Nintenboy

Nintenboy

Par Nintenboy Blog créé le 01/09/11 Mis à jour le 08/07/19 à 20h43

Nintendo en mode kawaï

Ajouter aux favoris

Catégorie : actualité Nintendo

Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)
Tous les superlatifs ne seront pas assez forts dans le vocabulaire d'Ubi Soft pour introduire le troisième chapitre d'Assassin's Creed, l'événement vidéoludique de ce début de semaine. En plus d'avoir enrôlé sept studios internes depuis trois ans, mobilisé des ressources financières qu'aucun autre titre Ubi Soft n'a exigé jusqu'alors, Alex Hutchison le directeur créatif de l'éditeur français avance l'impensable : << c'est un peu dingue de le dire (si peu) mais notre but est de produire une qualité visuelle next gen sur consoles actuelles. >>
 
Grâce à la création de l'AnvilNext, un << nouveau moteur graphique révolutionnaire >> qui est en réalité une évolution du même Anvil utilisé dans les précédents volets d'Assassin's Creed, les ambitions techniques d'Ubi Soft ont été atteintes. L'amélioration la plus marquante viendrait de sa gestion de la foule et de la modélisation de panoramas gigantesques. Tant est si bien que la mise en scène d'immenses champs de bataille déplaçant des centaines de soldats n'est plus un obstacle et sert efficacement à poser le contexte historique révolutionnaire américain. Une prouesse que l'éditeur s'empressera sûrement de présenter baïonnette à la main au salon du GDC dont l'ouverture des portes est imminente. Il fera face à celui développé par IO Interactive, le moteur 3D Glacier 2 capable lui aussi de déplacer les foules << à hauteur de 1200 personnages >> assure Kasper Fauerby, responsable de la gestion physique pour le titre Hitman : Absolution.
 
Ces efforts de rhétoriques bassement marketing seraient-ils motivés pour prévenir une certaine lassitude exprimée par les joueurs, perceptible dans le dernier épisode en date, Révélation : << en aucune manière se défend Tony Key, vice-président du bureau mercatique et vente d'Ubi Soft. Le profil du héros est totalement inédit, la technologie utilisée complètement nouvelle [...] l'ambiance coloniale américaine est historiquement différente [...] le personnage principal a des origines britannique et indienne. Il manie aussi bien des armes typiques des amérindiens que les armes à feu. >> Il concède néanmoins que le risque d'un probable désenchantement existe : << quiconque vous prétendra qu'un risque d'affadissement d'une IP ne représente pas une menace manque de sincérité. Nous avons le devoir de prendre en compte cette crainte car les habitudes des joueurs sont en constante évolution. >>
 
Assassin's Creed 3 a été officiellement annoncé << en développement sur Wii U >> sans pour autant formellement illustrer l'information. La presse papier aurait monnayé une fois n'est pas coutume l'exclusivité des premiers visuels. Si GameInformer a négocié le privilège de présenter à ses lecteurs le scoop des premiers clichés sur consoles actuelles, le magazine Nintendo Gamer a dans sa dernière édition signalé qu'il lèvera le voile sur les écrans Wii U.
 
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)

Le site Industrygamers entame de la plus polémique des manières son tour de table des studios de développement impliqués dans le boum des social games et jeux sur formats mobiles. Les journalistes ont approché les deux dirigeants de Fun Games afin de recueillir leur opinion sur l'impact de cette tendance venant à l'encontre du modèle industriel sur lequel repose historiquement le cycle des consoles de jeux vidéo.

Et le responsable John Welch n'y va pas de main morte pour décrire la véritable révolution de palais que les nouveaux usages imposent à tout un chacun. Il s'attaque à un symbole pour éclairer son opinion : << Le monde de Miyamoto qui consiste à être très tôt sensibilisé aux spécificités d'une console, aider au processus de production, imaginer la manette et réaliser des choses ridicules que personnes d'autres n'étaient en mesure de se représenter, ce temps là est révolu. >> Il veut croire qu'avec l'explosion d'Internet et ses corolaires le free to play avec l'avènement du contenu roi réalisé par des anonymes, qu'une rupture est en train de se produire.

Un nouveau paradigme émerge et échappe au domaine réservé des acteurs traditionnels de la réalisation d'un jeu : << Dorénavant, le développement d'un titre est entre les mains de centaines de milliers d'équipes à travers le monde qui ne demandent la permission à personne. Ils créent [...] c'est dans ce monde que nous évoluons, dans la catégorie des jeux sur mobiles et social games, j'espère qu'il façonnera rapidement celui du téléviseur. >> J. Welch a à l'esprit le phénomène envahissant Minecraft sur Internet et Angry Birds sur la scène Flash qui ont bousculé bien des certitudes sur la radicalité semi-autonome de son mode de production et de croissance.

Une telle expérience console a bien été tentée avec le jeu Little Big Planet sur PlayStation 3. Sony avait fait de son titre le chantre du contenu roi dans lequel les joueurs avaient toute la latitude pour laisser libre cour à leur soif d'imagination. Mais le géant japonais s'était laissé déborder par l'énergie créative sans bornes des concepteurs en herbe qui ont fait fi des lois de propriétés intellectuelles, amalgamant des univers appartenant à la concurrence. LBP a mis en lumière les limites de la production collaborative dont les ressorts liberticides sous-jacents menacent l'intégrité de l'univers ainsi réalisé. Si bien que le numéro deux mondial de l'électronique grand public a changé son fusil d'épaule pour accompagner ce nouvel élan économique. Le PlayStation Suite et le Sony Online Entertainment entrent dans cet ordre d'idée.

Le constructeur japonais mise sur l'interaction entre tous ses écrans (Bravia, Vaio, Xperia, PlayStation) avec ceux de la concurrence (PlayStation Certified) , à l'aide d'une interface et de services en ligne unifiés. Une révolution pour un groupe dont le modèle de développement repose depuis toujours sur la création de produits électroniques évolués : << ne cherchez plus rien qui soit propre à Sony, soulignait dernièrement David Mignot de la branche Mobile. La bataille du hardware est morte ! >> L'innovation matérielle n'est plus essentielle pour le fabricant seul compte ses usages qui n'obéissent par nature à aucune marque propre. Le label PlayStation est né. L'investissement sur des plates-formes dîtes sociales type Facebook est même envisageable pour le président de Sony Worldwide Studios Yoshida Shuhei : << c'est tout à fait possible, nous avons bien réalisé une page Facebook promotionnelle illustrée par le jeu InFamous 2. Nous sommes donc en pleine expérimentation [..] dans un contexte où les individus sont continuellement connectés et socialement engagés, la pénétration de nos IP est tout à fait vraisemblable. >> Les propos du pdg de SWS font échos à ceux de Jack Buser responsable des plates-formes Home et PSN : << grâce au PlayStation Suite et au PSN, nous sommes à présent capables de proposer des expériences sur formats indifférenciés. >>

Tous les regards se tournent à présent vers Nintendo dont la tour d'ivoire est régulièrement assiégée par les tenants d'une plus grande ouverture au monde très flexible de la technologie. Taxée de société conservatrice qui ne prend jamais le train en marche des différentes évolutions techniques qui bouleversent continuellement l'industrie du jeu vidéo, le leader des consoles fait une nouvelle fois l'objet de vives critiques sur son prétendu retard face à Sony qui pour la première fois étend ses services à des produits concurrents des siens (smartphone sous Android et bientôt tablette).

Le président du roi de l'édition est à ce sujet catégorique : << nous n'avons nullement l'intention de distribuer nos créations sur l'ensemble des plate-formes mobiles [...] Nintendo est une société qui essaie de maintenir une certaine valeur ajoutée à ses jeux. >> Le matériel propriétaire est donc indissociable de la spécificité des jeux Nintendo << je ne veux pas du tout m'engager dans une autre direction >> insiste Iwata.

Manifestement en désaccord total avec le haut dirigeant de Nintendo, les responsables de Fun Games pensent que les constructeurs << détruiront de la valeur si ils campent sur leur position [...] d'autres compétiteurs embrasseront cette ultime évolution à leur place au risque d'effacer d'un trait >> le modèle vieillissant des fabricants traditionnels.

Et ce d'autant que le marché se rétrécira : << Microsoft et Sony se partageront les miettes d'un gâteau amené à drastiquement diminuer de taille. >> Nintendo appelée à disparaître ?

Ajouter à mes favoris Commenter (16)


Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)
Les éditeurs avaient fait mine se frotter les mains à l'idée de porter paresseusement leurs titres HD sur Wii U. Il semble que la manette voire la console elle-même exigent de revoir le cahier des charges, Nintendo veille sûrement au grain.
 
Morceaux choisis :
 
 Paul Coleman de Codemasters à propos de DiRT
 
 << Lorsque nous avons commencé l'expertise de la manette, réfléchi à la manière dont nous pourrions utiliser l'écran, il nous est apparût évident que le joueur doit se concentrer sur l'écran de télévision ou le second, il serait à coup sûr exaspérant pour le joueur de devoir basculer entre les deux. Je pense qu'il serait judicieux de livrer davantage d'informations dans les menus, peut être pendant la sélection des voitures et également lors des sessions multi-joueurs. >>
 
 Harada de Namco-Bandai à propos de Tekken
 
 << nous sommes encore au stade d'évaluation des potentialités de la Wii U, nous ne sommes pas certains de ce qui va se dégager de nos recherches. Nous devrons attendre probablement l'année prochaine pour comprendre pleinement la Wii U. >>
 
 Randy Pitchford de Gearbox Software à propos d'Aliens : Colonial Marines
 
 << le contrôleur de la Wii U est l'épicentre des innovations que l'on peut apporter en matière d'interactivité. Notre souhait au sein de Gearbox est de disposer d'une console plus puissante que celles actuellement disponibles car les studios comme le nôtre a la capacité d'apporter un plus haut standard visuel pas seulement sur l'écran de télévision mais également sur l'écran de la manette. >>
 
 Shigeru Miyamoto, de devinez qui à propos de devinez quoi
 
 << initialement, je travaillais sur une version Wii de Pikmin 3. Attendu que la Wii U est capable de produire une image haute définition et qu'elle est pourvue d'une manette avec écran intégré, j'ai eu la conviction que réaliser un Pikmin sur cette nouvelle console s'approchera davantage de mes aspirations. Je suis désormais satisfait de travailler sur ce titre. >>
 
 Marie Meagan de Crystal Dynamics à propos de Tomb Raider
 
 << Il est nécessaire d'appréhender d'une manière totalement différente la production originale d'un jeu Wii U exploitant ses potentialités uniques. Je pense qu'il serait dommageable de porter Tomb Raider en l'état. >>
 
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)
Les fonctionnalités de la manette branchée à la Wii U concentrent toutes les attentions, bien plus encore que la nouvelle console de Nintendo. Si les lignes esthétiques du pad hybride sont quasi définitives, c'est à l'intérieur que tout se joue. A l'évidence, le fabricant pratique une rétention d'informations à la fois pour garder l'effet de surprise lors de la prochaine édition de l'E3 mais également pour se protéger des nuisances concurrentielles à l'affût de la moindre fuite involontaire.
 
Les dépôts de brevet sont une arme à double tranchant. Ils permettent de sécuriser un avantage compétitif mais ils dévoilent aux yeux de tous les desseins industriels des constructeurs. Si bien que pour noyer le poisson, les fabricants sont tentés de déposer tous azimuts des innovations qui n'ont pas toujours vocation à être intégrées dans le produit final. L'objectif est de créer un écran de fumée suffisamment épais pour en rendre la lecture difficile.
 
La publicité faite autour de deux dépôts de brevet récemment versés par Nintendo (septembre 2011) va peut être dans ce sens, c'est en tout cas ce que laisse entendre l'avertissement qui accompagne ce document librement accessible à tout un chacun : "les spécifications énumérées ici ne font pas référence à un produit original susceptible d'être mis à la disposition du consommateur final." Le message à l'adresse des concurrents est à peine voilé.
 
Les nombreux dépôts de brevet font montre d'un souci de proposer une polyvalence dans l'accessibilité de la manette. La reconnaissance vocale mais aussi faciale serait envisagée. Si les microphones installés sur les façades avant et arrières de la "mablette" ont pour but de diversifier le contrôle du jeu, la lecture du visage aurait pour fonction de sécuriser la mise en route du contrôleur ainsi qu'appliquer son propre visage sur les avatars. Toutes ces données seraient stockées dans la mémoire principale de la console Wii U. Autres attributs éventuellement accordés à la manette, une fonction communicative en mode vidéoconférence pourrait lui être associée. Le document fait une référence vague à un "échange d'images et de sons" sans apporter plus de précisions.
 
Pan !
 
 
Chez Nintendo, la tendance à l'hybridation va jusqu'à jumeler sa manette aux autres périphériques : "un contrôleur spécifique" tel un pistolet ou un clavier peuvent lui être associé. Plus intéressantes encore sont les suppositions de la résolution d'écran de la manette que Nintendo avait pourtant laissé entendre qu'il briderait la puissance de l'affichage. Non seulement le brevet entrouvre la porte d'une qualité haute définition supportée (sans la chiffrer) mais qu'aussi la 3D volumétrique aurait toutes les chances d'être gérée.
 
Des intentions qui peuvent rester lettre morte, le contexte de guerre technologique entre constructeurs atteint son paroxysme à quelques mois de la commercialisation de la Wii U. Ce qui n'enlève rien à l'effet de surprise. Il y a quelques semaines, la réaction débordante d'enthousiasme de Yoshinori Ono (Capcom) indique cependant que nous sommes loin d'avoir tout vu : << La Wii U est une console dotée d'innombrables fonctionnalités qui la rendent tellement unique qu'il sera difficile d'illustrer sur les packaging ou de démontrer dans les magazines et autres supports. >>

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)
Les développeurs indés et petits studios semblent se frotter les mains à l'idée d'utiliser les potentialités ludiques de la Wii U et par prolongement, de sa manette :
 
- Two Tribes est manifestement motivé pour réaliser une adaptation de Toki Tori 2 sur la nouvelle console de Nintendo. C'est apparemment sous la pression des fans du petit canari qu'un des représentants du studio a réagit : << le premier épisode des aventures de Toki Tori a inauguré le service de téléchargement WiiWare en 2008 et aujourd'hui, nous avons décidé de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour veiller à ce que Toki Tori 2 soit sur Wii U. >> Les caractéristiques du contrôleur sont étudiées : << une piste intéressante et qui a été demandée de nombreuses fois par les fans, c'est d'imaginer intégrer un éditeur de niveau avec l'intermédiaire de la manette. >> On pourrait ainsi envisager la chose suivante : << le jeu tourne sur le téléviseur pendant vous avez à tout loisir la possibilité de changer les paramètres du jeu en temps réel. >> En revanche, le motion control est écarté : << nous ne pensons pas que notre jeu en ait réellement besoin. >>
 
- D'ordinaire peu amène lorsqu'il s'agit de parler de leur projet sur Wii U, certaines figures de proue de l'industrie se décident enfin à se laisser aller à quelques commentaires prudemment teintés de contingence. C'est toujours cela de pris. En l'espèce, Tim Schafer de Double Fine qui a notamment travaillé sur de grosses pointures davantage remarquées  par la profondeur de leur gameplay que par leur succès commercial (Grim Fandango, Psychonauts, Brutal Legend) profite des limites textuelles de Twitter pour y glisser cette petite phrase : << Possible ! C'est un tout nouveau moteur pour nous. >> Il répondait à la supposition d'un fan, l'écran tactile de la manette de la Wii U se révèle aux yeux de beaucoup devenir une bénédiction pour épouser le concept des jeux de Tim Schafer.
 
- Miyamoto à la parole rare. Et lorsqu'il s'exprime, c'est toujours accompagné de la bienveillance d'un spécialiste de la communication. Il est vrai que c'est depuis la tribune de l'E3 que ce grand monsieur se libère de ce carcan une fois par an avec un show démonstratif, "très personnel" dirons-nous.  Rien ne filtrera donc de l'interview accordée au magazine Famitsu Entertainment Weekly si ce n'est l'expression d'un sentiment d'auto-satisfaction : << initialement, je travaillais sur une version Wii de Pikmin 3. Attendu que la Wii U est capable de produire une image haute définition et qu'elle est pourvue d'une manette avec écran intégré, j'ai eu la conviction que réaliser un Pikmin sur cette nouvelle console s'approchera davantage de mes aspirations. Je suis désormais satisfait de travailler sur ce titre. >>

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)

 

nn
 
Les marchés financiers ont mauvaise presse, accusés d'être une nébuleuse sans visage emmené uniquement par l'intérêt pécunier, ils s'invitent avec pertes et fracas dans l'industrie du jeu vidéo. Jugez plutôt. La bulle financière qui a entouré Nintendo ces dernières années a gonflé sa valeur boursière allant même jusqu'à dépasser la capitalisation boursière de Sony Corp. Mais le soufflet s'est rapidement dégonflé depuis la précédente édition de l'E3. L'action Nintendo a été lourdement sanctionnée en raison des incertitudes entourant ses nouveaux relais de croissance (Wii U et 3DS), de même que le sévère avertissement sur résultats pour l'année 2012 a douché l'enthousiasme des mouvements spéculatives à l'affût de la moindre micro-tendance ou rumeur (le vrai-faux retrait de Miyamoto avait fait décroché l'action Nintendo de plus de 2%).
 
Nintendo reste sous pression, la normalisation de sa stratégie en ligne avec la mise en place de sa plate-forme ecommerce Nintendo Network est sous le feu des critiques des milieux financiers. Ils n'ont pas parole d'évangile, leur jugement est prisonnier d'intérêts privés et sont rarement habités de la même passion qui brûle le coeur des joueurs mais ils imposent à nous comme un cheveu dans la soupe. Parti pris.
 
Le Nintendo Network révolutionnera le modèle économique du leader mondial des consoles de salon. Cependant, le géant japonais se refuse à poser les pieds précisément là où les analystes financiers en attendent davantage de l'entreprise. Si Nintendo s'ouvre au contenu additionnel destiné au prolongement de la durée de vie initiale d'un jeu, il se refuse d'entrer de plein fouet dans un régime de micro-transaction qui a cour sur le PlayStation Network ainsi que sur le Xbox Live. Pour Billy Pidgeon de M2 Research, la déclaration surréaliste du président Iwata avertissant qu'il ne voulait pas s'aliéner une partie du public non connecté à Internet relève d'une conception terriblement datée de l'importance de ce marché. Pour l'analyste, Nintendo accuse cinq années de retard sur ses compétiteurs parce qu'elle a une vision erronée et dépassée d'Internet. La protection des enfants est très largement devenue la préoccupation de tout un chacun pour devenir une forteresse parentale et l'invocation d'un retour sur investissement trop aléatoire n'ont pas permis au japonais de prendre le train de la modernité online en marche. Il en veut pour preuve l'expérience en ligne de la 3DS n'est pas aussi enrichissante que celle vécue sur le PSN et la Xbox Live. Il juge le premier pas de Nintendo positif mais le NN est encore loin de répondre aux attentes.
 
Son de cloche identique de la part de Jesse Divnich du cabinet d'analyse financière EEDAR. Selon lui, le géant japonais ne rattrapera pas de sitôt la courbe d'apprentissage acquise par ses concurrents. Toutefois, l'offre du leader des consoles pourraient convenir à son public. Mais comment convertir une grande partie du marché des néophytes qui constituent une majeur partie des propriétaires de la Wii au joie du jeu en ligne et du DLC ? Kinect a montré les limites du marché grand public peu intéressé par le téléchargement additionnel. Nintendo devra déployer un millefeuilles d'idées pour convertir ces derniers, ce qui représente une difficulté supplémentaire que ses adversaires ne rencontrent pas ou si peu.
 
L'opinion de David Cole de DFC Intelligence est quelque peu nuancée. S'il conçoit que l'évolution de Nintendo est lente vis à vis d'Internet, elle repose sur une stratégie préparée. Les déboires qu'ont rencontrés les deux services en ligne dominant lors de leur démarrage respectif (sans omettre le piratage du PSN) ont poussé Nintendo à se hâter lentement mais sûrement. Le géant japonais a dans un premier temps jeté les bases imparfaites du Nintendo Network pour la Wii et la DS. Ils ont pu expérimenter leur savoir-faire et apprendre des premiers jalons déposés. L'officialisation en grande pompe du NN signifie l'aboutissement de cet apprentissage en lançant un service en ligne pleinement fonctionnel. D'après David Cole il ne faut pas se tromper de cible. S'il y a bien une société qui doit subir le feu des critiques pour sa politique en ligne ultra-verrouillée c'est bien Apple qu'il faut désigner.
 
Un personnage transformé en histrion à cause de ses opinions dithyrambiques a depuis mis de l'eau dans son vin lorsqu'il s'agit pour lui de qualifier la stratégie réseau de Nintendo. Michael Pachter de Wedbush Securities qu'on ne présente plus n'éprouve plus le besoin d'avertir Nintendo qu'Internet << existe. >> Contre toute attente, il loue le pragmatisme du fabricant signe << que Nintendo finira par faire les choses correctement >> avant de souligner << qu'ils ne vont pas être en mesure de rivaliser avec le PSN et la XBL. >> Le japonais devra passer par les mêmes écueils qui ont éprouvé et façonné l'offre en ligne de Microsoft et Sony (qu'il chiffre à deux ans). Mais d'ici là les concurrents de Nintendo auront << élevé les droits d'entrée. >> Le NN sera frappé d'une obsolescence chronique irréversible.
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)

La semaine dernière, le président de Nintendo Iwata Satoru a exposé devant un parterre d'investisseurs et d'analystes financiers sa stratégie produits. Certains points débattus sont jusqu'ici restés confidentiels ou arrivent au compte-goutte. Forcés de se contenter d'une déclaration succincte de l'homme fort de Nintendo au sujet de la Wii U, son exposé est rendu public aujourd'hui. Les sites Web ne se privent pas de relayer l'information même si la teneur du discours n'est pas aussi brûlante qu'attendue.

Ainsi, Iwata reprend le leitmotiv qui a guidé le concept de sa console de précédente génération. La course à l'armement technologique n'est pas la voie choisit par Nintendo avec la Wii U : << les annonces détaillées entourant notre console seront développées à l'E3 toutefois, nous pouvons d'ores et déjà révéler que la Wii U n'a pas vocation à concurrencer nos adversaires sur un plan strictement technique >> pour laquelle des sommes folles sont dépensées et les ressources fortement mobilisées par des temps de développement excessivement longs. Bien que le président de Nintendo n'exclut pas que des jeux à la plastique visuelle très travaillée puissent voir le jour sur son nouveau format : << ce genre de titres doit faire parti de notre ludothèque sinon nous allons nous couper de ce type de clientèle >> , les objectifs sont ailleurs.

<< Lorsque vous vous penchez sur notre gamme de jeux, extraordinairement riche sur le plan graphiques, la variété du gameplay et les effets visuels tape-à-l'oeil ne représentent pas nécessairement un but en soi. En fait, il est primordiale pour nous que nos jeux suscitent autant d'intérêt dans d'autres domaines. >> Il en veut pour preuve le dernier titre réalisé par un des studios internes de Nintendo : << si nous avions habillé Rhythm Heaven d'une qualité graphique photo-réaliste, il aurait perdu beaucoup de son attrait. >> insiste Iwata. Seule l'expérience interactive compte plus que tout, peu importe l'emballage.

Ce dernier sait pertinemment que le catalogue distinctif de Nintendo ne peut à lui seul satisfaire l'ensemble des joueurs si bien qu'une politique de soutien plus étroite avec les éditeurs et studios extérieurs sera mise en place : << nous allons augmenter la fréquence de travail avec nos partenaires >> afin d'allouer les ressources là où elles sont insuffisantes. << Ce qui est important ici c'est que nous ne devons pas nous limiter à ce que nous sachons faire >> ajoute Iwata. Nintendo a visiblement retenu la leçon de la Wii pour laquelle les développeurs ont énormément eu de mal à s'adapter dans les premiers mois de sensibilisation au gameplay à reconnaissance de mouvements.

Enfin, il promet que dans un domaine purement technique, le prochain Zelda sur Wii U brillera de mille feux : << comme je l'ai mentionné, Nintendo n'ignore pas que certains de ses titres doivent être magnifique visuellement. Prenez la franchise The Legend of Zelda [...] lorsque cela sera nécessaire nous y mettrons le paquet. >> Un accent guerrier inédit dans la bouche d'Iwata, la Wii U devrait donc être un monstre de puissance pour libérer autant la parole d'un président d'ordinaire si discret quand il s'agit d'aborder ce domaine réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)

Dans le cadre de la présentation de ses résultats du troisième trimestre fiscal, le président de Nintendo Satoru Iwata s'est rompu à la traditionnelle conférence d'investisseurs. Il a été rappelé que la Wii U bénéficiera d'un lancement mondial prévu pour les fêtes de fin d'année car : << il est crucial de ne pas rater l'essentiel des ventes qui se déroulent à la Noël >> rassure Iwata. Pour l'instant, Nintendo s'efforce de mettre en place les préparatifs dans le but d'être pleinement opérationnel le jour J : << nous avons pour objectif de finaliser la conception de la console et de préparer les jeux en quantité suffisante afin que la Wii U soit commercialisée dans les meilleurs conditions possibles. >> La sortie chaotique de la 3DS a laissé perplexe les analystes mais Iwata assure que Nintendo << a appris les enseignements de cette amère leçon. >>

Il a tenu a rappeler que la Wii U sera dévoilée sous sa forme définitive lors de l'édition de l'E3 en juin prochain. Parallèlement, un événement presque similaire se tiendra à Tokyo à destination des professionnels du secteur.

logo


Le clou de la présentation de la feuille de route de Nintendo a été le levé de voile sur le réseau en ligne de la 3DS et de la Wii U. Similaire en tout point à celui proposé par ses concurrents, le Nintendo Network délivrera plusieurs comptes par foyer afin de faciliter l'accès au réseau du fabricant. Tous les services que proposent déjà le PSN et le Xbox Live seront accessibles depuis le portail de Nintendo (DLC, démo, patch..) et surtout jeu en ligne pour lequel le géant japonais semble (enfin) avoir pris la mesure des retombées économiques d'un tel levier de croissance. Il cite volontiers des jeux 3DS (Mario Kart 7 et Theatrhyhythm) qui sont d'ores et déjà labélisés "Nintendo Network" : des pistes musicales supplémentaires téléchargeables pour le titre de Square Enix, fonctions communautaires pour Mario Kart 7 qui facilitent l'organisation de compétitions par équipe... Enfin, Satoru Iwata laissera entendre en fin de discours que la distribution entièrement dématérialisée de jeux Wii U << est à l'étude. >>

mablette



Cerise sur le gâteau, le président de Nintendo a révélé une nouvelle fonctionnalité de la manette à écran de la Wii U. Elle intègre désormais la norme NFC (pour Near Field Communication). C'est un standard de communication radio sans contact utilisé dans des appareils de type FeliCa et Mifare. Son application se veut ludique et créative : << il deviendra possible de réaliser des cartes ainsi que des figurines pouvant être lues et reproduites par le dispositif NFC afin d'explorer de nouvelles manières de jouer. >> D'autres possibilités plus terre à terre seront à terme proposées comme le micropaiement sans contact.

Les dates et prix de lancement sont comme toujours à la discrétion de Nintendo...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)

Nintendo a fait le choix stratégique de se retirer de la course à l'armement technologique imposés par Microsoft et Sony. Celle-ci s'est avérée payante avec la Wii, en sera t-il de même pour la Wii U ? Impossible de répondre précisément à cette question mais il semblerait que ce positionnement ait montré ses limites et fait actuellement l'objet d'âpres discussions entre partisans d'un lissage technique en douceur (l'affable Iwata) et les adversaires, emmenés par le massif Regis Fils Aimé. Ces derniers souhaitent que le fossé entre la Wii U et les futures consoles concurrentes ne soit pas aussi prononcé que la génération finissante. Fils Aimé avait en effet regretté que Nintendo ne profite pas de l'engouement planétaire qui a entouré la commercialisation de Modern Warfare 2 : << nous pouvons nous payer le luxe de nous passer de MW2 mais j'aurai quand même préféré que nous bénéficions de ses effets d'entrainement sur nos ventes de hardware. >>

Le manque de communication sur les spécificités techniques de la Wii U trouveraient donc son origine dans le rapport de force entre deux conceptions qui s'affrontent au sein de l'état-major de Nintendo. Fils-Aimé aura déjà marqué des points, notamment sur la planification d'une véritable politique du jeu en ligne, loin des tâtonnements qui ont émaillé sa console de salon actuelle.

La puissance théorique de la Wii U n'en finit pas de faire des vagues


La démo technique présentée à la dernière édition de l'E3 dévoilerait les ambitions du courant de pensée guidé par Fils-Aimé mais la réalité sera bien plus prosaïque. Les dernières fuites font état d'une puissance intermédiaire, supérieur aux PS3 et 360 mais un cran en dessous des futures formats de Sony et Microsoft. Comme toujours, Nintendo cherchera le compromis, le consensus afin de maîtriser les tentations de Reggie de faire cavalier seul. Ce sont des spécificités avant-gardistes inclus dans le cahier des charges sans pour autant les mettre en avant : la N64 avec les NURBS, la 3D stéréoscopique avec la Gamecube sont des précédents. L'enjeu s'est déplacé en dehors de la console, les Kinect et PS Move ont validé l'axe choisit par Nintendo. Iwata associé à Miyamoto y croient fortement mais l'ambiance est troublée par le forcing du président de NoA.

La puissance technique effective devrait ressembler à ceci


Dans l'agenda de Nintendo, un nouveau rendez-vous professionnel s'est glissé. Le CES de Las Vegas, un salon high tech traditionnellement ignoré par le géant japonais. Signe de normalisation technologique ?

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Archives

Favoris