Rêves électriques

Rêves électriques

Par Noiraude Blog créé le 17/09/10 Mis à jour le 19/02/17 à 15h04

30 ans de passion pour les jeux vidéo, le Japon et le cinéma, ça laisse forcément des traces. Vous voulez en savoir plus?

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux vidéo

Hello tous,

Comme nombre d'entre vous, j'ai suivi de près la conférence de présentation de la Xbox One, mardi soir, événement médiatique qui a eu le don de poser quasiment plus de questions que d'apporter de réponses quant à la nouvelle génération de hardware attendue pour la fin de l'année. Et depuis cette soirée, je ne peux m'empêcher de m'interroger - de m'inquiéter - à propos des fonctionnalités online du support, et notamment concernant les notions de connexion obligatoire et de rattachement d'un jeu à un compte Xbox Live.

Depuis, les entretiens avec les responsables de Microsoft (France et monde) se multiplient sur la toile et commencent doucement à clarifier la situation. Au registre des bonnes nouvelles, l'on peut ainsi d'ores et déjà acter le fait qu'il ne sera pas indispensable d'être connecté pour jouer ou regarder une vidéo. Voici qui devrait donc rassurer ceux qui craignent des coupures intempestives de réseau ou des risques de hack massif du online Microsoft. On ne rigole pas là-bas au fond, c'est arrivé à d'autres.

Point positif également, le compte Xbox Live n'est pas exclusif à un hardware, ainsi que l'a confirmé David Dufour. Le joueur payera donc un abonnement qui lui pemrettra de profiter aussi bien des titres Xbox 360 que des jeux Xbox One. Ceci sur deux consoles séparées, étant entendu que la rétrocompatibilité ne sera pas au menu de la Xbox One. Chez Microsoft, on parle de problèmes techniques pour expliquer ce dernier point : je pense plutôt qu'il s'agit d'une stratégie mûrement réfléchie de  prise de contrôle du marché de l'occasion.

Observons la situation plus en détails. Cette nouvelle génération de console débarque dans un contexte de dématérialisation des softs, qui se traduit par une baisse progressive des ventes de jeux d'occasion, au point de faire peser une sacrée épée de Damoclès sur les sociétés qui tiennent le marché. Aux Etats-Unis, il est d'ores et déjà difficile de trouver des enseignes pratiquant de l'occasion sur les jeux vidéo, même dans des villes comme Los Angeles - j'en ai fait l'amère expérience voici deux ans - ou New York - même topo au printemps 2012. En France, la disparition de l'enseigne Games devrait également nous mettre la puce à l'oreille et nous alerter des difficultés que connaissent les revendeurs spécialisés de jeux vidéo. Soyons réalistes : il n'est pas acquis que ces réseaux de magasins survivent encore nombre d'années.

Dans ce contexte, on peut imaginer que l'intention de Microsoft procède d'une stratégie froidement opportuniste. Soit, la firme se met (provisoirement?) à dos les gamers de tout poil en dévoilant  que la revente ou le prêt physique  de jeux passera par l'acquisition d'un nouveau code de liaison du titre au Xbox Live, pour un prix avoisinant apparemment celui du neuf (sic!) ainsi que l'on peut le lire sur le site Kotaku, qui interviewe le vice-président de Microsoft Phil Harrison :

But what if you want to bring a game disc to a friend's house and play there? You'll have to pay a fee-and not just some sort of activation fee, but the actual price of that game-in order to use a game's code on a friend's account. Think of it like a new game, Harrison said. "The bits that are on that disc, you can give it to your friend and they can install it on an Xbox One," he said. "They would then have to purchase the right to play that game through Xbox Live."

Mais le concept est nuancé par une autre information tirée de cette interview décidément très instructive. Harrison explique en effet qu'il sera malgré tout possible de revendre un jeu à tarif préférentiel par le biais d'un dispositif online dont il ne souhaite pour l'instant pas donner le détail:

"We will have a solution-we're not talking about it today-for you to be able to trade your previously-played games online," Harrison said.

Soit, il s'agit d'un "scénario potentiel", nuance la Home de Gameblog, qui reprend une réaction de Micorosft, sans doute affolé par le bad buzz de ces propos. Mais c'est ici, à mon sens, que s'éclaire potentiellement la stratégie de Microsoft. Prenant acte de l'évolution des usages des joueurs, hélas inéluctable, la firme anticipe la disparition des "retailers" d'occasion à travers le monde, abandonnant simplement l'old gen aux enseignes ultra-spécialisées pour laisser une place au retrogaming. Et pour la compenser, Microsoft s'apprête d'après moi à développer son propre réseau de revente, qui serait cette fois totalement virtuel. Imaginez la situation : vous avez bouclé votre jeu à quatre heures du matin, et vous avez envie de continuer votre nuit blanche sur la nouvelle bombe sortie à minuit. Pas de souci, vous revendez votre code (au store lui-même, ce qui semble peu probable, ou plutôt à un autre utilisateur, ce qui semble plus rentable pour Microsoft et les éditeurs tiers qu'une rétrocession des droits d'utilisation du jeu à l'éditeur) à un prix préférentiel, sur lequel Microsoft perçoit une dîme qui sera redistribuée partiellement aux éditeurs, et vous réapprovisionnez votre portefeuille virtuel, que vous abondez de quelques dizaines d'euros pour acheter le titre de vos rêves.

Pour faire clair : vous payez votre jeu au prix fort minoré de la somme acquittée par l'utilisateur à qui vous avez revendu votre ancien titre, l'acheteur d'occasion récupère un titre à prix préférentiel et la plus-value effectuée sur la revente d'occasion va aux ayant-droit. Tout le monde y est gagnant, la part des détaillants étant répartie entre ces trois acteurs. En apparence du moins.

L'idée n'est pas nouvelle : pour augmenter ses gains, il est toujours intéressant de faire disparaître une étape dans le circuit de vente d'un produit. C'est notamment avec ce problème que l'industrie du disque se bat aujourd'hui. Et il n'est même pas exclu que pas mal de joueurs puissent y trouver leur compte. La question se pose en revanche de la pérennité de ces jeux lorsque la péremption technologique aura rempli son oeuvre, et que la Xbox One elle-même viendra garnir les rayons des magasins d'occasion retrogaming ou les annonces du boncoincoin. Mais Microsoft a sur ce point sans doute encore une longueur d'avance, étant entendu qu'il n'est pas du tout inenvisageable de voir apparaître une mise à jour permettant d'affranchir la console, en fin de vie, des barrières érigées pour préserver les intérêts de Microsoft au plus fort du cycle de vie du hardware.

La véritable zone d'ombre, en fait, est ailleurs. Si le modèle commercial que j'envisage se vérifie, c'est toute une époque qui s'apprête à vivre ses derniers jours. Les enseignes généralistes et spécialisées, si elles survivent, se chargeront de la distribution des titres neufs et assimilés - en admettant que la dématéralisation ne fasse pas de pas de géant dans les cinq prochaines années, et en espérant que les marges minimes sur le neuf seront un peu revues à la hausse, histoire que nous ne perdions pas la FNAC et Micromania après Game et Virgin - et le joueur devra abandonner tout idée de partir à la recherche du jeu rêvé avec l'espoir d'une bonne affaire à réaliser, le contrôle des prix de revente semblant aller de paire avec le système précité. Et ceci, sans même aborder la question des multiples restrictions que suppose le rattachement d'un jeu à un compte utilisateur en termes de partage et de convivialité.

C'est une manière de concevoir le jeu vidéo, en tout cas, qui n'en finit pas de m'interroger: à bientôt 40 balais, je ne suis pas sûr de vouloir contribuer à la mort du loisir tel que je le vis et l'aime depuis que je suis gamin. L'affaire n'étant apparamment pas encore totalement actée, selon plusieurs papiers, je veux croire que les grands penseurs de Microsoft feront marche arrière et proposeront un modèle économique plus respectueux des joueurs, du marché de l'occasion et des collectionneurs. Car le jeu vidéo n'est plus seulement un loisir: il est un patrimoine, une épopée culturelle qui a vocation à être partagée, notamment dans les médiathèques où il a récemment fait son apparition. Il n'appartient pas seulement à ceux qui l'ont créé et qui en ont fait leur business...

 

Sources :

http://kotaku.com/you-will-be-able-to-trade-xbox-one-games-online-micros-509140825

http://www.gameblog.fr/news/35733-xbox-one-occasion-et-connexion-permanente-microsoft-tempere

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/869347-xbox-one-et-l-occasion-microsoft-a-rompu-avec-la-philosophie-du-gaming.html

http://www.jeuxcapt.com/Xbox-One---Pas-de-connexion-obligatoire-ni-de-taxe-sur-les-jeux-actualite-17352.html

http://www.polygon.com/2013/5/21/4353538/xbox-one-perform-recurring-online-checks-even-for-offline-play

Ajouter à mes favoris Commenter (23)

Commentaires

Noiraude
Signaler
Noiraude
Mais pas nécessairement, puisqu'un scénario envisageable ferait, selon moi, que cet argent pourrait venir alimenter les porte-monnaie virtuels des joueurs, à l'image d'un fonctionnement à la Paypal. La grande question tiendrait alors à savoir si l'on peut sortir cet argent pour d'autres usages, ou non. Mais là, je n'ai pas de boule de cristal....
Jayetbobfr
Signaler
Jayetbobfr
Il y a un point que tu ne précises pas : L'argent récolté pour la revente de la "licence" reviendrait fatalement à un autre jeu sur Xbox One ou à ses services. Ce n'est pas de l'occasion à proprement parler car quand tu revends un jeu aujourd'hui, tu peux faire usage de cet argent comme bon te semble, acheter un jeu sur 360, PS3, 3DS etc... même pas forcément du jeu vidéo.

S'il se passe ce que tu prédis, on sera dans un système totalement verrouillé où l'argent investi dans la console et les jeux ne sortent jamais du dit système. On se rapproche plus d'un programme de fidélité.
Sharn
Signaler
Sharn
Il n'y a vraiment que le jeu vidéo (et peut-être les logiciels mais je n'en suis pas sur) qui se foutent autant des consommateurs en chiant sur l'occasion.
Kurokami
Signaler
Kurokami
Rien de plus à ajouter à ce qui a été dit par les autres. Cet article est de loin le plus intéressant que j'ai pu lire sur la Xbox One et sur le nouveau modèle de l'occasion. En effet, il y a de très fortes chances que ce modèle soit mis en place même si les contraintes technologiques me taraudent l'esprit. On verra ce qui sera, au final, mis en place par Microsoft mais l'avenir est au dématérialisé, cela serait donc dans la logique des choses.
Noiraude
Signaler
Noiraude
Pas que. La baisse des profits dans le monde de la distribution de produits culturels est une généralité. Virgin en liquidation, la FNAC menacée, Game qui ferme, Micromania qui a eu quelques frayeurs...
pizapan64
Signaler
pizapan64
Attention l'effondrement de game France provient surtout d'une mauvaise gestion et d'un manque d'innovation dans les boutiques. Mais également de mauvais choix terriblement dévastateurs ...
Noiraude
Signaler
Noiraude
@ seb: pas ma cam non plus...
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Merci pour cet excellent article Noiraude (pour pas changer) en revanche je n'ai qu'une chose à leur répondre "ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE CORDIALEMENT!"
Noiraude
Signaler
Noiraude
@ Liedh: Mais toi, tu comptes pas pour un joueur moderne :lol:
@ Newgame : J'espère cet accompagnement, mais je n'y crois guère.
newgamemachine
Signaler
newgamemachine
Merci pour cette pertinente réflexion. Je crois qu'il y aura des mesures d'accompagnement pour les détaillants, sinon, il y aura une guerre de tranchée où tout le mode risque de perdre gros. Mais, comme tu le dis, c'est une tendance inéluctable, la généralisation de la dématérialisation donnera le coup de grâce à l'occaz.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Comment ça, "nous sommes tous responsable" ? ;)
Je te rappelle que je me fiche comme d'une guigne des jeux AAA et que je ne suis toujours pas passé à la gen PS3.
B)

Je suis un rebelle dissident qui s'ignore. Et fier de l'être. Ha ha. :D
Noiraude
Signaler
Noiraude
@Izis7r : Si le business model de Microsoft se vérifie, les éditeurs vont effectivement sans doute chercher à le favoriser. De là à rétablir les exclusivités ? Ce sont les ventes de hardwares qui en décideront...
Noiraude
Signaler
Noiraude
@ Liedh : La recherche de profit est une donnée de base du capitalisme. Microsoft va sans doute justifier sa démarche en expliquant qu'il faut financer l'explosion des coûts de développement, et n'aura pas tort dans le fond : chaque nouvelle génération est plus coûteuse à programmer que la précédente, surtout dans un contexte où seuls les triple A parviennent encore à tirer leur épingle du jeu. Si ce prix de développement est supporté par les joueurs, on peut s'attendre à voir débarquer des jeux à 70, voire 80 euros. Ce n'est guère envisageable. Maintenant, c'est sûr, cela signifie aussi la maîtrise totale du circuit de vente par un seul acteur : ce n'est JAMAIS au profit du consommateur. Mais comme dit, de cette situation nous sommes tous responsables.
izis7r
Signaler
izis7r

En outre, qu'on ne me fasse pas croire que les ayants-droits seront les premiers bénéficiaires du dispositif. Ils auront la part que voudra bien leur laisser Microsoft, et je suis prêt à parier que celle-ci sera loin d'être substantielle.


j'irai encore plus loin dans ta pensée.

rien n'oblige Microsoft a reversé quelque chose aux éditeurs sauf si ces derniers éditent des exclusivités pour leur plateforme. l'exclusivité réinventée...

"Hey bonjour EA, t'es déjà là!!!
installe toi à coté d'Activision.
on attends Ubisoft, il devrait pas tardé.
la transhumance, c'est tellement beau a voir..."
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Excellent article, comme toujours. Tu as très bien exprimé mes propres craintes en te projetant au-delà de cette seule annonce et en envisageant les probables conséquences à moyen, voire à long terme.

ça ne me coûtera pas grand chose, mais je ne participerais pas à cette mascarade. Je ne fais pas partie des fervents opposants à la société de consommation, j'accepte que les constructeurs me mentent et me fassent prendre leurs vessies pour des lanternes... mais seulement s'ils s'en donnent la peine et s'ils le font bien. Ici, Microsoft ne cache rien de son objectif number one : le fric, le flouze, l'oseille, la thune. Le reste n'est que littérature. Bien sûr, "ils en sont tous là". Mais eux sont les seuls à l'afficher aussi ouvertement, sans honte et sans reproches (encore que ce matin, il semble qu'il y ait du damage control dans l'air). Elle est loin, l'ère de la passion, de l'envie, du bidouillage. Le dieu Pognon est passé par là.

Mais dans cette politique, ce que je trouve le plus infect, c'est ce statut spécial, bâtard, auquel accède le jeu vidéo. Comme s'il était, d'une certaine manière, supérieur à la chose écrite, au cinéma, à la musique, et qu'il méritait sa jurisprudence à part. Temporairement, du reste. Musique et cinéma pourraient être tentés de suivre le même chemin. Il nous restera toujours les bouquins, à ne pas chercher à goinfrer tout le monde jusqu'à ras-la-gueule. Ce sont aussi eux qui rapportent le moins. Coïncidence ?

En outre, qu'on ne me fasse pas croire que les ayants-droits seront les premiers bénéficiaires du dispositif. Ils auront la part que voudra bien leur laisser Microsoft, et je suis prêt à parier que celle-ci sera loin d'être substantielle.

Bref.
On pourra toujours arguer que tout cela est dans l'intérêt des créateurs et des développeurs. Au regard de ce qui précède, je n'en crois pas un mot. Comme je l'écrivais, si on doit me mentir, j'attends qu'on le fasse mieux que ça.
J'ai ma fierté.
Dysilik
Signaler
Dysilik
je suis un habitué d'une boutique dans laquelle je prend tous mes jeux wiiU et 3DS. j'ai des goodies gratos, les vendeurs me reconnaissent. J'ai pas envie de perdre ça et j'ai pas envie qu'ils perdent leur emploi. Mais je le sens pas bien, ça sera pas tout de suite il reste Sony et Nintendo, les cartes pour tout le monde car il ne faut pas oublier que beaucoup même parmis les jeunes n'aiment pas payer sur internet.

Je prendrai les versions boite mais j'espere vraiment ne pas a avoir à changer de cd pour changer de jeu dans la console.

Seulement voila, même en faisant je suis pas sûr de leur rapporter beaucoup à acheter que du neuf.
Noiraude
Signaler
Noiraude
j'ai hésité à aborder la question des emplois, mais ce n'était pas le lieu, le post étant déjà très long. Ce n'est pas si simple, la situation dépendant fortement des choix technologiques des concurrents, de la persistance de l'attrait du support physique chez certains joueurs, et surtout de l'anticipation des retailers, qui doivent trouver des modèles alternatifs pour préserver leur rentabilité. ce n'est pas une restructuration impossible. Mais souhaitons qu'elle soit un succès, je ne veux pas revivre la détresse des salariés de Game ou de Virgin. Détresse qui est d'ailleurs celle de beaucoup de gens par les temps qui courent...
Noiraude
Signaler
Noiraude
Question de génération. Je suis attaché à l'objet, à ce qu'il signifie, à sa place dans mes souvenirs, dans l'histoire du medium... Mais je sais que le démat va prendre le dessus, je ne me fais aucune illusion.
xPRINCE VALIUMx
Signaler
xPRINCE VALIUMx
"je pense que beaucoup d'emploi vont disparaitre."
Espérons que non, parce que avant de penser à nos gueules d'affamés de gamers, y'a surtout beaucoup d'emplois en jeux dans la redistribution :/
Dysilik
Signaler
Dysilik
"le jeu vidéo n'est plus seulement un loisir: il est un patrimoine"
j'ai vibré à cette phrase mais je pense que beaucoup d'emploi vont disparaitre.

Le fait que le jeu doit être installé obligatoirement et après le cd ne sert plus ni dans ta console ni dans celle des autres.
C'est le pas de géant dont tu parles.
C'est du tout dématérialisé camouflé...

Moi personnellement sur ordi je suis déjà en tout démat' (mon prochain ordi n'aura pas de lecteur c'est sûr je n'ai JAMAIS utilisé celui qui est sur ma bécane)
Sur la WiiU j'aurais voulu mais maintenant que j'ai des boites je veux pas la moitié dans un autre format. 3DS pareil j'aurais préféré ne pas avoir a changer mes cartouches.

C'est un peu violent, mais se faire coller des amendes car on à téléchargé une série qui passe à la télé c'est aussi violent.
xPRINCE VALIUMx
Signaler
xPRINCE VALIUMx
Tu as bien raison, c'est comme l'apparition de la musique en démat'. Il y a quelque année de celà, JAMAIS je n'aurai acheté de la musique sans en posséder l'album. Et maintenant, il m'est pratiquement inconcevable d'aller en magasin pour acheter un album. ( Bon je l'ai fait pour le nouvel album des Daft Punk, mais c'est différent :P )

Le support physique est un époque révolue. Maintenant fini les prises de tête, je vais sur iTunes, un petit tapotement et hop j'ai ma musique, c'est tellement simple et agréable ...

Et le jeux vidéo va de plus en plus se rapprocher de ce modèle économique, jusqu'au jour où la plateforme ultime de la démat' sera inventé, et tout deviendra facile comme pour iTunes. Steam en à ouvert la voie ...
Noiraude
Signaler
Noiraude
Il me semble hélas fortement probable que nous vivions les dernières heures du business modèle vidéoludique tel que nous le connaissons. La liquidation de Virgin et les menaces pesant sur la FNAC montrent bien combien les supports physiques sont en perte de vitesse. Mais de cela, nous sommes tous responsables. Il n'est pas juste de faire peser le poids de cette responsabilité uniquement sur les fournisseurs de contenus, qui s'adaptent à leur époque.
xPRINCE VALIUMx
Signaler
xPRINCE VALIUMx
J'aime beaucoup ton article. Tu as analysé toutes les déclarations de manière objective, contrairement à tout ceux qui râlent sans vraiment analyser les faits.

Pour ma part, je suis d'accord avec la majorité de tes propos, blocage de l'occaz contourné par un nouveau modèle de revente, pourquoi pas si la chose s'avère intéressante pour notre portefeuille. Après j'aime mieux à penser qu'il n'y aura finalement pas ce nouvel bouleversement, j'aime à penser que le jeux vidéo restera comme on le connait aujourd'hui.

Enfin maintenant Wait and See, attendons les réponses concrètes de Microsoft avant de hurler.

Édito

Ceci n'est pas un blog.

Ceci n'est pas une pipe.

Ceci est une fenêtre sur un pré où je pais en paix.

Les vidéos de Noirdenoir sur Dailymotion  

Suivez-moi sur Twitter @Noirdenoir67

Ou sur la communauté Facebook Rêves électriques (toute jeune !)
https://www.facebook.com/noiraude67/

Le site pour les amis de l'illustre Seb le Caribou: http://seblecaribou.wordpress.com/about/

 Et si vous avez envie d'une petite partie de Mario Kart 8 avec moi : Noiraude67
 

Archives

Favoris