The Farthest Land

The Farthest Land

Par Onink Blog créé le 21/01/11 Mis à jour le 19/04/14 à 18h30

Ajouter aux favoris

Catégorie : OST en général

Signaler
OST en général

Il y a plus de deux semaines (c'est le temps qu'il m'a fallu pour me motiver à écrire ce résumé) avait lieu en plein coeur de Paris. Un concert que j'attendais particulièrement : il s'agissait en effet de mon premier concert de musiques de jeux vidéo, et pour un artiste que j'adore, Hitoshi Sakimoto, compositeur des musiques de Final Fantasy XII, Tactics Ogre, Vagrant Story, Radiant Silvergun, Odin Sphere ou encore Valkirya Chronicles. Ajoutons à cela le fait qu'il s'agissait également de ma première IRL gameblog... IRL à deux, certes, mais IRL quand même. A ce propos, dommage qu'il n'y ait pas eu plus d'engouement sur le site, au vu de la qualité du concert et de son prix relativement faible (environ 30€). Mais la compagnie de Jonah me consola amplement!

Bref, parlons du concert, qui était censé débuter vers 15 heures pour s'achever à 17. Pas mal de monde, à mon étonnement, à l'entrée du théatre. Evidemment en retard, la queue était déjà bien longue et j'étais sans doute un des derniers arrivés... Mais Jonah m'avait heureusement gardé un siège bien placé. 

 

Une sacrée grosse queue... 

 

Plus d'une demi heure plus tard, j'étais enfin dedans. J'apercu au loin Dieu, signant ses autographes à la chaine. Lorsque c'était enfin mon tour, je dois avouer que j'étais sacrément intimidé devant le monsieur. Je bredouilla un "hello" suivi d'un "arigato", comme tout le monde, mais c'était déjà énorme. Me voilà en possession d'un joli FF XII dédicassé par le maitre!

Direction la salle de concert. Parce que c'est quand même ça le but de ma venue! Je monte à l'étage, la salle était déjà bondée. C'est à ce moment que je rencontre Jonah pour la première fois, rencontre agréable mais précipitée par le début des festivités. 

 

 
Sur l'écran apparaissait subitement la fameuse et sublime affiche d'Orioto, représentant le mercenaire Rozencrantz de Vagrant Story. L'organisateur allait ensuite surgir sur scène, présenter brievement le concert, avant que les musiciens ne le rejoignent. Ils étaient au nombre de 5 (un pianiste, trois violonistes et un violoncelliste... je crois), les membres de la Sinfonia Pop Orchestra. Un concert réduit donc, rien à voir avec la troupe impressionnante de Distant World. Une représentation plus intimiste et pas vraiment comparable qui fait ressentir des émotions sans doutes différentes.

Le concert débuta avec un de mes thèmes de jeu vidéo préférés, à savoir l'ouvertue de Tactics Ogre.

Les cheveux gras  étaient de mise ce jour là

 

Tactics Ogre Gran Repeat - Overture

 

Evidemment, la représentation était totalement différente de cette vidéo, au vu du nombre réduit de musiciens. Mais la structure semblable et les mélodies identiques. C'est allé très vite, trop vite, et j'ai évidemment adoré, même si le thème a été légèrement tronqué au profit du thème de Cygnet, assez bon mais plus anecdotique.

Passé cette entrée en matière convaincante, j'avais évidemment hâte d'entendre la suite. Après Tactics Ogre, les musiciens enchainèrent avec Odin Sphere, de manière surprenante. Si tout le monde connait son thème principal, cette représentation avait de quoi surprendre, puisque les paroles de la chanson étaient cette fois en... Français. Destabilisant au début, mais assez convainquant au final! 

Puis, Final Fantasy Tactics Advance. Une ost que j'aime bien mais qui ne soutient pas la comparaison avec son ainé. Le medley proposé était fort sympathique mais je me demandais pourquoi ils avaient choisi le Tactics Advance à la place du Tactics classique... J'allais être servi un peu plus tard.

Le côté surprenant de ce concert ne s'arrêta pas là mais continua pour les trois prochains morceaux, puisque ceux ci étaient issus de jeux et animés qui m'étaient totalement inconnu : The Wizard of Oz , The Tower of Druaga et Romeo X Juliet. Trois découvertes totales et très appréciables puisque s'écartant du style caractéristique de Sakimoto. Notamment le medley Romeo X Juliet, qui m'a beaucoup impressionné (comme par hasard, c'est la musique des trois que je viens de citer qui est le plus dans le style Sakimoto...).
 

Romeo X Juliet : Tragedy in the House of Capulet

 

Pour clore cette première partie, on s'attaque enfin au gros morceau : Final Fantasy XII. Tout d'abord, nous avons eu droit à deux pistes issues de l'album Piano Collections... Et j'avoue ma déception, étant donné qu'il s'agissait de reprises à l'identique de ces morceaux. C'est néanmoins compréhensible, étant donné que l'album est assez récent, et qu'un peu de promo ne fait pas de mal.

Mais le chef d'oeuvre du spectacle était là, en embuscade : le medley Final Fantasy XII. Une claque très puissante après les décevantes pistes au piano.
Ce medley reprennait les principales musiques d'exploration de FF XII : Rabanastre, Ozmone Plains, Eruyt Village, The Pohon Coast, The Cerobi Steppe, To Walk Amongst Gods... C'était long, et les musiciens ont réussi à rendre le tout très épique, moins calme que les thèmes originaux. J'en ai filmé une petite partie, la qualité est médiocre mais donne un apercu de ce que donnait ce grand moment.

Final Fantasy XII : Ivalice Landscape

 



Autant dire que j'étais calmé pour l'entracte. Après une petite pose fraicheur, on se rassoit pour la deuxième partie. Et direct, le ton est donné avec, enfin, une musique de Vagrant Story. Un medley de Vagrant Story. De 20 minutes. La salle avait le souffle coupé devant la performance du jeune pianiste de 20 ans, seul sur scène. L'ovation après ce morceau était d'ailleurs la plus longue de la soirée. Je vous laisse juger avec cette vidéo, où l'on a exactement le même morceau joué par le même pianiste.
 

Vagrant Story : Fantasy on Theme

 

Comment se laisser emporter par le reste du concert après ce coup de maître? La tâche n'était pas aisée mais Estelle Micheau s'en est bien sorti à l'exercice du chant lorsque retentissait le thème du tout récent Dragon's Crown. Une musique que je ne connaissais pas mais qui m'a bien emballé, dans la lignée d'un Odin Sphere.

Ensuite, retour aux jeux et animes inconnus, avec des musiques de Colors of Life et Legaia 2. La patte Sakimoto est plus présente que pour les morceaux du début (Romeo X Juliet...). L'intensité montait crescendo, notamment pour Legaia 2, avec une fin assez péchue. De quoi enchainer avec quelque chose de plus connu : Valkirya Chronicles. Un morceau plus calme, posé, exclusivement au piano. Sympathique, mais pas renversant, contrairement à ce qui allait suivre.

 

 Le mister fait une brève mais sympathique apparition sur scène 

 

Pour conclure le concert, il fallait envoyer du lourd. La petite troupe ne s'est pas genée en nous proposant le splendide medley tant attendu de Final Fantasy Tactics. Les meilleures pistes y sont jouées, à savoir le thème principal, les musiques de combat et des morceaux plus mélancoliques. La représentation est assez courte mais très intense. Voici une vidéo qui reprend ce meldey de manière presque identique, avec bien sur une orchestration différente.

Final Fantasy Tactics : Medley (débute à 1:12)


Avec les medley FF XII et Vagrant Story, nous avons notre troisième pièce maitresse du concert. Une réussite dont resultait une longue ovation. Le public, et Jonah et moi les premiers, étions complètement conquis et n'avons pas du tout vu le temps passer.
 

Le pianiste du fond : i don't give a shit

 
Au final, un concert certes intimiste mais chargé en nostalgie. Les organisateurs ne se sont pas contenté de faire du fan service en proposant des morceaux moins connus, nous dévoilant une partie de l'oeuvre de Sakimoto pas forcément connue de tous.

 

 Reveille toi monsieur le pianiste!

Après le concert, il me restait une chose à faire... La photo avec le maitre! Je n'avais pas de billet premium et je n'étais donc pas censé pouvoir poser avec lui, mais les organisateurs ne semblaient pas en tenir compte. Jonah et moi nous approchons du mister et l'observons de longues minutes tels des groupies en hésitant à lui adresser la parole.

 Je suis tout fébrile! Il faut que je m'approche! (Qualité d'image : Over 9000)

 
Il y avait de moins en moins de monde, c'était l'occasion idéale! Ni une ni deux, on se lance enfin en bredouillant notre demande dans un anglais d'une qualité plus ou moins irréprochable... Et Sakimoto, très ouvert et sympathique, accepta notre demande. La classe! 

TROP TARD PHOTO RETIREE! 
Bam! De gauche à droite : Votre serviteur, Dieu Sakimoto et Jonah (son frère, Jonah's Brother, n'était par contre pas là)

 
Un concert de qualité, une rencontre, des souvenirs et une photo collector, je crois que j'ai bien gagné ma journée!
Vous pouvez retrouver le compte rendu du concert par Johna sur son blog. Sur ce, à la prochaine!

Programme du concert 

Première partie :
Tactics Ogre : Main Theme / Theme of Cygnet
Odin Sphere : Main Theme
Final Fantasy Tactics Advance : Medley
The Wizard of Oz : Far Above
The Tower of Druaga : Noble and Servant
Romeo X Juliet : Medley
Final Fantasy XII : The Dalmasca Estersand / The Skycity of Bhujerba (Piano Collection)
Final Fantasy XII : Ivalice Landscape Medley

Deuxième partie :
Vagrant Story : Fantasy on Theme (Meldey)
Dragon's Crown : Main Theme
Colors of Life : Ferris Wheel
Legaia 2 : Lost Forest
Legaia 2 : Medley
Valkyria Chronicles : Medley
Final Fantasy Tactics : Medley

 

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
OST en général

 

Chaque Final Fantasy a le droit, quelques mois après sa sortie, à une compilation de certaines des musiques de sa bande son. Ces albums sont des arrangements exclusivement au piano des pistes, donnant une nouvelle jeunesse à ces morceaux.
Ainsi, tous les FF avaient bénéficiés de la sortie d'un album de ce type, du I jusqu'au XIII. Tous, sauf un : le douzième opus. Cependant, le 7 novembre 2012, voici que l'album tant attendu sorti de nul part. Mieux vaut tard que jamais, comme on dit!

Le dit album a été intégralement supervisé par Hitoshi Sakimoto, en charge de l'ost du jeu, et interprétée par l'australien Casey Ormond. Il est constitué de 13 pistes, généralement des musiques d'ambiance ou d'exploration. Certaines interprétations sont très calmes, reposantes, tandis que d'autres semblent plus dynamiques et entrainantes. Dans tous les cas, elles jouissent d'un travail d'arrangement remarquable. Casey Ormond ne s'est en effet pas contenté de retranscrire à l'identique les morceaux de FF XII au piano mais a réellement apporté sa touche personelle, si bien qu'on peine à reconnaitre certaines musiques dès la première écoute. 

Je vous propose aujourd'hui une petite sélection des pistes qui m'ont paru les plus réussis dans cet album, qui possède par ailleurs une jaquette sacrément classe. Bonne écoute!

Final Fantasy XII Piano Collections - The Archadian Empire


Le thème de l'Empire, qui pourrait être considéré comme le thème principal du jeu tant il revient souvent, est un des plus réussis de cette bande son. Véritable Imperial March de FF XII, à la fois solannelle et puissante, il s'impose comme un des thèmes marquants de cette OST. Sakimoto n'étant pas forcément coutumié de ce type de morceau très mélodique, préférant se laisser aller à des rythmes plus fous et moins structurés, ce thème fait figure d'exception mais s'intègre parfaitement dans l'univers du compositeur.
J'ai ma préférence pour le thème de base, beaucoup plus épique et impressionant, mais cette version piano reste dans l'esprit de la musique d'origine.
Thème original.
 

 

Final Fantasy XII Piano Collections - A Moment's Rest

 
A Moment's Rest est, comme son nom l'indique, un morceau beaucoup plus calme, apaisant, et cet arrangement au piano accentue cette sensation en rendant le thème encore plus mystérieux. La magie de ce morceau réside selon moi dans le passage absolument saisissant de 1:48 à 2:17. Contrairement au thème de l'empire, je trouve cette version au piano plus harmonieuse que la version originale!
Thème original.

Final Fantasy XII Piano Collections - On the Riverbank

 
On reste dans le léger avec On the Riverbank, une des musiques de village, très guillerette et agréable à l'écoute. Un petit air de vacances se dégage de ce morceau que l'on entendra à de nombreuses reprises dans le jeu, rendant les moments de répis dans ces villages portuaires plus qu'agréables. La version piano est dans le même ton, et est même encore plus enjouée, grâce à l'apport de cet instrument par rapport au violon, beaucoup plus calme et posé.
Thème original.
 

Final Fantasy XII Piano Collections - The Dalmasca Estersand


On boucle la boucle, avec The Dalmasca Estersand, qui reprend le thème principal, déjà très présent dans The Archadian Empire, mais dans une version moins brute, moins puissante. Ici, on est pris d'un sentiment d'aventure, d'évasion à l'écoute de ce morceau énergique, que l'on entend en jeu dans la très vaste zone du désert de Dalmasca, aux portes de l'imposante citée de Rabanastre. Ici encore, le piano donne un souffle de fraicheur très appréciable pour un des morceaux les plus reconnus de l'ost. Certains passages sont totalement inédits et donnent encore plus de saveur au thème!
Thème original.

Pour finir, voici la playlist complète de l'album :

1. Opening Theme / To Be a Sky Pirate
2. Streets of Rabanastre
3. The Dalmasca Estersand
4. On the Riverbank
5. To Walk Amongst Gods
6. Penelo's Theme
7. Ashe's Theme
8. The Archadian Empire
9. A Moment's Rest
10. Nalbina Fortress
11. Lowtown
12. Eruyt Village
13. The Skycity of Bhujerba


Voir aussi :

Ajouter à mes favoris Commenter (33)

Signaler
OST en général

Dans un jeu d'aventure, on retient généralement les péripéties importantes faisant partie intégrante du voyage. Ces moments de bravoure, ces combats intenses contre dragons et autres bandits, ces découvertes de trésors anciens, ainsi que tout ce qui rythme l'épopée du héros. Un monde à sauver, une prophétie à réaliser, une princesse à délivrer, une organisation à contrecarrer, les enjeux sont souvent majeurs et n'offrent que peu de place à la détente.
Pourtant, que seraient ces aventuriers sans quelques passages à la taverne du village du coin ou au bar huppé de la capitale? Certains, ivrognes, ne sauraient se passer d'une choppe de bière avant la nuit tombée, tandis que d'autres, certes dévoués à leur tâche, ne se refuseraient pas un petit remontant pour repartir de plus belle à l'aube.

Ces moments sont essentiels dans la quête d'un aventurier. Ils permettent de faire des rencontres, de manière à, pourquoi pas, obtenir des informations cruciales dans l'accomplissement de leurs quêtes. Parce qu'il n'est pas toujours aisé d'explorer seul, nouer de nouvelles relations dans ces lieux chaleureux peut s'avérer fort utile pour aller fouiller un donjon plus efficacement. Au delà de cet aspect très pratique et utilitaire, comme si le héros ne considérait les autres que comme des moyens d'arriver à ses fins, celui ci peut également être désireux d'enrichir sa vie sociale. Après tout, la vie d'un aventurier n'est pas toujours très drôle et la solitude se fait souvent ressentir. Même le loup solitaire sait apprécier les récits d'aventure de ses homologues autour d'une bonne beuverie, ou tout simplement une baston de bar endiablée avec des nains surexcités.

Une halte au bar du coin représente également tout simplement l'un des rares moments de répit auquel l'aventurier, et même le joueur, a le droit. Oublier, se détendre, faire une partie de poker ou se reposer au coin du feu, toutes les raisons sont bonnes pour s'accorder une halte bien méritée.
Ces tavernes ne seraient rien sans un accompagnement musical digne de ce nom, pour éviter que l'ennui ne pointe le bout de son nez ou que l'ambiance ne soit pas à la hauteur. Ces musiques se veulent logiquement entrainantes et joyeuses, en comportant des mélodies très rythmées et souvent guillerettes, de manière à accentuer l'atmosphère festive de ces lieux. Dans certains cas, la musique peut être plus douce, voir nostalgique pour coller aux discussions d'aventuriers se remémorant leurs souvenirs les plus épiques sur le champ de bataille.

Ainsi, je vous propose aujourd'hui un petit voyage dans certaines des tavernes les plus réputées du monde, voir, que dis-je, de la galaxie! Préparez votre choppe de bierre ou votre verre de skouma, c'est parti!

 

The Witcher - Evening in the Tavern


Débutons cette excursion avec un des bars les plus sympa de Wyzima, j'ai nommé le Nouveau Narakort, dans le quartier commerçant de la ville. Un endroit dans lequel le très célèbre Geralt de Riv a passé beaucoup de temps, non pas pour se détendre mais plutôt pour améliorer son réseau de relations, dans l'optique de resoudre des affaires politiques mêlant diverses organisations. En effet, le premier étage de cette taverne accueille en soirée des réceptions très select, regroupant les personnalités les plus influentes de la ville. Coups fourrés et petites manigances sont monnaies courante dans ce genre de soirées, qui restent néanmoins cordiales la plupart du temps, et ne nuisent pas à l'ambiance chaleureuse qui se dégage de l'endroit. 
Le rez de chaussé, bien que mieux fréquenté que l'Ours Poilu, est assez bon enfant, avec des bastons de pugilistes et autres parties de poker. 

La musique y est traditionnelle et entrainante, grâce notamment au violon, totalement au premier plan, accompagné de quelques percussions discrètes. Ce morceau est suffisamment dynamique pour, pourquoi pas, une petite danse populaire autour d'un bon feu de cheminé! Un morceau sans doute apprécié de Geralt, qui passait régulièrement au rez de chaussé pour parler de ses déboires amoureux avec son ami Jaskier.
 

Okami - Sparrow's Inn

 
Les Terres du Nippon sont vastes et souvent hostiles. L'objectif du divin Amateratsu est bien évidemment de ramener la paix dans ces contrées, parfois impures et rongées par le mal. Une tâche à la hauteur du pouvoir du loup blanc, capable de moult miracles grace à la magie du pinceau. Amateratsu est totalement dédié à sa mission, ce qui est moins le cas de son compagnon Issun, minuscule personnage se longeant sur la crinière de la bête, et qui est lui plus enclin à se laisser aller.
Le moral de la population n'étant pas au beau fixe, les bars animés et fréquentés ne sont pas légion. Cependant, de nombreuses localités proposent des distractions qui, en plus de contenter Issun, ne déplaisent pas au gracieux loup blanc. La ville de Seian, le village Kusanagi et surtout la très vaste auberge de Sasabe en font partie. Cette dernière est notamment située près de sources thermales et est ainsi équipée de bains typiques de la culture japonaise, permettant aux deux héros de se revigorer après l'effort.

L'espièglerie de la musique de ces auberges s'accorde bien avec l'aspect cocasse et un peu fourbe des tenanciers, toujours prêts à rouler Amateratsu et Issun, parfois naïfs. Un côté très chaleureux, rassurant, se dégage également du thème musical, comme pour accentuer ces instants où les deux protagonistes sont coupés du monde et peuvent enfin s'accorder un peu de répit.
 

The Secret of Monkey Island - The Scumm Bar

 
Je veux devenir pirate! Telle est l'ambition de Guybrush Threepwood lorsqu'il débarque sur l'île de Mêlee. Après seulement quelques instants, il va rapidement se retrouver devant le fameux Scumm Bar, réputé pour être justement fréquenté par des pirates. Au delà de ces nombreux ivrognes affalés sur le zinc, cette taverne abrite surtout le conseil des pirates, dont les membres sont les trois juges pirates et qui sont en réalité tout aussi délurés que la plupart des brigands qui passent leurs journées dans cet établissement. Entreprenant comme il est, Guybrush ne va pas perdre une seconde et va se précipiter de leur demander comment accomplir son rêve... Et les trois juges lui ordonneront d'accomplir les "trois épreuves", seule condition pour accéder au statut si désiré par Guybrush. Après une discussion enrichissante avec un chien manifestement intelligent, notre héros se mis en route pour mener à bien ces trois nouvelles missions : la maitrise de l'épée, du larcin et de la chasse au trésor. Sa quête pouvait enfin débuter, et ce grâce à ce passage salvateur par la taverne.

A l'image de la musique d'Okami, Scumm Bar est un morceau joyeux et réconfortant. Une musique également très dynamique, et enrichie par le nombre conséquents d'instruments traditionnels utilisés qui s'additionnent au fil du morceau, qui est au final assez complexe malgré sa courte durée.
 

 Xenogears - Ancient Dance 

 
Fei est un garçon torturé. Et amnésique, comme bon nombre de ses pairs aventuriers originaires du japon. Des questions, il s'en posera durant son périple qui a tout d'une quête initiatique. Après un tragique accident, il va devoir se débrouiller par lui même... Et être rapidement entrainé dans un conflit qui le dépasse, aux enjeux colossaux. Des morts, des passages difficiles, tout cela n'est guerre joyeux... Comme pour Geralt, un instant de détente peut aider à repartir du bon pied. Si le monde est déchiré par la guerre, il subsiste néanmoins quelques bastions de bonheur qui, à défaut d'être sûrs, offrent de précieux moments de répit.
Une petite visite à la taverne du coin est très important pour Fei et ses amis, notamment pour se reposer, faire le point ou même s'accorder une petite danse, histoire d'oublier les tracas du quotidien.

Puisqu'il est question de danse, Ancient Dance se veut particulièrement dansant. Comme bon nombre des musiques de l'ost, le morceau possède des accents celtiques très marqués, et reprend la mélodie d'un des thèmes principaux de Xenogears, en la rendant encore plus énergique.
 

Deus Ex - New York Bar : Underworld


Le périple de JC Denton pour contrer une conspiration politique l'amènera à beaucoup voyager à travers le monde. Ses destinations seront aussi variées que Hong Kong, Paris et surtout New York, où il passera une bonne partie de son temps à chercher des informations. La ville est vaste, et pas forcément bien fréquentée en 2052, année durant la quelle se déroulent les événements de Deus Ex.Un des endroits privilégiés de notre ami JC se trouve être le bar Underworld, où il fera quelques rencontres intéressantes pour progresser dans son enquête, et également où il pourra s'évader de ce monde si gris, où l'on ne peut faire confiance à absolument personne.
Le Underworld est un bar à l'ancienne, constitué de murs de bois et de briques, de ventilateurs de plafond et de pièces très vastes. L'ambiance y est décontractée même si, à cause de la peste, la clientèle n'est pas très nombreuse... Rien à voir avec le Hive à Singapour, si fréquenté par Adam Jensen dans les années 2027, complètement bondé et qui fait la part belle aux néons et lumières dans tous les sens.

La musique de ce bar se veut particulièrement rétro. Très groovy et rythmée, d'un style assez old school, elle n'a encore aucun rapport avec la musique du Hive, beaucoup plus électro. A croire que ce type de musique est moins populaire avec le temps!
 

Mass Effect 2 - Afterlife

 
Sauver la galaxie. Quand, même, Shepard, il a une sacrée pression sur les épaules. Le sort de milliards d'humains, d'asari, de turiens et autres espèces plus variées les unes que les autres dépendent de lui. Missions de reconnaissance, sauvetages en tout genre, assaut d'une base de récolteurs et affrontement crucial contre les moissonneurs, le premier spectre humain a du pain sur la planche. Sans compter les nombreux égos de son équipage à gérer... Pour cela, quoi de mieux qu'une bonne virée dans un club haut de gamme? Il y avait largement le choix, et le climat de guerre n'entravait en rien ces activité! Le Purgatoire, le Flux, l'Eternity, L'Etoile Noire... La crème de la crème reste le club Afterlife situé sur la station Omega. Un comptoir circulaire, une ambiance lumineuse constituée de couleurs chaudes ainsi qu'une vaste piste de danse, l'Afterlife possède toutes les qualités requises pour passer un bon moment, et un endroit idéal pour faire de nouvelles rencontres...

Un des atouts de l'Afterlife est sans aucun doute son DJ, responsable en grande partie de l'ambiance chaleureuse de cette boite. Une musique très cool, au rythme assez posé, propice à l'art de la séduction, dont Shepard est passé maitre. Le niveau inférieur du club offre une atmosphère bien différente, beaucoup plus rythmée, qui contentera les pro' du dancefloor. Là par contre, notre général humain a beaucoup de progrès à faire...

Ainsi s'achève cet article qui s'écarte un peu de mes rubriques habituelles. J'ai pris beaucoup de plaisir à le faire, j'espère que vous en avez pris autant pour le lire. Il peut ouvrir la voie à, pourquoi pas, une nouvelle série de post. Sur ce, à la prochaine!

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Signaler
OST en général

 

En 1998 sortait Xenogears, un des grands RPG de Square sur psone. Un jeu de rôle aussi bien réputé pour son scénario très complexe que pour sa dernière partie baclée par manque de temps/d'argent.

Xenogears voyait également Tetsuya Takahashi monter sur le devant de la scène. Il avait déjà bossé sur pas mal de projets de Square en tant que designer ou illustrateur sur des jeux comme FF IV, V, VI, VIIChrono Trigger, Secret of Mana, Parasite Eve, Front Mission... Un sacré CV. Cependant, Tetsuya devait passer à l'étape supérieure, et c'est ainsi qu'il se lanca dans son propre jeu en tant que réalisateur et scénariste : Xenogears. Ce dernier a remporté un certain succès malgré les thèmes abordés et la complexité de l'histoire.
Tetsuya voulait en faire 6 épisodes, ce que refusa Square, malheureusement. De ce fait, le créateur décida de se séparer de l'éditeur pour fonder sa propre boite, Monolith Soft, et crééer les jeux qu'il veut.
Plus tard, il sera bien entendue connu pour la trilogie Xenosaga, elle aussi très ambitieuse en terme de scénario, ainsi que le récent Xenoblade, plus classique mais également plus maitrisé.

Si Xenogears mérite un article, c'est grace à son OST qui selon moi surpasse celles, également magnifiques, de ses petits frères. Composées par Yasunori Mitsuda, les musiques étaient déjà acclamées à l'époque et d'une justesse remarquable. Il suivra d'ailleurs Takahashi dans bon nombre de ses projets (en signant même le thème de fin de Xenoblade).
Mitsuda se lanca dans un album orchestral reprenant les musiques de Xenogears, Myth, qui vit le jour en 2011. Un album varié, regroupant à la fois des musiques mélancoliques, épiques ou joyeuses et ayant toujours une certaine "valeur ajoutée" par rapport aux musiques originales : il ne s'agit clairement pas ici de reprises de flemmards. Tous les morceaux ne sont certes pas de la même qualité (certaines musiques semblent en deça, comme Stage of Death ou The Wind Calls to Shevat in the Blue Sky) mais l'ensemble est excellent.

Voici donc une compilations de 5 musiques de cet album, mes morceaux préférés en l'occurence. J'espère que vous apprécierez! 

 

 

Xenogears : Dark Daybreak

Dark Daybreak (ou Light from de Netherworld), le thème d'introduction, est sans doute une des pistes les plus puissantes et les plus marquantes de l'ost. Le début est long, mystérieux, tandis que les instruments, les choeurs viennent s'ajouter à la mélodie qui n'en devient que plus forte. Le rythme change régulièrement pour mieux nous surprendre et au final nous émerveiller devant le talent de Mitsuda.
Thème original.

 

Xenogears : My Village is Number One

 
Une musique plus tranquille, mais non moins réussie! Un thème du village de Lahan, très léger, guilleret, chaleureux et respirant la bonne humeur. Vous savez, c'est ce village du début de tout jeu de rôle japonais qui se respecte, où notre héros n'a pas encore compris l'importance de la quête qui lui a été allouée. Je ne sais pas si c'est comme ça dans Xenogears, mais je peux le deviner rien qu'à l'écoute de cette musique qui me rend plus joyeux à chaque écoute. Du très bon!
Thème original.

 

Xenogears : Flight

Nous entrons dans une autre dimension avec ce thème sobrement intitulé Flight : celle de l'épique et de la majestée.
Une réorchestration incroyable, sublimant complètement le morceau original, au côté midi très prononcé et qui n'a au final plus rien à voir. Mon morceau préféré de l'album!
Thème original.

 

Xenogears : Bonds of Sea and Fire

Nous passons maintenant au mélancolique, avec Bonds of Sea and Fire, un thème d'une grande douceur. Le violon revêt d'une importance encore plus forte ici, qui vient donner un morceau un rythme très lent (1:26) pour finalement repartir de plus belle (2:00). La musique se veut même entrainante à partir de 2:47 tout en conservant sa magnifique mélodie. Encore une orchestration de grande qualité!
Thème original.

 

Xenogears : Small Two of Pieces

Une piste qui possède ses détracteurs et ses fans. Un chanson un peu mielleuse, tirant fortement sur la corde sensible de celui qui l'écoute. Cette version orchestrale améliore tout de même largement le tout et gomme certains défauts (guitare électrique, sonorités un peu cheapos...) et le résultat est bien plus convaincant. Du coup, je l'apprécie beaucoup comme ça, ce thème de fin! A noter qu'il existe une version piano, toujours dans l'album Myth, plus sobre et plus classe, mais moins ambitieuse : Faraway Promise.
Thème original.

 

Autres pistes notables de l'album :
Unstealable Jewel, The Gentle Breeze Sings, Broken Shards, The Begging and the End...

Voir aussi :

Voir aussi

Jeux : 
Xenogears
Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
OST en général

 

Pour rendre hommage à l'ost de Final Fantasy VI, je ne pouvais pas me limiter à un seul article. Seconde fournée aujourd'hui, avec cependant une particularité : que de l'orchestral. La bande son du jeu possède en effet des tas de morceaux susceptibles d'êtres joués par un orchestre, à commencer bien sur par l'opera.

Vous aurez donc le droit ici à une petite compilation des meilleures reprises (du moins, à mes yeux) des musiques de Final Fantasy VI en version symphonique. Il y en a un bon paquet, j'ai donc du faire un tri et certaines sont passées à la trappe. Cependant, vous avez déjà de quoi faire avec tout ça!

On commence avec l'Ending theme : bonne écoute! 

Final Fantasy VI - Ending Theme

 
Musique des plus marquantes, le thème de fin de FFVI est un medley des musiques de  tous les personnages principaux du jeu. Les thèmes de perso étant les plus réussis de l'ost, ce medley ne peut être qu'une tuerie, surtout en version orchestrale.
Nobuo Uematsu est particulièrement doué pour crééer des mélodies s'accordant parfaitement aux personnages, captant leur caractère et personnalité. Cette particularité  du compositeur se remarque surtout dans ce Final Fantasy.
Mensions spéciales au côté chevalresque des thèmes de Cyan (0:45) et des frères Sabin et Edgar (2:15), à la mélancolie du thème de Celes (5:50), au caractère très entrainant du thème de Locke (6:25), à la douceur du thème de Terra (7:15) mais aussi et surtout à la classe du thème de Shadow (8:47), incroyablement magnifié ici.
Même le thème d'Umaro, assez anecdotique à la base, rend très bien sur ce medley!
A noter qu'il y a également une seconde partie, que je trouve un peu moins réussie. Vous pouvez néanmoins l'écouter ici.
Thème original.

 


Final Fantasy VI - Mystical Forest (Final Fantasy Orchestral Album)


Musique entendue lors de certains donjons, il ne s'agit pas de la piste la plus connue de l'ost. Un très joli morceau, assez mystérieux, qui s'accorde tout de même une courte mais magnifique envolée de 1:52 à 2:10.
Thème original.

 

Final Fantasy VI - Tina's Theme


Je ne vous ferais cette fois pas l'affront de négliger le thème de Tina. Cette version est ma préférée, elle apporte en effet des chants (en jap) par rapport à la version originale, mais a su garder l'atmosphere de celle ci.
A écouter également : la version du concert Distant World, un peu inférieure mais qui reste de qualité.
Thème original.

 

Final Fantasy VI - Relm Theme (Concert "Grand Final" 1994)

 
Le thème de Relm est déjà à la base d'une douceur incroyable. Il en est de même pour la version symphonique, très sobre. Le passage le plus fort est évidemment la mélodie (0:47, puis que l'on retrouve régulièrement) qui donne un caractère plus tragique au morceau.
A écouter également : Kami no Yurikago, une superbe version chantée, plus audacieuse.
Thème original.

 

Final Fantasy VI - Dark World (Distant World Paris 2013)

(Passez directement à 0:50) Le concert Distant World comme si vous y étiez, avec Nobuo Uematsu au clavier. Une musique répétitive, lente, triste, qui accentue le sentiment de solitude de nos héros lorsque cette musique se fait entendre dans le jeu. Un de mes thèmes préférés.
Thème original.

 

 Final Fantasy VI - Opera "Maria and Draco" (Tour de Japon 2004)


Et enfin, on se quitte avec le meilleur du meilleur, la crème de la crème. En ce qui me concerne, la musique de l'opéra est mon morceau préféré tout jeu vidéo confondu. C'est long, c'est varié, épique, tragique, tout y est. Les passages les plus marquants étant évidemment les moments où le thème de Celes retentit, ainsi que cette envolée lyrique de 9:50 à 10:30, qui me procure à chaque fois un véritable orgasme auditif.
A noter que les versions Distant World sont un peu ratées, celles ci étant en anglais et ayant un rythme bien trop rapide par rapport à l'original.
Thème original : Partie 1 / Partie 2.

Sur ce, à la prochaine!


Voir aussi :

 

Ajouter à mes favoris Commenter (21)

Signaler
OST en général

Django Unchained, dernier bijou de Tarantino, aura déjà bien marqué les esprits. Si je ne vais pas évoquer le film en lui même, je vais ici parler de sa bande son, comme il est souvent coutume sur ce blog. Les musiques des films du réalisateur sont toujours particulièrement soignées, et le petit dernier n'échappe pas à la règle. 
Nous avons donc droit à une OST très riche (une vingtaine de pistes) qui mêle avec brio musiques de pur western et morceaux plus modernes. Cet article sera logiquement découpé en deux parties.

On commence avec l'hommage du film aux vieux westerns, avec nottament des reprises de superbes musiques d'Enio Morricone, célebre compositeur connu pour son travail avec Sergio Leone, entre autres, et surtout des thèmes de Luis Bacalov.

En premier lieu, voici le thème principal :
 

Django Unchained OST - Luis Bacalov : Main Theme


Ce thème est directement repris du film original, Django, sorti en 1966. Un thème héroique composé par Luis Bacalov, qui nous met directement dans l'ambiance du film, après la fameuse scène d'introduction coup de poing.

  

Django Unchained OST - Luis Bacalov : La Corsa

Là encore, un morceau pioché dans l'ost du film de Segio Corbucci, toujours composé par Luis Bacalov. Un thème très puissant intervenant pendant une scène de gunfight. L'introduction est un peu longuette (jusqu'à 0:45) mais le reste du morceau, très classe, vaut le détour. Encore un classique des musiques de western.

 

Django Unchained OST -  Ennio Morricone : Un Monumento

Vous pourriez penser que la qualité de la vidéo est moisie, mais il n'en est rien, le son du morceau est bien comme ça et n'a pas été retouché dans le film. Cette piste très émouvante, composée par le dieu des musiques de western dans son plus pur style, Ennio Morricone, se fait entendre lors de la poignante scène finale du film. Des frissons à chaque écoute.
Une musique composée à la base pour un autre western de Corbucci, The Hellbenders.

Django Unchained OST - His Name his King

Ce morceau permet de faire le lien entre la première et la deuxième partie. Il s'agit d'une version "moderne" du thème de Lo Chiamavamo King, retouché pour le film de Tarantino. Le thème, chanté cette fois, sublime l'original et s'intègre parfaitement dans le film. Pour l'anecdote, cette musique (en version originale) est la toute première que j'ai posté sur ce blog, étant aussi présent dans Red Dead Revolver. Une agréable surprise lorsque j'ai entendu ce morceau pendant le film! 

On passe désormais complètement dans la deuxième partie, à savoir les morceaux beaucoup moins typés western, voir peu communs dans ce genre de film. 

Django Unchained OST - Anthony Hamilton/Elayna Boynton : Freedom


On commence soft avec une belle balade, qui est sans doute mon thème préféré du film, avec Un Monumento. C'est doux, c'est calme et les paroles sont envoutantes. Un morceau encore western dans l'âme mais qui s'écarte des compositions plus classiques de Morricone ou de Bacalov.

 

Django Unchained OST - James Brown/2PAC : Unchained

Là, on commence à sérieusement s'écarter des sentiers battus. Il s'agit d'un mélange étonnant (et détonnant) de deux morceaux connus : Untouchable de 2pac et The Paybac de James Brown. Un mariage peu probable mais incroyablement réussi. Un thème qui file la patate! 

Django Unchained - Rick Ross : 100 Black Coffins


(Le morceau démarre au bout de 10 secondes). Ici, rupture total : on est carrément rentré dans le rap. Un morceau de Rick Ross bien badass qui vient surprendre le spectateur vers le milieu du film. Après des morceaux très western, on pouvait s'attendre à tout sauf à ça, mais Tarantino a ainsi eu le culot de nous mettre du rap dans son western. Et honnêtement, même si je ne suis d'ordinaire pas vraiment amateur de ce genre de musique, c'est parfaitement passé dans le film. Chapeau!

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Édito

Yo!

Bienvenue dans mon antre, faites comme chez vous!

Je me suis lancé il y a environ deux ans avec ma rubrique principale "Ma sélection musicale". C'est en quelques sortes le fil rouge de mon blog, les articles qui arriveront le plus fréquemment, même si, ayant déjà passé les 100 articles de cette catégorie, je vais un peu baisser la cadance et m'essayer à d'autres types d'articles, que ce soient des critiques, des sélections d'artwork ou des articles plus personnels.
Bref, faites comme chez vous, et n'hésitez pas à donner votre avis!

_______________________________

Au passage, allez écouter le podcast mensuel ORIGINAL SOUND BLOGGERS, consacré aux musiques de jeux vidéo, animé par  Poulpyblast, Vicporc et moi-même. Le podcast est également disponible sur Itunes, n'hesitez pas à vous abonner et à donner votre avis!

_______________________________




PSN :
Onink
Steam : Onink
Guild Wars 2 : Onink - Asura Envoûteur - Place Vizunah


  

 

  

Top 10 :

1. Final Fantasy XII
2. Shadow of the Colossus
3. The Legend of Zelda : The Wind Waker
4. Nier
5. Journey
6. The Elder Scrolls IV : Oblivion 
7. Braid
8. Final Fantasy IX
9. Bioshock
10. To the Moon


Top 5 - 2013 :
 

Jeux terminés en 2013 :
Journey, Dragon Quest VIII : L'Odyssée du Roi Maudit, Final Fantasy VI, Hitman Absolution, Dear Esther, El Shaddai, World of Goo, To the Moon, Bioshock Infinite, The Unfinished Swan, The Last Story, Thomas Was Alone, The Witcher, The Secret of Monkey Island, Enslaved : Odyssey to the West, Cave Story, Spec Ops : The Line, GTA V.

Jeux terminés en 2014 :
C'est le néant ma bonne dame! 

_______________________________
 

Wishlist :
Catherine, The Walking Dead, LA Noire, 999, Max Payne 3, Resonance of Fate, Tales of Xillia, Fragile, Lost Odyssey, Alan Wake, Castlevania Lord of Shadow...

Wishlist retro :
Silent Hill 2 à 4, Xenogears, FF IV, Tactics Ogre, FF Tactics, The Void, Metal Gear Solid (1 à 4), In Memoriam, Flashback, Persona 3, SystemShock 2...

Raptr Forum Signature

Archives

Favoris