Le Blog de Parker
Signaler
Cinéma

Certaines oeuvres doivent attendre bien des années avant de pouvoir être apprécié à leur juste valeur. Martin fait partie de ces oeuvres "maudites", flop commercial à la sortie,critiques acerbes et vite rangé au fond du tiroir. Voila ce qu'il se passe quand on fait un carton dans un style de film et que l'on tente quelque d'autre,d'expérimental. Voila le triste sort que l'on a réservé à Martin lors de sa sortie...

Il fallut attendre bien des années pour que l'on se rende compte que ce film est tout simplement un chef d'oeuvre. C'est ce que je vais tenter de vous prouver de suite ! 


 

Laissez moi donc vous amener dans l'univers sombre de Martin en vous contant tout d'abord son histoire...

Martin est un jeune homme tout ce qu'il y a de plus banal, pourtant la nuit tombée, Martin se transforme en vampire. Un vampire assez particulier car il ne mord pas ses victimes mais récupère le sang en coupant sa victime avec un rasoir juste après l'avoir endormie. Martin sera au début du film recueilli par son oncle Cuda qui est persuadé que Martin est un descendant des Nosferatu et veut tout faire pour le "soigner".

 

Il est triste de voir que beaucoup ont considéré ce film comme le fait que Romero ne voulait que reprendre le mythe du vampire pour en faire une transposition actuelle. Peu ont cherché à voir au-delà de l'image vampirique. Il est toujours bon de se souvenir que quelque soit le film de Romero, l'élément fantastique,surnaturel n'est qu'un prétexte. Cet élément n'est présent que pour illustrer un problème, une thématique sociale. Prenons ces films de zombie par exemple, le zombie n'est au final que l'allégorie de la menace, une représentation de nos peurs, nos échecs. A cela vient s'ajouter tout un discours ou plutôt une colère sociale caractéristique du cinéma de Romero.

Mais revenons au film, Martin est-il un vampire ? 

Romero entretient le mystère durant tout son film. Possède t-il réellement des pouvoirs ? Il est impossible de répondre à cette question à la fin du film. Et au final cela ne nous intéresse peu.

Je tiens avant d'aborder mon analyse du film à vous parler des autres personnages.

l'oncle Cuda : Véritable figure chrétienne, Cuda est en quelque sorte ( si l'on prend le film d'un point de vue vampirique ) le Van Helsing de Martin. Celui qui veut sa perte, le sauver par la mort. Cet individu est extrêmement intéressant car il possède plusieurs niveaux de lecture. Je ne dévoilerai son deuxième niveau de lecture que plus tard dans mon analyse. 

Tata Cuda : On ne sait pas vraiment comment interpréter ce personnage, sorte de figure maternelle mais en même temps elle peut aussi être vue comme une "soeur". Elle joue un rôle assez important dans le film au niveau de l'évolution du personnage de Martin.

 

Beaucoup d'autres personnages évoluent avec Martin mais je voulais vous parler avant tout des deux individus qui vivent avec notre héros durant le film. 

Il est temps d'aborder mon analyse de ce film. Alors ? Film de vampire ou non ? 

A mon sens Martin est tout sauf un film de vampire. Martin est au même titre que Season of the witch, une critique violente de la société de l'époque.

Que représente Martin alors ? 

Martin n'est un vampire que de nom et au final il n'est que l'allégorie de la marginalité. Il représente ce qui dérange dans la société. On peut aussi voir Martin comme la représentation d'une jeunesse incomprise et qui refuse de se conformer à des règles d'un ancien temps. 

Et que représente Cuda ? 

Cuda est le symbole d'une génération dépassée, une génération qui refuse de s'adapter à la nouvelle. Cuda est un vieil homme qui vit avec des visions du passé, de plus il est très religieux, cela renforce encore plus ce sentiment "d'ancienne génération" 

Romero nous montre avec génie que la différence n'est pas accepté dans notre société, toute déviance est punie, la jeunesse ne trouve pas du tout sa place. 

Nous pouvons aussi ajouter une deuxième vision au film de Romero : 

Le film peut aussi être l'allégorie du passage à l'age adulte de Martin. Le film peut aussi représenter chaque étape de la vie d'un jeune homme. La découverte du sexe, la mort, les conflits avec l'ancienne génération ou avec une ancienne autorité. 

Revenons sur la thèse de la marginalité, Martin représente en quelque sorte cet anti-conformisme de la société. Il ne veut pas s'adapter ni rentrer dans un moule mais souhaite vivre comme il l'entend. Mais malheureusement la société ne laisse pas libre les gens qui dérangent. Vu pour certains comme démoniaque ( comme le montre le comportement de Cuda ) ou alors comme stupide. Romero nous peint une société refusant la différence et ne vivant que dans un faux semblant permanent. La société doit être lisse ou ne doit pas être...

 

Libre à chacun d'interpréter comme il l'entend le film de Romero. Chaque théorie semble tenir. Encore une fois Romero nous montre toute l'étendue de son talent et nous prouve encore une fois qu'il est capable de réaliser des chefs d'oeuvre hors films de zombies.


 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Parker32
Signaler
Parker32
Un peu plus tard dans la soirée ce sera The Boston Strangler de Fleisher. Mais je vais voir pour un autre Carpenter ou alors un Cronenberg de la vieille époque !
yogibeard
Signaler
yogibeard
Mais quel bon goût ! Après Suspiria hier, le grand Romero aujourd'hui. Un petit Carpenter ou un (vieux) De Palma demain ?

Le Blog de Parker

Par Parker32 Blog créé le 21/07/11 Mis à jour le 07/04/14 à 08h51

Un blog pour réfléchir sur le cinéma, les livres et les jeux vidéos

Ajouter aux favoris

Édito

 

Voila un petit moment déjà que je voulais commencer un blog. Ayant pour ambition le journalisme, je me suis dit :

Quoi de mieux qu'un blog pour s'entrainer à écrire des articles ?

Alors que va être ce blog ? Normalement un Blog sur notre culture Geek, je m'explique: je vais tenter de faire des critiques, analyses , sur le ciné, les bouquins ou encore les jeux vidéos. 

Bon, je suis conscient que ma visibilité ne sera peut être pas énorme mais tant que quelques personnes me lisent et soit donnent un avis sur l'article ou sur le style d'écriture, bah ça me va ! 

 

Voila ! Bonne (prochaine) lecture ! 

 

Archives

Favoris