Obi-Doo, la force vidéoludique.

Obi-Doo, la force vidéoludique.

Par Obi-Doo Blog créé le 25/12/14 Mis à jour le 30/04/17 à 20h59

Comme vous, je suis un joueur passionné ! Metal Gear Solid, Pokémon, GTA ou encore Pong peuvent me retenir des heures durant. Et comme vous, j'ai été à l'école jusqu'en CM2 ce qui me donne quelques compétences dans le domaine de l'écriture que je tiens à mettre à profit ici-même.

Ajouter aux favoris
Signaler
(Politique)

Bonjour à toutes et à tous !

Si je reprends la plume virtuelle aujourd'hui, après plus d'un an de silence, ce n'est malheureusement pas pour vous parler de jeu vidéo, j'en ai peur...

En effet, vous le savez probablement, la période n'est pas spécialement à la fête. D'aucun me diront peut-être que ce n'est pas le lieu. Je vous répondrais bien que je suis d'accord, mais dans les catégories Gameblog, on trouve "Politique". J'ose imaginer que ce n'est pas là pour rien. Voilà, ce sera mon argument en faveur de la légitimité de mon post, nous pouvons  donc passer à l'essentiel.

J'ai souhaité ici m'adresser à vous, citoyens et citoyennes de France qui, pour le 7 mai prochain hésitez encore ou avez choisi de voter blanc, voir de ne pas voter du tout. Que les choses soient claires, je ne tente pas de jouer les politologues du dimanche et loin de moi l'idée de vous faire la morale et encore moins de militer en faveur du candidat Emmanuel Macron.

Je comprend que l'affiche qui vous est proposée n'est pas la vôtre. Elle ne vous ressemble pas. Aucun des deux candidats ne vous renvoie une image à travers laquelle vous vous retrouvez. Je vous dirais que nous n'en sommes malheureusement plus là et croyez moi, j'en suis le premier déçu...

Il me semble en effet qu'en ce deuxième tour, nous ne sommes plus face à un débat d'idée. Il n'est plus question de savoir si il convient d'accorder plus de souplesse aux entreprises, si l'on doit rembourser l'intégralité des soins dentaires ou si il faut revaloriser les retraites de nos aînés. Si vous pensez le contraire, c'est peut-être qu'à vos yeux, le Front National est devenu un parti normal, une ligne politique avec laquelle on peut discuter sur un programme. La dédiabolisation aurait-elle si bien fonctionné ?

Pour moi, politique de fond et FN sont incompatibles. Le parti de Marine Le Pen n'est pas un parti d'idée mais avant tout, un parti d'idéologie et je ne vous ferai pas l'affront de vous rappeler laquelle ni même quelles sont les racines encore bien présentes du Front National...

Ainsi, en ce 7 mai 2017, la question n'est donc plus de savoir lequel des deux finalistes a le meilleur programme, ou le moins mauvais c'est selon. Je me répète, mais je ne souhaite pas faire ici du militantisme pour le candidat d'En Marche. Pour être tout à fait franc avec vous, je ne suis moi même pas en accord total avec lui. En revanche, c'est sans honte aucune que je militerai toujours pour la démocratie. Car l'enjeu de ces élections, c'est bien cela.

On entre ici dans la partie de ce post la moins agréable pour vous lecteurs et lectrices. Elle pourait vous irriter voir vous paraître un tentinet cavalière, mais je me dois de dire les choses ainsi.

En ne donnant pas votre voix à Emmanuel Macron ce dimanche 7 mai, vous ne ferez que renforcer l'influence du Front National. Chaque bulletin est une brique que vous pouvez ajouter au mur qu'il convient de bâtir contre les idéologies racistes et le totalitarisme. Garder pour vous cette brique, c'est vous mettre peut-être en danger dans l'avenir mais aussi laisser à vos concitoyen(ne)s, à vos ami(e)s, compatriotes et aussi à vous même le soin de ce protéger seuls. 

N'imaginez pas non plus que le front républicain fera son ½uvre et qu'il n'a pas besoin de vous pour triompher. Car même si Emmanuel Macron venait à remporter l'élection dimanche prochain, un score important du FN ne serait pour eux qu'une confirmation que les Français et Françaises adhèrent en grand nombre à leurs idées. De là, Marine Le Pen obtient une légitimité politique encore plus grande qu'elle ne l'est déjà. Plus l'écart sera grand, plus nous enverrons un message clair, que nous ne voulons pas d'homophobes, de xénophobes et d'encore beaucoup d'autres adjectifs finissant en "phobe" chez nos gouvernants.

Si je n'avais qu'une façon de vous convaincre, au delà des mots pragmatiques, je dirais ceci :

Imaginez-vous dans quelques années, lorsque le Front National aura commis (car il le fera n'en doutez pas une seconde) les ignominies qu'on ne lui devine que trop aisément. Visualisez-vous face aux victimes de cette politique, homosexuels, personnes racisées, handicapés, musulmans et j'en passe, devoir leur expliquer, ainsi quà la jeune génération ce que vous avez fait ce 7 mai 2017. Voulez-vous avoir à leur dire qu'alors que vous pouviez agir et empêcher tout cela, vous avez preféré rester chez vous ou voter blanc ?

Si vous aimez la démocratie, vous vous devez de la sauver. Aujourd'hui, celle-ci est malde, mise à mal par les extrêmes et la situation difficile d'un pays déchiré. Vous avez le pouvoir de lui accorder encore une chance pour les 5 années à venir qui pourraient peut-être, allez savoir, la relancer pour l'avenir.

Voilà, ce sera tout pour moi et je me rend compte que ça fait déjà beaucoup. Que voulez-vous, quand je commence à écrire, je n'arrive plus à m'arrêter. Ça me rappelle une fois, ils avaient organisé un exposition de vieilles bicyclettes  alors je me suis dit on va voir ce qu'on va voir... Vous voyez !?

Désolé d'avoir occupé le fil des articles de blogs du site avec ce post au sujet bien éloigné des préoccupations habituelles, mais je souhaitais vraiment faire passer ce message.

Merci pour votre attention et votre compréhension !

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (24)

Signaler
(Jeu vidéo)

Bonjour à toutes et à tous !

Aujourd’hui, je me permets de vous proposer une série documentaire en 6 petits épisodes comme seul l’amitié franco-allemande sait en produire.

Les filles aux manettes, réalisé par Sonia Gonzalez

(Cliquez sur l'image ou le titre en italique pour accéder au site [voir N.B] )

"Il est temps de réviser quelques clichés ! L’époque où les jeux vidéo n'intéressaient que votre grand frère est révolue. Aujourd’hui, il y a au moins autant de joueuses que de joueurs et elles ne s’intéressent pas qu'à Candy Crush ou FarmVille ! Avec Les filles aux manettes, plongez en 6 épisodes dans un univers pixélisé pas si rose que ça."

(re)Découvrez le jeu vidéo à travers le temoignage de joueuses, de journalistes ou encore de programmeuses qui reviennent tour à tour sur l'image de la femme dans les oeuvres vidéoludiques, les personnages emblematiques ou encore la place de celle-ci au sein de l'industrie elle même et les perpsectives d'avenir.

N.B: Arte Creative a malheureseument désactivé l'integration des vidéos YouTube, par conséquent, je ne peux pas vous la poster directement dans son lecteur. Mais, vous pouvez retrouver tout les épisodes au sein d'une playliste sur le célèbre site de partage en cliquant ici !

N.B²: Si je puis rajouter une chose pour vous motiver à regarder cet excellent programme, sachez que quelqu'un que l'on connait assez bien par chez nous à Gameblog fait une petite apparition dans l'épisode 4. Mais chut ! Je n'en dirais pas plus... 😙

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
(Jeu vidéo)


Bonjour à toutes et à tous !

Microsoft, puis Sony... Les deux constructeurs ont fait le choix de faire des fonctionnalités online de leurs machines respectives une source de profit supplémentaire. Avec la nouvelle augmentation de l'abonnement PS Plus, le constructeur japonais s'aligne petit à petit sur son concurrent. C'est l'occasion pour moi de réveiller le consommateur prudent qui sommeille en mon sein et de revenir sur cette pratique commerciale qui consiste à faire payer ce qui ailleurs est gratuit.

 

Bien évidemment, je ne suis ni journaliste, ni économiste, ni même bon en math à vrai dire... Simple passionné. Je ne vous dirais pas si cette ponction du porte-feuille est parfaitement légitime, mais il me semble simplement bon de faire le point sur certaines choses. Ne m'accusez pas d'écrire avec un certain parti pris, car vous auriez parfaitement raison. Que voulez-vous ? il y a des choses qui me révolte. Et puis c'est mon blog, j'ai parfaitement le droit d'être partial. Débutons !

 

Avancez vers la caisse m'sieurs, dames :

 

Alors que sur PC, chez Nintendo ou sur console portable l'accès au jeu en ligne est gratuit, Microsoft et Sony jugent préférable de faire payer ce service dans nos salons. Traitez-moi de communiste mais j'ai tout de même envie de dire, « Salaud ! ». Pour appuyer mon propos, je vais faire l'inévitable comparaison avec le monde du PC. Je n'inclurais pas la Wii U, vous comprendrez bien pourquoi...*

 

Tentons d'être optimiste. Oui, les services Xbox Live et PlayStation Network proposent une expérience online homogène et, dans l'ensemble, de qualité. chaque joueurs à un profil, avec ses succès/trophées, l'expérience sociale est agréable avec la gestion des amis, la possibilité d'organiser des sessions de chat etc. Et tous les jeux passent par cet unique intermédiaire. Mais si ces arguments pouvaient jouer lors de l'apparition de ces services, aujourd'hui Valve est passé par là, et avec Steam, a uniformisé l'offre et l'expérience online sur PC. Maintenant, il est aussi possible sur ordinateur d'avoir un ID en ligne unique avec nos jeux, nos achievements, nos amis etc. Et non plus un compte par jeu... Je n'ai d'ailleurs jamais compris pourquoi Microsoft n'avait pas tenté de faire cela avant, pour encore asseoir son monopole. Mais c'est une autre histoire. Toujours est-il que l'argument du « réseau social » de joueurs n'est plus vraiment valable.

 

Autre point, rendons-nous compte de ce que Sony et Microsoft nous offrent vraiment en échange d'une belle somme d'argent. Vous comme moi payons chaque mois notre abonnement internet. Avec assiduité, notre fournisseur voit rentrer dans ses caisses suffisamment d'argent pour qu'il daigne inonder notre foyer de la divine connexion au web (terme certifié 1997(TM)). A partir de là, tout appareil compatible pourra mettre à profit ses capacités en ligne.
SAUF...
...notre console de salon ! qui a gentiment posé une barrière entre elle et les autoroutes de l'information. Et pour ouvrir ces dites barrières, seule solution : payer le droit de passage. S'acquitter de sa mensualité internet n'est plus suffisant, il faut maintenant aussi verser son dû à la machine.

 

Et ça... C'est un scandale ! Ah ! Je n'ai même pas de mot pour dire ce que je ressens ! Ça me fout la chiasse. Et je plaisante pas !

Hot Shots

 

Imaginez, vous branchez votre dernier téléviseur HD de la marque Panaphonics sur votre prise électrique murale . Vous avez payé comme il se doit votre fournisseur d'électricité. Alors que vous appuyer sur le bouton de mise en marche, c'est stupéfait que vous découvrez qu'un abonnement à « Panaphonics Live Plus Gold », à partir de 3.99¤ par mois, est indispensable afin de permettre à l'écran d'afficher le signal HDMI. Mais n'ayez crainte, le constructeur a pensé à vous les pauvres. Vous avez encore le droit, gratuitement, à la péritel. Ce ne sont pas des monstres tout de même.


 "Tiens donc ?!"


"Heu... C'est à dire que je vous ai déjà donné beaucoup d'argent  madame la télé..."


"Bon... Chérie ! On a toujours le magnéto ? Tu as mis où la cassette de La Soupe aux Choux ?"

 

Pour sa défense, lors de l'annonce de l'abonnement PlayStation Plus obligatoire, Shuhei Yoshida avait déclaré : « Le pilier principal de la PS4 sera le jeu en ligne. Nous développons plusieurs nouvelles façons de jouer et de se connecter, nécessitant un investissement important en termes de ressources. Compte tenu du coût, pour essayer de garder un tel service gratuit et, par conséquent, réduire sa qualité serait absurde. Nous avons décidé que si c'est le cas, alors il serait alors préférable de recevoir un paiement approprié et de continuer à offrir un bon service ».

Je ne suis pas dans le secret des dieux, et lui accorde volontiers le bénéfice du doute. Mais je vous avoue que j'ai, personnellement, du mal avec la formulation.

« Le pilier principal de la PS4 » n'est donc pas le hardware de la console... Intéressant...

 

Je peux volontiers admettre que le service soit une part importante de l'ambition du constructeur japonais pour sa console, que cela coûte cher, et qu'afin de l'entretenir comme il se doit, il soit utile de demander une compensation financière. De plus, Sony n'est pas Microsoft. En revanche, ce qui me contrarie c'est de dire que le jeu en ligne est « Le pilier principal de la PS4 ». Donc le pilier n'est pas vendu avec la console. Sans PS Plus, la PS4 n'est rien. Si tu n'en as pas les moyens, ta PS4 ne vaut rien. Il est nécessaire de payer continuellement Sony si tu désires que ta console livre le meilleur d'elle même. C'est presque aussi fort que le coup du « silôt nucléaire » de Don Mattrick...

 

Le pilier de la maison PlayStation n'est donc pas vendu avec les murs. Enfin, en vérité pas tout à fait. Sony vous offre, à l'achat d'une PS4, quelques briques.

 

Cette période d'essai fonctionne sur le principe du « Qui ne dit mot consent ». N'oubliez pas de prévenir Sony donc si vous ne souhaitez pas devenir membre du PS Plus au risque de vous voir automatiquement créditer la modique somme de 6.99¤. Sans réponse de votre part, vous voilà membre du club pour 1 mois. Encore une fois, tout cela est très honnête...

 

Mais afin de justifier pleinement ces investissements réguliers, c'est tout naturellement que la firme de Redmond et Sony nous proposent des avantages, afin de nous empêcher de mettre le feu aux sièges sociaux de leurs sociétés. Mais en est-ce vraiment ? 

 

Les avantages de payer Plus :

 

Sony comme Microsoft offrent chaque mois en cadeau à ses fidèles abonnés plusieurs jeux gratuits. Et ça, je crois qu'on peut le dire, c'est vraiment généreux. Attendez... De grosses entreprises, généreuses. Hum, voilà des mots qui ne vont pas ensemble...



Les jeux dit "gratuits", sont offerts gracieusement par ces derniers. Vous le savez probablement déjà, c'est un abus de langage. Pour la simple et bonne raison que ceux et celles qui y ont accès ont d'abord dû débourser une certaine somme d'argent. Á partir de ce point, ce n'est plus gratuit. Cela peut sembler évident, mais il est bon de noter que ces jeux ne sont pas non plus la propriété de l'abonné. En effet, il est difficile de définir le propriétaire d'un produit dématérialisé (on va se marrer quand Steam va fermer, je vous le dis !) mais aussi, parce qu'une fois l'abonnement expiré les dits jeux, bien que conservés sur le disque dur de la machine, ne peuvent plus être lancés. Seul le renouvellement de l'abonnement en déverrouillera à nouveau l'accès. Je ne sais pas comment vous appelez ça, mais pour moi, c'est de la location. On pourrait appeler ça du Pay To Play.


 

Sans oublier les réductions sur le catalogue dématérialisé (qui là encore, font pâle figure face aux soldes Steam), la sauvegarde sur le cloud (qui ne coûte pas un centime chez Valve), ou l'accès à des démos et des bêtas dont l'offre est naturellement moins diversifiée que sur... je vais manquer de synonyme pour le désigner...

Vous l'aurez compris, à mes yeux, les « avantages » sont bien trop légers pour justifier pleinement le prix de l'abonnement. **

 

Bilan Gold :

 

Ce petit tour d'horizon non exhaustif rédigé par monsieur Tout-le-Monde qui est aussi de fait monsieur Personne, permettra peut-être déjà de se faire une petite idée. Ce n'est que mon avis, il vaut ce qu'il vaut bien sûr, mais je ne peux m'empêcher de voir dans tout cela les dérives d'un marché qui n'a plus aucun mal à demander de l'argent pour un peu tout et n'importe quoi, sans toujours se justifier pleinement.

 

Bloqué, le consommateur trop modeste pour investir dans un PC de gamer, mais suffisamment aisé, doit se plier à cette taxe s'il espère profiter un tant soit peu de l'expérience complète qu'offre son titre préféré. Á défaut, le joueur infortuné devra lui se contenter de jouer en solo, puisque ces dernières années ont vu aussi le multi local se raréfier.

Moi qui suis depuis toujours un joueur console, je vous avoue que l'impossibilité de jouer en ligne gratuitement, me laisse plus que perplexe quant à l'acquisition de l'une des machines de dernière génération.

 

Essayons tout de même de nous quitter sur une note positive. Si le PC reste une plate-forme plus avantageuse sur ces points, inutile de nier qu'elle se réserve principalement à une élite qui n'a pas peur de dépenser des sommes importantes dans leur machine. Si nous avons tous, au fil des années, investi beaucoup d'argent dans notre passion, il n'est pas offert à tout le monde de mettre sur le guichet du vendeur autant de précieux écus d'un seul coup.

Sur ce, mesdames, messieurs, bonne continuation à vous et attention à vos économies, votre
machine pourrait bien avoir encore de l'appétit...

 

* Pour ce qui est des consoles Nintendo... Et bien... Disons qu'il faut être client de l'univers de Mario et consoeur puisque la Wii U et la 3DS ont des catalogues bien à elles. Désertés par les éditeurs tiers, il faut bien l'avouer. Comparer leurs offres online à celles de leurs concurrentes reviendrais à vouloir comparer Jupiter à un ballon de plage.

 

** petit avantage Xbox Live tout de même avec le Home Gold qui permet avec un abonnement, de débloquer le jeu en ligne pour tout les utilisateurs d'une même machine (Voir les conditions). Mais l'idée est très bonne et rend l'investissement bien plus rentable. Mention spéciale à Sony qui s'est rendu compte soudainement qu'il valait mieux faire payer les joueurs à partir de la 4eme génération de ses consoles... Pourquoi se priver.

 

Un grand merci à Tihmoty pour m'avoir glissé l'idée d'illustrer moi même l'article et pour avoir réalisé les screens Panaphonics =)

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
(Jeu vidéo)

 

 

Bonjour à toutes et à tous !

 

Quand on aime faire des cases pour y ranger les gens et le jeu en ligne sur console, il pourrait être assez aisé de s'inventer trois profiles type d'utilisateur. La première catégorie regrouperait les joueurs venus là afin de partager une expérience de jeu forte et des émotions avec des inconnus tout autour du globe. Pas franchement la classe la plus représentée je vous l'accorde. La seconde, probablement la pire et la plus prolifique, réunirait les trollers de tout poil avide de ruiner votre plaisir. Il parait même que ça les fait rire... Mais c'est la troisième catégorie qui va m’intéresser aujourd'hui.

 

Presque aussi pénible que la deuxième, celle-ci regrouperait tout les bons samaritains du jeu online ainsi que les joueurs venus là pour le multi mais qui en réalité, sans peut-être même s'en rendre compte, jouent tout seul. Je vais tenter d'expliquer mon propos avec un petit exemple pioché au hasard dans mon expérience personnelle.

 

Grand joueur de Metal Gear Solid devant l'éternel, ce qui m'a toujours captivé dans le gameplay c'est la recherche de la tension. Comment éviter l'ennemi, sans l'éliminer de quelques façons que ce soit afin de ne laisser derrière moi aucune traces. Alors quand je me dis que partager ce frisson avec quelqu'un est possible en ligne sur Peace Walker, je ne peux que me réjouir ! Je croiserai certainement tout un tas de joueurs aussi ravi que moi de se confronter avec l'intelligence artificielle. Je sais, je suis un peu idéaliste et au bout de quelques mois, force et de constater que ces joueurs ne sont malheureusement pas légion ...

 

Il y a quelques semaines, je lance une OPS Bonus dont l'objectif est de récupérer le matériel que Snake à perdu lorsqu'il c'est fait emprisonner (non ce n'est pas du spoil, ça arrive dans tout les épisodes ou presque). Petite mission d'infiltration somme toute sympathique. Un joueur me rejoint (Allemand je crois) et nous commençons le jeu. Frisson en perspective ? Grand moment de tension lorsque l'un de nous, dans une traversé héroïque afin de récupérer les rations du Boss, se retrouve alors pris en sandwich et ne peut compter que sur l'aide de son coéquipier ? Et bien... Non.

 

A peine la partie fut-elle lancée que mon compatriote européen file droit sur chaque objets, car il en connaît la localisation exacte, tir au pistolet tranquillisant sur chaque soldats, car il connaît leurs positions par c½ur et c'est en à peine une minute que la mission est pliée. Rentrez chez vous mesdames et messieurs, y a rien à voir. Rang S et tout le bazar, j'ai tout juste eu le temps d'observer le niveau. Je ne peux alors m’empêcher de me dire « tu t'es amusé là ? Vraiment ? ».

 

Car c'est bien pour cela que nous jouons en ligne, que nous jouons tout court d'ailleurs je me trompe ? S'est-il amusé ce joueur qui, en une poignée de secondes à terminé la mission ? Quel sentiment agréable en a t-il tiré au bout du compte ? C'est là, précisément ici, que je veux en venir.

 

Ces joueurs ne cherchent pas délibérément à ruiner votre expérience pourtant, le résultat est le même. Le problème n'est même plus de savoir si nous avons les mêmes aspirations, les mêmes attentes vis-à-vis du jeu, car ceux-là ne jouent tout simplement plus. Ne laissant pas le jeu créer l'enjeu, ils adoptent une attitude tout aussi contraire aux règles que celui ou celle qui chope la valise dans GTA Online et se barre à l'autre bout de la carte (tu te reconnaîtras). Quelle satisfaction peut-on bien tirer à traverser le niveau comme une balle de revolver, à ne prendre absolument aucun risque et à faire en coopération ce qui aurait très bien pu être fait seul ?

 

 

« A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. » Pierre CORNEILLE

 

Peut-être ces joueurs jouissent-ils de montrer à la face du monde combien ils sont fort, rapide et gracieux mais bon Dieu, le monde s'en fiche ! Je ne veux pas être époustouflé par tant de maîtrise, je veux jouer et ça, ce n'est pas amusant ! Le nombre de bon samaritain sur le online est lui aussi incroyable. « Tu veux de l'aide ? », « Je peux t'aider là pour obtenir le rang S ? », « J'ai l'arme ultime, tu verras en 30 secondes se sera réglé, on pourra faire à deux une mission qui nécessite 8 personnes. ». Non, je ne veux pas de l'aide, je veux un coéquipier, un partenaire de jeu, quelqu'un avec qui partager mon expérience et non pas que je regarde vivre la sienne.

 

Mes nerfs me lâchent, pardonnez-moi. Tout cela pour dire qu'il serait peut-être temps que les joueurs et joueuses du monde entier comprennent quelle chance nous avons aujourd'hui de pouvoir jouer tous ensemble, où que nous soyons sur le globe (sauf en Corée du Nord) à nos jeux préférés. Ce qui n'était avant qu'une expérience solo peut maintenant se vivre à plusieurs et ça, c'est tout de même assez génial quand on y pense.

 

 

Instant contemplation.

 

Certains me rétorquerons que je n'ai qu'à jouer avec mes vrais amis du monde réel de la réalité véritable. Oui, et c'est même très marrant comme ça, mais quel dommage de se passer de 4 milliards (je ne compte pas les vieillards, les bébés et les Nord Coréens) d'amis ou d'adverses potentiels. Peut-être un jour serons nous contraint de ne nous adonner exclusivement au multi-local si le online persiste à rester cette jungle ou chacun joue pour soi, qu'il soit dans votre camp ou dans celui d'en face.

 

 

 P.S : Si d'aventure passe ici un joueur Playstation 3 de MGS Peace Walker partageant avec moi l'amour de l'infiltration sans victime, qu'il n’hésite pas à se faire connaître. A bon entendeur ! ;)

 

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Édito

SALUT À VOUS PEUPLE DE LA TERRE.

 

 

Archives

Favoris