Rêves électriques

Rêves électriques

Par Noiraude Blog créé le 17/09/10 Mis à jour le 04/09/17 à 00h15

30 ans de passion pour les jeux vidéo, le Japon et le cinéma, ça laisse forcément des traces. Vous voulez en savoir plus?

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux vidéo (Jeu vidéo)

 

Yop tous !

"C'est toi qui t'occupes de ça ? Mais ça doit être le pied, veinard !" La réaction est toujours la même. Quand un collègue vient au bureau avec un gamin ado, quand je croise les enfants des copains, quand les stagiaires étudiants débarquent, le coup du "responsable de la rubrique jeux vidéo" les fait invariablement rêver. Parce que voilà, je suis journaliste généraliste certes, mais je m'occupe depuis maintenant pas mal d'années de cette thématique loisirs dans mon canard régional. D'abord pigiste, puis rédacteur collaborateur, j'ai aujourd'hui la charge de la chose avec un collègue et quelques coups de main extérieurs - dont l'ami Dopamine - et on essaye de faire en sorte, avec nos petits moyens, de rendre notre boulot aussi attractif et vivant que possible, en évitant soigneusement d'entrer en collision avec les "spécialistes" qui font ça bien mieux que nous. Notre formule ? Rencontres avec des développeurs et sujets transversaux occupent notre page "print" mensuelle, en plus des inévitables tests que nous réservons à la partie web de notre activité. Le pied ? Oui et non, je vais essayer de vous expliquer pourquoi.

 

"Journalistman" Origins

Parler de jeux vidéo, ce n'est pas un truc qui s'improvise sur un coup de tête matinal. C'est une affaire de culture générale avant tout. Un jeu, c'est un instant "T" dans une histoire qui lui donne un sens et une direction. Alors mieux vaut connaître le contexte. Moi, j'ai bientôt quarante balais, et j'ai donc eu la chance de baigner dans cet univers alors que je savais à peine marcher. Mes parents ont eu le bon goût de me confronter à la chose dès que j'ai su lire et écrire - ce qui ne m'a jamais empêché de dévorer les bouquins, d'ailleurs - et j'ai vu passer à la maison à peu près tout ce qui se fabriquait dans le genre au fil des années. Atari 800 XL et VCS 7800 ont débarqué, d'abord, pour me faire découvrir cet univers (je joue encore à Bristles et Pitfall I), puis les game and watch ont  suivi en série pour m'empêcher de brailler dans la bagnole quand on descendait vers le sud pour les vacances d'été. Les choses sérieuses sont venues avec la bataille SEGA/ NINTENDO. Chez nous, on a choisi la Master System plutôt que la NES - mes parents s'étaient entendus avec ceux de mon meilleur copain de l'époque pour qu'on puisse s'échanger les jeux -, et c'est logiquement la Megadrive qui a suivi quand il a fallu passer aux 16 bits (elle était soigneusement cachée dans le placard en attendant Noël, mais elle a tourné en secret  avec le shmup Curse bien avant de se retrouver sous le sapin). Cette Megadrive a marqué un tournant dans mon approche du jeu. La machine était japonaise parce que l'import, à l'époque, prenait un sens tout-à-fait particulier sur des machines zonées. Je ne parle même pas du 60hz qui vous permettait d'éviter les fameuses bandes noires qui bouffaient une partie des écrans CRT sur les consoles européennes. Toujours est-il que je suis devenu exigeant à partir de cette machine, qui allait inaugurer la fameuse distinction jap/US/euro, qui eut cours surtout sur les 16, 32 et 64 bits.

Curse, c'est mon shmup chouchou de la megadrive.
Mais jamais sorti en France...

Les NES et Super Nes ont fait quelques escales au foyer, en général prêtées par des copains. Les PC Engine sont venues plus tard. Parallèlement à tout cela, le PC tournait depuis l'ère du Olivetti M23, en CGA (quatre couleurs) s'il vous plaît, ce qui me permettait de déguster en connaisseur les merveilles de Lucasarts et de Sierra.  Mais à l'époque, j'avais surtout les yeux de Chimène pour la Neo Geo, que j'ai fini par imposer aux parents, décidément compréhensifs face à mes caprices. A 15 ans, c'est sur la Rolls des consoles que je prenais mon pied, d'Art of Fighting à Samurai Spirits, en passant par Magician Lord, World Heroes 2, Cyber-Lip et Fatal Fury Special. Le summum de la 2D, que je devais bientôt brader pour m'acheter une Playstation. 20 ans plus tard, j'en suis venu à me rééquiper AES à prix d'or, la machine étant devenue un rêve de collectionneur. Une ânerie parmi d'autres dans mon parcours...

Depuis cette époque, toutes les machines ont, à un moment ou à un autre, pris place dans mon salon. C'est une forme de boulimie, une envie de se tenir au courant, de papillonner d'une expérience ludique à l'autre. Je ne suis pas de ceux qui aiment essorer un jeu à 100%, je me contente de le finir basiquement ou d'en saisir l'essentiel avant de me tourner vers d'autres univers, bien souvent. Impossible, bien sûr, d'être exhaustif, mais j'attache depuis toujours beaucoup d'importance à essayer des propositions aussi variées que possible, afin de ne pas m'enfermer dans mes genres de prédilection (aventure, RTS et baston 1V1). Je crois que c'est cela qui m'a peu à peu guidé vers la rédaction de tests à la fin des années 1990, alors que la rubrique du journal pour lequel je bosse aujourd'hui venait de démarrer. L'envie d'en découvrir plus encore, une véritable curiosité pour un medium qui, à l'époque, commençait tout juste à dépasse le simple cadre du "jouet". Je me souviens que la PS2, mais surtout la Dreamcast, malgré son échec commercial, ont beaucoup oeuvré à attirer un public plus adulte vers ce loisir. C'était le temps où s'opérait la jonction machines d'arcade / consoles de salon, qui aura coûté cher aux premières.

 Soulcalibur dreamcast: rien que pour ce jeu,
la console est incontournable aujourd'hui encore.

 

Tout dans le regard

Avoir vécu cette histoire, c'était la meilleure manière, sans doute, de se l'approprier. Aujourd'hui, rentrer dans un jeu signifie pour moi, de manière presque mécanique, essayer de le replacer dans la grande histoire des titres auxquels il est plus ou moins consciemment affilié. C'est un regard un peu différent du joueur lambda, qui y cherche un plaisir immédiat. Certes, le fun est important, vital même, parce que c'est bien d'un loisir que nous parlons. Mais il est aussi intéressant de  comparer, d'essayer d'envisager la voie empruntée par les développeurs pour y déceler, bien souvent, un hommage ou une volonté de s'affranchir d'un modèle passé. C'est ce qui donne sa couleur à l'expérience. C'est ce qui me permet, parfois, de passer outre certaines failles ludiques sévères, au profit d'une intention qui me touche. C'est ce qui m'éloigne parfois, aussi, du ressenti majoritaire, au risque de susciter l'incompréhension. Mais c'est consubstanciel de ce travail: il faut y apprendre, vite, que la subjectivité fait loi. Que l'on se retrouvera inévitablement en contradiction avec une frange de son lectorat à un moment ou à un autre. Et qu'il n'aura pas forcément moins raison que toi.

Lorsque j'ai commencé à rédiger, je me concentrais sur des univers qui me parlaient. Puis, peu à peu, il a fallu faire avec moins de moyens et se diversifier. Aujourd'hui, tenir une telle rubrique revient à jouer, en général, à une bonne dizaine de titres par mois, en essayant de les approfondir pour pouvoir poser un regard pertinent sur ce qui est proposé. Corrolaire à laquelle peu de gens, obnubilés par le graal du "jeu gratos", semblent penser : accueillir en l'espace de quelques jours l'extension de Starcraft, le dernier Tomb Raider, l'AC Syndicate, Fallout IV, Mario Tennis, NBA 2K16 et WWE 16, c'est surtout  l'occasion de quelques sueurs froides, surtout quand vous savez qu'il va falloir prendre la mesure de tout ça en dehors de vos heures de boulot, puis rédiger les tests et chroniques au beau milieu de 40 autres tâches imposées. Gérer une telle rubrique, c'est une jolie manière de flinguer votre vie sociale, étant entendu qu'il FAUT rester à jour, sous peine d'être rapidement largué. Cela suppose aussi de jouer à des jeux que vous n'aimez pas, et d'écrire dessus (sans doute le pire). Ouaip, ce boulot, c'est un sacrifice.

Tester, c'est pas toujours le pied.

 

PQR oblige, on fait avec des petits moyens. On reçoit les jeux, parfois une console - ça n'a rien de systématique - et on se débrouille pour le reste. Budget riquiqui oblige - et d'ailleurs réservé à payer les pigistes -, on s'autofinance son voyage à Paris, sur un jour de repos en général, pour rencontrer le développeur qu'on veut interviewer pour la prochaine rubrique, ou on se débrouille pour décrocher un entretien téléphonique. Le top, c'est quand un éditeur accepte de prendre en charge les frais de déplacement, mais ça n'arrive pas bien souvent et on rentre claqué chez soi le soir, la plupart du temps, d'avoir enchaîné trois heures de train à l'aller, deux heures d'entretien et le retour en TGV dans la foulée. Du coup, on me regarde bizarrement, parfois, quand j'essaye d'expliquer que tenir la rubrique, c'est aussi un investissement. Et que c'est crevant.

 

Le pied ? Ouaip, envers et contre tout

Le pire, dans tout ça, c'est que j'aime jouer. Désespérément. Or, tester un jeu, c'est une façon de le regarder qui s'affranchit de la naïveté. On ne se laisse pas émerveiller, on cherche le défaut plutôt que la qualité. Réserver un tel traitement à un jeu que l'on attend depuis longtemps, cela revient la plupart du temps à se gâcher un peu l'expérience, à tel point qu'on en est arrivé, avec mon collègue, à s'échanger certains titres afin de préserver notre envie d'y jouer comme un gamer lambda. Ce qui revient à dire que nous achetons en général la copie des jeux qui nous intéressent vraiment.

Et l'un dans l'autre, c'est très bien comme ça. Tenir une rubrique jeux vidéo, c'est se forcer à chercher là où l'on n'irait pas naturellement s'aventurer. Découvrir que l'on adore l'exigence des jeux 4X à la faveur d'un papier sur les p'tits gars d'Amplitude Studios, s'ébahir avant tout le monde devant la richesse d'un concept old school et 2D comme celui de Fred Raynal pour son prochain 2 Dark, entendre les explications, sans "téléphone arabe", de David Cage sur ses projets, ça n'a pas de prix. En bientôt vingt ans d'activité dans la rubrique, je ne crois pas avoir été déçu d'une rencontre faite dans ce milieu qui, s'il est évidemment dirigé par des intérêts financiers, n'en abrite pas moins des créateurs passionnants et passionnés. Et puis, c'est une place rêvée pour être témoin de l'évolution du medium vers de nouveaux horizons. Aujourd'hui, le jeu vidéo est riche de ses influences, de ses sources d'inspiration qui puisent aussi bien dans la littérature que dans le cinéma, les arts graphiques ou la musique (la BO de Bioshock Infinite mériterait à elle seule que l'on y consacre un dossier, ce qui tombe bien puisque Dopamine s'y est collé http://www.gameblog.fr/blogs/dopamine/p_87000_bioshock-infinite-en-musique-ep-1), et ceux qui sont les moteurs de cette maturation ont pleinement conscience de la dynamique qui est à l'oeuvre. Alors oui, c'est une chance, parce que l'on touche du doigt une forme de culture devenue dominante dans notre société. Mais c'est un privilège qui a son côté obscur, et il n'est pas forcément idiot d'en connaître le prix avant de vouloir s'y lancer...

Ajouter à mes favoris Commenter (18)

Commentaires

Noiraude
Signaler
Noiraude
Si tu cherches un peu, tu vas trouver très, très vite ^^
ledenezvert
Signaler
ledenezvert
Rooohh, même pô drôle, moi qui voulais lire un peu ton travail :(
Noiraude
Signaler
Noiraude
@nezvert: je laisse planer le mystère ^^
@Liedh: Nan, la borne, c'est du pur vice ;o)
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Tout ça ne nous dit pas si tu fais passer tes bornes d'arcade en notes de frais ! ;)
ledenezvert
Signaler
ledenezvert
OK pour le distinguo. Sinon j'habite également dans ta région, amusante coïncidence ^^ Tu bosses pour L'Alsace ou les DNA ?
Noiraude
Signaler
Noiraude
Alsace. Après, c'est un distinguo assez logique, parce qu'on ne consacre qu'une page par mois à l'actu JV, en print. Il faut ruser pour passer davantage, et passer par les pages régionales, très lues, c'est une option ^^
ledenezvert
Signaler
ledenezvert
C'est un peu dommage si des articles sur des joueurs "spéciaux" de ta région finissent dans les pages locales et pas JV je trouve... En fait tu te retrouves un peu à ne devoir que traiter l'actualité du JV si je comprends bien, pas de chronique "rétro" du coup j'imagine :/ T'es de quel coin au passage ?
Noiraude
Signaler
Noiraude
C'est un point intéressant que tu soulèves. Mais qui ne nous concerne que partiellement dans la presse généraliste. De manière générale, nous sommes un peu décalés par rapport aux autres parutions, parce que justement, nous essayons de prendre un peu de temps pour creuser les choses, éventuellement pour aborder un jeu sous un angle différent de celui qu'implique un test. Et parce que, de toute manière, une parution mensuelle en print implique un rythme différent du web. Néanmoins, il y a une réalité bêtement pratique pour notre versant web: à un moment donné, si tu ne publies pas ta chronique, tu te retrouves submergé par l'actu et les sorties. Et ce que tu peux gérer avec toute une équipe devient nettement plus compliqué quand tu bosses à deux + 3 pigistes (à raison d'une pige par mois à se partager). Notre choix a été d'essayer de trouver un chemin médian: nous ne chroniquons plus tout, loin de là, mais essayons d'être présents sur les jeux qui le méritent, ou qui justifient un coup de projecteur. C'est ce qui a valu une page complète à 2 Dark ou à Amplitude Studios il y a peu de temps, c'est ce qui nous a amenés à creuser en compagnie des développeurs les choix narratifs à l'oeuvre dans Until Dawn, en plus du test stricto sensus. Pas simple...

Mais je te rejoins sur l'idée qu'un test décalé ne se justifie pas moins qu'une chronique réalisée dans l'urgence. Le travail y est souvent bien plus approfondi.
Pedrof
Signaler
Pedrof

Noiraude, tu parles du problème de devoir passer du temps sur un certain nombre de jeux en très peu de temps ; d'où vient cet impératif de forcément coller à l'actualité ? Ne serait-il pas envisageable de traiter de jeux sortis deux voire trois mois après ? En tant que lecteur, personnellement je déplore cette course des rédactions dictée il me semble par un diktat furieux de consommation ("je dois savoir si j'ai raison d'acheter ce jeu plein pot au jour J ou max dans la semaine, sinon... SINON !!!").

 

J'ai l'impression d'être un extraterrestre. Tu sortirais aujourd'hui un article sur Uncharted 3 ou MGS V je le lirais. Je n'attends pas de prescription de quiconque quand j'achète, et c'est sûrement pas à plein pot. Je joue à des jeux PS3 comme à des jeux PS2 voire PS1. Je me fiche des nouveautés, il y a bien assez de jeux déjà sortis.

Noiraude
Signaler
Noiraude
@ledenezvert: ouaip, c'est une prise en comtpe des spécificités de la PQR qui l'impose... D'ailleurs, je crois que ce type de sujet n'irait pas dans la page JV elle-même, mais en pages locales ou région.
Noiraude
Signaler
Noiraude
Quand je serai grand, Olive !
oliveroidubocal
Signaler
oliveroidubocal
Hey mais il est super ton article! Tu devrais en faire ton métier ;)
balmung59
Signaler
balmung59
La persévérance et la motivation, c'est clairement pas ce qu'il me manque. Juste les opportunités.

Quoi qu'il en soit, encore merci et je te souhaite bonne continuation !
ledenezvert
Signaler
ledenezvert
Quand tu parles d'attaches régionales, tu veux dire qu'il faut que la personne à interviewer habite dans ta région / en vient / y intervient d'une manière ou d'une autre ?
Noiraude
Signaler
Noiraude
@ledenezvert : non, on n'y avait jamais pensé, mais ça peut s'envisager. Dans une telle thématique, il faudrait cependant une attache régionale, ce qu'on essaye d'avoir dès que possible.
Noiraude
Signaler
Noiraude
Yop l'ami ! En un sens, tu partages déjà un peu de ce quotidien qui touche la plupart des personnes traitant de jeu vidéo quand elles ne sont pas de la presse spécialisée ou du milieu des blogueurs influents. Comme dit, les places sont chères, même en province, non seulement parce qu'elles sont rzres mais aussi parce que la presse généraliste a du mal à concevoir que la thématique puisse mériter que l'on y consacre de la place. Chez nous, la page mensuelle est assez récente, et il n'y a pas de journaliste dédié, stricto sensu, au sujet. La rubrique est venue petit à petit, quand avec mes collègues on s'est engouffrés dans une petite faille et qu'on s'est incrusté. Aujourd'hui, elle n'est plus remise en cause ; mieux encore, son absence pose question quand nous ratons un mois de publication. Tout est question de persévérance ^^.
ledenezvert
Signaler
ledenezvert
Merci également pour cet article qui remet bien les choses à leur place derrière le fantasme du métier. Au delà des interviews de développeurs, proposes-tu dans tes colonnes des parcours de joueurs qui vivent le JV différemment comme balmung59 puisque son exemple est tout trouvé ? Histoire de montrer que le média n'est pas qu'à sens "unique" (développeurs vers joueurs) et de sortir du cliché du JV et de ses adeptes...
balmung59
Signaler
balmung59
Merci beaucoup pour ce billet qui est très intéressant. En tant que personne qui cherche à se faire une place dans la presse vidéoludique, c'est exactement l'article que je cherchais.

D'après ce que tu as écrit, il y a de bons et mauvais côtés et j'ai envie de dire : "comme tous les jobs". Mais c'est sûr que cela doit être crevant de se taper 3h de TGV, faire une ITW, faire 3h retour et devoir encore bosser à la maison/rédaction.

Je ne sais pas trop comment ça se passe une fois à l'intérieur, mais perso, je trouve que c'est déjà très difficile, ne serait-ce que pour y entrer. Dernièrement, j'ai mis toutes les chances de mon côté pour essayer de faire mouche et je n'ai pas réussi à atteindre mon objectif principal. Pour entrer dans les détails, voilà ce qui s'est passé.

J'apprécie Yu Suzuki et je suis fan de Shenmue. De là, je m'étais fixé comme objectif de le rencontrer un jour et pourquoi pas, avoir la chance de l'interviewer. Finalement, à force de me donner à fond dans ce projet (environ 3 ans), j'ai réussi à le rencontrer 2 fois et à organiser 2 interviews. A savoir que j'ai tout organisé moi-même, j'ai tout payé (billet d'avion jusqu'au Japon), logement sur place etc. C'était pas facile financièrement mais pour réussir, il faut savoir faire des sacrifices. Depuis, on reste en contact, je gère son compte Twitter (FR) mais tout ça reste au stade du bénévolat. Je ne peux en vivre.

Tout ça pour dire qu'au fond de moi, j'ai réussi l'un de mes objectifs, à savoir le rencontrer et devenir une de ses connaissances. Mais je n'ai malheureusement pas réussi à utiliser ces opportunités à mon avantage (professionnellement parlant) et aujourd'hui j'en suis toujours au même stade : ramer pour me faire une place.

Désolé pour ce 36/15 ma life, mais je me suis permis de partager mon expérience sur ton billet de blog car au-délà du fait que tu expliques que ce n'est pas rose tous les jours, je tenais aussi à indiquer qu'il n'est pas facile de s'y faire une place. Il faut soit connaître X qui connait Y et qui va te présenter à Z, soit être au bon endroit, au bon moment. Quoi qu'il en soit, ce n'est pas simple.

Encore merci à toi d'avoir partagé ton expérience. C'est toujours bon à prendre !

Édito

Ceci n'est pas un blog.

Ceci n'est pas une pipe.

Ceci est une fenêtre sur un pré où je pais en paix.

Les vidéos de Noirdenoir sur Dailymotion  

Suivez-moi sur Twitter @Noirdenoir67

Ou sur la communauté Facebook Rêves électriques (toute jeune !)
https://www.facebook.com/noiraude67/

Le site pour les amis de l'illustre Seb le Caribou: http://seblecaribou.wordpress.com/about/

 Et si vous avez envie d'une petite partie de Mario Kart 8 avec moi : Noiraude67
 

Archives

Favoris