Rêves électriques

Rêves électriques

Par Noiraude Blog créé le 17/09/10 Mis à jour le 14/05/17 à 18h00

30 ans de passion pour les jeux vidéo, le Japon et le cinéma, ça laisse forcément des traces. Vous voulez en savoir plus?

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux vidéo

Hello tous,

Aujourd'hui, petite envie de faire un bond dans le passé. Et précisément du côté de mes toutes premières années à utiliser un PC. Un truc que les plus jeunes auront du mal à imaginer: mon premier ordinateur, un IBM PC XT, tournait avec des graphismes dits "CGA", en quatre couleurs, et les jeus vendus dans le commerce étaient à l'époque disponibles aussi bien sur disquette 3 pouces 1/2... que 5 pouces 1/4. Ce sont ces dernières, souples, que j'utilisais à l'époque. J'en suis un peu nostalgique, puisque c'est sur ce matériel que j'ai découvert mes premiers grands jeux d'aventure. A savoir: ceux de LucasArts, nommés Maniac Mansion, Indiana Jones and the Last Crusade, Indiana Jones and the fate of Atlantis et Loom. Ce sont de ces quatre titres, précisément, que je voudrais parler ici.

Nous sommes en 1987 quand Maniac Mansion débarque sur les étals des magasins. A l'époque, le jeu vidéo, pour moi, se limitait à quelques titres Titus, et à un Pipemania qu'on se refilait entre copains. Je ne vous dis pas la révolution qu'a constitué ce premier jeu d'aventure réellement abouti, doté d'une interface jamais vue jusqu'alors. Il suffisait de sélectionner une action dans le menu installé sous l'image (regarder, prendre, utiliser, aller...) et cliquer sur la zone de l'image avec laquelle on souhaitait interagir. Aujourd'hui, si les jeux d'aventures ont abandonné l'interface textuelle, c'est encore ce principe qui prédomine dans le genre. C'est dire à quel point l'idée a marqué son époque.

Maniac Mansion

Les productions LucasArts ont alors, durant quelques années, toutes utilisé ce type de gameplay. A mon sens, on parle alors de l'âge d'or des jeux d'aventure. Maniac Mansion est devenu culte avec son humour décalé, mettant aux prises une bande de jeunes avec un scientifique totalement allumé.  Surtout, Indiana Jones and The Last Crusade, première adaptation digne de ce nom d'une production cinématographique, reste pour moi une référence: LucasArts, en 1989, profite de la sortie du film pour inviter les joueurs à revivre toute l'aventure, à la ligne scénaristique près, sur leur PC. Quelques énigmes bien senties et un humour ravageur, associées à une réalisation remarquable pour l'époque, font le reste: nous sommes face à un classique absolu. Sa suite, Indiana Jones and The Fate of Atlantis, est sortie en 1992. Pas mal de rumeurs ont circulé à l'époque qui disaient que le jeu avait repris à son compte un scénario recalé pour devenir celui de l'Indy 4 du septième art. Vu la qualité de l'intrigue proposée à l'époque, et comparé à la catastrophe récente du 'Crâne de cristal", on a tendance à penser que Spielberg aurait été plus inspiré de lorgner du côté de l'Atlantide plutôt que de scruter les étoiles pour son quatrième opus...

Indiana Jones and the Last Crusade

Indiana Jones and the Fate of Atlantis

Car c'était là l'une des forces des productions LucasArts. En cette époque bénie, l'histoire comptait autant que la réalisation, ce qui a permis de donner naissance à quelques véritables merveilles de narration. J'en arrive au jeu qui reste pour moi le plus beau souvenir de ma jeunesse: Loom. Moins connu que les titres précités, ce jeu d'aventure est le premier, chez LucasArts, à abandonner le principe de l'interaction textuelle. Un choix plus que judicieux, puisque ce sont les notes de musique qui permettent au jeune héros, Guybrush Threpwood, d'agir sur son environnement. Le joueur entend une mélodie, et la restitue via des notes matérialisées par des lettres à reproduire sur le clavier. Une originalité qui fait aujourd'hui encore de Loom un titre à part, et que tous les joueurs se devraient d'essayer. D'autant plus que l'histoire, celle d'un enfant abandonné dont on découvre progressivement, dans un univers fantastique et médiéval, qu'il est le seul à pouvoir sauver le monde, constitue à mon sens la plus grande réussite des studios Lucas. Si vous doutez de la capacité des jeux à offrir de purs moments de poésie, Loom vous fera indéniablement changer d'avis.

Loom

Maniac Mansion, les deux Indy et Loom proposent, bien entendu, des graphismes 2D datés, au mieux une réalisation en VGA (256 couleurs) qui fera sourire tous ceux qui sont nés avec la 3D. Mais si ces jeux sont encore disponibles pour quelques euros via des plate-formes de téléchargement (Steam en tête), ce n'est pas un hasard: ils restent un patrimoine précieux que les passionnés de jeux vidéo auraient tort de renier. Je viens de passer quelques dizaines d'heures à redécouvrir ces quatre aventures, et je dois bien avouer que cela faisait longtemps que je ne m'étais pas à ce point senti happé par un jeu, une histoire, au point de ne plus pouvoir m'arrêter. Ce qui m'amène, aussi, à m'interroger : pourquoi donc Telltale, qui a négocié les droits de remake pour Monkey Island -un autre bijou des années d'or de LucasArts- ne donne-t-il pas un petit coup de jeune à ces titres qui le méritent très largement ? A n'en pas douter, les possesseurs d'Iphone et d'Ipad auraient vite fait de craquer...

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Commentaires

Parker32
Signaler
Parker32
oups ! désolé, mauvaise touche ! Je disais donc, je sais que ça n'a pas de rapport mais j'aimerai surtout retrouver Sanitarium sur pc, un point'n click très marquand pour moi. En attendant je me relance Day of the Tentacle !
Parker32
Signaler
Parker32
Full Throttle était excellent ! Sam and Max aussi d'ailleurs. Je sais que ça n'
Noiraude
Signaler
Noiraude
Mais de rien Locutus ^^
Noiraude
Signaler
Noiraude
Si tu aimes le style LucasArts, je te conseille aussi Full Throttle, qui reste un grand moment ^^
Noiraude
Signaler
Noiraude
Nop, c'est bien du LucasArts. Un jeu qui n'a pas obtenu le succès qu'il méritait, hélas...
Parker32
Signaler
Parker32
De mémoire The Dig c'est du Sierra non ? J'avais adoré aussi celui là, à l'époque. Je pense que je vais me relancer un Day of the tentacle ou peut être un indy vu que ce sont les seuls qu'il ne m'a pas été donné de faire quand j'étais petit.
Locutus
Signaler
Locutus
Loom, Maniac Mansion, Indy, des jeux extraordinaires. Je me laisserai bien tenter par un petit Fate of Atlantis un de ces jours. Merci Noiraude pour ces souvenirs.
Noiraude
Signaler
Noiraude
N'hésite surtout pas Parker ;o) Et si tu trouves tout seul la soluce du dirigeable dans Indy 3, je t'offre la bière ^^
Parker32
Signaler
Parker32
Tu viens de faire vibrer ma fibre nostalgique...je vais voir si je peux choper Dosbox et me relancer dans ces jeux. Je me souviens du Maniac Mansion...que de souvenirs sur ma Nes à l'époque.

Édito

Ceci n'est pas un blog.

Ceci n'est pas une pipe.

Ceci est une fenêtre sur un pré où je pais en paix.

Les vidéos de Noirdenoir sur Dailymotion  

Suivez-moi sur Twitter @Noirdenoir67

Ou sur la communauté Facebook Rêves électriques (toute jeune !)
https://www.facebook.com/noiraude67/

Le site pour les amis de l'illustre Seb le Caribou: http://seblecaribou.wordpress.com/about/

 Et si vous avez envie d'une petite partie de Mario Kart 8 avec moi : Noiraude67
 

Archives

Favoris