Premium
Pix'n Love - le blog

Pix'n Love - le blog

Par Pixnlove Blog créé le 20/01/10 Mis à jour le 26/06/15 à 12h49

L'actu des Editions Pix'n Love et autres joyeusetés rétro...
http://www.editionspixnlove.com/

Ajouter aux favoris
Signaler
Communication

Afin de vous aider à patienter avant la réception de notre ouvrage Castlevania, nous avons souhaité publier plusieurs articles de blog, destinés à rendre hommage à toutes les personnes qui ont pris part à l'aventure. Parmis elles, Alexandre. Nous vous en parlions dans notre précédent post, nous avons fait appel à un illustrateur, chargé de réaliser des dessins pour enjoliver les différentes entrées de chapitre du livre. Très vite, nous avons craqué pour le travail d'Alexandre Dainche. Alex est illustrateur professionnel depuis plusieurs années. Il travaille essentiellement pour des licences comme Star Wars sous la houlette de Lucasfilms, le Seigneur des Anneaux, ou le Trône de Fer (supervisé par GRR Martin)... Il exerce aussi dans l'édition littéraire où il a réalisé de nombreuses couvertures, en France, notamment chez Hachette, Milady/Bragelonne, Editions de l'homme sans nom... On a pu également le voir oeuvrer pour l'émission EXP sur Nolife, et pour le magazine Role Playing Games.

Quand nous l'avons approché pour travailler sur notre projet, il a immédiatement accepté. L'idée de départ que nous lui avons soumise était de réaliser un triptyque, soient 3 illustrations reprenant des figures connues de la fantasy (loup-garou, chauve-souris, château, etc.), de manière à ce que, mises côte à côte, elles ne forment qu'une seule et même image. Dans sa grande générosité, Alex nous a finalement soumis 5 dessins complémentaires (à voir plus bas), ainsi qu'une illustration bonus, (dont l'originale, encadrée, était à gagner), dont les reproduction sont numérotées et signées de sa main - le tout venant garnir l'édition Dracula. Et, à deux jours de l'envoi du PFD chez l'imprimeur, il a même décidé de reprendre ses travaux, afin d'en accroître la finition et le niveau de détails ! De la générosité, on vous dit.

Voici l'image dédicacée contenue dans chaque edition Dracula :


Comme précisé dans notre post de blog de lundi dernier, Alexandre a également pris à sa charge la direction artistique de l'ouvrage, réalisant notamment de superbes ornements pour les entrées de chapitres, ou pour agrémenter chaque pages du livre, ainsi que la décoration de l'enveloppe du DVD fournie. Vous pouvez d'ailleurs découvrir ici son quadriptyque, ainsi que la 5ème illustrations, à droite (ces 5 litho accompagnent elles-aussi l'édition Dracula).


Pour le remercier, nous ne pouvions que l'inviter à signer les certificats d'authenticité fournie, aux côtés de Gianni, notre auteur.

Encore un grand merci à toi, Alexandre !


Vous procurez Castlevania - Le Manuscrit maudit édition Alucard (attention, peu d'exemplaires restant !)


Vous procurez Castlevania - Le Manuscrit maudit édition Belmont

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Communication

Enfin ! Castlevania chez Pix'n Love ! Les plus vieux de nos lecteurs, adeptes de retrogaming, devaient se demander ce que nous attendions pour traiter de cette saga culte du jeu vidéo. A l'occasion de la sortie de Lords of Shadow 2, le mal est réparé. Et l'honneur, sauf.

Vous le savez sûrement si vous avez suivi notre actualité récente, nous avons annoncé ce livre il y a quelques jours, à travers plusieurs offres, de manière à combler tous les goûts et toutes les bourses. Nous tenons d'ailleurs à vous remercier pour l'accueil que vous leur avez fait. Une belle marque de confiance. Il fallait donc vous proposer en retour un contenu à la hauteur. Car oui, le contenant est important, mais la plus-value réside avant tout dans ce que l'on trouve à l'intérieur !

A la manière de nos travaux sur Zelda, Final Fantasy, ou Metal Gear Solid, nous avons suivi un découpage qui nous est cher : d'abord, l'étude des différents jeux de la saga et des évolutions de gameplay d'un opus à l'autre, soit près d'une trentaine de titres passés au peigne fin, des origines action 2D, jusqu'au virage Symphony of the Night, en passant par le reboot Lords of Shadow ! Sans mentionner le bon millier d'anecdotes qui vont bien revenant sur la genèse de chaque épisode. Saviez-vous par exemple que dans Super Castlevania IV, le travail relatif au personnage de Simon Belmont et son fouet avait été confié à Mitsuru Yaida, alias Yaipon, qui quittera par la suite Konami pour fonder Treasure aux côtés de Masato Maegawa ?

Nous avons également passé en revue l'ensemble des remakes et spin-offs issus de la saga (une bonne vingtaine), sans oublier de répertorier les différents clins d’oeil envers Castlevania aperçus dans d'autres jeux.

Ensuite, un petit tour par le scénario nous narre les péripéties des Belmont dans leur lutte millénaire contre Dracula, remettant chaque élément dans l'ordre, tout en apportant des précisions ou des théories sur certains événements restés obscurs, le tout complété par le portrait des principaux protagonistes (les Belmont, Dracula, Death, Shaft, Carmilla, etc.), et des divers monstres rencontrés, ainsi qu'un point sur les inspirations mythologiques de chacun. Enfin, nous revenons sur la trilogie Lords of Shadow, ses inspirations, son système de jeu, ses personnages. Vous le voyez, nous avons voulu être complet sur le sujet !

Comme vous vous en doutez, il s'agit d'une production en noir et blanc, mais cette fois, nous avons profité du talent d'Alexandre Dainche (nous vous en reparlerons dans quelques jours) pour vous offrir ce que l'on nomme des frontispices, soient des illustrations placées au début de chaque chapitre, ainsi que de superbes ornements qui accompagneront votre lecture ! Voici deux double pages pour que vous puissiez juger du travail accompli.

   

Et pour abattre ce travail titanesque, nous sommes allés chercher l'un des spécialistes de la série de Konami, un véritable chasseur de vampires à ses heures perdues, Gianni Molinaro – que les lecteurs de Gameblog ou de feu Joypad connaissent sous le pseudonyme de Plume. La première fois que nous avons évoqué le projet avec lui, c'était lors de la Japan Expo 2012, quand nous nous sommes rendus compte de l'amour qu'il portait à la saga. Il en connaissait l'histoire sur le bout des doigts et se refaisait régulièrement les vieux épisodes. Il a accepté notre proposition et a relevé le challenge avec brio : plus de 10 mois de recherches, de travail, de documents d'époque traduits, d'heures de jeu englouties, pour vous offrir plus de 260 pages dédiées à cette formidable saga. Nous profitons d'ailleurs pour le féliciter encore une fois pour la qualité de ses écrits.

Nous espérons en tout cas que ce projet vous plaira !

Vous procurez Castlevania - Le Manuscrit maudit édition Alucard (attention, peu d'exemplaires restant !)


Vous procurez Castlevania - Le Manuscrit maudit édition Belmont

Ajouter à mes favoris Commenter (16)

Signaler
Communication

Un ouvrage unique, des collectors exceptionnels

 

« Inexorable fatalité : tous les cent ans, Dracula, le seigneur des ténèbres, sort de son sommeil afin de plonger le monde dans un nouvel âge sombre.

Chaque fois néanmoins se dressera face au comte, pour l’empêcher d’accomplir ses funestes desseins, un membre courageux de la famille Belmont, éternel antagoniste du vampire.

Et comme tous les cent ans, un objet magique, le fouet légendaire surnommé Vampire Killer, reprendra du service pour éliminer les monstruosités de la nuit, jusqu’au combat final contre l’ennemi héréditaire, lié à une terrible malédiction... »

 

Cette histoire, vous la connaissez forcément. Cela fait presque trois décennies que Konami nous narre à travers plus d'une trentaine de jeux cette lutte millénaire et sans merci entre le bien et le mal.

Découvrez donc dans notre ouvrage les secrets de la grande saga Castlevania, de sa genèse à son scénario, en passant par les évolutions de son gameplay, du premier opus à la trilogie Lords of Shadow.

 

Les différentes offres

 

Afin de vous satisfaire au maximum, nous avons imaginé 4 versions différentes, dont 3 absolument collector ! Attention, ces versions collectors sont exclusives à notre boutique en ligne !

 

Dracula édition, limitée à 200 exemplaires !

 


Livre façonnage haute qualité, couverture en simili-cuir, papier parchemin, enveloppé dans du papier de soie refermé par un sceau en cire Pix'n Love + DVD Reportage dans une enveloppe cachetée + Coffret en bois artisanal en pin du nord labellisé FSC (forêts gérées durablement), gravée et numérotée, entièrement fabriqué en Haute-Savoie + Certificat d'authenticité personnalisé et dédicacé par l'auteur et l'illustrateur + Véritable plume d'oie calligraphique 24 cm + 5 Ex-libris format 155 x 235 + 1 illustration 150 x 148 numérotée et signée par l'illustrateur

 

Plus d'infos

 

Symphony of the Night édition, exemplaire unique !!

 

Attribué par tirage au sort, parmi les acheteurs de l'édition Dracula, qui comprend la version trois dont :

- boite en bois gravée et numérotée à 200,6 %

- un dessin original encadré et signée par l'illustrateur

 

Alucard édition, limitée à 1000 exemplaires

 


Livre façonnage haute qualité, couverture en simili-cuir, papier parchemin + DVD Reportage

 

Plus d'infos

 

Belmont édition

 

Livre classique 256 pages + DVD Reportage

 

Plus d'infos

 

 

Inclus dans toutes les versions : un reportage DVD de 45 minutes de l'émission Recherche Investigation Paranormal, au coeur du château de Dracula !



 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (34)

Signaler
Communauté Pix'n Love (Jeu vidéo)

2013 n'aura ressemblé à aucune autre année. Cela vient de se vérifier également au niveau des ventes où nous recevons à l'instant ce qu'on appelle dans notre jargon le "dégressif commercial". C'est en fait un classement des meilleurs points de ventes de notre catalogue. On ne vous mentira - et on vous surprendra encore moins - en vous annonçant que durant toutes ces années, Paris s'est toujours positionnée largement au top de ce ranking.

Alors bien sûr, si l'on cumule toutes les librairies et boutiques de jeu vidéo parisiennes, la capitale reste au sommet. Mais il est intéressant, et même passionnant, de constater que pris à l'unité, ce n'est donc pas un point de vente parisien qui a écoulé le plus d'ouvrages de jeu vidéo... C'est une librairie lilloise ! Oui, le Furet du Nord de Lille a dépassé les plus grandes FNAC parisiennes. Devançons votre question tout à fait légitime : parle-t-on de librairies ou de centrales d'achat ? Non, nous parlons bien d'un point de vente unitaire. Car nous avons les chiffres des autres antennes du prestigieux réseaux de librairies du Nord.

Si l'ère de la décentralisation fait débat un peu partout en France, elle a clairement commencé pour les Editions Pix'n Love ! Lille, la ville où il fait bon écouter du rock et lire des ouvrages de jeu vidéo ! Nous adressons toutes nos congrats à nos amis du Furet qui auront réalisé cet excellent score et nous leur souhaitons de réaliser le même en 2014, sinon mieux. (On souhaite évidemment tout pareil à toutes les librairies et boutiques de jeu vidéo de France, de Navarre, de Belgique, de Suisse, du Luxembourg et du Canada, et partout ailleurs !)

La Pix'n Love Team qui a réussi à parler du Nord sans placer ce foutu terme de "chti" !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Communication (Jeu vidéo)

 

Il se sera fait désirer ce Pix’n Love #24, et pas qu’un peu ! Mais il est là, bien là !

Un numéro « bouillant » comme on les aime, truffé d’interviews inédites dont nous ne sommes pas peu fiers. Plus que jamais, nous avons trifouillé aux quatre coins du globe pour vous dénicher une tripotée d’anecdotes croustillantes mijotées à la passion. De celles qui vous feront bondir dans le passé, à l’instar d’une étrange madeleine de Proust légèrement pixellisée. Et pour cause, armés de nos bottes de sept lieues, nous avons arpenté les histoires de Killer Instinct, Medievil, Panzer General, GEX 3DO et autres Castle Warrior à travers une série d’entretiens exclusifs.

 Mais, plus que jamais, c’est aussi et surtout un hommage au défunt Hiroshi Yamauchi, l’ancien Président de Nintendo, que nous avons souhaité rendre. Exit les condensés de Wikipedia aux allures de C.V. mal garni. Florent Gorges, auteur de la trilogie L’Histoire de Nintendo, brosse un portrait inédit de cet étonnant personnage ayant façonné de son aura toute une industrie.

De quoi débuter la nouvelle année, vous en conviendrez, des pixels plein les yeux !

Disponible dès à présent sur notre boutique en ligne !

La Pix'n Love Team

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Communauté Pix'n Love

Vous ne l'avez sûrement pas oublié, mais nous vous avions promis de vous offrir un petit livret contenant les nouveaux chapitres de notre ouvrage "Zelda : Chronique d'une saga légendaire".

Les fêtes et congés de fin d'année étant derrière nous, il est temps de lancer la machine !

A partir de maintenant, vous trouverez sur notre Klub Kdôs ce fameux booklet pour seulement 20 points ! Il s'agit d'un cadeau un peu particulier car nous comptons ajuster  au maximum l'offre et la demande.

Le supplément vous sera proposé durant un mois en précommande. Ce qui nous permettra, en date du 10 février de faire le point sur le nombre de préco et d'imprimer le nombre d'exemplaires suffisant (avec un peu de rab pour éviter les enveloppes qui se perdent).

Nous vous conseillons donc vivement de ne pas commander d'autres ouvrages avec ce supplément Zelda, sauf si l'attente ne vous dérange pas. De toute façon, s'agissant d'un cadeau, les frais de ports sont offerts !

 Pour rappel, ce supplément contiendra une trentaine de pages piquées avec deux aggrafes, comme les notices de jeu ! Vous pourrez donc facilement le glisser à côté de votre ouvrage Zelda.

Pour ceux qui possèdent la nouvelle version du bouquin, ce booklet est inutile vu que les chapitres sont dans le dit livre, il s'agit là d'un cadeau pour ceux ayant acquit la première édition !

Pour le lien, c'est par ici : http://www.editionspixnlove.com/Klub-Kdos/Booklet-Zelda-Chronique-d-une-Saga-Legendaire/flypage_club.tpl.html

 La Team Pix'n Love, force verte.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Coups de coeur / gueule

Il n'est guère dans nos habitudes de parler politique. Non que le sujet ne nous passionne pas... Enfin, si, il nous ennuie profondément. D'ailleurs, nous prônons l'impartialité du Pixel. Le Pixel peut être de toutes les couleurs ! Bref, ne nous égarons pas.

La Loi Amazon, récemment proposée, vient d'être votée ! Hier soir, nos brillants députés ont fait preuve d'une nouvelle démagogie choquante et stupide. Ils croient bien faire en garantissant la pérénité d'une activité prise dans la tourmente - la librairie - mais c'est le contraire qui va évidemment se passer. Nos élus, avec leur sempiternelle ritournelle "Nous sommes proches de nos électeurs" n'écoutent une fois plus que partiellement ce qui leur est rapporté.

Petit rappel. La Loi dite Amazon veut en fait casser le leadership toujours plus imposant du géant de la vente en ligne. Sont donc remis en question et interdits les deux avantages principaux qui nuisent à la concurrence, d'après les librairies - ce qui est plutôt vrai par ailleurs : les fameux 5% de réduction du prix et les frais de port offert. Cette gratuité disparaîtra donc.

Alors de prime abord, on pense à David et Goliath, ce dernier étant Amazon. C'est amusant, au passage, car il y a encore dix ans, Amazon était plutôt David. Mais passons. Nous prions à tous nos amis libraires de nous excuser pour ce post sans doute maladroit et écrit très à chaud. Mais vous savez comme nous combien notre métier est compliqué, que le livre, c'est une histoire de passionnés et qu'il est extrêmement compliqué d'en vivre décemment. Toutefois, nous pensons que vous ne pouvez pas nous contredire sur les points suivants :

- Cette loi n'empêchera pas l'irresistible ascension d'Amazon. D'abord, parce que ce monstre ne vend pas que du livre !

- Cette loi va péter totalement notre vente directe. Nous comprenons le fait que les éditeurs qui pratiquent la vente directe vous agace car ils vous concurrencent. Cela dit, si nous voulons financer un catalogue, cette perspective qu'offre Internet est indispensable. Il y a des ouvrages qui ne peuvent décemment pas être vendus dans de petites librairies faute de place. Mais les internautes risquent de fuir nos plateformes commerciales ce qui aura un impact considérable sur le chiffre des petits éditeurs.

- Amazon, pour ne citer qu'Amazon, c'est une formidable vitrine pour les tout petits éditeurs. Nous nous arrachons les cheveux pour que les librairies s'intéressent à nos catalogues. Mais soyons honnêtes. Celles-ci travaillent davantage avec les très grands comptes à commencer par Hachette, car les moyens de communication déployés par les géants sont tels qu'ils assurent d' "office" - et c'est le terme qui convient - du chiffre. Parfois, les librairies vont soutenir les talents locaux, mais les petits éditeurs ? C'est super rare. Et nous pouvons le démontrer plus que facilement ! Cette loi est donc une catastrophe commerciale et marketing pour les petits éditeurs.

- La Loi AMZ va favoriser une tendance naissante et fragile : le livre numérique. Alors, amis libraires, comment allez-vous contrer ce phénomène culturel et commercial ? Et vous, messieurs les Politiques, irez-vous jusqu'à interdire les Kindle et autres tablettes parce qu'elles tuent le petit commerce ?

Voilà quelques points vite écrits et sans doute contestables. Maintenant, nous nous adressons à beaucoup de nos amis libraires (et boutiques de JV qui auraient autrement plus de droit de gueuler contre le commerce en ligne que les libraires !!) qui ont su contrer l'émergence du commerce en ligne en étant dans une logique de spécialisation, d'offre de niche - ce qui leur a permis de développer eux-aussi le commerce en ligne. Ils ont su contrer cette concurrence inéluctable en misant sur le contact humain, sur la qualité de l'offre et son indépendance, sur son conseil toujours précieux. Eux sont toujours debout. C'est très dur pour eux, comme pour nous tous, actuellement. Mais ils ne passent pas leur temps à se plaindre contre l'évolution logique du temps, ils se bougent ! Ils n'attendent pas d'être bouffés tout cru ! Ils réfléchissent, investissent, prennent des risques ! Et aujourd'hui, ils sont aussi touchés par cette loi alors qu'ils sont, aux yeux des petits éditeurs, de véritables héros !

Alors vous, les Messieurs-Dames députés de l'UMP qui avez proposé cette loi grotesque et dangereuse, et vous les Messieurs-Dames députés du PS qui l'avez votée, nous ne vous disons pas merci. Et vous les Messieurs-Dames Sénateurs de tous bords dont l'immunité symbolise aujourd'hui toute votre proximité avec le petit peuple que nous représentons, nous ne vous félicitons pas. Pour gagner ici quelques voix avant les municipales, vous continuez de casser le moral, encore et encore, de ceux qui prennent des risques qui ne vous viendront jamais à l'esprit parce que de toute façon, vous avez tout gratos, et vous démontrez à nouveau magnifiquement que vous ne faites toujours les choses qu'à moitié (et encore), puisque vous n'écoutez que ceux que vous voulez entendre.

La Pix'n Love Team, tendue de "beau" matin.

Ajouter à mes favoris Commenter (59)

Signaler
Communication

2014 pointe le bout de son nez... 2013 s'apprête à tirer sa révérence.

Nous ne savons ce qu'a été pour vous cette année 2013. Pour nous, elle aura été celle des défis. Certains auront été heureux, d'autres nettement moins. On s'est même sacrément plantés par endroits. Etrange année que 2013 où nous avons connu nos plus grands succès, mais aussi nos plus grands échecs... Heureusement, nous sommes toujours debout, prêts à en découdre comme jamais...

Voilà. C'est la période de trêve. Ce petit moment de l'année où tout est suspendu. Où il n'est pas encore trop tard pour remettre à demain, d'autant que ce sera l'année prochaine avec un peu de bol. Nous vous souhaitons à tous d'excellentes fêtes, un super joyeux Noël, un merveilleux réveillon... On espère que vous aurez pleins de beaux livres et de beaux jeux sous le sapin. Vous les méritez, tous ces cadeaux !

Nous voulions aussi tout particulièrement souhaiter plein, plein, plein de bonnes choses à nos amis qui ont connu une année noire avec la fermeture de Virgin en France. Nous n'oublierons pas tout ce qu'ils ont fait pour nous et on ne doute pas qu'ils parviendront à rebondir en 2014, si ce n'est déjà fait ! Nous souhaitions aussi donner des montagnes de courages à nos copains qui connaissent des heures sombres dans les librairies Chapitre.com, pour lesquelles 2014 sera peut-être la fin. Les amis, nous croisons les doigts pour vous... Et puis, nous sommes aussi de tout c½ur avec tous nos compagnons d'armes qui tremblent dans ces petites boutiques et librairies dont on ne parle jamais et qui subissent la crise également de plein fouet. A tous, nous vous implorons de vous accrocher comme nous tentons de le faire tous les jours. Les tempêtes finissent toutes un jour...

Que cette année 2014 soit chargée de projets passionnants ! Qu'elle consolide nos liens avec le Pays du Soleil Levant, qu'elle nous offre la réalisation du rêve américain ! Pourvu que 2014 nous dévoile de nouveaux horizons et qu'elle provoque de nouvelles rencontres ! Nous sommes impatients d'être à demain. Nous nous réjouissons tant de ce que nous allons vous offrir : des ouvrages tels que vous n'auriez osé en rêver, des livres fantastiques, blindés d'anecdotes, de trivias et de réflexion... Une nouvelle génération de consoles est arrivée avec la fin de cette année 2013... La famille du rétrogaming s'est donc considérablement agrandie !

A tous, pleins de gros gros bisous pixellisés !

La Pix'n Love Team

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Communication (Jeu vidéo)

Il est des destins parfois surprenants. Il est des choix qui forcent le respect. Il est des hommes fascinants. Eric Chahi est de ceux-là. Naît le 21 octobre 1967, le père d’Another World est un personnage hors norme. Loin des mondanités, des strasses et des paillettes, le Montpelliérain est hanté par une passion dévorante. De celles qui vous propulsent vers les sommets et vous dessinent une admirable ligne de conduite. Amateur de science-fiction, de littérature et de cinéma, Eric Chahi aurait pu voir son destin basculé, un beau jour de 1995. Entre l'offre de Steven Spielberg chez Dreamworks et l'aventure Heart of Darkness chez Amazing Studio, le choix paraît des plus cornéliens... ou pas !  Extraits de l’ouvrage « Les Grands Noms du Jeu Vidéo #6 – Eric Chahi – Parcours d’un créateur de jeux vidéo Français », fraîchement débarqué aux Editions Pix’n Love.  

 

 

Mai 95 est arrivé. Destination l’E3.

Le gigantisme de ce nouveau salon surprend plus d’un européen, inaccoutumé à voir autant de stands, autant de couloirs, autant d’étages, autant d’acteurs du jeu vidéo réunis en un même lieu. Certains éditeurs ont loué des suites dans les étages, d’autres invitent les professionnels du domaine dans des cinémas à l’extérieur ou organisent d’immenses fiestas à quelques kilomètres de là.

Combien sont-ils ? Des centaines ? Plutôt des milliers.

 En visite à l’E3, les membres d’Amazing Studio sont bluffés lorsqu’ils découvrent la PlayStation de Sony. La console a été lancée fin 1994 sur le sol japonais et l’on voit apparaître des jeux qui changent la donne — Resident Evil n’est plus très loin. Eric Chahi se souvient :

« À Los Angeles, sur le stand de Sony, en 1995, je me rappelle qu’ils faisaient des démos pour les développeurs. Ils faisaient bouger un tyrannosaure en 3D. Il avançait, ouvrait la bouche… Au niveau de l’animation, c’était extrêmement impressionnant. J’étais scotché. »

Sony a apporté un soin tout particulier à ce T-Rex qui déambule sur un fond noir, les dents proéminentes, avec une lumière qui pointe sur le ventre. La bestiole est montrée sous toutes les coutures, depuis le haut comme depuis le bas, avec des effets de caméras.

« Je demeure persuadé que la PlayStation a été la plus grande console existante, tant elle a représenté une véritable révolution. Elle apportait une vraie 3D, la perspective de s’écarter des jeux ‘gnan gnan’ à la Nintendo pour aborder des thèmes plus adultes. Par ailleurs, elle affranchissait le joueur des cartouches… »

La réputation d’Amazing Studio est au beau fixe. Au début du mois de mai, le magazine Edge a remis la sauce sur Heart of Darkness, auquel un nouveau reportage particulièrement élogieux a été consacré. Le journaliste s’est extasié sur la qualité de l’animation du personnage au sein du jeu : « Le héros fait l’objet d’une animation de 1 600 frames là où les jeux consoles n’en ont habituellement que 1 200. Les personnages sont déjà impressionnants lorsqu’ils sont statiques. Une fois animés, ils sont à couper le souffle. »

Le journaliste de Edge est tout aussi dithyrambique quant à la façon dont ces animations sont pré-chargées en mémoire afin d’apparaître le plus fluide possible. Les 27 minutes de dessin animé reçoivent tout autant de lauriers. D’un bout à l’autre de ce reportage, les superlatifs pleuvent : « Amazing Studio a placé la barre si haut que ses compétiteurs auront bien des soucis s’ils veulent rattraper leur retard. » La réflexion des déplacements d’Andy lorsqu’il se trouve dans l’eau et la gestion des ombres sont également complimentés.

Que dire ? Ce nouvel article de Edge constitue une sorte de tapis rouge pour l’équipe d’Amazing Studio. De fait, lors du salon E3, Martin Alper – dirigeant de Virgin Games - redécouvre les cinématiques de Heart of Darkness et une fois de plus, il en est retourné. Son enthousiasme pour cette introduction sous forme de dessin animé 3D est si fort qu’il a claironné la chose auprès des pontes du 7ème art.

Il faut qu’ils viennent voir cela de leurs yeux !

Quelque part, les choses sont en train de changer d’échelle…

« Alper avait pris rendez-vous avez le Tout Hollywood. Nous les avons vu débarquer un à un sur le stand de Virgin : George Lucas, Steven Spielberg, les patrons de Disney, l’actrice Geena Davis… Nous hallucinions complètement. Des gens de ce calibre venaient voir les jeux vidéo. Martin Alper était en train de leur montrer Heart of Darkness !… »

Peu après, Martin Alper demande à rencontrer l'équipe d’Amazing Studio. Il leur joue alors une toute nouvelle partition : métamorphoser le studio en un mini Walt Disney du dessin animé 3D.

Hein ?

« Son rêve, au fond, c’était de faire du cinéma. Martin Alper nous a réuni et a dévoilé sa nouvelle ambition : ‘Nous sommes en présence d’une opportunité unique : réaliser un film Heart of Darkness en image de synthèse.’ Il nous a fortement incités à nous lancer dans cette production d’un film animé, quitte à laisser tomber le jeu vidéo ! »

Pour une surprise, c’est une surprise…

Chahi et ses acolytes ayant rencontré Steven Spielberg lors de l’E3, ils se voient conviés dans les studios de Dreamworks à Redwood, dans de vastes locaux tout en bois. Sur place, Jeffrey Katzenberg, et Steven Spielberg les accueillent comme des princes.

Dreamworks a été fondé en octobre 1994 par un trio de choc : Steven Spielberg, le producteur de musique David Geffen qui a jadis signé les Eagles, et Jeffrey Katzenberg, l’ex PDG de Disney (où il a produit Le Roi Lion). Dreamworks s’est presque immédiatement lancé dans l’animation 3D.

À leur arrivée, Katzenberg leur montre quelques séquences d’un film alors en préparation — il ne sortira que 3 ans plus tard — Le Prince d’Egypte.

« Nous-mêmes leur avons montré de nombreuses parties du jeu Heart of Darkness, notamment les cinématiques que nous avions finalisées, avec des effets de son, de la musique… Seul le dessin animé du début était finalisé, mais nous avons tout de même voulu leur montrer tous ceux que nous avions réalisés sous leur forme encore brute. Spielberg était clairement impressionné. »

 

Alper est tellement motivé par l’opportunité de faire de Heart of Darkness un dessin animé en 3D qu’il va faire le voyage deux fois de suite à Paris, et à chaque fois, tenter de convaincre Chahi et son équipe de changer de voie…

« C’était le grand rêve de Martin Alper : réaliser le premier film en image de synthèse. »

Au même moment, Pixar, une société détenue par Steve Jobs, est en train de finaliser le dessin animé Toy Story. Ce film jalon va sortir à l’automne 1995 — il semble donc qu’Alper l’ignorait alors. Jeffrey Katzenberg va lui aussi venir voir l’équipe en France et entonner un même couplet. Pourtant, à leur grand ébahissement, ils échouent à transmettre leur fougue aux membres d’Amazing Studio.

« Nous, nous voulions finir le jeu. C’est le message que nous leur avons fait passer. Éventuellement, produire le dessin animé ensuite, mais d’abord achever le jeu. »

Un jour, Martin Alper se retrouve avec Eric Chahi à l’intérieur d’un taxi, dans Paris. Il adopte un ton magistral :

« Réfléchis bien, Eric, parce que le jeu vidéo, cela ne fera que passer. Dans 50 ans, on l’aura oublié, alors que les films resteront. Tu as une chance unique de pouvoir créer un film. Cela ne se reproduira sûrement pas deux fois ! »

Eric Chahi, pour sa part, voudrait juste voir le bout du tunnel.

« Ce qui me terrorisait, c’est que Heart of Darkness, cela commençait à devenir pesant. Nous étions une bonne dizaine et c’est lourd de gérer une équipe avec toutes les tensions qui peuvent survenir. Je ne me projetais pas dans la réalisation d’un film avec une équipe encore plus grosse. »

Chahi répond donc à Alper :

« Finissons le jeu, et nous verrons… »

 -----------------

Découvrez l'incroyable histoire d'Eric Chahi à travers un coffret unique paru aux Editions Pix'n Love comprenant un ouvrage richement illustré et le jeu Another World (PC/Mac). Pour toute commande sur la boutique officielle Pix'n Love, recevez une carte Collector dédicacée par Eric Chahi en personne !

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Coups de coeur / gueule (Littérature)

Les adaptations, c'est pas nouveau. Le phénomène a vraiment pris de l'ampleur avec les novélisations issus de blockbusters dans les années 1980. Jusqu'alors, c'étaient surtout des romans qui se voyaient porter sur grand écran. Puis il y a eu la volonté de prolonger le plaisir d'un choc vécu au cinéma. L'exemple le plus connu reste sans doute Star Wars, avec une tripotée de romans qui a découlé du Sixième épisode. Il était donc normal, à compter du moment où les scénarios (scenarii si vous préférez) de jeu vidéo s'étoffaient, que cette offre de novélisation allait s'étendre à notre passion première.

On vous voit venir, et nous sommes sans doute les premiers à être les plus tatillons... Soyons honnêtes : la qualité de ces livres est plus que discutable. On a droit parfois à de vrais torchons. Mais comment se fait-ce ? D'abord, les accords de licence se réalisent alors que le film est en pré-production. Inutile de vous préciser qu'un scénario, ça évolue jusqu'à la fin, au moment du montage, et parfois même avec les cuts de post production. Donc, dès lors qu'une maison d'édition gagne un contrat pour novéliser un film ou un jeu, elle doit trouver un auteur très solide, le genre de brute capable « d'écrire comme il pisse », dit-on dans la profession (ce qui pouvait aussi se dire d'un Balzac, donc, ce n'est pas nécessairement péjoratif !). L'auteur n'est pas toujours tenu super informé des modifications de scénario, souvent parce que la maison d'édition elle-même les ignore ! Ensuite, l'auteur – appelons la Brute – n'est peut-être pas super familière de l'univers qu'elle doit retranscrire, ayant été choisie pour son talent d'écriture et surtout sa rapidité, et pas nécessairement pour ses connaissances...

On peut donc douter du résultat final. Ensuite, et ça se corse davantage, dès qu'une maison d'édition (principalement américaine) chope des droits, elle essaie de les vendre à des tiers de tous pays. Imaginez un instant, à l'heure où ces lignes sont écrites, une maison américaine tente de vendre à une maison française un roman qui n'est pas écrit d'un film – ou d'un jeu – qui n'est pas sorti... C'est quand même un sacré pari ! Et comme bien souvent, le roman original américain est prêt quelques semaines, quelques mois au mieux, avant la sortie du film dans les salles ou du jeu dans les bacs, la maison française, limite armée d'un fouet, fait bosser des traducteurs aguerris, des mercenaires qu'aucun délai n'effraie. Appelons-les les Brutes. Ça fait beaucoup de brutes dans toute cette histoire !

Vous voyez, la novélisation, c'est un exercice très très compliqué. C'est pourquoi il faut saluer l'effort du label Milady, création originale de la prestigieuse maison Bragelonne. Déjà parce qu'ils ont un process de sélection plutôt fin, qui repose sur la qualité, et qu'ils ne lésinent pas à faire appel à des techniciens, de vrais connaisseurs d'une licence. Les romans Assassin's Creed, par exemple, sont d'une étonnante facture ! Ceux de Mass Effect – les puristes y trouveront toujours quelque chose à redire – sont de la même veine. Quant à la saga Halo, chaque nouvel épisode est accueilli avec un très réel engouement. Nous ne savions pas trop ce que vous pourriez penser de ces ouvrages, mais comme nous apprécions de notre côté ces extensions à nos univers préférés, on s'est dit que vous aimeriez tout pareil. Et pour conclure, lorsque vous lisez ces romans accompagnés des OST de rigueur... On est en plein kiff.

Donc, ce gros gros pavé pour vous dire que c'est les fêtes, n'hésitez pas à tester vous aussi une novélisation. Celles que nous proposons sont vraiment de qualité. On les sélectionne avec le soin que vous nous connaissez...

La Pix'n Love Team, qui aime le jeu vidéo et les livres.

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (21)

Édito

Les Editions Pix'n Love vous proposent, pour la première fois en France, de nombreux ouvrages uniquement dédiés aux jeux vidéo ainsi qu'à leur histoire.

 

  

LE SITE !

SUIVEZ-NOUS :)

 

 

Archives

Favoris