Numericity
Signaler
Blogue

 

TOKYO GAME SHOW!

 

Se repérer dans le réseau ferré tokyoïte est relativement aisé, comme j'en faisais part il y a cela deux années déjà ! Cependant, la taille de la mégapole faisant, je suis parvenu à atteindre le Makuhari Messe situé en bordure Est de la ville (« près » de Disneyland) au bout de trois heures de transport. C'est donc sur le coup de midi que j'ai enfin pu entrevoir le dôme du centre de convention et d'exposition, sous un soleil qui se réfléchissant dans le blanc-gris d'une atmosphère lourde, étouffante, humide. Nous avons souvent écho que ces longues ribambelles d'une foule pressée mais civilisée pouvaient s'étendre des heures entières pour cet évènement, a fortiori cette année où le Tokyo Game Show (TGS) peut se vanter d'avoir battu un record d'affluence.
Pourtant, profitant sans doute d'un moment de calme, j'ai attendu à peine quelques minutes - et ce sera bien la seule fois - pour glisser 1200 yens sous la vitre des cabines destinées aux simples visiteurs. Muni de mon ticket, j'ai alors passé l'inspection des sacs avant de rendre quasiment aussi vite mon ticket. En contre partie, les portes du TGS m'étaient ouvertes.

Une grande porte lumineuse blanche et jaune accueille les visiteurs, avec inscrit en grandes lettres noires le nom du salon. Le gimmick est toujours le même, mais il marche à tous les coups : une fois celle-ci passée, l'impression d'être passé dans un autre monde. Et la proximité avec Disneyland semble résonner jusqu'ici. En effet, derrière cette porte, un monde d'artifice, de pyrotechnie et d'étincelles se dévoile. Les écrans crachent toutes leurs couleurs sur des écrans rivalisant de grandeur, parfois adoptant des formes audacieuses, incrustés dans les différents stands des éditeurs et des développeurs. Si la plupart ont des designs plus ou moins classiques, d'autres développent des thématiques en accord avec les jeux proposés : un château pour Ni no Kuni, un décor éthéré pour El Shaddai, un vrai bâtiment typique en bois pour Monster Hunter. Plus encore, chaque installation, en plus de ce déluge d'images et de flashes - conséquence d'une concurrence féroce pour attirer le visiteur - rivalisent d'effets sonores et de thèmes musicaux. Les rythmes se mélangent les uns aux autres et se transforment en un capharnaüm. Et bien sûr, c'est avec un délicat relent machiste que beaucoup de ce que l'on appelle les babes (les hôtesses) viennent comme des rabatteuses inviter le public à s'immiscer dans l'obscénité de cette gloire à la concurrence libérale...

 

Pour lire la suite, rendez-vous ici, le site originel!

 

Numerimaniac

 

Numericity.fr

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Numericity

Par Numerimaniac Blog créé le 29/12/09 Mis à jour le 11/02/12 à 21h04

N'hésitez par à venir visiter Numericity.fr, le quartier libre du jeu vidéo. Pas de tests, pas de notes, mais des réflexions, des impressions, des dossiers.

Ajouter aux favoris

Édito

Numericity.fr est un site web indépendant traitant du jeu vidéo, composé en cinq parties :

- A coeur ouvert

- Focus

- Dossier

- Blogue

- Brèves

 

A bientôt sur Numericity!

Archives

Favoris