The Neves Times

The Neves Times

Par Neves Blog créé le 29/03/14 Mis à jour le 07/12/19 à 18h21

Reporter vidéo-ludique.

Hebdomadaire dominical.

Tirage en couleur.

Ajouter aux favoris

Catégorie : The Late Late Show with Neves Fail On

Signaler

Le Nevessing reflête la communauté Gameblog.

Il peut contenir des images non adaptées ...

... à un public de merde.

 

Note de l'auteur : ce qui suit apparait dans l'ordre chronologique des évènements

(à 2-3 coupes du directeur près)

 

On commence fort dès le 1er jour

 

 

On commence fort dès le 1er jour (suite)


Et c'est reparti pour un tour ...

 

Et c'est reparti pour un tour ... (suite)

 

Et c'est reparti pour un tour ... (suite 4 étoiles)

 

Quel est le plus consternant ?

A/ Le Montage

B/ La Grammaire

C/ Que JP Foucault soit remplacé par Camille Combal

D/ La réponse D

 

L'Attaque des Clowns.


L'Attaque des Cons.

 

Donald87 qui prouve (une fois de plus) qu'il en a une plus GROSSE que les autres

 

 

Meilleure réaction à un statut EVER


 

Meilleur titre de billet de blog

(et tellement vrai)


 

FF XV Pocket Edition : l'impossible rendu possible

 

 

Si, Fache le connait


 

Gameblog qui persévère avec la coke

 

 

Les ravages de la coke sous perf' à la rédac

 

 

Le statut de l'Année

Label rose "fond d'écran à vie"

 

FAKE !

Comment un testeur peut tester un jeu où il faut 2 cerveaux !!??

 

 

Commentaire de l'année !

(dans le cadre du "vous avez joué à quoi cette semaine")

 

 

La Presse corrompue : Preuve #1

 

 

Plus de doutes permis, Sony ne donne pas seulement les notes de ses jeux mais aussi les intertitres

 

 

LeGamerAuxMainsCarrées (sous contrat avec Square Enix rappelons-le) obligé de créer un compte multi pour venir faire la promo de Ys VIII

 

 

Je ne comprends toujours pas les commentaires de Sorento en 2018

 

 

Je ne comprends toujours pas les commentaires de Sorento en 2018 (suite)

 

 

L'Arnaque !! Sorento écrit aussi sur Gamekyo ! Mais surtout, il écrit sans faute d'orthographe °_°

 

 

David Cage ne pond pas 20 000 pages de scripts sans déteindre (un peu) sur sa communauté

 

 

LeGamerAuxMainsCarrées se retourne dans sa tombe

 

Le post de l'année

(en réaction aux ventes mondiales stratosphériques de God of War)

 

 

Le post de l'année (suite)

 

 

Excellent.

 

 

Enorme

 

 

Enorme (bis)

(réaction au trailer E3 2018)

 

 

Et c'est reparti pour un tour #leretour

 

 

FAKE

 

 

Pourquoi faire un jeu sur 3 plateformes différentes ?

A quand la version Switch ?

PSVR ?

Alexa ?

(Questions sérieuses Joniwan)

 

 

Non de Zeus !

 

 

C'est bon, Liehd n'est plus officiellement le seul à s'être faché avec tout Gameblog

 

 

Le Liehdisme dans toute sa splendeur

 

 

Bah tu l'as quand même écrit

(en recherche active du smiley de l'incompréhension)

Je crois qu'on tient là la notion d'Epic Fail

 

 

Pétage de câble intégral de Camille

 

 

Mythomane du jour, bonjour.

 

 

Mythomane du jour, le retour.

(en réponse à une news sur Battefield V)

 

 

Toujours lire un post jusqu'au bout

 

 

Liehd response buffering ...

 

 

Liehd response loading ...

 

Le titre du post de blog est plus long que le post de blog lui-même

(Nan, je ne suis pas allé vérifier)

(Mais connaissant les lois probabilistes en vigueur sur Gamevlog ...)

 

Je détiens ici la preuve irréfutable que Liehd et Snake ne font qu'un.

3 min d'interval, trop beau/gros pour être vrai

 

Franck Ribéry de retour à la rédac'

Pourquoi l'avoir laissé seul dans une pièce avec un clavier ?

 

LOL du Clown triste

 

 

J'en étais sûr !

#Inception Fachewawards

 

J'ai accédé du 1er coup à la fin secrète na na na na nère !

(alors que je finis jamais mes jeux à 100%)

(et que c'est une intelligence artificielle qui fait les wombats de boss à ma place)

 

 

Albatar !!! Avec du Rick Astley en plus !!

 2014-2018 Time Neves, A l'année prochaine ! Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler

Dans un registre analogue aux très modestes mais cependant humbles Neves Megalo Awards qui retraçaient une année de jeuvidéoludie, je prends la liberté de changer les fondamentaux et vous propose en lieu et place du Game as service, le PQ as service. PQ pour Papier de Qualité. Sont cons. Dans le sens, où je retracerais moi par moi - ou plutôt mois par mois - vous êtes vraiment à ce point-là autocentré ? - les oeuvres hautement imparfaites que j'ingurgite au nom de mon addiction complètement contrôlée au jeu vidéo. J'abandonne le format test jeu par jeu pour quelque chose de plus condensé, moins long et moins usant à pondre. Politique de réduction des couts oblige. Ce sera l'occasion comme d'autres l'ont initié avant moi de re-roller une quinzaine de fois cet article pendant l'année, soit autant que le nombre de mois que fait figurer une année sextile comme 2018. Le season pass démarre à 29,99¤. Pour les 10 premiers re-roll. Au-delà, c'est $5 par tête de pipe. On n'arrête pas le progrès.

 

 

Janvier - De l'électricité dans l'air


inFamous 2 - 21 heures

Premier jeu effectué en 2018 et on commence déjà par du solide. J'avais fortement apprécié le premier comme je le mentionnais dans mon test d'alors malgré ses faiblesses évidentes en matière de technique (moteur de jeu daté plus que non optimisé car le jeu tournait bien) et de direction artistique très gris-marron. C'était surtout son scénario (ce twist de fin :love:), cette soif de puissance manette en main ainsi que cette connivence avec la culture comics au travers de ces tableaux dynamiques fortement stylisé mettant en scène les aventure de Cole aux prises avec les Premiers Fils et le Gouvernement qui m'avait tapé dans l'oeil à l'époque. Il serait aisé voire réducteur de signifier que inFamous 2, c'est le même que le 1er en mieux mais la formule bien que galvaudé n'est pas si loin de la vérité. Je ne dirais pas que j'ai préféré le second au premier. Ni l'inverse d'ailleurs. Comme souvent lorsque le 1er opus est déjà une franche réussite, j'ai du mal à m'extasier comme un fou sur une suite si proche de l'original. C'est d'ailleurs pour ça que ça me fera toujours bondir de voir ceux négligeant le 1er Uncharted au profit du 2nd.

Mais stoppons court à la digression. Ce qu'il y a de sensiblement mieux dans ce 2nd opus : le théâtre du jeu pour commencer. Non pas celui à l'angle de la 15ème et de la 7ème. Non, là je vous parle de New Marais. Découpé en 3 grandes zones. La trépidante Nouvelle-Orléans telle qu'on la connait avec son quartier français, son fort sur la baie, sa cathédrale mais aussi sa prison et son cimetière. Puis pour faire le lien avec l'ouragan Katrina, le quartier submergé sous les flots et enfin la zone industrielle. Donc, c'est plus beau aussi bien techniquement qu'artistiquement et mieux identifiable avec des monuments par ci et d'autres structures identifiables au loin par-là (la gare de triage, le port de plaisance ou la raffinerie). C'est donc un plaisir d'évoluer sur la map au moyen de divers câbles reliant les hauteurs de la ville ainsi qu'en exploitant la panoplie de nouveaux mouvements de Cole permettant au fur et à mesure de sa progression de s'élever plus rapidement pour traverser la carte de manière plus fluide.

A ce propos, les propulseurs électriques permettant de s'affranchir du matraquage du bouton "escalader" pour varapper une façade est la meilleure invention depuis le droit des enfants pour les présidentielles de 2024. Nan et puis, inFamous 2 s'améliore sur la narration et l'écriture de ses personnages secondaires. En sus des tableaux dynamiques très comics, tiennent place désormais des cinématiques (c'est nouveau et au niveau des cadrages, on sent qu'à l'instar d'Insomniac Games pour ses Resistance 2 et 3, Sucker Punch a dû voir passer 2-3 larrons de chez Naughty Dog parce qu'on sent qu'il y a une direction derrière la caméra) mettant largement mieux en scène les relations psychologiques entre les différents protagonistes, que ce soit Cole, son acolyte de toujours Zek, le grand méchant Bertrand ou encore le tandem féminin Kuo/Nix. Ce qui me permet d'embrayer sur le dernier point que je voulais soulever, à savoir la dualité proposé au joueur avec ces histoires de karma. Eh bien, je trouve ça bien plus présent et mieux foutu dans ce second opus avec des moments de décisions plus déterminants au cours de l'aventure et des missions principales comme secondaires clairement orientées en ce sens, là où je trouvais le procédé bienvenu mais plutôt gadget dans le 1er. inFamous 2 s'améliore sur beaucoup de points vis à vis de son devancier, je citerais par contre un bémol, les affrontements contre les boss, moins orientés patterns/phases, plus ciblés sac à PV/balance la sauce. Et ces musiques si jolies et pourtant si feutrées comme s'il fallait les cacher. Dommage. Ah oui, et on a fait mieux en termes de "vie" dans ce monde ouvert. Par contre, le doublage français, au top.

 

Janvier/Février - La guerre des boulons

Ratchet & Clank 2 : Going Commando - 20 heures

Je ne me suis mis à Ratchet & Clank qu'à la fin 2016 et j'avais été agréablement surpris par la proposition à la mi-chemin entre plateformer et shooter d'Insomniac Games et me voici reparti pour le second opus. Comme je le mentionnais dans un précédent billet sur mes affres vidéoludiques de 2016, Ratchet se montrait à la hauteur de sa réputation sur à peu-près tous les plans (musiques, variété des phases de jeu, plateforme, inventivité de l'arsenal et même le challenge qui se corse à la mesure que les pétoires s'émancipent de leur fonction première) sauf sur son histoire - niaise et trop enfantine - ainsi que sur son humour - niais et trop enfantin. Le 2, c'est effectivement la même recette qui fonctionnait déjà bien mais avec des ajouts pas piqué des hannetons. Ainsi que de sensibles améliorations. Alors l'histoire est toujours aussi peu emballante de mon point de vu mais pourtant j'ai bien aimé le personnage du voleur qui est en réalité Angela. J'ai bien aimé l'esprit (je n'oserai dire l'humour) de cet épisode qui prête plus à sourire que son prédécesseur. Les ajouts eux se révèlent plus marquants comme les nouvelles armes bien barrées, les phases de courses à la WipEout, de planeur (où le doigté minutieux du stick est requis), de propulseur (où la gestion du carburant comme de l'altitude est mise à contribution) ou la grande amélioration portée aux phases de combat spatial dont les repères spatiaux favorisent les sensations en vol. Un bon moment passé en résumé.

 

Février - La Mémoire, la Mort et la Vengeance

Max Payne - 12 heures

Je ne me souviens de Max Payne ... A l'époque, nous sommes en 2002 et j'y joue sur PC. Enfin, je tente d'y jouer parce que je n'irai pas bien loin, tout juste le niveau du métro. L'impression que je n'allais jamais bien loin dans aucun de mes jeux de l'époque d'ailleurs. 2018, jeu acheté sur le PS Store, téléchargé au bout d'1h40, l'appréhension monte. Est-ce que le choc visuel sera trop important ? Est-ce que la maniabilité sera trop merdique ? Est-ce que ? Alors oui au début, le retour en arrière est violent. Plus par le côté anguleux des couloirs que les décors qui sont en eux-mêmes bien garnis. Eh oui, c'était aussi ça l'époque PS2. Puis on se laisse alpaguer par le charme de l'oeuvre et bon an mal an on se retrouve à retrouver des sensations de tirs à la troisième personne qu'on avait plus aperçu depuis longtemps. Au fur et à mesure de la progression, on se fait à ce Max Payne aux animations de déplacement oblique inexistantes et on vise de mieux en mieux par force de l'habitude et via le dosage de la sensibilité des axes horizontaux et verticaux. En gros, j'ai vécu Max Payne comme une longue montée en puissance. De l'appréhension à l'exaltation.

Au début, comme tout le monde, je veux savoir pourquoi Max a été frappé du terrible drame qu'il a subit. Puis je me lasse d'une vendetta à l'encontre de la Mafia New-Yorkaise, ni très original, ni très palpitant. Je me dis, c'est donc ça "Max Payne" ? L'arrivée de Mona (ou de Lisa ?) signe le changement de direction du vent et l'entrée de l'Histoire de Max Payne dans la catégorie "intéressante" avec une machination d'intérêt supérieur. En dehors de ça, l'apprivoisement de la maniabilité du personnage se fait naturellement et se dessine alors un TPS aux mécaniques ultrasolides avec la fonctionnalité de la décennie : le bullet-time. Au début, on a l'impression d'être invincible, on l'utile tout le temps et par tous les temps, puis son utilisation se fait de plus en plus clinique, seulement dans les moments opportuns et/ou vitaux. La montée en puissance de l'arsenal corrélée à celle des ennemis ne fait que confirmer que le bullet-time est la meilleure invention de l'homme après la chaise à 4 pieds. Pourquoi ? Parce que le bullet-time, même 15 ans après, c'est toujours aussi stylé et fonctionnel, et que ce n'est pas la capacité miracle qui fait de vous l'invincible l'espace de 5 secondes. Il faut vraiment viser et ne pas se louper sous peine de morfler sévèrement.

Ce qui m'amène au second point à surligner de toute urgence : le système de couverture social qu'embarque le jeu de Remedy. Les painkillers constituent la meilleure invention de l'homme depuis le hamburger sans steak. En effet, après toutes ces années à la remontée automatique de la santé, le fait d'être si vulnérable (une seule balle à bout portant et c'est soit la mort, soit 80% de la barre de vie en moins) se marie admirablement bien avec la capacité du bullet-time et le système de visée (d'ailleurs, le réticule discret de Max Payne est là aussi un Must) plus généralement. Outre le fait que Max Payne est un jeu pré-mode du cover shooter, on ne badine pas avec les balloches dans Max Payne, on ne peut rester planquer, on bouge, on surprend en sortant des bullets time dans tous les sens si on veut mais on est actif, on ne fait pas du tir au pigeon bien planqué derrière un muret et non, il ne suffit pas de zigzaguer/détaler dans tous les coins tout en débitant tous ses chargeurs pour se sortir d'une mauvaise passe. Bref, on réfléchit. Et ça fait du bien.

Les qualités de jouabilités ne sont pas/plus à remettre en question une fois l'oeuvre digérée dans son intégralité. Il en va de même pour ses qualités narratives. Max Payne se raconte et se la raconte beaucoup. La narration tout en planches de comics à l'effet aquarelle n'y est pas pour rien. Ca ergote beaucoup dans Max Payne mais ça ergote bien. Dans ce sens où les planches sont déjà formidablement narrées par la voix suaves de Max en VO. Insufflant clairement le ton à l'oeuvre tout au long de l'aventure. Mélancolie et gravité faisant à mon grand dam bon ménage. Et en plus d'être bien narrées, elles ont le mérite de ni couper l'herbe sous le pied du joueur par la soudaineté de leur arrivée, ni durer trop longtemps (et pourtant Dieu sait que j'adore m'empiffrer de cinématiques Kojimaesque chaque soir avant de m'endormir). Last but not least, je ne peux finir sans remonter le fait que ça faisait longtemps que je n'avais pas joué à un pur TPS (sans autres mécaniques disséminées d'ici de là) et que ça fait plaisir de redécouvrir que les phases de jeu se renouvellent bien, que les lieux/décors idem ou encore que l'inventivité est de mise pour surprendre avec l'utilisation du bullet time notamment. Max Payne n'usurpe pas son aura.

 

Février/Mars - La tête sous l'eau

Bioshock 2 - 22 heures

Rapture, Rapture, Rapture ... Par où commencer ? Inconditionnel de l'oeuvre constitué par le 1er déjà. Toujours arpenté dans cette excellente VF. Au début, Bioshock 2 m'a inquiété, je le trouvais scolaire dans sa construction comme ses ajouts. L'Atlantis Express faisant écho à la navette de Dead Space entre les différents distrits, de Rapture pour l'un, de l'Ishimura pour l'autre. Le chrosome enragé qui n'est rien d'autre qu'une grosse butte épaisse dopée à l'Adam. Les Grandes Soeurs aussi, dont la dénomination en elle-même manifeste le manque d'inspiration. Et Sofia Lamb aussi, sorte d'erzats du mythique, que dis-je, mirifique Andrew Ryan. Et puis je me suis ravisé graduellement au fil de l'aventure. Parce que tout a une raison. Et que j'ai enfin pu maté proprement ces putains de Protecteurs ! Nan mais ce que j'ai bien aimé, c'est le level design plus ouvert permettant de "jouer" avec les Protecteurs, chose beaucoup moins faisable lors de l'opus fondateur. Certains pourront arguer que cela reflète la tournure multi du jeu mais je m'en tape. Tant que ça sert mes intérêts.

Je l'ai déjà dit mais la VF est énorme et l'écriture des dialogues/monologues/interventions des différents forts en gueule est toujours aussi exquise. Après Sander Cohen, Yi Suchong, Brigid Tennenbaum, Franck Fontaine et Andrew Ryan, les nouvelles "histoires" dans l'Histoire de Rapture ne déçoivent pas. Qu'il s'agisse de Grace Holloway, les frères Wales, Stanley Poole, Augustus Sinclair ou encore Gilbert Alexandre, le récit des acteurs de Rapture est captivant. Enfin les thèmes du despotisme, du collectivisme, de l'égocentrisme (et Sofia Lamb n'est pas la dernière pour ça !), de la religion voire du prophétisme sont autant de sujets philosophiques clairement passionnants à suivre dans toutes ces joutes verbales. Mention spéciale à la bataille des idées entre feu Andrew Ryan et sa dissidente/remplaçante Sofia Lamb. Bref, les environnements se renouvellent bien, l'arsenal aussi. On peut aussi jouer en même temps du plasmide et du plomb, le piratage est bien batard et les affrontements coriaces, j'ai pris plus de plaisir dans ce 2 sans doute parce qu'en niveau de difficulté moyen, le jeu abandonne assez rapidement son côté chiche en munitions/butinnage d'équipements pour laisser au joueur le soin de penser ces affrontements. Un peu plus facile mais un peu plus plaisant. Qu'est ce que j'en avais chié avec les Protecteurs dans le premier ... Enfin, l'Histoire est belle et les révélations pleines de sens ; mention spéciale au passage dans la peau d'une Petite Soeur avec ce monde féérique plaquée sur cette charpie de Rapture que j'ai trouvée d'une beautée sale.

 

Mars - "I watched stupidity of mankind through the scope of my rifle", Sniper Wolf.

Metal Great Solid - 16 heures 40

Mais quel grand jeu ! Pourtant, ça commençait mal. Joué sur une version démat' sur PS3, je me suis très vite rendu compte de 2 choses casses-couilles : pas de VO et pas d'infiltration. Pas de VO parce que c'est trop compliqué d'intégrer l'ensemble des doublages sur une version universelle du jeu - faut croire - et pas d'infiltration parce que franchement le cone de vision des soldats ennemis de Metal Gear, ça reste une vaste blague pour la licence qu'on désigne la meilleure en infiltration. Trop facile de duper 25 types à la suite. Heureusement qu'en avançant dans l'aventure, les rondes coordonnées des gardes masquent un peu cette calibration zarb'. T'es en face du mec, en plein jour mais à l'extérieur du cône, donc t'es invisible pour lui, faudra qu'on m'explique. Heureusement que le bruit de Snake est pris en compte. Aveugle ok. Aveugle et sourd ... En fait MGS, c'est énorme pour 2 raisons : sa succession de boss aussi charismatiques que psychologiquement profonds et bien évidemment son histoire/scénar'/narration usant tantôt d'un brouillard épais pour aiguiser notre curiosité et tantard de retournements complètement imprévisibles. C'est fou comme une structure narrative poussée arrive à faire oublier 20 ans d'âge et quelques millions de polygones trop apparents. Evidemment MGS j'en ai souvent entendu parler comme d'un monument du jeu vidéo, et enfin je suis à-même de comprendre la teneur de ce dithyrambe. Snake, c'est du solide.

 

Avril - Le chat et la chauve-souris.

Joker de la Fontaine.

Batman Arkham City - 23 heures 30

C'est avec pas mal d'appréhensions que j'entrais dans ce second épisode signé des studios Rocksteady. Ayant trop souvent lu que le "Protocol Ten", clé de voute de l'intrigue n'était pas si intéressant à suivre ou que tout simplement Asylum était jugé meilleur par de forts-en-gueule sur les forums ... Que dalle au final. J'ai adoré. Alors certes, le concept de ville-prison tue dans l'oeuf les véllités qu'un connard comme souhaite d'un jeu de super-héro ; à savoir une ville "normale" avec de la vie dedans. Comme un GTA, comme le prochain Spiderman à venir en fait ... Mais tout de même, cette liberté de voler sur plusieurs centaines de mettres au gré des techniques de vols et cette fluidité que confère la batte-griffe puis plus tard la possibilité d'enchainer les phases d'ascension au grappin et de vol dans la foulée, "sans transition" effectivement ! Vous le dites si bien Patrick !! Nan et puis cette fois-ci, je l'ai fait en VOst. Et même si j'adorais la voix française de Batman lors d'Asylum, le jeu d'acteur prend lui aussi son envol si vous me permettez. Pour rester dans le sonore, j'ai aussi trouvé que la musique prenait plus la mesure de l'épopée, du grand Détective là où je la trouvais trop en retrait et pas assez gandiloquente lors des premières aventures. Dôté de phases de jeu toujours aussi plaisantes, bien aidé d'ailleurs par une I.A. qui tient bien son rang, le jeu excelle dans ses affrontements cérébraux entre le Chevalier Noir et la myriade de villains que compose le titre.

J'ai adoré les phases aux prises avec Ra's al Guhl, le Joker (contrairement au 1er en fait - faut dire y a pas Harley cette fois, ça doit être pour ça), Mr Freeze (cette voix !) et surtout Catwoman !!! Moins ambiancé par le Pinguoin alors que ce personnage m'a envouté dans la saison 1 de la série Gotham. Et Double-Face n'est pas assez présent. Ah et j'allais oublié Hugo Strange, vraiment parfait en grand tenancier des ficelles du scénario. Même si à ce niveau le Joker n'est pas en reste. Comment ne pas revenir sur cette symphonie comme dirait un certain Blacklaboule que représente le système de combat, un jeu de rythme dans le jeu, un QTE-game dans le game si vous voulez, mais ce que ça rend bien à l'écran n'empêche ... Deux choses qui m'ont étonnées pour finir : cinématographiquement, cet Arkham City pose ses baloches, la mise en scène est certes classiques mais très travaillées et je n'ai pas l'impression qu'une telle implication avait été de mise lors du 1er opus (raison stratégique d'affectation des ressources pour la génèse des fondements d'une série, je suspecte). Et Catwoman. Quelle souplesse. Quelle grâce. Quel plaisir de la controller. Il faut donc que Rocksteady s'attèle sur un jeu sur Catwoman. Avec 15% de phases avec Batman. Si ça leur chante.

 

Mai - Quand tu te rends compte que le sado-masochisme est peut-être une option viable

Demon's Souls- 23 heures 30 en 2018 - 69 au total

Le jeu qui a failli m'a fait rentrer en dépression. Une dépression portée par des vents d'Est en provenance du software, du Japon pardon. Qu'est ce que j'ai ragé. Mais fort d'un plan youtubal, j'ai réussi à réaliser emprise sur le titre. C'est ça, rigolez. Et si maintenant je vous disais que la moitié des boss, je les ai buté de loin, "safe", avec ma baguette. Voilà, étranglez-vous maintenant. Ca vous apprendra à manger des cacahuètes en lisant mes conneries. Donc, en gros, Demon's Souls, c'est excellent gameplayiquement parlant, ainsi qu'au niveau de la structure des niveaux des 5 archstones. J'ai vu très tôt le phénomène arrivé en 2009 avec les tests imports des versions jap' du jeu par les rédactions locales. Mais j'ai aussi décrété très tôt que ce style de jeu n'était pas pour moi. Pas convaincu qu'un jeu entièrement basé sur ces combats pouvait me faire ressentir quoi que ce soit. Et c'est seulement avec la sortie de Bloodborne que je ravisa mon jugement. Et effectivement, ce titre est taillé pour un poltron comme moi. Chaque action/décision compte et doit se soupeser eu égard : de la distance qui vous sépare du sbire le plus lambda, de sa position de combat (bouclier levé, en pleine chorégraphie meurtrière, en train de se soigner, etc.), de la rapidité d'éxécution de votre coup "rapide" ou "puissant", de la portion d'endurance qu'il ponctionne, de votre position vis à vis de l'ennemi (derrière lui, du côté où il y a son arme et non son bouclier). Je n'aime pas crier au génie comme toutes ces fillettes qui croit voir Zac Efron de dos, mais j'ai crié au génie. Votre honneur. J'accepte donc votre chat qui ment. Les boss eux, m'ont mené la vie dure. Et comme je suis du genre peureux face à mon boss comme aux boss ou même face à Hugo (il fallait bien que quelqu'un se dévoue pour la faire), j'ai pris la liberté de regarder le Youtubeur "Lord Fergusson" pour zieuter quelques 'tipp-off' (mais arrêtez-moi, je suis en train de faire "une Fache") et me sortir de biens des pétrins. Ce que j'ai remarqué au fur et à mesure de ma progression et c'est chose logique, c'est que dès lors qu'on est blindé d'herbes médicinales à ne plus savoir qu'en faire et qu'on a une jauge d'endurance bien évoluée, on entrevoit les combats de boss complètement autrement. Là où je ne cherchais que quelques conseils pour entamer le combat en allant sur Youtube trop souvent sur les 2 premiers tiers du jeu, j'ai fini par comprendre tardivement (mais n'est ce pas la faute à la courbe de progression du jeu) que ces 2 données (les herbes et l'endurance) suffisaient à au moins analyser correctement les mouvements d'un boss - quitte à y rester à s'y reprendre à plusieurs fois, le temps d'éxécuter farpaitement son plan - situation impossible à avoir en début de jeu. Donc je vous le demande, messieurs les Inquisiteurs et ardents défendeurs de la Souls et de l'orphelin. Pourquoi des boss si impitoyables dans chaque premier niveau des 5 Archstones ? Pourquoi arriver péniblement jusque un boss et se faire latter la gueule en 10 secondes et y revenir s'en ne rien avoir appris. Vous avez 4 heures. En dehors de ça et une narration niveau -1 (c'est en dessous du niveau 0), c'est un grand jeu.

 

Mai - Dantesque

Devil Never Cry- 13 heures 30

Toujours une petite appréhension avant de commencer un jeu qui date de 2001 en 2018. HD Collection ou non. Rassuré par l'affichage en 16:9 (putain, j'ai cru à un moment que le 4:3 du début n'allait pas jarter fiça °_°), j'ai donc pu me concentrer sur le coeur du jeu. Et c'est vraiment du solide. En terrain connu pour un sale con comme moi qui s'est permi de faire la GoW collection avant le titre révolutionnaire de Capcom. Que dire qui n'a pas déjà été dit, je ne me vois pas enchainé les banalités. Pour une fois. La gestion de la caméra est paradoxalement géniale la plupart du temps (et encore heureux oserais-je dire ...) mais offre des moments ou on tape à la grosse en supposant la position de l'ennemi. Pas génial donc ... Sinon, j'ai pas compris grand-chose de l'histoire (décidément, coup sur coup après Demon's Souls ...) donc j'ai tappé "l'histoire de Devil May Cry pour les nuls" dans ma barre de recherche. Je trouve le roster d'armes et de mouvements/capacités à débloquer proprement exquis. Quel plaisir l'état de stase démoniaque avec les gants IFRIT. Ce qui me fait penser qu'on est Dimanche et que comme tous les dimanches, c'est frites ce midi ! Sinon, la difficulté fait vraiment l'intérêt du jeu avec plein d'ennemis de toute sorte et des mini-boss et boss bien casse-couilles si vous me passez l'expression. J'en ai bien chié si vous me repassez l'expression mais je leur ai bien marrave la gueule à ces batards si vous me re-repassez l'expression. C'est pas après avoir terrassé d'une seule main Demon's Souls (bon ok ...) que ces grosses bestioles vont m'arrêter dans ma quête du PGM. Mon seul gros problème avec DmC finalement, c'est qu'apparement, le second est une grosse merde. Mais bon, qu'est ce qu'on ne ferait pas pour la Science ? Hein ...

 

Juin à Septembre - C'est le Nooord !!

Les Anciens Parchemins - 233 heures

Samèrelipopette. 233 heures "d'affilé" sur un jeu. Entendez sans toucher à un autre jeu pendant ou entre-temps. Ca ne m'était jamais arrivé. Vous tenez là les ravages de ma nouvelle politique (2016) de ne me consacrer (et non sacré con, je vous vois venir) qu'à un jeu à la fois quand à l'époque, j'avais douze "en cours" de concert. Beaucoup de choses à dire sur Skyrim. Souviendez-vous. Le RPG, c'est encore un concept pour moi. FFXIII était mon premier RPG et mon premier J-RPG. Demon's Souls, mon premier A-RPG occidental fait par des japonais. Skyrim est mon premier A-RPG occidental fait par des occidentaux et mon premier RPG en monde ouvert. Dites moi que vous suivez. Première chose, j'ai longtemps repoussé ce Skyrim. J'avais très peur de 2 choses : 1. sa durée de vie (et oh lord, j'avais raison) mais surtout 2. son niveau technique (my fucking, j'avais aussi raison pour lui). J'avais acheté le jeu y a un baille Nathalie mais remisé au placard le temps de faire plein d'autres jeux plus en retard que lui. J'hésitais même à me prendre la version PS4 histoire de bénéficier d'un meilleur rendu technique. Puis sur l'autel de l'argent, je me suis dis, lance-le (non, pas par la fenêtre), tu vas pas retourner à la caisse pour un jeu que t'as déjà (acheté), question de principe. C'est alors que commença mon périple.

Premier contact. Dieu que c'est moche ! Puis quelques dizaines de minutes puis heures plus tard ... Dieu que c'est bien. L'univers est palpitant, la contrée gigantesque, c'est du tout neuf pour moi, mon dépucelage est total. Rapidement, je vois le jeu intégrer le quartet de titres mémorables de la génération aux côtés de GTA IV, MGS IV et Red Dead Redemption. Puis viennent les problèmes techniques (je joue sur PS3) au fur et à mesure que la taille de la sauvegarde augmente. Les ralentissements devienent fréquents jusque devenir ultra-pénible au bout de 150 heures de jeu et des fameux 10 Mo de sauvegardes (problème très connu à en croire la Toile mondiale). Je décide donc de connecter ma console à internet - elle, qui ne l'est jamais - et chope le patch. Problème résolu au détriment - il en va de soi, on connait Bethesda - de la distance d'affichage qui devient honteuse pour ne pas dire calamiteuse pour éviter de dire scandaleuse. Très gros point noir que le rendu graphique de ce jeu qui jouit pourtant d'une artistique léchée. Mais apparemment, avoir vendu des milliers de cargos de Retombée et Parchemins des Anciens par le passé n'a pas permi à Bethesda de doter le département technique d'un moteur de jeu et de programmeurs dimensionné à l'échelle proprement hallucinante de leur titre.

Un titre tout simplement gargentuesque. 233 heures de jeu et je ne l'ai pas fini. J'estime (et ça vaut ce que ça vaut, parce que j'ai sêché pas mal de cours d'occlumencie lors de mon bref passage à Poudlard) qu'il me reste facile 70 heures de jeu au bas mot pour boucler l'aventure. Je ne vais pas revenir en détail sur ma mutation au cours de ce jeu (j'en ai fait l'objet sur "Perdu dans la conception") mais pour synthétiser, Skyrim m'a fait prendre conscience que : traquer le moindre équipement pour le revendre et jouir plus rapidement de capacité de financement est superflux eu égard de la progression (qui donne en temps et en heures des outils plus efficaces pour générer du cash en grande quantité), les voyages rapides sont à utiliser intelligemment pour éviter de perdre du temps à trop arpenter les mêmes trajets 612 fois en moins de 15 heures, les quêtes engagent les mêmes actions. Ce dernier point m'emmerde parce que le jeu est très bon mais la boucle de gameplay est somme toute lassante au bout d'un moment (plutôt long me direz vous quand on met 233 heures pour s'en rendre compte). Et dans le même temps, je tiens à faire toutes les quêtes. Non pas pour ces conneries de 100% ou de trophées mais parce que je tiens à cet univers et que je veux en découvrir toutes les facettes qui à génocider à tout va et surtout répétitivement. Ok, allez à Faillaise depuis Vendaume pour assassiner une petite vieille devant les petits orphelins ne fait que rappeler qu'on m'a déjà demandé de dégommer quelqu'un 1543 fois précedemment mais l'enrobage Confrérie Noire "m'obligeait" à m'adonner à cette quête. Trop curieux que je suis. Puis bon, comme je l'ai toujours dit, c'est toujours une fois le forfait commis qu'on comprend qu'on s'est fait niqué. Ca ne s'anticipe pas. Professeur.

Voilà pourquoi je ne peux me contenter de la double ligne narrative principale (guerre civile et retour des Dragons), j'aurais l'impression de survoler le jeu. Puis bon, ce ne sont pas des défis ou des quêtes du 3ème degré. Pour le reste, j'adore découvrir la richesse documentaire de l'univers via les ouvrages et j'ai tué 26 dragons. Ouaip je les compte. La bande-son est très bonne et le roleplay grisant (je suis clairement du côté magie-archerie-infiltration). Je pense juste que le jeu aurait gagné à avoir moins de contenu même si pour un péquenaud qui y joue tous les 6 mois par tranche de 100 heures, ça doit être pas déconnant.

 A dans 2 mois bande de fifrelins. (bon là dernière fois que j'ai écris ça, je suis revenu 6 mois après mais bon, c'est pas moi, c'est Skyrim)

 

Octobre - Mes que un jeu vidéo

Gran Turismo 5 - 59h45 en 2016, 22h45 en 2017, 25h30 en 2018

Soit 108h au total. Même si plutôt 85 au réel car les 23h de 2017 n'ont servi qu'a "recréer ma sauvegarde" de 2016 perdue parce que j'ai fait l'erreur de désinstaller les 10Go de données pour faire de la place sur le peu d'espace que me confère le DD de 40Go de cette PS3 10 ans d'âge. Donc GT5 est mon vrai premier jeu de simulation de course auto. Etant donné que j'avais vaguement taté le 2 à l'époque vers 2001. Offert par le padre avec le volant qui va bien dans son pack. Mais bon, c'était un temps où je ne jurais que par les jeux de courses arcades, ne voyant aucun intérêt à faire des tours sur circuit (sic). Plus une huitaine d'année plus tard, lorsque je n'avais que GTAIV, Fifa 09 et MGSIV sur ma flambante PS3 (première console achetée avec mes propres sous), j'ai opté pour le pack GT5 Prologue + une manette pour 50¤. Et c'est bien là que j'ai découvert le plaisir de la rigueur et du risque sur circuit. Poncé en une quarantaine d'heure, me voilà prêt 7-8 ans après à m'attaquer l'ogre par lequel tant de sang a été versé. J'ai donc démarré GT5 en 2016.

Que dire à part qu'ayant joué directement avec la dernière MàJ (2.17) et n'ayant joué à aucun prédécesseur canonique, je n'ai pas connu ce sentiment de défiance à l'égard de la 5ème monture à sa sortie en 2010. Je juge donc le jeu sur pièce tel que je l'ai "vécu". Au niveau des circuits, rien à dire. Leur nombre et la variété de leur configuration empêche toute lassitude tellement le roulement est impressionnant. D'un point de vue véhicules, c'est léger. Trop peu de véhs premium et la myriade de véhs standards ne compensent pas le manque de vue cockpit ainsi que la dévaluation graphique des modèles de cette catégorie. Pour ce qui est des sensations, à la manette, impecable. On se bat avec les manettes pour toper les meilleurs trajectoires et on joue du kamikase lors des phases de freinage pour gratter les quelques mètres qui feront la différence au fil de l'enchainement des tours. On réaccèlere souvent plus rapidement en sortie de courbe que l'IA d'ailleurs. Etonnant. Par contre, j'ai joué en transmission auto parce que je suis un petit joueur. Je me réserve le manu que j'avais testé sur le prologue pour le 6ème opus dans 3 ans. Faut savoir raison gardée. Même dans une folie perpétuelle.

Le mode carrière est sympa même si je n'ai pas supporté l'imposition de modèles standards. Une bonne idée pour y remédier serait de ne pas avoir de modèles standards. Oups. Par contre, y a des épreuves qui m'ont rendu oufs. Et je parle même pas des permis. Eux, j'ai jeté l'éponge dès que j'ai perdu ce que j'avais fait à ce niveau lors de ma première sauvegarde de 60h. Nan, je parle de la course de pick up sur Daytona je crois (un anneau de vitesse américain pour sûr). J'ai recommencé 5-6-7-8 fois pour à chaque fois avoir le même comportement dégueulasse de l'IA qui venait pousser l'arrière train de mon F150 Raptor dans le dernier tour, résultat tête à queue et bien sûr aucune chance de l'emporter. Ca m'a bien fait rager et j'ai donc abandonné ma quête de "l'Or partout". Me contenant d'une triste 3ème place. Une autre épreuve m'a saoulé. Niguez. Une de Nascar où avec un bolide de Nascar, tu te fais systématiquement niqué à l'aspiration dans le dernier tour. Alors il doit y avoir un soupçon énorme de stratégie que je n'ai pas jugé utile de mettre en place mais ça m'a gonflé donc pas d'or non plus. Et sinon, je n'ai pas taté la 6ème catégorie du mode carrière - l'endurance - quand j'ai compris que le virtuel rejoignait le réel. 60 tours d'un anneau de vitesse. Déjà que 5 c'est long. J'aurais bien aimé avoir plus de courses de 10 tours et de pouvoir faire du 20 tours avec n'importe quel bolide.

Parce que le championnat à 5 courses de 20 tours est très alléchant. Mais devoir avoir 5 millions de crédits et attendre que la voiture imposée (Formula Gran Turismo) daigne montrer le bout de son capot ... Très peu pour moi. Pourtant, que l'expérience des courses de 10 tours avec des adversaires à la hauteur fut bonne. Avec assez de temps pour cravacher et rattrapper le premier avant la fin des 10 tours ou la pression quand on arrive premier dès le 3ème mais que le second te talonne jusqu'au bout du bout guettant la moindre de tes erreurs/pertes de temps. J'aurais bien aimé avoir ça sur 20 tours avec ma petite Peugeot 908 Le Mans achetée à la sueur du front (et du farm) 4 millions de crédits. Tant pis. Sinon, j'ai détesté les courses de rallye. J'aurais adhéré maitrisé mais j'en viens à me demander si Yamauchi lui même dompte ce qu'il a pondu. J'ai par contre adoré les courses de kart. Très fendard de ne jamais appué sur le bouton du frein. Les évènements spéciaux étaient bien cool entre le kart donc, les courses de parcours Top Gear, la virée chronométrée italienne et l'apprentissage du NurburgringNordSchleife. Qui est quand même un sacré putain de circuit. C'est plus du ski en bagnole sans la neige que de la course. Divin, ce tracé. Mention aussi pour la pluie sur ce circuit et sur Monza (me rappelle pas ailleurs) ainsi qu'à la nuit à Tokyo et en Toscane. Dommage d'avoir si peu mais à chaque fois, passez moi l'expression, ça tue la bite.

D'ailleurs, tout le monde s'est arrêté au stand sur le circuit de Monza la première fois que j'ai découvert la pluie en carrière, j'ai pas compris pourquoi. Puis quand j'ai vu les secondes qu'ils m'ont tous mis au second tour ces batards, j'ai eu comme une amère illumination. J'ai bien aimé la préparation mécanique des véhs - qu'il n'y avait pas dans le Prologue - même si je ne suis pas allé loin dans le bidouillage, augmentant les capacités du bolide en fonction du besoin. Très plaisant de ne juste changer que les pneumatiques par pallier pour voir le gain en course au fur et à mesure et se forcer à tirer le meilleur de soi-même. Les courses seules en tête et réalisable en marche arrière étant inutile au possible. Enfin, mention spéciale à la bande son dans les différents menus ainsi qu'en course. Le jeu n'activant pas du tout les mêmes playlists sitôt que le joueur passe du menu principale du mode GT au menu de sélection des épreuves de la carrière au menu de choix des bolides chez le concessionnaire au temps de chargement des courses au courses en elles-même bien entendu. Je suis d'ailleurs en ce momement même au travail en train de me farcir la pantagruelle bande son du jeu (sur le très bon site NFSsoundtrack, oui, parce qu'à la base, je me refaisais l'OST de Most Wanted 2012) pour trier les meilleurs d'entre-elles : y a du lourd, y a du nombre !

Bref, une très bonne expérience au global ce GT5, avec des temps de chargements pas franchement long grâce à l'installation et à la MàJ finale 2.17.

 

Novembre - Dé-aille-cé

Borderlands DLCs

L'île aux zombies du Dr Ned - 5h45

L'underdome de Moxxi - 1h30

L'armée secrète du Général Knoxx - 8h

Donc ... Deux faits. J'ai adoré (à ma grande surprise) Borderlands. Et je n'apprécie pas les DLCs, n'ayant fait que ceux indispensables de GTA IV. Mais après tout le tin-touin que j'ai lu sur la qualité des DLCs du 1er Borderlands, j'ai chopé la version GOTY et me voici quelques années après l'avoir dévoré. Je n'ai pas fait les 4 DLCs mais 3 d'entre eux. L'île aux zombies du Dr Ned est très classe visuellement et très sympa à faire avec comme caractérisitque principale des ennemis zombies donc résistants. Le second est une série d'arène à horde classique avec une évolution du niveau de la menace au fur et à mesure des vagues successifs. C'est pas mal prenant et difficile mais passé la 1ère arène, je ne me suis pas senti très interessé à l'idée de faire les 2 autres, pas compétitif dans l'âme. L'armée secrète du Général Knoxx m'a forcément beaucoup rappelé tout un pan de Rage sorti en 2011 avec ses routes sur d'interminables ponts chevauchant le désert et ses mécaniques rutilantes armés quand même du strict minimum pour se défendre.

J'ai beaucoup apprécié la VF de ce dernier DLC, notamment celle du Général Knoxx, juste excellent dans l'écriture et l'interprétation. Ce que j'ai bien moins aimé, c'est l'architecture de ce DLC qui nous fait faire des tonnes d'aller-retour et nous oblige à tout reprendre depuis la base arrière à chaque nouvelle session de jeu au lieu de nous faire poper directement là où on l'avait quitté à la dernière session. Tout ça bien évidemment pour augmenter artificiellement la durée de vie. Mais on l'y prends pas le Neves. 3 DLCs franchement honnêtes mais qui confirment que j'ai raison de ne pas trop m'attarder sur le post jeu et notamment ces DLCs dans la mesure où des DLCs se doivent d'être à la hauteur du jeu d'origine. J'ai trouver le jeu d'origine excellent. Je n'ai trouvé les DLCs que bons. Pourquoi revenir pour une expérience en deça de l'original ?

 

Decembre - Le meilleur jeu du monde

GTA IV TBoGT - 8h

Pour les 10 ans de mon jeu préféré - GTA IV - j'ai décidé de laver l'affront. Celui de ne pas avoir terminé le DLC n°2 du jeu, j'ai nommé The Ballad of Gay Tony. Je l'avais laissé à l'époque en 2011 à 30% de complétion en 25 heures de jeu. Des raisons extra-sportives m'ayant empêché d'aller au-delà. J'ai donc repris ma partie depuis le début sur ce DLC non sans avoir cumulé 155 heures de jeu sur l'originel et le 1er DLC The Lost and Damned. Et surpris je suis de retrouver un jeu qui a certes un peu vieilli mais pas tant que ça et je me surprends à flaner comme si je ne le connaissais pas par coeur. Je l'ai mis entre parenthèse le temps des vacances de fin d'année le temps de me profiter de mon temps libre pour faire de vrai nouveautés mais pour sûr, ce début de la nouvelle année sera sous le sigle de Liberty City afin de refermer ce chapitre de ma vie vidéoludique dignement.

 

Decembre - This is it !

Call of Duty Black Ops II - 9h

Seconde année consécutive que je me réserve un Call of (le solo uniquement) pour la fin d'année et les vacances de Nowel propice à mettre son cerveau sur ON au moins une fois dans l'année. Un Call of Duty avec les mêmes qualités et les mêmes défauts que son prédécesseur. Un moteur de jeu aux fraises techniquement, une IA qui est décomposé entre des poltrons et des kamikazes pour donner l'illusion que ça vient de partout, un déluge d'explosion et d'effets dans le ciel auquel on ne croit absolument pas puisqu'on est à des années lumière d'un Frosbite. Mais une histoire qui se laisse suivre bien qu'elle n'ait rien d'extra et une mise en perspective des faits avec la scène rejoué du côté du méchant ou l'illusion de choix lorsqu'on doit coller une balle dans le buffet ou non de notre opposant. Bref, ce n'est pas fin mais on y voit la fin sans trop de labeur ni regret du temps consenti. Vivement le Advanced Warfare qui aussi bien techniquement que dans le contenu jouit de retours autrement plus flatteur.

2014-2018 Time Neves, PQ as Service Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (14)

Signaler

Le Nevessing reflête la communauté Gameblog.

Il peut contenir des images non adaptées ...

... à un public de merde.

 

Gameblog prêt à tout pour faire du clic ...

 

C'est quoi ce merdier ??

 

Quand tu découvres que rejoindre la jungle des statuts t'oblige à quitter ton CDI pour prendre le temps de répondre aux "sollicitations" ...

 

Collector ... (réaction aux Gameblog Awards)

 

Craquage en direct

 

Mars Attacks !

 

Jeu de mot honteux.

 

La vérité révélée.

 

L'admirateur fou de Joniwan !

 

LOL

 

LOL 2

LOL 3

 

LOL 4

(en réaction à la vision sur une décade qu'ont les développeurs d'Anthem)

LOL 5

 

LOL 6

 

LOL Rétro

LOLesque

(en réaction au DLC de Prompto)

 

Mattez le pseudo !

 

Meilleur image d'avatar

 

Mythomane du jour, bonjour.

 

Vomythomane du jour, bonjour.

(dans le cadre du vous avez joué à quoi cette semaine ?)

 

 

Nan, mais c'est pas possible ...

 

 

Not sure if trolling ...

 

Not sure if trolling ... BIS

(d'autant plus compliqué de savoir au vu de l'objet du sujet)

 

On en est vraiment arrivé là ??

 

Quequ'un peut dire à ces gens qu'il existe les statuts pour ce genre de ...

 

Réaction à la vidéo de Skyrim Switch à l'E3 2017

 

Titre de post de blog le plus original

 

2014-2017 Time Neves, A l'année prochaine ! Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler

Mettons un beau sourire sur ce visage !

Vous ne les attendiez pas. Vous ne les attendiez plus. Moi non plus. J'ai eu le déclic de faire revenir les Rawajpoutalah Awards au soir du retour des Krystawards après un an de cryocongélation. Je ne pensais pas qu'il s'était passé assez de trucs inqualifiables cette année pour nourrir une remise des prix de cette nature. Et puis, j'ai pris mes balls à une main et je les ai posé sur la table cousin. J'ai d'abord pensé réaliser une coupe du directeur (ou Director's Cut comme disent les analphabètes) des Krystawards avant de me raviser, ne pouvant me permettre de dénaturer l'oeuvre mythique de son géniteur. Même si le fait de ne pas voir systématiquement mon nom en tête de chacune des catégories justifiait la manoeuvre. Philippe. Mais plutôt que des appeler Rawajpoutalawards 2 ou Bashibouzoukawards (nom de code de la-dite cérémonie), j'ai préféré ériger un grand projet, le nôtre, celui d'une communauté exsangue, las de ces interminables combats dont les mêmes sortent toujours gagnants. Alors, ralliez-vous à notre cause, celle du grand n'importe quoi, celle où l'irrévérencieux côtoie l'intolérable, celle où l'inconcevable colluse avec l'impertinence. Et c'est à vous de le porter. A travers votre vote. Bon, comme j'ai la voix un peu enrouée, je ne peux me soumettre à la fameuse chanson debout sur la table, mais comme je reste dévoué à la cause, j'ai écrit un petit discours que voici :

 

 

 

 

 

 

[suspence]

 

 

 

 

 

 

 

 [bon, ok. Trop timide, j'ai plutôt fait venir un invité-surprise]

 

 

 

 

 

 

 

Moi, je le porterai dans la durée.

Je le porterai JUSQU'AU BOUT.

MAIS MAINTENANT, VOTRE RESPONSABILITE, C'EST D'ALLER PARTOUT EN TRANSE POUR LE PORTER, ET POUR GAGNER !!!

CE QUE JE VEUX, C'EST QUE VOUS, PARTOUZE, VOUS ALLIEZ ME FAIRE 1er CONSUL !!

PARCE QUE C'EST NOTRE PROOOJJJEEEEEETTTTT !!!!!!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 [Je vous laisse souffler, je sens que vous besoin de]

 

 

 

 

 

 

[Et en plus, je nomme KanyeEast premier ministre pour un euro de plus.]

 

 

 

 

 

 

[Si ça, c'est pas un acte fondateur.]

 

 

 

 

 

 

 

Bon, maintenant que la salle est bien chauffée, il est temps de passer aux choses sérieuses (enfin, me direz-vous). Quoi que je ne suis pas sûr que "sérieux" soit le terme le plus approprié pour ce qui va suivre.

Je vous aurai prévenu.

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du Meilleur jeu de mot sur la Switch.

Ou prix de l'esprix. Cette année, la Switch aura fait beaucoup parler. Dès sa présentation le 13 Janvier 2017. Et rare ont été avare en Navarre ceux qui ne soient pas essayés à leur trait d'esprit. Mais au vu de son insolent démarrage, elle en valait bien le coup d'essai. Voici donc les nominés (moi aussi j'aime bien "nominés" ...) :

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du Meilleur plagiat de mauvais gout.

Ou le prix contrefaçon 2017. De celui qui n'a tellement aucune inspiration qu'il vient piquer les bonnes idées des autres. Pour rappel, le recèle d'articles originaux brevetés est puni par 3 ans de Youtubing forcé et 452576 syncho' Tweeter de ces futurs statuts. Faites donc très attention. Ca démarre au 1er janvier 2007.

 


Le Parcequec'estnotreprojetaward du Meilleur faux départ.

Ou prix Pistorius. Prix du coup de feu tiré pour rien. Celui d'un acte manqué. Le faux départ. Un grand classique sur Gameblog. Limite plus facile de lister les pseudos des gens qui n'ont pas menacé de partir ^^. Soit parce que la fumisterie était trop grosse. Soit parce qu'on ne quitte pas la C&B comme ça, si facilement. Soit parce qu'on est jamais mieux traité que chez mamie. Tu crois pouvoir prendre ton envol pour toujours mais non, la lucidité te rattrape. Après tout, après chacune de leur migration, les oiseaux migrateurs reviennent systématiquement au poil de fion près au même endroit qui les a vu partir. Gameblog.

  • A.Z.N Humboldt qui est vous-savez-qui ou encore celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, que je pensais parti à jamais et qui revient mine de rien irrémédiablement sur la banquise qui l'a vu naitre :)
  • OliveRoidubocal qui malgré son départ pour JVC et en attendant son transfert vers IGN va revenir sur son 31.
  • Neves pour Il est temps de voguer vers de nouveaux horizons. La grande imposture !!
  • KanyeEast qui est le énième compte de je-ne-sais-pas-qui. Toujours pas de qui il était la réincarnation. Toutankhamon ?
  • Neves pour Je me retire de la vie vidéoludique. Sans commentaire.
  • Snake_in_a_box disparut des écrans radars pendant les dix premiers mois de l'année pour faire dépasser son télescope l'espace de 2 mois (nous refait pas le coup l'an prochain, on ne le supportera pas ...)

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du post le plus long de l'année.

Ou prix du Jour le plus long mais version littéraire. Alors on a de beaux prétendants dans cette catégorie. Certains ont fait L au Lycée et d'autres se contentent d'être "juste" plus bavards que la moyenne. Ou alors pensent-il (à tort ou à raison, on ne le saura vraisemblablement jamais) que plus c'est long, plus c'est bon ? Quoi qu'il en soit, y a du lourd à ce niveau - comme chaque année me direz-vous - mais j'ai l'impression que certains se sont passés le mot pour compenser leur relative avarice en terme de nombre de billets écrits cette année pour concentrer la charge dans un seul et unique dossier/billet.

  • Ys & Moi, ses racines et mes ailes par LeGamerAuxMainsCarrées. Alors, personnellement, j'aurais plus vu Liehd revétir l'apparat de Stéphane Berne mais le bougre a choisi le contre-pied total en jetant son dévolu sur Patrick de Carolis. Pourquoi pas, après tout, dans les 2 cas, on en a pour 2 heures 30. Minimum. Le thermos est en option.
  • Persona5 et le Tarot par Snake_in_da_club. Alors malheureusement, le dossier sur Persona5 est coupé en 91 parties. Ou plutôt heureusement. Puisque cela permet une certaine compétition dans la catégorie. Qui aurait sinon été remporté sans péril (et donc sans gloire comme le dit si bien l'adage) par le sieur Snake.
  • [Dossier Final Fantasy XV] Reconquérir les Waters par Liehd. Là, je dirais pareil. On en a facile pour 2 heures 30. Mais pour la première partie. Sur 7,5. Après, je me projette, je l'ai pas lu, j'ai pas encore joué au jeu. Sinon, qui de l'un ou de l'autre a eu l'idée de scinder son post en plusieurs parties pour mieux faire avaler la pilule, je ne sais pas, mais y a un truc cette année avec les dossiers à rallonge XD. J'ai mandaté un groupe de travail inter-ministeriel sur le sujet pour cerner le phénomène et anticiper la prochaine invasion.
  • James Rolfe, l'homme qui rêvait de manettes et de caméras par l'Ours du 47. Ou Atred si vous préférez. Très long et très intéressant. Votez pour lui. Quoi ? J'ai pas le droit de dire ça !?

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du commentaire le plus long de l'année.

Ou prix du Paranormal Activity 2017. Ce moment où tu comprends que t'es peut-être battu. Tu penses que ton post de blog était suffisamment bien découpé pour que ça n'arrive pas mais ... Mais une personne et bien une seule sur Gameblog est capable de te prouver le contraire. Qui d'autre en même temps ...

  • Liehd pour son commentaire "vérité" dans la première partie de sa propre interview. 6539 mots pour la première partie de la Final Interview Fantaisiste contre 2183 mots pour son commentaire "action". Soit un ratio de 33%. C'est énorme. C'est beau. C'est émouvant. C'est mieux que France 98. Vite. Donner lui une médaille. Et ramener moi mon masque à oxygène please.

Aucun autre contributeur n'a souhaité se mesurer au seul prétendant en lice.

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du règlement de compte dans les commentaires des posts de blog.

Ou prix Booba/Lafouine 2017.

  • Liehd, KanyeEast et Joniwan dans la Final Interview Fantaisiste XIII. Qui est en fait la 12 pour ceux qui ont suivi. Mais ce n'est pas le sujet. Tout est parti de Citrobulle je crois qu'a déconné en demandant un million de dollars à ses potes depuis sa page MyMajorCompany puis après c'est arrivé je ne sais trop comment sur Gameblog et puis Liehd s'est emporté contre Joniwan qu'a prétendu d'être un smicard et KanyeEast qui se faisait passer pour un SDF alors qu'on sait très bien qu'ils partagent tous deux un F16 dans le XVème. Après, la suite, j'ai encore moins compris mais ça ressemblait à un clash de rappeurs de la côté Sud-Est option Nord-Ouest mais entre bobos parisien avec monocle et haut de forme. Du coup, j'ai laché l'affaire et je suis retourné sur Tetris. Pour moins me prendre la tête.

 Kim Neves Ung a verrouillé le nombre de prétendants à 1. Ou triplet si ça vous chante.

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du sosie de l'année

Ou prix Igor Bogdanov. Attendez je confonds, prix Grichka Bogdanov plutôt. A moins que ce ne soit Igor. Merde, comment il s'appelle celui qu'a un menton plus long que ma **** ?

  • KanyeEast pour [contenu censuré pour plus de suspense]

Alors de qui pourrait bien être KanyeEast le sosie de (pensez aussi à vérifier que les mots de cette phrase soient bien disposés dans l'ordre ^^) ?

10

9

8

6

7

5

3

5

4

4

4

2

0 !

L'évidence personnifiée !!

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du mendiant de l'année.

Ou prix Fache 2017.

  • Youtubeur n°1
  • Youtubeur n°2
  • Youtubeur n°3
  • ...
  • ...
  • Youtubeur n°128
  • Suite arithmétique de raison n avec conditions initiales YT = 0 et  YT+1 = YTn+1

Alors si vous êtes youtubeur, ne le prenez pas mal. J'en suis un ! Pas comme vous, parce que je suis un Youtubeur papier, moi. (tout un concept). Le seul sans doute qui ne fait pas de vidéo pour gagner sa vie et qui ... Nan mais attendez, je n'y avais pas prêté attention. Le propre d'un youtubeur est d'être rémunéré pour ce qu'il fait. Alors ok, je ne mets pas de masque à rats, ok, je n'ai pas de bannière "Neves fait des vidéos" mais puisque je suis la version papier, je mérite tout de même un petit quelque chose, vous ne trouvez pas ? Bref, mes vues ne sont pas rémunérées. Par ici la monnaie.

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du meilleur re-post opportuniste d'un post déjà posté à la Poste.

Ou prix Manuel Valls. Parce que ça ne sert à rien de s'employer quand on a déjà fait le taff l'année précédente. Parce qu'on ne trouve pas plus malin que le feignant. Parce qu'on a beaucoup à apprendre d'eux.

 

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward des Reines du naming.

Ou prix Cristina Cordula. Le faux pas de trop. Le noeud pape bleu alors que toute la promo avait signifié à l'unisson sur tous les réseaux sociaux de se pointer en cravate rouge à la remise des diplômes (vous le sentez le vécu là ?). La tronche de jamais content qui fait tache sur la photo de famille aux noces d'or de vos parents, c'est encore vous ? Décidément vous les cumulez. Il est donc grand temps de vous mesurer à ceux (aussi) qui l'espace d'une soirée ont validé tel quel la mise en orbite de leur billet de blog sans retoucher le titre un peu année 40 de celui-ci ...

  • LeGamerAuxMainsCarrées pour Ys & Moi, ses racines et mes ailes. Plus kitsch tu meurs. J'ai cru à une blague au début. Mais en fait non. J'ai commencé à consulter les fiches Wikipedia de Des Chiffres et Des Lettres, de Question pour un Champion, et même de 30 millions d'amis. Et j'en suis arrivé à la même conclusion. Liehd est passé dans la tranche d'âge des quinqua. C'est devenu du jour au lendemain un vieux. Il a rejoint le club du 3ème âge. Alors pas de gros mots, moi aussi je regardais la Carte aux Trésors. M'enfin Liehd, là quand même ... T'as grave déconné.
  • Noiraude pour La Frousse aux trousses. A la limite, celui-ci est plutôt gentil. Ca aurait pu être pire, genre la Rousse aux trousses. Ou encore la Housse au trousse. Y a une trilogie extensible à 5 épisodes à creuser sur le sujet à mon avis. Avec bien évidemment Matt Damon dans le rôle-titre.
  • Neves (à tiens, ça faisait longtemps :) ) pour Interview de la communauté #[nom du patient psychanalysé] Partie X/Y. J'ai conscience que c'est un nom de merde mais vous auriez voulu quoi ? Allez-y proposez puisque vous semblez tellement plus malin que les autres.

 

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward de la sale expression de l'année

Ou prix Gérard Depardiou 2017. La récompense pour la saleté qui a peu à peu tapis son nid dans notre bouche. Notre langage était déjà assez pitoyable avec tous ces acronymes barbares que seuls ceux d'entre nous peuvent comprendre, avec tous ces anglicismes à la con, mais on n'a pas pu s'empêcher d'en rajouter des expressions dégueulasses, des acronymes ringards, bref, si toi aussi tu veux rentrer dans le rang et bien parler le jeu vidéo, envoie "cool cool hein" au 22383.

  • ROTY pour Remake of the Year. Expression vu à de multiples reprises sur Gamekyo pour ceux qui se demandent. Vous y repensez à deux fois avant de découper la ficelle le Dimanche midi chez mamie.
  • "Ce jeu n'a pas d'âââââââââmmmme ...". Encore vu sur Gamekyo. Et j'insiste, ça se lit/dit avec une voie qui traîne des pieds. Pour encore plus les briser.
  • "Il manque pas un peu de race ton jeu ?". Là je comprends pas. Il manque un truc dans l'expression/la question. Précisez la race. Elfe, Nain, Mage, Gnome, Hobbit, Moldu ... Il manque un truc.
  • EA

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward de l'acharné de l'année

Ou prix 49-3 2017. Parce qu'ils ne lâchent jamais le morceau. Parce qu'ils ne reculent devant rien. Parce qu'ils s'avèrent aussi entêtés qu'une Geneviève de Fontenay sur la candeur de ces miss génération 2.0. Parce qu'ils ne s'arrêteront pas avant d'avoir diffusé leur message. Les Stakhanov du XXIème siècle bêchent, bêchent, bêchent ...

  • Liehd sur le XV (Final Fantasy)
  • Snake sur le XV (de France)
  • Fache sur les XV (jeux indés qui sortent par moi auquel il faudrait avoir joué pour avoir réussi sa vie (de joueur en tout cas))
  • Neves sur les XV (mois d'interviews nécessaires pour conduire une seule interview - et il s'agit d'une moyenne :/ )

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du jeu de mot de l'année faisant figurer le blaze d'un membre de la commu'

Ou prix Jack Langue 2017. Parce qu'il faut bien oser. Parce qu'il faut bien se mettre en danger. Parce que la langue, il faut savoir la manier. Parce que. Je vais quand même pas me justifier de tous les trucs ringards qui me passent par la tête, si ?

  • Komy de cuisine
  • Liehd Eurprice
  • Chifacewa
  • KanyeEast
  • Mi-garou
  • Calveen Wax (ceux sachant d'où sort mon avatar comprendront)
  • B...Bbalivernes !
  • LaraSnake (saurez-vous le retrouver ?) Nate Fisher
  • DranzerH

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward de la plus belle victoire de la communauté sur GB

Ou prix Pablo Escobar 2017.

  • Le départ du MAB
  • Le lobbying payant pour la mise en Home du dossier Persona5 et le Tarot de Snake à l'initiative d'Atred.
  • Le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple avec l'accession de Joniwan et Dopamine au rang de Ministre au sein du plus haut saint du Conseil Sénatorial
  • La fin des articles en cours de rédaction, du porn-friendly et du HS dans les articles d'actualité

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du blog d'utilité publique.

Ou prix Professeur Tournesol 2017. Reconnu d'utilité publique, ratifié au sein de la convention des droits de l'enfant, inscrit au patrimoine intergalactique de l'OMBG. Béatifié par Jean-Paul II. Canonisé par SoeurThérèse.com. Ces blogs se sont distingués cette année pour leur valeur marchande et ont vu leur côte exploser - en regard du service rendu - à la bouse de Bab-el-Oued.

  • Game&Beers, le blog sur la bierre par dispoza. Pour bien choisir son fut pendant une partie de FPS, pour mieux contrôler ses dérapages dans Mario-Kart, ou pour mieux aligner les perfect scores sur Just Dance, Game&Beer est le coach qu'il vous faut !
  • Le Dojo de Kenji par Kenji Seang. Votre antiquité nécessite une cure de jouvence ? Votre Triumph pisse à l'huile ? Votre transistor nécessite un petit réarrangement (range le rhum Olive) ? Pas de souci ! Kenji vous instruit dans la minute pour profiter de vos vieilles carcasses. Le rétro-gaming est mort. Vive le rétro-gaming !
  • Les singes aussi jouent aux jeux vidéo. Et même qu'ils ont un temps d'avance sur nous ... Puisqu'ils jouent à la viare ! Vous souhaitez tout savoir sur ces casques (masques ?) révolutionnaires vous permettant de vous immerger comme jamais à 144p dans votre jeu ? Vous souhaitez économiser le prix d'un Week-End au parc d'attraction pour gerber tranquillement chez vous ? N'attendez plus, la Vi 'R est faites pour vous. A partir de 399¤ seulement.
  • I accidently Fachewa 2.0 par Fachewachewa. Pour être au courant des dernières expositions underground sur les jeux indés à absolument faire si on ne veut pas être catalogués de "gros cons". Vous l'avez compris. Tenue correcte exigée. Pas la peine d'apporter votre AAA avec vous. Laissez-le à la maison.

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du déséquilibré de l'année.

Ou prix Macross4175 2017. Prix de l'admirateur transi pardon. Ah merde, vous voulez dire que j'ai donné le nom du gagnant avant même le bal des prétendant.e.s ? Ah, vous vous dîtes donc que ça prouve aussi que vos votes n'ont aucune influence sur le palmarès qui est de toute façon déjà établie depuis 3 mois ? Ah mais c'est que vous êtes perspicaces vous ... Un peu plus et vous seriez un élément gênant pour l'illusion qui se profile par ici. Ca vous dit de prendre la porte ?

En temps normal, c'est un honneur voire même une consécration que d'avoir son admirateur. Pour rappel, Blacklabel a Blacklaboule, Joniwan a Japniwan, LeGamerAuxMainsCarrées à LeGamerAuxMainsMoites ou encore LeGamerAuxSeinsTriangles, bon là, c'est plutôt un boulet.

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward de la catégorie la plus fumée de l'année.

Ou prix Gainsbourg 2017.

Ce sera tout pour cette année. N'oubliez pas de voter mais si soyez-en sûr, votre voix n'est absolument pas prise en compte. On n'est certes pas dans une démocratie, ce blog appartenant à un Protectorat Despotique mais on ne sait jamais, sur un malentendu ...

 

 

2014-2017 Time Neves, toujours plus cons ces cérémonies mine de rien Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler

Les voici. Vous les attendiez impatiemment. Ils sont là. La cérémonie de récompenses des meilleurs articles paru sur mon blog est enfin en orbite. 4 ans que j'attendais ça. Rendez-vous compte, c'est le seul procédé que j'ai trouvé pour remporter une médaille, un macaron, un pin's - tout ce que vous voulez. Alors, ça ne traduit pas d'un manque de reconnaissance par mes pairs ou d'un snobisme à mon égard, simplement d'une lutte acharnée, à la régulière avec les meilleurs d'entre nous. Cependant, ne pouvant vérifier si les bulletins de votes ne comptent pas doubles dans les cérémonies aussi prestigieuses qu'opaques que sont les Krystawards ou les Gameblog Community Awards, je me devais de "maitriser" les données d'entrée (mes posts de blog) ainsi que celles de sortie (les votes) pour espérer remporter ne serait-ce qu'une cacahuète périmée depuis 3 ans. J'en ai donc profité pour établir une charte me permettant de gagner à coup sûr. Cette dernière se déclinant en une seule et unique règle : les billets de blog résidant dans les paradis fiscaux sont interdits. Ne résulte donc que les miens.

Meilleur jeu qui ne manque pas de races. Lui.

40 heures

Premier jeu effectué en 2017 et première claque. Bon, déjà graphiquement, ça renvoie effectivement aisément 10 ans en arrière mais peu importe. Grâce au jeu des exclusivités plus ou moins temporaires, Mass Effect se targue d’être le premier jeu que j’ai dû acheter en démat’ pour pouvoir y jouir sur ma PS3, et ça en soi, c’est déjà une performance énorme. Le but n’est pas de revenir sur le jeu, le test/critique étant déjà paru dans nos colonnes, par contre, je comprends bien mieux la frénésie autour de cette série clairement unique dans la jeuvidéosphère. C’est vraiment très bon et j’ai dévoré la 40-aine d’heures nécessaires pour finir l’aventure et même si l’on regretta les baraquements identiques entre les colonies qui atténuent quelque peu la sensation de faire partie intégrante de la grande Aventure, Mass Effect conserve bien trop d’atouts dans sa poche pour ne pas succomber. Un très grand jeu, un peu délavé 10 ans après mais qu’est-ce que j’ai adoré l’univers, les DCM (dialogues à choix multiples), le scénario, le doublage, les musiques et le gameplay.

 

Meilleur jeu que je n'ai pas vu venir

MotorStorm (18 heures)

Aka le jeu adoubé (avec Killzone) par Blacklabel. Vous m’arretez si je me trompe. Franchement, j’ai mis un temps de dingue avant de finalement céder sur l’exclusivité de Sony. A vrai dire, cette exclu de lancement ne me faisait ni chaud ni froid et il a bien fallu attendre 2012 pour que j’envisage la possibilité de la voir s’intégrer à mon catalogue. C’est dire si je suis long à la détente. Et lorsque je découvris la structure du jeu – un brun trop classique à mon gout – je ne pus m’empêcher de pester. J’ai vraiment cru que j’allais m’ennuyer pendant la douzaine d’heures du jeu. Bon, je me trompais lourdement. Déjà, le jeu ne dure pas 12 heure, il en compte seulement 17. Et ensuite, mais qu’est-ce que c’est que cette jouabilité et les règles qui le régit ? C’est vachement bien pensé. Je n’aurais pas cru m’éclater à jouer des gaz dans la gadoue ! Le revêtement des pistes, le type de motricité/liaison au sol, l’adhérence des différentes catégories de bolides casse-cou finalement, c’est du tout bon ! En plus, y a petit côté Mario Kart avec cette satané mécanique du boost dont il ne faut pas trop abuser et rabuser sous peine de faire surchauffer et exploser l’engin, une superbe dose de stratégie ! Et si finalement, Tempête de Moteurs ne se résumait pas à ce chrono’ où je coiffe la première place de la course au poteau avec un chrono identique à mon second ? Sacré putain de bonne surprise. Et encore, en dépit d’un nombre assez restreint de circuit, et que dire des différents moments de la journée ou encore des raccourcis permettant d’éviter (ou non XD) la jungle (ou le ring de boxe) des concurrents aussi fou que vous pour s’être placé de plein gré au départ du festival.

 

Meilleur jeu tiré d’un conte pour enfants

Demon’s Souls (45 heures)

Bon ? C’est à ce moment-là que vous vous dite que je suis un joueur rétro sur des nouveaux anciens jeux. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Liehd ! Oui donc je me suis « infligé » (et qu’est-ce que terme est mal choisi) un autre jeu qui a dépassé la date de péremption (et vous inquiétez pas, c’est pas fini !). Un peu comme MotorStorm, j’ai longtemps refusé d’accéder à la toute puissante. Et pourtant, j’ai suivi le phénomène depuis ses prémisses en 2009 avec les premiers tests en import de la bizarrerie  japonaise qui ressemblait à un truc occidental à première vue. Mais bon, quand tu penses que mon premier JRPG est Final Fantasy XIII, t’es plus surpris de rien.XD Donc mon premier ARPG est Demon’s Souls. Et il faut savoir que j’ai pendant longtemps pas compris quel plaisir on pouvait prendre à taper avec une épé sur un autre bonhomme. Pourtant je jouais au chevalier étant gosse, allez comprendre ! Bon, bref, j’ai rapidement changé d’avis. Effectivement, c’est très cool cette tension de bien faire sous peine de se faire éclater fiça. Le titre n’a pas besoin de présentation et son succès doit aussi bien en ses qualités plaisirstiques dans les combats que sa douce vision de la Faucheuse. La mort est punitive dans l’esprit des concepteurs et ça fait toute la différence quand sont en jeu une tonne de stuff, de buff et de b½uf vilement glâné après des heures de jeu. Le seul truc qui me les brise totalement, ce sont les boss. Parce que même avec les raccourcis et les affrontements dont on s’affranchit pour les rallier après trépas, c’est juste chiant de prendre 25 minutes pour les retrouver pour se faire ensuite éclater la gueule en moins de 2. Sinon, j’adhère au concept. Et au sadisme donc. Jeu pas encore fini. La moitié en 45 heures, j’avais besoin de souffler.

 

Meilleur jeu faisant l'unanimité

FF XIII (30 heures cette année - 70 au total)

Chapitre 11 à 13 je crois cette année, pour 30 heures de jeu. Le reste avait déjà été fait entre 2013 et 2016. Qui a dit que j’étais long pour faire un jeu ? Et c’est marrant parce que j’ai l’impression d’avoir joué à la partie la plus stimulante du jeu. Pourquoi ? Parce que. (Oui, je fais les questions ET les réponses). Parce que c’est à ce moment de l’aventure que l’on maîtrise (en tout cas pour moi) les subtilités, les nuances du système de combat. Et aussi à ce moment, surtout le dernier chapitre du jeu où l’on affronte les sets d’ennemis les plus à même de mettre à mal nos nerfs, capacités et performances. J’ai trouvé ça entrainant, entêtant, addictif et je reprendrais bien un rail si il vous en reste encore. Voilà, pour moi, Final Fantasy XIII est le meilleur Final Fantasy auquel j’ai joué. Voilà, c’est dit. C’est aussi le seul.

 

Meilleur jeu pas du tout conseillé aux flippettes dans mon genre mais ça va, je n’ai utilisé que 18 slips.

Dead Space (16 heures)

Comment vous rendre compte de mon aversion pour les productions d’horreurs. Ah oui, voilà, j’ai trouvé. Je suis le genre de joueurs qui a flippé dans Bioshock. Juste parce qu’en fouillant un bureau, j’ai vu l’ombre d’un chrosome sur le mur en face de moi. Donc, ça partait mal avec Dead Space. Surtout que j’ai fait la grossière erreur de jouer ma première session d’une heure (je pensais partir pour 2 heures mais vu le résultat, je l’ai écourté direct) en pleine pénombre, ambiance Whitechapel. Je m’y suis remis quelques temps plus tard en journée (quelle chance, j’ai joué à ce sujet au Printemps, j’aurais été dans la mouise avec le jour qui ne montre jamais son jour maintenant) et tout de suite, on se sent moins oppressé, plus libre de ses émotions. Et quel jeu ce Dead Space, j’ai adoré du début à la fin. Un titre se renouvelant bien au niveau des phases de jeu et proposant une panoplie meurtrière à recommander dans toutes les écoles primaires. Ça va, je déconne. Mention spéciale pour la disqueuse et l’absence de cinématique, moi qui d’habitude ne peut pas m’empêcher d’en déplorer le recours pour accentuer l’emphase sur le récit. Et cette fin de tarba ! J’en redemande, je veux mon rab’ de Dead Space !

 

Meilleur jeu dôté du pilotage automatique

Uncharted 3 (11 heures)

Bizarrement, la série Uncharted n’est pas très réputée pour ses phases de tir. Dissonance ludo-narrative par ci, mollesse de l’arsenal conféré de l’autre. Je m’insurge. Il est clair que le rictus de Drake ne colle pas tellement avec la folie meurtrière dont ce dernier se fait l’auteur. Par contre, je m’insurge pour le second point. J’ai joué à Uncharted Drake’s Forturne en niveau moyen à l’époque. Normal me direz-vous pour qui découvre la saga ; dans l’ordre. Puis, j’ai opté pour un peu plus de difficulté à l’aube d’entamer le Among Thieves ; parce que la courbe d’apprentissage des contrôles fut parcouru lors de la réalisation de son prédécesseur. C’est donc tout naturellement que j’en ai fait de même pour l’Illusion de Drake. Mon propos n’est pas là de revenir sur la différence de comportement de l’IA et de son influence sur le challenge de ces phases de tir mais bien ici de causer balistique, physique, animation ainsi que règle de jeux. Je vais tâcher faire court parce qu’il ne s’agit pas là du test. J’ai vraiment trouvé qu’au niveau sound-design, contrairement aux idées que je vois être véhiculées, le roaster d’armes d’Uncharted n’a pas grand-chose à envier aux auto-proclamés meilleurs de la catégorie. Ensuite, quelque chose d’essentiel pour moi et qui me fait bien chier niveau réalisme/immersion et challenge du coup sur les nombreux titres qui ne le font pas, c’est la tremblote simulée du joueur. Ce qui différencie clairement le jeu « tir au pigeon » du titre clairement orienté « fusillade réaliste ». Oui dans Uncharted, tirer à côté de la cible n’est pas signe de noobitude, c’est la physique/balistique du titre qui veut ça. Et bon dieu que ça fait du bien. Alors oui, les animations des ennemis qui se prennent une volée de plomb semblent et sont un brun caricatural mais représentent à mon sens parfaitement dans le registre « jeu vidéo » le souffle de toutes ces bastos. Enfin, pour prouver qu’une bonne conception d’un jeu vidéo passe aussi par le mélange d’un certain degré de réalisme et de fantasme, j’apprécie le choix de ne pas compter une balle = une blessure handicapante. Cela rehausse clairement le niveau de challenge. J’aime le fait d’avoir aussi ce genre de proposition même si je salive à l’idée de voir son procédé inverse du côté de la série Max Payne.

 

Meilleur road trip sans voiture

Resistance 3 (10 heures)

J’avais pas mal d’appréhension avant de lancer le 3ème épisode d’une série que j’apprécie. Essentiellement parce qu’à une époque, je ne consultais que le site jeuvidéo.com pour me renseigner sur l’actualité du jeu vidéo et que cet épisode avait été moins bien noté que le 1er et le 2nd. Et bien vous savez quoi ? C’est mon épisode préféré ! Déjà, le thème musical du menu est sublime, on n’a pas touché la manette qu’on se sent déjà bien ! Ensuite, niveau écriture, y a un gros progrès pour nous marier des enjeux personnels (pour ne pas dire familiaux) à une cause bien plus grande pour l’humanité. Ou comment accentuer l’empathie pour le personnage principal. Tout ça compté via de magnifique cinématique aussi bien artistiquement que techniquement. On sent que l’aide conférée par Naughty Dog sur celle du 2 qui tranchaient déjà avec le 1 s’est poursuivi pour le 3 ! Si à cela on ajoute un changement de paradigme avec une résistance face à l’invasion chimérienne non plus frontale (à l’instar des 2 premiers opus) mais urbaine. Il ne s’agit plus de résister face à une invasion mais face à une occupation. Et le sentiment d’être traqué, épié, écouté sur les ondes radios secrètes ne fait qu’accentuer l’ambiance d’une justesse sans commune mesure du titre d’Insomniac Games. Mais les qualités du titre ne s’arrêtent pas là. Les structures gigantesques au loin, les panoramas de couleurs chaudes, là encore, Insomniac démontre ses talents d’artistes. L’écriture des personnages n’est pas en reste et le destin de certains des protagonistes octroiera un pincement au c½ur au vu du sort ainsi que de la longévité avec laquelle ils accompagnaient le joueur dans la trilogie. Enfin, finissons par ce road trip démarrant dans le Missouri et aboutissant dans l’hiver polaire d’un New York transfiguré par les installations chimériennes. Un road trip sans voiture qui nous verra vivre moult péripéties, embuches, compagnons d’infortunes permettant de mettre en exergue une science de la loofoquerie niveau capacité armoriales ; pas les développeurs du Groovitron pour rien ^^. Seul ombre au tableau : le moteur de jeu techniquement pas folichon. Bien dommage quand on voit les moyens du studio désormais avec les claques qu’ont pu être Sunset Overdrive, Ratchet&Clank et bientôt Spiderman. Je persiste et je signe, un jeu bon, c’est bien. Un jeu bon et beau, c’est mieux.

 

Meilleur copy/paste du gamedesign d'un autre jeu

Killzone 3 (8 heures)

Sacré impressionnant la façon dont se renouvellent les phases de jeu dans ce 3ème opus de la série originelle de Guerilla Games. Ayant déjà écrit et publié un test cette année, j’ai un peu plus que moyennement la flemme de me répéter. Sachez juste que je n’ai pas aimé le scénario du jeu, ni l’histoire, ni le ton (que ce soit entre la caricature ratée du côté des méchants ou le discours de gosse de 6 ans entre chef et subordonnés côté gentils). En dehors de ça, le jeu est très plaisant et jamais chiant à parcourir. Tant qu’on garde la manette entre les mains.

 

Meillleur jeu de coupé-décalé

Killer is Dead (9 heures)

Petite anecdote qui n’intéressera que moi. Si vous avez remarqué, en dehors de quelques jeux dont j’accuse un retard encore plus monstre, tous les jeux auxquels j’ai joué cette année appartiennent à la cuvée 2011. Et je croyais fermement que Killer is Dead était sorti en 2011. Vous en tirerez les conclusions que vous voudrez. Le jeu est développé par La Fabrique de Sauterelles et son créateur est Suda 51 – géniteur du titre – présenté sur ARTE dans ses documentaires très bien réalisés sur le jeu vidéo comme le Tarantino du jeu vidéo. Informations vous l’avez compris terriblement essentielles. J’avais flashé sur le jeu à l’époque pour sa direction artistique que je trouvais sublime. Et puis bon, un justicier au bras bionique, en costard et avec un katana, comment résister ? Le titre est plutôt bon même si faiblard techniquement malheureusement. Je n’ai pas compris le principe de drague donc j’ai vite abandonné. J’y ai joué en japonais sous-titré anglais, ‘fin je crois, vous me mettez le doute maintenant, bravo. Le système de combat est assez simple, pas trop de combines compliqués mais ça se laisse jouer agréablement. J’en retiens surtout une petite fille qui s’énerve beaucoup lorsqu’on presque-meurt, un boss inutilement pette-doigt avec ses QTE démentiels à réaliser, une lune omniprésente et surtout l’un des plus belles pistes (je n’ai pas dit OST) qu’il m’ait été donné d’entendre cette année.

 

Meilleur jeu qui est bon mais qui n'aurait pas du avoir ce nom prestigieux

Driver San Francisco (7 heures)

Je n’ai rien de personnel contre Driver San Francisco. La ville est bien modélisée. L’histoire est développée avec intention, ce qui est rare dans un jeu de voiture. La carte « google map » à plusieurs niveaux de zoom est à reprendre dans toutes les écoles de foot. Le mariage osé entre véhicules d’époque Bully/Starstky et contemporaine ne fait pas tâche bizarrement. Et le principe de pouvoir « shifter » de véh en pleine poursuite pour se rapprocher de sa cible ou foncer sur elle en se plaçant en sens inverse n’est vraiment pas piqué des hannetons. Mais voilà, je suis de ceux qui ont passé des heures sur l’ambiance/atmosphère de Driver premier du nom dans New York et surtout Driver 2 à Chicago et La Havane. Driv3r ? Ne parlez pas de malheur. Et même si j’apprécie la tentative de renouveler un concept potentiellement moins vendeur en 2011 qu’en 1998, c’est justement le shift et les tonnes de missions secondaires à faire façon jeu de bagnole en monde ouvert qui m’ont sorti de l’expérience Driver telle que je la connaissais. Comme on dit, pas un mauvais jeu, mais un mauvais Driver.

 

Meilleur jeu qui part bien scénaristiquement mais qui a vu ses scénaristes se faire remercier avant la fin du développement

Rage (20 heures)

ID Software s’est pourtant bien démerdé avec son titre. Le Wasteland donne envie, le mélange farwest/post-apo fait mouche. Le concours d’une organisation essayant d’exercer de tout son poids son contrôle sur la région, le fait d’être l’un des élus pour permettre à la civilisation libre de retrouver sa place, le mélange FPS/combat motorisé à la Max Payne sont autant d’éléments à mettre en faveur de Rage. La composante RPG aussi n’est pas dégueulasse avec son système économique, ses armes à améliorer, les véhicules aussi. On s’amuse bien à vrai dire. On décèle des morceaux de level-design brillant, une IA très élastique et travaillée ; là je parle surtout du traumatisme que confère les mutants bondissants en zigzagant vers vous, un vrai cauchemar pour tout tenancier de la manette et de ses sticks limités question visé. Mais je m’attendais à vraiment mieux, à beaucoup mieux question scénario. Ça se met en place tranquillement, on a le temps de comprendre et appréhender les enjeux, de se faire à l’univers et puis arrivé à la quinzaine d’heures, ça expédie l’affrontement final, on ne sent pas assez le phénomène de progression pour y arriver. Ok, on s’est fait un nom dans la région, on n’est pas n’importe qui mais la façon dont on arrive finalement à faire face à l’Autorité est trop expédiée. Et ça, je n’ai vraiment pas aimé. D’autant plus con, parce que le titre est vraiment bon à côté de ça.

 

Meilleur jeu de chaises musicales

Gran Turismo 5 (20 heures cette année)

Bon, en fait, je n’ai joué à GT5 cette année seulement parce qu’il me restait la partie endurance du titre (la dernière partie du jeu donc) que j’avais pris la liberté de remettre à plus tard lorsque je jouais pour la première fois au titre en 2016. Il faut dire que 60 heures, mêmes excellentes, ça nécessitait une pause.  Mais ô surprise lorsque je revins quelques mois plus tard. J’avais écrasé les 10 Go installé sur le DD parce que PS3 modèle 40 Go donc 37 + Mass Effect en démat’ car pas disponible autrement = pas le choix. Donc je l’ai réinstallé, j’ai lancé le jeu avec mes données sauvegardées de l’année précédente et patatras : bug prenant la forme d’une loop où l’on ne peut que sélectionner « ok » pour faire revenir la même fenêtre. GE-NIAL. Donc, tout ça pour dire que je n’ai fait cette année – sur GT5 – que rattraper ma session corrompue de 60 heures de l’année passée en 20 heures. Allez comprendre. Ceci dit, il doit y avoir un trou dans la caisse, il me manque 4 millions de crédits.

Ah, mais vous vouliez savoir comment je juge le jeu ? Référez-vous au bilan de l’année dernière. Réponse corrompue. Elle aussi.

 

Meilleur jeu de Gran Tourisme

Assassin’s Creed Revelations (25 heures)

Faute d’avoir pu dégoter un billet pas cher pour İstanbul, je me suis rabattu sur une destination à ma portée : Constantinople. D’abord très défiant vis-à-vis de cet épisode – pour ce qu’on en disait sur les forums – je n’ai pas mis très longtemps avant de retourner ma veste. Le test de Vicporc ayant eu raison de mon amateurisme. En fait, Revelations est très plaisant. Alors, certes l’esbroufe « révélation » est totale tant on se moque des chamaillades entre 2 assassins quant à l’utilisation de la pomme d’Eden mais le jeu en lui-même parvient à renouveler une formule déjà bien rôdée après 3 épisodes. Le scénar’ « historique » n’est pas fou-fou mais la conspiration royale ou plutôt sultanale y va toujours de son petit effet. Contantinople est très plaisante à parcourir/varapper. La mise en scène des missions principales jouit toujours d’un soin particulier (je me souviens encore de celle du 1er …) et surtout les missions secondaires à la recherche de l’artefact perdu remplacent habilement les tombeaux avec leur gigantisme aussi bienvenu que déroutant. Bon après Assassin’s Creed fait du Assassin’s Creed avec une difficulté toute relative, de la caricature d’infiltration parfois ou l’exact opposé quand ça lui prend. Un épisode que j’ai bien aimé. Même si la mise en scène dégueulasse des quêtes annexes ne passent plus.

 

Meilleur « pas de bras, pas du chocolat »

Rayman Origins (18 heures)

Je me souviens d’un Rayman PSOne très violet (mais pas que, ce serait être mauvaise langue). Je le retrouve tout coloré. Quel moteur de jeu cet Ubi Art Framework, très impressionnant. Que dire sur cet Origins qui n’aurait pas déjà été dit. Le jeu est magnifique artistiquement comme techniquement. L’ensemble des mondes auxquels on est en droit de s’attendre d’un plateformer sont balayés : jungle, glace, lave, profondeurs sous-marines, désert et même robotique. Le jeu est admirablement découpé avec ses phases de plateformes, ses phases de speed run à haut niveau de reflexe, ses phases de shoot’em up à défilement horizontal et enfin ses phases de boss. Le charme opère d’autant plus que le gameplay est très bon et prend en compte les différents états de surface. Rayman voit gagner des capacités au fur et à mesure de sa progression. Les bruitages et compositions musicales sont aussi entêtants qu’agréables à écouter. Mon seul reproche vis-à-vis du jeu est la nature die&retry des boss qui demandent d’apprendre leurs différents coups et déplacements par c½ur sans quoi aucune chance de progresser dans le combat et de les battre. Et j’ai trouvé bizarre que le boss final soit le même que le premier. On pourrait se dire que la boucle est bouclée mais j’ai trouvé ça nul car sa façon de procéder est la même.

 

Meilleur jeu de Merkel

God of War 2 (25 heures)

C’est bizarre. J’ai bien conscience d’avoir joué à un excellent jeu et en même temps je ne peux m’empêcher de me faire la réflexion. Est-on forcément moins impressionné par la suite d’un jeu ? Je ne nie pas par exemple qu’Uncharted 2 est un grand jeu mais tous ses codes, je les ai découvert (et apprécié) dans le 1er ! Et c’est un petit peu la même chose que je ressens vis-à-vis de GoW2. Je ne préfère pas spécialement le 1er mais je relativise (peut-être un peu trop) la performance du second. Pourtant, dans les 2 cas, j’ai opté pour le niveau de difficulté supérieur – pensant maîtriser la jouabilité et les règles du titre depuis le 1er épisode. M’enfin, je développerai sans doute ça dans un autre billet. Quoi qu’il en soit, ce GoW2 est très bon, renouvelle bien ses actes, la quête se suit tranquillement, les cut scene en CG claque toujours autant et la difficulté choisie lui octroie d’une durée de vie doublée. Le point dommageable pour moi réside juste dans le fait que je ne suis pas du genre à recommencer mes jeux et qu’il est hors de question de m’engager dans un new game plus pour bénéficier des améliorations dont je n’ai pu jouir faute d’orbes. C’est con. Elle avait l’air sympa cette masse 2 fois plus grande que Kratos.

 

Meilleur jeu dont je ne vois pas le bout

Deus Ex Human Revolution (53 heures)

Je me souviens avoir méchamment badé sur les trailers du titre back in 2011. Du genre à me mater 50 fois le même trailer hypnotique à l’époque. Donc quand l’heure fut venue, ce n’est pas sans émotion que je lançai le graal. Faut savoir que j’ai racheté le jeu – sa version director’ cut – parce que j’ai appris seulement après l’avoir pris que la version originelle ne faisait pas figurer la VO. Quelle arnaque ! Peu importe, j’ai trop aimé les trailers en VO pour me contenter de la VF. Et bien évidemment, j’ai une nouvelle fois eu raison. Le jeu casse la baraque. Le cadre cyberpunk est somptueux, la technique un peu moins. M’enfin, je m’attendais à pire. Même les cinématiques en dessous des standards ne choquent pas plus que ça une fois dedans. Les enjeux de cette époque tourmentée sont captivants. L’intrigue l’est tout autant. Les nombreux protagonistes jouissent d’une psychologie/personnalité très recherchée. Les possibilités conférées à l’augmenté Adam Jensen se révèlent être meilleure qu’une balle de foot. L’IA est d’un très bon niveau dans le niveau de difficulté intermédiaire pour lequel j’ai opté même si jeu vidéo oblige, on peut atteindre le dernier niveau d’alerte – oui, celui où on se fait tirer dessus comme un lapin – et se faire oublier et les types reprennent leur petite ronde comme si j’avais été enlevé de la surface de la terre par les extraterrestres. Et je suis étonné de ne pas l’avoir fini 51 heures après l’avoir commencé. J’avais presque fini par oublier à quel point la variété de chemins (frontal, conduit d’aération) et d’approches (bourrines, persuasion, filou, CQC, piratage) permis par le genre infiltration était si bon. Vite, j’en veux encore !

 

Meilleur Script

Call of Duty Black Ops (9 heures)

Je n'ai pas pu pendant longtemps me procurer les CoD en raison de la politique tarifaire dégueulasse d'Activision qui au vu du succès toujours plus grandissant des CoD depuis le 4 ne se privait pour conserver un prix d'appel exhorbitant même des années après la sortie dudit titre. Profitant de la baisse de popularité croissante de la série, je parvime à me procurer les épisodes que je n'avais pas eu loisir de faire (c'est à dire tous depuis le 4 sauf les 3 Modern Warfare que j'avais pu faire grâce à mon bro) à commencer par ce Opérations Spéciales. Ayant très bonne réputation (à l'échelle de CoD j'entends), c'est sans trop d'appréhension que je me lançais dans la bataille. Et franchement, je l'ai trouvé très bon pour un CoD. Pour une fois, la trame se comprend bien, on altère entre des protagonistes qui sont tous liés les uns aux autres par la trame. On comprend la logique d'enchainement des différentes missions aux 4 coins du globe et la narration est plutôt bien foutue avec ce super soldat Mason intéroggé par on-ne-sait-trop-qui et dont on revit par flashback les dernières épopées l'ayant conduit à sa détention. Alors oui, y a du script neu-neu à tout va, oui le gamedesign est plus ou moins toujours le même avec tous les phases de jeu qu'on attend d'un FPS Hollywoodien mais je ne sais pas, ça marche toujours autant sur moi. Sans doute aussi parce que je me fous direct dans la difficulté la plus retorse pour obtenir l'illusion du challenge. Bref, j'ai pris pas mal de plaisir et voilà qui termine bien l'année 2017 vidéoludiquement pour ma part.

 

Mon petit Bilan "à la Minato"


Au total, 367 heures de jeu, et c'est beaucoup et très bien pour un type comme moi cherchant à combler le retard de jeux affaire. Quand on se dit que chaque année, il sort facilement 15-20 voire 25 jeux auquel on veut vraiment s'adonner, il est rassurant de constater que mon changement de modèle de consommation de jeu vidéo - bien aidé par la fin de mes études et mon entrée de plein pied dans la vie active - paye. Après 8 ans à jouer seulement le Week-End 2 heures par ci, 4 heures par là (je n'ai jamais pu me faire à l'idée de jouer en semaine avec les devoirs, révisions, exercices, ou même tout simplement, pas l'esprit tranquille sauf le WE) de ma première au Lycée jusque l'obtention de mon Bac+5 (mais -12 dans la tête comme vous avez pu le remarquer depuis toutes ces années à faire le gogol XD), je savoure le fait d'arriver à cloisonner le travail et le privée là où j'emmenais toutes mes prises de tête scolaire avec moi à la maison pendant mes études (n'étant pas spécialement un génie intellectuel mais plutôt un bosseur pour combler mon manque de talent inné). Bref, c'est cool de pouvoir jouer tranquille en revenant du taf comme à la bonne époque du primaire/collège voire début lycée. Ca me permet de prendre plus de plaisir au quotidien (conséquence évidente) et par la même occasion de combler le retard monumental accumulé puisque je ne compte pas moins de 60 jeux PS3 et HD collection époque PS2 à faire (c'est énorme !) mais à raison de 20 jeux par an, je devrai pouvoir résorber ce retard qui ne prend même pas en compte la facile 40-aine de jeux PS4, Xbox et WiiU que j'ai accumulé dans le même temps. Bon, je sais que je ne vais pas y arriver d'un coup de baguette magique, mais d'ici 8-10 ans, je devrais en avoir fini avec la PS3 XD. Ah oui, et faudra peut-être que je me mette sérieusement sur ma Vita un jour ... Aidez-moi, pauvres fous !!

 

2014-2017 Un cru pas dégueulasse cette année ! Réservé

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler

 

Bonjour.

Suite à un mouvement général et complètement soudain, la rédaction ne peut vous proposer votre billet hebdomadaire du Dimanche.

Veuillez nous excusez du désagrément.

Bonne semaine et à Dimanche prochain.

 

PS : ceci n'a bien entendu rien à voir avec le fait qu'il me reste à peine 2 jours pour collecter les fonds nécessaires à l'astreinte citoyenne qui consiste à payer des impots pour la première fois de ma jusque-là tranquille petite vie. Téléphonez sans tarder au 0 800 1 2 3 4 5 6 7 pour faire pêter le score du Nevesthon de l'année dernière !! (en même temps, çe ne sera pas dur, on part de vraiment loin)

 

2014-2017 Time Neves Ne me décevez pas Réservé

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler


Surfant sur la vague tendance qui anime cet début d'année après l'arrivée de Donald (lui, pas le nôtre) à la Casa Blanca, j'ai décidé de convoquer mon cabinet et de remettre de l'ordre dans les affaires de la France en prophétisant la gueule du gouvernement si le FN arrivait à ses fins dans 2 petites semaines. L'occasion de redécouvrir le beau monde qui garnirait la photo de classe. A consommer avec modération. L'abus d'alcool est dangereux pour la Santé. 5 fuits et légumes par jour. Séance de Yoga conseillée. Evitez la chicha entre les repas.

 


 

1. Présidente de la République

 

Elu avec 93% des suffrages dès le premier tour (en comptant les bulletins dans les chaussettes à Perpignan, précision d'importance), Marine le Pen devient la première femme à accéder au poste supprême. Sa première mesure en tant que chef régalienne sera de porter la durée du mandat de présidente (et non président, nouvelle précision d'importance) à 15 ans avec mise en vigueure effective par l'intermédiaire du fameux 49-12. Succédant au polémiqueux 49-3.

 


 

 2. Première Ministre

 

Plus jeune chef du gouvernement de la 5ième république, Marion Maréchal Le Pen nous propose dans les brêves lignes qui suivent sa proposition de gouvernement absolument pas indiqué par sa tante de présidente. Découvrons-les sans plus tarder.

 


 

3. Ministre de la Famille

 

Christine Boutin. Afin de réaffirmer les valeurs morales de la France et de replacer la famille au coeur de la structure et de l'ordre Républicain.

 


 

4. Ministre de l'Economie et des Finances

 

Jérôme Cahuzac. Normal. J'ai envie de dire.

 


 

5. Ministre de l'Intérieur

 

Florian Phillipot. Parce qu'il parle bien. Quand il se tait.

 


 

6. Ministre de la Culture

 

Dieudonné M'Bala. Pour une certaine idée de la culture.

 


 

 7. Ministre de l'Education Nationale

 

Jean-Marie Le Pen. Ca va être folklo la rentrée des classes XD.

 


 

8. Ministre de la Défense

 

Eric Zemmour. Cumule aussi la fonction de Ministre de l'Attaque.

 

 

9. Ministre du Budget

 

Gilbert Collard. Plus du Budd que du jet.

 


 

10. Ministre des Affaires Etrangères

 

Robert Ménard. Option charter.

 

 

11. Ministre du Travail rend libre

 

Alain Soral.

 


 

Il va de soi que je vous enjoins à voter FN, à voter Front Nevessien. Je garantis 365 jours de connerie par an et mon gouvernement se composera de moi et mes 15 clones afin de garantir une unité de voix au sein du Parti comme du gouvernement. Totalitaire Pas con me direz-vous ? Oui, c'est ce que je pense aussi. Une réduction d'impot de 0% ainsi que le retour des jeux du Cirque seront les 2 premières seules mesures phares de mon quadraquennat. Votez utile, votez coeur, votez Neves !

 

 2014-2017 Time Neves, pourquoi si sérieux ? Reserved.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Le tracé du Tour de Joniwan 2016 a été officialisé.

C'est en effet le leak que remonte aujourd'hui l'édition papier du site référence sur le cinéma IMDB (moi aussi, j'ai été surpris). Et à la surprise générale, c'est Bollywood et non Lolywood (qui était initialement pressenti - les premières fuites évoquaient même une prise en main du projet par le réalisateur Christopher Nolanne avec Evan McGrégore dans le rôle titre). Le script ou en tout cas une bribe de celui-ci est aussi remonté à la surface ... L'action se déroulerait en Aout 2015 et tenterait de mettre en scène un Joniwan sillonant l'Inde et non l'Europe (Bollywood oblige) non pas en quête de découvertes culturelles mais bien de ses colis, le pauvre ayant à chacune des acquisitions virtuelles sur différents marketplace marchant validée des destinations aléatoires. (ne me demandez pas à moi comment est-ce possible, je n'en sais rien et j'étudie toujours le sujet à l'heure où j'écris ces lignes). Pour des raisons évidentes, la peau d'Evan McGrégore - qui rappelons le a interprété John-i-wan Kenobi dans la trilogie Star Dance dans les années 40 - serait teinte en rouge pour ne pas éveiller les soupçons et se fondre dans la masse indienne. En effet, Bollywood oblige - ils sont très chauvins - , le road colis trip verrait Joniwan voguer de Calcutta à Bombay en passant par Dehli pour finir par Madras.

Bollywood oblige, on y retrouverait une grande part de danse du ventre avec le défi des colis sur la tête qui verrait Joniwan être mis au défi du "cap ou pas minishcap" d'ouvrir des colis en réalisant une danse du ventre le tout en ayant le reste des colis empilé sur son turban (on est en Inde) et ce, sans déchiqueter salement le carton d'emballage. Sale manie d'occidentaux. Cette scène promet d'être d'anthologie. Las, la production compte aussi mettre un peu de piments, un peu d'action puisqu'elle a introduit un antagoniste - Halle Berry - prenant la forme de Minmay - celle-ci voulant récupérer avant Joniwan tous ses colis (les chiens, pas les siens) dans le but de les redistribuer aux gameblogueurs démunis au prochain Noël de Gameblog. Une sorte de bienfaitrice de Gameblog. Sauf que la version indienne de Joniwan ne sera pas de cet avis là et comptera bien ne pas se faire subtiliser ses colis en remplaçant des vrais par des faux doublons pleins de pierres. Tout ceci dans le but d'apposer des stickers en forme d'étoile de David jaune sur ces derniers en mentionnant le prix indécent d'achat pour frimer auprès de sa communauté lors de l'ouverture de sa gallerie. A Paris, dans le IXième.

Si vous aussi, vous n'avez rien compris à tout ceci, c'est que vous êtes saint d'esprit.

Mais consultez ce billet, vous pourriez y voir plus clair ...

Toute la rédaction de NevesCinéNews attend impatiemment le compte-rendu du road-colis trip de 2016 de Joniwan pour plancher sur l'adaptation chinoise cette fois de cet épisode 2.

Bon allez, une dernière pour la route qui n'a rien à voir mais c'est parce que je vous aime bien !

 2014-2016 Time Neves, Fedex sur le ponton Reserved.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

L'E3 2016 s'achève sur une bonne note. Une édition mêlant sobriété à efficacité pour une copie rendue très propre sur elle. Un E3 plus proche des joueurs à mon sens, moins brumeux, moins enfumeux, plus terre à terre, plus pragmatique. Avec du gameplay en veux-tu en voilà au détriment du trop plein de bandes-annonces qui caractérisaient les éditions précédentes. Alors, certes, cela n'a pas empêché Kojima de parainer la conf' de Sony mais il s'agissait là de la bien seule incartade à un programme qui n'a pas manqué de jeux divers et variés et ce quel que soit le tenancier de ladite conférence. Il est donc l'heure de livrer mes inspirations ainsi que mes petites déceptions d'un E3 franchement réussi dont j'espère que l'édition suivante saura sauvegarder l'esprit moins tapageur, plus sobre, centré sur l'essentiel, les jeux.

 

TOP

 

God of War pour ouvrir le bal, c'est donc pour Kratos que j'ai voté. En même temps, comment aurais-je pu faire autrement ? Ayant découvert Kratos et toute sa clique sur le tard (je n'ai fait pour l'heure que le premier l'année dernière), j'ai découvert un premier opus réalisant le sans-faute et je connais d'ores et déjà la réputation des suivants. Alors, je sais aussi ce qu'on reproche à la licence après 2 épisodes sur PS2, PS3, PSP : d'en avoir fait complètement le tour au bout de 5 suites et préquelles. Comment critiquer cette révolution quand les mêmes auraient afublés de 3.2 (le 3.1 est déjà pris par Ascension) un GoW PS4 reprenant trait pour trait les codes des précédents ? Changement d'ambiance, changement de décors, changement de mythologie, changement de mise en scène, changement de narration. Avec Kratos, le changement, c'est au bout du 6ème.

Spider-Man. Enfin, j'ai envie de dire. Bon, là, généralement, on m'arrête pour me signifier que le jeu n'est pas encore sorti, qu'il se peut très bien qu'il soit mauvais au bout du compte ... Mais qu'importe ! Laissez-moi rêver. J'ai souvent regardé du mauvais oeil les adaptations de l'araignée sous l'égide d'Activision. Comme vous j'imagine. Non pas que le studio Beenox soit mauvais mais ces gars là n'ont pas les moyens pour bosser convenablement, au mieux les titres produits (Dimensions notamment) sont sympathiques. Avec un projet démarré depuis 3 ans, les droits remis à un éditeur sérieux (Sony), les clés confiés à un développeur de talent Insomniac Games, un projet de non commande pour n'absolument pas coller à la sortie d'un film et un budget alloué que j'espère à la hauteur de l'ambition palpable dans le trailer, j'espère voir s'ésquisser en ce Spiderman exclusif à la PS4 la même mue qu'aura permis la sortie du Batman Arkham Asylum pour le pendant vidéoludique du justicier masqué.

Earth, Wild, Zelda & Fire. Eh oui, traitez moi de faible mais je fais bien figurer Zelda Souffle de Sauvagerie dans le TOP. Malgré le FOG digne de LA ou la déconfiture graphique quand on repense au premier trailer (voire même au trailer de cette année). Tout simplement, parce que c'est le premier Zelda qui me donne envie. Il est à l'origine de mon souhait de prendre la WiiU. Et je compte bien poser mes mains dessus. Entre une direction artistique à couper le souffle et le vent d'ouverture que semble insuffler le bousin à la saga trentenaire (dans ses mécaniques comme son terrain de jeu), je reste relativement enjoué par ce que j'ai découvert lors de ce TreeHouse. Je reste au gué pour la version NX même si entre mon jem'enfoutismetotal de la plus-value graphique potentielle et mon impatience (la NX ainsi que le jeu au prix fort, euh, comment dire ... Non.), je ne pense pas faire le titre sur le support à paraitre en même temps que le baroud d'honneur de la mal-aimée.

Steep. Je ne pense pas que je jouerais à Steep. Je n'ai rien contre Ubisoft. Rien de personnel en tout cas puisque je suis client des licences Assassin's Creed, Pleurs Lointains, Watch Dogs, ChildofLight, SoldatsInconnus, Driver et même SouthPark mais. Mais, tout ce qui est trip associatif-coopératif-compétitif, très peu pour moi. Du coup, à la trappe les TheCrew, TheDivision, GhostReconWildLands et donc ce jeu de sports d'hiver. On voit tout de suite qu'en solo, ça a l'air moins marrant. Maintenant, si ils trouvent un moyen d'intégrer quelque chose de dynamique en pouvant jouer seul dans son coin, je raviserai ma position. Je ne pratique pas de sports d'hiver, je n'ai jamais été intéressé par SSX sur PSX mais il faut bien reconnaitre que le délire s'il est affublé d'un gameplay pas trop dégueulasse peut vraiment donner quelque chose de sympa. Et à l'heure où il est difficile de se réinventer dans un marché plutôt fermé aux enjeux toujours plus grand, cette bouffée d'air frais (elle était facile celle là !) détonne des autres productions. J'attends à ce propos la proposition de Criterion sur la question des sports extrèmes - véhiculés cette fois.

Resident Evil VII. En réalité, j'en ai rien à faire de Resident Evil. Je n'ai jamais supporté les jeux d'horreur, le sursaut, la flip, tout ça, très peu pour moi. L'anti-plaisir comme crédo, limite, je ne comprends pas. Mais bon, quand je regarde ma ludothèque de jeux déjà acquis, je me rends compte que j'ai tout de même commandé (à mon insu ?) les 3 Dead Space, qu'Evil Within est programmé et que j'ai - en fait - déjà les 3 Resident Evil de la seconde vague qui m'attendent. Alors certes, ils lorgnaient plus du côté shooter de zombies dans un esprit truculent teinté de série Z mais ça restait du survival-horror (en tout cas, c'est ce qu'indiquent les revers de jaquettes). Donc, va falloir que je me mette à RE VII et en tant qu'observateur anonyme, je note la prise de risque de faire rebooter un jeu sans le faire rebooter (ce qui, vous le remarquerez, est déjà un concept en soi). Prise de risque maximale là où il aurait été aisé de continuer sur le TPS au contenu gargantuesque, forcément, Capcom au top.

 

FLOP

 

ReCore. Vraiment surpris et en mal par le levé de voile sur le prochain titre de Keiji Inafune. Mine déconfite fut-elle quand je découvris de quoi il en ressortait gameplayiquement parlant. On dirait un pauvre shooter dans des environnements même pas beau pour compenser le générisme du système embarqué. ReCore me fait pour l'instant et de ce que j'en ai vu pensé à un pendant pas très fun du action-plateformer maison de Sony : Ratchet&Clank. Deux titres sur le même crénau sauf que l'un trouve sa place et que l'autre pas vraiment. A ce stade, j'espère vraiment que les 3 robots sauront élever le niveau de jeu, sans quoi les mauvais retours se verraient confirmer et l'on commencerait à comprendre pourquoi le jeu ne fut réellement révélé que 3 mois avant sa sortie.

Crash Bandicoot. Pourquoi Acti' veut pas céder la licence ? Qu'est ce qu'ils en ont à faire ? Ils ont CoD, Destiny, Skylanders. On aurait pu avoir un Crash 4 en plus de remasterisations (qui s'en occupe de celles-là déjà !?), au lieu de ça, une pauvre apparition mercantile dans le prochain Skylanders et une fausse excitation à la vue de l'ombre du marsupial sur le showfloor de la conf' Sony. Depuis le début du teasing de la PS4, le nom et l'aura du rejeton de Naughty Dog est plus que bigrement utilisé de toutes les manières (souvenez vous du T-shirt de ce même Shawn Layden lors de l'E3 de l'année dernière !) et toujours pas de 4 à l'horizon. Et me sortez pas les jeux non faits par Chien Méchants, ils ne comptent pas.

PSVR. Je n'ai rien contre le PSVR. C'est le PSVR qui a quelque chose contre moi. Sérieux, c'est quoi ce line-up !? Bon, ok, je fais un peu mon niais doublé de mon pourri-gâté sur ce coup là mais ça manque de titres compatibles avec le composant non ? Resident Evil VII, très bien, mais quid des autres ? Pourquoi Sony n'a pas forcé la main à Bethesda pour mettre Dishonored 2 et pourquoi pas Skyrim en VR ? Pourquoi juste des démos d'une heure pour 10 balles alors que les mecs ont claqués 400 francs CFA dedans ? Bref, j'en attends plus, j'en attends trop mais je me demande où est passé Gran Turismo Sport et #Driveclub en VR ? Bullshit ça aussi ? La VR doit prendre son envol en 2016, pas sûr qu'elle dispose du kérozen pour, sur PS4 en tout cas. En sachant que vous prêchez un convaincu de la technologie, pas du contenu.

Sea of Thieves. J'ai vraiment peur pour Mer de Voleurs et j'espère avoir tort de m'inquiéter. Le concept n'est pas débile, loin de là, la DA est à tomber à la renverse mais outre cette mise en scène surjouée complètement décalé avec ce qu'on voit à l'écran, je me demande si le jeu a vraiment un but et si oui, lequel. J'ai peur qu'il finisse comme Projet Spark, délaissé au bout de quelques temps. Il a l'air sacrément plus emballant que Fable Legends mais lui comme Dreams côté PlayStation, il va peut-être falloir expliquer concrètement le concept un beau jour sans quoi, l'incompréhension grandira parmi les joueurs qui n'auront ensuite que faire de ces titres et iront jouer au PlayStation VR. Qui, pour rappel, n'a pas de jeux.

FFXV. Plus le temps passe, et plus je rejoins la meute. Vous savez, ces loups qui lui veulent du mal. Plus on m'en montre et moins il me fait envie. Je précise que je n'ai joué à aucune des deux démos du titre mais soit ce jeu est annoncé depuis trop longtemps, soit on voit la même chose (les mêmes environnements grisatres en fait), soit je deviens peu à peu un vieux rabougri du jeu vidéo. Alors, s'agit-il de l'effet vieillesse au détriment de la nouveauté qui me fait réagir comme ça ? Probablement en effet qu'il serait temps qu'il sorte enfin, m'enfin, je me demande si l'excitation de 2013 ne s'est pas transformé au fil des années de teasings, walkthrough, previews et démos en bête lassitude avant même de poser mes mimines sur le titre. A contrario d'un Kingdom Hearts 3 qui sait rester tapis dans l'ombre pour mieux nous harponner à chacune de ses rares apparitions.

Voilà, c'est tout pour moi. Une édition globalement satisfaisante même si le line-up de Microsoft me reste en travers de la gorge avec trop peu de nouveautés, un récital de ce que l'on sait déjà même si le tout s'uniformisait bien. Un Sony s'appuyant sur sa constellation de partenaire pour offrir toujours son lot de fringances non anticipée. Et un Ubi parvenant toujours à mettre en avant au moins un titre totalement inédit et pour le coup détonnant du reste du catalogue siglé AAA. EA a un peu déçu en balançant des carnets de développeurs sur Mass Effect Andromeda et les Star Wars en préparation mais Fe. Puis Bethesda qui nous fait l'honneur d'une réédition de Skyrim quand on espère le VI. Heureusement que le chantier sur Prey reprend. 'fin bref, difficile tout de même de faire la fine bouche pour cette partition 2016. Comme dirait Romain, à vous les studios !

 

 2014-2016 Time Neves, E3 2016 réussi Reserved.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler

Mais que serait un E3 sans un bilan ? Eh bien, ce serait un E3 sans bilan. Non, pour affoler la jeuvidéosphère, pour monter la communauté les uns contre les autres. Il faut et je me dois. De m'imposer, d'imposer ma personne, de dicter mes gouts aux autres. Je veux dire, vous n'avez de toute évidence pas le choix. Pour renouveler le concept, j'ai décidé de scinder en 2 l'E3 2015 Neves Awards afin de départager le pire du meilleur et d'émettre une critique générale de cette édition où on aura tout lu, tout entendu mais surtout, tout vu.(d'ailleurs parfois mes yeux disent stop - j'espère que c'est pareil pour vous ...). Pour le meilleur et pour le pire, j'ai décidé de commencer par le plus ahurissant pour finir par le plus enthousiasmant. Histoire de bien énerver tout le monde. EN-JOOOOOY.

 

I Plus pire du pire.

 

Pire conférencier.

Nintendo aura réalisé l'exploit d'enchaîner le braquage de l'E3 l'année dernier au moyen d'un Nintendo Digital Event rondement mené et la débandade pour cette 20ème édition. Aussi bien sur le plan du contenu qui n'aura même pas fait rêvé les fans les plus hardcores de la marque (donc certainement pas les autres) que sur la forme qu'a pris cet "évènement" avec notamment ce Muppet Show pour enfants et ces journal des développeurs hors de propos. Une telle débacle fait peine à voir, même pour l'étranger à l'écosystème Mario-nettisé que je suis. Alors, c'est vrai, je n'en attendais rien de ce NDE (alors que je vais acquérir la console une fois en fin de vie) mais je ne m'attendais non plus à rien. Vous saisissez ? Nintendo a déconné grâve là. Et je ne comprends toujours pas leur politique d'édition, tous ces jeux n'auraient jamais dû être accepté à l'E3, ils étaient à réserver pour une convention de seconde zone comme le Toulouse Game Show par exemple ?

 

Pire DA.

Star Ocean incarne certainement ce que le jeu vidéo japonais a de pire à nous proposer en ce qui concerne la DA. Déjà, je ne comprends pas qu'une société comme Square Enix n'impose pas un moteur de jeu plus solide pour élever l'attrait de ses productions. Quand un moteur a déjà été développé dans un studio et qu'il fait des merveilles, pourquoi ne pas le diffuser au studio qui ne jouisse pas de leur propre technologie de pointe (typiquement ce que fait EA avec son Frogbite 3 d'ailleurs) ? Until Dawn a migré de la PS3 vers la PS4. Qu'a fait Sony ? Ils ont refourgué le moteur de jeu de Killzone : Shadow Fall et la plastique du jeu sera déjà le premier pas pour amener les joueurs à s'intéresser à leur jeu. Même critique pour Namco Bandai avec les Tales of etc. Peut-être n'ont-ils pas le personnel pour la maîtriser cette technologie mais sérieux. Maintenant oui, les fans s'en foutent, ils ne regardent que le système de combat et l'histoire. Mais pas moi.

 

Pire retour.

Doom ne m'a pas convaincu. Il faut dire que le seul Doom qui peut me convaincre est un remake respectant scrupuleusement l'originel et dans la mesure où ça n'est pas près d'arriver ... Je ne suis absolument pas sensible à la tournure qu'ont pris ces illustres que sont Duke, Wolfenstein et donc Doom. Mais ais-je mon mot à dire ? Il respecte un certain esprit arcade mais visuellement et dans le resssenti, je ne vois qu'une lointaine filiation. Maintenant, ces séries doivent certainement évoluer avec leur temps et peut-être bien que je serais le seul à voir en un retour old school le Graal. Dommage.

 

Pire copie carbone.

Rise of the Tomb Raider est-il la copie carbone de Tomb Raider ou d'Uncharted ? La phase présentée sentait pas le poisson frais tant tout le monde connait ça depuis 2007. En même temps, il fallait assurer le spectable et donc gravir une montage tel Rambo (il fait ça dans ses films ? Jamais vu.). J'aurais préféré une phase d'énigme bien sentie mais en même temps, ça aurait spoilé l'une d'entre elles et comme il n'y en aura pas beaucoup, ils ont certainement fait le bon choix. En tout cas, j'aimerais bien voir une certaine émancipation de la Pilleuse de Tombe par rapport à la formule d'Uncharted pour apporter elle même ses propres mécaniques et phases.

 

Pire studio.

Rare m'a déçu. Alors oui, c'est un petit peu vite aller en besogne. On ne sait encore que peu de choses sur ce Sea of Thieves mais ce studio méritait de faire plus rêver. Ce ne serait pas Rare, retiendrait-on ce jeu dans un univers de Piraterie ? Le retient-on déjà ? Je ne demande qu'à être surpris dans le bon sens mais mise à part la DA, je n'ai pas emballé parce le concept (si en plus, porté sur le multi). Je laisse le bénéfice du doute. Mais je cherche désespérement des jeux Xbox à cocher sur ma wishlist et j'ai la conviction que celui-ci n'en fera pas partie. Malheureusement.

 

Pire annonce.

Les femmes dans Fifa. Je sais, c'est gratuit (c'est même pour ça que je le fais à vrai dire - pour une fois que le fisc m'emmerdera pas), c'est mysogine, c'est honteux et ceci et cela mais sérieusement, entre l'équipe de France de foot féminine et Carquefou, qui gagne ? Soyons sérieux 2 minutes ... Il y a des jeux pour les filles et il y a des jeux pour les hommes, ça ne sert à rien de mélanger les 2. A la rigueur, si EA Sports créeait une édition Fifa Women ok, mais là, c'est un peu limite de mélanger les 2. Ca n'a strictement rien à voir. On peut même dire que c'est pas le même sport. Les 2 bords ont toujours cloisoné leurs affaires, je ne vois pas l'intérêt tout d'un coup, en 2015 d'appeler à la mixité sociale, raciale et donc sexuelle. Ca n'a juste aucun sens. #joke.

 

Pire scandal.

Shenmue 3. Ou plutôt, le financement participatif de Shenmue 3. L'occasion pour moi de donner mon avis sur cette pratique que j'ai appelé de mes voeux. Lorsqu'une licence est enterré depuis tant de temps et que le risque financier est trop incertain, je ne vois pas en quoi il y a dérive à faire du projet, un épopée démocratico-capitaliste. Les joueurs deviennent chacun les éditeurs du jeu et permettent à celui-ci de lancer son développement et constituent même une promesse de vente. Une préco anticipée sans effectivement ne rien connaitre du jeu. C'est un contrat de confiance. Une confiance que les fans vont accepter de marier au risque que le jeu échoue, soit décevant ou ne sorte jamais. Le même risque que prend un éditeur. Dans la mesure où personne ne met le couteau sous la gorge de qui que ce soit, et que chacun est maître de son libre-arbitre, j'ai du mal à saisir comment il peut y avoir dérive. Comme à la bourse, ce n'est qu'une question d'acceptation du risque, d'ouverture de soi et de libération de ses shakras. Fin de la polémique.

 

Pire horaire.

Sony. Sérieux, ça commence à me gongler. Dormir 1h15 après la conf' d'Ubi pour se réveiller en pleine nuit dans un état léthargique, c'est dur. C'est moins dur de ce réveiller 1h30 après pour aller au boulot, c'est dire. Pourquoi l'E3 ne se passe pas à New York sériously ??? Au moins, une fois sur 2. Ou à la limite chez moi, il y a de la place ... Alors, vous allez me dire, va te coucher, attends le résumé et dévores les news. Oui, sauf que s'il ne fallait en regarder qu'une, ce serait bien évidemment la conf' PlayStation. Et en même temps, je suis trop curieux pour zapper les précédentes (et puis me forcer à me coucher à 21h ... - lol).

 

Pire trailer.

Gears 4. Sur le coup, j'ai trouvé ça insipide. Convenu. Vu, revu. Puis après l'avoir reregardé, Gears fait du gears et c'est légèrement ce qu'on en attend. Cependant, ce trailer pose la question. Faut-il annoncer un jeu avec une séquence de gameplay somme toute commune où faut il poser le décors avec du beau CGi (ou moteur du jeu si ça envoie) qui claque la gueule tellement qu'c'est bien monté ? Le meilleur trailer dans la seconde partie de ce TOP/FLOP répondra à la question. Maintenant, faut-dire que je ne suis pas particulièrement fan de la licence même si je lui reconnais d'évidente qualité, cela joue aussi très certainement.

 

Pire inutilité.

Jason Derulo. Le pire, c'est que j'ai bien aimé. Et même si la série multimillionaire Just Dance doit se plier à l'exigence de la performance on stage, mouais ... Bon, je dis ça, j'ai esquissé le petit pas de danse qui va bien (avec les bras, faut pas déconner). Je vais pas vous mentir, les danseuses étaient très jolies mais ce truc à 1 h du mat' ...

 

Interlude musical.

Comme chaque année, mon pélerinnage à l'E3 me fait faire un détour par l'Orient. Aicha Tyler rules the wooooooooooooorrrld !!!!!!!!!!!!!!

 

II Le meilleur sinon rien

 

Meilleure surprise.

Unravel, c'est d'autant une surprise qu'on s'attend pas à voir ça lors de la conférence d'un éditeur comme EA. Autant Ubi' a su nous habitué avec Soldat Inconnu et Child of Light, autant qu'EA s'acapare les services ou de la production d'un développeur indépendant est une idée à première vue saugrenue. Et ils ont bien eu raison tant le dévoilement de ce petit être fait de fil de laine rouge et dont la tête est en forme d'as de pique renversé (comment ça un coeur ?) se révèle tout de suite attachant face au danger qu'il rencontre dans cette aventure aux allures de plateformer à scrolling horizontal. Et c'est notamment grâce à la DA sublime et la petite musique qui devient elle même grande au fur et à mesure que la peluche de fil enchaîne les exploits. Définitivement, un jeu à surveiller.

 

Meilleure déception.

Uncharted 4 ne m'a pas fait rêver lors de cet E3. Pourtant, ça donne relativement envie, c'est dense, c'est vivant, c'est toujours aussi efficace, c'est seamless, c'est fluide, c'est apparemment très grand mais voilà quoi ... une phase en Jeep et entrecroisement incessant avec un blindée qui n'aurait dans la real life fait qu'une bouchée du duo Drake | Sully. La fin effectivement flatte la rétine et on retrouve ces moments d'epicness propre à la série mais je dois devenir un vieux con sur le sujet qui ne s'emballe plus sur rien. Pourtant Inexploré occupe une place particulière dans ma ludothèque de joueur. Mais le coup des véhicules qui se croisent sans arrêt, franchement ... C'est bizarre, ces phases sont très plaisantes à regarder dans un James Bond mais à jouer dans Uncharted ...

 

Meilleur musique de trailer.

Assassin's Creed Syndicate remporte pour moi une nouvelle fois la palme cette année. Faut croire qu'ils ont le don de matcher mes gouts. Ca touche une nouvelle fois en plein dans le mille. Je suis happé, hypé. Il y avait de la concurrence pourtant avec Unravel ou Hitman notamment, mais il s'agit difinitivement du morceau In The Head of the Moment (Toydrum rework) qui tourne inlassablement sur mon PC, casque vissé sur les oreilles. Ubisoft a un don, c'est tout. Pliez-vous y.

 

Meilleure DA.

Mirror's Edge gagne haut la main. Non je déconne. Beaucoup de titres en contention (quoi, encore un angliscisme !?). Mais afin de ne pas faire doublon et de consacrer la DA tout en pureté de la série qui roxe sur le monde (totem partagé avec GTA ceci-dit), j'ai arrêté naturellement mon choix sur l'ovni de Dice. Faut dire que l'onirisme dégagé par le premier opus puait déjà la classe et pue encore tant de temps après. Y a t'il 2 endroits comme The City dans le jeu vidéo ? Non, donc arrêtez de jacqueter, le choix est logique et de toute façon, vous n'avez pas votre mot à dire, je l'impose la vaillante Faith. Mirror's Edge, beyond.

 

Meilleur trailer.

Hitman qui roule sur FFV, TheLegendofZelda ou encore GodofWar IV. Ah merde, ils étaient pas là. Oui, donc, c'est assez particulier comme victoire dans la mesure où je m'y suis remis à plusieurs fois pour comprendre le trailer (ça vous donne l'idée de mon état cérébrale du moment). Une fois que j'eu compris. J'ai remis le puzzle à l'endroit et ah oui, il gagne. Quelle maîtrise du script, de la technique, je sais, c'est de la CGi et quelque part, c'est de la triche mais putain de merde ... Et ce son qui entre en symbiose avec l'image. Comment ne pas rêver des nuits entières de jouer de la corde à piano et du tesson de bouteilles après ça, comment ? 47, reviens !

 

Meilleur curiosité.

Firewatch, c'est le truc que j'ai pas vraiment retenu lors de la conférence Sony (faut dire, vu ce qui gravitait autour) et que j'ai presque découvert en formentant cette série d'article. Et je dois bien concéder que ce type de jeu mystérieux qui ne franchit d'habitude jamais le palier de la porte de ma demeure pourrait finir par débarquer par l'intermédiaire de ce garde forestier. Très très bon trailer, très bonne mise en abyme. Je veux en savoir plus.

 

Meilleur Retour.

Need For Speed (et non la triplette, trop évident comme choix - c'est (très) mal me connaitre). Non, ça fait genre 10 ans qu'on (nous, les fans) attend le grand retour par la grande porte comme il se doit du tuning dans la série et on arrive enfin au bout du tunnel. J'ai lancé une roquette (de feu d'artifice) en son honneur ce WE.

 

Meilleur multi.

Star Wars Battlefront. De toute façon, c'était lui ou TheDivision. Rien contre Rainbow Six Siege mais pas ma came. TheDivision, on sait déjà un peu de chose sur lui depuis 2 ans alors que Battlefront s'est laissé bien désiré alors que ça fait bien un baille qu'on sait qu'il est en dév' sous la houlette de Jeu de Dé, un studio Electronic Arts. La séquence arrive même à retourner un anti-multi comme moi. C'est dire si c'est efficace. Un titre qui devrait faire très mal en fin d'année. (et très bien aux caisses d'EA et  Mickey hein).

 

Meilleur conférencier.

EA a gagné l'E3, c'est une évidence. Il est d'ailleurs de notorité publique que cette édition a été rebaptisé EA 2015. Seuls ceux qui n'ont rien compris peuvent encore le nier. Le retour de Need For Speed Jacky Tuning Edition (rigolez pas, je le veux), le retour de Faith (OMFG °_°), le retour de Battlefront (même moi, cette être insensible au multi, je cracherais pas sur une partie #qui-m-achète-un-abonnement-PS-plus-et-la-PS4-qui-avec-et-le-jeu-tant-qu-'-a-faire-?), le retour de Mass Effect avec l'épiode Androgyn, et enfin Unravel, la pépite indé du salo. C'est pas assez ? 5/5. Perfect. (manquait à la limite le projo' sport Xtrem de Criterion mais on ne peut pas tout avoir en un seul E3, déconnez pas). EA a raflé l'E3. Certainement pas Sony. Maintenant, viendez avec moi, et marchons ensemble sur la République.

 

Meilleur absent.

Lieu de détention de Mr Kojima-San, Quartier de Haute Sécurité, Konami.

Kojima & Metal Gear Solid V. On avait laissé Kojima dans un placard, il y a de ça 2 mois. Il y est encore. Même pas un trailer de rien du tout de Metal Gear Solid  : The Phantom Pain. Présent ni dans celle de Micro, ni dans celle de Sony (même pas dans celle de Nintendo #on-sait-jamais). Certes, le jeu était présent en démonstration mais pas il n'aura pas jouit du retentissement d'un trailer en béton armé lors d'une conf'. Sad times my friends.

 

Meilleure New IP.

Horizon. C'était soit lui, soit Recore. Pourquoi Horizon alors ? C'est juste parce que trailer montrait en plus d'une intro cinématisée, le gameplay du jeu. Ca ne se joue qu'à ça. Parce que oui, Recore a du charme à revendre mais on aimerait surtout savoir comment ça se joue. On ne peut pas deviner puisqu'il s'agit d'une nouvelle Propriété Intellectuelle donc ceci explique cela. En dehors de ça, Horizon : Zero Dawn fait méchamment envie. Et je suis ravi de voir le plein potentiel du studio hollandais Guerilla Games qui n'est pas seulement talentueux avec sa maîtrise technique mais bien avec l'inspiration géniale d'une équipe que l'on retrouve dans l'univers, le concept et le gameplay du jeu. Chat pot.

 

Conclusion.

 

Cette 20ème édition a fait honneur au compte tout rond de la convention. Poil au fion.(je sais, je suis inarrêtable et irrécupérable et même un peu gamin sur les bords mais on se refait pas). Je pensais avoir vécu la meilleure conférence de tous les temps en 2013 avec Microsoft balançant des jeux à foison, Sony se contentant de TheOrder1886 en fin de conf' suivi d'un hipon mémorable mais l'édition a massacré sa devancière de 2 ans à plate couture sur le terrain des jeux et uniquement. Comment râler sur les éditeurs, sur la dynamique de la GEN, sur y a pas de jeu, le JV crêve a petit feu et ceci et cela. Mon cul ouaip. Le jeu vidéo n'a jamais été aussi fou et ne s'est jamais aussi bien porté. Et chaque profil de joueur a de quoi jouer. Xhat else ? Bref, tous les conférenciers ont tirés leur épingle du jeu. Même Nintendo puisque comme nous le rapporte en direct de je ne sais où Nabilla : "tu vois, l'important, c'est pas qu'on parle de moi en bien ou en mal; l'important, c'est qu'on parle de moi". En ce sens, Nintendo n'est pas passé inaperçu et c'est sur ces réflexions hautement philosophiques que je vous quitte. A l'année prochaine. This concludes that short tutorial. Thank You.

 

2015-201, Time Neves, E3 Over, Allrights reserved.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

 

Ne vous demandez pas ce que vous pouvez faire pour Neves.

 

Faites-le.

 

Neves F. Kennedy, 1964.

 

--------------------------------------------------

 

'Bienvenue au Neves Club.'

 

La première règle du Neves Club est 'il est interdit de parler du Neves Club'.

 

La seconde règle du Neves Club est 'IL EST INTERDIT DE PARLER DU NEVES CLUB'.

 

Troisième règle du Neves Club : ' lorsqu'un joueur WiiU l'intègre, il doit jurer sur la Dualshock de ne jamais prononcer les termes suivants dans l'enceinte du Club : "fun, gameplay, level-design, game design, multi-local" '

 

Quatrième règle : 'le joueur Sony et affiliés est exempté de combattre'

 

Cinquième règle : 'le joueur Xbox est un mythe qui n'existe pas'

 

Sixième règle : 'seulement deux joueurs par combat messieurs'

 

Septième règle : 'deux joueurs WiiU minimum par combat'

 

Huitième règle : 'quand le joueur WiiU crie stop, ou n'en peut plus, le combat continue jusqu'à ce que j'en décide autrement'

 

Neuvième et dernière règle : 'si c'est son premier jour, le joueur WiiU doit combattre'

 

Tyler Neves, 1997.

 

--------------------------------------------------

 

Il y a bien longtemps, dans un galaxie lointaine, très lointaine ...

 

 

C'était une époque de guerre civile, à bord du vaisseau opérant à partir d'une PlayStation inconnue, les Rebelles  ont emporté leur première victoire sur l'abominable Empire Nintendo.

 

Au cours de la bataille, les Rebelles ont réussis à dérober les plans secrets d'une machine infernale : le CD-Rom, une technologie spectrale dôtée d'un armement tridimensionnel assez puissant pour ébranler la stabilité bidimensionnelle du cosmos vidéoludique.

 

Poursuivi par les sbires sinistres de l'Empire, le Prince Kutaragi regagne sa base aux commandes de son vaisseau spatial, porteur des plans volés à l'ennemi qui pourrait boulverser le cours de l'histoire et restaurer l'espoir dans la galaxie ...

 

Neves Lucas, 1977.

 

--------------------------------------------------

 

"That's one small step for Sony ...

 

... but one giant leap for videogame industry"

 

Neil Neves, 1993.

 

( 'landing' his hands on the yet  UNCHARTED Playstation Dualshock soil)

 

--------------------------------------------------

 

- J'aurais pu vous offrir une babouche.

 

[4 seconds ... 3 ... 2 ... 1 ]

 

- Une babouche ne suffit pas.

 

Le mime Neves, 1998.

 

--------------------------------------------------

 

Yes, Week-End.

 

Neves Obama, le Vendredi.

 

--------------------------------------------------

 

My people ... Sons & Daughters of Sony. This much I vow. The history of these days will be written in the Saturn blood, by crashing the N64 of my ennemi, by seizing the CD technology they thought to turn against us. We will be fighting for our very existence. But if are those who denies us peace, refuses our rightfull place in the gaming universe, then we will unleash such a terrible console that the generations yet unborn (Gamecube, Wii, WiiU, WiiThem, etc.) will cry out in anguish.

 

Discours de galvanisation des troupes, Sony Headquarters, Neves Visari, 2 Décembre 1994.

 

--------------------------------------------------

 

The Wii may shatter our PS3 body. But they cannot break our spirit. Even tough the Miiverse advance on our Playstation Home to seize by force what they cannot claim by right. They cannot imagine what awaits them. WE WILL PLAYSTATION ALL-STARS BATTLE ROYALE (SMASH, in english) THE INVADERS FROM OUR SKIES. [...] While they sweep over our lands like the sand of winter, never again we will bow before them, never again endure their awful casual games, never again endure their Mario Kart tyranny. We will strike without warning and without mercy, fighting as one hand, one heart, one soul. We will shatter their dreams of hegemonia and haunt their nightmares of failure. Drenching our ancestor's grave with their blood. And as our last breath tears as their lungs, as we rise again form the ruins of our Playstation 3. They will know Gamers belongs to SONY.

PLAYSTATION 4.

 

Discours de présentation de la PS4 à la presse, Scolar Neves, 19 Février 2013.

 

--------------------------------------------------

 

 Never compromise.

[Tearing apart the contract between the two of them.]

Neves "Rorshach" Yamauchi, 1990.

 

--------------------------------------------------

 

Cette communauté mérite une qualité supérieure de contributeur.

 

Et je compte bien la lui donner.



The Neveser.

 

--------------------------------------------------

 

Je suis devenu un criminel pour éviter de devenir une victime.

 

 

Le joueur WiiU.

 

--------------------------------------------------

 

Dans l'Espace, personne ne vous entendra crier.

Renault, division acoustique.

 

--------------------------------------------------

 

Les hommes naissent libres et égaux en droit.

Il ne fait nul part ici, mention du sort de la femme.

Neves Bonaparte, 1803.

 

--------------------------------------------------

 

Nul n'est pro-fête en son pays.

 

Pourtant j'en vois plein des français à Saint-Tropez.

 

L'auteur de la citation n'a pas souhaité dévoilé son identité.

 

--------------------------------------------------

 

Un homme avertit en vaut deux.

 

Une femme ? Quatorze.

 

Comprenne qui pourra.


L'auteur de la citation n'assume pas ses propos et n'a par conséquent pas souhaité faire figurer son nom dans le registre.

 

--------------------------------------------------

 

L'important, c'est de gagner.

 

Et surement pas de participer.

 

Absurde.

 

Neves de Coubertin, 1896.

 

--------------------------------------------------

 

- Vous aimez invoquer la Sureté Nationale afin d'allègrement violer la constitution et restreindre les libertés individuelles si durement acquises par ce pays.

- Vous n'êtes qu'une emmerdeuse Karen.

Karen Hayes puis Tom Lennox, 24 - saison 10.

 

--------------------------------------------------

 

Ce blog ne se prévaut pas d'être le meilleur d'entre tous.


Il l'est.


Et c'est bien là l'essentiel.

 

Neves Bygmelon

 

--------------------------------------------------

 

L'important, c'est d'imposer son avis.


Et non de le donner.


Absurde ça aussi.


Putain, les gens comprennent vraiment rien.


Neves Underwood.

 

--------------------------------------------------

 

Un taxi vide s’est arrêté au 10 Downing Street.

 

Clement Attlee en est sorti.

 

Winston Churchill.

 

--------------------------------------------------

 

Un vrai joueur se réclamant être un sympathisant de la cause ne dit pas "allo" en décrochant le combiné.

 

Il dit Killzone.

 

Neves RyuzAKi47.

 

--------------------------------------------------

 

A compter de ce jour, vous ne m'appellerez plus Neves.

 

Mais le Grand Neves.

 

Napoléon Neves, 1822.

 

--------------------------------------------------

 

Les grands esprits discutent des idées.

 

Les moyens esprits discutent des évènements.

 

Les petits esprits discutent des gens.

 

Ils m'arrivent de discuter de moi auprès des autres.

 

Neves Roosevelt.

 

--------------------------------------------------

 

Un jour, je rentre dans un taxi et j'entends un mec me dire :

"Vous allez où ?"

Comme on se connaissait pas, je lui ai répondu :

"Qu'est ce que ça peut te foutre ?"

Les gens d'aujourd'hui, aucune manière ...

 

--------------------------------------------------

 

- Qui est le premier homme à avoir marché sur la Lune les enfants ?

 

- Neil Armstrong Mr le Professeur.

 

- Faux. Tintin.

 

--------------------------------------------------

 

Il n'a rien d'un GOTY, mais surpasse sans souci ceux à qui on a donné ce titre.

 

Blacklabel, 17 Janvier 2012, critique d'inFamous 2.

 

--------------------------------------------------

 

Contrairement à ce que prétend la vindicte populaire ...

 

... Dieu ne s'est pas reposé le 7ème jour.

 

Non. Dieu créa Sony.

 

Vox Déï.

 

(Citation non datée mais retrouvée sur un parchemin daté du Monolithique.)

 

 

--------------------------------------------------

 

"En Bretagne, il ne pleut que sur les cons."

 

- Eh bah je dois être un sacré gros CONNARD !!

 

Archives

Favoris