Rêves électriques

Rêves électriques

Par Noiraude Blog créé le 17/09/10 Mis à jour le 09/12/16 à 15h47

30 ans de passion pour les jeux vidéo, le Japon et le cinéma, ça laisse forcément des traces. Vous voulez en savoir plus?

Ajouter aux favoris
Signaler
Cinéma

Voilà voilà, amis blogueurs,

Il est un peu plus de minuit et demi, je sors du cinéma où  était projeté le quatrième volet de la série "Pirates des caraïbes", sous-titré "La fontaine de jouvence". En 3D, ce qui n'apporte définitivement rien de plus à l'affaire, si ce n'est la promesse d'une migraine carabinée. Mais bon, passons et venons-en à ce qui m'amène à tâter du clavier en cette heure tardive: un premier avis sur ce qui risque fort de constituer l'un des blockbusters les plus fédérateurs de l'année.

Quelques mots pour cadrer l'histoire, d'abord. Jack Sparrow serait à Londres pour enrôler un équipage afin de partir à la recherche de la fontaine de jouvence. Enfin, c'est ce que dit la rumeur. Parce que Jack, lui, soutient mordicus que non. Enfin, c'est ce qu'il dit, lui. Et c'est ce qu'il répète au roi d'Angleterre, visiblement intéressé par l'affaire, avant d'envoyer valdinguer son vaisselier et la bonne trentaine de soldats chargés de le surveiller. Ceci, pour partir à la recherche de la fontaine de jouvence un peu contre son gré, mais pas tout-à-fait. Il est en forme le capitaine, cette année.

Vous l'aurez compris, le nouveau Pirates des Caraïbes est un grand moment de rigolade. On y retrouve avec plaisir l'égocentrisme crasse du capitaine, le goût des entourloupes et des faux semblants qui ont fait le succès du personnage incarné par Johnny Depp. Mais tout le casting est à l'avenant, tant le jeu du "ni vu ni connu je t'embrouille" est devenu un véritable sport national dans ce quatrième volet. En parlant des forces en présence, d'ailleurs... A ma gauche, il y a Barbossa, roublard au dernier degré. A ma droite je trouve la très très jolie Angelica (Pénélope Cruz), un véritable petit Sparrow au féminin aussi douée à l'épée que manipulatrice. Et entre les deux, il y a le redoutable Barbe-Noire, pirate un peu sorcier et surtout franchement très vicelard. Une vraie gueule d'atmosphère, le gaillard.

Rob Marshal, à la réalisation, déroule un scénario plus posé et plus clair que celui du troisième volet, ce qui n'est pas un mal. Mais il amène aussi sa patte personnelle à l'aventure, ce qui ne se fait pas toujours sans heurt. Le film, qui gîte dangereusement du côté de la comédie potache, enchaîne ainsi bons mots, situations cocasses et séquences d'action débridées. Avec le bon goût certes de ne jamais lasser, mais il oublie de se poser de temps à autre pour explorer ses personnages et les relations -souvent amour-haine- qui les unissent. Il en résulte un divertissement de très haut vol, jouissif au possible, mais qui sonne un peu creux à l'arrivée.

Surtout, il y a une trahison. Verbinsky, en charge des trois premiers volets, avait forgé un élément vital de la mythologie Sparrow: le capitaine, qui peut certes à l'occasion faire rire, ne devait à aucun moment constituer une figure comique en lui-même. Une règle transgressée par Rob Marshall, ce qui a pour effet pervers de ternir l'aura du personnage et de réduire sa dimension épique. Sans doute le moins pardonnable, et ce qui achève de convaincre du fait que  "La fontaine de jouvence" n'a définitivement pas l'envergure de ses prédécesseurs.

Il s'en trouvera pour le regretter, et j'en fais partie. Pour autant, Pirates des Caraïbes reste un excellent moment à passer. On y rit beaucoup et de bon coeur, et le film ménage quelques jolis moments de frisson et de poésie, qui vont d'ailleurs parfois de paire. Surtout, ne lâchez la très mignonne petite histoire de sirènes annexe, qui offre quelques-une de ses plus belles séquences au film. Elle aurait gagné à être plus approfondie...

Dernier petit détail, parce que je vais à présent me coucher: oui, il y a bien une scène supplémentaire à découvrir après le générique de fin. Mais dont les enjeux restent un peu limités. On pourra se passer d'attendre dix minutes pour la découvrir.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Commentaires

Noiraude
Signaler
Noiraude
Le problème du 3, apparamment, tenait vraiment à son montage. Ils ont intégré des bribes de plusieurs intrigues filmées parallèlement par Verbinsky, ce qui a eu pour résultat de perdre le spectateur. Dans le 4, c'est l'inverse: tout est presque trop simple, trop limpide. Même les enjeux de Sparrow, d'ordinaire nébuleux au possible, sont identifiables dès les premières minutes de la bobine. Un truc tout bête: il utilise sa boussole... qui pointe toujours dans la bonne direction. Symptômatique de l'évolution du personnage...
StullKid128
Signaler
StullKid128
Bon bon à voir alors. Moi le 3 m'a le plus gêné par son scenario et ses révélations sorties de nulle part...Là si on a un PDC avec une histoire indépendante, ça m' ira déjà mieux. Les scénaristes n'auront pas besoin de justifier le pourquoi de l'histoire en le reliant bancalement aux précédents.
Noiraude
Signaler
Noiraude
Le 3 etait desequilibre et confus dans son montage, mais son propos etait bcp plus ambitieux. Pour moi, on est face a un pdc mineur. Sympa, mais mienur...
devilnexus
Signaler
devilnexus
je l'ai aussi vu hier soir , on a aussi fini vers minuit , nous étions 4 , la moitié a aimé ......
Je l'ai trouvé tout de même bien mieu que le 3 et dans ligné du 1.

Édito

Ceci n'est pas un blog.

Ceci n'est pas une pipe.

Ceci est une fenêtre sur un pré où je pais en paix.

Les vidéos de Noirdenoir sur Dailymotion  

Suivez-moi sur Twitter @Noirdenoir67

Ou sur la communauté Facebook Rêves électriques (toute jeune !)
https://www.facebook.com/noiraude67/

 

Le site pour les amis de l'illustre Seb le Caribou: http://seblecaribou.wordpress.com/about/

 

Et si vous avez envie d'une petite partie de Mario Kart 8 avec moi : Noiraude67

 

Archives

Favoris