PG Birganj

PG Birganj

Par PG_Birganj Blog créé le 24/06/12 Mis à jour le 29/06/15 à 10h06

Blog du site PG Birganj, site d'actualité vidéoludique prônant la lecture au calme, loin de la frénésie du web 24/24.
Le blog sur Gameblog permettra de partager sporadiquement le contenu éditorial de PG Birganj, à la communauté GB.

Ajouter aux favoris
Signaler
Critiques

 

Deux ans de « next gen » n'auront jamais été aussi pauvres et quelconques de toute l'histoire du jeu vidéo. Voyant le planning nous affamer avec des Remaster, portages et massive downgrades, nous attendions avec beaucoup d'impatience l'arrivée de The Witcher 3, premier « vrai jeu next gen » tant les aperçus étaient graphiquement d'un gros cran au dessus.
La faim engendre bien souvent des hallucinations et des trous de mémoire. Pourquoi attendrions nous la suite de The Witcher 2, un jeu au gameplay rigide, lourd et au level design mal foutu avec un scénario au ras des pâquerettes en dépit de son apparence sophistiquée ? Parceque The Witcher 1 était réussi, que le 2 avait de bonnes choses malgré tout et que le choix d'un open world pouvait faire espérer une réorientation du gameplay (pourquoi pas un game design par jeu) et surtout parce qu'on a la dalle. CD Projekt l'a bien compris et c’est après un gros 70 heures de jeu que cet article a pu être écrit. Hélas, il n'est pas franchement recommandé de s'empiffrer n'importe comment pour guérir de la famine...

 

Le même en open world

 

Le jeu démarre par une petite intro avec tutoriel sur les bases du combat. En un contre un, vous apprenez l'importance du timing dans les parades, des esquives, des attaques vives et des attaques fortes. Vous apprenez les magies (comme d'habitude, 5, sélectionnables dans une roue sur laquelle vous définissez aussi votre item secondaire). En un contre un, vous comprenez que le jeu semble plus tactique, plus fin obligeant à contrôler son rythme et donc met en avant votre skill et sens de l'anticipation. Mais rapidement, le jeu démarre pour de vrai et à vous la liberté de l'open world. Et à vous la horde d'ennemis mettant en difficulté votre pauvre Geralt avec sa latence et de l'input lag couplé à l'absence totale de cancel. Ce qui avait déjà été lourdement critiqué dans The Witcher 2 revient ici. Geralt est d'une lourdeur impossible à dompter pour de bon, où le joueur doit attendre les fins de chaque animation pour lancer une nouvelle commande au point où il devra appuyer deux, voir trois fois pour lancer sa magie ou sa garde. Toucher un ennemi sans que ce soit pris en compte sera très courant, sans compter certains ennemis cheatés auront une allonge démente. C'est la conséquence d'un gameplay assis entre deux chaises : de forme beat'em all mais avec les limites du RPG, c'est à dire limite du niveau et donc application des stats cachés des ennemis. Ça veut dire que vous êtes rarement récompensé par votre skill et pas aidé avec une physique complètement lourde qui n'a pas évolué depuis le deuxième épisode. Les combats étant très nombreux, vous ne prendrez aucun plaisir, sauf si vous montez bien de niveau pour ensuite tout craquer (sans pour autant être d'une précision satisfaisante). Comme dans le deuxième épisode, il faut effectuer une multitude de sous-quêtes pour vite changer d'équipement et éliminer rapidement les ennemis. Idéalement, pour palier la physique du jeu détestable et ses nombreux bugs de collision, il faudra s’enchaîner un maximum de sous-quêtes, de contrats de sorceleur et des « points d'intérêts » avant de s'intéresser à la quête principale. Ça tombe bien, le jeu étant open world, vous avez du contenu. Hélas contrairement au deuxième épisode, il faudra attendre une belle quinzaine d'heures de jeu pour être à l'aise. Toute une map étant considérée comme un prologue, pour ensuite en avoir une deuxième immense (la plus grande du jeu, suivi de la ville de Novigrad petite et les îles Skellige composés de petites îles pas intéressantes), le développeur a donc le loisir de vous gaver de contenu.

 

Or, l'avantage d'un open world à la Assassin's Creed ou Watch Dogs ou Dragon Age : Inquisition, c'est pouvoir placer des marqueurs tout partout pour inciter le joueur à visiter la map. Dans le cadre d'un RPG, ça oblige aussi le joueur à boucler des événements copiés-collés pour grimper de niveau. The Witcher 3 en abuse énormément et chaque découverte d'une région de la map s'ajouteront des nombreux points d'interrogation cherchant à attirer sa curiosité mais surtout un appel au nettoyage de la map comme un bon petit chevalier. Le jeu regorge donc de « nids d'ennemis », « camps de bandits » et « trésors gardés » avec parfois un ennemi au niveau élevé. L'astuce vicieuse des développeurs pour forcer les allers retours étant que chaque région n'étant pas limitée par niveau. Vous pouvez très bien tomber sur des ennemis level 20 à côté de mobs niveau 7. Ça ralentit votre nettoyage (et donc grind) et ça multiplie les allers-retours. Conscients que la tâche serait très vite exaspérante, vous avez la possibilité d'effectuer des « voyages rapides » d'un panneau de région à un autre. Chose que vous ferez obligatoirement après des dizaines d'heures à buter des mobs. Ce serait malhonnête d'affirmer qu'il n'y a que du remplissage bien entendu mais ce sont eux qui vont vous permettre de monter de niveau, d'avoir du loot et donc d'être plus efficace au combat lors des quêtes plus complexes. Ce sont donc ces quêtes inintéressantes qui vous prendront beaucoup de temps.

Viennent ensuite les contrats de Sorceleur, où il faudra débusquer un gros monstre à l'originalité assez variée mais dont tous les types se ressemblent finalement beaucoup (wyvern skinné en quatre-cinq exemplaires par exemple, ou spectre en pagaille). Pour ça, chaque mission est identique, soit en ayant eu connaissance du contrat sur les panneaux d'affichage (eux aussi marqués sur la map) ou parfois en croisant des PNJ sur la route. Vous avez la possibilité de négocier pour avoir un petit bonus d'or. Après ça, deux lignes de dialogues (rarement) plus, vous permettent de questionner sur les témoins et victimes du monstre. Vous allez sur la zone matérialisé sur la map (il n'y a strictement aucune indication précise des PNJ, il est donc inutile de jouer sans HUD à l'ancienne, tout est téléguidé et marqué in-game). Et vous allez activer avec L2 vos sens de Sorceleur pour voir les traces rouges sur le sol et remonter la piste en suivant la « ligne rouge » qui s'y forme. Arrivé, vous éliminez le monstre (avec parfois des allers-retours pour demander des précisions, faire des appâts, etc). Il arrivera (mais rarement) que le monstre en question vous posera un dilemme moral (par exemple un loup-garou qui refuse sa condition, exemple classique) que vous résoudrez sans prise de tête car sans grande conséquence si ce n'est votre sens personnel de la justice. Tous les contrats se déroulent de la même façon et finissent par être tout aussi mécaniques que les bêtes mobs quelconques servant de grind.

[...]

Continuer l'article sur PG Birganj : http://www.pg-birganj.com/critiques/critique-the-witcher-3.html

Voir aussi

Jeux : 
The Witcher III : Wild Hunt
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Noiraude
Signaler
Noiraude
L'avis est équilibré, à mon sens, et assez honnête. Soyons francs : j'adore ce jeu mais sur consoles, The Witcher 3 souffre d'une maniabilité aux fraises. Quand à l'aspect open world, je suis du même avis que toi : les quêtes annexes prennent vite le pas sur le reste, au point de nuire à la cohérence du scénario, à la longue. J'ai eu par moments un peu l'impression de retomber dans un bon vieux World of Warcraft. C'est un style qui se défend, mais pas forcément celui que j'attendais ici.
Leon Riviera
Signaler
Leon Riviera
Tu dit "-Geralt est d'une lourdeur impossible à dompter pour de bon"...C'est toi qui est lourd. "Toucher un ennemi sans que ce soit pris en compte sera très courant" FAUX FAUX FAUX "C'est la conséquence d'un gameplay assis entre deux chaises : de forme beat'em all mais avec les limites du RPG, c'est à dire limite du niveau et donc application des stats cachés des ennemis. " N'importe quoi! "-vous êtes rarement récompensé par votre skill et pas aidé avec une physique complètement lourde qui n'a pas évolué depuis le deuxième épisode" Achète toi des lunettes ou un cerveau. "-Idéalement, pour palier la physique du jeu détestable et ses nombreux bugs de collision" ...j’hallucine! "-événements copiés-collés" NON MAIS FRANCHEMENT..."L'astuce vicieuse des développeurs..." bon ben la! "-vous avez la possibilité d'effectuer des « voyages rapides » d'un panneau de région à un autre. Chose que vous ferez obligatoirement après des dizaines d'heures à buter des mobs" T'est pas obliger de "BUTER" comme tu dit car les mobs, comme tu dit ne rapporte que peu d'XP? POURQUOI TU T'EMMERDE A JOUER AU JEUX SI TU NE L'AIME PAS Pour ensuite pondre un tel torchon. Autant d'animosité , de désir de nuire, pourquoi...je crois connaître la réponse : t'est juste un abruti qui fait des éloges pour un gta 5 et qui veux ce démarquer du lot en allant à contresens des nombreux avis positif pour WITCHER 3? MAIS TON TEST N'EST PAS COMPLET Tu as oublié de dire que le jeu est moche, les musique pas terribles, le scenario inexistant, j'en oublie surement tellement ce jeu surestimé à des defauts que l'on ne peut tous les énumérer. TEST A LA CON, comme toi.

Édito

Ce blog va avoir pour but de mettre en valeur le site PG Birganj, autrefois appelé Puissance-Gamers, en activité depuis 2005 et dont l'URL n'a pas changé : http://www.pg-birganj.com

L'idée est de partager notre travail critique sur les jeux vidéo, principalement, à la philosophie du blog et à la communauté qui s'y rattache.

De temps en temps, l'article partagé sera en entier ou tronqué, ça dépendra. Mais si vous aimez lire tranquillement les articles, allez faire un tour sur PG Birganj devenu hebdomadaire pour profiter de la lecture, s’éloignant ainsi du train-train habituel du web 24/24.

Le site prône la lecture au calme et ne sert donc uniquement qu'à ça. Pas de forum, pas de commentaires, on cherche la paix (d'où le choix de s'appeler "Birganj", une ville népalaise qui semblait relax dit comme ça... ahem). Néanmoins, notre page Facebook est présente pour alerter de quelques mises à jour, d'un archivage des news importantes (celles qui nécessitent plus de deux lignes) et autres trucs. Enfin, le mensuel PG Birganj est une façon très concise d'archiver et résumer un mois d'actu et d'articles

Visitez PG Birganj
et
sa page Facebook :

 

UNE de la semaine

Archives

Favoris