Les mégalopédies de Oz

Catégorie : actualités

Signaler
actualités

En ces temps troublés où le buzz est roi et où on s'horrifie de voir notre média préféré se faire encore montrer du doigt par des "reportages" plus maladroits que vraiment qu'agressifs, on oublie trop souvent à mon goût de parler aussi de ces initiatives qui font le jeu vidéo continue de gagner peu à peu sa place comme culture à part entière. Et quelle plus belle manière d'introniser le jeu vidéo que de le voir inscrit au programme de grandes écoles ou d'universités ?

Vous êtes certainement déjà nombreux à savoir que Starcraf est l'objet d'un module d'enseignement du prestigieux MIT. Et bien voilà que Skyrim rejoint lui aussi la liste des jeux qui rentrent dans un cursus universitaire. On reste aux Etats-Unis, direction l'université privée de Rice à Houston.

Durant un semestre, le professeur Donna Beth Ellard va proposer à ses étudiants de lire une sélection de récits scandinaves de l'époque médiévale, de sagas islandaises et de jouer à différentes quêtes de Skyrim. Les sessions de jeu viseront à identifier les liens, les transitions entre les différentes influences littéraires en prenant en compte les environnements, les personnages imaginaires.

Le but de cet enseignement est de décrire la fantasy comme concept psychologic et comme force conductrice dans la culture gamer. De plus, ce module cherchera aussi à établir comment les mythes scandinaves ont pu servir à façonner la fantasy anglo-saxonne contemporaine.

Je sens que les places vont vite être prises d'assaut.

Source : Eurogamer

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
actualités

Les temps sont durs, chercher un emploi, et encore plus en trouver un, est un parcours du combattant. Après avoir envoyer leur CV à des dizaines d'entreprises sans réponse, certains chercheurs d'emploi font preuve de mal d'originalité pour que leur CV sorte du lot reçu chaque jour par les DRH.

En ce sens, Daniel Sternlicht fait très fort. Ce jeune Israëlien, web designer de son état, a décidé de réaliser un jeu vidéo pour se présenter. Rien que ça ! En vous rendant sur son site, vous découvrirez un petit jeu à l'esthétique très "pokémonesque" dans lequel vous pouvez balader votre avatar dans une petite ville où chaque maison visitée vous en apprendra un peu plus sur Daniel : hobbies, productions passées etc.

Alors, evidemment, l'intérêt vidéoludique est plus que limité, mais force est de reconnaître que le gars n'a pas ménagé ses efforts pour proposer un CV vraiment surprenant. En espérant que son audace sera couronné de succès.

source :  lemonde.fr

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
actualités

C'est un fait : le jeu sur smartphone et autre tablette vient désormais  marcher sur les plates bandes des consoles portables. S'il faut reconnaître que les expériences proposées proposent un fun instantané en s'appuyant sur des concepts aussi simples qu'immédiats à prendre en main, bien peu de ces "snack games" ne brillent vraiment par leur originalité. Afin d'émerger au milieu des dizaines de clones d'Angry Birds ou de Doodle Jump, quatre étudiants se sont lancés dans la création d'un jeu à visée transmedia.

A la base, Darkness Threshold est un projet d'étude demandé par leurs professeurs de la Faculté des Arts de Montpellier sur la création d'un prototype de jeu vidéo. La liberté de création est totale, si ce n'est la contrainte d'inscrire leur démarche dans une vision transmedia de la nouvelle Into Darkness de l'écrivain Greg Egan.
Le Seuil est une anomalie qui apparaît aléatoirement en pleine ville sous la forme d'un dôme de deux kilomètres de diamètre. Masse hémisphérique soumise à des lois physiques différentes et baignée dans une obscurité profonde, toute personne prise au piège à l'intérieur ne peut traverser sa membrane sous risque d'en sortir profondément altérée. Seule issue, rejoindre dans le noir le centre du dôme au plus vite avant que ce dernier ne rentre en phase de décompression, synonyme d'explosion de le matière. Malheureusement, si le malheureux prisonnier sait quand le Dome apparaît, sa disparition peut survenir dans un délai allant de dix-huit à trente-six minutes. N'ayant pas forcément d'informations sur l'emplacement du centre, autant dire qu'il va falloir se dépêcher.


Le joueur incarne un "runner" pris au piège cherchant à rejoindre le centre du Dome tout en venant en aide aux autres prisonnières. Ayant opté pour un graphisme noir et blanc en 3D filaire afin d'évoquer la pénombre qui règne au sein du Seuil, les quatre étudiants ont pour objectif d'utiliser les caractéristiques principales des supports mobiles pour enrichir leur gameplay. A savoir l'écran tactile, l'accéléromètre, la gyroscopie, et même les réseaux sociaux comme Tweeter afin que les joueurs puissent s'unir pour se sauver plus rapidement.

Si la création de Darkness Threshold rentre dans la validation de leur année, il en va de même pour les méthodes employées, ainsi que la communication que les étudiants mettent en oeuvre autour de leur projet. En ce sens, ils ont décidés de s'incrire au concours Hits Playtime organisé par LeMonde.fr et leur candidature a été retenue.

De fil en aiguille, leur projet avance doucement (il est d'ailleurs possible de suivre leur journal de développement très intéressant sur leur blog) amenant à la réalisation d'un trailer. Si la vidéo ci-dessous a été filmée "en live" et n'est pas issue de séquences ingame, leur choix a été de s'inscrire encore dans une vision transmedia tout leur permettant de présenter la direction artistique adoptée pour le jeu.

Empruntant entre autres, à Limbo, Mirror's Edge tout voulant creuser son chemin loin des sentiers balisés par les succès du jeu portable, Darkness Threshold est le genre d'initiative apte à attiser la curiosité des joueurs. Une iniative à suivre de près et à encourager en allant liker leur page Facebook. Ils espèrent obtenir un nombre suffisant de "j'aime", sésame obligatoire pour accéder à la suite du concours.

source : afjv.com

Voir aussi

Plateformes : 
Android
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
actualités

Depuis quelques temps, on entend beaucoup parler de Kickstarter, en particulier pour donner la possibilité à d'anciennes licences du jeu vidéo de revoir le jour ou à de grands créateurs de pouvoir enfin trouver le soutien qui leur manquait. Mais le site de sponsoring permet aussi de financer des projets bien plus improbables. Parmi ceux-ci, on trouve Makey Makey. Fruit de l'imagination de deux étudiants du MIT, ce kit permet, une fois relié à un ordinateur, d'intéragir avec n'importe quelle application et ce, avec n'importe quel objet à condition que ce dernier soit relié au kit via des pinces.

Ainsi, s'il vous prend l'envie de jouer à Super Mario Bros avec autre chose qu'une manette, c'est possible, comme lemontre cette vidéo.

Pensez à désactiver la musique de l'édito ^^

source :  Kotaku

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
actualités

Je ne sais pas trop ce qui m'arrive ces derniers temps. Il faut croire que c'est la Communauté qui me fait cet effet (je vous aime tous, sauf toi, oui toi qui te curre le nez en lisant ces quelques lignes) mais c'est la deuxième fois en moins d'une semaine que je viens vous parler de mariage.

Après vous avoir conté l'histoire de ce couple de gamers dont le garçon avait caché sa demande en mariage dans Metroid premier du nom, voici une nouvelle demande tout aussi originale (quoique plus accessible au commun des geeks) et ce encore par le biais indirect de Nintendo, à l'aide de la 3DS et de son logiciel de dessin (désolé pour l'imprécision, mais n'ayant pas encore cette console, je ne connais pas le nom exact de cette fonction).

Alors, impossible de savoir si cette demande est véridique ou si c'est un fake, mais quoiqu'il en soit, il faut reconnaître qu'elle ne manque pas d'imagination. Même sans comprendre l'anglais, on peut la trouver mignonne.

une fois n'est pas coutume lorsqu'il y a une vidéo sur mon blog, je vous conseillerais plutôt de couper le son de la vidéo ci-dessous et de vous laisser porter par la douce réinterprétation au piano de "Still Alive" (tirée du bouleversant Mirror's Edge)  qui agrémente mes billets depuis quelques temps.

source : Kotaku

Voir aussi

Plateformes : 
Nintendo 3DS
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
actualités

Pour un couple de gamers, la demande en mariage ultime est certainement celle que l'on peut faire via un jeu vidéo.

Vous vous rappelez certainemment, il y a quelques mois, un joueur de Portal 2 avait fait sa demande en mariage à sa belle via un niveau spécialement créé par Valve. Jered McFerron est de cette trampe, mais dans la catégorie rétrogameur toutefois. En effet, lui et sa douce partagent le plaisir de jouer à d'anciens jeux. Et quand est venu l'heure de faire sa demande, Jered a immédiatement pensé à la faire par le biais d'un jeu vidéo, et tant qu'à faire, autant le faire soi-même. Et ça tombe bien car Jered touche un peu sa bosse niveau programmation. En 2003, il s'était déjà "amusé" à programmer Metroid (le premier, sur NES) en C++ pour PC.
Et comme sa compagne ne connaissait pas ce jeu, il a porté son choix dessus. Il s'est donc lancé dans une réécriture du programme qu'il avait fait afin d'y apporter les modifications souhaitées. Comme il le reconnaît, il s'est permis quelques écarts par rapport au jeu originel, mais sa moitié ne le connaissant pas, ceux-ci lui sont passés inaperçus.

Au final, au détour d'une salle ou se trouve une statue de Chozo, Jered a remplacé l'item initial par une bague (tirée de l'anneau rouge de Zelda sur Nes). Après la surprise de cette demande, il insista pour qu'elle continue à jouer. Ce qu'elle fit en prenant la bague dans le jeu. Cela signifie-t-il qu'elle acceptait ? Jerred ne répond pas directement mais se contente de préciser :

After all, it gave her all the upgrades in the game

Après tout, cette anneau lui donnait accès à toutes les améliorations !"

source : the Escapist

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
actualités

Il faut croire que la France compte un vivier important de fans (nostalgiques ?) de la firme au hérisson. Après les travaux d'Elie Ahovi sur ce à quoi aurait pu ressembler la Dreamcast 2, c'est au tour de l'agence de design SYN, spécialisée dans le communication Web, d'exposer sa vision de l'évolution de l'image de Sega dans les années à venir.

Au-delà du changement du logo légendaire de la société, ce qui plaira plus ou moins, on découvre une "maquette" du site web de Sega avec une représentation des onglets et des menus que je trouve à la fois classe et sobre. J'aime beaucoup l'utlisation des icones-paddles renvoyant au machines emblématiques de la firme. Même si ça n'est qu'une vision de fans, l'initiative méritait d'être relevée.

source : Kotaku

Voir aussi

Sociétés : 
Sega
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

  
Signaler
actualités

Ne vous réjouisssez pas trop vite. Non, Sega ne va pas se lancer de nouveau dans le hardware, et on ne sait même pas si une petite soeur à l'ultime console de la firme au hérisson a été envisagée ? Vu l'état  des finances de l'entreprise à l'époque, j'aurais tendance à répondre par la négative. Mais alors pourquoi parler d'une Dreamcast 2 ?


Elie Ahovi est un étudiant français en design industriel. Dans le cadre de ses études, il a imaginé ce à quoi aurait pu ressembler une Dreamcast 2. Pour concevoir son design, il s'est appuyé sur l'évolution entre les consoles concurrentes de la génération précédente et celles que nous connaissons aujourd'hui.

Le jeune homme a également imaginé quelques fonctionnalités pour ce projet.
La première qui saute le plus aux yeux, est la forme triangulaire qu'il a donné à la console. Il explique que ce choix a pour but de faciliter l'accès aux prises et autres connections sans avoir à manipuler trop maladroitement l'objet.

Un autre choix est de permettre à la console de reconnaître n'importe quel smartphone ou tablette afin de pouvoir l'utiliser comme controlleur, particulièrement pour les plus jeune. Evidemment, il n'exclut pas l'utilisation d'un pad traditionnel pour les gamers.

Tout ceci n'a bien sûr rien de réel et ne restera certainement qu'à l'état de projet sur papier, mais l'hommage est vraiment beau. N'hésitez pas à aller jeter un oeil aux autres travaux du bonhomme, il ne manque pas de talent et d'imagination.

source : the Escapist

Voir aussi

Plateformes : 
Dreamcast
Sociétés : 
Sega
Ajouter à mes favoris Commenter (7)

  
Signaler
actualités

Le World Gaming Executive network est, depuis quatre ans, un réseau d'échange d'idées, d'éducation autour du jeu vidéo regroupant plus de 30 000 membres, dont des développeurs, en particulier Blizzard, Apple, Ubisoft et bien d'autres.

A l'occasion du lancement de son magazine papier, WGE a demandé à 1 000 développeurs quel était leur top 20 des meilleurs jeux, toute plateforme et période confondues. Et c'est Baldur's Gate, le RPG mythique deBioware qui remporte la palme.


Voici le classement final :

1) Baldur's Gate (la série)
2) Diablo (la série)
3) Monkey Island (la série)
4) Shadow of the Colossus
5) Mass Effect (la série)
6) Batman: Arkham Asylum
7) StarCraft
8) The Legend of Zelda
9) EverQuest
10) Devil May Cry
11) Tomb Raider (la série)
12) BioShock
13) Metal Gear Solid
14) World of Warcraft
15) Deus Ex
16) Super Mario (la série)
17) Call of Duty: Modern Warfare
18) Silent Hill
19) Assassin's Creed
20) Dead Space

Petite analyse personnelle de ce Top 20 :

_ tout d'abord, je m'interroge quand au fait de sélectionner des sagas entières plutôt que des épisodes en particulier. Par exemple, si le premier Tomb Raider est pour beaucoup un très grand jeu, on ne peut pas en dire autant pour d'autres épisodes.

_ ensuite, on observe quand même la présence de nombreux jeux récents (Mass Effect, Assassin's Creed ...). Si ces jeux sont bien sûr très bons, on peut se demander s'ils figureront encore dans un tel classement dans 10 ans. En fait, la plupart des développeurs intérrogés n'auraient-ils pas été influencés par les récents progrès technologiques, plus que par les qualités intrinsèques de la plupart de ces jeux ? Quelle est, dans ce classement, la part de jeux vraiment innovants pour l'histoire vidéoludique ?

_ enfin, on note la faible présence de titres japonais. Pourtant, le pays du Soleil Levant a grandement contribué à l'essor du jeu vidéo. Est-ce que ce classement témoigne du fameux (et relatif) recul du jeu vidéo japonais ? Ou bien faut-il plutôt voir l'explication dans le fait que WGE soit une organisation anglo-saxonne ?

Je vous laisse méditer sur ces questions

source : Eurogamer

Voir aussi

Jeux : 
Baldur's Gate
Sociétés : 
BioWare Corp
Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
actualités

USAopoly est une société américaine qui s'est fait une spécialité de proposer les grands classiques du jeu de plateau aux couleurs de licences populaires comme Star Trek par exemple.

Konami s'est associé avec cette entreprise pour fournir une version du célèbre Risk dans l'univers de Metal Gear Solid. Le jeu reprend les règles de 2008 et utilise les personnages de la série de Kojima San pour figurer les pions. Le jeu sera mis en précommande le 3 octobre prochain au prix de 50 $ (environ 37 €). Si ça vous intéresse, ça se passe par ici.

source :  gamespot

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Les mégalopédies de Oz

Par ProfesseurOz Blog créé le 28/03/10 Mis à jour le 11/09/13 à 17h25

Un prof qui perd trop de temps à corriger des copies plutôt qu'à jouer (ou l'inverse)!

Ajouter aux favoris

Édito


2012 : un an que j'essaie d'alimenter ce blog de manière plus ou moins régulière, avec plus ou moins de succès, mais toujours avec grand plaisir et surtout, passion.
Et à ceux qui se demandent ce que signifie le mot "mégalopédie", ce mot veut simplement dire qu'au travers des info ou des bêtises que je peux bien faire partager ici, c'est simplement une manière de parler un peu de moi.

Info diverses:

Mon Gamertag : ozfromsl29
Mon Id PSN : oz_fromsl

Retrouvez-moi aussi sur :

mais aussi avec Anfalmyr, Subby Kun, Mikadotwix, Loupign et Locutus sur La Caz Retro

Mes coups de coeur de 2012 :

Jeux en cours :

 

 

 

Jeux non terminés et perdus sous la pile :

Archives

Favoris