Rêves électriques

Rêves électriques

Par Noiraude Blog créé le 17/09/10 Mis à jour le 14/05/17 à 18h00

30 ans de passion pour les jeux vidéo, le Japon et le cinéma, ça laisse forcément des traces. Vous voulez en savoir plus?

Ajouter aux favoris
Signaler
Cinéma (Cinéma)

Yop tous !

Cette fois, on y est. Comme pas mal de fanatiques de la franchise Star Wars, je me suis précipité mercredi matin, dès 10h, dans la salle de ciné la plus proche pour tâter de la bête. "Le" Réveil de la Force que tout le monde attendait était là, qui me tendait les bras.

Ca n'a pas été facile de rester motivé depuis l'achat des billets, fin octobre. La campagne marketing autour du film, d'abord, m'a un peu agacé. Puis sont venus les éternels critiques et oiseaux de mauvais augure, qui se sont mis à  prédire, face au rouleau compresseur, l'avènement d'un immonde machin filmique, blockbuster sans âme et décérébré, sacrifié sur l'autel de ce business qu'ils prétendaient pourfendre en bons chevaliers jedi de la culture bien troussée. Des jours et des jours durant, le matraquage, résolument hype, fut incessant. A tel point que, paradoxalement, il fallait résister non plus à cette folle promotion made in Disney, mais à ses adversaires les plus acharnés pour continuer à attendre ce moment comme cela se devait: avec un regard d'enfant qui ne demandait qu'à être émerveillé.

Heureusement, en ce mercredi matin, l'envie ne m'avait toujours pas lâché. Et c'est tout guilleret que j'ai rallié mon temple des images, avec une heure d'avance pour faire bonne mesure, dans la perspective de passer un bon moment de pelloche. Ceci pour découvrir, non sans étonnement, que la foule attendue était tout simplement absente du rendez-vous. Crainte de la ruée ? Désamour pour la saga ?  Problèmes du logiciel de vente de billets - un ami m'a confié avoir voulu acheter des places, mais s'était vu répondre que la séance était complète ? Je n'ai pas eu de réponse à la chose, toujours est-il que nous nous sommes retrouvés à une vingtaine, tout juste, dans la plus grande salle du ciné. A bicher comme pas possible tandis que les lumières déclinaient et que s'achevaient les 25mn de pubs conclues sur la bande annonce du prochain Tarantino, Hateful Eight. Une sacrée promesse de western, celui-là.

Cut, et fondu au noir. Logo Star Wars sur l'écran, travelling vers un gigantesque croiseur interstellaire, pour finalement atterrir sur la planète Jakku, à suivre les premières péripéties de BB-8 et de son compagnon humain. Dans cet ordre précis, étant entendu que BB-8, remplaçant R2 au pied levé, a tout du robot gadget sur lequel Disney a imposé pas mal de séquences comme autant de placements produit au fil du long métrage. Le robot y prend une place qui n'est pas cohérente, interagissant presque avec les protagonistes du film comme un alter-ego crédible. Ce qui n'est pas foncièrement dramatique, mais nuit un peu à la cohérence de l'oeuvre. A tout le moins, cela m'aura gêné.

Ce regret évacué, Le Réveil de la Force ne trahit pas sa nature. Et encore moins les rêves des fans, sérieusement flétris depuis la prélogie de triste mémoire. Car dès les premiers instants du film, la chose est entendue: Abrams a voulu rendre hommage au travail de Lucas dans l'épisode IV. Héroïne en devenir sortie des sables du désert, recherche du père, implication dans une bataille qui dépasse une simple destinée et finit, comme dans tout bon SW, par une nouvelle Etoile Noire à faire exploser, référéences évidentes au régime nazi pour décrire le Premier Ordre, à l'image de ce qu'avait fait Lucas pour caractériser l'Empire... La trame fait immanquablement penser à l'oeuvre de 1977, et d'aucuns y ont d'ailleurs d'ailleurs vu une copie de l'histoire originale, presque un remake non assumé. Je crois que l'on est dans autre chose, en réalité: une sorte de relecture du mythe, qui utilise les mécaniques de l'opus initial pour refonder une nouvelle mythologie. C'est là tout le questionnement d'Abrams, qui se demande deux heures durant ce qui fait la magie de la saga, et part à la recherche de ces ingrédients, qu'il intègre peu à peu pour faire monter la mayonnaise. La Force elle-même est devenue un élément éthéré, une légende quer l'on raconte aux enfants le soir, et il faut attendre un bon moment dans l'oeuvre pour comprendre que c'est bien de résurrection de cette mystique que veut parler le réalisateur. Et à travers elle, poser les fondements d'un monde où la technologie est à nouveau supplantée par le fantastique et la magie. Réenchanter Star Wars...

Le Réveil de la Force, évidemment, se comprend au rythme de multiples références et clins d'oeil à l'univers de toute la saga. Il pose également les bases de toute la nouvelle trilogie, étant entendu que c'est en tant qu'introduction (à l'image du premier Seigneur des anneaux) qu'il doit être compris. Ceci explique cette sensation d'univers en construction qui ne lâche pas le spectateur tout du long, lequel assiste à la mise en place, avec plus ou moins de bonheur, d'une nouvelle dynamique narrative, l'Empire cédant la place à un intriguant Premier Ordre face à un versant lumineux de la Force clairement décimé mais en passe de renaître de ses cendres. Tout n'y est pas impeccable, soyons honnêtes. La relation entre Rey et Finn souffre d'une superficialité coupable et se construit au fil de dialogues parfois maladroits (la scène du mimétisme dans le faucon millenium est emblématique), et le rythme même du long métrage sacrifie parfois les instants dédiés à la mise en place de l'intrigue au profit de scènes d'action diaboliquement spectaculaires mais un peu trop présentes pour laisser l'épique de cette aventure réellement s'exprimer. Si je devais d'ailleurs avoir un grief majeur contre cet épisode VII, ce serait celui-ci: trop sage, trop généreux et sans doute trop enthousiaste à l'idée de graver sa contribution à Star Wars dans toutes les mémoires, Abrams a un chouilla sous-estimé la profondeur inhérente à la trilogie originale. Cela se ressent jusque dans le traitement accordé au bad guy de l'histoire, l'infâme Kylo Ren. Trop souvent, la mise en scène ruine les effets du chevalier Sith en invoquant un second degré décalé à l'image (les troopers qui filent en entendant Ren tout démolir, de colère), ce qui a pour effet d'amener le personnage, initialement bien décrit, vers une dimension de clown triste dont on se serait bien passé. Heureusement, c'est un passage à vide compensé par les derniers moments du film, où semble se construire une nouvelle destinée pour ce monstre en devenir, enfin à la hauteur de la terreur qu'il suscite sur son passage.

Mais ce sont les grincements d'une mécanique par ailleurs parfaitement huilée, et dont  la dynamique parvient à recréer à l'écran cette recette magique qui avait fait des trois opus initiaux des références incontournables du space opéra. Mention spéciale à Harrison Ford, qui reprend son rôle comme au premier jour, mais aussi à pas mal de nouveaux venus qui semblent dessiner les contours d'une nouvelle fraternité éminemment sympathique contre le mal promis à se dresser contre eux. C'est là tout le sel de cette nouvelle épopée, qui parvient, par la grâce d'un Abrams qui a laissé ses prétentions de réalisateur au placard pour se mettre tout entier au service de cet univers, à faire le lien logique entre la trilogie originale et ces éléments nouveaux amenés à porter Star Wars vers de nouvelles contrées. La suite, annoncée pour mai 2017, devra faire fort pour se hisser au niveau de cette rampe de lancement remarquablement gérée...

Ajouter à mes favoris Commenter (23)

Commentaires

Noiraude
Signaler
Noiraude
Que les droïdes aient une personnalité, OK. Qu'ils prennent une place prépondérante dans le film me gêne. Ce n'était pas le cas dans la trilogie originelle. C'est une question de surreprésentation du personnage qui me dérange, elle n'est pas cohérente avec le rôle qu'il joue dans le film - sinon celui du divertissement. Quant à la trilogie originelle, j'ai pu voir le VI au ciné, puis l'ensemble de l'oeuvre en K7, puis en DVD, et en blu-ray. Et j'ai vu Lucas la flinguer à chacun de ses ajouts pour "moderniser" son oeuvre. Et, malgré tout, jamais je n'ai senti que l'on m'imposait à ce point un personnage artificiel. Même pas dans la prélogie, que j'exècre, c'est dire ^^
Cracklite
Signaler
Cracklite
"Le robot y prend une place qui n'est pas cohérente, interagissant presque avec les protagonistes du film comme un alter-ego crédible. Ce qui n'est pas foncièrement dramatique, mais nuit un peu à la cohérence de l'oeuvre. A tout le moins, cela m'aura gêné."

Pardon mais, il est parfaitement établi dans la mythologie Star Wars, que les droïds pensent et ont une personnalité, parfois surabondante (C3PO), donc ta surprise et ton agacement n'ont aucun sens, à moins bien sûr que tu ne connaisses rien de la trilogie originelle, ce qui ne me surprendrait pas, bien des gens n'ayant vu que les préquelles.
ChocoBonPlan
Signaler
ChocoBonPlan
C'est dingue ça. Troisième mec qui me raconte la même chose : Vrai barre de rire dans la salle en découvrant le Jon Snow des frères Scott en la personne de Ren. Vrai VRAI erreur de casting. Le mec a le charisme d'un oignon.
fanckm1000
Signaler
fanckm1000
Bonjour,
"Cela se ressent jusque dans le traitement accordé au bad guy de l'histoire, l'infâme Kylo Ren"

C'est là où je pense que l'on s'est tous fourvoyé dans le traitement de ce personnage. Au départ il semble très puissant et un vrai représentant du mal mais est tout sauf infâme...
Clairement on découvre que le personnage n'est pas "terminé" dans le sens où:
1/ Snoke dit bien qu'il doit terminer sa formation
2/ Sa position dans le premier ordre n'est pas définie aussi clairement que Vador sous l'empire
3/ Sa puissance et son mental s'effritent au fur et à mesure du film dès l'instant où Rey commence à ressentir la force. c'est pour moi le plus frappant: l'arrivée de Rey le rend plus vulnérable car il n'est plus le seul à maîtriser (au moins en partie) la force contrairement au début du Film.

Pour moi, Kyo Ren ne va pas passer du côté de la lumière, bien au contraire... Abrams pour moi nous dit simplement qu'en plus de montrer le cheminement de notre héros vers sa destinée (certainement Rey) il va aussi nous montrer le cheminement vers le côté obscur (un peu à la façon d'Ankin) de Kylo.

Et vu la balafre qu'il s'est prit dans la gueule, pas sûr qu'il est une tête d'ado dans le prochain :)
Thera
Signaler
Thera
"une sorte de relecture du mythe, qui utilise les mécaniques de l'opus initial pour refonder une nouvelle mythologie" => C'est exactement ça. D'ailleurs, si on va vraiment dans le détail, c'est beaucoup du IV, un peu du V, et le reste en VI.
Pour BB-8 je ne comprends pas bien...
Je ne vois pas bien où vous avez vu du second degré avec Kylo. Les storm troopers, clone ou pas, aurait fait la même chose avec Vader. C'est juste, qu'ici, on nous le montre. Ça met en avant le côté bi polaire du personnage, Vader étant le mal incarné (pendant longtemps).
Le coup du personnage sans casque, je ne comprends pas non plus. Vous rappelez-vous de la tête de Vader sans son masque (Pas Hayden hein...) ? Bizarrement, les gens préfèrent un Dark Maul qui a une tête de méchant et est méchant. On est pas dans James Bond...
A la limite, on peut "gueuler" sur le fait qu'il ne ressemble pas du tout à Carrie Fisher ou Harrison Ford. Là je suis d'accord. Je suis d'accord aussi pour dire que, en l'état, il y a beaucoup plus à dire sur le vrai méchant (je pense que Kylo va repasser du côté clair suite à sa confrontation avec Rey, et qu'il combattront ensemble) qui est merdique.

"Abrams a un chouilla sous-estimé la profondeur inhérente à la trilogie originale" = Cette phrase demande un développement.
Noiraude
Signaler
Noiraude
Sinon, vu la VO et la VF, grosse préférence à la première option, même si la voix FR d'Harrison Ford me manque.
Noiraude
Signaler
Noiraude
Je vois bien l'intention, montrer la banalité du mal, mais c'est vrai que ça surprend. La réaction varie selon les spectateurs: ça m'a gêné, ma compagne a trouvé l'idée excellente.
NOUVOCOMMENTEUR
Signaler
NOUVOCOMMENTEUR
c est vrai que lorsque le mechant Reyn enleve son casque ca enlève le casque ca enlève tout charme au personnage on dirait un ados soupe au lait
Noiraude
Signaler
Noiraude
Pour moi, je classerai comme suite: V>IV>VII>VI>III>II>I. Jar Jar, c'est éliminatoire.
leProfesor
Signaler
leProfesor
faux ...justement moi je suis de la géneration épisode 4,5 et 6 et bien pour moi le 7 est le meilleurs épisode de la série est surpasse la trilogie 4,5 et 6
MacClane
Signaler
MacClane
N'étant pas un grand fan des STAR WARS en général, mais les ayant juste apréciés, j'ai adoré ce SW7.
Par contre, pas du tout fan de l'acteur qui joue Kichlo Reyn.
Avec le casque: impec
Sans le casque: ... euh ... remets le.
Honnêtement, en le découvrant, ça a pouffé dans la salle.
koforever
Signaler
koforever
Par contre si j ai bien entendu pendant le film il n y a plus de clan Sith c est maintenant le clan Ren .
On peut penser aussi de Rey est la fille de Luke , meme si au debut je pensais que c etait la soeur de Kylo vu que dans les bouquins Han et Leia ont 3 enfants .
Bref il y avait tant a faire plutot que CA ...
Je pense qu apres avoir foire Star Trek 2 et loupe Star War 7 , Abrams devrait arreter le cinema et mettre un vrai realisateur au commande du 8 ( Joss Wedon ( firefly ) ou James Cameron ou je sais pas qui mais un autre ) ...
Gendocrono
Signaler
Gendocrono
Redfive, je suis du 2e groupe et j'ai accepté le Réveil de la force. Problème dans ton équation ou toi aussi tu penses que je suis quelqu'un qui n'a rien compris ?
redfive
Signaler
redfive
Je crois que j'ai résolu l'équation. Toux ceux qui ont découvert Star Wars en salle avec la prélogie acceptnte Le Reveil de La Force. Les vieux qui ont commencé avec les 3 premiers ont beaucoup plus de mal. Je suis du deuxième groupe ;)
Helion
Signaler
Helion
"Trop souvent, la mise en scène ruine les effets du chevalier Sith en invoquant un second degré décalé à l'image" pas d'accord !!
Kilo n'est pas Vador juste un imitateur, les scènes "sérieuse" avec le général qui le met en doute le montre bien, ça position est loin d'être aussi dominatrice que celle de Vador. Et franchement à la place des 2 troopers j'aurais fait pareil...
Noiraude
Signaler
Noiraude
Mais sinon, dans l'absolu, il serait sympa si le film ne l'imposait pas à ce point.
Noiraude
Signaler
Noiraude
Bb8 dans la scène de course poursuite du faucon millenium, en cut scene toutes les 20 secondes, c'est du placement de produit.
NOUVOCOMMENTEUR
Signaler
NOUVOCOMMENTEUR
ce me qui me derange le plus dans l histoire c est la vitesse à laquelle l heroine maitrise la force alors que Luc avait du s entrainer et commence a maitriser au milieu du deuxième episode. Je sais que les jeunes de nos jours veulent tout et tout de suite mais ca nuie a la credibilité du film ..
Sharkhayn
Signaler
Sharkhayn
Je comprends pas ton commentaire sur BB8, il en était de même avec R2 et ça n'a jamais posé problème. Moi je l'ai adoré.
Noiraude
Signaler
Noiraude
Je m'étais fait la même remarque, avant de zapper ;o)
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees

En visionnant le film, tu vois, je n'ai pas pu m'empêcher de me faire la réflexion que J.J. Abrams adaptait ici l'épisode IV de la même façon que Peter Jackson avait adapté le Seigneur des Anneaux.
Comprenne qui pourra.

Quand à Kylo, tant qu'il garde son casque, ça va. :lol:
Ses côtés loser lui donnent même un petit côté Kefka pas désagréable.
Mais enfin, quand même, que quelqu'un m'appelle le directeur du casting, il va falloir qu'on cause !

 

Oh et pour ma part, j'ai trouvé le faux féminisme du début beaucoup plus agaçant que BB8 ! ;)

Noiraude
Signaler
Noiraude
Marrant, je suis comme d'hab pas d'accord avec toi ^^. BB8 est juste surreprésenté, notamment dans la scène de poursuite (insupportable), et beaucoup trop humanisé - jusqu'à être quasiment compréhensible de tous dans ses bip bip qui miment l'anglais. La relation Rey/ Finn est en effet travaillée, mais grossière à mon goût par certains aspects, c'est lourdingue. Quant aux troopers, c'est juste un contresens, étant entendu qu'ils sont en théorie "lobotomisés" (ce qui rend la défection de Finn si exceptionnelle, d'ailleurs).
Fachewachewa
Signaler
Fachewachewa
J'pense que ça sert a rien de cacher les spoiler, c'est un films pas un jeu vidéo, les gens vont pas venir lire s'ils l'ont pas vu.
Sinon c'est rigolo, les défauts que tu trouve c'est globalement ce qu'il y a dans la trilogie originale, mais en mieux ici. (et en pire dans la prélogie)
BB8 est clairement pas plus imposé que R2D2 ou les ewok. Le relation Ryo / Finn est BIEN plus développée que n'importe quel truc entre les persos originaux.
Et le passage des stormtrooper est ptet rigolo, mais ça les rend surtout humain, ce qui est pas vraiment le cas avec les anciens clones.

Édito

Ceci n'est pas un blog.

Ceci n'est pas une pipe.

Ceci est une fenêtre sur un pré où je pais en paix.

Les vidéos de Noirdenoir sur Dailymotion  

Suivez-moi sur Twitter @Noirdenoir67

Ou sur la communauté Facebook Rêves électriques (toute jeune !)
https://www.facebook.com/noiraude67/

Le site pour les amis de l'illustre Seb le Caribou: http://seblecaribou.wordpress.com/about/

 Et si vous avez envie d'une petite partie de Mario Kart 8 avec moi : Noiraude67
 

Archives

Favoris