Rêves électriques

Rêves électriques

Par Noiraude Blog créé le 17/09/10 Mis à jour le 21/11/16 à 14h44

30 ans de passion pour les jeux vidéo, le Japon et le cinéma, ça laisse forcément des traces. Vous voulez en savoir plus?

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux vidéo

Salut à tous,

Aujourd'hui, le test de New Little King's Story sur PS Vita, un titre plus que plaisant qui saura occuper les possesseurs de la portable de Sony un bon petit moment. Vu le rythme des sorties sur le support, c'est plus que bon à prendre...

Vous trouverez ci-dessous le texte principal, sachant que les commentaires et les articles d'accompagnement sont accessibles à l'adresse http://www.dna.fr/loisirs/jeux-videos, comme toujours.

Bonne lecture !

 

 

Aventure

 

Un grand petit roi[20.10.2012]


Sur Wii, Little King's Story avait su séduire en posant un concept à la croisée des genres, associant aventure, RPG et stratégie avec un salutaire esprit décalé. Sa vraie-fausse suite débarque aujourd'hui sur la nouvelle portable de Sony et conserve nombre des qualités du précédent opus. Suffisant pour valoir au titre d'AQ Interactive une place de choix dans la ludothèque PS Vita ?

 

 

Cliquez pour agrandir l'image

Le design enfantin et mignon de NLKS ne doit pas occulter le gameplay, riche et profond. 

Vous avez toujours rêvé de vous retrouver à la tête d'un royaume ? Ce ne sera pas pour cette fois... ou, du moins, pas tout de suite. Le prince Corobo vient en effet d'être victime d'un coup d'état mené par un ennemi bien mystérieux. Hormis quelques fidèles, il a tout perdu, et doit vivre dans une cabane. Cependant, il n'est pas exactement reclus: c'est même, au contraire, une vaste mission de reconquête qui attend le monarque déchu.

Aux ordres du monarque



Faisant l'impasse sur le premier opus pour en devenir un clône non avoué, New Little King's Story (NLKS) reprend sur PS Vita très exactement les mêmes fondements que ceux qui avaient assuré la notoriété du logiciel sur Wii. En clair, la structure du titre, qui invite le joueur à vivre une grande aventure où il devra reprendre ce qui lui appartient et sauver les princesses retenues prisonnières des royaumes voisins, est au coeur de l'aventure et constitue un fil d'Ariane qui occupera à lui seul le joueur, au bas mot, durant une vingtaine d'heures. On ne compte pas même ici les quêtes annexes, c'est tout dire.

Et pas question de lâcher l'affaire avant d'en avoir vu la fin. Ceci, à cause d'un gameplay résolument addictif et bien pensé. Empruntant aussi bien aux jeux de construction qu'à des licences comme Pikmin, NLKS opère en effet une très agréable synthèse entre des genres qu'a priori rien ne rapproche. Corobo, ainsi, ne peut agir directement que de manière très limitée, si ce n'est pour combattre dans la modeste mesure des capacités qui sont les siennes. Monarque jusqu'au bout des ongles, il possède en revanche la capacité de former ses sujets à des tâches spécifiques. Ainsi, certains l'aideront à creuser pour retrouver des trésors, d'autres deviendront bûcherons, fermiers, charpentiers... Ou gardes, même, étant entendu qu'en bon chef d'Etat, Corobo envoie les autres en première ligne pour guerroyer. Une simple pression sur la touche carré, et le loyal sujet s'en ira accomplir la mission pour laquelle il a été formé.

Cliquez pour agrandir l'image

Corobo peut désormais prendre part, dans une modeste mesure, aux affrontements. Mais ce sont ses gardes qui abattront le gros du boulot. 

Les objectifs sont multiples, mais servent immuablement à agrandir le royaume de Corobo et à renforcer les possibilités du monarque. A mesure qu'il progresse dans l'aventure, le joueur peut alors avoir accès -contre des ressources à collecter, bien évidemment- à un nombre croissant de métiers, de zones de construction et se voit en mesure d'utiliser des équipements de plus en plus avantageux... Ce qui confère au titre une sympathique dimension gestion qu'un jeu de rôle n'aurait pas reniée. Et que l'on n'aille surtout pas imaginer que cette gestion est facultative: les combats sont souvent assez tactiques, il faudra donc y opérer un fin contrôle des troupes, de leur retraite et des soins à leur apporter pour remporter la mise. Un petit bonus d'équipement ne sera jamais de trop pour s'assurer une victoire parfois difficile.

Fonctionnalités tactiles plaisantes



Plutôt joli dans sa vue de dessus et fort de graphismes liftés et affinés comparé à la version Wii, NLKS se fait plaisant à l'écran. Il se montre de surcroît assez innovant, intégrant adroitement les fonctionnalités tactiles de la PS Vita pour optimiser son gameplay et osant apporter au concept initial quelques améliorations bien senties, à l'image des princesses sauvées pouvant désormais prendre part aux combats et y apporter une faculté spéciale à usage limité. Suffisant pour faire du titre un incontournable sur la portable de Sony, a fortiori pour ceux qui n'ont pas eu la chance de découvrir l'opus initial sur Wii, et en dépit de quelques chutes de frame-rate qui nuiront un peu au plaisir de jeu lorsque trop de personnages se côtoieront à l'écran. Vive le petit roi !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Ceci n'est pas un blog.

Ceci n'est pas une pipe.

Ceci est une fenêtre sur un pré où je pais en paix.

Les vidéos de Noirdenoir sur Dailymotion  

Suivez-moi sur Twitter @Noirdenoir67

Ou sur la communauté Facebook Rêves électriques (toute jeune !)
https://www.facebook.com/noiraude67/

 

Le site pour les amis de l'illustre Seb le Caribou: http://seblecaribou.wordpress.com/about/

 

Et si vous avez envie d'une petite partie de Mario Kart 8 avec moi : Noiraude67

 

Archives

Favoris