Premium
a boy and his blog
Signaler

Récemment, je fus pris d'une terrible fibre nostalgique après une après midi passée au salon retrogaming Merlimont Retrogaming. Plein de belles et vieilles choses qui m'ont replongé plusieurs années en arrière, le sourire béat pendant tout l'après midi.

Une fois rentré, je me suis mis en tête de me faire ma propre collection SNES. J'ai vite déchanté quand j'ai vu les prix exorbitants pratiqués sur le marché d'occasion du retrogaming. 60¤ la SNES loose jaunie, 15¤ la cartouche de Street Fighter 2 dont l'étiquette est passée voire déchirée, 10¤ la manette... Ca fait cher pour une passion qui m'occupera juste de temps en temps.

Je me suis donc tourné vers l'émulation SNES. L'émulateur Bsnes fonctionne très bien et j'ai pu rejouer à quelques jeux de l'époque; mais le pad X360, c'est clairement pas le top surtout au niveau de la croix directionnelle. Il me fallait donc un pad qui se rapprochait le plus possible du pad d'origine...

Et quelle fut ma surprise ! Alors que je m'attendais à trouver une copie vaguement inspirée, voilà que je tombe sur le Buffalo Classic USB Gamepad qui est une copie conforme - du moins sur les photos... - d'un pad SNES.

Jugez-vous même :

Bluffant n'est ce pas ? Les quelques avis postés sur ce pad sont globalement positifs, avec un feeling très proche de l'original et une conception de qualité. Clic, ajouter au panier, je paye 13¤50 et j'attends la livraison.

Après quelques jours passés à jouer avec le gamepad, voici donc mon ressenti. J'aurai pu faire plus court comme introduction, mais je voulais raconter l'anecdote entièrement \o/

 

Le pad est donc très fidèle à l'officiel : hormis les 2 boutons turbo et clear, tout le reste et quasiment identique. Le boitier plastique est aux mêmes dimensions, même épaisseur, même format. Les boutons sont exactement aux mêmes emplacements. Petit bémol, la manette me  paraît très légère. Je n'y connais rien en électronique mais souvent, un pad trop léger, ça transpire pas forcément la qualité...

Le feeling général est toutefois assez bon : les boutons A,B,Y,X disposent d'un toucher agréable et d'un retour tout à fait correct. La croix directionnelle est un peu plus "haute" que l'originale et un peu plus molle à l'appui mais là aussi on est sur quelque chose de tout à fait convenable. Les boutons de tranche proposent une course un peu trop appuyée, mais ça se laisse tout de même prendre en main sans problème malgré le fait qu'ils soient un peu bruyants.

La qualité du plastique en général est juste correcte. La manette ne tient pas la comparaison avec l'officielle, dotée d'un plastique plus dur et d'une finition supérieure. Le câble USB semble lui tout à fait solide et fait 2m de long.

Aucun problème rencontré à l'installation sous Windows 8.1. Le pad est reconnu instantannément par le système, ne nécessitant l'installation d'aucun driver. Sous BSNES, après une rapide attribution des touches, le pad fonctionne immédiatement. Les diagonales de la croix directionnelle sont également reconnues.

 

Pour 13¤50, je ne regrette pas mon achat. L'objet est sympathique, offre un feeling tout à fait correct et semble robuste malgré le poids très léger. Je m'amuse comme un fou depuis quelques jours sur SF2 turbo, Super Mario World, Donkey Kong Country et bien d'autres.

 

A noter qu'il existe beaucoup de clones du pad SNES  mais également des clones d'autres pads :

 

Je vous recommande fortement de chercher des avis sur ces pads avant de penser à l'achat.

Par exemple, il semblerait que ce pad soit très mauvais malgré son prix.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (14)

Signaler

Comme vous pouvez le constater à la lecture de mes précédents articles et je vous invite à le faire si c'est pas encore le cas, je ne suis pas particulièrement emballé par ce Revelations 2.

 

Mais je dois bien admettre une chose : ce troisième épisode est jusqu'ici le meilleur des 3. Il m'a semblé plus long, mieux rythmé, moins classique, plus orienté phases d'énigmes / switchs de personnages, et l'ambiance bien que pas flippante est plutôt réussie.

En outre il y a quelques passages assez sympas, carrément ! Je n'y aurai jamais cru après ce très décevant deuxième épisode... Mieux : le jeu ne s'emmerde pas - ou plus - à nous ensevelir de machins de gameplay inutiles ou d'animations contextuelles chiantes. Dans ce troisième épisode, j'ai trouvé que tout était très bien calibré, aussi bien au niveau du gameplay, que de l'action, de la tension, bref de l'équilibre en général.

Il n'y a que le super méchant du jeu qui pour le moment fait plus pitié qu'autre chose. Et la fin me confirme bien ce que je pensais dès le début du jeu :D

 

En clair, même si ça reste bourré de pas mal de défauts, la progression dans cet épisode est vachement plus agréable que dans les 2 précédents réunis.

J'espère seulement que le final sera à la hauteur... Et on aura le même Resident depuis le 4.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
(Jeu vidéo)

Bon, une semaine plus tard et quelques euros en moins, et c'est reparti pour la suite de Revelations 2, sur PC.

Mon précédent article liste pas mal d'aspects du jeu, je ne m'amuserais donc pas à écrire un test aussi long.

Rapidos :

 

BON, ET LE DEUXIEME EPISODE, IL EST MIEUX QUE LE PREMIER ?

J'ai envie de dire oui et non. Oui car les niveaux s'élargissent un peu plus, oui car les décors sont plus souvent variés; et non, car on est toujours et encore pris par la main pour tout.

Passer à côté d'un objet dans le jeu est une performance. Le jeu fait tout pour faciliter la progression. C'est simple : il n'y a aucune erreur possible. Si vous devez récupérer 2 objets clés, c'est forcément 2 objets super mis en avant, dans un décor très pauvre en détails et un niveau extrêmement simple, histoire d'être sur que vous ne ratez rien.

Il n'y a donc quasi aucune envie de se plonger dans le jeu, aucun effort côté joueur pour se plonger dans l'ambiance. Le jeu est tellement basique et simpliste qu'on joue presque passivement. Le level design en plus est pas terrible du tout : à certaines occasions, j'ai eu l'impression d'être déjà passé dans un endroit pourtant non visité.

La mise en scène est vieillotte. On devine toujours qu'il va se passer un truc, à force de recycler les mêmes ficelles. Un coffre est perdu au fond d'un couloir ? Bon, des ennemis vont arriver, n'est ce pas ? Ha, tiens ! Des ennemis. Quelle suspense. C'est quasi ça pendant tout le jeu.


OK, LE JEU EST CHIANT, COMME R.E. 5 / 6 / REVELATIONS AVANT LUI. ET L'HISTOIRE ? LES PERSONNAGES ?

Et bien même si l'histoire est classique de chez classique, il y a un petit détail  qui a interpelé mon attention, quelques instants. C'est comme une menace planante, mais qui ne vient pas de où l'on croit. Qui vient de nous même en fait - enfin des personnages plutôt.

Je ne peux pas dire ce que c'est, mais même si ça reste un détail, j'ai trouvé ça... intéressant !

Par contre les personnages, voilà quoi, c'est du Resident : Claire et Barry ne mourront jamais, normal, c'est les héros, on n'a donc pas peur pour eux; tous les pnj secondaires crèvent.

J'ai préféré encore jouer Barry / Natalia pour le gameplay qui pousse plus souvent à switcher de personnage; c'est encore plus vrai ici, et le jeu vous "oblige" à utiliser le pouvoir de la gamine pour repérer des ennemis invisibles. Invisibles oui. En gros dans le jeu, y a des bestioles que seule la gamine peut "sentir", qui se traduit à l'écran par une espèce d'halo rouge. En combat donc, on est quasi obligé de changer de personnage pour savoir où se trouve l'ennemi : ça a l'air chiant dit comme ça mais non, c'est une bonne idée.

Ca permet de créer un peu de tension parce que franchement l'ambiance n'effraie pas, les monstres non plus. Et même si ces ennemis invisibles sont ratés esthétiquement, très fragiles et que l'écran devient trouble à leur arrivée, bref ce n'est pas parfait, c'est suffisamment malin pour devoir utiliser vraiment les 2 personnages.

 

En clair, cette suite est du même accabit évidemment, que le premier épîsode. C'est un petit jeu, clairement; une annexe, un apéro, une application smartphone. Ca aurait pu être offert dans un paquet de céréales... Ou être flashé grâce à un qrcode sur une canette de Coca. C'est bien de Resident Evil dont je parle. Toujours les mêmes rattages, les mêmes trucs chiants, le même jeu recyclé depuis le quatrième. Mais bizarrement, le tout a une goût de reviens-y. Ca se laisse jouer en gros : mais ce n'est clairement, clairement pas incroyable. Pour 5 ¤ par épisode, ça reste toutefois honnête.

 

Ha, et l'optimisation PC est toujours aussi pourrave, mais ils ont patché un truc ! Au lieu de "Nous sauvegardons n'éteignez pas votre console", on a droit au mot PC à la fin. Merci les mecs.


Un X marque l'emplacement.

 


Depuis L4D, chaque jeu de zombies possède son boomer.

 

Oui, c'est très moche. Et la physique de l'herbe est bizarre.


L'ambiance devient un peu space.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
(Jeu vidéo)

J'ai aimé Resident Evil 1 / 2 / 3 sur PSX. J'ai adoré Resident Evil 4 sur Gamecube. J'ai détesté tout ce qui a suivi.

Pour Revelations... mitigé. Pas catastrophique, mais clairement pas inoubliable. Le jeu fait pâle figure à côté de ténors de la peur virtuelle - tout du moins sur PC. Amnesia, Outlast, Cry of Fear pour ne citer qu'eux enterrent largement le jeu de Capcom, six pieds sous terre.

Je n'attendais donc pas ce deuxième volet de Revelations. Et puis j'ai regardé une vidéo de gameplay. Tiens !? Mais ça me rappelle quelque chose...

 

RESIDENT EVIL : THE LAST OF US EDITION

Eeeeeh ouais. C'est bien à The Last of Us que ce R.E. Revelations 2 me fait penser, indubitablement. Si Capcom a placé des personnes phares de la série - que les fans les plus acharnés seront "heureux" de retrouver - et conservé le gros de ce qu'ils font avec la license depuis des années (more action less fear), on sent tout de suite pour qui a joué au jeu que les développeurs se sont inspirés de The Last of Us.

On retrouve quelques petits machins dans le gameplay disposés ça et là qui rappellent le titre de Naughty : l'inventaire en forme de croix,  les silentkills par derrière, le lancé de briques, le menu de craft - où on trouve au pif, des molotovs, on peut se baisser pour faire moins de bruit, on peut améliorer ses armes sur un établi éclairé par une lampe style architecte, on peut même carrément... utiliser le truc qui sert à révéler les ennemis proches grâce à un halo de couleur, etc.

Zieutez plutôt :

 

J'pourrais continuer : notre équipier nous aide à progresser, comme le duo Joel / Ellie, on peut crafter des trucs, comme un molotov par exemple, Barry est habillé comme Joël, etc etc.

Cette influence se ressent dans le gameplay : tout est plus "immédiat", il y a beaucoup, beaucoup moins d'animations contextuelles à la Resident 6 - nous privant qu'on le veuille ou non du contrôle du personnage, afin de privilégier la "mise en scène" (un mot bien fort compte tenu de la qualité de celle-ci dans ce catastrophique sixième volet) - et tout est plus fluide et moins statique.

Il est possible de se battre en se déplaçant, d'esquiver, de tuer par derrière en silence, de lancer des molotovs, d'aveugler les ennemis, de les attirer dans des pièges... L'inventaire ne pause pas le jeu tout comme ramasser un objet, se soigner, etc.

J'ai trouvé ça sympa à jouer, à vous de voir, mais vu la direction prise depuis R.E. 4, si vous préférez les resident à l'ancienne, passez direct votre chemin.

 

RESIDENT EVIL : MOCHE EDITION

Graphiquement c'est pauvre, très. La faute au vieux moteur de Revelations à la base utilisé sur 3DS. La modélisation manque de finesse, les textures également et les effets de lumières sont carrément abusés. Voilà, c'est moche quoi. Heureusement que c'est plongé dans une vague obscurité la plupart du temps, gommant l'essentiel des défauts.


Ne vous laissez pas abuser par l'obscurité qui cache les défauts  : c'est moche.


ON PREND LES MEMES, ET ON RECOMMENCE

Hmm oui l'histoire, oui. J'dois dire que toutes ces multi-nationales secrètes, ces multiples virus vus dans les épisodes précédents m'ont fait lâcher prise avec l'histoire de la série. Je serai donc bien en peine de vous expliquer le scénario autrement que comme ça :

Vous incarnez Claire, prisonnière sur île, ne sachant pas comment elle est arrivée là. Elle retrouve la fille de Barry Burton, Moira. Elles cherchent à s'échapper, tuant les monstres leur barrant leur chemin et discutant de temps à autres par bracelets connectés interposés à une femme étrange leur racontant des choses sensées faire peur.

Vous incarnez ensuite Barry, à la recherche de sa fille Moira. On sait pas comment il trouve l'île, mais à peine arrivé il fait la rencontre de Natalia, une gamine d'à peine 10 ans. Il cherche sa fille, en tuant des monstres.

C'est ultra classique. A aucun moment on sent de l'inédit, une quelconque envie d'en savoir plus, et c'est pas le background qui vous aider à plonger dans le scénario. Les notes dénichées ça et là ne révèllent rien, les lieux et les monstres sont ultra génériques et semblent sortir d'un TPS - F2P coréen, sans imagination, sans talent. On ne s'étonne de rien, on se contente de tuer, d'avancer, point barre.

 

RESIDENT EVIL : CASUAL EDITION

Il n'y a aucune tension dans le jeu, malgré des munitions assez limitées chez Claire. Tout est indiqué, pré-maché, et c'est limite si on vous dit pas ce qu'il faut faire. Il n'y aucune place à la recherche, à l'improvisation, au suspens, puisque le jeu vous indique tout, vous laisse deviner l'arrivée d'ennemis à l'avance. Les objets à récupérer ne semblent pas affectés par la luminosité ingame, et on distingue très clairement le moins objet même dans le noir absolu.

La difficulté est quasi inexistante. Les ennemis sont cons comme des huîtres, peu résistants et il est plus qu'aisé de les tuer au couteau grâce à l'esquive. Il y a bien un ennemi qui ressemble à un méchant de R.E.5  qui vous embêtera un peu. Juste un peu.


On vous indique toujours où aller, quoi faire, qui arrive vous tuer, où sont les objets, etc.

 

RESIDENT EVIL : CATASTROPHIC PC EDITION

J'ai joué au jeu sur Steam, donc sur PC. C'est une catastrophe. Voici mon matos, moyenne gamme :

Core i5 4670k 3,40GHz8 go de ram
GTX 760

Quelqu'un a du se rappeler avant de sortir le jeu : "hey, on a oublié le pc les gars". Morceaux de scotchs, bouts de ficelles. Le jeu est moche, mais rame sur un PC correct. J'ai des chutes constantes à 20 fps rendant le jeu injouable. La souris n'est qu'un joystick simulé, les contrôles sont corrects sans plus.

 

MAIS ALORS, C'EST NUL ?

Nul n'est pas le mot. Caractéristique de la license Resident Evil depuis des années, oui. Sans imagination, sans talent, sans tension, sans fun, sans personnages attachants et bourré de retard technique. Si la mise en scène est moins ridicule qu'un Resident standard, on a l'impression d'avoir déjà vu déjà fait le jeu 100 fois, il n'y aucune surprise, aucune exploration et le jeu prend le joueur par la main tout le temps, ce qui le laisse spectacteur.

Maintenant, ça coute 5¤, et ça dure 2 heures. Pour ce prix, ça pourra vous occuper un week-end chiant et pluvieux.

 

 ANECDOTES

Ca fait pas peur du tout.

Le format épisodique de change rien à une trame classique : pas de cliffangers de ouf, pas d'embranchements, pas de choix, ni de multiples façons de faire quelque chose ou de chemins secondaires.

Une fois l'aventure Claire / Moira terminée, vous jouez Barry. Vous passerez par les mêmes endroits que Claire, même ceux où il est inutile d'aller.

Il y d'autres modes de jeu que je n'ai pas testé.

Certains triggers nécessitent d'être forcés pour progresser. Si vous êtes coincés à la scierie, essayer d'ouvrir le portail, même s'il semble impossible à ouvrir.

Le jeu propose des habiletés sensés améliorer vos personnages. Ou commencer ajouter du faux gameplay pour faire genre.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

lara-croft-and-the-guardian-of-light-2085

Lara Croft and the Guardian of Light est un petit jeu d'action en vue isométrique. Véritable épisode à part dans la longue série des Tomb Raider, ce nouvel opus, uniquement disponible en téléchargement, promettait un certain renouveau de la licence, qui en a vraiment besoin après des jeux tous identiques. Impressions sur un jeu qui ne paie pas de mine...

... mais qui est pourtant diablement efficace. On passe vite fait le scénario, que l'on pourrait écrire sur l'épaisseur d'une feuille de papier cul : y a un méchant, y a une héroïne et son copain, faut tuer le méchant. C'est pas pour le scénario qu'on joue à Tomb Raider et ce Lara Croft ne déroge pas à la règle.

(Ce test ne concerne que la partie solo)

Habitués à un style thrid person depuis le début de la série, Crystal Dynamics prend l'audace de nous proposer une vue isométrique ou 2.5D. Si ça peut paraître déroutant au début, il n'en est absolument rien. C'est lisible, parfaitement jouable et agréable à regarder.

Aussitôt plongé dans l'action, on remarque une chose : ça bouge vite et c'est très réactif. Rien que ce point méritait d'être souligné, puisque Lara Croft tient plus du semi-remorque qu'on peine à diriger habituellement. Ici, la progression dans les niveaux est beaucoup plus fluide, et ce sur tous les aspects du gameplay, que ce soit dans les phases de plate-forme ou dans les combat ainsi que dans la résolution d'énigmes. C'est nerveux, rapide et  ça se prend en main immédiatement. Le rythme du jeu est donc parfois assez intense, puisqu'on saute / tire / s'accroche / court / évite des pièges / grimpe en permanence, et c'est réellement plaisant à jouer. Les sensations de jeu sont donc vraiment excellentes et une fois les mécanismes de gameplay bien assimilés (et les touches reconfigurées, ahem) c'est du bonheur en barre.

Et d'autant plus que le level design se prête particulièrement bien à ce tout nouveau gameplay, puisque l'équilibre entre les phases d'exploration / plate-formes / énigmes et de combats est parfait. On enchaîne les niveaux sans lassitude, avec un gameplay qui sait se réinventer au travers des quelques énigmes très ludiques qui bordent les recoins des zones de jeu. De ce point de vue, le moteur physique fait ici des merveilles et même si le niveau global des énigmes n'est pas insurmontable, on se surprend à tester des trucs réellement ingénieux.

Au niveau de l'exploration, ce Lara Croft n'est pas en reste, et ce même si les niveaux sont linéaires et beaucoup moins "ouverts" que dans d'autres volets de Tomb Raider. Leur relief est très varié et de nombreux recoins sont à fouiller et à découvrir. Afin de pousser le joueur à l'exploration, les développeurs ont eu la bonne idée de placer divers items dans les décors  : armes à feu, améliorations, reliques et trésors divers auront de quoi récompenser les plus courageux d'entre vous.

Mais c'est surtout dans les combats que j'ai réellement pris mon pied : les nombreuses armes nous assurent des gunfights réussis et pêchus.  Le nombre d'ennemis à l'écran étant souvent assez important (comprendre plus d'une dizaine à la fois), ils vous faudra être mobile et précis, d'autant plus qu'ils attaquent tous en même temps et sans prévenir. On est constamment sous nos gardes et certains combats sont un peu difficiles mais le côté épique du jeu prend largement le dessus sur le joueur, nous poussant à jouer nos réflexes, et le plaisir de jeu en est décuplé. Même si le jeu commence doucement, le rythme des combats s'intensifie au fur et à mesure que l'on avance.

Avant chaque niveau, l'écran de chargement nous indique les quelques défis à relever : score à atteindre, objets à trouver, manipulations à tenter, temps à battre, etc. Ainsi, même s'il ne m'a fallu que 9 heures pour terminer le jeu (quoiqu'à 15€ le jeu, difficile de se plaindre), vous pouvez ajouter 3 / 4 heures si vous voulez trouver tous les objets et finir les niveaux à 100% (et je ne compte pas non plus le mode coop). Et c'est sans problème qu'on recommencera le jeu une fois terminé, puisque techniquement là encore le jeu tient parfaitement la route : c'est joli, c'est 60 fps TAF sur ma machine de pauvre et les décors sont vraiment chouettes.

Quelques petits détails bienvenus :

- parmi la tonne d'armes disponibles, seuls les pistolets de base et la lance ne consomment pas de munitions.

- on peut faire mumuse avec des mines à poser partout, à l'infini. Certains combats ressemblent à des combos : on place une mine, on attire le monstre, on explose le tout tout en courant partout et en tirant dans tous les sens, en utilisant X armes.

- les reliques et trésors améliorent vos capacités en jeu. C'est assez anecdotique, mais ça peut agrandir le rayon d'action d'une mine ou améliorer les dégâts causés par les armes.

- une jauge de... "furie" se remplie au fur et à mesure qu'on tue des ennemis et qu'on ramasse des objets sans se faire toucher. Lorsqu'elle est pleine, elle déclenche une action spéciale définie par une relique de votre choix, chacune possédant ses caractéristiques propres.

Pour ce prix là, difficile de ne pas recommander ce Lara Croft and the Guardian of Light. On a là un jeu peaufiné, à la progression délicieusement fluide et à l'action nerveuse bien sentie. L'interface, même si elle garde des traces de la version X360 pas bien gênantes, est très classe et parfaitement adaptée au support PC. C'est assez dingue de dire ça mais c'est un critère de vente en ce moment. Je n'ai pas pu tester le coop par contre, mais sachez que vous pouvez jouer à deux en local et en online et que vous formez un duo complémentaire à la résolution des énigmes et à la progression dans le jeu.

Le jeu n'est toutefois pas exempt de défauts :

- le scénario est complètement naze.

- la VF est insoutenable.

- les dialogues sont bidons.

- peut être un peu trop d'énigmes à base de boules à faire rouler.

- le jeu est globalement trop facile, et ce même en difficile. Commencez directement par ce mode.

- certains problèmes d'IA sont à signaler : ennemis immobiles, coincés contre un muret, etc.

- il y a un bug à la fin du jeu; lorsqu'on affronte le boss, si l'on meurt dans la première salle, on réapparaît dans cette même salle mais on meurt aussitôt, sans rien faire. Il faut relancer le niveau pour régler le problème.

- si la souris est bien plus efficace qu'un pad à la visée, ce n'est pas le cas pour les déplacements, plus gérables à la manette. C'est toutefois tout à fait jouable au clavier, j'ai fini le jeu au clavier / souris.

-------------------------------------

SCREENSHOTS

lcgol-2010-09-23-14-16-01-25 lcgol-2010-09-23-14-14-30-27 lcgol-2010-09-23-14-13-27-77 lcgol-2010-09-23-14-09-26-32 lcgol-2010-09-23-14-08-01-04 lcgol-2010-09-23-14-04-34-96 lcgol-2010-09-23-13-59-09-75 lcgol-2010-09-23-13-58-57-88 lcgol-2010-09-23-13-56-53-30 lcgol-2010-09-23-13-55-00-99 lcgol-2010-09-23-13-37-07-80 lcgol-2010-09-23-13-07-15-74

lcgol-2010-09-23-12-54-33-92 lcgol-2010-09-23-12-46-23-35 lcgol-2010-09-23-12-34-26-01 lcgol-2010-09-23-12-14-44-44 lcgol-2010-09-23-12-14-25-79 lcgol-2010-09-23-10-35-37-69 lcgol-2010-09-23-10-17-01-96


J'ai essayé de trouver une bonne vidéo de gameplay, mais il faut croire que les quelques joueurs x360 postant leurs vidéo sur le net ont la même réactivité qu'une moule sur son piquet.  Il y a une vidéo de présentation du jeu sur jv.com, le mec joue mal mais explique bien.

Le jeu est disponible sur le XBLA depuis le 18 aout, et sort le 28 septembre sur PC & PS3. Le mode coop en ligne n'est pas disponible encore mais sera inclus dans une mise à jour gratuite d'ici peu.

Vous pouvez pré-commander le jeu sur Steam, Tomb Raider Legend vous sera offert. Site officiel

Ajouter à mes favoris Commenter (0)



Signaler

Qui sur Gameblog connaît Interstellar Marines ? Peu de monde sans doutes. Et je ne vois pas comment on pourrait leur en vouloir : le jeu, annoncé depuis des années, a vu son développement avancer de façon plus ou moins chaotique, avec une communication relativement discrète.

C'est néanmoins avec surprise que le jeu a refait surface il y a quelques temps avec une démonstration du concept, jouable en ligne avec un simple navigateur. Il s'agit d'un FPS futuriste dont l'essentiel du concept repose sur un certain degré de réalisme, un univers travaillé et cohérent ainsi qu'une multitudes de détails qui - normalement - devrait rendre le jeu très riche.

Il est toujours développé par Zero Point Software, et disponible à la pré-commande pour aider les développeurs à réunir des fonds nécessaires à sa création.

Il est maintenant possible de tester le jeu depuis votre navigateur directement sur le site officiel. C'est joli, le bodyawareness laisse derrière lui tous les fps actuels et le tout est très bien fini. Je vous laisse seuls juges devant cette petite vidéo :

Tips : le jeu ne permet pas encore de reconfigurer les touches, qui sont basées sur un clavier qwerty. Pour basculer en qwerty sous Windows, appuyez sur Alt + Shift. N'oubliez pas d'essayer le stand de tir en même temps, et aussi de télécharger gratuitement quelques musiques du jeu.

N'oubliez pas que tester le jeu c'est bien, mais prendre le temps de rédiger un petit feedback sur le forum, c'est mieux ;)

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

HELLYEAH Portal 2 a l'air bien meilleur que ce à quoi je m'attendais. Pour le coup, je pense qu'un petit rappel ne fera de mal à personne :

Tag : The Power of Paint

Un jeu créé par des étudiants dont le concept à servi à la création de Portal 2. Je vous conseille fortement d'y jouer, c'est court mais très amusant et on saisit le concept en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.

Malheureusement le site officiel semble ne plus exister, je vous invite à télécharge une archive du titre ici.

Une petite vidéo pour vous donner envie :


Enjoy =)

 

Voir aussi

Jeux : 
Portal 2
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler

lead

Et voilà, après près de 15 heures sur Lead and Gold, je me prête au jeu des impressions parce que merde, on ne parle pas assez de ce jeu qui pourtant le mérite bien.

/!\ Mise à jour disponible 19 mai : ajout d'une nouvelle map (Jacob's Bridge) et d'un mode de jeu "Demolition", ainsi que quelques corrections et ajouts que je vous invite à lire sur la page de mise à jour.

Lead and Gold, c'est un TPS multi PC & consoles développé par Fatshark, dans lequel on mange du plomb et on ramasse ses restes. Une bonne vieille ambiance western avec ses villes fantômes, ses mines d'or, ses village luxuriants et ses couchers et levers de soleil... Ca faisait bien longtemps que je n'avais pas eu l'occasion de parler en bien d'un jeu emprunt de cet esprit; peut être bien depuis Outlaws.

J'irai à l'essentiel : dans le jeu, les équipes sont constituées de 5 joueurs maxi, qui s'affrontent dans 6 maps à travers 6 modes de jeu :

  • Vol : un mode bien sympathique dans lequel on doit détruire le coffre de la banque défendue par l'équipe adverse, piquer l'or et le ramener dans sa base. Une sorte de CTF avec un soupçon de VIP puisque celui qui transporte un sac est super vulnérable et ne peut pratiquement rien faire sans couverture.
  • Conquête : un mode de capture de point classique.
  • Fusillade : un vulgaire deathmatch. Sans intérêt.
  • Baril de poudre : pour moi le mode de jeu le plus fun : détruire des objectifs ennemis en transportant des barils de poudre. Ce mode tourne souvent au carnage puisqu'un seul tir fait exploser le baril, mais réussir à jouer tactique rend le jeu plutôt épique.
  • Cupidité : les deux équipes s'affrontent pour un tas d'or. Celle qui en rapporte le plus à sa base gagne.
  • Fièvre de l'or :  mode limité à deux joueurs, affrontant des bots complétement stupides et dans lequel il faut piquer le plus d'or possible.

Avec Vol, Baril de poudre et Conquête, il y a déjà de quoi bien se marrer. Les autres modes sont sympathiques mais très peu joués online. C'est un jeu qui peut s'avérer particulièrement frustrant si votre équipe ne joue pas le jeu; beaucoup de moments se basent sur la coopération et la couverture, mais peu de gens prennent la peine de jouer comme il se doit. Il est donc particulièrement conseillé de jouer entre potes et sur Mumble (aucun chat vocal ingame n'est dispo).

lag_win32_public_dev-2010-05-08-11-08-34-87 lag_win32_public_dev-2010-05-01-10-14-32-31 lag_win32_public_dev-2010-05-08-11-03-03-90 lag_win32_public_dev-2010-05-01-10-22-51-59

On passe aux classes de personnages :

  • Le Boutefeu : barbu costaud armé d'un fusil de chasse qui envoie sec, il peut balancer des explosifs dans le camp ennemi. Beaucoup de joueurs se plaignent de la surpuissance de la classe au corps à corps, absolument dévastatrice si utilisée par un joueur avec un minimum de skill.
  • Le Député : le black de service est une classe moyenne. Il utilise une carabine de type Winchester à 10 coups ainsi qu'un revolver classique à 6 coups. Efficace à moyenne et courte portée, sa capacité à marquer les ennemis à la BFBC2 rend bien des services.
  • Le Trappeur : l'unique femme du titre incarne la campeuse du coin. Avec un 6 coup en réserve, elle est peu jouée car demande un minimum de connaissance des spots pratiques. Utilisée n'importe comment, c'est une classe qui peut se faire détruire en 2 secondes au corps à corps. Toutefois, sa capacité à poser des pièges à ours la rend redoutablement efficace à stimuler un potentiel de ragequit : tout perso pris au piège est immobilisé quelques secondes, impuissant, laissant tout le temps à son adversaire de lui exploser la tête.
  • et enfin le Flingueur : sa capacité à vider son 6 coups en une seconde le rend très puissant à courte portée. Il est également efficace à moyenne portée.

Ces quatre classes offrent un bonus de synergie selon la classe choisie : blindage, précision, dommages et coups critiques. On ne reprend de la santé qu'en se trouvant à côté d'un équipier. Rester en groupe vous rend donc potentiellement plus redoutable, bien que l'aire d'effet est assez réduite.

lag_win32_public_dev-2010-05-01-10-23-55-82 lag_win32_public_dev-2010-05-04-17-34-04-86 lag_win32_public_dev-2010-05-01-15-34-18-57 lag_win32_public_dev-2010-05-04-17-33-55-09

Au niveau du gameplay, ça répond nickel et ça se prend en main immédiatement. Il n'y aucun système de couverture et c'est très bien comme ça : marre de jouer le planqué derrière un muret, va falloir esquiver avec la touche ctrl. D'autant que les armes envoie quand même pas mal, et on a vraiment l'impression d'envoyer du plomb dans la gueule de l'ennemi : c'est dynamique et ça sonne bien. Si vous crevez, vous ne mourrez pas tout de suite; vous restez à terre avec la possibilité de tirer avec un 6 coups, en espérant qu'un coéquipier vienne vous relever avant que l'adversaire vous décharge son chargeur dans la tronche, vous achevant dans l'humiliation. C'est sadique, sale et bruyant, on aime ça et on en redemande. Le jeu est assez dynamique et ça campe assez peu; on regrettera peut être une interactivité limitée avec le décor.

Techniquement, le jeu est plaisant à regarder et tourne facilement sur ma machine de pauvre (Phenom 9650, HD 4770, 4 Go de ram et Vista 64 bits); on a constamment du 60 fps et ce chiffre ne bouge jamais trop.Un titre plutôt bien optimisé donc, et dont les différents décors sont vraiment agréables à l'oeil. La modélisation des personnages et plutôt réussie et les environnements sont assez variés.

lag_win32_public_dev-2010-05-04-17-07-45-47  lag_win32_public_dev-2010-05-08-09-40-16-651 lag_win32_public_dev-2010-05-04-17-40-22-46 lag_win32_public_dev-2010-05-04-17-35-20-93

Bref vous l'aurez compris, Lead & Gold est un titre plaisant à jouer, avec une ambiance réussie et un gameplay au poil. Mais il y a quelques ombres au tableau :

  • le jeu gère les parties avec un système de matchmaking. Serveurs dédiés prévus, mais pas encore dispo. C'est agaçant de voir cette flopée de joueurs qui se téléportent à longueur de temps.
  • le système d'xp est limité au match en cours, et n'implique pas de statistiques sur la durée. Il s'agit donc d'un jeu sur lequel il est bon de jouer rapidement et pas longtemps sous peine de lassitude.
  • le fov, beaucoup trop limité, comme vous pouvez le constater sur les screens.
  • le spawnkill, beaucoup trop facile : dans chaque camp se trouve un drapeau que vous pouvez porter. Quand un joueur meurt, il a le choix entre apparaître à vos côtés si vous portez le drapeau ou spawner à la base. Une bonne idée dans l'absolu mais qui favorise largement du spawnkill abusif. De plus, même si votre base n'est pas directement accessible à l'ennemi, il est aisé de camper et de mitrailler tout joueur venant d'apparaître, ce qui provoque dans 80% des cas un ragequit massif.
  • 6 maps, c'est peu même si elles sont toute réussies.
  • les bots, complétement idiots.
  • pas de chat vocal ni d'indicateur de ping ingame

Il y a un groupe wefrag et un sujet sur canardpc. On organise fréquemment des parties et on se marre bien.

Le jeu coûte 15 euros. Si vous cherchez un TF2 light bien fnu avec une ambiance western sympathique et dans laquelle il fait bon fraguer, ce jeu est fait pour vous, si vous passez outre ses quelques petits défauts.

Site officiel | Acheter

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

a boy and his blog

Par nicozor Blog créé le 17/12/09 Mis à jour le 27/05/15 à 22h32

Ajouter aux favoris

Édito

Le blog d'un PCiste, sur un site de consoleux.

Archives

Favoris