Comics Ovore!!!
Signaler
Ma Review, pas la tienne! (BD-Manga-Comics)

Il est vrai que cette nouvelle série Star Wars m’avait permis de me relancer dans ses parutions, pour lesquelles j’avais décroché depuis belle lurette. Aujourd’hui pas d’évènements majeurs pour présenter ce deuxième tome, surtout que je le présente alors que le tome 3 vient de sortir ce mois-ci, c’est peut être et surement le seul lien que je vois. Après si j’avais déjà dit à l’époque que le récit était bon sans non plus casser 3 pattes à un canard, vous verrez avec celui-ci, que l’on reste dans cette veine là, ca avance doucement, mais surement, pourtant là encore Wood assure, c’est sur que si ce n'est clairement pas le Star Wars du siècle comme l’on put être à mon sens « Le Cycle de Thrawn » ou encore « L’Empire des ténèbres », il tient sa barre et arrive à maintenir son histoire.

Avant de faire un tour en Faucon Millénium :

Scénario : Brian Wood

Dessins : Carlos d’Anda

Sortie : 2014

Editeur : Delcourt

Collection : Contrebande

Haute Trahison : Suite de la nouvelle série autour de Star Wars, qui se situe juste après La Guerre des Etoiles, écrite par Brian "DMZ" Wood. Luke Skywalker et Wedge Antilles se laissent capturer par l'Empire afin de découvrir comment le Colonel Bircher traque leurs actions. Dark Vador envoie lui aussi un de ses sbires pour espionner ses propres troupes, pendant que Han Solo et Chewbacca doivent faire face à Boba Fett ! La Princesse Leia est, quant à elle, seule pour se recueillir au coeur des ruines de son monde d'origine, Alderaan.

 

 

Un tour en Faucon Millénium ?

Avec Han Solo de préférence, s’il vous plait !

Ce tour en Faucon Millénium se voudra moins bénéfique que le tour en X-Wing de Léia dont on avait parlé précédemment puisque le récit comme je le disais dans l’intro, certes se tient, mais est beaucoup plus lent dans son ensemble, Wood prend vraiment son temps pour raconter tout ce qu’il se passe en séparant nos 3 protagonistes, divisant également les formes :

  • La partie avec Han Solo, se voudra la plus dynamique et donnera clairement du rythme à l’ensemble de votre lecture, elle est de plus parsemé d’humour que l’on connait du personnage et la rend distrayante.
  • Celle avec Leïa, se voudra des plus standard, je dirais, on sent qu’elle a son importance, mais c’est comme si elle n’allait pas jusqu’au bout, comme si il manquait un morceau.
  • Et la dernière portera sur Luke, des mésaventures basé plus sur l’action, mais tellement courtes qu’il ne suffira pas à lui-même pour donner un véritable punch au récit.

Maudit Executor

Cet ensemble donne un volume plutôt branlant au final, et pourtant bien construit, je sais que c’est contradictoire, mais je m’explique : Il n’y a pas ce « #jenesaisquoi » qui donne l’impression de sans arrêt de raccrocher aux branches, comme si le récit en soit ne tenait pas, pourtant il est bien construit et pour preuve, on avance, on avance, encore et encore, et quand un récit fait cela, c’est à mon sens « pour preuve » qu’il est bien construit car il se lit sans se poser de question ou même sans être interloqué par ceci ou cela. Et j’avoue que après relecture pour l’article, je ne sais pas vraiment quoi en penser, ces histoires ou les différents protagonistes apparaissent ne sont pas forcément très intéressante et pourtant se tiennent toutes ensembles.

L’Executor, n’est pas si maudit puisqu’il faut encore avouer que Carlos d’Anda assure sa première partie de l’ouvrage comme il avait assuré sur le premier tome, j’avoue être moins fan de ce que fait Ryan Kelly, je ne saurais expliquer pourquoi mais dans le style de d’Anda, il y a un travail sur l’ombrage et les jeux de lumières que j’adore ! En feuilletant à nouveau la partie de Kelly, je dirais que c’est plus au niveau des visages que ça bloque à mon sens, ils sont trop statique. Après ce n’est qu’un détail peut-être, mais quand un récit est assez banal, on a vite tendance à vouloir un truc tape à l’½il et ce ne sera pas (enfin moins) grâce à lui.

Haute Trahison

Suite à la bataile de Yavin, nos héros avanceront dans la rébellion

Un récit plat mais bien construit leur permettra d’avancer à leur rythme

Sans pour autant tenir le lecteur suffisamment en haleine

L’empire aurait-il écrit cet article ?

Afin de trouver ou se cache la rébellion menée par Leïa Organa

Et bien ! Pas ici, mais les aventures de nos compères continus 

A suivre le mois prochain

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
News

On conclut le bientôt le mois de Novembre, et je vous parle de ce qu’il s’est passé en Octobre sur le blog et des choses « à Venir ». Avant de commencer l’actu, je voulais remettre une couche sur une association qui me tient particulièrement à coeur, je parle de Zef’hir, une association qui lutte contre la mucoviscidose alors si vous voulez en savoir plus je vous renvoie vers mon article : Des Associations et des Comics 3, ou bien vers le site, ou voir même vers le facebook (ou twitter au choix, ou les deux), si vous êtes dans le coin Nord-Oest de la France, alors n’hésitez pas à y aller ! Si ce n’est le cas comme moi, il y a plusieurs moyens comme par exemple cette tombola et encore d’autres façons (par contre, pour cela, je vous donne rendez-vous soit sur le site direct, soit via facebook).

Pou coller encore plus à l'actu et ce que je vous réserve tout en bas de cette page (pour l'instant, c'est surprise), sachez qu'un numéro du Garde Républicain a été fait spécialement pour l'occasion, l'intégralité de la somme pour ce garde sera reversé à l'association, alors méler BON Super-Héros française et action contre une maladie, faut il vraiment encore vous convaincre?

La suite pour le blog, c’est 2 nouveaux partenariats, le premier est WEB avec l’affiliation de Comics Ovore et Comics Corps, ce partenariat inclut donc du partage d’article qui pourrait intéresser les lecteurs de Comics Ovore et permettra aussi de voir la fraîcheur de l’herbe chez les voisins car le blogging c’est avant tout selon moi du partage. Pour ceux qui voudrait en savoir plus sur Comics Corp et bien voici une petite description : « Comics Corps, a commencé en 2011 environ, et l’équipe était  un peu différente, leur fer de lance au départ c’était : La VF, puis à force ils se sont lancés dans la VO. Quelque changement d'hébergeurs et de site jusqu'à arriver à celui en cours. Le développement de CC s’est fait tranquillement et aujourd'hui ils parviennent à avoir de la reconnaissance vu qu'on leur a accordé des interviews. »

L’autre partenariat, c’est avec la boutique Hybrid à Perpignan, ou vous pourrez voir une sélection de Comics de ma part avec bientôt je l’espère des avantages pour les lecteurs Comics qui iront chez Comics Ovore, mais je en reparlerais en Décembre, histoire de mettre tout cela en place correctement avant de trop en parler. En attendant à tous les gens des alentours de Perpignan a lieu d’aller à la Fnac ou autre, allez chez votre librairie Hybrid, vous y serez bien conseillé et bien reçu !

Je mettre un point final en vous rappelant d’aller voir du côté de Gourvy Comics pour la VPC et pour plus de détails sur ce dernier partenariat, rendez-vous sur l’actu blog 14.

Ça tombe au final plutôt bien que je parle de boutiques car je vais vous parlez maintenant d’une jeune fille passionnée par tous les univers geek au sens large du terme et qui a décidé de se lancer dans une aventure hors du commun su Perpignan. La boutique s’appellera La Goule Joyeuse et vous permettra de vous procurer tout un tas de Mugs, Tee Shirt, Peluches, Figurines, Goddies (en général), sur différents thèmes, on y retrouvera donc de la figurine DBZ à la peluche Frankenweenie ou Harley Quinn, en allant voir du côté de l’écharpe Harry Potter, ect ! Pour ceux qui seraient trop préssé avant l’ouverture de la boutique sur Perpignan, voici le facebook de La Goule Joyeuse.

La gérante de la Goule nous explique pourquoi ce projet, pourquoi cette boutique : « Et bien en fait, depuis ma première japan expo en 2008, je bavais sur les stands en me disant "plus tard, je ferais ça." pendant 2 ans j'ai été dans un salon de tatouage pour travailler en tant que perceuse et mettre de l'argent de côté pour réaliser ce projet et honnêtement j'avais la trouille que ça marche pas. Mais en fait, j'ai remarqué que dans la région y'a quand même pas mal de geek. Au début je voulais juste faire du e-commerce uniquement. Mais j'ai eu beaucoup d'encouragement (notamment sur la collecte ulule) qui m'a poussé à ouvrir une boutique. »

Avant de faire une petite pause Lecture et Cine, je voulais vous rappelez que Comics Ovore est partenaire du concours du site Manga Designer pour un concours de dessin vous proposant de créer votre super-héros. Et je tenais à remercier (#ellesereconnaitra) pour ce qu’elle a fait en soutenant Comics Ovore et par la même occasion, je tenais à tous vous remercier ! Fini la séquence émotion, posez-vous 5 min, je lance la pub et vous retrouve juste après pour continuer l’actu, et que vous dire de plus qu’une belle actu.

Lectures du Mois

Tales from the Comics

Les infos de COTV

Avez-vous profitez de votre pause ? Je l’espère car je vais vous annoncer la première semaine de décembre sur ici et elle portera notre beau drapeau pourquoi ? Car pour ceux qui suive le blog via facebook, savent que j’ai reçu le magnifique ouvrage de Xavier Fournier portant sur les super-héros français et vous avez aussi vu que le mois dernier, j’avais pu recevoir 3tomes de « The French Crow », mais aussi 3tomes de « Le Garde Républicain » et ce mois-ci, c’est au tour de « Le Patrouilleur » de passer entre mes mains. De plus pour commencer cette semaine comme il se doit avec Thierry Stillborn, nous avons décidé de vous offrir, un joli cadeau de Noel ! Alors prenez votre rendez-vous le dimanche soir à 20h30 (environ), nous lançons les hostilités !

Pour info, voici comment va se dérouler la semaine :

  • Lundi : Le Comics Français
  • Mardi : Review sur les 2 premiers numéros « Le Patrouilleur »
  • Mercredi : Review sur les 3 premiers numéros du « Garde Républicain »
  • Jeudi : Review sur « The French Crow »
  • Vendredi: Interview de « Elsa et Pierrick » (ou autre peut être)

Etant donné que je suis en train de lire l’ouvrage de Xavier Fournier, je pense proposé peut être pas tous les jours, je ne sais pas trop encore, des articles sur facebook portant sur un chapitre de l’ouvrage ! 

Sur ce et après un bon gros pavé jeté dans la marre, je vous laisse et vous dit à bientôt et surtout à Lundi! See Ya Comics Ovorien!

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
COTV (Comics Ovore TV) (Cinéma)

J’avais déjà présenté l’épisode pilote en Juillet donc, je ne reviendrais pas dessus et vous renvois directement dessus pour avoir une belle intro, avec présentation de la série et j’en passe. Dans un deuxième temps en Aout, j’avais parlé du Comics « The Strain » de David Lapham et Mike Huddleston qui ne prenait pas tout toutes ces petites choses qui font que la série s’allonge tranquillement mais surement, dans le comics tout allait beaucoup plus vite, prenant certainement d’énorme raccourcis par rapport au roman d’Origine de Del Toro et Hogan (non pas Hulk). Pour être franc je ne sais toujours pas ce que donne le format d’origine de « The Strain », mais si je comparais le comics de la série, il est vrai que la série prend son temps pour installer une ambiance proche d’une série de survie à contrario de son format papier qui avance sans concession pour rendre le récit dynamique.

13 épisodes, c’est la longueur de « The Strain », ce qui en fait une série assez courte au final et qui pourtant durant ces 13 épisodes arrive à trainer quand même, c’est clair que malgré beaucoup de choses que je lui concède c’est parfois bien trop mou pour ce que c’est !

En quelques lignes

Vous avez donc du coup rien lu de l’intro vous, ah ces lecteurs. Allé voir du côté de l’épisode pilot si j’y suis !!!

Au bout de la lignée ?

Et bien toujours pas, je me répète (ça devient dur avec le temps), mais n’ayant lu le roman je ne sais trop comment cela est découpé mais ce qui est sûr: c'est que la série par rapport aux comics s’amuse à tiré sur la ficelle et tente de prendre quelques chemins différent pourtant, on retrouve toujours la ligne directrice de cette première partie qu’est la lignée. Je trouve cela dommage en soit car sincèrement j’ai l’impression de plus en plus sur les séries actuelle qu’il est normal de faire trainer une intrigue pour …, pour rien et même cela peut ennuyer, certains épisode de The Strain m’ont complètement fait chier, mais ayant lu le comics, j’avais toujours envie d’avancer pour voir les différences et comment cela allait se dérouler sur ce support !

On prend le temps de développer des perso ou scènes ne servent pas forcement à grand-chose et qui pourtant dans le déroulement de « la série » ceux ci veulent apporter leurs petits trucs, alors oui, on prend à certains moments trop de cordes et on tire un peu dessus, mais il faut avouer que cela est construit de façon à ce qu’au final je suis retourné lire mes 2 comics pour savoir si j’avais lu ça ou ça, car dans la série, cela me paraissait logique et normal.

J’avoue ne regarder plus beaucoup de séries car les formats et la tendance citée au-dessus à faire trainer les choses me gonflent, donc j’avoue que cela fait un bail que je n’avais pas suivi une série de A à Z et puis j’oublie d’ajouter à cela des cliffhangers de fin d’épisode souvent pourri quoi, non mais soyons franc 2min, la plus part du temps ça ne donne pas envie, et bien là… (On tient le suspense) …, c’est pareil sauf 2/3 épisodes qui: il faut l’avouer donne grandement envie. Et c’est grâce à eux que j’ai voulu continuer en me demandant quand j’allais en voir plus et comment, ceux qui l’on suivit savent de quoi je parle.

Une éclipse ?

L’éclipse devrait être normalement au centre du monde (ah non pardon, c’est à cause de Maïlys de Techartgeek ça !), je recommence.
L’éclipse devrait être normalement au centre de la série et de l’intrigue principale puisque l’on connait son importance (vu dans le comics), mais ici seulement les coupures d’épisodes y feront allusion, on en parle très peu et elle se fait vite oublié, alors que déjà ici, elle devrait être présente pour appuyer certains aspect du côté obscur de la force (et pffff…, là encore c’est de la faute de Maïlys, ah non en fait pas du tout, la pauvre).

Dans une éclipse il y autant d’avantages que d’inconvénients, puisque que si certaines zones reste dans l’ombre, d’autres se retrouvent mise en avant. Si j’ai émis les inconvénients ci-dessus très rapidement, on note un avantage que j’ai vraiment apprécié dans cette première saison avec le fait d’en découvrir plus sur la vie de Setrakian : son passé, sa jeunesse, sa rencontre avec Eichrost (inexistant dans la première partie du Comics), sa vie plus tard, et de ce fait explique ici bien mieux sa « relation » avec le Maître que l’on ne connait ni d’Adam, ni d’Eve dans le comics.

The Strain Saison 1

On est dans un série à mon sens plutôt standard mais bien maitrisé cependant, et qui sait quoi faire au moment venu pour avancer pourtant ça n’avance pas assez à mon sens pourtant, je l’ai regardé complètement et j’avoue vouloir continuer sur la saison 2. A l’heure actuelle ou plus beaucoup d’entre elles ne me plaisent, c’est un gage de qualité et puis il faut avouer que l’abondance cinématographique de série issus de Comics commence à faire .

L’avantage de « The Strain », c’est de prendre le mythe du vampire et de le rendre tellement plus plausible de tout ce que le vampire pourrait être au final. Guillermo Del Toro sais encore mener sa barre même si il ne signe pas tous les épisodes ! A découvrir pour les afficionados de ce Monsieur.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Une bonne tranche de Comics (Humour)

.... Johnny Storm prendre du plaisir!

      

...Un Bat-Dog

...Un Bat-Cat

... La Batmobile de Tiger Wood (Secret Indentity Spotted)

... Un Drague Vader

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
$ Plaisirs Comics $ (BD-Manga-Comics)

Octobre

Octobre était mouvementé pour le blog, entre les dédicaces, les festivals et j’en passe…, mais on va commencer par ce que je me suis procuré au Festival de la BD de Chambery début octobre, si certaine années sont bien, celle-ci beaucoup moins car ceux qui me connaissent savent que je n’attends pas le dernier moments pour prendre mes BD en fonctions des auteurs, non, non, je prends ce qui m’intéresse et on voit le reste par la suite, bon je suis pas tout à fait honnête car je l’ai fait une fois cette année. La librairie qui m’a invité au Festival connait mon sacré gros attrait (j’ai dis « attrait » et pas autre chose) pour Batman et je voulais abosulment un Bat-Plane, elle m’a mit en relation avec un dessinateur (Dams derrière Section Trident) du festival pour cela et j’ai donc acheté la BD pour laquelle il était là. Résultat, j’ai eu mon Bat-Plane sur le premier tome de Section Trident, j’en suis fier !!!

Le deuxième achat du festival, c’est la suite de l’excellent Blind Dog Rhapsody, alors certes je l’ai acheté sur le festival pour une dédicace, mais je croyais qu’il sortait plus tard et j’avais de ce fait emmené mon tome 1, ce fut une excellente rentre avec Harik Hanna et Redec pour ce festival, et d’ici le mois prochain je vous présenterais la suite de Blind Dog Rhapsody. J’en ai fini avec le festival de la BD de Chambery et pour en voir plus je vous renvoie vers l’article dédié ou bien vers l’album photos de celui-ci.

On continue le tour d’horizon avec le très bon Venus F de Chris Malgrain don je vous ai parlé début de semaine dernière pour lequel j’ai organisé avec Orginal Watts un concours durant Octobre et avec un peu de retard, je vous donne les résultats ce soir sur Facebook. Je vous le dit ici, mais j’en reparlerais dans l’actu semaine prochaine, un autre concours arrivera début décembre. Encore une fois si Venus F vous intrigue, je vous laisse voir ma review et si cela vous donne vraiment envie, vous n’avez plus qu’à aller faire un tour du côté du site d’Original Watts.

(Désolé pour la qualité de l'image)

Je reste encore dans le côté Frenchie pour 2 arrivages avec les 3 premiers numéro du Garde Républicain de Thierry Stillborn (Thierry Mornet = Responsable editoriel chez Delcourt Comics) et dessiné par une pléiade de dessinateurs français, en passant par Elsa Charretier, Laurent Lefeuvre (découvert via Fox-Boy), Christophe Henin, bientôt Danny Rodhes, …., encore une fois (c’est pas original), mais je vous en dirai plus le mois prochain, je dis juste que les histoires parfois très bonne, parfois moins, mais c’est un véritable plaisir de découvrir ce « Captain America » à la française. 

La suite chez les Frenchie, c’est la découverte « enfin » de « The French Crow » qui m’ont souvent donné envie, mais je n’avais jamais passé le cap faute d’avoir été déçu par mes dernières lectures sur ce perso, et puis, j’ai céder ! Résultat, pour l’instant que j’ai lu qu’un seul tome mais la vision des choses de Christophe Henin est juste terrible sur les tome 3 ! Je tenais à souligner, cette chose chose sur la fin, jamais vu ailleurs et qui pourtant est vraiment une excellente idée, et à voir en dédicace, mais je trouve cela hyper classe, merci aux Editions Reflexions pour cela (image de droite)!

Et cette fois ci, on sort de notre hexagone pour aller voir l’oncle Sam avec du Deadpool Origines (qui ne sont réellement des origines d’ailleurs), mais que l’on a apprécié ici pour le côté très 90’s, j’ai réussi à me procurer enfin les « Mariages Marvel » et « Superman : Lex Luthor » que l’on peut comparer à « Joker » (côté Batman), Azzarello et Bermejo livre leur vision des choses sur ces grand vilain du DC Universe et quelle vision ! Après rien d’extra les réceptions des derniers de la collection Hachette avec Secret War et Spider-Man Blue.

                                                                   

On finira en beauté avec 2 magazines français qui envois vraiment pour ce mois d’Octobre (oui c’est la réception d’Octobre ici), je parle de ComicBox 91 et le SciFi Now 11, rempli d’article digne de petite pépite, clairement SciFi Now, je ne pense pas que je continuerais, sauf si certains contenu m’intéresse mais Comic Box est vraiment super agréable à lire et moi qui est vraiment découvert le magazine depuis sa nouvelle maquette, j’avoue me demander pourquoi, je ne l’ai pas fait plutôt ! Et puis, on apparait dans le courrier des lecteurs ;) !

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Ma Review, pas la tienne! (BD-Manga-Comics)

Venus F, c’est l’incroyable destin d’un français qui …, non, non rien à voir. C’est plus Alexa là, c’est le « dernier » petit bébé de Chris Malgrain, enfin dernier, car  au moment où j’écris ça l’est, ou moment où l’article est publié, The Formidables est sorti et vous attends chez vos tendres et chers libraires. Venus F c’est une exclu Original Watts, le petit éditeur qui assure depuis ses débuts et nous livre des ouvrages de qualités avec l’intégrale de « l’Archer Blanc » par exemple de Mitton et Corteggiani ou encore « Spécial Origines Sup’Héros » et j‘oublies les autres c’est pour cela que je vous envois directement vers leur site pour en découvrir plus.

Maintenant que j’ai bien parlé de l’éditeur car tout simplement il mérite pour son travail d’être sous les projecteurs, on parle souvent des auteurs derrière une BD ou un Comics mais de l’éditeur rarement, enfin si quand ça va pas, et quand ça va ? Comme très souvent bas rien ! Et bien je souligne et insiste sur la qualité de cet ouvrage et de l’ensemble de ce qu’ils font, bon allé j’arrête cette fois ci et me penche de l’autre côté de la balance.

Chris Malgrain qui c’est ? Pour ceux qui ne le connaisse pas et je sais qu’il y en a ! Ce jeune sartois à commencer sur le fanzine Scarce, puis a travail pour Semic (la belle époque), pour finir sur les Apatrides dans Pïf Gadget jusqu’à ce que le magazine Pif s’arrête. Mais Chris est un amoureux des comics et a un rêve depuis l’enfance, rencontré Stan Lee (si vous voulez plus de précision sur cette partie, merci de vous referez à Stan Lee’s Alexa publié chez Organic Comix), ce rêve réalisé, le dernier grand pas de Chris fut la création du label Oniric Comics afin d’éditer ses propres Comics comme il le souhaite et c’est ainsi que certains d’entre vous tienne sont dernier bébé : « The Formidables », Oniric Comics c’est l’amour de Chris pour ces Comics des années 60.

Avant de partir dans l’espace ce qu’il faut savoir sur Venus F:

Scénario : Chis Malgrain

Dessins : Chirs Malgrain

Editeur : Editions Original Watts

Sortie : 2014

Venus F : Cinq histoires surprenantes, 100% Science Fiction, dessinées avec élégance et précision. Des esquisses, des crayonnés, des planches encrées, des inédits et d'autres surprises vous attendent à l'ouverture de cet album exceptionnel.

 [Sur le site de l'éditeur]

100% Science-Fiction

C’est ce qu’a voulu nous montrer Chris avec cette parution 5 mini histoires qui portent en elle le terme Science-Fiction, Il est vrai qu’actuellement, les comics de SF sont plutôt rare à l’instar de ceux d’horreur, au final, c’est un peu comme la mode, ça s’en va et ça revient et Chris Malgrain revient en force avec ce Venus F.

La lecture de ces 5 mini histoires sont agréable en général car sincèrement certaine ont été à mon sens génial, d’autre moins et c’est pour cela peut être que le format court est agréable car ce qui ne plait pas, ne dure pas forcement longtemps. Le premier point que je noterais pour l’ensemble c’est d’avoir des récits qui vous transportent et déjà ça, c’est quelque chose d’extra car on a souvent à faire a du Silent Comics sur Venus F et on dit toujours qu’il vaut mieux un court silence qu’un long discours et Chris nous le prouve haut la main ici.

Et si il fallait regarder le côté SF plus en profondeur (sans arrière-pensée) je dirais que le fait que ce soit un Silent Comics le rapproche des récits proche du Space Opera et il faut avouer que ça fait parfois du bien de revoir de la bonne SF dans un média qui n’en a plus trop l’habitude, oui à par Star Wars, Saga (qui déchire) et quelque indé, le genre se perd.

100% X-Fiction

Venus F, ce n’ai pas qu’un comics rempli de Science-Fiction en noir et blanc, il y a aussi de l’érotisme ! Euh…C’est plus que ça avec certaines scènes comme dirais-je, très sexualisée ! Si sur la première histoire de ce genre dans Venus F, c’est presque choquant au premier abord, le reste le sera moins car les histoires seront plus profondes, ce qui est marrant dans Venus F au final, c’est que j’y trouve presque la SF cru et jouissive d’un Metal Hurlant.

Ce n’est pas indiqué par l’éditeur et pourtant on pourrait y mettre clairement un macaron « déconseillé au moins de 18 » sur la premier page.

Sincèrement malgré le fait que j’ai trouvé l’ensemble du Comics très bon, particulièrement l’histoire de « La Course » et « A Vos Souhait », je dois avouer que celle portant essentiellement sur le XXX, n’apporte pas grand-chose à contrario de sa suivante qui appuieras bien plus sur le récit et apportera de ce fait un plus, c’est-à-dire qu’en la lisant on se dira que ce n’est pas qu’une histoire X sans rien derrière.

100% Comics

Voilà le côté dirons-nous à tendance pornographique ne m’a pas plus, mais cela impacte réellement une histoire, on retrouve dans 2 autres mais beaucoup moins et cela m’a moins choqué que la première. Venus F est clairement à mon sens un petit bijou de la SF Française n’apportant pas forcement du plus par rapport à ce que l’on connait mais qu’est-ce que l’on prend du plaisir à lire ce Comics et même, je dis bien même le relire, l’épisode « Le déplacé ? » est clairement mon préféré avec « Venus F » car ils apportent une certaine dimension à la SF.

J’oublies les 2 histoires X puisque ce que j’en parles dans la paragraphe du dessus, il me reste donc une histoire que je n’ai abordé nulle part et qui pourtant sera celle qui vous permettra de vous lancer dans Venus F, c’est : « Le Marais des Ombres » à mi-chemin entre SF / Horreur (genre EC Comics) et Romance, qui permettra au lecteur de s’imprégner tranquillement de l’ambiance générale de ce Comics.

Au final, il y a du bon, du moins bon et de l’excellent, dans un ouvrage qui ravira surement les amoureux de beaux ouvrages avec une galerie de crayonnés sur la fin qui appuiera sur le fait que Original Watts pour un jeune éditeur qui sait comment et ou faire plaisir aux lecteurs.

Ps : Je parle avec la version standard du comics, je n’ai pu mettre la main sur les autres et leur contenu ! (Mais tout est disponible sur le site)

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Pulse your Comics

L’organisation Zef’Hir c’est : l’incroyable création de d’Olivier Mignen BDphile et chercheur (mais il nous expliquera tout ça après), soutenir une la lutte contre une maladie via le plaisir. Je pense sincèrement (cela pourra choquer), mais que les gens sont beaucoup plus prêt à donner de le temps et leur argent si ils y gagnent, surtout dans le contexte dans lequel nous sommes, alors allier sa passion et une cause des plus louable comme la lutte contre la mucoviscidose, quel choix !

L’an passé à très bien marché et j’espère que cette année marchera autant, et même quelle marchera mieux car si vous aimez lire de la BD, peu importe le genre ou le format, vous n’avez pas le droit de passer à côté de cela ! J’aimerais moi-même donné au Téléthon, et j’en passe pour aider les malades, mais je ne peux pas toujours (voir certaines années pas du tout), et participer via ce biais m’évite parfois de ne pas savoir ou donner, ou aller tout simplement !

 Ceci étant dit, je reviens pour vous parler un  peu de la maladie soutenu par Zef’Hir, savez-  vous ce qu’est la Mucoviscidose ? C’est une maladie génétique chez l’enfant, c’est un problème de chromosome qui provoque des anomalies au niveau des poumons et du pancréas à cause d’un problème d’hydratation des sécrétions de l’organisme. Même si les choses évoluent est que l’espérance de vie de ces malades a été améliorée en 50ans environ (l'espérance de vie à la naissance est passée de 7 ans en 1965 à 47 ans en 2005), le combat n’en finit pas et il faut savoir aider ceux qui en ont besoin !

Pour ceux qui n’auraient pas pris encore conscience de ce qu’est cette maladie voici ce que l’enfant atteint de Mucoviscidose supporte :

  • Tousse, et a parfois besoin de cracher. Mais il n’est jamais contagieux, sauf pour un autre patient atteint de mucoviscidose.
  • Est contraint de prendre des médicaments avant le repas.
  • Est contraint de boire, notamment pendant les périodes de grosse chaleur.
  • Est susceptible d’absences pour des consultations au centre de soins, ou des hospitalisations pour bilan ou traitement.
  • En contexte d’insuffisance respiratoire : l’enfant est de plus en plus fatigable, nécessite l’administration d’oxygène en ambulatoire.

Je clos la partie médicale de l’article ici présent pour revenir sur Zef’Hir, cela se passe le 29/11 à Brest à l’Océanopolis de 10H à 17H et je compte sur vous tous pour partager cette article et que Zef’Hir devienne un rendez-vous chaque année. Je vous laisse en compagnie du créateur de l’organisation pour une petite interview :

Bonjour,

Le projet Zef’hir permettant via la BD de soutenir la mucoviscidose commence à faire son bonhomme de chemin et tant mieux pour cette maladie. Cependant serait-il possible que vous vous présentiez et bien évidement l’organisation Zef’hir ?

Je suis un chercheur BDphile Breton. L’organisation ZEF’HIR c’est une somme de bénévole impliquée à plus ou moins grande échelle qui souhaite faire avancer les choses tout en s’amusant. Zef’hir c’est une organisation sans contrainte ni cadre qui permet à chacun d’y apporter ce dont il a envie. ZEf’HIR c’est se faire rencontrer des associations pour partager ensemble l’envie de faire une belle action dans la joie et la bonne humeur. ZEF’HIR c’est mélanger culture, sociétés et générosité au profit de la recherche.

 

Comment vous est venu l’idée d’allié votre passion qu’est la BD avec votre métier ?

L’idée de ce projet est née il y a plus de deux ans. Dans la nuit…et au matin je me suis dit pourquoi pas ? Pourquoi ne pas réunir ces deux passions la BD et la recherche. Beaucoup d’évènements réalisés pour soutenir la recherche sont focalisés sur le sport et très peu sont focalisés sur la culture. Et lorsqu’ils sont centrés sur la culture cela reste intimiste et ouverts a peu de gens. Je me suis dit que solliciter le monde de la BD que je connais un peu pouvait être l’occasion de mettre en avant la BD et la proposer sous un autre angle que celles des festivals à un large public. Mélanger solidarité et culture…et proposer à un large public une autre vision de la BD sous forme d’une expo vente. Le but ultime est bien entendu de lever des fonds, mais autant le faire au travers un univers qui m’est familier et en faire un projet  de diffusion de la culture ou différentes associations se retrouvent.

Je pensais au début ne réunir qu’une 20aine d’auteurs, et plus de 150 ont répondu la 1ere année…la réalité a dépassé mes espérances et mes pronostics…tout comme la somme levée la 1ere année.

Vous avez créé pour l’occasion un héros associé au Garde Républicain de Thierry Stillborn et à Fox-Boy de Laurent Lefeuvre, pourquoi créer un super-héros pour cette occasion ?

Je suis parti d’une conviction : les patients, leurs familles, le personnel soignant...tous sont des supers héros du quotidien. Et chacun de nous, peut endosser l’étoffe d’un super héros à sa façon en réalisant de petites actions au quotidien qui font avancer les choses…Alors tout ca c’est ZEFMAN qui incarne cette conviction. Et puis pour les enfants et les plus grands, le monde des super héros est un univers d’évasion ou il fait bon s’échapper.

J’en reviens au projet Zef’Hir, pouvez-vous nous expliquer comme cela va-t-il s’organiser le 29/11 ?

Le 29 Nov., l’expo-vente des objets à prix fixe a Oceanopolis ouvre à 10H. Plus de 350 ½uvres seront vendues a prix fixe. 100 autres ½uvres seront vendues aux enchères à 11H30 sous la houlette d’un commissaire priseur. Les personnes ne pouvant être présentes peuvent participer à la vente aux enchères en s’inscrivant avant selon les recommandations précisées sur le site Zef’hir. Différents auteurs (La Team Garde, Patrice Pellerin, Patrick Prugne) seront présents pour des rencontres avec le public et passer du temps avec les enfants à dessiner. Des ateliers (dessin, maquillage, contes, graphes…) seront proposés aux plus petits et aux plus grands.

Je sais par exemple, qu’il y aura sur place un numéro spécial du Garde Républicain vendu pour la Mucoviscidose, les visiteurs doivent-ils s’attendre à d’autres belles surprises de ce genre ?

Une expo autour du comics réalisé pour le projet, un numéro spécial du Garde républicain, se déroulant à Océnapolis lors de la vente, sera présentée et les auteurs présents dédicaceront le comics qui sera mis en vente.

Je souhaite de tout coeur pour vous et les malades que cela marche, et vous souhaites beaucoup de réussite pour cette journée ! Merci à vous !

Ps : Vous avez besoin d’en savoir plus sur les auteurs de Zef’Hir ? Alors cliquez ici (et puis si vous êtes maladroit   ou )

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Ma Review, pas la tienne! (BD-Manga-Comics)

D’entrée de jeu, je préfère être clair, le titre est pas mensongé mais pas loin puisque dans ce Best Of, on ne relate pas vraiment les origines du perso mais plutôt ses débuts solo, c’est pour cela qu’il faut faire attention au titre si vous ne l’avez déjà acheté. Je ferme dès à présent cette parenthèse. Deadpool c’est une histoire d’amour de longue date, cependant j’avoue clairement ne plus adhèrer à ce qu’il se fait actuellement ou ce perso est devenu avant tout un fanfaron qui tue à contrario de ses débuts ou l’on avait clairement un mercenaire s’amusant et déluré, si la nuance peut paraitre faible pour certains, en lisant ce volume vous verrez immédiatement de quoi il en ressort et que cette différence n’est pas des moindres au final !

Et puis à l’instar de perso comme les Gardiens avec Groot ou Rocket Racoon, Deadpool est le perso à la mode du moment de la Maison des Idées, tout le monde aime Deadpool, tout le monde lit du Deadpool, le connait pour ses blagues potaches et j’en passe, et si malgré mon amour pour ce perso, vous voyez rarement de review sur lui ici, c’est que je ne sais vraiment pas quoi écrire sur ces dernières parutions, si il y a de la demande, je pourrais certainement écrire sur Suicide Kings (car je crois que c’est un des derniers sur lequel j’ai vraiment accroché à fond).

Cette intro fait surement vieux grincheux qui n’aime pas que l’on touche de près ou de loin a ses héros et pourtant il n’en est rien, j’aime le changement à ce niveau, j’ai adoré le fait que Carol Danvers devienne Captain Marvel, que Ms Marvel devienne une jeune fille musulmane (en Février chez Panini), que Peter Parker meurt et qu’Octopus prenne la suite, …, je ne vais pas en énuméré plus, vous avez compris, je trouve juste cela dommage de passé outre de bon récit pour en faire un clown ! Coup de Gueule passé, je vous présente le comics et après rendez-vous pour en savoir plus sur Deadpool Origines.

Ce qu’il faut savoir avant de sortir ses flingues et son katana :

Scénario : Fabian Nicieza / Mark Waid

Dessins : Joe Madureira / Ian Churchill

Editeur : Panini Comics

Collection : Best of Marvel

Sortie: 2014


Deadpool Origines: Au sommaire, deux mini-séries complètes où le mercenaire se lance dans une quête de romance, d'argent et de destruction ! Il est également la cible d'un ennemi qu'il pensait avoir tué des années auparavant.

 [Amazon] ou [Dans vos Librairies]

Je suis pas ton Psy !!!

Comme je disais, ces deux mini-séries sont  vraiment le postulat de départ de Deadpool dans ses aventures solo et à l’époque les doubles personnalités, voir triple, voir plus (plus on est de fou, plus on rigole), n’existait pas (enfin très peu), on avait juste un mercenaire hyper borderline s’amusant avec ses adversaires et de ce fait, le Psy ? Il n’y en a pas besoin ! C’est vrai que ceux ayant connu le perso dernièrement pourrait être rebuté par ce côté vindicatif que montre le perso et pas le bouffon du roi que l’on connait actuellement, pourtant ces 2mini-séries, sont percutantes.

Les années 90 !

Il y a aussi cela qui peu déranger, en plus d’un perso n’ayant rien à voir avec le présent. On est typiquement dans tout ce qui réussit dans les années 90 selon moi, et même si j’aime cette époque en lecture de Comics, j’avoue que j’en lis souvent par pur nostalgie, car il faut l’admettre les scénarii de l’époque n’était pas là pour vendre du rêve aux lecteurs mais simplement là pour faire de tape à l’oeil et  non pas pour narrer une belle histoire. Je globalise, soyons franc ! Car cette époque a été pourtant le théâtre de séries aujourd’hui mythique à mon sens, comme Sandman, Transmetropolitan, …, pourtant on retient souvent cette époque pour ses dessins incroyables avec Jim Lee, Todd McFarlane, Silvestri, J Scott Campbell, Joe Madureira, et …, non non pas «  … », j’ai vu passé le nom de Madureira et bah tiens, on va s’intéresser un peu plus près à lui puisqu’il dessine la première histoire de ce Best Of qui a été acheté en plus de ma nostalgie et … dont on se fou complètement pour voir les premiers pas de Madureira, et qu’est-ce que c’est bon ! Putain merde alors, j’en perds mon vocabulaire, je crois que le terme : «  Ca poutre !!! » prend tout son sens, le récit est pas des plus génial, il se tient mais sans plus par contre qu’est-ce que c’est beau (en zappant la colorisation flash), c’est dynamique, violent, … ça pue la testostérone putain et parfois le soir, qu’est-ce que ça fait du bien ce genre de Comics ou tu poses le crâne, tu en prends plein la gueule et tu kiff tout simplement !

Pour le deuxième récit, c’est idem, pas de prise de tête juste de la baston, de la baston, de la baston ah si y a des pointes de romance à droite, à gauche, afin de donner autre chose aux lecteurs, qu’est-ce que ça apporte ? Pas grand-chose et ce n’est pas forcement ce que l’on attend de ce genre de récit enfin selon moi, après ça évite aussi quelque part la monotonie du récit. Si il y a eu par certains, débat sur le chapitrage, ici il est présent pourtant sincèrement avec ou sans, je ne vois pas la différence (sauf séparation des 2 mini-séries), on est tellement pris dans l’histoire que j’ai complètement passé outre cela ! Et pour en revenir à ce deuxième récit, c’est la suite plus ou moins de premier, ça se suit plutôt et par contre à l’instar de son prédécesseur, on lit ça en posant le cerveau !

Pooooool !

Manu MIlitary, Deadpool fusille à tout va, ne perd pas de temps en basse besogne et va à l’essentiel, et c’est bizarrement dans ce genre de récits que je trouve le perso terriblement efficace et tellement plus jouissif qu’actuellement ! Résultat après cette re-lecture, je me suis dit comme un peu un vieux con : «  qu’est-ce que c’était bien les années 90 ! », un élan de nostalgie en lisant ce Deadpool que je conseille vivement !

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
COTV (Comics Ovore TV) (Cinéma)

 

Les films Sin City divisent souvent, il y a d’un côté ceux qui vous diront que c’est génial, que le parti pris graphique est splendide (normal Miller a quand même bien participé), que la narration est exempte de qualités et j’en passe. Et puis il y a l’autre côté qui sont plus modérés, qui n’ont pas forcement apprécié à cause par exemple une narration décousue, … et c’est en cela que l’on aime ou pas Sin City, pour ma part, j’ai adoré le premier qui pour moi est une retranscription quasi parfaite du Comics d’origine, et oui je parle bien de retranscription et non d’adaptation ici. Quand je parle de retranscription quasi parfaite, c’est parce que si vous avez déjà lu Sin City (si ce n’est pas le cas je vous invite à voir ma chronique pas fini d’ailleurs pour faute d’avoir perdu le reste de mes écrits), vous savez de quoi je parle, pour les autres, je vous invite à lire cette série ressortie il y a peu chez Rackam Editions car ce qui est sûr c’est que l’on peut certainement ranger Sin City au Panthéon des Comics et d’ailleurs que vous aimiez ou pas Miller, on ne parle pas forcement de l’artiste là, mais bel et bien de l’ensemble de l’oeuvre qu’est Sin City !

Je suis désolé pour le mode pub, mais j’adore ce que Miller a écrit et dessiné sur cette série et mes doigts ont bougés tout seul sur le clavier et il est vrai que quand on aime quelque chose, ceux qui écrivent savent de quoi je parle, ces petits boudins qui finissent nos mains s’emballent, mais je vais les calmer afin qu’ils suivent la ligne qu’est le second film issus des Comics Sin City.

Je vous laisse avec quelques lignes et je reviens vers vous pour en dire plus !!!

En quelques ruelles

Dans une ville où la justice est impuissante, les plus désespérés réclament vengeance, et les criminels les plus impitoyables sont poursuivis par des milices.

Marv se demande comment il a fait pour échouer au milieu d'un tas de cadavres. Johnny, jeune joueur sûr de lui, débarque à Sin City et ose affronter la plus redoutable crapule de la ville, le sénateur Roark. Dwight McCarthy vit son ultime face-à-face avec Ava Lord, la femme de ses rêves, mais aussi de ses cauchemars. De son côté, Nancy Callahan est dévastée par le suicide de John Hartigan qui, par son geste, a cherché à la protéger. Enragée et brisée par le chagrin, elle n'aspire plus qu'à assouvir sa soif de vengeance. Elle pourra compter sur Marv…

Tous vont se retrouver au célèbre Kadie's Club Pecos de Sin City… (Allocine)

La ville du Vice et du Pêcher !

Je tiens à souligner dans un premier temps que l’on oublie vraiment les déboires passés sur ce film, lesquels ? La mort de par exemple de Britanny Murphy qui jouait le rôle de Shellie (pute et femme de coeur de Dwight), en parlant de Dwight, exit le Clive Owen et puis il y  a eu aussi la mort de Michael Clarke Duncan qui jouait Manute (que vous avez connu notamment pour son rôle de John Coffey dans la Ligne Verte ou  encore Le Caïd dans Daredvil sans oublié Attar dans la Planète des Singes de Burton). Deux morts pour un seul film et surtout deux acteurs hors du commun, qui nous manqueront, c’est sûr ! Pour Clive Owen sa disparition de Sin City (il n’est pas mort lui hein !), ne m’atteint guère car, ce n’est pas un acteur que j’apprécie particulièrement même si j’ai aimé les films dans lequel il jouait. Et sans compter les quasiment 10 ans que les fans ont attendu pour avoir cette suite, mais quelle suite !

Le fan que je suis a été comblé par le retour sur le devant de la scène de Miller et Rodriguez avec une promo sans comparaisons. Pour un film haut en noir et blanc qui sait ou mettre l’accent pour ce qu’avait écrit Miller à l’origine soit au mieux retranscrit et contrairement à Ninja Turtles ou je parlais simplement d’adaptation, ici, il est clairement question de retranscription et non plus d’adaptation, Miller associé à Rodriguez souhaite le meilleur pour Sin City et comment faire au mieux, c’est de retranscrire le Comics tel quel. Quitte à se mettre à dos beaucoup de cinéphiles tellement ce film est fait d’une manière décousu, mais pourtant cela marche comme une bonne série ou l’on revient régulièrement sur les différents protagonistes.

Moi, je fais dans le Sonore et le Dégueulasse ! C’est mon style !

Etant donné que l’on suit une seule histoire, oui celle annexe n’apporte pas grand-chose au point qu’à la fin, on se dit: "ah bah ouais j’avais oublié ça !" On fera quand même dans le sonore et dégueulasse mais rien à voir avec le premier film, s’inspirant directement du tome 2 (en grande parties) de la saga éponyme, ce film est moins violent mais peut être plus visuel, on sent par moment que l’utilisation de la 3D apporterais beaucoup à l’ambiance à retranscrire. Je trouve que le fait de n’avoir pas pris plusieurs histoires ici, fait que l’on a tendance à plus s’attacher aux perso ! Si le premier avait été une réussite en bien des choses, celui-ci se veut mieux aboutit narrant une histoire à mon sens plus profonde (sauf celle d’Hartigan) et ce côté moins décousu permet clairement au premier abord de ne pas être perdu !

Le bémol que je mettrais dans ce film, c’est le fait de ne clairement pas comprendre le désir de Miller et Rodriguez de vouloir faire ce deuxième film, un film narrant principalement le pré quelle d’un perso sachant que l’acteur n’est plus le même. Pourtant comme je le disais ultérieurement on se laisse vite balader dans cette ville ou : « L’enfer c’est de se lever tous les matins et te demander pourquoi t’es là !».

Si vous avez apprécié le premier film ou bien même lu les Comics sans jamais avoir vu les films Sin City, ils sont fait pour vous, après pour les autres, je n’en suis pas si sûr puisque Rodriguez à son style de film qui ne plait clairement pas à tout le monde et c’est un peu pareil pour Miller et ses Comics, on est souvent Borderline !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Tales from the Comics (BD-Manga-Comics)

En ce moment, on vous en fait des dossiers, et je ne sais pas si la cadence va rester celle-ci, mais bon, vous êtes de plus en plus à suivre le blog et il me semble donc logique de proposer plus de contenu. Depuis cet été (surtout) le blog a vraiment monté en prestance (comme Lara Croft au fur et à mesure des années, si vous voyez ce que je veux dire), les premiers dossier ont été ceux de Silverbob sur « Des Comics en Musique (masqués) et (démasqués) », puis, je vous ai proposé pour Octobre, un article nommé : « Des Comics sous forme de Manga » qui a bien marché et surtout qui a rcu le soutiens de Xavier Fournier, et je le remercie énormément, car suite à mon envois, voici ce qu’il m’a répondu : «C'est un bon article. Si on me l'avait proposé pour CB, avec quelques retouches mineures sur la forme, c'est le genre de trucs que j'aurais pu opter de publier ». Et rien que ça pour un simple bloggeur comme moi, ça pousse dans le bon sens.

Ceci étant dit et souligné, je vais commencer enfin mon dossier, et comme on est le 31 Octobre, quoi de mieux que de vous parler d’horreur en Comics ? Alors, c’est parti !

Tout commence dans les années 50 selon moi avec EC Comics en publiant ce qui pour beaucoup deviendra un mythe dans le genre (grâce pour beaucoup, dont moi, à la série TV), je parle de Tales from the Crypt qui a été en son époque un véritable succès avec pas moins de 2 millions d’exemplaire vendus par mois, aujourd’hui on peut retrouver ses parutions chez Akileos dans formats prestigieux. Cependant il faut avouer que Tales from the Crypt est destiné aujourd’hui à un publique de niche pur et dur et qu’il y a des récits plus contemporain afin de vous faire peur et je vais essayer de vous parler de tout cela dans les lignes suivantes.

Avant le contemporain il y a eu le reste et peu de temps après les parutions d’EC Comics, il y a eu la fondation de Warren Publishing qui a été un maitre selon moi dans la publication de Comics Horrifique avec un maître du genre qu’est Richard Corben (Wikipédia) avec ses nombreuses participations aux magazines US Creepy ou encore Eerie, ce qui sauva ses deux magazines pendant leur temps de parution fut avant de ne pas être soumis au Comics Code Authority et cela James Warrens (fondateurs de Warren Publishing) avait bel et bien comprit comment ne pas y être soumis : Du noir & blanc, un format différent, un nombre de pages différent aussi et … qui le sauva de cela, car il est clair qu’à cette époque ou la censure était Reine, que ce soit Creepy ou Eerie, rien n’aurait pu sortir. On notera que les éditions Délirium ont publiées chez Eerie et aussi Creepy.

Avant de passer sur le contemporain, je rajouterais que si vous aimez ce genre et j’espère que vous l’aimez car il est la fondation de ce qu’est le comics d’horreur aujourd’hui, il y a un éditeur en France nommé Rune Edition publiant des Comics du Golden Age avec par exemple Frayeur, on est donc en pleine période proposé juste au-dessus avec 18 courtes histoires digne des Contes de la Crypte, croyez-moi, pour les fans de beaux recueils, ça vaut le coup !

De l'horreur? Mais comment?

C’est vrai que le mot « horreur » est vague, je dirais même très vague et c’est pour cela que pour les Comics qui vont suivre, on va travailler à l’instar des parutions du dessus afin d’essayé de toucher et décortiquer le terme horreur. Il n’y aura donc que ce qui touche à cela dans les Comics, et non pas de petite pointes d’horreur à droite, à gauche comme par exemple Batman / Dracula, et non plus des perso comme Morbius pour Spidey, …

Peut-être qu’une deuxième partie pourra voir le jour un de ces quatre et pourquoi pas tourner autour de ce thème, mais ce n’est pas le but aujourd’hui ! On va s’intéresser au sujet avec 3 parties principales :

  • Phylactères d’hémoglobines
  • L’autre visage de l’Horreur
  • Review sur : Le Voile des Ténèbres

Phylactères d'hémoglobines

Phylactères d’hémoglobines, c’est voir les différentes adaptations en Comics de récits 100% horrifiques issue de films, de romans, de jeux vidéo et j’en passe…

Si je devais nommer un éditeur roi ici, je crois que ce serait French Eyes sans oublier les autres bien évidemment, mais si l’on voit peu de parutions de chez FE, il faut avouer qu’ils ne lésinent pas sur la quantités d’ouvrage d’horreur, vous avez besoin d’exemples ? Lady Death, Hellraiser, River Dream, True Blood, Zombie Tales, …, même si certains me diront que par exemple River Dream serait plus de l’ordre du fantastique, on est quand même chez un éditeur qui aime tout ce qui touche de près ou de loin au genre de l’horreur et French Eyes de plus le fait très bien !

Si aujourd’hui on trouve quasiment que cet éditeur avec LabelDelirium en guise d’adaptations, cela n’a pas toujours été le cas. Je fais une parenthèse 5 min sur les parutions Délirium, et un lien avec l’intro sur laquelle je parlais de Warren Comics / EC Comics et bien évidement de Richard Corben, si vous avez l’intention après cette article de tenter le pas vers l’un ou l’autre. Sachant que je ne saurais vous dire plus l’un que l’autre tellement les parutions sont bonne, mais en cliquant sur LabelDelirium, vous aurez accès au catalogue de l’éditeur et il faut avouer que l’on est clairement gâter. J’ai une petite pensée pour Ragemoor qui est d’une qualité incroyable. Je ferme la parenthèse pour vous parler de l’avant tout cela, il a eu de nombreuses adaptations de tout ce qui est horreur et si les US en sont assez friant de ce genre, en France, j’ai l’impression que l’on perd tout cela et que ces parutions ne se vendent que très peu (faute certainement au genre Super-Héroique très présent), alors que pourtant les éditeurs ont tentés par exemple Panini à sorti Vendredi 13 en 2008 qui était pas si mal, ou encore Silent Hill par l’éditeur Carabas incroyablement mis en scène par Templesmith et retranscrivant parfaitement l’ambiance du jeu, ici c’est sur le plan scénaristique que ça pêche m’enfin visuellement Templesmith est une perle de l’horreur (on reviendra sur lui plus tard).

Cependant l’horreur en comics en France date encore, car en 1990 Comics USA tentait aussi le coup en lançant des récits de Clive Barker, qui est aussi il faut l’avouer un tonton de l’horreur et de l’horreur sanglante et violente en publiant en 4 tomes « Sang pour Sang » issu de sa série de romans : Livres de Sang. En parlant de romancier (oui Clive Barker est un romancier / cinéaste d’horreur au départ), je rebondis en parlant de ses romanciers qui voit leur romans (ou nouvelles) adaptées en Comics, avec par exemple Stephen King (et si je dis Papa, qui me contredira ?) et son Fléau, ou encore Duel (publié dans Road Rage chez Panini, chez nous !), ou même bien N.

Avant de finir, il resterait bien la partie musique à aborder avec des publications Kiss et …, mais il y a déjà eu deux articles portant sur ce sujet et Silverbob vous en parles beaucoup mieux que moi alors je laisse les liens de la version Masqué et sa suite la version Démasqué !

SI je devais conclure cette partie c’est que les adaptations ne manquent pas tant, par contre ce qui manque en règle général c’est la qualité de celle-ci puisque dans ce que je vous ai cité au-dessus on alterne clairement entre le médiocre et le très bon (à mon sens)

L’autre visage de l’Horreur

L’autre visage, c’est là on n’attend pas forcement l’horreur, dans la première partie abordée, on a parlé d’adaptation de romans, … pas très subtil ! Alors que parfois celle-ci est subtile et c’est à mon sens-là ou l’horreur devient excitante. Si dans l’intro on a parlé de grosse (et vieille) firmes US puis d’un petit éditeur et un autre plus modeste Français, ou d’un autre modeste éditeur fr pour la première partie du sujet, l’autre visage va se passer chez de plus gros éditeurs du pays du pain et du camembert.

Pour cela on s’intéressera en troisième partie à deux oeuvres que je vous ai choisi, mais prenez patience, ça arrive ! Quand je parlais de gros éditeurs, c’est ceux que l’on voit plus régulièrement en librairie et donc pour ce côté horreur, j’ai immédiatement pensé à Delcourt et Urban Comics. Si on attaque par la fin avec Urban Comics, on est clairement là dans du récit indé d’horreur, exit la Maison des Idées (Marvel Comics) ou son concurrent (DC Comics), ou l’horreur n’apparait pas forcement au lecteur d’un premier coup d’oeil, et c’est là où cela devient subtile. Si l’on regarde du côté de « Snapshot » , « Le Secret », « Severed » on voit clairement que tout est implicite mais pourtant on s’amuse clairement à torturer le lecteur dans ces récits allant à la limite jusqu’à presque lui faire prendre conscience que cette histoire pourrait être réelle et s’appliquer directement à lui. Et c’est le genre de récit qui je pense n’est trouvable que chez les indépendants actuellement à cause de la surenchère des super-slips !

Si l’on regarde du côté de chez Delcourt tant au niveau des couvertures (de comics) ou bien des titres, c’est tout de suite plus explicite que chez la concurrence et dans un autre style d’ailleurs pourtant, on se sait pas forcement trop à quoi s’attendre, vous avez besoin d’un exemple ? Walking Dead ! Ah non, ça on sait, on a compris ! Non je voulais donc vous parler de Lucy Loyd’s Nigthmare, qui a une couverture plutôt explicite mais pourtant on s’attend en aucun cas à ce qui se passera à l’intérieur. Pourtant explicite ou implicite Delcourt sait appuyer là on ça fait mal avec par exemple des emblèmes du genre comme Walking Dead (juste un exemple comme ça), Revival, Wormwood, …

 

 

La petite tache finale

J’aurais voulu vous parlez de cette tonne de comics qui grouille par rapport à l’horreur : Locke & Key (de Joe Hill = Fils de Stephen King), Aokigahara, Doggybags, Vampirella, Loving Dead (montrant un autre visage complet de l’horreur avec une histoire d’amour entre zombie), Bloody Mary, The Strain et …, mais un article ne peut me suffire pour cela, alors je vous donne tout simplement rendez-vous surement l’an prochain pour un nouvel Halloween et vous en parler encore plus ! Et place aux Reviews !!!

Finir ses litres d’hémoglobine en Review

La review va porter donc sur « Le Voile des Ténèbres » publié chez Atlantic BD et que vous avez pu voir à la fin d’Aokigahara (première publication chez Atlantic BD du duo d’auteurs derrière Le Voile des Ténèbres).

Scénario :El Torres

Dessins : Gabriel Hernandez

Editeur : Atlantic BD

Collection : Comics Edition

Sortie : 2013

Le voile des ténèbres : Le voile qui sépare le monde des vivants de celui des morts est tombé. Qui pourra rétablir l'équilibre ?

Chris Luna n'est pas ce qu'on peut appeler un détective privé en vogue. Les clients se font rares et, pire, sont plus souvent morts que bien portants.

Car Chris a un don : elle peut parfois voir et interagir au travers du Voile des Ténèbres qui sépare les vivants de l'autre monde. Malheureusement, ce pouvoir ne paye pas les factures et Chris doit retourner dans sa ville natale au fin fond du Maine et y affronter les ténèbres qui attendent, tapies dans l'ombre, d'envahir notre monde...

Les ténèbres ne sont pas loin

El Torres et Hernandez continue dans le récit d’horreur, après un Aokigahara contant un récit horrifique très japonais, ici, on oublie cela pourtant l’ambiance que l’on avait aimé sur leur précédent récit est toujours présente. On se prend au jeu de se balader et de mener l’enquête avec cette jeune fille qui ne comprend pas ce qu’il se passe dans sa ville natale ! Et c’est là que le récit est fort à mon sens, si on n’est pas dans l’horreur pure et dure comme on pourrait l’imaginer, comme je le disais précédemment quand c’est subtil, c’est tout aussi fort et c’est ce qui passe clairement ici.

Il n’y aura pas de violence, pas d’angoisse à proprement dit non plus, mais une véritable ambiance de conte horrifique qui transporte le lecteur et puis le style d’Hernandez apporte ce plus qui fait que vous sentez clairement une sorte de malaise en lisant ce Comics. Atlantic BD est assez rare dans ses publications, par contre, il faut noter qu’à chaque sortie, on se prend une baffe dans un comics sur lequel on ne sait trop à quoi s’attendre et puis « Paf », ça marche ! On lit, on ressent des choses grâce à un procédé rarement utilisé dans ce genre, la boucle temporel des morts, là où le souvenir bloquera les morts dans cette dimension que voit l’héroïne.

Que ce soit sur un plan scénaristique ou graphique le duo d’auteurs a réussi à faire passer des émotions en abordant le récit plus fantastique au départ, se transformant sur la fin en récit d’horreur ou tout n’est pas là par hasard, histoire de faire de l’horreur pour faire de l’horreur. Et si vous aimez le genre, je ne saurais que vous conseillez d’essayer celui-ci ou le précédent !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Comics Ovore!!!

Par okami73 Blog créé le 09/11/11 Mis à jour le 08/05/15 à 12h18

Après une expérience enrichissante auprès du site de jeux amateur Gravitorbox (pas désagréable mais archaïque), puis devenu rédacteur chez WiiPlayXboxNow (dispo ici: http://wiiplayxboxnow.com/) pour la rubrique comics, je me retrouve seul ici afin de vous faire partager ma passion pour les comics.

Ajouter aux favoris

Édito

Pour nous suivre, on a: 

Facebook

 

Twitter

 

 

Sites Partenaires 

 

 

La Chaines Comics Ovore 

 

La boutique de Comics Ovore

Archives

Favoris