Rêves électriques

Rêves électriques

Par Noiraude Blog créé le 17/09/10 Mis à jour le 16/09/19 à 10h21

30 ans de passion pour les jeux vidéo, le Japon et le cinéma, ça laisse forcément des traces. Vous voulez en savoir plus?

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux vidéo

Hello tous,

Comme d'hab, vous trouverez ci-dessous le début du test que j'ai rédigé sur Resistance 3, après une bonne quinzaine d'heures de pied total en compagnie du dernier bébé d'Insomniac.

 

En bon père de famille [ 8. 9.2011]

On appelle ça une surprise. Après deux opus en demi-teinte, la franchise Résistance s'offre un troisième volet de nature à tenir la dragée haute aux meilleurs FPS du moment. Une prouesse des développeurs d'Insomniac qui viennent d'offrir une exclusivité majeure à la PS3.



Voilà qui ne nous rajeunit pas. Présenté comme un titre majeur du line-up de lancement de la PS3, Resistance n'avait guère convaincu lors de sa sortie, au printemps 2007. Le premier first-person shooting de la console next-gen de Sony, victime de ses faiblesses techniques, n'avait guère laissé un souvenir impérissable aux joueurs. Et sa suite, à l'été 2009, était de la même veine: décevante, parfois rageante, celle-ci souffrait de plus de la pléthore de bons action-shooters sur des consoles alors mieux maîtrisées par les développeurs. Insomniac Games avait perdu deux batailles de suite, et l'on pouvait penser que c'était suffisant pour sonner le glas d'une franchise dont on avait appris à se méfier.

Autant dire que ce n'est pas forcément avec un grand enthousiasme que l'on a appris le développement d'un Resistance 3. Lourde erreur cependant, car il suffit de quelques minutes, pad en main, pour prendre la mesure des progrès accomplis par la saga. Cette fois-ci, Resistance 3 joue dans la cour des grands. Plus mature, mieux scénarisé, techniquement enfin abouti, il s'impose comme l'une des nouveautés majeures de cette rentrée.

Intelligent, varié, bien amené



Insomniac a tiré les leçons de ses erreurs. Cette fois, plus question d'incarner un héros solitaire surpuissant. Pour affronter les chimères, ces créatures extraterrestres qui ont envahi la planète et converti les humains dans le premier opus, un homme, un père de famille qui n'a plus le goût de la guerre. Joseph Capelli a vécu le début du conflit. Nous sommes dans les années 1950, dans un monde alternatif où 90% de l'humanité a été soit contaminée, soit éradiquée. C'est dans cette ambiance de fin du monde que Joseph veut vivre son amour avec sa femme, veut offrir un avenir à son enfant. Et c'est cet amour familial qui le pousse à accepter une mission suicide qui, si elle réussit, pourrait sauver ce qui reste des hommes de la menace extraterrestre. Une dernière chance pour laquelle le joueur prend fait et cause, tant sa mise en scène est réussie. C'est galvanisé par l'enjeu qu'il se lance dans la bataille, en route pour New-York où doit se dérouler l'affrontement final.

(...)

Pour lire la suite, vous pouvez aller sur http://www.dna.fr/fr/les-plus-multimedia/jeux-videos/index.html 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Humour

Coup de fil hilare de mon frangin ce matin,

Par curiosité, le bonhomme a un peu traîné sur Google Maps hier soir, et s'est demandé ce que dirait le système s'il lui demandait d'établir un itinéraire automobile entre les USA et le Japon. Résultat: ce matin, il m'a fortement conseillé d'en faire de même, et de regarder la ligne 31 plus attentivement. J'ai eu beaucoup de mal à garder mon sérieux, je dois bien l'avouer, lorsque je me suis exécuté. En tout cas, c'est peut-être le signe que Google prend l'eau !

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
Jeux vidéo

Yop tous,

Depuis dimanche matin, un nouveau jeu tourne dans ma PS3. Resistance 3, le prochain gros FPS de la console de Sony, est enfin arrivé, et vous pourrez vous aussi en profiter dès le 7 septembre, date officielle de sa sortie dans les rayons.

Je ne vous cache pas que le deuxième opus m'avait sérieusement refroidi,  et que je n'étais donc pas particulièrement motivé à l'idée de me lancer dans ce troisième volet. La série, à mon goût, manquait jusqu'ici de tonus, souffrait d'une réalisation en-deça des standards imposés par la concurrence et manquait de vie, la faute à un scénario incapable de réellement faire partager au joueur les enjeux émotionnels de l'intrigue.

Insomniac, cependant, a visiblement tiré les leçons de ses erreurs. Au bout de quelques heures de jeu, en effet, je suis déjà séduit par ce que je vois (en-dehors de certaines cinématiques, dessinées, un peu cheap). A l'écran, les environnements sont enfin convaincants, et le déplacement du personnage principal semble désormais tenir réellement compte de la pesanteur. Les premières armes accessibles sont puissantes (le Magnum 44 à balles explosives est un régal, tout comme les différentes variantes de snipe ou ce gun qui permet de voir et tirer à travers les murs), et les développeurs ont pensé à faire pousser un cri aux créatures lorsqu'elles meurent, ce qui simplifie considérablement la tâche au joueur lors des affrontements de masse.

Surtout, Resistance 3 réussit à impliquer le joueur, à le convaincre de se ranger à sa cause. Désormais, 90% de la population humaine est touchée par le virus, ou décédée. Les quelques rares survivants se terrent, essayent d'échapper aux patrouilles de chimères qui sillonnent les niveaux. Ce sont des pères de famille qui prennent les armes, ils ont des femmes, des enfants. Ils ont peur, ils sont acculés, car les chimères ne cherchent plus à les capturer, mais bel et bien à les éradiquer. Resistance 3 parvient à restituer étonnamment bien cette ambiance post-apocalyptique aux allures de fin d'humanité. Impossible de lâcher le pad avant d'avoir atteint New-york, objectif ultime de cet opus, où les chimères ont lancé une opération qui pourrait bien signifier, cette fois, la fin de notre civilisation. L'extrême scénarisation du titre est un atout précieux autant qu'inattendu.

Impossible pour l'instant de me prononcer sur le multi, je ne m'y suis pas encore frotté. Je reviendrai donc un peu plus tard pour un nouveau post, dès que j'aurai avancé dans le mode aventure et que je me serai confronté au challenge en ligne. Un bon point, toutefois, à signaler: je viens de tester le titre durant quelques minutes avec le Playstation Move, et les sensations sont bonnes. Ce Resistance 3 m'a tout l'air d'une excellente surprise... Et c'est une impression qui se confirme à mesure que j'avance dans le jeu, à tel point qu'il pourrait bien tenir la dragée haute au très prometteur Gears of War 3 sur X360, que j'attends avec fébrilité. Bref, voilà une exclusivité qui fait du bien à la PS3, et je ne peux que vous conseiller de vous laisser tenter même si, comme moi, vous n'avez pas aimé la franchise jusqu'ici. Chapeau Insomniac!

Ajouter à mes favoris Commenter (15)

Signaler
Découverte

Yop tous,

Pas la peine de vous ruer chez votre disquaire, le gaillard dont je vais vous parler joue actuellement sur les trottoirs de Venice Beach, à Los Angeles. Mais quand il joue, c'est l'attroupement, puis le ravissement. Une voix douce, bien balancée, des arrangements tout en finesse, un vrai sens de la mélodie... Clint Lapointe est tout jeune, mais ce que j'ai pu entendre de lui est tout bonnement excellent, et n'est pas sans faire penser à un certain Ben Harper. Il faut savoir que les jeunes artistes viennent à Venice Beach pour essayer de se faire repérer par un éditeur, il n'est donc pas impossible de retrouver Clint dans les bacs hexagonaux un jour ou l'autre. C'est tout ce que je lui souhaite, tant il est bourré de talent.

Quelques vidéos sur Youtube permettent d'avoir un petit aperçu de ses prestations - la qualité audio soit loin de celle du CD, que j'ai acheté et que ses meilleurs titres ne soient pas présents dans ces vidéos. Je vous les mets ci-dessous. Et ceux qui veulent en savoir plus peuvent toujours le contacter via facebook @clintlapointe.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux vidéo

Réveil sympa ce matin,

Nintendo avait annoncé son programme Ambassadeur 3Ds pour les premiers acquéreurs de la 3DS, celui-ci est désormais accessible sur l'e-shop.

Pour accéder aux jeux NES mis en ligne, lancez l'e-shop depuis la console, allez dans le menu paramètres/autres et cliquez sur logiciels téléchargés. Vous verrez alors apparaître les titres, que vous pourrez downloader gratuitement. Je viens de le faire, ça fonctionne ! Apparaît également un logiciel "certificat ambassadeur" qui vous permettra, via les notifications, de vous tenir au courant des nouveaux titres mis en ligne gratuitement dans le cadre de ce programme, d'ici la fin de l'année.

Les jeux disponibles pour l'instant sont:

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
La Califooornie...

Et hop,

Encore quelques photos tirées de mon portfolio pour vous faire partager ma récente découverte de l'Ouest américain. Un truc qu'on a du mal à imaginer, notamment, c'est que la nature est omniprésente, très proche des villes et souvent impressionnante. Avant de vous emmener en balade dans la fabuleuse réserve naturelle de Yosemite, je vous mets ci-dessous quelques clichés animaliers pris au gré de mes pérégrinations. Et gaffe aux écureuils, ils véhiculent la maladie de Lyme (tiques) et la rage! Par contre, j'ai pas rencontré de mouton, même pas dans l'assiette (spéciale dédicace @Sheep).


Du côté de Venice Beach, Los Angeles, en levant le nez


A la réserve naturelle de Yosemite

 


San Francisco, les mouettes et les otaries


Big Sur, les éléphants de mer et les écureuils

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Signaler
La Califooornie...

Hello tous,

Au courant de notre périple californien, nous avons longé la côté du Nord au Sud et notamment fait halte à Morro Bay, petite ville de  pêche et de plaisance qui jouit de son étonnante proximité avec la nature. C'est notamment de Morro Bay que vous pouvez prendre le départ pour des excursions vous menant à la rencontre des baleines. Je précise aussi que c'est en ces eaux froides que l'on peut rencontrer quelques animaux étonnants comme les orques ou les requins blancs. La présence d'otaries fait du site un véritable garde-manger pour ces prédateurs.

Coup de chance, c'est à l'heure du coucher de soleil que nous nous sommes baladés. Ce qui a donné quelques clichés hauts en couleurs même si, hélas, j'ai dû regretter de ne pas avoir emmené avec moi de trépied. Toujours est-il que je vous livre ci-dessous certaines de ces photos, en espérant qu'elles vous séduiront autant que moi. Il n'y a pas la patte de RomainGuy, c'est sûr...

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
La Califooornie...

Hello tous,

Ayant eu un peu de temps devant moi, je me suis amusé à fusionner des clichés pris en rafale lors d'un petit passage à Zabriskie Point, dans la fameuse vallée de la mort à la frontière du Nevada et de la Californie. Un premier cliché qui en annonce d'autres, puisque je consacrerai bientôt un post tout particulier à ce lieu incroyable, qui a alimenté l'imaginaire de l'industrie hollywoodienne de ses débuts jusqu'à nos jours. Je vous encourage au passage à cliquer sur le pano pour en profiter en haute définition...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
La Califooornie...

Et ben voilà, on y est.

J'ai finalement regagné mes pénates alsaciennes, après deux semaines bien remplies dans le Nevada et en Californie. Histoire de vous faire profiter de tout ça, je vous parlerai au fur et à mesure de Hollywood, des tournages de séries, des premières avec des stars, mais aussi de la côte californienne, du grand requin blanc, des éléphants de mer et des otaries, du désert, des casinos, j'en passe et des meilleures. Et là, pour commencer, je ne résiste pas à l'envie de partager quelques clichés de ma visite de la zone 51, à pas loin de 200 miles au Nord de Vegas. Je me suis arrêté à Rachel, la petite bourgade qui sert de porte d'entrée à cette zone militaire qui fait fantasmer tous les ufologues depuis les années 1950 et l'incident de Roswell, pour y constater que vivent effectivement là-bas de gentils extraterrestres (surtout autour du seul et unique bar du coin, le seul à 50 miles à la ronde!). Allez, je vous mets quelques clichés, avec un clin au film "Paul", puisque c'est là-bas que le métrage a été en partie tourné.

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
La Califooornie...

Sur la route de Vegas, interminable ligne droite au coeur du désert, il n'y a guère de distractions à part les paysages, aussi impressionnants que désolés. Il fait chaud, très chaud, plus de 45 degrés même lorsque nous avons bifurqué sur une petite roue menant vers la célèbre ville fantôme de Calico, quasiment à mi-chemin entre Los Angeles et Vegas.

Sous un soleil de plomb, nous avons eu la chance de visiter cette petite cité relativement seuls, les touristes d'ordinaire nombreux ayant visiblement fui les lieux en raison de la chaleur. L'expérience en restera particulièrement étonnante. Se dire que Calico a autrefois abrité près de 3000 personnes, au plus fort de sa gloire, a quelque chose de surréaliste. Calico est en effet devenue une ville fantôme comme tant d'autres dans le secteur: quelques bâtisses, joliment restaurées, y montrent à quoi pouvait ressembler l'ouest américain voici un peu plus d'un siècle.

On cherchait, à Calico, surtout du minerai -de l'argent, ici, en l'occurrence, jusqu'à l'effondrement des prix  dans les années 1890, puis du borax- et lorsque le filon s'est tari, la population s'en est allée. En 1907, Calico est devenue fantôme. Si vous passez dans le coin, ça mérite une petite halte...

 

 

Et pour accompagner les photos, quelques musiques d'accompagnement de circonstance ;o)

 

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Édito

Ceci n'est pas un blog.

Ceci n'est pas une pipe.

Ceci est une fenêtre sur un pré où je pais en paix.

Les vidéos de Noirdenoir sur Dailymotion  

Suivez-moi sur Twitter @Noirdenoir67

Ou sur la communauté Facebook Rêves électriques (toute jeune !)
https://www.facebook.com/noiraude67/

Le site pour les amis de l'illustre Seb le Caribou: http://seblecaribou.wordpress.com/about/

 Et si vous avez envie d'une petite partie de Mario Kart 8 avec moi : Noiraude67
 

Archives

Favoris