Rêves électriques

Rêves électriques

Par Noiraude Blog créé le 17/09/10 Mis à jour le 21/11/16 à 14h44

30 ans de passion pour les jeux vidéo, le Japon et le cinéma, ça laisse forcément des traces. Vous voulez en savoir plus?

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux vidéo

Alain Souchon ne croyait pas si bien dire : dans Lollipop Chainsaw, la grande affaire, c'est bel et bien de voir sous les jupes des filles. Ou plutôt, sous la mini-jupe de la ravissante Juliet Starling, pomp-pom girl de son état, fermement décidée à masquer ce que l'on aura pourtant tout loisir d'admirer en sa charmante compagnie - et en celle de zombies : une culotte rose bonbon qui semble avoir inspiré à Suda 51 et son équipe de développement de Grasshoper Manufacture un trip vidéoludique des plus déjantés. De mauvais goût ? Oui madame. Rigolo ? Encore oui, trois fois oui. Mais faute avouée est à moitié pardonnée.

Car à l'image d'un Quentin Tarantino ou d'un Roberto Rodriguez, Suda 51 assume. L'esprit badass, les idées décalées, la vulgarité. Se jouer des genres, vouer un culte au Z le plus débridé. Le fan service au public japonais. A l'instar de sa précédente production, le délirant Shadow of the damned, Suda 51 utilise le support du jeu vidéo pour invoquer tout ce qui fait la saveur de ces productions ciné US -les fameux films d'exploitation- qui envahissaient les salles obscures dans les années 50 à 70. Le kitsch, sans doute. Mais aussi la générosité.

En clair ? Un joyeux foutoir où tout est bon pour étonner, choquer, surprendre, amuser. Lollipop Chainsaw se déguste comme un bon vieux beat'em all, à ceci près que son personnage principal -la peu farouche Juliet, donc- est aussi charmeuse que redoutable une fois une tronçonneuse à la main. Et tout est à l'avenant : dans le collège de l'héroïne pris d'assaut par les hordes zombies, l'on va de surprise en surprise, et de fou rire en ahurissement. Nick, le petit ami, est décapité mais sauvé de la mort pour devenir un accessoire vociférant bien utile en certaines occasions du jeu. La famille fait irruption pour expliquer les talents de la demoiselle en matière de kung fu. Les zombies sont cradingues à souhait, et guidés par des boss dont le look n'a d'égal que leur aspect totalement déglingué. Un jeu de miroirs et de paradoxes incessants, où au trash et au gore répondent le rose bonbon et la naïveté -la niaiserie?- de l'univers dans lequel évolue le personnage principal du jeu. Et n'allez pas croire que cet univers ne soit que l'apanage de l'héroïne !

Evidemment, avec une telle recette, Lollipop Chainsaw prend le joueur aux tripes, pour ne plus le lâcher. Mais la réaction peut aussi être épidermique : certains auront du mal à supporter cet improbable mélange des genres, ce teen movie aussi macho que féministe, testostéroné mais où l'apparition d'une poupée Barbie n'aurait pas forcément détonné. D'autant que le jeu, derrière son indéniable créativité, reste malgré tout assez classique, et parfois un peu limité. Le beat'em all finit par être répétitif, le level-design est inégal, la sensation d'évoluer dans des couloirs renvoie à des productions qui avaient cours sur les anciennes générations de consoles. Daté, indubitablement, Lollipop Chainsaw l'est. Jusque dans sa partie purement technique, avec une 3D et des textures totalement dépassées.

Imparfait, donc. Agaçant, également. Il est sûr, encore, que l'on aurait aimé pouvoir parcourir ces quelques heures -bien trop courtes- en coopération avec un autre joueur. Mais Lollipop Chainsaw emporte malgré tout la mise en faisant preuve, sur le plan artistique, d'une honnêteté à toute épreuve. Loin des blockbusters formatés, on pourra y apprécier une véritable petite bouffée d'air frais...

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Commentaires

ipiip
Signaler
ipiip
raaah mais j'ai pas le budget en ce moment ! :)
Martinman
Signaler
Martinman
Oups, je ne vais toujours pas craquer @_@
Noiraude
Signaler
Noiraude
arf, j'en parle, mais dans la version pro de mon papier. T'as raison de l'évoquer, du reste. Je peux passer un quart d'heure dans les menus rien que pour la zique :-)
Chipster
Signaler
Chipster
L'ambiance et les personnages (Juliet est vraiment irrésistible mais sa famille n'est pas en reste non plus !) sont clairement les gros points forts du titre. Parce que niveau gameplay c'est quand même bien relou :/ ce qui m'a le plus énervé c'est ce rythme insupportable de zone à nettoyer et de cut-scenes en permanence pour montrer le chemin à suivre... dans un couloir !!
Mention spéciale à l'OST d'ailleurs, dommage que tu n'en aies pas touché un mot ^^
ThomThom_Pilgrim
Signaler
ThomThom_Pilgrim
En revanche je trouve que le terme de "niaiserie" n'est pas approprié. J'aurais plutôt mis l'accent sur l'insouciance ou la candeur.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Je valide la réf. (et le reste de l'article, par la même occasion, très efficace en terme de pub virale).

Reste plus qu'à faire l'AMV Youtube avec la chanson de Souchon en fond sonore.
Tu as ouvert la boîte de Pandore de Schrödinger, alors au boulot :lol:
Noiraude
Signaler
Noiraude
tant qu'à tout mélanger, hein :lol:
ThomThom_Pilgrim
Signaler
ThomThom_Pilgrim
Citer Souchon pour parler de Lollipop Chainsaw, tu mérites de débloquer un succès/trophée :)

Édito

Ceci n'est pas un blog.

Ceci n'est pas une pipe.

Ceci est une fenêtre sur un pré où je pais en paix.

Les vidéos de Noirdenoir sur Dailymotion  

Suivez-moi sur Twitter @Noirdenoir67

Ou sur la communauté Facebook Rêves électriques (toute jeune !)
https://www.facebook.com/noiraude67/

 

Le site pour les amis de l'illustre Seb le Caribou: http://seblecaribou.wordpress.com/about/

 

Et si vous avez envie d'une petite partie de Mario Kart 8 avec moi : Noiraude67

 

Archives

Favoris