Nintenboy

Nintenboy

Par Nintenboy Blog créé le 01/09/11 Mis à jour le 08/07/19 à 20h43

Nintendo en mode kawaï

Ajouter aux favoris

Catégorie : actualité Nintendo

Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)
La planète Nintendo est entrée en ébullition depuis que le magazine Edge a dans sa grande tradition publié dans ses dernières pages, un croquis d'un titre censé faire l'événement éditorial du prochain numéro. L'image est volontairement floue, elle se laisse difficilement deviner. La publication anglaise suscite juste l'excitation en précisant que les fans de Nintendo se réjouiront d'apprendre dans trente petits jours de quoi il s'agit. Trente jours.
 
                                  Fox Mc Cloud reprend du service sur Wii U ?


Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)
 
La dernière livraison de Famitsu Weekly lève enfin le voile sur l'improbable projet qui réunit trois grandes signatures du jeu vidéo : la holding Namco Bandai, Capcom et Sega. Le canevas est simple, convoquer sur 3DS les plus célèbres personnages des licences des éditeurs et les mettre en scène dans un RPG empreint de stratégie au nom de Project X Zone.
 
Le journal s'est intéressé à la genèse de ce projet fou, inattendu et inédit dans le monde du jeu vidéo. C'est à l'intérieur des méninges (que l'on devine bouillonnante) de Kensuke Tsukanaka, producteur du jeu pour le compte de Namco Bandai que l'idée est née. Ce dernier a dans un premier temps approché Capcom pour le sensibiliser à son insolite démarche. Familier des pots-pourris dans le domaine des jeux de combat, l'éditeur a immédiatement signé tandis que les pourparlers engagés avec Sega n'ont été qu'une simple formalité. Les deux éditeurs ont supervisé le projet pendant que Namco Bandai s'est affère à la tâche. Un ménage à trois qui n'a pas été de tout repos.
 
 
La publication japonaise relate quelques anecdotes, notamment sur la dénomination du jeu. Pour des raisons purement commerciales et juridiques, le titre de ce sensationnel cross over devait refléter le nom des trois éditeurs impliqués dans la réalisation du jeu. Les voies du marketing sont paraît-il impénétrables, cette désignation équilibrée passera à la trappe au profit d'une description plus avantageuse du propos ludique du jeu, Project X Zone. Ce nom est présenté comme l'expression << d'un projet qui exauce le croisement d'un rêve >> souligne Tsukanaka.
 
 
Chaque éditeur a confirmé la présence des personnages représentatifs de leur catalogue respectif qu'il est aisé de reconnaître dans l'image ci-dessus. La liste n'est cependant pas définitive, le directeur du jeu fait allusion à des personnages cachés. Chacun d'entre eux conservent leur identité (les Shoryuken de Ryu et Ken...) alors que d'autres héros comme Ulala se voient gratifiés de nouvelles aptitudes afin d'équilibrer les rixes qui se jouent par pair. Les détails du système de combat sont encore jalousement gardés par Tsukanaka, ravi d'avoir fait saliver les joueurs par une mise en bouche très réussie.
 
Les images et une première bande-annonce devraient être en ligne cette fin de semaine. Le jeu n'est qu'à la moitié de son développement, sa commercialisation est toutefois prévue pour fin 2012 au Japon.
 
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)
 
C'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes. Fidèle à cet adage, Nintendo l'applique avec une certaine sagesse. A la fin de ce cycle technologique rendu désuet par le progrès technique, le fabricant aura très tôt fait le choix de se l'approprier non sans apporter quelque infimes mises à jour technologiques (la puce IBM EDRAM) tout en galvanisant le projet par un appétit d'innovations sans pareil incarné par un homme providentiel, Shigeru Miyamoto.
 
Des raisons plus terre à terre comme la compression des coûts et le rendement financier ne sont pas étrangères à ce que d'aucun qualifient sans la distance nécessaire de rétropédalage. Pourtant les gains de productivité sont sans commune mesure avec ce que doit encaisser la concurrence pour espérer rentabiliser les efforts colossaux qu'exigent l'adoption des technologies de pointe. Ainsi, le coût de revient de la Wii U ne dépasserait pas les 180$ selon une source proche des milieux autorisés et rapportée par le site Forgetthebox.com. 180$ "mablette" comprise. Nintendo a pour objectif de "rétablir la confiance avec les milieux financiers et investisseurs", ceux-là mêmes qui ont porté l'action du numéro un mondial à plus de 640$ avant d'afficher une défiance totale depuis le levé de voile de la nouvelle console lors de l'E3 2011.
 
 
Le coût de production des innovations technologiques intégrées à l'architecture de la nouvelle console de Nintendo s'avère remarquablement faible. Aussi, le site avance que l'impacte financier des capacités NFC (fonctionnalité fraîchement annoncée) de la Wii U se chiffre à seulement 5$ "grâce aux téléphones portables dont l'adoption rapide autorise cette spectaculaire baisse du prix d'acquisition".
 
Identique surprise lorsque cette source mentionne les caméras embarquées dans la mablette dont "le coût de revient est estimé à 6$" alors que l'écran tactile intervient pour 14$. Le fabricant aurait réussit l'exploit de fixer globalement le prix de revient de la manette à écran à 50$. Une aubaine pour Nintendo qui n'avait pas masqué son embarra à l'idée de proposer au joueur (et par extension à la famille) un équipement supplémentaire à la facture salée.
 
Cette fixation du coût de revient de la Wii U n'est que partielle. Elle ne prend pas en compte d'autres postes de dépenses tels que le budget R&D, marketing, transport, ect. Ces frais ne sont heureusement pas tous fixes (budget marketing), quant aux autres ils peuvent être aisément répercutés sur une production de masse. L'objectif de mettre à la disposition du consommateur final une console nouvelle génération en dessous du seuil psychologique des 300$ est donc pleinement accessible pour Nintendo.
 
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)
Dans le sillage des premières évaluations pessimistes de la puissance de la Wii U, une agence financière japonaise vient de dégrader la note de confiance attribuée à Nintendo. Ainsi, Macquarie Capital Securities Limited a déclassé le fabricant à "sous-performer", une recommandation signifiant que l'action Nintendo va connaître une performance légèrement inférieure à celle du marché.
 
Cette dépréciation fait suite à une semaine durant laquelle la Wii a été malmenée par des critiques acerbes. Mais l'avis négatif est aussi lié à << des problèmes structurels >> qui touchent la société selon l'agence financière. Elle recommande de rester à l'écart de l'action jusqu'à l'E3 2012 en raison d'incertitudes persistantes frappant l'avantage compétitif de la nouvelle console de Nintendo. L'agence craint que l'effet nouveauté soit émoussé par l'attitude opportuniste d'éditeurs tiers (portage brut) et ne voit uniquement le constructeur capable de susciter l'intérêt autour de la Wii U avec des titres comme Wii Sports et Mario.
 
Entre énormité (concurrence de l'Ipad) et baliverne (défiance d'Activision et soutien du bout des lèvres de Konami), les marchés financiers ont tranché. L'action Nintendo est très recherchée. Elle est actuellement en hausse de près de 2% sur les places boursières française et nord-américaine (à la clôture).
 
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)
La Wii U de Nintendo a largement dominé l'actualité cette semaine. Ballotée entre développeurs qui se désolent d'une architecture un rien datée et ceux qui proposent une lecture plus heureuse de la console, Nintendo semble vouloir la clore sur ton optimiste. A deux mois de l'E3, les réservations de stand sont quasi terminées, les exposants commencent à communiquer sans en avoir l'air sur leur préparatif.
 
Tecmo Koei confirme à demi-mots le portage de Ninja Gaiden 3 sur Wii U. Un stand de démos entièrement consacré au nouveau poulain de Nintendo et appelé "Action" est mentionné. Autre éditeur -Maximum Family Games dont le nom ne fait pas mystère de sa spécialisation grand public annonce un jeu de course sans apporter davantage de précision. L'information intéressante vient d'un équipementier ViviTouch leader dans la fourniture d'écran tactile grâce à leur technologie propriétaire "haptic screen technology". Celle-ci possède la propriété de simuler différentes textures au touché de l'écran (fourrure, métal). La technologie haptique améliore donc la perception du touché qui peut être appuyée par des vibrations pour simuler une texture rugueuse ou la pression d'un bouton. Son application ludique fait l'objet de toutes les spéculations et interrogations mais elle n'a qu'un seul but : approfondir la sensation d'immersion dans un jeu en apportant réalisme et relief (palpabilité).
 
Nintendo est grand amateur de l'éveil des sens dans le monde virtuel. Inauguré sur ses consoles nomades, les jeux n'en sont que plus crédibles. A la faveur de la "mablette" qui équipe la Wii U, ce type d'immersion complètement inédit fait une entrée remarquée dans le monde des consoles de salon. Toutefois, en raison de son coût élevé, Nintendo aurait choisi de ne le proposer que sous forme d'extension optionnelle.
 
Plus que la technique c'est donc l'usage que Nintendo souhaite davantage mettre en avant, laissant à leur préoccupation d'arrière-gardes les esclaves du GHz...
 
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)
La cascade de déclarations assassines décriant une Wii U évoluant à contre temps a enfin fait réagir Nintendo. On devine aisément l'agacement du constructeur à lire les articles toujours plus sulfureux qui alimentent le psychodrame de ce début de semaine. C'est pourquoi un représentant du numéro un mondial des jeux vidéo (précision utile) monte au créneau pour dissiper la pire des convictions qui s'installerait insidieusement dans la tête des joueurs, le doute.
 
<< il n'est pas dans nos habitudes de nous focaliser exclusivement sur les spécifications techniques. Nous comprenons que certaines personnes aiment analyser la puissance des processeurs et disserter sur les graphismes, toutefois l'expérience interactive a toujours été plus importante qu'une série de chiffres. >>
 
Une petite piqûre de rappel nécessaire à tous les développeurs qui derrière le jeu des petites phrases aigres-douces testent les réactions de Nintendo.
 
Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)
Nouvelles salves de témoignages à charge sur la puissance effective prêtée à la Wii U. Visiblement les opinions divergent grandement, les développeurs les plus réprobateurs sont curieusement ceux qui se livrent sous couvert d'anonymat. Ces critiques sont cette fois plus nuancées. Si le nouveau format de Nintendo peut défier les consoles actuelles de Sony et Microsoft sur le plan visuel, elle se montrera néanmoins à la traîne dans le domaine de la physique et de l'intelligence artificielle.
 
<< L'hypothèse selon laquelle les jeux Wii U ressembleront à ceux de la PS3 et de la 360 avec de meilleurs textures n'est pas exacte >> fait remarquer une source confidentielle au site C&VG.com. Laquelle est complétée par cette affirmation << son architecture est assez classique, mais elle décrochera lors de la gestion complexe de l'IA et de la physique. >> Toutefois,  l'honneur est sauf : << vous n'avez pas besoin d'une physique sophistiquée pour faire un jeu Mario. >> (oui, et surtout d'un scénario).
 
Une console jugée à bout de souffle avant même d'avoir montré ses muscles...
 
Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)
Au lendemain de critiques acerbes sur l'incapacité de la Wii U à rivaliser avec la 360 et la PS3 sur un plan purement technique, le studio Gearbox attaché à réaliser Aliens : Colonial Marines sur la prochaine console de Nintendo, est monté au créneau pour livrer une expertise plus optimiste :
 
<< C'est l'une des plus belles versions d'entre toutes les consoles... Parce qu'elle est dotée de plus de RAM que ses concurrentes >> souhaite rectifier le dirigeant du studio. Comme pour faire taire une bonne fois pour toute les tirailleurs de tous bords, il certifie que la Wii U est << équipée d'un processeur très performant >> sans pouvoir apporter davantage de détails.
 
C'est véritablement l'éco-système de la console de salon liée à la "mablette" qui changera la donne, les inquiétudes exprimées sur ses potentialités graphiques n'offrent qu'une grille de lecture partielle et surtout partiale du nouveau format de Nintendo.
 
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)
Alors que le débat fait actuellement rage sur le supposé seuil de puissance de la Wii U, un studio de développement spécialisé dans les MMO replace le propos singulier de la prochaine console de Nintendo au centre du jeu de comparaison. Funcom dont le pédigrée ne peut être pris en défaut (Anarchy Online, Age of Conan) se réjouit de la présence de la manette à écran :
 
 << la Wii U est la première console sur laquelle il est possible de développer un MMORPG sans céder au compromis >> a déclaré un employé au magazine officiel Nintendo. Il poursuit : << Le contrôleur est l'outil idéal pour aligner les boutons de raccourcis, un élément de confort de jeu indispensable. Une interface à écran tactile personnalisable combinée avec l'accéléromètre pourraient être la combinaison gagnante de la Wii U. >>
 
Funcom n'est pas le seul éditeur à témoigner de cette compatibilité naturelle de la nouvelle console de Nintendo. Il n'est pas impossible que Game Freak se décide à porter son projet de MMO Pokemon sur le prochain format du constructeur japonais. Square Enix est lui aussi sur les rangs avec une version en ligne de sa franchise multi-millionnaire Dragon Quest X tandis qu'Ubi Soft Quebec est affairé à la réalisation d'un "MMORPG AAA" qui a toutes les chances d'être adapté sur Wii U.
 
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)
Les arguments paraissent rodés, le discours blindé de figures tièdes ou recuites sûrement destiné à se faire pardonner de la défiance des milieux financiers qui ont cisaillé l'action Ubi Soft ces deux dernières années. Il faut aussi soigner ses relations d'affaires avec le leader sortant. Bien plus par raison froide que par un réel élan d'amitié.
 
 C'est à cette tâche ingrate que Tony Key, vice-président des ventes et du marketing d'Ubi Soft, s'est plié. Il ne tarit pas d'éloges à l'égard de la Wii U sans négliger l'aspect business : << nous avons de grands projets pour cette console. Notre intention est de devenir le numéro un des éditeurs tiers, tout comme nous l'avons été sur Kinect ainsi que sur 3DS. >> Key se vante d'entretenir une relation étroite avec Nintendo, Ubi Soft aurait ainsi bénéficié d'un soutien actif du constructeur pour le développement de ses jeux. Des faveurs spéciales qui prennent la forme d'une mise à disposition d'outils de programmation autrement réservés aux studios internes du géant japonais.
 
 Il en veut pour preuve la demande express formulée par Nintendo dans le but de réaliser Red Steel : << lorsque les premiers kits de développement sont arrivés dans nos locaux, nos équipes se sont montrées intriguées [...] les idées ont été tranchantes >> se remémore-t-il non sans humour. Bien que cultiver cette proximité apporte de nombreux avantages, elle n'interdit pas la prospective. L'anticipation est la règle, la feuille de route des constructeurs n'est pas assez lisible tant l'incertitude est grande sur la configuration des prochaines consoles.
 
Lorsque les prévisions font mouche : << vous pouvez vous considérer comme chanceux car entre le moment où vous réceptionnez les premiers kits et votre décision de vous lancer, vous remarquerez que vous n'aurez jamais assez de temps pour accompagner le lancement d'une console [...] vous avez le devoir d'être assez avancé dans la planification de vos idées avant que la console ne se présente à vous >> assure le vice-président.
 
 C'est précisément ce qui s'est déroulé avec la Wii. L'expérience Red Steel supervisée en amont par Nintendo encouragera l'éditeur à adapter son catalogue de jeux sur la console vedette du numéro un mondial. Ubi Soft a été aux avant-postes dans les premiers mois qui ont suivi le lancement du format de Nintendo avant de voir sa part de marché fondre comme neige au soleil faute d'investissement spécifique à la console. Le numéro trois mondial de l'édition surnage actuellement avec Just Dance et ses déclinaisons.
 
 En 2004, lors de sa démission du poste de directeur général d'Electronic Arts, John Riccitiello avait publiquement dénoncé l'attitude hypocrite des constructeurs soucieux de soigner dans un premier temps leur relation avec les éditeurs avant de manifester une certaine hauteur à leur égard. Nous sommes à peu de chose près dans cette posture déclarative que la réalité saignante du monde des affaires se chargera de tailler en pièce une fois que la Wii U aura atteint sa vitesse de croisière.
 
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Archives

Favoris