Les mégalopédies de Oz
Signaler
cinéma

 

Pilote d'hélicoptère en Afghanistan, Colter Stevens se réveille dans un train à destination de Chicago sans aucun souvenir. Accompagné d'une femme qui semble bien le connaître, Colter n'a pas vraiment le temps de réaliser ce qui lui arrive qu'une bombe explose, dévastant tout le wagon.

Le jeune homme se réveille alors dans un caisson et se retrouve en contact par caméra avec des militaires. Ces derniers, bien que très mystérieux quant au passé récent de Colter, lui apprennent qu'il participe à une expérience visant à revivre les derniers instants d'une personne avant sa mort. Plus précisément, Colter est amené à revivre sans cesse les huit minutes précédant l'explosion du train afin d'identifier l'auteur de l'attentat.

Les militaires finissent par lui apprendre qu'un autre attentat est prévu et que ses recherches permettraient de le déjouer. Bien qu'ils lui ordonnent de ne pas perdre de temps à se préoccuper des passagers du train pour qui ont ne peut revenir en arrière, Colter va malgré tout essayer les sauver.

Le film s'articule autour d'une double recherche. D'une part le personnage principal enquête au fil de ses projections afin de contrecarrer les plans du terroriste. D'autre part, lors de son retour à la réalité, il cherche à comprendre ce qui l'a mené à cette expérience. Le héros va se servir d'informations glanées dans la reconstitution pour trouver des réponses dans la réalité, et vice versa.

Si l'intrigue se montre relativement convenue, le scénario joue plutôt astucieusement de ces va et viens entre les deux mondes. On pensera à la série Code Quantum pour le côté projection dans une personne afin de réécrire l'histoire (d'ailleurs Scott Bakula, héros de la série, fait partie de la distribution). Mais surtout, à Un Jour Sans Fin dans une Amérique post 11 septembre. Jack Gillenhaal joue les Bill Murray s'enhardissant à chaque « voyage dans le temps ». Pour mener à bien sa mission, il multiplie les tentatives, change de méthode, essaie, échoue et recommence en apprenant à chaque fois de ses erreurs. Il est d'ailleurs intéressant de noter l'analogie avec le jeu vidéo. Le film retranscrit parfaitement l'essence du game over et la notion de « vies restantes ». Colter ne dispose pas de chances infinies et le temps joue contre lui.

Sans bouleverser le cinéma, Source Code est une très agréable surprise. Mené à un rythme soutenu (1 h 33), tambours battants, sous des allures de thriller, le film s'ouvre finalement peu à peu sur son véritable postulat: « s'il ne vous restait que quelques minutes à vivre, que feriez-vous ? ». A ce titre, l'une des dernières scènes vous arrachera peut-être une larme ou un sourire de bonheur, mais ne vous laissera certainement pas indifférent.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Les mégalopédies de Oz

Par ProfesseurOz Blog créé le 28/03/10 Mis à jour le 11/09/13 à 17h25

Un prof qui perd trop de temps à corriger des copies plutôt qu'à jouer (ou l'inverse)!

Ajouter aux favoris

Édito


2012 : un an que j'essaie d'alimenter ce blog de manière plus ou moins régulière, avec plus ou moins de succès, mais toujours avec grand plaisir et surtout, passion.
Et à ceux qui se demandent ce que signifie le mot "mégalopédie", ce mot veut simplement dire qu'au travers des info ou des bêtises que je peux bien faire partager ici, c'est simplement une manière de parler un peu de moi.

Info diverses:

Mon Gamertag : ozfromsl29
Mon Id PSN : oz_fromsl

Retrouvez-moi aussi sur :

mais aussi avec Anfalmyr, Subby Kun, Mikadotwix, Loupign et Locutus sur La Caz Retro

Mes coups de coeur de 2012 :

Jeux en cours :

 

 

 

Jeux non terminés et perdus sous la pile :

Archives

Favoris