Rêves électriques

Rêves électriques

Par Noiraude Blog créé le 17/09/10 Mis à jour le 14/05/17 à 18h00

30 ans de passion pour les jeux vidéo, le Japon et le cinéma, ça laisse forcément des traces. Vous voulez en savoir plus?

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux vidéo

 

Bonsoir à tous,

 

J'ai toujours bien aimé Hokuto no Ken. Gamin, je regardais le Club Dorothée le mercredi après-midi rien que pour savoir ce qu'il allait advenir de la sanglante bataille opposant le Hokuto de cuisine au Nanto de vison. C'était le bon temps, du mois jusqu'à ce que Familles de France fourre son nez là-dedans...

Puis, quand j'ai grandi, j'ai découvert l'oeuvre originale de Buronson et Tetsuo Hara, première grande interrogation de la culture nippone sur le cataclysme qui s'est abattu sur l'île au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Je fus soufflé, en ce temps-là. N'en déplaise à certains, Fist of the North Star est en effet loin d'être une oeuvre idiote. Si certains de ses traits sont critiquables - la violence pour répondre à la violence, la métaphore christique parfois maladroite (et c'est un euphémisme)... - la dimension post-apocalyptique de l'oeuvre témoigne du traumatisme terrible dont a souffert - et dont souffre encore - le peuple japonais depuis le bombardement d'Hiroshima et Nagasaki, mais aussi de l'antagonisme historique qui oppose la population de l'archipel à celle de la Chine. Et puis, nom de nom, c'est tout de même d'une gigantesque épopée que l'on parle, l'une des plus riches que le manga, en tout cas, ait pu imaginer. Il faudra que je songe à vous rédiger un billet sur le sujet.

Le jeu vidéo, pourtant, a rarement su rendre hommage au matériau originel du manga. Un problème qui remonte à loin. Les adaptations 8 et 16 bits de la franchise sont assez navrantes, ainsi, hormis Black Belt, sorti en 1986 sur Sega Master System et qui constitue la première adaptation de la saga dont je me souvienne. Ah, Black Belt. Le titre original du jeu au Japon était bien Hokuto no Ken, mais le logiciel avait subi une refonte totale pour son exportation à l'international, des graphismes à la bande son, et toutes les références au manga, alors inconnu hors des frontières nippones, avaient été évacuées. Kenshiro avait été remplacé par un karatéka, vous imaginez le tableau. Néanmoins, c'était bien le concept Hokuto qui était à l'oeuvre, sensible tout particulièrement dans les combats contre les boss dont il fallait trouver le point faible avant de leur infliger la rafale de coups qui convenait. Black Belt était un pur divertissement arcade, sans doute l'un des premiers vrais beat'em all de l'histoire des jeux vidéo. J'y joue encore régulièrement, en heureux possesseur de Master System. J'évite en revanche la version japonaise du titre, bien trop difficile à mon goût.

Mais comme je le disais plus haut, le reste de la production vidéoludique était loin de faire honneur à l'homme aux sept cicatrices. Le Last Battle de la Megadrive est désespérant, antiludique au possible, et je ne parle même pas des adaptations Super Nes de Toei Animation qui ont enchaîné, opus après opus, des catastrophes monumentales. J'imagine que j'oublie, ça et là, quelques adaptations de la saga (après vérification, il y a d'ailleurs eu des versions C64, NES et Amiga), mais je préfère me cantonner dans ce billet aux titres que j'ai pu pratiquer. De toute manière, si un Hokuto no Ken valable était sorti à l'époque, je veux croire que je ne l'aurais pas raté.

De fait, les consoles 32 bits ont quasiment fait l'impasse sur la saga. Aucun éditeur hormis Banpresto ne s'y est frotté sur Saturn et Playstation, et encore : Fist of the North Star n'était même pas un véritable jeu, puisqu'il ne s'agissait que de choisir les actions que l'on souhaitait réaliser parmi le panel proposé, avant de voir le résultat de ce choix à l'écran. Un gigantesque QTE avant l'heure...

A l'époque, on pensait la franchise vouée à la disparition. C'était cependant sans compter SEGA, qui a repris la licence en proposant en arcade, sur le hardware Atomiswave, sa propre vision du mythe. Ne pas connaître ce jeu est un crime pour tout fan de Hokuto no Ken. A mon sens, il s'agit du titre le plus abouti ayant jamais été réalisé d'après l'oeuvre. Beat'em up survolté, Hokuto no Ken Fighting a en effet bénéficié d'un développement assuré par le studio Arc System Works (Guilty Gear, BlazBlue...). Et le résultat, en arcade, est bluffant : sorti au début des années 2000, Hokuto no Ken Fighting permet d'incarner les plus grands combattants de la saga, de Ken à Raoh, en passant par Toki, Jagi, Rei, Shin, Sauzer, Mamiya, j'en passe et des meilleures, et propose l'un des gameplays les plus riches de l'histoire des jeux de combat 2D. Surtout, il se fait fort de proposer des graphismes impressionnants pour l'époque - au-delà de la claque Street Fighter III, c'est dire -, jouit d'une animation sans faille et, cerise sur le gateau, embarque la bande son originale de l'anime. Si vous avez une borne chez vous, prévoyez l'acquisition d'urgence. Et si vous n'en avez pas, mettez la main sur une PS2 dézonée et commandez le titre au Japon : une adaptation du logiciel, un peu décevante certes si l'on a goûté à l'original mais néanmoins de bonne qualité, a été consentie à la console de Sony... mais uniquement pour le marché nippon. Encore aujourd'hui, je ne comprends pas pourquoi Sega n'a pas donné à ce jeu une chance à l'international, ne serait-ce qu'en dématérialisé...

 

Depuis, en dehors de quelques jeux de pachinko qui font notamment le bonheur des fans sur les portables de Nintendo, pas grand-chose à se mettre sous la dent. Du moins, si l'on omet les deux adaptations proposées par Koeï et calquées sur la jouabilité des Dynasty Warriors. La première, Hokuto no Ken : Ken's Rage, a vu le jour en 2010 et souffrait de trop de faiblesses, à commencer par une vitesse de déplacement incroyablement faible, pour être convaincante. La seconde arrive le 8 février prochain. Et bonne nouvelle, elle change quelque peu la donne. J'ai pu m'y essayer.

 

Ken's Rage 2 : une bonne surprise ?

Au terme de deux bonnes heures de jeu et après avoir mis Shin, le premier vrai grand boss, au tapis, un premier constat: le scénario suit assez scrupuleusement celui du manga, quand bien même le look général affiché à l'écran se rapproche davantage des Shin Hokuto No Ken que de l'animé et du manga originaux. Autre bon point, Koei a vraiment retravaillé le fond de jeu, et propose désormais un gameplay moins pataud, plus vif. L'on sent que les coups sont réellement portés, et un effort a été consenti pour rendre les enchaînements nettement plus impressionnants. Vous pourrez y faire usage des 1000 poings du Hokuto à répétition au beau milieu de vos combos, mais aussi introduire vos pouces dans le crâne des ennemis pour les voir exploser quelques secondes plus tard sous vos yeux. Quant aux esquives, elles ont été simplifiées et sont désormais très agréables à utiliser en plus d'être visuellement attractives.

Visuellement, si un effort a ici encore été fait pour rendre la chose plus acceptable, il ne faudra pas s'attendre à des miracles. Du moins, dans les zones où pullulent les sous-fifres et les commandants des boss, désespérément raplapla. En revanche, pour ce que j'ai pu en voir, les choses changent du tout au tout lorsque l'on arrive en fin de niveau: par exemple, la tour de Shin revêt un aspect nettement plus léché que le reste des environnements qu'il faut traverser pour y arriver. Vous me direz, cela n'enlève rien à la modélisation ratée des visages des principaux protagonistes. Heureusement, ce n'est réellement gênants que lors des gros plans des cut-scenes.

Un autre aspect agréable du titre tient d'ailleurs, justement et paradoxalement, à ses cinématiques. Si celles-ci sont le plus souvent constituées d'écrans fixes modélisés en 3D, ces écrans sont agencés de manière à donner l'impression au joueur de lire un manga. Les voix, en japonais, sont également assez convaincantes. J'ai l'impression que les doubleurs sont ceux qui ont officié sur les anime Shin Hokuto No Ken, mais je dois encore le vérifier. Toujours est-il que l'on se laisse guider avec plaisir à travers l'histoire de Hokuto No Ken, pour le coup assez complète et bien narrée. Et ce n'est que la partie émergée de l'iceberg, puisqu'un autre mode permet de revivre l'histoire en empruntant le chemin d'autres héros de l'aventure. Autant dire qu'il y a de quoi faire.

Concernant le système de progression en expérience du personnage principal, le titre offre la possibilité de l'upgrader au moyen de parchemins qu'il faut glâner en solo ou en ligne - un mode online existe, que je n'ai pas encore essayé ; donc, j'y reviendrai. Le système me laisse toutefois un peu dubitatif. Pas franchement clair, pas réellement cohérent - que font ces parchemins au beau milieu de l'histoire du Hokuto ? - il aurait peut-être gagné à proposer une évolution plus classique, avec déblocage progressif de nouvelles facultés et, pourquoi pas, arbre d'évolution dans lequel le joueur oriente son personnage à son gré vers les compétences qu'il souhaite privilégier. Mais ici encore, je laisse sa chance au concept : je l'évaluerai réellement une fois que j'y serai plus habitué.

Enfin, je terminerai sur ce qui constitue à mon sens la plus grande aberration de cet opus : la bande originale de l'anime a à nouveau été évincée, au profit d'arrangements rocks et classiques de bonne facture, mais fadasses et sans personnalité. Sans doute un problème de droits, une fois de plus, mais il faudra que les éditeurs successifs s'attaquant à la franchise finissent par le comprendr : la musique fait partie intégrante de l'expérience Hokuto no Ken, le titre s'adressant pour l'essentiel à une frange de joueurs qui sont des fidèles de la saga...

Ajouter à mes favoris Commenter (19)

Commentaires

ipiip
Signaler
ipiip
messieur, mesdames voyons, le meilleur jeu hokuto no ken c'est la version arcade, avec les punching bags ! period ever
angryanonymous2
Signaler
angryanonymous2
Bon article, bien documenté. Je me souviens encore de l'époque où mon pote qui avait la Master System nous a sorti Black Belt : on a tous pensé à la même chose en y jouant, des heures et des heures. Des années plus tard, larmes de triomphe aux joues, internet nous a donné raison.
Sinon, à mon humble avis, le meilleur jeu Hokuto no Ken de tous les temps est sur Nintendo DS (celui avec les planches de manga scannées, pas le simulateur de jackpot) car c'est le seul, si l'on excepte le merveilleux jeu d'arcade sorti au début des années 2000, à faire ressentir physiquement l'impression de pratiquer le Hokuto shinken.
Celimbrimbor
Signaler
Celimbrimbor
J'aime beaucoup Hokuto no Ken. Et je trouve que les doubleurs méritent la mort pour ce qu'ils ont fait.
Très bon article, il faudra que j'essaie de mettre la main sur le jeu.

Celim.
polemix
Signaler
polemix
il n'y a que moi qui trouve le jeu ps1 excellent ?
Noiraude
Signaler
Noiraude
Yep Mrtomate :o)
Noiraude
Signaler
Noiraude
Mais de rien ;o) Tu connais l'histoire de ces dialogues, sinon ? Les doubleurs, à l'époque, ont refusé de continuer à travailler sur un dessin animé qu'ils jugeaient ultra-violent et facho. L'accord qu'ils ont trouvé avec la boite de prod a été de leur laisser carte blanche quant aux textes prononcés par les personnages du dessin animé en français. En réalité, les jeux de mots à deux francs six sous (tu peux retrouver les plus croustillants à l'adresse http://prince.of.dar...r/repliques.htm) n'ont rien à voir avec l'oeuvre originale, beaucoup plus sombre.
Allez, pour la bonne bouche :
"Ca m'est égal, na, ça fait même pas mal!
- Dans sept secondes tu seras mort
- Nan nan pas sept secondes, c'est pas assez ! Donne m'en deux de plus !"
mrtomate
Signaler
mrtomate
Au fait, Tetsuo Hara est l'invité d'honneur de Japan Expo cette année ;)
Kurokami
Signaler
Kurokami
Ce que j'ai adoré dans Ken c'était quand même les dialogues. L'anime m'avait bien plu malgré la censure et de temps en temps, quand je tombe sur un épisode je le regarde. Cependant, je n'ai pas regardé les séries plus récentes ni les versions mangas et j'ai encore moins joué aux jeux. Même si un ami m'avait conseillé de tester celui de 2010.

Sinon, très bon article et un grand merci pour cette petite rétrospective :)
Maidencloud
Signaler
Maidencloud
Je ne suis pas un grand fan de ken.
Mais moi, j'adore la mélodie du trailer, sur fond de rythme Metal. ça me donne envie de jouer au jeu.
Dark_Gatsu
Signaler
Dark_Gatsu
Si c'est pour les graphismes, on est d'accord là-dessus Noiraude, je m'en tenais qu'à l'anim' du jeu : c'est sûrement la concession que fait Arc Sys pour faire des sprites à une résolution aussi élevée. On voit encore ce genre de différence actuellement d'ailleurs : KOF XIII a laissé ses sprites en 480p pour avoir une anim' aussi fouillée que 3.3 alors qu'Arc Sys avec BlazBlue a continué sur sa lancée en ayant une anim' découpé à la serpe et des sprites en 720p. ;)
Noiraude
Signaler
Noiraude
La version GB > all, Liedh ^^
Pour le reste, Ken, on aime ou on déteste. Mais je suis sûr que P.Y.T. finira par te faire changer d'avis :lol:
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Pfffff, le seul vrai jeu à avoir capté toute l'essence de l'awesomness du manga d'origine, c'est la version Gameboy. Et je sais que tu ne me contrediras pas (persuadé que tu seras que je fais du second degré ! :evil: ).

Non mais Ken, j'ai jamais pu. Premier épisode au Club Do, je suis tout de suite allé vomir après l'épisode. J'ai refusé d'en regarder d'autres ensuite, mais à partir du moment où les doubleurs sont partis en sucette, j'ai commencé à accrocher... Je me souviens d'Animeland qui avait proposé dans ses pages un dossier ultime, à l'époque, et je m'étais dit : "woaaaaw, mais en fait, il y a une super intrigue, en arrière-plan". Alors j'avais essayé de m'y remettre. Mais ladite intrigue était tellement en arrière-plan de l'arrière-plan que je suis retourné jouer à la version Gameboy. B)
Noiraude
Signaler
Noiraude
Et arrête de faire du plat à P.Y.T sur mon blog, non mais :lol:
Noiraude
Signaler
Noiraude
Mais Narga, au risque de me répéter, c'est ce qui rend HNK Fighting si particulier. Maîtriser Toki; ou même Raoh, c'est un vrai bonheur, et c'est ce qui rend les combats passionnants. Qui trouvera l'ouverture pour passer son enchaînement de la mort qui tue ? ^^ Je dis ça, je me suis acheté une Atomiswave et la cartouche du jeu rien que pour y jouer dans sa version originale, hein :lol:
Narga
Signaler
Narga
Excellent article et franchement si tu fais un billet sur le manga ( un de mes manga préféré), je serai heureux de le lire.

Par contre, je ne suis pas d'accord avec tes propos sur Hokuto no Ken Fighting, le jeu est fun et reprend bien l'univers mais a un gameplay complétement pété si tu y joues un petit peu sérieusement, des combo et loop infini, des priorité et des hitbox de certain coups over abusés, etc... et surtout Toki (Dieu :D) God tier de la muerte.

@P.Y.T: Copine :kiss: pour citer Fist of the Blue sky.
Noiraude
Signaler
Noiraude
Je parlais des graphismes, Gatsu. L'animation est effectivement meilleure sur le SF 3 (je possède la 2nd impact) mais le rendu final du HnK est meilleur, à mon goût. Quant aux infinite, tu le dis bien: ils font partie du charme du jeu :-)
Dark_Gatsu
Signaler
Dark_Gatsu
J'adore HNK Fighting mais je ne peux partager ton avis sur l'animation du titre : on est à des années-lumière de 3.3 et je pense que c'est voulu (Arc Sys n'a jamais fait des jeux à l'anim' au top, les Blazblue nous le confirment). De plus, le jeu est blindé de bugs donnant lieu à des infini gratos voire des persos bloqués...mais c'est ce qui rend le jeu "culte" pour beaucoup dont moi. ;)
Noiraude
Signaler
Noiraude
C'est vrai que Fist of the Blue Sky est vraiment sympa. Mais j'ai trouvé le ton presque trop "fantasque" pour une oeuvre en filiation avec North Sky...
P.Y.T.
Signaler
P.Y.T.
J'adore Hokuto no Ken, et je partage ton avis sur le manga.
Je préfère tout de même Fist of blue sky : sa réécriture de l'histoire chinoise, sa description de Shanghai, et sa manière de traiter de l'holocauste est juste wahou !
Merci pour cet article !

Édito

Ceci n'est pas un blog.

Ceci n'est pas une pipe.

Ceci est une fenêtre sur un pré où je pais en paix.

Les vidéos de Noirdenoir sur Dailymotion  

Suivez-moi sur Twitter @Noirdenoir67

Ou sur la communauté Facebook Rêves électriques (toute jeune !)
https://www.facebook.com/noiraude67/

Le site pour les amis de l'illustre Seb le Caribou: http://seblecaribou.wordpress.com/about/

 Et si vous avez envie d'une petite partie de Mario Kart 8 avec moi : Noiraude67
 

Archives

Favoris