent de l'être pour nos nouveaux lecteurs qui ne suivent pas nos péripéties depuis ces six dernières années. Voilà. Pour avoir des visuels, il faut une autorisation des éditeurs de jeux. Et croyez-nous, ce n'est pas une opération qui se conduit à la légère. Dans des vies antérieures, nous avons pu nous pencher sur les milieux de la musique ou du cinéma. Franchement, c'était plutôt simple. On payait pour une utilisation stricte des visuels. Point. Pas question de "licence" impliquant validation de textes et autres. Avec le jeu vidéo, l'affaire est plus compliquée et nous ne manquerons pas de revenir sur ce point très vite !

Donc, un livre noir et blanc... Quel dôôômage ! On partage nous aussi cette déception. A ceci près que nous sommes de grands amateurs de lectures, comme beaucoup d'entre vous. La presse - online ou écrite - balance visuels sur visuels ! Ils ont le droit. Cela fait partie des accords de communication d'actualité. Et puis, plusieurs titres sont toutefois obligés de demander des autorisations et de payer... Au moins de créditer. Mais passons. Le livre, c'est pas du magazine. On ne fait pas partie des mêmes circuits de distribution. Nous ne sommes visiblement pas soumis aux mêmes lois. Alors, en attendant, on publie des livres rien qu'avec des mots, des phrases, des virgules et des points. Rassurez-vous, si on les publie, c'est qu'on est sûr de notre coup sur le plan du contenu. Après tout, un livre, c'est un livre, ça se lit. Ca peut évidemment se regarder, se contempler. Mais ce n'est pas son objectif premier.

A très vite pour des infos sur cette question concrète...

La Pix'n Team

Ajouter à mes favoris Commenter (15)

Signaler
Copinage

In Game Magazine vit ses derniers instants. C'est, pour nous, un choc. Une espèce de goût d'amertume, celui-là même que vous ressentirez si vous mettez une pièce d'un euro dans votre bouche. Dégueulasse. On nous enseigne dès notre plus jeune âge que la qualité prime sur tout le reste, mais qu'en est-il vraiment ? La qualité a évidemment un coût. Et si le coût est élevé, alors, soit on laisse tomber - ce que beaucoup font, soit on réfléchit intensément à sa rentabilisation. On pourra toujours s'interroger, tant certains ont eu vite fait de baisser les bras. IG, c'est fini. IG, c'était notre frère d'armes, notre compagnon. Nous vivions l'aventure conjointement, tentant de nous remonter le moral autant que faire se peut.

Je me souviens la première fois que nous avons entendu parler d'IG. Nous étions alors en février 2009. A l'origine, on nous a demandé de nous occuper de leur rubrique rétro. Nous avons décliné sans sourciller. Réaliser notre mook est déjà compliqué, alors nous souhaitions ne pas nous disperser. Tout de suite, un sentiment de crainte nous avait envahis : était-ce l'arrivée du concurrent tant redouté ? Allaient-ils ne faire qu'une miette de nous, vu les moyens financiers déployés ? Lorsque le premier IG est sorti, avec son Street Fighter IV en cover, au prix de 8,50€, notre sang n'a fait qu'un tour : un mook, épais, traitant à la fois de rétro, à la fois d'actualité, à cinquante cents symboliques en-dessous de nous ? Nous pensions vivre nos derniers instants. Nous n'avions pas la même force de frappe. Coup de grâce, certains de nos auteurs répondaient à l'appel des sirènes...

Et puis, la guerre n'a pas eu lieu. Il y avait de la place pour Pix'n Love et pour IG. Au départ, des lecteurs se sont amusés à nous distinguer. Des batailles s'organisaient. Mais rapidement, les feux de paille se sont éteints et nous avons observé que nous pouvions même travailler ensemble : ainsi IG relayait certaines de nos publications, et nous, grâce à la force de notre vente directe et notre présence dans les boutiques de gaming les plus tendues de France, nous pouvions les soutenir sur le plan commercial. L'entente a toujours été plus que cordiale. Je garde en mémoire un sandwich partagé dans le bureau de la rédac chef, où nous discutions sur tout et n'importe quoi. Nous avons surtout rigolé. Bien sûr, parfois, on s'est chatouillé : lorsque nous avons sorti l'ouvrage Zelda, Chronique d'une Saga de Légende quelques jours avant leur numéro spécial sur la licence... Eux s'agaçaient que nous leur ayons "grillé" la priorité. Nous, on s'énervait parce que, sous couvert de la presse, ils pouvaient balancer visuels sur visuels, quand cela nous était interdit... Mais IG et Pix, c'était de l'amitié sincère.

Alors, nous le disons. Nous ne pouvons nous satisfaire d'observer notre frère à terre et pleurer sur son sort. Ce n'est pas notre mentalité. Nous sommes décidés à nous battre jusqu'à la fin et à les assister du mieux que nous pourrons. Peut-être que tout n'est pas perdu...

Pix'n Team

Ajouter à mes favoris Commenter (15)

Signaler
Communication

Soyons honnêtes, il nous a été posé maintes fois la question : "Pourquoi Jeuxvideo.com ?" A travers cette interrogation, il fallait que nous comprenions parfois le manque de liens à tous niveaux (éditorial, humain, économique, etc.). C'est vrai qu'entre cette machine de guerre, que certains qualifient de désinformation, et nous, le rapprochement ne semble pas évident. Nos ouvrages n'intéressent pas des millions de gamers (alors qu'ils devraient !) et l'actualité, si elle nous passionne comme vous, ne motive que très rarement notre catalogue. Reconnaissons que les Editions Pix'n Love se sont essentiellement focalisées sur le retrogaming dans un premier temps. Nous sommes passionnés de jeux vidéo, mais au risque d'en décevoir certains, nous n'avons jamais émis le postulat que le jeu vidéo, c'était mieux avant ! Il est donc normal, et même souhaitable, que nous étendions notre ligne éditoriale aux ouvrages actuels. Surtout que l'actualité nécessite le regard historique !

Alors, pourquoi jeuxvidéo.com ? En fait, la question ne se pose pas ainsi. Nous, ce qui nous a séduits, c'est le récit de son fondateur Sébastien Pissavy. Le parcours, la hargne, les succès comme les désillusions... Tout ce qui fait le sel d'un récit passionné et passionnant d'une histoire personnelle. Nous y avons tout de suite vu un ouvrage à part entière. L'aventure de Sébastien devait être couchée sur papier. Cela sera pour certains patrons de TPE et PME une sorte de guide, où l'on apprendra sur les écueils et dangers, les pièges à éviter, les claques qu'il faut se manger coûte que coûte... Cela sera pour d'autres la formidable preuve que, lorsqu'on le veut de toutes ses forces, le succès peut vous ouvrir les bras.

Nous n'avons pas fait de vrai plan de communication pour ce livre, conscients qu'il nous serait difficile de motiver nos choix. Et qu'on entendrait : "Pourquoi ce bouquin ? Sortez-nous la Bible Megadrive !" Alors, du coup, nous avons laissé ça à une vraie agence. La moralité est évidente : répondent présents des magazines qui habituellement n'ont - et c'est normal - strictement rien à faire de nos ouvrages. Entendez par là les Challenge, Capital, Les Echos, La Tribune, etc. Leur lectorat s'intéresse aux success stories et pleure encore l'échec du Minitel sur le plan international. Nous sommes très fiers de ce livre qui marque pour nous l'avènement de ce que nous souhaitions aussi éditer : des bouquins qui traitent du jeu vidéo notamment sur le plan économique, sur le plan business. Et en ça, cette première tentative semble réussie ! Merci à tous ceux qui auront la curiosité de s'y plonger. Ils ne seront pas déçus !

Pix'n Team

Ajouter à mes favoris Commenter (16)

Signaler
Communication

Vous le savez, Pix'n Love s'est avant tout fait connaître pour ses ouvrages sur le retrogaming. Pourtant, il nous est vite apparu comme une nécessité de diversifier notre activité, en couvrant un maximum de pans de l'industrie qui nous passionne tous. En témoigne notre dernier ouvrage : Jeuxvideo.com - Une Odyssée Interactive, que nous vous dévoilions ici.

Bien entendu, il s'agit là d'un livre bien différent de ceux auxquels nous vous avons déjà habitués. Point de trivias retrogaming ou d'analyses de sagas ludiques ici. Ce dernier-né aborde des questions plus sérieuses : on y parle industrie, évolution des moyens de communication (minitel, arrivée d'Internet), de problématiques de chef d'entreprise (lorsque se pose la question du rachat par Ubisoft par exemple) ou de recrutement. Au final, nous sommes fiers d'avoir soutenu cette démarche inédite et originale, à destination des plus curieux et passionnés des lecteurs !

Et bonne nouvelle, le livre est maintenant disponible en magasins (Fnac, libraires indépendantes, centres culturels Leclerc), sur le net (Chapitre.com, Fnac.com, Amazon.fr, etc.) et en versions dématerialisées (Kindle, AppStore et Google Play). Plus d'excuses donc !

Se procurer le livre Jeuxvideo.com - Une Odyssée Interactive


Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Evènement

 


-Aux Retrogaming days à Evreux (pas loin de paris... pas loin de Rouen) idéale pour une sortie en famille puisque le temps et Cabou cadin (la salle et couverte et doucement chauffée) bref Nerdy Frantzy et l'ami Orioto vous attendent :)



-Aux Stunfest festival à Rennes... (même temps qu'en Normandie alors bon...) retrouvez Ben (rédac chef de pix) et nico (notre mac guyver de l'extréme) sur le stand pix'n love (eux aussi)

 

Venez nombreux !!

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Communication

Jeuxvideo.com - Une Odyssée Interactive,

L'histoire de l'un des plus beaux succès de l'Internet français !

Sébastien Pissavy, fondateur et dirigeant du site Jeuxvideo.com dévoile dans l'ouvrage Jeuxvideo.com - Une Odyssée Interactive, publiée aux Editions Pix'n LOve, son parcours de jeune auvergnat sans argent ni expérience, créateur en 1997 d'un site qui allait devenir le média vidéoludique leader en Europe. Il raconte son parcours d'entrepreneur passionné, avec en filigrane l'évolution de la société de l'information et des métiers de la presse spécialisée.

Balbutiements de l'Internet en France, gestion d'un site et de sa fulgurante ascension au sommet, Sébastien l'a vécu et le raconte dans ce récit très personnel. Agé alors d'une vingtaine d'années et passioné de jeux vidéo, il crée une encyclopédie de trucs et astuces, sans imaginer qu'il pose la première pierre d'un site destiné à devenir l'un des 30 premiers portails français, toutes catégories confondues. Jeuxvideo.com est aujourd'hui un mastodonte hébergé sur plus de 60 serveurs de haute technologie, employant prêt de 40 personnes et accueillant plus de 4 millions de visiteurs uniques chaque mois !

Sébastien Pissavy y met en perspective le développement de l'entreprise Jeuxvideo.com avec l'évolution d'Internet : le passage d'un serveur Minitel à un site Internet, le développement des forums, l'arrivée de la publicité, la nouvelle économie et la bulle spéculative, le passage de l'écrit à l'audiovisuel...

Sans oublier des annecdotes en tout genre : l'euphorie des premiers pas d'une start-up, les choix décisifs, les relations avec les partenaires et concurrents, les déconvenues...

Riche en enseignements et conseils sur le monde de l'entrepreunariat, ce livre est aussi un vibrant témoignage de notre époque, à l'heure de l'évolution ultra rapide des moyens de communication.

Plus d'informations sur http://www.editionspixnlove.com/Tous-nos-ouvrages/Jeuxvideo.com-Une-odyssee-Interactive/flypage.tpl.html

---------------------------------------------------------------------

 Pix'n Love #22,

Le retour du mook 100% rétrogaming (si, si) !

Amateurs de gros pixels, nostalgiques de la grande époque et fervents défenseurs du "Cherche pas, c'était mieux avant !", Pix'n Love #22 est fait pour vous ! Parce que le rétrogaming c'est un peu l'avenir, nous vous proposons de reploger quelques années en arrière dans les méandres des salles d'arcade, des univers consoles et micros afin d'appréhender sous les meilleurs auspices le monde d'aujourd'hui.

Comme toujours, ce numéro éclectique est bourré d'anecdotes croustillantes à déguster sans modération. Saviez-vous par exemple que Mr. Nishizawa a trouvé la jouabilité de Super Mario Bros. si mauvaise qu'il en a été motivé pour créer Wonder Boy ? Ou encore que Yuji Naka s'est inspiré du film The Cannonball Run pour concevoir son célèbre jeu de course Out Run ? Vous êtes convaincu que la Russie a été hermétique aux charmes du jeu vidéo ? Et si nous vous révélions que le marché de l'arcade y a été prospère ?

Quant aux amateurs de "super-héros", nul doute qu'ils succomberont à la rétrospective Batman, présentant le personnage créé par Bob Kane et Bill Finger à travers ses nombreuses apparitions vidéoludiques.

Truffé d'interviews exclusives et de rencontres mémorables, ce Pix'n Love #22 risque de vous surprendre à bien des égards !

Plus d'infos sur  http://www.editionspixnlove.com/Tous-nos-ouvrages/Pix-n-Love-22/flypage.tpl.html

 Couverture classique.

 Couverture collector réservée aux abonnés Pix'n Love.

 

Retrouvez-nous sur notre site officiel !

Ajouter à mes favoris Commenter (16)

Signaler
Communication
Le créateur français de jeux vidéo Eric Chahi, qu'il est inutile de présenter, nous a gentiment ouvert les portes de son antre le week-end dernier. Un pur moment de bonheur pour une bonne dose de confessions intimes ! 
 
 
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Communication


 

Terrible ! Terrible aura été notre petite virée au pays basque Espagnol ! À l'origine « simple » mission de reconnaissance pour s'assurer de la qualité de fabrication de la Bible SNES, ce que nous considérions comme une « routine » quasi mécanique s'est soudainement transformée en une surprenante contemplation. Oui, la fabrication d'un ouvrage, aussi automatisée soit-elle, fascine. L'odeur de l'encre, le bruit des rotatives tournant à plein régime, la danse langoureuse du papier...  Un ballet industriel et machinal aux allures de vivant !  

Mais c'est sans compter ce petit atelier, soigneusement dissimulé en plein c½ur de Bilbao. Un endroit hors du temps. De ceux qui vous transportent sans prévenir vers de lointaines contrées. Lumière tamisée,  bleu de travail, tapisserie jaunie par le temps... Et cette effrayante effluve de colle qui vous enivre à chaque instant ! C'est donc là ? Dans cet endroit quasi mystique que les coffrets sont assemblés ? Où sont passées les machines derniers cris ? Et la dictature de l'innovation technique ? À l'as mon capitaine ! Les impitoyables bras mécaniques se sont heurtés à un capricieux escadron de... doigts prêts à en découdre ! De ceux qui, avec une précision chirurgicale et une bonne dose d'amour, vont assembler un à un chaque élément composant le futur coffret : couverture, aimants, cartonettes... Un travail d'orfèvre entièrement réalisé à la main qui, forcément, ne peut laisser qu'admiratif.

Alors certes, la beauté de la chose a son lot de contreparties, à commencer par les délais de fabrication. Si le chantier est sacrément avancé, nos « magiciens » ont encore quelques dizaines d'heures de dur labeur devant eux. Difficile, dans ces conditions, de vous éclairer davantage sur une date précise de livraison... Sachez toutefois que les ouvrages, eux, sont entièrement finalisés : impression, façonnage, couverture. Ils n'attendent plus que le surprenant nid douillet qui les accueillera.

Dieu que nous sommes impatients !


Borja, notre imprimeur de toujours, posant aux côtés d'un gigantesque bloc de papier.

 


Les rotatives tournent à plein régime. Prêt de 40.000 pages imprimées à l'heure ! Il faut le voir pour le croire !

 


L'impression des couvertures est une opération délicate, notamment lors du rendu du gris.

 


 La machine, entièrement automatisée, ajuste en temps réel les niveaux de magenta, de cyan, de noir et de jaune.

 


 La fabrication du fameux coffret Collector est entièrement réalisée à la main, pièce par pièce. Un travail titanesque !

 


Plusieurs centaines de coffrets sont déjà fabriqués. Ne manque plus que la découpe - phase ô combien délicate - de la fenêtre en façade. Inutile de vous dire que le résultat sera à la hauteur !

 La Pix'n Love Team

http://www.editionspixnlove.com/

Ajouter à mes favoris Commenter (60)

Signaler
Evènement

 

Nous vous l'annoncions mercredi dernier, Pix'n Love accueille un petit nouveau dans son catalogue : BioShock. De Rapture à Columbia. Cet ouvrage vous replongera dans l'histoire de la saga, grâce à une reconstitution des faits sombres qui sont relatés dans les deux premiers jeux ainsi que dans le DLC L'Antre de Minerve. Vous pourrez vous délecter de nombreuses analyses autour de l'univers foisonnant de la série, à commencer par un décryptage des courants politiques évoqués, une chronique du livre qui a inspiré BioShock Atlas Shruggle par Ayn Rand, une plongée dans la littérature de Platon et son Atlantide, l'étude du courant biopunk et steampunk, les origines de l'utopie, etc. Découvrez également le récit tumultueux du développement de chacun des épisodes de la saga.

A l'instar de ZeldaMGS et FFVII, les auteurs se sont également penchés sur une étude du gameplay et ont ouvert la réflexion à travers plusieurs articles transversaux. Savez-vous quels sont les jeux qui ont inspiré Ken Levine et son équipe ? Vous voulez tout savoir sur la magnifique bande son composée par Garry Schyman ? Enfin, pour cadrer avec l'actualité, vous aurez droit à tout un large chapitre sur le dernier né de la saga, Infinite : personnages, lieux, contexte, vous saurez tout sur la dernière pépite d'Irational Games.

Le tout est immédiatement disponible dans une version luxueuse au prix public de 22 euros, et atterrira dans vos boîtes aux lettres d'ici une poignée de jours. Pour plus d'infos, rendez-vous sur notre site !

 

La Team Pix !

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Édito

Les Editions Pix'n Love vous proposent, pour la première fois en France, de nombreux ouvrages uniquement dédiés aux jeux vidéo ainsi qu'à leur histoire.

 

  

LE SITE !

SUIVEZ-NOUS :)

 

 

Archives

Favoris