Omaké books
Signaler

Le bizutage intolérable de l'administration française...

Si l'obtention de la carte de séjour est le premier pas vers l'intégration sur le sol français, alors ce qui se passe toutes les nuits dans bon nombre d'administrations françaises ressemble bien à une lourde séance de bizutage. Ce bizutage cruel, des centaines d'étrangers hors UE le subissent quotidiennement. Depuis plusieurs années, la sous-préfecture d'Antony (et c'est loin d'être la seule) met en danger la santé, la sécurité et le bien-être de centaines de personnes en toute impunité. En effet, l'ingérence et le mépris des préfets ou des sous-préfets contraignent des centaines d'étudiants étrangers, expatriés, à dormir par terre, à la belle étoile, pour réaliser de simples démarches administratives. Mais du fait de leur situation administrative fragile, aucun parmi eux n'ose lever la voix.

Suite à mon article d'hier, et refusant de laisser ma femme coucher dehors devant la sous-préfecture d'Antony pour un coup de tampon sur une feuille, je m'y suis donc rendu hier soir, à minuit. Et voici le récit de ma nuit passée à faire la queue avec des dizaines d'autres étrangers.  

Minuit, déjà du monde...

Lorsque j'arrive devant la porte de la sous-préfecture d'Antony, située loin de tout commerce, restaurant, café, une dizaine de personnes d'origines et de nationalités très différentes est déjà présente. Mais contrairement à ce que j'imaginais, l'ambiance est plutôt chaleureuse et le petit groupe d'inconnus qui s'est formé discute joyeusement. Les anecdotes de chacun, les échanges sont souvent conclus par des éclats de rires collectifs. En fait, on ressent tous la même chose: ce soir, nous sommes frères, frères de galère. Et ça, forcément, ça rassemble. Je suis un peu rassuré. La nuit ne sera peut-être pas si longue. Ou plutôt non, elle sera juste un peu moins pénible...

 

Minuit, devant la sous-préfecture d'Antony.

 

Une heure du matin...

Une queue se forme et une trentaine d'individus campe déjà sur place, alignés. Tous sont là pour la même chose : entrer dans ce lieu qu'est la sous-préfecture d'Antony, symbole d'archaïsme administratif et coupable d'agissements graves sur des individus. Certains ont apporté des chaises. Les autres sont assis sur les murets ou à même le sol. Il ne fait pas encore trop froid. Quelques gâteaux circulent. L'ambiance reste joyeuse et chaque nouveau galérien est accueilli chaleureusement par les autres. Ça ne va pas durer. 

Le calvaire d'une jeune étudiante brillante...

À deux heures du matin, la jeune fille située juste derrière moi et originaire d'un pays du Golfe reçoit un appel téléphonique. Le dialogue qui s'ensuit me paraît surréaliste. Ce que je retiendrai de celui-ci, c'est cette phrase:

"Oui oui! C'est bon! Je suis trop contente, je suis dans les 20 premières! Cette fois, je crois que ça passera. Ouais, bonne nuit!".

Je reste sans voix. Le contraste entre sa joie et la situation dont elle est la première victime me paraît trop prononcé. Comment peut-on décemment être "super contente" de passer la nuit dehors pour quelques formalités administratives de base ?

Voulant éclaircir le mystère de cette joie insensée, j'entreprends une discussion plus sérieuse avec cette jeune femme, qui s'avère être une étudiante brillante, parfaitement trilingue et suivant des cours dans une grande école. Elle me relate son expérience qui fait froid dans le dos:

"En fait, c'est le cinquième jour que je fais la queue. La première fois, la personne du standard téléphonique d'Antony m'a dit de me présenter à la sous-préfecture, en me conseillant cependant de "venir un peu en avance, car il y a un peu de monde le matin". Je suis donc arrivée à 8h00, soit 45 minutes avant l'ouverture. En découvrant qu'il y avait 300 personnes, j'ai halluciné. Évidemment, on ne m'a pas fait entrer. Je suis donc revenue le lendemain, à 7h00. Là encore, trop de monde. Le surlendemain, je suis venue à 6h00. Idem, impossible d'entrer. Le quatrième jour, je suis donc arrivée à 4h30, pensant que cette fois, ce serait bon! Mais je suis repartie en pleurant, dégoûtée de m'être derechef fait renvoyer! Cependant, comme la loi m'oblige à faire cette foutue démarche, je n'ai pas eu le choix : ce soir, je dors devant la porte de la sous-préfecture. Mais je suis bien contente d'être dans les premières! Et puis ne nous plaignons pas. Il ne pleut pas, il ne gèle pas. Ça pourrait être pire..."

Et quand je lui demande ce qu'elle est venue faire exactement comme démarche, sa réponse a de quoi choquer davantage :

"Oh, je suis juste venue pour faire un changement d'adresse sur ma carte de séjour. Je viens de déménager...".

 

Une jeune femme dors dehors pour un simple coup de tampon sur une feuille.
Une jeune femme dort dehors pour pouvoir faire tamponner un papier administratif obligatoire.

Ça ne s'arrête plus...

Pendant que nous discutons et refaisons le monde, d'autres personnes continuent d'affluer. Il est 3h30 du matin et il commence vraiment à faire froid. Tout devient calme. Certains étalent des journaux sur le béton et s'allongent, comme des SDF. Tous se réchauffent avec leurs gros pulls apportés pour l'occasion. Deux jeunes femmes grelottent sous leurs couvertures et l'une d'elle lance, sans que personne ne le remarque:

"J'y crois pas. Je suis là, dehors, à 3h30 du matin pour pouvoir remettre un dossier. C'est inhumain. Comment peut-on tolérer ça?"

Nous sommes déjà environ 65 et nous n'osons même pas nous avouer la cruelle réalité qui nous fait face. Dans 20 ou 30 min, tous ceux qui débarqueront ici ne seront pas garantis de pouvoir entrer dans la sous-préfecture. Cette dernière n'accepte en effet que 80 personnes en moyenne par jour.

4h30 : déjà trop de monde...

Il est 4h30. Je suis fatigué mais je n'arrive pas à fermer l'oeil. La file s'étend désormais jusqu'au coin du bâtiment. Je quitte mon rang pour me dégourdir les jambes et je discute avec un Vietnamien et un Congolais qui viennent d'arriver. Ils ne sont pas certains d'être dans la partie qui parviendra jusqu'au guichet. Mais ils restent dans la queue, car ils espèrent. Le Congolais, chef d'entreprise, m'explique:

"La situation est intolérable. Je suis un homme d'affaires et j'ai vécu 15 ans dans plus de 5 pays. La France est le seul qui ne permette pas de faire de telles démarches par Internet. Ou au moins une partie! On ne peut même pas imprimer les formulaires en avance! Il n'y a même pas même moyen d'avoir des renseignements par téléphone ou bien un rendez-vous! Et quand on a beaucoup de travail ou des cours à la fac, on fait comment? Hé bien on sacrifie une nuit et une journée entière sans aucune garantie de résultat. Mais personne ici n'ose crier son dégoût. Parce que si tu fais trop de bruit dans un établissement public, un vigil te tombe dessus et tu es mis dehors illico-presto. Donc tu n'as pas d'autre choix que de l'écraser."

7 heures du matin: 250 personnes.

J'ai somnolé 30 minutes et je suis éreinté. Tous mes voisins sont contorsionnés sous leurs couvertures. Deux Coréennes regardent sans se lasser des films sur leur ordinateur portable depuis minuit. Les batteries d'ordinateur sont visiblement plus résistantes que nous. Je lève la tête et je constate que la file est désormais immense. L'ambiance n'est plus vraiment à la solidarité car on ressent une concurrence féroce entre toutes les personnes présentes. Chacun se dévisage et les regards en disent long : il vaut mieux être devant que derrière son prochain. Mais de toute façon, c'est peine perdue, les 3/4 n'entreront pas aujourd'hui dans la sous-préfecture. Il reste 2h45 avant que les portes ne s'ouvrent... Il fait froid. Ma femme m'envoie un texto. Elle est dans le RER et arrive avec quelques croissants à distribuer. Le jour se lève.

8h20 : organisation...

J'ai la tête vidée. Un vigil et une jeune policière arrivent pour organiser la file d'attente qui dépasse sûrement les 300 personnes. On sent que la situation est un peu tendue mais les deux représentants de l'ordre public sont aimables. Tout se passe bien. La plupart des hommes de nationalité française ayant couché ici pour permettre à leurs femmes de rester au chaud cèdent leur place. Moi aussi, je laisse ma femme prendre ma position. Mon épouse est extrêmement gênée et presque honteuse de pouvoir passer devant tous ces gens qui ont attendu si longtemps dehors...

8h45, au compte-goutte...

Les portes ouvrent à l'heure, à 8h45, et nous passons au compte-goutte. J'ai beau être arrivé en 10e hier soir, ma femme reçoit le numéro 20. Les 10 autres étant des femmes enceintes et des personnes jugées prioritaires. On nous annonce qu'il nous faudra cependant attendre environ 2h00 supplémentaires pour qu'un guichet se libère. Pour moi, cette attente interminable devient un supplice. Pour les autres aussi. Mais au moins, il fait chaud à l'intérieur du bâtiment. Dehors, l'indignation règne. Plus de 220 personnes se voient refoulées et on leur demande de revenir plus tôt le lendemain. Certaines femmes, pourtant arrivées vers 5h30 se mettent à pleurer. Je constate avec aberration que plutôt que de remettre en question ses prestations de service (inexistant), l'administration française préfère faire jouer la surenchère du "lève tôt". Je me dis qu'à ce rythme, il faudra bientôt passer deux nuits dehors pour espérer entrer dans ce fichu bâtiment.

Comment les responsables de ces « services » publics peuvent-ils encore se regarder dans une glace sans vomir? Comment peut-on faire preuve d'autant de mépris vis-à-vis de tous ces étudiants, de tous ces expatriés ou bien travailleurs étrangers? Le scandale est total et aucun élu, qu'il soit de droite ou de gauche, ne vient jamais. C'est comme ça tous les jours dans de nombreuses sous-préfectures et cela fait des années que ça dure... Et le pire dans toute cette histoire, c'est que la plupart devront revivre ça tous les trois mois, pour prolonger leurs récépissés, en attendant que l'administration se sorte les doigts des fesses.

Amabilité et service minimum.

Il est 11h00 pile et notre numéro est enfin appelé. L'accueil que nous réserve la guichetière est glacial. Je ne distingue même pas son "bonjour". En dix minutes, tout est réglé. Ma femme obtient le récépissé pour sa carte de séjour volée dans le métro parisien. Pour ne pas avoir à revenir dans cet enfer et par manque d'informations précises, nous avons apporté le maximum de documents. Et la guichetière a visiblement trouvé utile de nous le faire remarquer. D'un ton extrêmement désobligeant, elle nous lance: "C'est juste pour un duplicata, pas une demande! Je n'ai pas besoin de tout ça!".

L'amabilité cadavérique de cette femme contraste terriblement avec la magnifique tenue colorée antillaise qu'elle porte sur elle.
La fatigue m'est finalement d'une grande utilité: je n'ai même pas la force de lui balancer à la figure tout le bien que je pense de son manque de recul, de courtoisie et de considération. Si encore on l'avait su avant, par le biais d'explications claires sur le site Internet ou par téléphone! Mais non, rien. Le ton inquisiteur de cette dame me rappelle que la faute incombe à celui qui ignore la loi, c'est bien connu...

Un hôtel appelé « France ».

À 11h05, nous nous délivrons de cette pitoyable sous-préfecture d'Antony. Au final, je réalise que je viens de faire 11h00 de queue, dans le froid, uniquement pour déposer 4 malheureuses photocopies (facture EDF, passeport, déclaration de vol, et 3 photos d'identité.). La présence du demandeur étant obligatoire, il n'est même pas possible d'envoyer simplement ces documents par la Poste.

À l'extérieur, tout est étrangement désert. La queue s'est volatilisée. Tous les gens qui ne sont pas entrés sont finalement repartis. Et nul doute que ce soir, une bonne partie d'entre eux sera revenue, à partir de 22 ou 23h00, en espérant pouvoir entrer dans ce Disneyland de l'administration française. Mais avec les manèges, l'accueil et les rires en moins...

Pour info, la démarche que nous venons d'opérer va nous coûter 155 euros. Et cette somme qui nous est demandée me laisse une nouvelle fois un arrière-goût amer dans la bouche. J'ai un peu l'impression d'avoir payé une chambre d'hôtel. Sauf que les piaules du prestigieux « hôtel France » sont collectives, à la belle étoile et qu'en guise de matelas, on nous offre une dalle en béton. Y'a des gens qui intenteraient des procès pour moins que ça. Le sous-préfet d'Antony, lui, il continue de dormir sur ses deux oreilles de Mickey.

Flo

 

Et la queue continue jusqu'à derrière le bâtiment...
Et la queue continue jusqu'à derrière le bâtiment...

 

PS: un immense merci à tchobilout qui est venu passer la nuit avec moi (nous). En simple soutien.

Ajouter à mes favoris Commenter (136)

Commentaires

Zelenaia_Vichenka
Signaler
Zelenaia_Vichenka
Je te remercie, Flo, d’avoir évoqué ce problème ! J’ai pleuré en lisant ton article car moi aussi j’ai vécu cet enfer et mon mari français a fait cette queue pour moi il y a 4 ans. C’est vrai que nous, les étrangers, nous n’osons pas d’en parler et reprocher l’administration française, parce que tout de suite on nous propose de rentrer chez nous si nous ne sommes pas contents.
Heldjy
Signaler
Heldjy
Et voilà, au JT de france 2 ce soir ils viennent de faire un reportage sur cette situation catastrophique. Peut-être que ce post est remonté jusqu'à l'oreille d'un journaliste opportuniste ? ;)
DoubleM
Signaler
DoubleM
Même topo à la préfecture de Nice, arrivée devant le centre administratif à 4h du matin, 5h d'attente debout jusqu'à 9h. J'étais venu pour accompagner ma femme qui était enceinte, étant français, c'était la première fois que je venais. Elle m'avait dit qu'elle avait peur d'être bousculée, je pensais que ces craintes étaient excessives...en fait je me trompais, c'était pire.

A l'ouverture des portes, 200 personnes minimum attendaient. Les gens commencent à courir, à se doubler et se bousculent pour arriver en premier devant la 2e porte, celle du pôle immigration. L'objectif, avoir la chance d'obtenir un ticket (en nombre limité) sinon l'attente de la matinée n'aura servi à rien. Devant cette deuxième porte vitrée, un policier hurle "NE POUSSEZ PAS! ENTREZ DANS LE CALME!". Là ceux de derrière poussent, ceux qui sont devant étouffent. J'ai du jouer des coudes pour que ma femme ne soit pas écrasée. J'interpelle une employée du centre qui laisse passer une femme enceinte, je lui demande de nous laisser entrer, elle me dit "vous avez une carte de femme enceinte?", "NON", "Dans ce cas vous devez faire la queue."...ma femme en était au 3e mois, cela se voyait déjà, mais c'est à croire que l'administration rend aveugle.

Là, les policiers ouvrent la deuxième porte, nouvelle course, nouvelle bousculade, nouvelle file d'attente devant le guichet où une femme mal aimable aboie sur ceux qui se présentent à elle. Elle fait un premier tri en éliminant sans aucune compassion ceux qui n'ont pas les bons documents et en donnant le Ticket si cher payé aux autres. Dommage pour ceux qui venaient pour la première fois et qui ne savaient pas que la liste de documents à fournir sur le site Web n'était pas à jour, la plupart repartent chez eux avec des valises sous les yeux et une demi journée de congés posée pour rien. Ils auraient dû appeler avant de venir...ah ouais mais en fait le centre ne délivre pas cette liste par téléphone donc...Ils devront revenir le lendemain.

Heureusement, ma femme qui avait déjà l'expérience de ces services avait pris son classeur, genre annuaire de la région parisienne, avec tous ses documents administratifs en 10 exemplaires. A 11h30 nous sommes sortis du centre administratif avec le titre de séjour renouvelé. Personnellement, j'avais honte d'être français et j'avais la haine de toute cette administration inhumaine. A croire que tout était fait pour humilier les gens qui étaient là et qui utilisent ce service "d'accueil" de notre beau pays donneur de leçons.

Combien en France ont déjà entendu parler de cette situation ? Peu...
Ce problème ne concerne que les immigrés et même s'ils payent leurs impôts en France depuis 10 ans, ils n'ont pas le droit de vote, donc...les médias et les politiques n'en ont cure.
lylhea
Signaler
lylhea
il suffirait de mettre un distributeur de numeros quitte à passer plus tard et un site internet qui enseignerait sur les papiers à apporter pour telle situation mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué
axelee69
Signaler
axelee69
Malheureusement être une terre d'accueil dans un pays ou le remplacement des fonctionnaires ne se fait plus donne...Ca.
Trop de demandes, pas assez d'agent.
Il faut inverser la tendance.
C'est comme faire des enfants quand on ne peut les nourrir... C'est irresponsable.
Continuer d'accueillir quand on ne peut plus aider, cela participe du même principe.
S'en étonner c'est vivre dans le monde de oui-oui....
attila lo re
Signaler
attila lo re
Actuellement à la une sur google news dans "à lire", l'article fait son chemin..
bluepioupiou
Signaler
bluepioupiou
wow, je pensais pas que l'administration française en était là.... peut être le point de départ d'un buzz pour que l'info remonte un peu....
En tous cas je fais circuler
glubbar
Signaler
glubbar
Bravo et merci d'avoir écrit ces articles. Tout ça pour de la paperasse administrative. Vivement que les nouvelles générations aient le cran de faire voler tout ça en éclat et instaurer un système humain.
Strelok
Signaler
Strelok
Pourquoi pas le dire ailleurs ? Hum, peut être que quand on est blanc on ne peut que se taire, les immigrés blanc n'ont pas autant de droit bizarrement, on se situe au niveau des Français.
Puis surtout que je n'ai manqué de respect a personnes, même pas aux immigrés intégré, d'ailleurs en disant je les défend tout autant surtout que moi même dans un sens j'en suis un (J'ai le défaut d'être blanc, du coup je peu être que Raciste je suppose). A la différence que je me rend compte que rester ici ne sert a rien, ça fait plusieurs années que je compte partir au vu d'ou vont les choses mais ça sera pas avant de nombreuses années alors je me munis de patience :)
Sincèrement, c'est pas moi qui subirai les conséquences de plein fouet, vous faite ce que vous voulez et si vous pensez aux autres avant votre propre continuité et sécurité, c'est votre choix.
soulmate14
Signaler
soulmate14
Bon c'est quoi ces propos juste gerbant! En effet ouais retourne à ta ps3 et restes y ça nous fera du bien! Comme rappelé plus haut, ce débat (qui n'en est pas un) n'a rien à faire là. Vous vous servez de ce post comme un pretexte pour déverser votre idéologie puante, vous ouvrez bien grand vos geules derrière votre écran de pc pour chier par la bouche les mêmes merdes que papa...vous faites pitié au fond!

Désolé pour les autres, ceux qui savent réfléchir et échanger, mais fallait que ça sorte!

Courage à toutes les personnes qui sont dans le même cas, ou pire encore...
Haricot-Verdatre
Signaler
Haricot-Verdatre
Je trouve ça scandaleux comme la majorité des gens... Par contre je sais que pour les changement d'adresse sur des papiers comme la carte grise certaines petites mairies s'en occupent (si ça peut aider :))
Strelok
Signaler
Strelok
http://rutube.ru/tra...58eaac20b5462c8

Je sais sait pas ce qui est le plus triste, le fait qu'on nie le racisme anti blanc ou alors qu'on est obliger de visionner ce genre de vidéo sur un site russe au lieu de Français ? (Tout comme les reportages sur l'immigration, qu'on ne voit que labas et aux usa) Pas étonnant que les Français utilise ce site pour s exprimer vu la censure ici.
Mais c'est sur, continuons a déversé un continent entier chez vous.
Enfin je vous plain, car malgré votre bêtise c'est vous qui payerai le prix plus tard, et pas que vous, aussi tout les immigrés qui ont fait l'effort de s’intègré, quand je pense que certains arabes doivent se cacher par peur de représailles car ils ont renié l'islam...
Sur ce je retourne sur ma ps3 :-)
Cym
Signaler
Cym
Ayé c'était pas trop mal parti. Maintenant voila que les commentaires de ce post de blog intéressant deviennent la foire aux arriérés bas du front qui ressortent l'éternel et stérile débat sur l'immigration, qui n'a juste RIEN à faire ici. Bref, pour ressortir un même discours rejetant éternellement la faute sur les mêmes catégories de personnes sans avoir ni aucun arguments clairement défini et s'appuyant encore moins sur des données vérifiables et indiscutables. Soit, continuez à penser que les immigrés illégaux et légaux à arriver sur le territoire français sont des millions chaque années, ce qui est totalement faux. Continuez de vivre dans la peur, infondée et ridicule, d'une improbable invasion venue de l'extérieur. Continuez de vous attaquer à ce que vous appeler "les bobos", les "gauchistes" alors que cela ne veut, objectivement rien dire et ne s'appuie, là non plus sur aucune donnée réelle vérifiable. Bref continuez de faire des généralités sur des personnes que vous ne connaissez ni d'Adam, ni d'Eve, continuez de vivre dans le passé de vos idées obscures.
Rejetez ceux qui, par leurs valeurs et leurs idées, feront la société de demain, de toute façon, celle-ci n'a pas besoin de vous.

Je ne suis pas pour une immigration incontrôlée, ni contre celle-ci, ici n'est pas le lieu pour débattre de ça.
marsouin77
Signaler
marsouin77
Apparement la prefecture en Auvergne marche differement car pour le renouvelement du titre de sejour de mon partenaire nous devons demander une convocation. Cette convocation indique une date et une heure ou il faut se presenter a la prefecture au service immigration. On arrive seulement 5 minutes a l'avance et nous attendons rarement plus de 10.
mimix
Signaler
mimix
et à 300 personnes, suffit de faire le forcing et de foutre en l'air vigile et agent de police histoire d'occuper la préfecture et faire médiatiser les choses et qui sait les faire changer ?

en tout cas ton initiative a au moins le mérite de commencer cette médiatisation sans violence.

je m'étonnes encore comment ça peut-être possible ! c'est le bordel aussi par chez moi malgré le fait que ça soit une ville de province moyennement peuplée, mais là non c'est vraiment inhumain !
ça donne envie de couper des têtes franchement...
Daft Punk
Signaler
Daft Punk
Oui ^^ Et vive la fausse liberté d'expression ^^
Strelok
Signaler
Strelok
Oui ça a déjà été dit que l'europe de l'ouest est le dévervoir de l'Afrique, du a sa position géographique proche mais aussi de plusieurs points (Naturalisation simple en comparaison a la Russie par exemple, les allocations et la discrimination positive). Et la France finira mal, les problèmes s aggraveront avec le temps.
Umbakrail le jour ou sa tourne mal en France, tu pourras partir avec ta femme labas, voit le bon coté des choses ^^
Daft Punk: Tu m'as reconnu ? :D Faut moderer nos propos un min par contre, sinon on finira dans le fossé x)
Daft Punk
Signaler
Daft Punk
(Strelok ) Hep' salut à toi ^^
umbakrail
Signaler
umbakrail
@Sharn

Moi xénophobe ?!

Ma femme est Russe! Tu repasseras pour le terrorisme intellectuel.

Traite moi également de collabo pendant que tu es, mon grand père à été déporté!

Je rappelle juste que si demain des pans entiers des peuples d'Europe décidaient d'aller vivre en Belgique, il se passerait exactement la même chose niveau place.... pas besoin de faire math sup' pour le comprendre.

Nous avons une Afrique (nord) qui se déverse en France à une allure frénétique, et ce n'est pas raciste que de parler de ça ni de le constater le plus calmement possible!

Vous pourrez construire ou embauchez tant que vous voulez tant que la demande est déraisonnable, le problème sera là.
Strelok
Signaler
Strelok
Certains ici hésite pas a rappeler que le racisme vient des blanc xD
J'arrête la, j'ai l'impression de lire un débat sur le PS. A mon avis certains doivent pas habiter certaines ville ou sortir de chez eux. Et salut Daft punk ça fait longtemps :D
Moi je dis juste, beaucoup regretterons d'ici 10 a 20 ans, comme Vladimir poutine a dit... Non je vais me taire avec la liberté d'expression française je vais me faire censuré. Aller sur google et taper Vladimir poutine la france dans 10 a 20 ans.
FMP_thE_mAd
Signaler
FMP_thE_mAd
Le témoignage est intéressant et révélateur.
Mais vous vous trompez de cible dans vos reproches : ce ne sont pas les fonctionnaires qui travaillent à cette sous-préfecture les responsables, mais bel et bien les politiques (et particulièrement le gouvernement actuel, évidemment) qui VEULENT cette situation, pour décourager les émigrants.
TOUT est fait pour décourager les émigrants. Y compris ces humiliations quotidiennes.
Les fameux quotas de reconduites à la frontière ne sont pas atteints par hasard (et les fonctionnaires que vous voyez sont harcelés toute la journée pour ça aussi, faut pas croire).

C'est lamentable.

Pensez-y la prochaine fois que vous entendrez nos chers ministres faire leur discours sur ce sujet. Et pensez-y en 2012...
Sharn
Signaler
Sharn
"(Sharn) Un fils d'immigré président de la république tu dis ? Ah ben vu le résultat de son médiocre mandat tu as choisis un mauvais exemple ^^ "

Je sais pas ce qui te faut pour illustrer la réussite d'une personne issu de l'immigration (on me rétorquera qu'il était pas dans l'immigration la plus nulle mais tout de même). Vu que tu cites des chiffres tu serais sympa de nous donner des sources pour qu'on soit moins "abrutis" mon cher Daft Punk. Il est plus facile de taper sur les fonctionnaires ou les étrangers que faire une réforme fiscale par exemple. Il est plus simple de diminuer la taxe sur la restauration "normale" qu'augmenter celle sur la restauration dite rapide. Foutre tous les étrangers dehors finalement ça va arranger quoi, je me le demande.
Ottame
Signaler
Ottame
Pour commencer je voulais vous dire que je compatis à l' épreuve que vous avez dû subir.
Pour ma part bien qu' étant suisse, j'avais vu des reportages sur les JT français ou magazine d'info télé.
Mais il est tout a fait possible aussi de découvrir cette situation par vos écrits.

Je ne pourrais dire si c'est mieux ou pire chez nous. La seule comparaison que je peu faire, est celle
de mon meilleur ami qui a lui une femme chinoise. Elle avait dû demander un document pour faire reconaître
son niveau d' études Chinois avec une équivalence Suisse. Cela à pris plus d' un mois, mais tout c'est fait
assez simplement, avec un peu d'attente parfois, des coups de traitement de dossier pas petit, mais pas
insupportable non plus, mais rien de comparable à votre situation Florent. Pareil lorsque elle a demandé
la naturalisation Suisse au bout de 5ans. Il y a juste eu une petite enquête à domicile, pour vérifier si ils étaient
un vrais couple, mais rien là non plus d' insurmontable.

Maintenant peut-être est-ce plus facile aussi dans notre canton car c'est Genève, et que nous vivons
dans une ville habituée aux traitements des documents internationaux. Ou alors elle a eu de la chance,
ce qui est possible également. En tout cas il est évident que ce type de situation n'est pas digne d' un pays
comme la France. Le pire est que cela concerne aussi de simples étudiants étranger et pas seulement
des étrangers en situation irrégulière. Ce qui assurément de retour au pays, va donné une image
de celle-ci plus que noircie et bien misérable.

A' la lecture de votre texte, il en ressort pour moi une vision et idée écœurante qui apparait parmi tant d'autres.
Osez aimer un(e) étranger (ère) et vous devrez le payer en cas de problèmes administratifs.
Pour vivre heureux et libre, aimez bien FRANÇAIS !!! C'est un peu cela le message au fond. :(
Une forme de double peine, qui ne devrait même pas être possible dans le pays des droits de l' homme.
Triste constat tout de même.

Voilà je terminerais en vous souhaitant malgré ces inconvénients, une vie longue et heureuse avec votre moitié. :)
bagage
Signaler
bagage
Les 2 articles sont sur Rue89

http://www.rue89.com...la-honte-225483

http://www.rue89.com...t-dehors-225617

par contre je me demande qui est ce "Florian Julien"???
Daft Punk
Signaler
Daft Punk
Il n'empêche que je suis consterné de voir à quel point certaines personnes sont à ce point "abrutis " par les bobos -__-

Omaké books

Par Omake Blog créé le 05/10/10 Mis à jour le 05/12/15 à 16h01

Blog de la maison d'édition indépendante et éclectique :
http://omakebooks.com

Ajouter aux favoris

Édito

Omaké Books : maison d'édition spécialisée Japon, geekeries et jeux vidéo. Productrice de l'émission "Les Oubliés de la Playhistoire" sur Nolife.

NOUVEAUTÉ !!

 

Site officiel : http://omakebooks.com

Twitter : 

Archives

Favoris