Highscore

Highscore

Par piteur Blog créé le 02/12/10 Mis à jour le 22/07/13 à 20h14

Tout et rien, tout sur rien et rien surtout.

Ajouter aux favoris
Signaler

Il y a un peu plus d'un an, je m'étais sorti les doigts du cul pour rédiger le premier article de ce blog.

C'était sympa et grisant de balancer ce que je pensais du jeu mobile, de ce que je voyais comme étant une impasse et son futur. Du coup, le podcast 169 - Les consoles portables vont-elles mourir ? sorti quelques semaines plus tard m'avait passionné et conforté dans ma position.

Du coup, le podcast 207, actualisation du 169, m'a donné envie d'en remettre une couche sur le sujet.

Les consoles portables traditionnelles

Rien de vraiment neuf à ajouter : ce ne sont pas des téléphones portables donc cela les exclue de nombreuses poches de blouson. Même si elles avaient la taille d'un téléphone, trop peu de gens voudraient se trimballer deux appareils. Et les possibilités hors gaming sont limitées par rapport au catalogue disponible sur smartphones.

Jusqu'à présent, je pensais que la 3DS pourrait encore marcher avec les enfants, pour peu que Nintendo passe sous silence la 3D auto-stéréoscopique. C'est vrai, les jeunes enfants ne se trimballent pas tous avec un téléphone, alors imaginer les parents leur acheter un smartphone... à la limite, il y a le choix de l'iPod mais ce n'est pas un téléphone et c'est pour moi une différence de taille. Il suffit de voir la baisse de vente de ces terminaux sur 2011 (-20% environ). Surtout avec le coup de pied que Free a balancé dans la fourmilière téléphonique, je me dis qu'il n'est pas impossible de voir un usage encore plus répandu des téléphones - et donc potentiellement des smartphones.

La PS Vita : c'est vrai que la PSP s'est bien vendu en considérant qu'il s'agissait de la première console portable de Sony, contrairement à Nintendo. Tenter d'appater le chalant avec un hardware aguicheur, c'est un sacré pari... Si les joueurs réguliers suivent, tant mieux car Sony sera le seul acteur sur le segment "console expert" mais sinon, ils auront été les seuls à se vautrer à cause de ce choix à contre-courant en 2011/2012. Dans les deux cas, la gloire... Le seul truc qui me ferait tripper à propos de la PS Vita, ce serait de pouvoir streamer sans fil un jeu PS Vita sur ma télé de salon. Plus besoin d'attendre un portage PS Vita / PS3, de synchroniser les sauvegardes entre console portable et de salon. La technique serait certes moins poussée qu'une PS3 mais est-ce que ce serait si moche ? C'est à voir, c'est vrai que la diagonale moyenne d'une télé a passablement explosé depuis la PS2.

Les tablettes

Ca me fait sourir de mettre les tablettes dans le même sac. Certes, c'est très bien pour jouer, aller sur le web, etc... Mais c'est juste transportable. Désolé, je ne traîne pas mon iPad en permanence sur moi. Mon smartphone, si.

Ok, les tablettes et smartphones partagent un même OS et donc un catalogue de jeux commun. En usage semi-mobile (wifi chez soi), c'est génial. Pour avoir un appareil à tout faire à vacances, quand il pleut ou le soir, après une journée passée à marcher, ok. Mais dans la vie de tous les jours, est-ce que son usage est principalement du gaming en vraie situation de mobilité ? Pas si sûr. Notez que je n'enfonce pas les tablettes : j'en possède une et en suis très content... chez moi. Mais ça ne peut remplacer une console portable que si celle-ci reste également à la maison. Sur ce terrain, l'intérêt est donc limité, même si certains utilisent également leur console portable ainsi.

Les smartphones

Pas besoin de les survendre. De mon point de vue, ce que j'expliquais il y a un an reste valable.

En revanche, un bémol : je suis un peu déçu que le jeu sur ces plateformes stagne avec une production pour l'essentiel très superficielle (gameplay simple, pas d'histoire développée).

Mais mon plus gros repproche est que leur écosystème se cantonne toujours au tactile. L'Xperia Play a fait un bide : sur le papier, l'idée était séduisante et constituait mon appareil mobile idéal avec enfin un contrôleur physique. Il n'était pas parfait mais le plus gros défaut du Play était encore sa couche logicielle : si je me souviens bien, pas moins de trois manières différentes de consommer des jeux. Une reprise très parcellaire de ludothèque PS One, et malheureusement pas les titres ayant le moins vieilli. Je partage l'opinion exprimée dans le podcast 207 que c'était le fruit de tiraillement au sein des différentes divisions de Sony et qu'il ne s'agissait probablement que d'un essai pour tâter le terrain, avant de lancer la grosse artillerie. J'espère.

Une plateforme évolutive

Il y a un an, je tenais déjà à mon idée de plateforme évolutive dans le monde du smartphone : j'achète un jeu, il reste compatible d'une génération d'appareil à une autre. Juste retour des choses : ça bouge beaucoup plus rapidement dans ce secteur que dans celui des consoles portables donc une certaine compatiblité est le minimum qu'on puisse exiger.

Sur ce point, pas de révolution par rapport à la dernière fois mais Apple continue son petit bonhomme de chemin. La mise à jour iOS 5 a apporté une fonctionnalité certes basique mais qui permet d'apprécier ce concept de plateforme qui évolue (en hardware comme en software) tout en gardant une bonne compatiblité : depuis 6 mois, on peut lister directement depuis un iPhone l'ensemble des applis déjà associées à son propre compte iTunes. Et dans mon propre cas, ça en fait des centaines et des centaines depuis trois ans et demi. A vrai dire, ce n'est pas exactement ce que j'imaginais comme plateforme évolutive mais c'est un bon début.

Je suis curieux de voir comment va évoluer Android sur ce point : il me semble avoir un meilleur potentiel qu'iOS... en espérant que sa fragmentation materielle et logicielle ne le fasse pas s'effondrer sur lui-même.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Geek branche modérée, égocentrique et un brin autiste. Vive moi !

Archives

Favoris