Rêves électriques

Rêves électriques

Par Noiraude Blog créé le 17/09/10 Mis à jour le 25/06/17 à 07h57

30 ans de passion pour les jeux vidéo, le Japon et le cinéma, ça laisse forcément des traces. Vous voulez en savoir plus?

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux vidéo (Jeu vidéo)

(Ceci est une chronique inspirée de Resident Evil VII ; elle contient des spoilers
sur la première partie du jeu)

Yop tous !

Depuis quelques nuits maintenant, j'avance au coeur de l'obscurité. Je ne dois pas être le seul, mais diable, cette vieille demeure aux parquets vermoulus occupe mon esprit autant que mes soirées. Depuis que je suis captif en ces lieux décrépis, j'essaye de m'échapper. Ce n'est pas une mince affaire. Je dois me cacher, éviter ce père de famille qui semble décidé à me faire la peau. Mourir, et mourir encore, c'est peut-être cela le pire: depuis que je suis retenu ici, j'ai découvert que ma conception classique de la vie et de la mort n'avait guère cours dans l'esprit malade des occupants de la bâtisse. Eux n'y semblent d'ailleurs pas soumis: j'ai beau les tuer sans cesse, ils reviennent inlassablement me hanter, me pourchasser. Alors ma seule option, c'est la fuite. Je suis une bête traquée.

Sortir. C'est l'objectif que je me suis fixé, mais les portes restent désespérément fermées. Depuis quelques jours maintenant, j'ai réussi à accéder au vestibule de la demeure, qui m'a permis d'explorer cet endroit plus en profondeur. Ce que j'ai découvert dans les sous-sols de la maison me fait froid dans le dos. J'ignore quelles expériences contre-nature sont réalisées ici, mais les créatures qui m'ont assailli dans la pénombre glacée n'ont plus rien d'humain... si elles l'ont été un jour. Survivre a eu un prix exhorbitant: j'y ai laissé les quelques cartouches que j'avais glanées, et je n'ai plus guère de quoi me soigner lorsque je suis blessé. La pénurie est dramatique, elle réduit mes chances. Surtout que Jack, je connais à présent son nom, me cherche toujours avec autant d'insistance.

Nos rencontres, avec Jack, sont régulières. Lui joue à cache-cache, moi je cours pour ma vie. Dans le garage, il a bien fallu que je lui fasse face, j'étais coincé, sans la moindre chance de m'échapper. Heureusement, il a fini carbonisé dans le véhicule qu'il avait utilisé pour me tenter de me renverser. Vaincu, donc, mais toujours pas décédé.

Je l'entends qui m'appelle, je suis à l'affût de chacun de ses pas. Qui l'eût cru ? Le plancher grinçant est devenu un précieux allié. Je scrute, j'écoute, je me cache de mon adversaire en profitant de chaque trappe, de chaque recoin d'obscurité. Et je suis parvenu, finalement, à rallier ce coeur atroce et palpitant de la demeure, où les corps martyrisés sont entreposés comme des pièces de boucher. C'est ici que Jack me rattrape, encore et encore, me jette dans une fosse où je n'ai guère d'autre choix que de l'affronter. J'esquive, je projette ces sacs de chair accrochés au plafond pour tenter de le ralentir. Parfois, je parviens à le pousser dans ses derniers retranchements, nous combattons alors à armes presque égales, ayant réussi à me procurer une tronçonneuse pour lacérer ses chairs et l'empêcher de se régénérer. Le vaincre ? Je n'ose y croire. Cela fait des dizaines de fois que nous nous affrontons, et mon ennemi se révèle immuablement redoutable, plus encore lorsqu'il sent sa mort proche. Des nuits et des nuits que je répète cette même chorégraphie, avec cette boule dans le ventre, cette peur d'aller une fois encore au tapis.

Cinquante fois, peut-être soixante, pour parvenir à sortir victorieux de cette bataille. Mais cette fois, j'y suis. Je suis à nouveau démuni, sans munitions, blessé et en perdition. Je n'ai guère d'autre choix que d'espérer, avancer avec d'infinies précautions pour glaner quelques herbes et remèdes qui me permettront de me soigner. C'est étrange, la maison semble bien silencieuse, presque paisible à présent que son croque-mitaine s'en est allé. Et maintenant, je peux ouvrir cette porte qui me donne enfin accès au jardin. Fuir? Impossible, toutes les issues sont fermement condamnées. Je n'ai guère qu'un chemin à suivre, car au loin, déjà, une autre demeure m'attend. Et le mal, je le sens, y est un résident permanent...

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

Noiraude
Signaler
Noiraude
Je fais très attention à la rythmique et je ne dédaigne pas insérer quelques rimes à l'occasion, tu as très bien senti la chose ;o)
newboy2008
Signaler
newboy2008
Juste "waw", pourtant je suis pas fan de lecture !
Sinon c'est moi ou j'entends des rimes en lisant ton texte ? ça sonne lyrics hip hop par moment ;)
Après je me fais peut-être des idées...
Max Vincenzi
Signaler
Max Vincenzi
"Je n'ai guère qu'un chemin à suivre, car au loin, déjà, une autre demeure m'attend. Et le mal, je le sens, y est un résident permanent..."
===> Très belle phrase pour conclure je trouve ;-) petit texte bien sympathique.

Édito

Ceci n'est pas un blog.

Ceci n'est pas une pipe.

Ceci est une fenêtre sur un pré où je pais en paix.

Les vidéos de Noirdenoir sur Dailymotion  

Suivez-moi sur Twitter @Noirdenoir67

Ou sur la communauté Facebook Rêves électriques (toute jeune !)
https://www.facebook.com/noiraude67/

Le site pour les amis de l'illustre Seb le Caribou: http://seblecaribou.wordpress.com/about/

 Et si vous avez envie d'une petite partie de Mario Kart 8 avec moi : Noiraude67
 

Archives

Favoris