Premium
Pix'n Love - le blog

Pix'n Love - le blog

Par Pixnlove Blog créé le 20/01/10 Mis à jour le 26/06/15 à 12h49

L'actu des Editions Pix'n Love et autres joyeusetés rétro...
http://www.editionspixnlove.com/

Ajouter aux favoris
Signaler
Evènement

En attendant l'évènement incontournable qu'est le salon Japan Expo, et pour lequel nous vous promettons de trés grosses surprises (!), les éditions Pix'n Love se paient un petit voyage ce week-end chez nos amis Bruxellois dans le cadre du salon Made in Asia.

Consacrée à l'art et à la culture japonaise, cette troisième édition acceuille de prestigieux éditeurs de jeux vidéo tels que Nintendo (accompagné de sa 3DS - ça va roxer sur Street Fighter IV ! ), Ubisoft, Electronic Arts, Konami et autres Square Enix. Et parmi les grands de ce monde, vous aurez la chance de retrouver votre petit éditeur frenchi, dont le stand sera tenu par Sébastien et sa (trés trés !) charmante compagne : Nicki !

Tous nos ouvrages seront bien entendu disponibles à la vente, de même que nos produits dérivés (badges, tee-shirts, sweat et autres joyeusetés rétros). Et si votre porte-monnaie fait grise mine, n'ayez crainte, on se fera un plaisir de discuter le bout de gras en votre compagnie ! D'ailleurs, sachez que notre Sébouille national fêtera ses 34ans ce dimanche ! N'oubliez pas de lui souhaiter un petit happy birthday pixellisé. Notre homme est trés trés sensible à la chose !

L'évènement ouvre ses portes à compter de ce soir 19 heures (les entrées sont gratuites ce jour-là !) et se terminera dimanche sur les coups de 18 heures.

En espérant vous y retrouver nombreux !

Infos utiles :

Salon Made in Asia, du vendredi 18 Mars au dimanche 20 Mars inclus.

Palais des expositions de Bruxelles :  Place de Belgique, n°1 - 1020 Bruxelles.
Le palais n°8 et Patio avec deux entrées : via la passerelle (parking C) et via le palais n°4.

Plus de renseignements ici !

Marc

 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Communication

Champagne ! Nous vous en parlions il y a quelques jours, voilà qui est fait : Pix'n Love #4, en rupture depuis plusieurs mois déjà, est à nouveau disponible sur notre boutique en ligne ! Le "précieux" nous a été livré comme prévu hier en milieu d'après-midi. De quoi combler le vilain trou qui faisait tâche dans votre chère bibliothèque...

Rappelons que ce numéro 4, sorti le 15 avril 2008, consacre son dossier central à l'incontournable shoot'em up Xevious. Sa naissance vous sera notamment comptée à travers une interview exclusive de son créateur : Masanobu Endô.

Le programmeur David Crane et le "jounaleux" J'm Destroy ont également répondus à nos questions, en revenant tous les deux sur leur parcours professionnel atypique.

Enfin, vous retrouverez un dossier complet sur l'histoire du VG5000, la seconde et dernière partie du dossier Streets of Rage, une interview du studio Indies0 à l'origine du fantastique Game Center CX (DS), ainsi qu'une tonne de reviews sur micros, consoles et arcade !

Pix'n Love #4 est disponible à cette adresse !

Merci à ceux qui ont fait preuve de patience et bonne lecture à tous !

Marc

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Evènement

Il faut bien une première à tout ! Et j'avoue que lorsque JulienC m'a téléphoné pour me proposer d'intervenir dans un podcast dédié à Michel Ancel à l'occasion de la sortie de Beyond Good & Evil HD, j'ai été vraiment très très surpris... Et même carrément angoissé, pour être très honnête ! Qu'allais-je bien pouvoir raconter pendant une heure ? Cela saurait-il être intéressant ? Julien m'a tout de suite mis à l'aise : "Les podcasts Gameblog, c'est bon esprit, c'est entre amis !"

Photo honteusement dérobée sur le blog de Poufy...

Je sais pas si vous savez, mais les locaux de Gameblog sont basés dans une rue où se garer relève du parcours du combattant... Le coin de République à Paris est d'ailleurs réputé pour ça. Quasiment pas de parking sous-terrain, et s'il y en a bien un ou deux, dont l'agencement est presque comique tant les places sont optimisées au millimètre près, ils ne peuvent accueillir notre Pix'Mobile avec ses deux mètres de haut ! Bref, j'avais décidé de m'y prendre à l'avance pour ne pas risquer le retard dû à l'impossibilité de trouver une foutue place ! 3 bons quarts d'heure n'auront pas été de trop pour cette aventure périlleuse. De quoi vous tendre un brin.

Une fois arrivé, j'ai tout de suite été accueilli avec jovialité et sympathie. Julien avait déjà plusieurs feuilles noircies de questions. En fait, y'a des trucs tout cons auxquels on ne pense pas forcément lorsqu'on écoute les podcasts. Il faut absolument pouvoir meubler les silences ou les réponses trop courtes, par exemple, ou réussir à venir en aide au répondant qui peut à tout moment flancher et, à l'aide d'une pirouette, le remettre sur le droit chemin ! Après 175 podcasts, je ne doutai pas un seul instant du professionnalisme de nos amis, mais la crainte de ne pas savoir captiver l'auditeur m'habitait toujours... Et puis, petit à petit, on ne voit plus les micros, la feuille de questions ni même le braquage caméra de Poufy... On est en pleine discussion animée, et on est bien !

Enfin bref, il fallait bien tenter l'aventure avec ce livre dont nous sommes très fiers, et saisir l'opportunité de pouvoir communiquer autour. Nous espérons que ça vous plaira, en tout cas, j'avoue ne pas avoir vu le temps passer de mon côté !

Séb

Pour vous procurer la biographie de Michel Ancel, c'est ici qu'il faut cliquer !

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Communication

Ah, les joies de la com' ! Il est tellement plus facile de communiquer lorsque la situation est à votre avantage que l'inverse... Toutefois, il arrive un moment où prendre son courage à deux mains et se jeter dans la fausse aux lions devient une absolue nécessité.

En trois ans et demi d'existence (déjà !), nous avons toujours mis un point d'honneur à suivre la ligne de conduite que nous nous étions fixés au départ, et notamment le respect des délais. Parfois dans la douleur, il est vrai, souvent dans la souffrance. Surtout lorsque la cadence s'est violemment accélérée à compter de septembre 2009. Imaginez... D'une publication tous les trois mois, nous passions subitement à une nouveauté mensuelle !  Et avec  les moyens du bord qui plus est ! Pas question d'embaucher une armada de maquettistes et de correcteurs supplémentaires lorsqu'on est encore qu'une microstructure. Alors on s'est mis à bosser comme des forcenés, quitte à s'asseoir sur nos week-ends et un mot désormais banni de notre vocabulaire : les vacances. Des journées de travail qui n'en finissent plus, une réorganisation et un renfort d'auteurs nous ont permis de garder le cap... jusqu'à hier !

Trois mois après la sortie de Pix'n Love #15, le prochain numéro se fait toujours attendre. Une situation qui nous désespère au plus haut point, même si certains d'entre vous (ou plutôt leur porte-monnaie) vivent ça comme un soulagement. Reste nos chers abonnés... qui prennent leur mal en patience et ont l'extrême délicatesse de ne pas nous lyncher sur la place publique !

Les raisons de ce retard sont simples : un planning 2011 chargé comme jamais, avec une flopée de très grosses nouveautés à venir ! On se mord la langue chaque jour pour ne pas vous dévoiler ces « big » projets qui nous mobilisent tant d'énergie...  Mais n'ayez crainte : les annonces vont se succéder dans les jours, les semaines et les mois à venir ! On a hâte ! Et on est forcément stressé par l'accueil que vous leur réserverez....

En attendant les prochains communiqués, nous avons décidé de vous dévoiler la couverture de Pix'n Love #16, dans un genre totalement différent de ce que vous avez pu voir jusqu'à présent. Pourquoi ? Parce que nous souhaitions briser les conventions. Parce que la prise de risque fait partie du jeu. Parce que nous voulons éviter de nous enfermer dans un seul et même schéma.

Yovasystem, auteur des couvertures Another World et Duke Nukem, fait preuve une fois encore d'une incroyable polyvalence ! Et croyez-nous, la thématique de ce n° 16 relève du challenge : Macadam Bumper ! En plus d'être un jeu de flipper (bien connu des amateurs de micros), le soft de Rémi Herbulot fait preuve d'un minimalisme à toute épreuve sur le plan graphique. Une simplicité que notre illustrateur a souhaité respecter en conservant une grande partie de vide dans sa composition, et en optant pour des lignes vectorielles « pures » pour le dessin de la table...

Le sommaire et de nouveaux visuels vous seront communiqués tout bientôt ! Merci pour votre patience et votre compréhension !

Marc

 

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Signaler
Vie de la rédaction

Il y a une poignée d'heures, notre Doc' nous racontait sa semaine bien chargée à base de Monsieur est très sollicité, en tant que spécialiste ès relations cinéma & jeux vidéo, vous comprenez. On se dit que lorsqu'on a un auteur pareil, qui se bouge, qui répond présent à l'appel des journalistes, et qui, en plus, intéresse des médias comme le Figaro ou 20 Minutes... Ç'est quand même chouette. C'est même super chouette. Nous restons évidemment ultra heureux dès que NoLife mentionne notre nom, mais ça reste du domaine de notre sphère de gamers.

Là, on a reçu un truc hallucinant. Si je vous dis... HCL : la Grande Braderie en immobilier - En difficulté financière, les Hospices Civils de Lyon s'appuient sur leur gigantesque parc immobilier pour sauver les meubles. On voit pas super bien le rapport. Est-ce que "Toques Blanches - La cuisine lyonnaise sous influence", ça vous éveille davantage ? Non ? Bon, alors peut-être que les élections cantonales avec un grand débat Philip-Perben agitent vos méninges... Toujours pas ? Et quid du palmarès : Votre député à l'essai ? Ou encore "Le Juge Curroye de retour à Lyon" ? Et bien c'est la couverture du prestigieux magazine Lyon Capitale - Les Esprits Libres, un mensuel régional qui ne compte plus ses bougies ! Et parmi toute cette actualité débordante, eh bien il y a une page entière consacrée à nos éditions !

Et de ça, nous ne sommes pas peu fiers... Outre le fait que l'article est ultra élogieux, on se dit que finalement, si l'on nous consacre une pleine page rigoureusement pas publicitaire, alors c'est qu'une autre bataille est gagnée ! Celle que même dans une presse pointue, adulte et d'actualités politiques, Pix'n Love arrive à trouver son chemin. On a tous à y gagner en apprenant sur les jeux vidéo. Bien sûr qu'on imagine bien que les gamers ne sont pas les premiers à se jeter sur ce type de magazines. Mais c'est justement ça qu'on trouve merveilleux !

Séb

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Signaler
Communauté Pix'n Love

Mais que se passe-t-il ? Mais kes'kis'pas' ? On n'aura jamais autant parlé de nous en si peu de temps ! Hier, et nous remercions tout le monde du fond du coeur, nous avons reçu plusieurs mails avec une petite pièce jointe. Un petit jpg (ou un très gros) que voici !

Ah émotion, émotion ! Déjà nous avions bondi de joie, on s'était roulé par terre, fait des bisous, frictionné la tignasse, etc., un peu comme des petits chiens qu'on récupère après 15 jours passés au chenil ! C'était lors de la sortie de Pix'n Love n°7, peu après celle du Cahier du Jeu Vidéo n°1 sur la Guerre... 20 Minutes avait écrit un tout petit encadré. Pour nous, ce petit cadre, c'était la gloire absolue... Qui cadrait avec notre entrée chez Micromania...

C'était en mars 2009.

Bon, depuis, de l'eau est passée sous les ponts. On s'est pris de bonnes baffes, mais globalement, on reste des p'tits chiots dès qu'un truc pareil se produit. Imaginez que plusieurs lecteurs, partenaires, amis, familles, etc. vous balancent des mails avec ça ! Entre l'article d'hier avec notre Doc' vous narrant ses exploits, la récente euphorie personnelle avec les Inrockuptibles, et ça... Et l'article à venir demain, absolument totalement inattendu, franchement, on peut plus dire qu'on est des petits nobods' et que le truc pour lequel on sue n'intéresse qu'une bande de geeks ultra tendus.

Bravo à Sachka ! Merci à Joël Métreau (inutile de lui faire la plaisanterie du "Comment peux-tu bosser chez 20 Minutes avec nom pareil... Je pense qu'il a déjà eu sa dose). C'était la journée de la femme, et ben on a eu notre article sur notre Cahier Girl Power... En plus avec deux visuels qui ne peuvent nous laisser indifférents... Deux de nos héroïnes préférées...

Encore merci à tous pour vos mails, vous êtes géniaux !!!

Séb

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Communauté Pix'n Love

Bon, bon, bon... Si je comprends bien, me voilà en passe de devenir ce qu'on appelle un « bon client » des médias dits « généralistes ». Un de ces spécialistes « clef en main » qui vous donne son avis éclairé de professionnel de la profession ou d'universitaire émérite en une sentence définitive ou une analyse « pertinente ». Qui l'eût cru ! Coup sur coup, le quotidien 20 minutes, le site du Figaro et la chaîne NoLife m'ont invité à m'exprimer sur les relations entre cinéma et jeux vidéo à propos de la sortie de TRON L'Héritage et de ses adaptations vidéoludiques. Je crois que désormais, disons deux fois par an, quand le cinéma s'intéressera au jeu vidéo et quand le jeu vidéo se penchera sur le cinéma, je risque fortement d'être appelé à la rescousse par quelque journaliste ou pigiste en quête de l'avis d'un spécialiste pour un papier bien informé sur le sujet.

Bien évidemment, je ne vous cache pas que toutes ces sollicitations flattent agréablement mon égo et que voir ma trombine s'étaler sur la homepage de 20 minutes entre une ministre des affaires étrangères sur la sellette et une femme de président sur le point d'enregistrer son nouvel album a quelque chose d'assez surréaliste et finalement, de plutôt rigolo. Et puis, il est bien difficile de refuser une participation à des journalistes de 20 minutes ou de médias plus spécialisés comme Nolife qui ont soutenu le livre avec enthousiasme dès sa sortie.

Il faut dire qu'aller causer dans « lémédias », comme dit Daniel Schneidermann du site Arrêt sur image, cela permet surtout de faire parler des Pixels à Hollywood et de Pix'n Love. Et de me montrer ô combien « corporate » aux yeux de mon éditeur chéri en donnant un peu de visibilité, en dehors des médias spécialisés et de la communauté des gamers, à cette petite entreprise qui ne connaît pas la crise. Déjà, au mois de mai dernier, juste après la publication des Pixels, le timing nous avait été plutôt favorable : la sortie en salle du film Prince of Persia avait alors été l'occasion pour certains journalistes de venir me chercher et pour moi de communiquer largement sur le bouquin tout en donnant quelques clefs pour saisir ces processus d'adaptation. Par curiosité, je demandais souvent à ces journalistes comment ils m'avaient trouvé et ceux-ci me répondaient régulièrement qu'une simple requête Google « cinéma et jeu vidéo » les avait conduit jusqu'à moi !

Rappelons que le principal problème des médias, c'est le temps, c'est l'urgence, c'est l'immédiateté. Ils doivent trouver précipitamment leur spécialiste et celui-ci doit souvent savoir se rendre disponible dans les 24 heures ! Ils débarquent chez vous et bricolent en deux temps trois mouvements un mini-studio de télévision. Et puis ensuite, il faut répondre rapidement, de manière concise, en s'adaptant au format : chat des lecteurs, interview, talk show... Cela va vite, c'est speed, ça n'attend pas un journaliste ! Et quand à l'enregistrement on a eu bien trente minutes pour s'exprimer, pour préciser sa pensée, pour essayer d'être un peu minutieux dans l'analyse, il ne reste au montage qu'une ou deux phrases bien calibrées qui réduisent souvent drastiquement le propos qui a été tenu. Mais bon, c'est le jeu ma pauv' Lucette ! On veut donner un peu de visibilité à son propos et profiter de la force de frappe d'un média national, il faut savoir accepter (ou non) quelques concessions à la pertinence du propos. Les lectures de Noam Chomsky ou de Pierre Bourdieu sur le fonctionnement des médias d'information m'avaient en partie prévenu.

Il reste tout de même une raison de se réjouir des ces sollicitations médiatiques : c'est que je ne suis ni psychologue, ni économiste, mais bien chercheur en études cinématographiques. C'est vrai que pour évoquer les jeux vidéo, les médias généralistes ont de longue date, et jusqu'à récemment encore, opté pour deux traitements médiatiques : les risques (violence et/ou addiction) et le marché florissant (le « marronnier » d'avant les fêtes de Noël, vous savez : « Cette année, le jouet star de Noël, c'est bien entendu LE JEU VIDEO » avec le ton Capital). Proposer à quelqu'un qui s'intéresse à l'histoire du domaine vidéoludique et aux échanges d'imaginaire, d'images et de récits entre cinéma et jeu vidéo, de donner son point de vue sur le sujet, c'est progressivement envisager un autre traitement médiatique du jeu vidéo et par conséquent offrir un regard différent sur le domaine. Et cela, c'est bien le signe d'une évolution, encore récente mais significative, du rapport des médias d'information au secteur, à la pratique, oserais-je dire à la culture, que représente aujourd'hui les jeux vidéo ! Les générations de journalistes se renouvellent et les JRI désormais aux commandes des sujets « jeu vidéo » ont une culture gaming que n'avaient généralement pas leurs aînés. Somme toute, une bonne nouvelle !

Alexis Blanchet

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Evènement

Nous vous présentions en janvier dernier la dynamique association Lilloise OrdiRétro, à l'origine du fort sympathique 'évènement Rétro vers le futur, une rencontre dédiée aux veilleries vidéoludiques qui ont bercé notre tendre enfance. Un lieu convivial où les amateurs de vieux micros et de consoles vintage ont discuté le bout de gras entre deux parties de Mario Kart et trois merguez.

Fort du succès de cette première édition, Ludovic et sa bande de joyeux lurons ont décidé de remettre le couvert ce week-end à La Plaine Image, située 99B Bouvelevard Descat à Tourcoing.

La tête dans le guidon, plus que jamais, l'équipe des Editions Pix'n Love ne pourra malheureusement pas assurer le déplacement, mais les bouquins, eux, seront bel et bien de la partie !

Un évènement comme on les aime à ne surtout pas manquer !

Marc

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Coups de coeur / gueule

J'ai découvert ça dans le tout dernier numéro du magazine Geek - qui, soi dit en passant, entame sa troisième saison déjà. Une belle info dans la rubrique "Junk", et c'est clair que c'est tout à fait approprié quand vous allez découvrir la petite vidéo ci-dessous. C'est littéralement un truc de dingue, le genre de chose qui vous colle le frisson. Vous l'avez sans doute déjà vu et revu, mais si d'aventure, certains lecteurs de ce blog n'en ont jamais entendu parler, alors... nous aurons sans doute réussi à vous communiquer une sérieuse émotion. Place au visionnage...

Ce serait l'oeuvre de trois Français. On savait notre pays sérieusement atteint par la vague rétro, mais nous avons rarement vu de tels phénomènes. J'imagine déjà William halluciné... Trop tard, mon vieux : ce chef d'oeuvre s'est déjà arraché sur e-bay en un rien de temps. Je n'ose imaginer les enchères... L'aventure est sidérante, comme nous l'apprend Geek : pas moins d'une semaine à plein temps ne serait-ce que pour concevoir les plans de la table ! Quinze pages remplies de la première à la dernière case. On aurait envie de ne poser qu'une question à S-cape, DCE et John, les artistes : À quand la mise en chantier d'une série moins limitée ?

L'échelle est de 1/10 pad NES... pour un poids de 29 kgs... Le tout équipé du transfo d'origine (version européenne) et de 2 RCA (vidéo et audio mono). Magnifique... Vivement la suite de leurs aventures !

Pour les suivre, c'est ici que ça se passe !

Séb

http://editionspixnlove.fr

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
Divers

Vous êtes nécessairement au courant, car c'est loin d'être une nouveauté, mais l'enseigne Boulanger a créé sa propre fondation en 1997. Celle se fixe, entre autres, pour objectif d'alerter ses clients sur certains détails de consommation. Cette solidarité sociale s'articule autour de trois points fondamentaux : 1/ Développer l'esprit de solidarité collectif. Un principe génial et évident qui met à disposition des enfants hospitalisés et des seniors qui aident les enfants dans leur apprentissage scolaire des matériaux (DVD, jeux, etc.) qui auront été préalablement achetés par le client que celui aura rapporté a posteriori. Un recyclage des plus intelligent. La fédération des forces vives de la société et de l'entreprise constitue le troisième point et prodigue des enseignements qui peuvent sauver des vies (en cas d'incendies, etc.).

Mais c'est le deuxième point qui nous intéresse ici : c'est le développement de l'esprit de responsabilité. C'est dans cette optique que le groupe édite une carte d'identité scolaire pour les enfants qui consomment du jeu vidéo. Celle-ci prodigue bien des conseils pédagogiques pour que le gamin puisse jouer en toute impunité - ou presque - à partir du moment où le(s) parent(s) a été mis dans la boucle. Une information de bonne intelligence qui va de l'alerte des parents quant au contenu du jeu jusqu'au respect des petits lorsqu'ils jouent (les parents ne doivent pas débrancher la console comme des sauvages en pleine partie). Un petit papier plein de bon sens qui évitera bien des engueulades ! Celle-ci a été éditée, cette année, à 400.000 exemplaires.

Cela n'est pas sans nous rappeler notre Meijin préféré, Toshiyuki Takahashi lorsqu'il demandera aux enfants de ne pas jouer plus d'une heure par jour afin de ne pas oublier les activités sportives, en plein air, et avec ses petits camarades. Un message des plus heureux, lorsque les pouvoirs publics commencent à s'énerver devant l'usage sans limite qui est fait du jeu vidéo par les enfants. Un brin de démagogie très bienvenue qui permet à Hudson d'acquérir ses lettres de noblesses quant à son influence pédagogique - tout en lui faisant grincer les dents sur le plan commercial... Effectivement, inciter les enfants à ne jouer qu'un heure peut avoir des incidences sur les ventes...

Séb

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Édito

Les Editions Pix'n Love vous proposent, pour la première fois en France, de nombreux ouvrages uniquement dédiés aux jeux vidéo ainsi qu'à leur histoire.

 

  

LE SITE !

SUIVEZ-NOUS :)

 

 

Archives

Favoris