The Farthest Land

The Farthest Land

Par Onink Blog créé le 21/01/11 Mis à jour le 19/04/14 à 18h30

Ajouter aux favoris

Catégorie : Ma sélection musicale

Signaler
Ma sélection musicale

 

 

Il est aujourd'hui temps de reprendre mon blog en main après plusieurs mois d'inactivité. Quoi de mieux qu'un poste musical sur un jeu culte pour fêter cela? Je n'ai pas choisi n'importe lequel, avec l'immense Robot Unicorn Attack, grand succès vidéoludique des années 2010. Que ce soit son gameplay innovant ou son esthétique avant gardiste, il avait tout pour lui et a ainsi marqué durablement les esprits. 
Son ost était évidemment à la hauteurs malgré seulement deux musiques présentes dans le jeu. Oui, deux, mais des musiques d'exception. Notamment le thème principal, qui permet à lui seul d'élever le jeu vidéo au rang d'art. Rien que ça.

Cette riche bande son a été composée par le talentueux groupe Erasure. Plus que des mots, je vous propose d'écouter le main theme. Enjoy.

 

Robot Unicorn Attack - Main Theme


Un thème absolument marquant, à la mélodie entrainante et mélancolique à la fois. Un coup de génie! Sans oublier les paroles d'une profondeur sans pareil. Je vous laisse les analyser :

Open your eyes I see
Your eyes are open
Wear no disguise for me
Come into the open

When it's cold outside
Am I here in vain?
Hold on to the night
There will be no shame

Always
I wanna be with you
And make believe with you
And live in harmony harmony oh love

Melting the ice for me
Jump into the ocean
Hold back the tide I see
Your love in motion


Cette musique n'a qu'un seul défaut : elle est bien trop courte. Et pour combler ce vilain défaut, je vous propose une version 10 heures! Et oui, vous m'avez bien entendu! 10 heures de bonheur en perspective... C'est pas beau ça? Allez, jouez à Robot Unicorn Attack, et joyeuse pacques. 

Robot Unicorn Attack - Main Theme 10 hours

 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Ma sélection musicale

Je vais faire dans l'originalité : ces dernières semaines, je passe le peu de mon temps libre sur GTA V. Si peu de temps que je n'ai terminé l'histoire que très récemment, alors que j'ai obtenu le jeu dès le premier jour de commercialisation.
Si le jeu représente l'aboutissement de la série en terme de gameplay et de possibilités, j'ai en revanche été déçu par cette histoire décousue, sans véritable fil conducteur accrocheur contrairement aux épisodes précédants. Il en va de même pour les différentes fins, sans spoiler, qui sont pas terribles si on les prend individuellement. Il aurait été peut être plus intéressant et impactant de condenser tous les évenements de ces fins en une seule (avec par exemple un enchainement C => A => B... Ceux qui ont fini le jeu comprendront), plus dense et qui aurait conclu le jeu sans nous laisser sur notre faim. Là, on est obligé de recharger deux fois la partie pour avoir une conclusion complète, et en plus avec un impact amoindri à cause de cette mécanique laborieuse.

Bref, j'attendais le jeu au tournant à ce niveau là, et j'ai été assez déçu. Au niveau du plaisir de jeu, on s'approche de la perfection, mais GTA V restera simplement un bon épisode, sans la grandeur d'un Vice City ou d'un GTA IV. Il lui manque, en plus d'un scénar marquant, un univers et une ambiance forte comme dans les épisodes que je viens de citer. 

Là où le dernier jeu de Rockstar fait fort, c'est dans son OST. Pour la première fois dans la série, il y a une bande son composée spécialement pour le jeu qui ponctueront de nombreuses missions, participant fortement à l'ambiance du jeu. L'ensemble se veut assez electro zen, avec des pistes très péchues pour les phases d'action et de poursuite. Débutons avec No Happy Endings. Bonne écoute!
 

GTA V - No Happy Endings

Houla, je vous vois venir! L'intitulé de ce morceau n'est pas un spoil, puisque ce thème intervient vers le milieu du jeu, lors d'une des meilleures missions. Une mission pas forcément originale, mais qui est un véritable tournant dans le scénario et dans son évolution. Cette séquence jouit également d'un environemment absolument somptueux, couplé à cette musique qui se lance d'un coup, rendant l'athmosphère magique. Mon coup de coeur de l'ost!

On enchaine avec We Were Set Up. Bonne écoute!
 

GTA V - We Were Set Up


Un morceau dans un style bien différent, mais que j'apprécie tout autant. On ressent plus l'influence de San Andreas même si l'on retrouve toujours les sonorités electro typiques de cet épisode. We Were Set Up se veut en tout cas très péchu et rythme les phases d'action de début de jeu avec Franklin contre les Ballas. Si si, la famille.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Ma sélection musicale

 

Spec Ops : The Line fut une vraie surprise. N'étant pas du tout amateur du genre fps militaire, je n'en attendais pas grand chose... Cependant, certains avis de joueurs ont clairement attisé ma curiosité. Surtout que je l'ai trouvé au hasard pour 10€... pourquoi me priver?
Bilan : un putain de bon jeu. D'excellent jeu, même. Pourtant, dans la forme, il ne s'agit que d'un jeu de shoot linéaire sans intérêt. Mais on arrive à passer outre, car les phases de shoot sont jouables et pas trop longue, et on peut ainsi se concentrer sur l'histoire, clairement le point fort du jeu. Le pitch est classique : Walker et son escouade (l'équipe Delta) sont envoyés à Doubaï pour aller voir ce qu'est devenue la 33e compagnie, qui ne donne plus signe de vie et qui avait été envoyée auparavant dans la ville chercher des survivants, suite à une violente tempête de sable.
Bref, on progresse, et on constate que des évenements imprévus se sont produits dans la ville en ruine. Au départ, la team Delta n'est qu'une bande d'américains héroiques venus secourir les leurs, mais ils vont rapidement se rendre compte que ce n'est pas si évident, jusqu'à sombrer de plus en plus dans la folie suite à une scène boulversante au milieu du jeu. A partir de là, l'ambiance de The Line devient totalement différente et le joueur est entrainé dans des situations de plus en plus absurdes, et fait face à de plus en plus de choix moraux. Et ce avec une intensité cresendo jusqu'à un final assez énorme bien que déjà vu, où l'on comprend d'un coup le pourquoi du comment.
Le jeu possède un rythme parfaitement maitrisé, alternant les phases de dialogues, de remise en question des protagonistes, et les phases de shoot un peu lourdes mais plutot péchues.
The Line m'a fait un effet similaire à celui d'un Bioshock quelques années plus tôt : une direction artistique impressionante, des personnages dérangés et surtout une trame assez passionante, qui va plus loin dans sa reflexion sur la guerre que les autres jeux du genre.

Qu'en est-il de la musique? Vous vous doutez bien que les pistes intimistes et mélancoliques au violon n'ont pas trop leur place dans ce genre de jeu (quoi que...), on a donc affaire à du bon gros rock des familles. L'ost est en deux parties : des morceaux connus utilisés pour le jeu, et des compositions originales. Débutons avec Bad Vibrations, des Black Angels, qui appartient donc à la première catégorie.

Spec Ops : The Line - Bad Vibrations (The Black Angels)

 
Ce genre de morceau est généralement diégétique (intégré directement à l'univers du jeu et entendu par les personnages, contrairement aux musiques d'ambiance) : lors de certains passages, "Mr Radio", un des antagonistes, nous accompagne et diffuse des musiques pour rythmer nos combats... Ce qui les rend particulièrement épiques. Bad Vibrations m'a particulierement marqué, parce qu'elle est d'une part bien badass, et que la joute dans laquelle on l'entend est vachement intense. A noter l'accelération brusque du rythme à 3:20, carrément jouissive.
Les autres morceaux de ce type n'ont pas à rougir non plus : on a du Jimi Hendrix, du Deep Purple, du Mogwai, du Black Mountain... Du lourd, en somme!

Passons à un thème composé pour le jeu : Truth Revealed. Bonne écoute!
 

Spec Ops : The Line - Truth Revealed

 

Truth Revealed se joue lorsque... la vérité est révélée. C'est à dire lors de l'excellent twist final où le joueur comprend ce qui a réellement plongé Doubaï dans le chaos.
La musique est un morceau de guitare qui monte en puissance, en accord avec les révélations qui nous sont délivrées petit à petit. Le thème explose réellement à 2:30, où toute la puissance dramatique est concentrée. Un petit chef d'oeuvre, qui conclue parfaitement le jeu, que je conseille à tous les amateurs de Bioshock. The Line m'a paru dans la droite lignée de son modèle, et m'a également bien plus convaincu que Infinite, malgré une grosse différence de moyen.

Sur ce, à la prochaine! Sachant que pour moulte raisons je passerais dorénavant beaucoup moins de temps sur gameblog, il est donc assez probable que mon blog subisse une baisse d'activité. See ya!

 

Voir aussi

Jeux : 
Spec Ops : The Line
Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Ma sélection musicale

Jade Cocoon est un RPG japonais sorti en 199 sur PSOne, et passé relativement inapercu, surtout comparé aux ténors du genre de l'époque. Un jeu assez classique dans sa construction, dans le sens où le système de combat se rapproche grandement de celui d'un Final Fantasy, à la différence près que les ennemis sont visibles sur la carte. C'est graphiquement plutôt moyen, se rapprochant d'un FF 7 pour les décors (techniquement parlant) avec des personnages mieux modélisés. Le jeu propose également de capturer des monstres pour les faire combattre, à la manière d'un Dragon Quest ou d'un Pokemon. Il est possible de les fusionner pour obtenir des monstres encore plus puissants. Un système intéréssant, mais qui ne fait pas oublier les défauts des combats, souvent lourds et assez corsés...

Autre particularité du jeu : son univers se veut très "nature". Forêts, broussailles, marécages... Le monde est hostile. Seuls quelques villages subsistent, protégés des monstres par les "maitres de cocons"... Jusqu'au jour où une malédiction s'abat sur un de ces villages. C'est bien sur au héros, fils du maitre des cocons, qui a disparu, de sauver son peuple et de faire face à de terribles menaces, comme les sauterelles de l'apocalypse (rien que ça!). Une histoire plutot classique, dans la lignée des plus classiques des rpg.

Au delà de ça, une des forces du jeu est que Katsuya Kondo, entres autres, est un des artisites principaux. Si cela ne vous dit rien, il a bossé sur bon nombre de films des studios Ghibli, tels que Totoro, Porco Rosso, Princesse Mononoké et bien d'autres. On retrouve sa patte au niveau de chara design et dans les séquences animées qui ponctuent le jeu, qui lui donnent un cachet supplémentaire bienvenue, et qui s'accorde très bien avec l'univers du jeu. Et qui dit monde à son état naturel, dit soundtrack qui va avec. Voyons voir de quoi il en retourne, avec pour commencer Sirus Village. Enjoy!
 

Jade Cocoon : Sirus Village


Sirus Village est... Un thème de village, relativement classique. Les musiques de village peuvent être chaleureuses, guillerettes ou nostalgiques... Ce morceau là fait partie de la dernière catégorie, avec des sonorités un peu tribales pour se fondre dans l'univers du jeu, pouvant rappeler certaines musiques de Skies of Arcadia ou Wild Arms. C'est très doux, reposant, et c'est ce que fait la force de ce morceau.

Passons à The Blue Cocoon Master. Bonne écoute!

Jade Cocoon : The Blue Cocoon Master

Ce morceau ci se veut un peu plus rythmé et surtout beaucoup plus héroique que le précédant. En effet, il est affilié au "maitre des cocons", ces personnages forts et respectables, responsables de la sécurité des différents villages du jeu, pour empecher leur invasion par les sombres créatures de la fôret. 
L'OST a été composée par Kimitaka Matsumae, qui a par ailleurs également officié sur des jeux comme Harvest Moon ou encore Siren.

Sur ce, à la prochaine!

Pas évident de trouver des artworks en bonne qualité sur ce jeu...

Voir aussi

Jeux : 
Jade Cocoon, Jade Cocoon 2
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Ma sélection musicale

Des fois, je ne comprend pas bien mes goûts ludiques. Alors que le genre plate forme me passe carrément au dessus de la tête, je me suis lancé l'air de rien dans Cave Story. Il s'agit d'un jeu indé de type plate forme mêlé à une bonne dose d'action, par le biais d'utilisation d'armes assez variées. Et j'ai véritablement adoré.
Pourquoi? Je n'ai pas vraiment d'explication. Il s'agit d'un jeu tout ce qu'il y a de plus classique, avec une histoire basique mais agréable à suivre, des décors sympathiques et un gameplay bien réglé. Absolument rien de révolutionnaire donc, mais le jeu se prend très bien et les contrôles sont intuitifs. Une fois le jeu arrêté, on n'a qu'envie d'y retourner au plus vite. Et ça, mine de rien, c'est un sentiment que je n'avais pas ressenti depuis un moment. J'ai en effet la facheuse tendance à me forcer à finir mes jeux en ce moment...

Je n'irais pas jusqu'à parler "d'un des meilleurs jeux indépendants", mais un jeu très bien fini et fort sympathique. Clairement pas indispensable, à moins d'être vraiment fan du genre (phrase ultra bateau : check). Rien ne vous retournera le cerveau, le quatrième mur ne sera pas magistralement brisé et un retournement de situation ne vous fera pas tirer une larme. Non, c'est juste cool.

L'ost est en revanche un des gros points forts du jeu. Chaque piste correspond à une zone du jeu, auxquelles on peut rajouter des thèmes entendus lors d'évenements particuliers. Tous les morceaux sont bons et addictifs : il m'arrivait souvent d'attendre avant de sortir d'un niveau juste pour me laisser bercer un peu plus longtemps par la musique. Tout en sachant que la musique du tableau suivant serait du même calibre...
C'est pas de la "grande" musique, ni de la musique ultra travaillée à l'image de FEZ par exemple, c'est juste... Cool, et à l'ancienne, à l'image du jeu. 

Débutons cette sélection avec Moonsong. Bonne écoute!

Cave Story : Moonsong


Moonsong est sans doute le meilleur thème du jeu. On l'entend lors d'une ascension assez hardue vers la toute fin du jeu lorsqu'il n'y a presque plus d'espoir quant au destin du monde. Cette musique, emprunt d'espoir, nous encourage à progresser pour atteindre notre objectif et réaliser l'impossible, au lieu de nous enfuir à dos de dragon...

Passons au second morceau, Scorching Back. Bonne écoute!

Cave Story : Scorching Back

Ce morceau est dans la même veine du précédant, à tendance légèrement mélancolique. Il faut dire que l'on entend ce thème dans des conditions particulières : dans un niveau que l'on a déjà visité au début, mais complètement saccagé...
On peut également signaler que l'ost ne surf pas sur la vague 8bit en proposant quelque chose mêlant sonorités 8bit à l'anciennes et sons plus classiques (batterie et basse notamment, surtout dans Moonsong). Je vous conseille également d'écouter Meltdown, bien plus rythmé et folle, tendance électro.
Cette bande originale a été composée par Daisuke Amaya, également développeur du jeu, et arrangée (version remastered) par Danny Baranowsky, connu pour son travail sur The Binding of Isaac, Canabalt et Super Meat Boy.

Sur ce, à la prochaine!

 

Voir aussi

Jeux : 
Cave Story
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Ma sélection musicale




Il est de notoriété publique que Rockstar est associé à GTA. Et un peu à Red Dead depuis le remarquable Redemption il y a quelques années. Je trouve cela quelques peu réducteur, étant donné que l'un de leurs meilleurs jeux passe souvent à la trappe, et ce malgré de nombreuses rééditions (Wii, 360) : Canis Canem Edit, sur PS2, renommé plus tard Bully.
Grossièrement, c'est un GTA au lycée. Un cadre relativement différent de l'univers gangster auquel nous avait habitué Rockstar, ce qui est un excellent point qui apporte un vent de fraicheur appréciable dans les productions du célèbre studio.

Bien plus qu'un sous GTA like, Canis Canem Edit fait tout pour nous immerger dans cette ambiance écolière si légère mais diablement prenante. Le jeu est varié et c'est une de ses forces : ainsi, on alternera missions consacrées à la sympathique trame principale, à la manière d'un GTA, avec une bonne dose de fun en plus, et les très nombreuses activités annexes. Assister aux cours, aller espionner le dortoire des filles, balancer des oeufs pourris sur les nerds et les coincer dans les poubelles, draguer les donzelles les plus populaires du bahut, faire du skate en ville ou encore s'adonner aux nombreux mini jeux disponibles (fête foraine, jeux de sport...). Le tout servi par un gameplay bien reglé, avec une bonne liberté d'action malgré la faible taille de la map, constituée du lycée et d'un bout de ville autour.
Toutes ces petites activités, en plus d'être marrantes, renforcent l'immersion et profitent à l'ambiance, totalement maitrisée. Cette réussite s'appuie évidement également sur des éléments de "background", tels que les nombreuses caricatures, très courantes dans les productions Rockstar. Tous les clichés sont là, notamment en ce qui concerne les élèves séparés en groupes (les racailles, les intellos, les sportifs, les bourges...), mais également les stéréotypes de campus américains, comme les dortoires ou les surveillants tortionnaires.
Au final, l'univers imaginé par Rockstar est certes réduit en taille, mais très vivant et très riche. Il y a des tas de choses à faire et on ne s'ennuie à aucun moment, d'autant que le jeu n'est pas linéaire (les missions sont variées et il n'est pas obligatoire d'assister à tous les cours). Une vraie petite pépite.

Question bande son, on a affaire à une OST délicieusement rock, avec une réelle identitée. Si les morceaux ont tendance à se répeter (comme le thème principal), l'ensemble est tout simplement excellent et très homogène. 
Elle a été composée par Shawn Lee, qui signe ici une des meilleurs bande originale de la génération PS2, tout simplement. Débutons celle sélection avec Boxing Challenge. Bonne écoute!

Canis Canem Edit : Boxing Challenge 

Ce qui frappe à l'écoute de ce thème, c'est son évolution constante et, par conséquent, sa non linéarité. Il débute relativement doucement, puis monte en puissance à partir de 1:05, avec des instruments qui s'additionnent les uns au dessus des autres, rendant le tout assez épique. Sans doute ma musique préférée du jeu qui accompagne les mini jeux de boxe, pas très technique mais fun.

Passons à Complete Mayhem, bonne écoute!
 

 

Canis Canem Edit : Complete Mayhem

 
Complete Mayhem débute de manière bien plus puissante que la musique précédante. Et pour cause, il intervient lors d'une des bastons clés de la trame scénaristique. Deux des thèmes principaux du jeu font leur apparition dans le morceau (le premier dès le début au violon et le second à 1:45), à la manière d'une musique de boss de rpg, randant cette musique encore plus spéciale.

Comme il est désormais coutume pour mes OST préférées, vous avez le droit à un troisième morceau. Il s'agit de Vendetta Preps, enjoy!



Canis Canem Edit : Vendetta Preps 

Amis de Michael Jackson, soyez servis! Nulle doute que vous reconnaitrez la petite mélodie qui rythme le morceau... Mais heureusement, celui ci ne se contentera pas de cet hommage. La suite se veut bien plus épique, avec une forte présence de guitare électrique et de sonorités un peu retro. Ce thème est cool, à l'image du jeu. Voilà pour conclure cet article! Sur ce, à la prochaine!
 

Autres morceaux notables :
Panty Raid, The Tenement, Epic Confrontation, The Setup...

 

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Ma sélection musicale

Bravely Default est souvent évoqué comme étant la suite spirituelle de Final Fantasy : The Four Guardian of Light, ce RPG très old school mais enchanteur sur Nintendo DS. Styles graphiques assez similaires (super deformed, tons pastels, chara design...), retour aux bases du genre, les similitudes sont en effet assez nombreuses. Pourtant, il ne s'agit pas du tout des mêmes développeurs. En effet, Bravely Default est le fruit du travail de Silicon Studio, qui n'ont réalisé qu'un seul jeu, l'original 3D Dot Game Heroes. Un jeu au design pixel minimaliste qui n'a pas grand chose à voir avec leur dernier jeu, dont la direction artistique est signée Akihiko Yoshida, un des artistes les plus talentueux (oui, il en reste encore) chez Square Enix. C'est là la principale qualité du jeu, un design à couper le souffle, mêlant FF XII, FF XIV et Tactics Ogre avec un aspect un peu plus enfantin des plus adorables. Cet argument suffit amplement à placer Bravely Default dans le haut de ma liste de mes jeux les plus attendus...

Argument auquel on pourrait ajouter, vous l'avez deviné, la musique. J'ai été très surpris de constater, à l'écoute de cette ost, que celle ci était constituée dans sa grande majorité de morceaux rock. Je m'attendais plutôt, au vu du design du jeu, à de l'orchestral à fond les ballons, mais cette bande son s'est avérée plus originale que cela. Elle a en effet été composée par Revo, artiste japonais qui m'était totalement inconnu, et leader d'un groupe de rock "fantaisiste" Sound Horizon. Et force est de constater que celui qui a composé l'opening de Shingeki No Kiojin ainsi que l'ost de Chaos Wars a accompli un boulot formidable pour ce jeu qui, chose rare avec Square, n'a pas la mention Final Fantasy collée aux basques (Dieu merci!). 

En général, il me faut plusieurs écoutes pour vraiment apprécier un morceau d'une OST de jeu, surtout si je n'ai pas joué au jeu en question. Là, je suis tombé sous le charme dès la première écoute. C'est accrocheur, rythmé, bref, que du bon. Débutons donc cette sélection avec Wickled Flight. Bonne écoute!
 

Bravely Default : Wickled Flight

Ne vous meprennez pas quant à la longueur du morceau, il ne dure en réalité que 4 minutes (ce qui est déjà conséquant pour un thème de combat) avant que la boucle ne se répète. Wickled Flight est un thème de combat de boss très énergique, melant à la fois instruments traditionnaux et modernes, comme la batterie et la guitare. Un savant mélange qui marche très bien et contribue fortement à la personnalité de cette bande originale. Le point d'orgue du morceau se situe indiscutablement à 1:55, où intervient une sublime mélodie, qui reviendra en version longue un peu plus tard avant de conclure magnifiquement la boucle avec une montée en puissance à partir de 3:40. Après, le thème se répète et ce n'est pas forcément un mal, tant le morceau est de qualité.

Passons au plat principal, Serpant Eating the Ground. Enjoy!
 

Bravely Default : Serpant Eating the Ground

En revanche, Serpant Eating the Ground n'a pas volé ses 6 minutes 40. Ce final boss theme est un concentré d'épique, qui débute néanmoins de manière très classique avec des choeurs inquiétiants et un rythme bien nerveux. La batterie et la guitare sont toujours présents, mais ce n'est qu'à partir de 3 minutes que le morceau va rélever sa vraie valeur avec un enchainement magistral, ammorcé par une reprise au piano d'un des thèmes clés du jeu. Ensuite, tout va aller très vite, le rythme va sans cesse varier du début à la fin, alternant le très rapide (3:20), le plus mélodique (3:40) et l'epicness absolue avec un passage très celtique (4:40) démentiel. En guise de conclusion, le très classe thème principal (5:20) refait son apparition, comme souvent dans les musiques de boss final, avec en prime un solo bien stylé (6:10). 
Chef d'oeuvre.

L'OST est tellement riche et compte un nombre faramineux de pistes aussi bonnes que celles que j'ai sélectionné aujourd'hui. Il est donc très probable qu'à l'avenir, vous entendrez à nouveau parler de Bravely Default sur mon blog...

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Ma sélection musicale

5 putains de mois. Il m'aura fallu 5 mois pour enfin arriver au bout de The Witcher. On m'avait tellement venté les mérites de ce jeu -"ouais, avance, tu verras, c'est énorme ensuite"- que je me suis vraiment forcé à la faire, surtout lors des trois premiers chapitres, franchement laborieux. Ensuite, c'est effectivement mieux, mais le jeu n'a pas d'un coup obtenu le statut de chef d'oeuvre à mes yeux.
The Witcher, est, dans l'ensemble, un bon jeu. De là à parler d'immanquable, je ne suis pas d'accord, il est clairement dispensable. Là où, en revanche, il se distingue de la masse des jeux de rôle, c'est dans son écriture et son univers absolument pas manichéen. Et ça, ça fait plaisir! Les personnages sont "gris", le joueur a parfois du mal à déceller le bon du mauvais et à effectuer les bonnes décisions. Car des choix, il y en a, notamment pour résoudre les quêtes, dont les issues dépendent des actions du joueur. Contrairement à un Mass Effect où les choix interviennent seulement à des moments charnières de l'histoire, ces séquences sont monnaie courante dans The Witcher, et ces choix ne sont pas faciles à prendre. C'est la grande force du jeu, où l'écriture et le flou qui entoure les personnages influe directement sur le gameplay, sur les choix du joueur et donc le déroulement du jeu.

Au delà de ça, on reste dans un jeu très classique, très cloisonné, avec beaucoup d'allés retour (mon dieu, le niveau du quartier du temple où on passe son temps à aller de temps de chargement à temps de chargement...) et des combats sans prise de tête mais efficaces. L'histoire en elle même se révèle, à ma grande deception, assez basique même si ça s'améliore vers la fin. Pas de quoi s'extasier non plus, mais heureusement que les personnages sont là pour nous aider à faire passer la pilule. Geralt notamment, qui est un personnage principal très classe et qui sort des sentiers battus et des stéréotypes du héros tout gentil. Le méchant est par contre assez ridicule, comme la plupart des antagonistes en général.
Pourquoi avoir mis autant de temps à finir le jeu? Parce que le rythme ne me semble pas bien géré. Il y a clairement des passages où on se fait chier, comme dans les trois premiers chapitres ou lors de temps morts par la suite. Pas que les dialogues me gênent, loin de là (qui se révèlent plutot bien écrits même si extrêmement mal mis en scène, les Elder Scroll c'est génial à côté), mais les dialogues inutiles, si. Certaines conversations n'en finissent pas, tout ça pour aboutir à un "va me chercher des plantes dans les marais". Fallait le dire plus tôt mec! 
On progresse presque à reculon. La trame met tellement de temps à se mettre en place qu'on n'a pas cette excitation de voir la suite de l'histoire. Du coup, lorsqu'il ne se passait rien, je n'avais aucune envie de relancer le jeu, avant que je ne prenne mon courage à deux mains quelques semaines plus tard.
L'ambiance "dark fantasy" est réussie et la DA sert parfaitement cette athmosphere glauque. De bons souvenirs, même si j'attend beaucoup plus de la suite, que je ferais dans un petit moment pour éviter l'overdose...

La bande son rempli son office. Elle est efficace, inspirée et sert parfaitement l'ambiance du jeu, en complétant magnifiquement la direction artistique de qualité. Le thème principal possède une mélodie sympa mais pas forcément très marquante. D'autres morceaux le sont beaucoup plus, comme The Dike (pas de jeu de mot douteux, je vous prie), par exemple. Bonne écoute!

The Witcher : The Dike

Calme, douce, mélancolique. Voilà trois adjectifs qui pourraient résumer The Dike, qui débute directement avec une intensité émotionelle très élevée, par le biais d'une mélodie au violon très puissante. Cet instrument sera très présent tout au long du morceau avec également de nombreux instruments à vent, cordes, pour au final un thème d'exploration riche et intéressant. On l'entend dans le premier chapitre, après le prologue, et il n'était pas rare que je me balade dans la zone simplement pour écouter cette musique.

Reveillons nous un peu avec Believe. Bonne écoute!
 

The Witcher : Believe (Credits)

 
Changement total de registre, avec Believe, le thème des crédits de fin. Le morceau est cette fois typé rock, ce que l'introduction, très douce et reprenant le thème principal, ne laissait pas présager... Avant que tout cela ne s'enflamme à 0:51. S'en suit une accalmie très répétitive mais très addictive et entrainante, avant de revenir sur le thème principal et ainsi conclure définitivement ce jeu de qualité. Le morceau aurait peut être mérité des paroles, mais je le trouve tout de même excellent tel qu'il est!

Sur ce, à la prochaine!

Artworks à apprécier à taille réelle... Le clic est de rigueur!

Voir aussi

Jeux : 
The Witcher
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Ma sélection musicale



Mother 3 est sorti en 2006. Lorsque j'ai appris cela en préparant cet article, je vous avoue que j'ai été assez surpris. 2006, c'est le début de cette génération de console, c'est la sortie d'Oblivion, c'est la finale France - Italie... Ca me parait très récent. Et pourtant, Mother 3 a une aura assez spéciale, l'aura des jeux cultes et des rpg marquants du passé, époque bénie désormais révolue. Dans mon esprit, ce jeu était bien plus vieux.
Il faut quand même signaler que Mother 3 a subi un développement pour le moins chaotique, puisqu'il a débuté en... 1996, soit 10 ans plus tôt, et à la base prévu sur N64 mais au final sorti sur GBA (seulement au Japon). 8 années séparent Mother 2 de Mother 3... Ca en fait une sacrée arlésienne! Mais contrairement à d'autres jeux qui ont vécu un développement aussi long, cela s'est avéré payant, puisque le 3e opus de Mother est aujourd'hui considéré comme un des meilleurs RPG de son époque, si ce n'est plus.

Bref, malgré cette parenthèse, il est évident que je n'ai pas eu l'occasion de jouer au jeu, même si je songe à essayer une version traduite par des fans, tant le jeu m'intéresse. En revanche, comme souvent, j'ai pu écouter l'ost, et même si je l'ai trouvée assez inégale, l'ensemble est de qualité et certains morceaux valent largement le détour. Petit focus sur deux musiques de combat bien stylées, avec pour commencer Natural Killer Cyborg. Bonne écoute!


Mother 3 - Natural Killer Cyborg

 
Natural Killer Cyborg est un thème de boss très énergique et diablement rythmé. Malgré les faibles capacités sonores de la GB Advance, le compositeur a réussi à produire une musique très rock dans la dynamique, la construction et les sonorités. Il en résulte une musique qui déchire pas mal, et relativement sombre, illustrant la facette parfois glauque du jeu même si enfantin dans son esthétique.

Passons à Master Porky's Theme. Bonne écoute!
 

Mother 3 - Master Porky's Theme

Avec Master Porky's Theme, on est dans la même dynamique que le morceau précédant, en encore plus abouti. Dès le début (0:19), on ressent comme un souffle héroïque à l'écoute de ce thème avec une belle montée en puissance suivie d'une reprise d'un des thèmes principaux du jeu. On doit cette OST au taleutueux compositeur Shogo Sakai , également auteur des bandes son de certains Kirby et autres Smash Bros.

Sur ce, à la prochaine!
 

Voir aussi

Jeux : 
Earthbound, Mother 3
Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
Ma sélection musicale



Silent Hill : Homecoming, 5e épisode de la licence et sorti sur consoles actuelles, est un des épisodes les plus mésestimés de la série. Premier gros changement : il n'a pas été développé par la même équipe qu'auparavant, mais par un studio américain, Double Helix Game (Battleship, Green Lantern, Front Mission Evolved... Gros CV quoi!), qui a pris un virage action qui a déplu à beaucoup de fans de la série. S'ajoute à cela une piètre réalisation, une mise en scène peu inspirée et des combats un peu chiants.
De nombreuses raisons de le détester, mais également de l'apprécier. En effet, le scénario est particulièrement travaillé, les dialogues à choix sont intéressants et de bonnes idées de gameplay sont bien présentes. Pas suffisant, vraisemblablement, pour que le jeu se fasse une place dans le coeur des gamers...

Le jeu est depuis tombé dans l'oubli, tout comme son OST, ce qui est bien dommage. Effectivement, il faut signaler que cet épisode est l'avant dernier Silent Hill sur lequel a travaillé Akira Yamaoka. Et malgré le fait que Homecoming ne soit pas un épisode canonique, sa bande son est loin d'être au rabais! Que ce soient pour les thèmes d'ambiance toujours aussi angoissants ou les fameux morceaux à la guitare, l'ensemble est des plus réussis. Je vous propose de commencer cette sélection avec Elle's Theme. Bonne écoute!

 

Silent Hill : Homecoming - Elle's Theme

Elle's Theme est une mélodie très planante, une très jolie ballade. Il s'agit pour moi du Room of Angel de cet épisode, assez similaire dans sa contruction linéaire et dans son aspect très envoutant. Le thème monte en puissance progressivement, jusqu'à un passage d'une grande intensité emotionelle vers la fin (3:45). Un morceau que j'ai apprécié à sa juste valeur après plusieurs écoutes, et que je me passe désormais en boucle... 

Passons au second morceau, One more Soul to the Call . Bonne écoute!

 

Silent Hill : Homecoming - One more Soul to the Call

 
Avec One more Soul to the Call, on est dans le plus classique, dans ce que Yamaoka nous a souvent proposé dans Silent Hill 2 et 3 notamment. Un morceau rock très péchu, malgré une grande tristesse qui se dégage du thème et de ses paroles. Encore une musique marquante et très addictive, dont seul Yamaoka a le secret...


Autres morceaux notables :
HomecomingScarletSnow FlowerAlex ThemeWitchcraft...


Voir aussi :

Voir aussi

Jeux : 
Silent Hill : Homecoming
Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Édito

Yo!

Bienvenue dans mon antre, faites comme chez vous!

Je me suis lancé il y a environ deux ans avec ma rubrique principale "Ma sélection musicale". C'est en quelques sortes le fil rouge de mon blog, les articles qui arriveront le plus fréquemment, même si, ayant déjà passé les 100 articles de cette catégorie, je vais un peu baisser la cadance et m'essayer à d'autres types d'articles, que ce soient des critiques, des sélections d'artwork ou des articles plus personnels.
Bref, faites comme chez vous, et n'hésitez pas à donner votre avis!

_______________________________

Au passage, allez écouter le podcast mensuel ORIGINAL SOUND BLOGGERS, consacré aux musiques de jeux vidéo, animé par  Poulpyblast, Vicporc et moi-même. Le podcast est également disponible sur Itunes, n'hesitez pas à vous abonner et à donner votre avis!

_______________________________




PSN :
Onink
Steam : Onink
Guild Wars 2 : Onink - Asura Envoûteur - Place Vizunah


  

 

  

Top 10 :

1. Final Fantasy XII
2. Shadow of the Colossus
3. The Legend of Zelda : The Wind Waker
4. Nier
5. Journey
6. The Elder Scrolls IV : Oblivion 
7. Braid
8. Final Fantasy IX
9. Bioshock
10. To the Moon


Top 5 - 2013 :
 

Jeux terminés en 2013 :
Journey, Dragon Quest VIII : L'Odyssée du Roi Maudit, Final Fantasy VI, Hitman Absolution, Dear Esther, El Shaddai, World of Goo, To the Moon, Bioshock Infinite, The Unfinished Swan, The Last Story, Thomas Was Alone, The Witcher, The Secret of Monkey Island, Enslaved : Odyssey to the West, Cave Story, Spec Ops : The Line, GTA V.

Jeux terminés en 2014 :
C'est le néant ma bonne dame! 

_______________________________
 

Wishlist :
Catherine, The Walking Dead, LA Noire, 999, Max Payne 3, Resonance of Fate, Tales of Xillia, Fragile, Lost Odyssey, Alan Wake, Castlevania Lord of Shadow...

Wishlist retro :
Silent Hill 2 à 4, Xenogears, FF IV, Tactics Ogre, FF Tactics, The Void, Metal Gear Solid (1 à 4), In Memoriam, Flashback, Persona 3, SystemShock 2...

Raptr Forum Signature

Archives

Favoris