Rêves électriques

Rêves électriques

Par Noiraude Blog créé le 17/09/10 Mis à jour le 21/11/16 à 14h44

30 ans de passion pour les jeux vidéo, le Japon et le cinéma, ça laisse forcément des traces. Vous voulez en savoir plus?

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux vidéo

Bonjour à tous,

Voici le test de Resident Evil, jeu certes non exempt de défauts mais à propos duquel je trouve que beaucoup de joueurs, et de critiques, ont été injustes. Un opus de qualité qui mérite, à mon goût, que les fans se laissent tenter...

Comme toujours, retrouvez cette chronique, et ses à-côtés, sur http://www.dna.fr/loisirs/jeux-videos

 

Vous reprendrez un peu de zombie ? [ 2.11.2012]

Série fondatrice du genre survival horror, Resident Evil a muté au même rythme que le virus créé par la maléfique multinationale Umbrella Corporation. Pour devenir, à la faveur d'un sixième opus surprenant, une aventure chorus mâtinée de grand spectacle et d'action. Nouveau cocktail, nouveaux frissons, mais la recette est efficace et certainement pas dénuée d'ambition.

 

Cliquez pour agrandir l'image

Esthétiquement parlant, Capcom a effectué des choix gagnants en renouant avec les univers traditionnels de la saga. 

Un jeu, quatre scenarii. Le choix de structure est radical, presque déstabilisant pour le fidèle de la série. Là où ses prédécesseurs se contentaient de faire ronronner un concept depuis longtemps balisé, Resident Evil 6 impose, d'emblée, sa volonté de marquer une véritable rupture avec le passé. Et le résultat est là : au lieu d'une aventure linéaire, place à quatre trajectoires distinctes dont il faudra suivre les circonvolutions si l'on souhaite prendre toute la mesure de l'intrigue. Mine de rien, c'est une petite révolution.

Action, fuite, énigmes



Car Capcom, dans un souci d'ouverture de sa franchise culte au grand public, a voulu dynamiser son concept. Quitte à laisser la peur, la vraie frousse sur le bas-côté, la firme nippone a ainsi pris le parti de privilégier une adrénaline plus immédiate, enfant du grand spectacle. Il en résulte une mise en scène particulièrement habile, parfois tapageuse diront les détracteurs, mais indéniablement pourvoyeuse d'une conséquente diversité de ressentis.

Ceci d'autant plus que chaque scénario apporte une petite touche personnelle à l'aventure. Celui de Léon Kennedy et Helena Harper est le plus proche de l'expérience des deux derniers opus, mais aussi celui où le frisson est le plus présent, où la sensation d'oppression née de la menace zombie est la plus forte. Celui de Chris Redfield et Piers Nivans offre une approche nettement plus portée sur l'action, tandis que celui de Jake Muller et Sherry Birkin invite le joueur à ressentir l'urgence de la fuite. Débloqué une fois le reste de l'aventure bouclée, le scénario d'Ada fait enfin, de son côté, la part belle aux énigmes à l'ancienne. On est alors rassuré : le premier Resident Evil n'a pas été totalement oublié.

Des bons points, malgré quelques défauts gênants



Au registre des bonnes nouvelles, Resident Evil 6 propose un univers cohérent, des environnements au design très travaillé. Eglise assiégée, ville en flammes, sous-sols où suintent le mal et les expériences contre-nature réconcilient le jeu avec sa vraie vocation. Mais Capcom fait, ici aussi, acte de diversification, et c'est du coeur des Etats-Unis jusqu'au fin fond de la Chine que le titre construit ses pérégrinations. Si la répétition n'est pas totalement évitée -les quatre scenarii possèdent des boucles communes - le joueur voit du pays et apprécie la balade tout du long, bien que le titre, c'est vrai, soit souvent trop linéaire et scripté. Il aurait beaucoup gagné à laisser au joueur davantage de liberté.

Le gameplay a lui aussi été recalibré, optimisé. Pour un résultat globalement convaincant. Indéniablement, il est désormais plus aisé de se déplacer, de prendre pour cible les ennemis qui se succèdent à l'écran, d'autant plus qu'il est désormais très confortable de tirer en se déplaçant. Certes, l'intelligence artificielle de l'équipier, quand il n'est pas contrôlé par un joueur, laisse encore un peu à désirer. Mais le défaut a ses bons côtés : en ces noirs moments, il faudra apprendre à ne se fier qu'à soi. En revanche, les nouvelles possibilités de déplacement sont mal exploitées : les glissades sont accessoires et la possibilité de se mettre à couvert souffre d'une ergonomie trop déficiente pour être réellement utile dans une partie serrée.

La critique facile



Cliquez pour agrandir l'image

La plupart des héros de la franchise se retrouvent dans cet opus choral de belle facture. 

Il n'en reste pas moins que le plaisir est au rendez-vous. Doté d'une durée de vie plus que conséquente - 20 à 30 heures de jeu au minimum pour boucler le mode histoire -, Resident Evil 6 est de plus bourré de bonnes idées, à commencer par un mode coopératif - hors ligne en écran splitté ou online - aussi efficace que varié. Les modes compétitifs en ligne sont de surcroît rafraîchissants (la variante chasse à l'homme notamment, dans laquelle trois challengers peuvent incarner des monstres dans la partie d'un quatrième joueur, est pleine de promesses, quoique pas encore parfaitement équilibrée), ce qui achève de laisser une bonne impression à propos d'un logiciel pourtant souvent critiqué.

Mais c'est sans doute là la paradoxale rançon de la volonté de Capcom de séduire un public diversifié : multiplier les gameplays - et donc placer le joueur face à des concepts ludiques auxquels il n'est pas forcément habitué -, c'était risquer de ne plus contenter grand monde à l'arrivée. Mais n'en déplaise aux esprits chagrins, ce nouveau rejeton d'une saga culte ne fait pas honte à ses aînés. Viscéral, nerveux, racé, il est au contraire une valeur sûre de cette fin d'année.

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Commentaires

KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

Oui, oui, le jeu bascule dans une autre dimension, hélas pas celle du passionné Mikami ou Inafune. C'est le sacrifice d'une franchise auquel on assiste ici, je me souviens de l'intervention du producteur dans Gamasutra.com arguant que le survival horror avait cessé d'être. Pour quel résultat ? Celui du désarroi. RE6 prétend faire oeuvre de salut public en proposant une jouabilité à géométrie variable au lieu de l'enrichir, le décorum est pure alibi... La cruauté est bien à l'écran mais elle se cache dans la défiguration d'une licence au potentiel certain.


Attention, ils n'ont jamais dit qu'ils abandonnaient le survival. (La preuve que non : Revelations est un pur survival horror et un excellent jeu du genre avec ça) Ils ont dit qu'ils ne pouvaient pas se contenter de faire du survival pour RE6 par ce que ça voudrait dire s'aliéner le public glané avec RE4 et 5.

C'est ça que les gens ont du mal à accepter, on dirait.
Noiraude
Signaler
Noiraude
Je comprends tes arguments, NGM. Mais je suis plutôt dans le camp de ceux qui pensent que oui, on peut trahir une licence si c'est pour lui substituer une autre idée valable de gameplay et d'univers. Or sur ce point, RE6 fait le boulot. Je prends personnellement un panard magistral à monter dans ce grand huit à l'action incessante. Mais encore une fois, je comprends que les fans de la franchise puissent être déroutés, déçus voire en colère.
newgamemachine
Signaler
newgamemachine
Oui, oui, le jeu bascule dans une autre dimension, hélas pas celle du passionné Mikami ou Inafune. C'est le sacrifice d'une franchise auquel on assiste ici, je me souviens de l'intervention du producteur dans Gamasutra.com arguant que le survival horror avait cessé d'être. Pour quel résultat ? Celui du désarroi. RE6 prétend faire oeuvre de salut public en proposant une jouabilité à géométrie variable au lieu de l'enrichir, le décorum est pure alibi... La cruauté est bien à l'écran mais elle se cache dans la défiguration d'une licence au potentiel certain.
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY
Chouette test même si à mon sens le jeu ne laisse pas du tout le survival de côté, grâce à la campagne de Léon. Image IPB
Fuir les monstres, être toujours à court de balles et à deux doigts de mourir. Moi c'est ce que j'attends des bons vieux RE-survival. Et c'est chose faite ici! Image IPB

Ca fait plaisir de voir de plus en plus d'avis positifs sur ce jeu pointer leur nez après la déferlante de haine qu'il a reçu. ^^

J'en ferai peut-être un post à part. Je m'adresse, pour cette chronique, à un public de non-spécialistes, ce qui induit une construction un peu spécifique. Le fan service est évidemment au rendez-vous, mais peut-on le reprocher à une firme qui par ailleurs cherche la novation sur bien des aspects ? je trouve la prise de risques assez couillue, et c'est ce qui coûte assez cher à Capcom, de mon point de vue. Créer quatre gameplays distincts, c'est désappointer tous ceux qui ne sont fans que d'un type de jouabilité précis...


Bah en même temps Capcom ont prévenu tout le monde depuis belle lurette. RE6 a trois (voire quatre) gameplay différents. Ils ont été clairs : il faut jouer à la campagne qui correspond au gameplay qu'on préfère.

Limite ce n'est pas comme un tout cohérent qu'on devrait le juger mais presque comme une compilation de trois (quatre) jeux. Mais les gens n'en font qu'à leur tête et jugent l'ensemble comme s'il devait entièrement correspondre à une orientation précise....

Et en décembre la campagne d'Ada sera accessible du départ. Comme ça les gens ne seront pas forcé de tout faire pour comprendre l'histoire... Ils feront la campagne de leur choix + celle d'Ada et basta.


Moi je préfère les voir faire ce genre d'opus "à la carte" plutôt que s'orienter complètement sur la voie de l'action. Ils n'abandonnent pas les fans des vieux RE, et ça c'est cool.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Pourquoi je ne suis pas surpris que tu ne te joignes pas à l'ire générale, et que tu ne t'arrêtes pas aux seuls défauts. De l'excellent boulot, une fois de plus.
Noiraude
Signaler
Noiraude
J'en ferai peut-être un post à part. Je m'adresse, pour cette chronique, à un public de non-spécialistes, ce qui induit une construction un peu spécifique. Le fan service est évidemment au rendez-vous, mais peut-on le reprocher à une firme qui par ailleurs cherche la novation sur bien des aspects ? je trouve la prise de risques assez couillue, et c'est ce qui coûte assez cher à Capcom, de mon point de vue. Créer quatre gameplays distincts, c'est désappointer tous ceux qui ne sont fans que d'un type de jouabilité précis...
newgamemachine
Signaler
newgamemachine
J'attendais ton argumentation, je ne suis pas étonné. J'aurai aimé que tu creuses sur cette affiliation que tu vois avec les anciens épisodes, minimum syndical et fan service sont quand même évidents...

Édito

Ceci n'est pas un blog.

Ceci n'est pas une pipe.

Ceci est une fenêtre sur un pré où je pais en paix.

Les vidéos de Noirdenoir sur Dailymotion  

Suivez-moi sur Twitter @Noirdenoir67

Ou sur la communauté Facebook Rêves électriques (toute jeune !)
https://www.facebook.com/noiraude67/

 

Le site pour les amis de l'illustre Seb le Caribou: http://seblecaribou.wordpress.com/about/

 

Et si vous avez envie d'une petite partie de Mario Kart 8 avec moi : Noiraude67

 

Archives

Favoris